Pourquoi la hausse de l'inflation inquiète un peu partout dans le monde

Des clients achètent des produits dans un supermarché le 10 juin 2021 à Chicago, Illinois. L'inflation a augmenté de 5% au cours de la période de 12 mois se terminant en mai, le plus grand bond depuis août 2008. (Photo, AFP)
Des clients achètent des produits dans un supermarché le 10 juin 2021 à Chicago, Illinois. L'inflation a augmenté de 5% au cours de la période de 12 mois se terminant en mai, le plus grand bond depuis août 2008. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 17 juin 2021

Pourquoi la hausse de l'inflation inquiète un peu partout dans le monde

  • Aux Etats-Unis, l'inflation a atteint 5% sur un an en mai, sa plus forte progression depuis près de 13 ans. Elle pointait à 2,1% au Royaume-Uni et 2,5% en Allemagne
  • « L'augmentation de l'inflation reflète largement jusqu'ici la combinaison du rebond des prix des matières premières et une inflation liée à la réouverture des économies », explique Neil Shearing, chef économiste chez Capital Economics

PARIS: Avec la reprise économique et les tensions sur les matières premières, l'inflation reprend de la vigueur partout dans le monde, au point que certains craignent qu'elle menace la sortie de crise, même si la plupart des économistes jugent le mouvement temporaire.

Pourquoi les prix augmentent?

Aux Etats-Unis, l'inflation a atteint 5% sur un an en mai, sa plus forte progression depuis près de 13 ans. Elle pointait à 2,1% au Royaume-Uni et 2,5% en Allemagne.

En Chine aussi, la hausse des prix à la production était en avril à son plus haut niveau depuis près de quatre ans.

Les pays émergents, dont certains souffrent d'une inflation chronique, n'échappent pas au mouvement: +18% en mars au Nigeria, +8,06% en mai au Brésil, +17,14% en avril en Turquie.

« L'augmentation de l'inflation reflète largement jusqu'ici la combinaison du rebond des prix des matières premières et une inflation liée à la réouverture des économies », explique Neil Shearing, chef économiste chez Capital Economics, dans une note mardi.

Les cours du pétrole ont ainsi bondi, après leur chute l'an dernier, tandis que la forte reprise économique en Chine et aux Etats-Unis crée un appétit gigantesque en matières premières. La production a du mal à suivre le rythme, entraînant pénuries et flambée des prix.

Quelles conséquences pour les ménages et les entreprises?

Un peu partout dans le monde, des effets se font déjà sentir.

Au Nigeria, le prix des denrées alimentaires a bondi de 22,9% en mars, une catastrophe pour des millions d'habitants.

Aux Etats-unis, le prix du porc, très consommé par les Américains, a grimpé de 51% sur un an.

Les mises en chantiers y ont aussi été décevantes en mai, comme en France, où des chantiers de construction sont retardés, faute de pouvoir se fournir en béton ou bois à prix acceptables.

Les constructeurs automobiles s'inquiètent eux de la hausse des prix du rhodium, du palladium ou de l'acier. 

La Chine a ainsi décidé de puiser dans ses réserves de cuivre, d'aluminium et de zinc pour aider ses industriels.

Est-ce que cela va durer?

C'est tout l'enjeu pour l'avenir de la reprise. Pour William de Vijlder, chef économiste chez BNP Paribas, « le risque semble faible que le pic d'inflation » actuel conduise « à une inflation soutenue sur une plus longue durée ». 

Le « sous-emploi sur le marché du travail » ne va pas favoriser une augmentation des salaires, tandis que les « pressions concurrentielles » jouent contre une hausse des prix à long terme, développe-t-il dans une note récente.

« La pénurie de main d'œuvre dans des industries importantes pourrait faire grimper l'inflation et la faire persister plus longtemps », prévient toutefois Susannah Streeter, analyste pour la société financière Hargreaves Lansdown.

Pour l'instant, les banques centrales en charge de contrôler les niveaux d'inflation se veulent rassurantes, même si aux Etats-Unis, la Fed a relevé ses prévisions d'inflation pour 2021.

Pourquoi les yeux se tournent-ils vers les banques centrales?

Aux Etats-Unis, les massifs plans de soutien annoncés par l'administration Biden ont agi comme un électrochoc sur les marchés.

