Pourquoi la hausse de l'inflation inquiète un peu partout dans le monde

Des clients achètent des produits dans un supermarché le 10 juin 2021 à Chicago, Illinois. L'inflation a augmenté de 5% au cours de la période de 12 mois se terminant en mai, le plus grand bond depuis août 2008. (Photo, AFP)
Des clients achètent des produits dans un supermarché le 10 juin 2021 à Chicago, Illinois. L'inflation a augmenté de 5% au cours de la période de 12 mois se terminant en mai, le plus grand bond depuis août 2008. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 17 juin 2021

Pourquoi la hausse de l'inflation inquiète un peu partout dans le monde

  • Aux Etats-Unis, l'inflation a atteint 5% sur un an en mai, sa plus forte progression depuis près de 13 ans. Elle pointait à 2,1% au Royaume-Uni et 2,5% en Allemagne
  • « L'augmentation de l'inflation reflète largement jusqu'ici la combinaison du rebond des prix des matières premières et une inflation liée à la réouverture des économies », explique Neil Shearing, chef économiste chez Capital Economics

PARIS: Avec la reprise économique et les tensions sur les matières premières, l'inflation reprend de la vigueur partout dans le monde, au point que certains craignent qu'elle menace la sortie de crise, même si la plupart des économistes jugent le mouvement temporaire.

Pourquoi les prix augmentent?

Aux Etats-Unis, l'inflation a atteint 5% sur un an en mai, sa plus forte progression depuis près de 13 ans. Elle pointait à 2,1% au Royaume-Uni et 2,5% en Allemagne.

En Chine aussi, la hausse des prix à la production était en avril à son plus haut niveau depuis près de quatre ans.

Les pays émergents, dont certains souffrent d'une inflation chronique, n'échappent pas au mouvement: +18% en mars au Nigeria, +8,06% en mai au Brésil, +17,14% en avril en Turquie.

« L'augmentation de l'inflation reflète largement jusqu'ici la combinaison du rebond des prix des matières premières et une inflation liée à la réouverture des économies », explique Neil Shearing, chef économiste chez Capital Economics, dans une note mardi.

Les cours du pétrole ont ainsi bondi, après leur chute l'an dernier, tandis que la forte reprise économique en Chine et aux Etats-Unis crée un appétit gigantesque en matières premières. La production a du mal à suivre le rythme, entraînant pénuries et flambée des prix.

Quelles conséquences pour les ménages et les entreprises?

Un peu partout dans le monde, des effets se font déjà sentir.

Au Nigeria, le prix des denrées alimentaires a bondi de 22,9% en mars, une catastrophe pour des millions d'habitants.

Aux Etats-unis, le prix du porc, très consommé par les Américains, a grimpé de 51% sur un an.

Les mises en chantiers y ont aussi été décevantes en mai, comme en France, où des chantiers de construction sont retardés, faute de pouvoir se fournir en béton ou bois à prix acceptables.

Les constructeurs automobiles s'inquiètent eux de la hausse des prix du rhodium, du palladium ou de l'acier. 

La Chine a ainsi décidé de puiser dans ses réserves de cuivre, d'aluminium et de zinc pour aider ses industriels.

Est-ce que cela va durer?

C'est tout l'enjeu pour l'avenir de la reprise. Pour William de Vijlder, chef économiste chez BNP Paribas, « le risque semble faible que le pic d'inflation » actuel conduise « à une inflation soutenue sur une plus longue durée ». 

Le « sous-emploi sur le marché du travail » ne va pas favoriser une augmentation des salaires, tandis que les « pressions concurrentielles » jouent contre une hausse des prix à long terme, développe-t-il dans une note récente.

« La pénurie de main d'œuvre dans des industries importantes pourrait faire grimper l'inflation et la faire persister plus longtemps », prévient toutefois Susannah Streeter, analyste pour la société financière Hargreaves Lansdown.

Pour l'instant, les banques centrales en charge de contrôler les niveaux d'inflation se veulent rassurantes, même si aux Etats-Unis, la Fed a relevé ses prévisions d'inflation pour 2021.

Pourquoi les yeux se tournent-ils vers les banques centrales?

Aux Etats-Unis, les massifs plans de soutien annoncés par l'administration Biden ont agi comme un électrochoc sur les marchés.

Les craintes d'une inflation durable ont engendré une hausse des taux d'intérêt sur le marché des dettes souveraines, les investisseurs anticipant que la Fed augmente prochainement ses taux directeurs pour limiter la surchauffe.

Lors de sa dernière réunion mercredi, l'idée d'une première hausse dès 2023 s'est d'ailleurs fait plus précise.

Par contagion, les taux d'intérêt ont également monté en Europe, mais de manière encore limitée, mettant aussi la Banque centrale européenne (BCE) sous pression.

Mais si la reprise économique s'y profile, elle reste encore fragile, et un resserrement de la politique monétaire pourrait la tuer dans l'oeuf.

