Naftali Bennett, le Némésis de Netanyahou en lice pour prendre sa place

Longtemps, Naftali Bennett avait joué sur deux tableaux et laissé planer le doute sur son intention de porter, ou pas, le coup final à Benjamin Netanyahou, au pouvoir pendant 15 ans. (Photo, AFP)
Longtemps, Naftali Bennett avait joué sur deux tableaux et laissé planer le doute sur son intention de porter, ou pas, le coup final à Benjamin Netanyahou, au pouvoir pendant 15 ans. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 03 juin 2021

Naftali Bennett, le Némésis de Netanyahou en lice pour prendre sa place

  • Bennett serait le premier chef de gouvernement religieux de l'Histoire de l'Etat hébreu à porter une kippa ou à observer strictement le Shabbat
  • Il prône à la fois un ultra-libéralisme économique, une ligne dure face à l'Iran ou encore l'annexion de près des deux tiers de la Cisjordanie

JERUSALEM : Il a été tour à tour conseiller de Benjamin Netanyahou puis son rival tout en restant un partenaire incontournable: le millionnaire Naftali Bennett, chef de file de la droite radicale, pourrait succéder à son mentor et devenir le Premier ministre d'Israël.

Crâne dégarni, kippa discrète et anglais d'Américain, Naftali Bennett dirige la formation Yamina qui prône à la fois un ultra-libéralisme économique, une ligne dure face à l'Iran ou encore l'annexion de près des deux tiers de la Cisjordanie, le territoire palestinien occupé par l'armée israélienne depuis 1967.

Longtemps, M. Bennett avait joué sur deux tableaux et laissé planer le doute sur son intention de porter, ou pas, le coup final à Benjamin Netanyahou, au pouvoir pendant 15 ans.

Son ralliement au bloc anti-Netanyahou, une alliance détonante qui va de la gauche à son parti de droite en passant par le soutien de députés arabes, a été négocié au prix fort: pas moins que le poste de chef de gouvernement en premier qui sera repris ensuite par Yaïr Lapid, le chef de l'opposition qui est parvenu à obtenir un accord des partis pour une telle coalition.

L'homme d'affaires de 49 ans qui a fait fortune dans la tech est entré en politique sur le tard. Mais depuis 2013, cette figure du courant « nationaliste religieux » et proche des colons, a occupé cinq portefeuilles ministériels.

Le dernier, celui de la Défense en 2020, l'a mené au pic de la pandémie de coronavirus en Israël à organiser une spectaculaire mobilisation de l'armée pour gérer la crise.

« Une image faite sur mesure pour un public qui cherche désespérément un remplaçant légitime à Netanyahou », note Evan Gottesman de l'Israel Policy Forum.

Si l'accord de coalition est approuvé par le Parlement, Naftali Bennett serait le premier chef de gouvernement religieux de l'Histoire de l'Etat hébreu à porter une kippa ou à observer strictement le Shabbat.

Celui qu'on donnait mort politiquement il y a encore deux ans et qui a fait un score médiocre aux dernières législatives de mars a su manœuvrer ces dernières semaines pour s'imposer comme « faiseur de rois » dans les complexes négociations en vue de former une coalition gouvernementale.

« La gauche fait des compromis loin d'être faciles, quand elle m'octroie (...) le rôle de Premier ministre », a déclaré au début des négociations M. Bennett, qui a bâti l'intégralité de sa carrière politique sur une ligne de droite dure et partisane du « Grand Israël ».

Fils d'immigrants américains né le 25 mars 1972 à Haïfa, Naftali Bennett qui a servi dans la prestigieuse unité « Sayeret Matkal » de l’armée, comme M. Netanyahou, s'est imposé au tournant des années 2000 comme l'un des ténors de la « start-up nation » avec son entreprise de cybersécurité Cyotta vendue pour 145 millions de dollars en 2005.

L'année suivante il fait le saut en politique pour le Likoud où il devient le bras droit de Benjamin Netanyahou.

Deux ans plus tard, Naftali Bennett quitte le Likoud pour diriger un temps le Conseil de Yesha, principale organisation représentant les colons israéliens en Cisjordanie, qui deviendront son fonds de commerce politique, même si lui n'a jamais habité dans l'une de ces controversées implantations.