Les craintes d'une inflation durable ont engendré une hausse des taux d'intérêt sur le marché des dettes souveraines, les investisseurs anticipant que la Fed augmente prochainement ses taux directeurs pour limiter la surchauffe.

Lors de sa dernière réunion mercredi, l'idée d'une première hausse dès 2023 s'est d'ailleurs fait plus précise.

Par contagion, les taux d'intérêt ont également monté en Europe, mais de manière encore limitée, mettant aussi la Banque centrale européenne (BCE) sous pression.

Mais si la reprise économique s'y profile, elle reste encore fragile, et un resserrement de la politique monétaire pourrait la tuer dans l'oeuf.

« Cela entraînerait des taux d'intérêt plus élevés sur les prêts immobiliers et les crédits à la consommation » risquant de freiner la demande des ménages, explique Susannah Streeter.

Et cela pourrait "décourager" les entreprises « qui ont besoin d'emprunter de l'argent pour se développer », ajoute-t-elle.

C'est l'amère expérience faite par la zone euro après la crise de 2008, et que les Etats et la BCE veulent éviter cette fois.

Il est « prématuré » de réfléchir à une augmentation des taux et à une réduction du soutien à l'économie, a d'ailleurs souligné la présidente de la BCE Christine Lagarde la semaine dernière.

Mais en Islande, au Brésil et en Russie, les banques centrales ont déjà relevé leurs taux pour contrer l'inflation. 

 


Une délégation saoudienne en Grèce pour le renforcement des relations stratégiques et commerciales

Le ministre saoudien de l’Investissement, Khalid al-Falih (à droite), sera à la tête d'une délégation qui se rendra en Grèce dimanche (Photo, AFP).
Le ministre saoudien de l’Investissement, Khalid al-Falih (à droite), sera à la tête d'une délégation qui se rendra en Grèce dimanche (Photo, AFP).
Short Url
  • Au cours de sa visite de trois jours, Khalid al-Falih rencontrera plusieurs responsables gouvernementaux et dirigeants de grandes entreprises grecques
  • Il assistera également au comité ministériel gréco-saoudien, au forum d'investissement gréco-saoudien et au conseil d'affaires gréco-saoudien

RIYAD: Le ministre saoudien de l'Investissement, Khalid al-Falih, entamera dimanche une visite officielle en Grèce à la tête d'une délégation de responsables gouvernementaux, de représentants du secteur privé et d'hommes d'affaires.

«Cette visite de trois jours vise à élargir le partenariat stratégique et à renforcer les relations d'investissement et de commerce entre les deux pays», annonce le ministère.

Au cours de sa visite, Al-Falih rencontrera plusieurs responsables gouvernementaux et dirigeants de grandes entreprises grecques. Il participera aussi à la cinquième réunion du comité ministériel gréco-saoudien et au forum d'investissement gréco-saoudien.

Al-Falih conclura également les travaux et les activités du Conseil d'affaires gréco-saoudien, avec la participation de la Fédération des chambres saoudiennes et de la Fédération des entreprises grecques, qui visent à renforcer la coopération économique entre les deux pays, à relever les défis auxquels sont confrontés les investisseurs et à échanger des informations sur les opportunités d'investissement disponibles dans les deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: Les marchés surveillent les mesures pour contenir le dollar

Des personnes passent devant des magasins fermés ou à moitié ouverts sur le marché populaire du quartier de Burj Hammoud à Beyrouth, la capitale du Liban, le 14 décembre 2021. (Photo, AFP)
Des personnes passent devant des magasins fermés ou à moitié ouverts sur le marché populaire du quartier de Burj Hammoud à Beyrouth, la capitale du Liban, le 14 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le président du Parlement se concentrait sur le renouvellement de son mandat, alors que le Liban est confronté à un «grand effondrement», selon le parti du Bloc national
  • Le parti du Bloc national a appelé à la mise en œuvre des réformes financières exigées par le Fonds monétaire international (FMI) et à la formulation d'un plan intégré pour renforcer l'économie

BEYROUTH: Le taux de change du dollar a poursuivi sa chute sur le marché noir au Liban samedi, enregistrant 27 650 livres contre le dollar, soit une baisse de 11 000 livres en moins de dix-huit heures.