« Cela entraînerait des taux d'intérêt plus élevés sur les prêts immobiliers et les crédits à la consommation » risquant de freiner la demande des ménages, explique Susannah Streeter.

Et cela pourrait "décourager" les entreprises « qui ont besoin d'emprunter de l'argent pour se développer », ajoute-t-elle.

C'est l'amère expérience faite par la zone euro après la crise de 2008, et que les Etats et la BCE veulent éviter cette fois.

Il est « prématuré » de réfléchir à une augmentation des taux et à une réduction du soutien à l'économie, a d'ailleurs souligné la présidente de la BCE Christine Lagarde la semaine dernière.

Mais en Islande, au Brésil et en Russie, les banques centrales ont déjà relevé leurs taux pour contrer l'inflation. 

 


Critiquée à l'OMC, la Chine promet de s'ouvrir davantage

Le port de Lianyungang dans la province de Jiangsu: bien qu'étant un géant commercial, la Chine continue de profiter des avantages des pays en développement face à ses principaux partenaires commerciaux que sont les Etats-Unis et l'Union européenne. (Photo, AFP)
Le port de Lianyungang dans la province de Jiangsu: bien qu'étant un géant commercial, la Chine continue de profiter des avantages des pays en développement face à ses principaux partenaires commerciaux que sont les Etats-Unis et l'Union européenne. (Photo, AFP)
Short Url
  • Pékin est régulièrement accusé par les pays riches de ne pas respecter ses obligations prévues en matière de libre échange
  • A l’Organisation mondiale du commerce, la République populaire se présente comme un pays «en développement» pour profiter des avantages commerciaux

GENEVE : La Chine a promis mercredi à l'OMC d'ouvrir davantage son marché et d'accélérer son "nouveau modèle de développement" fondé sur la demande intérieure, des promesses qui n'ont pas fait taire les critiques américaines et européennes.

L'Organisation mondiale du commerce organise de mercredi à vendredi l'examen des pratiques commerciales de la Chine, un exercice auquel se soumettent à intervalles réguliers tous les membres de l'organisation, à huis clos.

Le ministre du Commerce chinois, Wang Wentao, qui s'est exprimé en ligne, a soutenu que son pays entendait ouvrir son économie et "ne poursuivait jamais son propre développement aux dépens des intérêts des autres pays", selon un représentant du Commerce basé à Genève.

La plupart des pays ayant pris la parole ont souligné les efforts entrepris par la Chine pour moderniser ses politiques économiques et commerciales, mais l'ont exhorté "à poursuivre les réformes et son ouverture afin d'atteindre une concurrence de marché plus libre et plus équitable, tout en assurant une plus grande transparence", selon le même représentant du Commerce.

Pékin est régulièrement accusé par les pays riches de ne pas respecter ses obligations prévues par l'OMC en matière de notifications des mesures commerciales - telles que les subventions et les droits de douane.

Dans un rapport publié à l'occasion de la réunion, transmis par l'OMC, la Chine indique avoir l'intention "d'accélérer les efforts déployés pour encourager un nouveau modèle de développement qui a pour élément principal la circulation intérieure".

Pékin indique aussi vouloir "faire du marché chinois un marché pour le monde", et "mettre en œuvre une politique d'importation plus dynamique".

Dans le rapport, la Chine défend avec vigueur le multilatéralisme, et promet "en tant que pays en développement" d'approfondir la coopération Sud-Sud et contribuer à l'allégement de la dette de ces pays.

Le précédent examen des politiques commerciales chinoises remonte à 2018. Alors que la guerre commerciale entre Washington et Pékin venait de commencer, les États-Unis de Donald Trump avaient alors remis en cause la légitimité de la Chine à faire partie de l'OMC, en l'accusant notamment de ne pas ouvrir suffisamment son marché.

Cette fois encore, les États-Unis se sont montrés très critiques. Le chargé d'Affaires américain, David Bisbee, a été l'un des premiers à prendre la parole.

Lors de l'examen de 2018, a-t-il dit, les États-Unis ont prononcé un discours qui exposait "l'importance du rôle de la Chine dans le système commercial international et les défis uniques et fondamentaux que la Chine pose à ce système", et "aujourd'hui, ces défis persistent".

Il a accusé Pékin d'être devenu "la plus grande puissance commerciale à l'OMC, tout en accentuant son approche étatique du commerce (...) au détriment des travailleurs et des entreprises des États-Unis et d'autres pays" et a en particulier pointé du doigt les politiques industrielles de la Chine qui "vont bien au-delà du soutien aux industries nationales" et "faussent les règles du jeu".

L'ambassadeur de l'UE, Joao Aguiar Machado, a dénoncé également les "distorsions de concurrence" générées par le soutien de l’État chinois à l'économie et appelé la Chine à "s'abstenir de réclamer des avantages qui correspondraient à un pays en développement dans les négociations en cours" à l'OMC.

A l'OMC, les membres annoncent eux-mêmes qu'ils font partie des pays "développés" ou "en développement" - comme le fait la Chine - ce que lui reprochent vivement Washington et Bruxelles, qui réclament une réforme de l'organisation.