En 2012, il prend les rênes de la formation de droite Foyer Juif, qui s'est ensuite greffée à d'autres micro-partis pour former « Yamina » (A droite). Le parti Yamina, connu pour son égérie, Ayelet Shaked, est aujourd'hui dirigé par Naftali Bennett.

Et ce dernier a réussi à séduire une partie des colons avec des propos nationalistes musclés.

Exemple? Le conflit avec les Palestiniens ne pouvait être réglé mais enduré comme un « éclat d'obus dans les fesses ». Ou encore: il n'y a pas d'occupation israélienne en Cisjordanie car « il n'y a jamais eu d'Etat Palestinien ». Voire: les « terroristes doivent être tués pas libérés », termes lancés à l'égard de prisonniers palestiniens.

Il avait par exemple promis à l'Iran un « Vietnam » si la République islamique continuait, selon lui, de s'implanter militairement en Syrie voisine.

Mais Naftali Bennett, père de quatre enfants et habitant de la ville cossue de Raanana, détonne aussi au sein de son milieu de droite religieuse: les questions sur la place de la religion dans l'Etat ne sont dans ses priorités et il incarne un certain libéralisme des valeurs, notamment par exemple sur les questions LGBTQ.


L'Algérie ferme les bureaux d'Al-Arabiya et d'Al-Hadath

Plateau de la chaine Al-Arabiya (Fichier/Al-Arabiya).
Plateau de la chaine Al-Arabiya (Fichier/Al-Arabiya).
Short Url
  • Les bureaux d'Al-Arabiya ont été fermés en Algérie pour «pratique de désinformation médiatique»
  • Le Comité pour la protection des journalistes a appelé les autorités algériennes à revenir sur cette décision

LONDRES: Le ministère algérien de la Communication a décidé samedi de retirer l'accréditation du bureau de représentation d'Al-Arabiya en Algérie.

La déclaration du ministère a souligné que la décision était due au «non-respect par Al-Arabiya des règles de déontologie professionnelle et à sa pratique de désinformation et de manipulation des médias».

Parallèlement, le Comité pour la protection des journalistes a appelé les autorités algériennes à revenir sur cette décision et à garantir que la chaîne fonctionne librement à l'intérieur du pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Incident au large des côtes des Émirats arabes unis, selon le groupe United Kingdom Maritime Trade Operations

Golden Brilliant, un chimiquier battant pavillon singapourien, a mis à jour son système d’identification automatique (SIA), modifiant son statut à «Pas sous commande». (Capture d’écran/YouTube/The Rotterdam Pilot)
Golden Brilliant, un chimiquier battant pavillon singapourien, a mis à jour son système d’identification automatique (SIA), modifiant son statut à «Pas sous commande». (Capture d’écran/YouTube/The Rotterdam Pilot)
Short Url
  • L’avertissement lancé par le groupe – sur base d’informations fournies par un tiers – incite les navires à faire preuve d’extrême vigilance sur plus de 110 kilomètres à l’est de l’émirat de Fujaïrah
  • Le Golden Brilliant était incapable de manœuvrer en raison de circonstances exceptionnelles

DUBAÏ: Un incident ne découlant pas d’un acte de piraterie a lieu en ce moment au large des côtes de Fujaïrah aux Émirats arabes unis, rapporte mardi le groupe United Kingdom Maritime Trade Operations (UKMTO).

L’avertissement lancé par le groupe – sur base d’informations fournies par un tiers – incite les navires à faire preuve d’extrême vigilance sur plus de 110 kilomètres à l’est de l’émirat de Fujaïrah.

Le groupe britannique n’a fourni aucun détail sur le(s) navire(s) concerné(s).

Mardi après-midi, cependant, Golden Brilliant, un chimiquier battant pavillon singapourien, qui se trouve à peu près au même endroit au large des côtes de Fujaïrah, a mis à jour son système d’identification automatique (SIA), modifiant son statut à «Pas sous commande», selon  les données de suivi des navires de Refinitiv.

Ce statut indique qu’un navire est incapable de manœuvrer en raison de circonstances exceptionnelles.

La semaine dernière, une frappe de drone contre un pétrolier israélien au large des côtes d’Oman a fait deux victimes. Les États-Unis, Israël et le Royaume-Uni ont fait porter à l’Iran la responsabilité de l’attaque.

L’Iran a nié toute implication dans la frappe de drone et a déclaré lundi qu’il riposterait à toute tentative de nuire à sa sécurité.