Cette baisse était une façon d'apaiser la colère de la population et de calmer les marchés quelques jours avant que le Parlement nouvellement élu ne se réunisse mardi pour élire un président, un vice-président et les commissions parlementaires.

Le parti du Bloc national libanais a déclaré que le président du Parlement, Nabih Berri, se concentrait sur le renouvellement de son mandat, alors que le pays se dirigeait vers ce qu'il a qualifié de «grand effondrement» et que le secteur de la santé mettait en garde contre l'effondrement imminent des hôpitaux.

Berri devrait être réélu pour la sixième fois, malgré l'opposition des partis chrétiens et des blocs parlementaires d'opposition.

Il devrait avoir une soixantaine de voix de la part des membres de son bloc, des députés du Hezbollah et des députés de ses alliés, soit beaucoup moins que les 98 voix sur 128 qu'il a obtenues lors du précédent parlement.

Un observateur politique a révélé que le poste de vice-président, qui est réservé à un député   orthodoxe, avait presque été obtenu par le député Elias Bou Saab du bloc du Mouvement patriotique libre, bien que le bloc refuse de voter pour Berri comme président.

Vendredi, le taux de change du dollar a dépassé 38 000 livres, créant un chaos sans précédent dans tous les secteurs et entraînant la colère populaire.

Le taux du dollar a commencé à baisser rapidement après que le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salameh, a annoncé vendredi que les particuliers et les institutions pouvaient acheter quotidiennement des dollars auprès des banques au taux de la plateforme Sayrafa.

Les marchés commerciaux ont connu un état de choc samedi. Certains magasins ont cessé de vendre des produits en attendant de voir si le taux du dollar se stabilisera au début de la semaine prochaine.

Une employée d'une entreprise privée a déclaré qu'elle avait converti son salaire qu’elle touche en livres libanaises lorsque le taux du dollar a atteint son apogée vendredi, craignant qu'il ne perde davantage de sa valeur si elle gardait la somme en livres libanaises.

Cependant, la baisse significative du taux de change de 10 000 livres libanaises vendredi soir l'a choquée, la valeur de son salaire s'étant considérablement dévalorisée.

Le ministre des Finances, Youssef Khalil, a estimé le volume des échanges sur le marché noir à 5 millions de dollars par jour (1 dollar américain = 0,93 euro).

«Le volume des transactions sur la plateforme Sayrafa dépasse les dizaines de millions de dollars par jour», a-t-il précisé.

«Cela signifie que l'augmentation incontrôlable du taux du dollar n'est pas normale, ce qui soutient l'hypothèse que certaines personnes créeraient cet écart de taux de change et sont responsables du taux élevé sur le marché noir pour des raisons politiques et commerciales ou pour créer la panique sur les marchés».

L'expert économique Walid Abou Sleimane a déclaré que la Banque centrale intervenait sur le marché pour absorber la masse monétaire en livres libanaises afin d'empêcher la spéculation et de réduire la marge sur le marché financier, à savoir la plateforme Sayrafa, où le taux dépasse 12 000 livres libanaises.

Cette procédure pourrait être temporaire et contribuer à la baisse du taux du dollar, a-t-il expliqué, mais il a ajouté : «Ce qui compte, c'est la durabilité.»

Abou Sleimane a affirmé que «la lutte contre la spéculation ne se fait pas à travers ces procédures, mais à travers une plateforme centrale qui a pour but de limiter les échanges pour les achats et les ventes». 

Le gouverneur de la Banque centrale a demandé aux banques de garder leurs agences et leurs caisses ouvertes jusqu'à 18 heures pendant trois jours consécutifs à partir de lundi, afin de répondre aux demandes des citoyens d'acheter des dollars au prix de Sayrafa.

Les circulaires du gouverneur ne font que reporter l'explosion «de quelques jours», a souligné le parti du Bloc national libanais. 

Le parti du bloc a estimé que le «scénario d'effondrement aurait pu être évité si les réformes nécessaires pour restructurer la dette et le secteur bancaire avaient été appliquées, outre les prises de décisions nécessaires pour unifier le taux de change et renforcer la surveillance administrative et judiciaire».

Le parti du bloc a également estimé que tout cela aurait pu être évité si le cabinet du Premier ministre, Najib Mikati, n'avait pas attendu sa dernière session pour proposer son plan de relance financier, cherchant à contourner le peuple et la communauté internationale, alors que tout au long de son mandat, il était occupé à protéger les cartels et les banquiers.

«La solution est d'élire les instances et les commissions du Parlement au cours de la semaine prochaine  et de commencer les consultations électorales pour former un gouvernement de sauvetage qui n'adopte pas de répartition sectaire», a-t-il soutenu.

Le parti du Bloc national a ainsi appelé à la mise en œuvre des réformes financières exigées par le FMI et à la formulation d'un plan intégré pour renforcer l'économie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Victoria's Secret: 8,3 millions de dollars d'indemnités pour des ouvrières thaïlandaises

Les gens font la queue pour entrer dans la nouvelle boutique Victoria's Secret à Shanghai le 24 février 2017. Le premier magasin Victoria's Secret a ouvert ses portes en Chine le 24 février. (AFP)
Les gens font la queue pour entrer dans la nouvelle boutique Victoria's Secret à Shanghai le 24 février 2017. Le premier magasin Victoria's Secret a ouvert ses portes en Chine le 24 février. (AFP)
Short Url
  • Brilliant Alliance Thai avait fermé en mars 2021 son usine de Samut Prakan, au sud de Bagkok, après avoir fait faillite
  • Les 1 250 ouvriers licenciés - dont beaucoup travaillaient dans l'usine depuis plus de dix ans - n'avaient pas reçu les indemnités de licenciement prévues par la loi thaïlandaise

BANGKOK: Plus d'un millier d'ouvrières thaïlandaises d'une usine qui fournissait la marque américaine de lingerie Victoria's Secret, licenciées, ont reçu une indemnité totale de 8,3 millions de dollars (7,3 millions d'euros), ont annoncé samedi des défenseurs des droits des travailleurs.


Brilliant Alliance Thai avait fermé en mars 2021 son usine de Samut Prakan, au sud de Bagkok, après avoir fait faillite. 


Mais les 1 250 ouvriers licenciés - dont beaucoup travaillaient dans l'usine depuis plus de dix ans - n'avaient pas reçu les indemnités de licenciement prévues par la loi thaïlandaise. 


L'usine produisait également des sous-vêtements pour les marques américaines de vêtements de grande taille Lane Bryant et Torrid, détenues par le fonds Sycamore Partners, mais seule Victoria's Secret a contribué financièrement à cet accord. 


Dans un communiqué, la marque de lingerie a confirmé la signature d'un accord dont elle n'a pas précisé le montant.


"Pendant plusieurs mois, nous avons été en rapport avec les propriétaires de l'usine pour trouver une solution". 


"Nous regrettons qu'ils n'aient pas été en mesure de régler cette affaire tout seuls. Pour s'assurer que les travailleurs reçoivent la totalité des indemnités de départ qui leur sont dues, Victoria's Secret a accepté d'avancer les fonds aux propriétaires de l'usine", a précisé la marque dans son communiqué. 


Contacté par la l'AFP, Sycamore Partners n'a pas souhaité faire de commentaires. 


Cet accord est le plus important jamais conclu par une usine de confection au titre du non-paiement du travail effectué, selon l'association internationale de défense des droits des travailleurs Solidarity Centre.


Depuis un an, ces travailleurs licenciés et les représentants syndicaux thaïlandais manifestaient devant le siège du gouvernement à Bangkok pour obtenir les indemnités dues. 


Selon un rapport datant d'avril 2021 du groupe de défense des ouvriers, Worker Rights Consortium, des cas similaires de non-paiement de salaires ont été enregistrés dans 31 usines de confection dans neuf pays. 


Le directeur exécutif du Worker Rights Consortium, Scott Nova, a estimé que ces cas n'étaient que la "pointe de l'iceberg" et que ce problème a explosé durant la pandémie, en raison d'une baisse de commandes des vêtements. 


Il a estimé que quelque 500 millions de dollars sont dus aux ouvriers du secteur de l'habillement du monde entier à la suite de fermetures d'usines et d'indemnités de licenciement non payées. 


Certains travailleurs de l'usine de Samut Prakan ont reçu la semaine dernière l'équivalent de plus de quatre ans de salaire, a-t-il déclaré.