Dimanche, les États-Unis et le Royaume-Uni ont déclaré qu’ils uniraient leurs forces à celles de leurs alliés pour répondre à l’attaque menée contre le Mercer Street la semaine dernière. Les propriétaires dudit pétrolier, qui bat pavillon libérien, sont japonais, mais il est exploité par Zodiac Maritime, une société israélienne.

Ces derniers mois, l’Iran et Israël ont échangé des accusations d’attaques réciproques contre leurs navires.

Les tensions se sont exacerbées dans les eaux du Golfe, et entre l’Iran et Israël depuis 2018, lorsque le président américain, Donald Trump, a désengagé son pays de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 avec six puissances mondiales, imposant par ailleurs de nouvelles sanctions qui ont paralysé l’économie en Iran.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Une fillette de 8 ans née sous le contrôle de Daech va rentrer aux États-Unis

Aminah Mohamad, 8 ans, photographiée lors d'un entretien avec ICSVE dans le nord-est de la Syrie le 31 juillet (Photo, icsve.org).
Aminah Mohamad, 8 ans, photographiée lors d'un entretien avec ICSVE dans le nord-est de la Syrie le 31 juillet (Photo, icsve.org).
Short Url
  • La mère et le père d'Aminah Mohamad ont été tués alors qu’ils étaient membres d'un groupe terroriste
  • Sauvée d’un camp syrien avec l'aide d'un diplomate américain et d'une ancienne membre canadienne de Daech

LONDRES: Une fillette née aux États-Unis, qui a grandi sous le contrôle de Daech, devrait être ramenée aux États-Unis, à partir d’un camp de détention syrien, a déclaré un ancien diplomate.

Aminah Mohamad, âgée de 8 ans et née à Chattanooga dans le Tennessee, a été sauvée du camp grâce aux informations fournies à Peter Galbraith, ambassadeur américain en Croatie de 1993 à 1998, par une femme canadienne qui a depuis quitté et dénoncé Daech.

La mère de Mohamad, Ariel Bradley, aurait fui les États-Unis pour rejoindre le groupe terroriste en 2014, après s'être convertie du Christianisme à l'Islam, et avoir épousé le père de la fillette, Yasin Mohamad, en 2011.

Bradley et son deuxième enfant, également né sous le contrôle de Daech à Al-Bab, auraient été tués en 2018 lors d'une frappe aérienne de la coalition anti-Daesh dirigée par les États-Unis. Le père d’Aminah a également été tué, faisant d'elle une orpheline.

Elle a ensuite été confiée à la garde de l'une des autres épouses de son beau-père, une femme somalienne qui est restée une fervente partisane de Daech, avant que ne commence son sauvetage.

Galbraith et la Canadienne, s'adressant au média BuzzFeed, ont raconté en détail leur opération qui a duré dix-huit mois pour obtenir la libération de la fillette du camp, qui consistait notamment à cacher son identité aux gardiens kurdes du camp ou à toute personne susceptible de révéler sa nationalité américaine.

«Les enfants dans les camps ont le pire départ dans la vie», a affirmé la femme, qui a choisi de garder l’anonymat par crainte pour sa sécurité.

«Ils sont déjà traumatisés par la perte d'un ou plusieurs parents, grandissant au milieu de la violence, de la pauvreté et de la misère. Ils font face à un danger permanent, au manque de nourriture, au manque d'éducation, et leur vie va tout simplement être gâchée», a-t-elle précisé à BuzzFeed.

Aminah, qui a été retirée du camp le 17 juillet, se trouve maintenant dans un endroit sûr dans le nord-est de la Syrie et a été interviewée par le Centre international d'étude de l'extrémisme violent à propos de sa vie sous Daech. Elle subit des tests ADN pour certifier sa citoyenneté américaine.

«Les États-Unis ont rapatrié douze citoyens américains adultes et seize citoyens américains mineurs, de Syrie et d'Irak», a déclaré le Département d'État américain à BuzzFeed News.

«Parmi les adultes, le ministère de la Justice a inculpé dix personnes sous la charge d’accusations pénales fédérales. Nous n'avons aucune indication sur le nombre exact de citoyens américains demeurant encore dans l’attente au nord-est de la Syrie.»

Galbraith, qui a passé des décennies en tant que figure emblématique dans les relations américaines avec le peuple kurde, a également aidé à obtenir la libération de la femme canadienne qui attend maintenant en Irak pour retourner au Canada.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com