Démission surprise du président de la Bundesbank, figure de l'orthodoxie monétaire

Short Url
  • Le mandat de Jens Weidmann, le second depuis 2011 et qui devait s'achever en 2027, est marqué par la perte d'influence de Berlin sur la politique de la BCE
  • Le patron de la «Buba» était le chef de file des «faucons», face aux «colombes» plus laxistes au sein du Conseil des gouverneurs de la BCE

FRANCFORT : Coup de tonnerre dans l'univers feutré des banques centrales: l'influent président de la Bundesbank allemande, Jens Weidmann, figure de l'orthodoxie monétaire, va quitter son poste bien avant la fin de son mandat et à un moment clé pour l'avenir de la politique monétaire européenne.

L'annonce de son départ, au 31 décembre, intervient également au moment où l'Allemagne s'apprête à tourner la page Angela Merkel, à laquelle était liée la carrière de ce banquier central qui a incarné l'obsession du pays pour la lutte contre l'inflation.

"Je suis arrivé à la conclusion qu'après plus de 10 ans, c'est le bon moment pour ouvrir un nouveau chapitre - pour la Bundesbank (la Banque fédérale d'Allemagne), mais aussi pour moi personnellement", écrit le président de la "Buba", âgé de 53 ans, dans une lettre aux salariés de l'institution.

Son mandat, le second depuis 2011, n'aurait dû s'achever qu'en 2027.

La démission de M. Weidmann sonne comme un aveu d'échec pour ce chef de file des "faucons" prônant l'orthodoxie monétaire, face aux "colombes" plus laxistes au sein du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

Arrivé à la tête de la banque centrale allemande en pleine crise de l'euro et de la dette grecque, il n'a pu empêcher, en une décennie, la perte d'influence de l'Allemagne sur la politique monétaire menée par la BCE.

Ses réticences face au cap expansionniste pris par la BCE ces dernières années se font encore sentir dans sa lettre de départ :

Il est "crucial de ne pas perdre de vue les risques d'inflation potentiels", qui suggèrent une politique monétaire plus restrictive, écrit-il.

La politique monétaire doit en outre "respecter son mandat étroit et ne pas se laisser entraîner par la politique budgétaire ou les marchés", plaide M. Weidmann.

Jens Weidmann préfère se retirer avant un nouveau round de discussions délicates entre les 25 membres du conseil des gouverneurs de la BCE sur la stratégie monétaire dans un contexte de poussée inflationniste, estime un proche auprès de l'AFP.

Sa décision de partir était même acquise dès cet été, mais il en a retardé l'annonce pour ne pas interférer dans la campagne des élections législatives allemandes du 26 septembre, ajoute cette source.

Le responsable allemand aura été un candidat malheureux à la présidence de la BCE en 2019 face à Christine Lagarde, qui a dit "respecter" mais "regretter aussi énormément" l'annonce du départ de M. Weidmann, en qui elle voit un "bon ami".

L'ancienne ministre française loue notamment sa "volonté de trouver un compromis", qui s'est dernièrement manifestée quand la BCE a adopté, après débats, une nouvelle stratégie révisant la cible d'inflation.

Même regret exprimé par Angela Merkel, dont M. Weidmann fut conseiller pour l'économie : elle a salué "son travail durant des années qui ont été très difficiles en termes de politique monétaire et de budgétaire".

"Le camp des faucons perd une voix importante", commente de son côté Carsten Brzeski, économiste chez ING. Une voix qui "a souvent été incapable de faire accepter ses idées au Conseil de la BCE", relève Jörg Krämer, chez Commerzbank.

M. Weidmann plaide déjà depuis plusieurs mois pour que l'institut se prépare à resserrer la vis du crédit après avoir déployé un arsenal de mesures exceptionnelles de soutien face à la crise du coronavirus.

Mais le banquier allemand a aussi su "jouer collectif" en 2020 quand il a fallu en urgence assouplir la politique monétaire face à la pandémie, d'où l'importance "de savoir qui lui succédera", note Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management.

La désignation de son successeur s'annonce comme l'une des premières décisions fortes du gouvernement, probablement dirigé par le centriste Olaf Scholz, qui prendra la suite de l'équipe d'Angela Merkel.

Vainqueur des élections, le parti social-démocrate (SPD) négocie actuellement avec les Verts et libéraux du FDP la formation d'une coalition qui pourrait adopter une orientation moins rigide côté politique budgétaire.

Mais le FDP, attaché à l'orthodoxie financière, a souligné qu'il souhaitait "la continuité" au sommet de la Bundesbank, augurant de discussions délicates avec ses partenaires.


La Saudi Investment Recycling Company vise une «économie circulaire» à zéro déchet, d'ici 2035

Des sacs en plastique, des contenants de restauration rapide et des canettes vides jetés dans la nature. (Photo, Getty images)
Des sacs en plastique, des contenants de restauration rapide et des canettes vides jetés dans la nature. (Photo, Getty images)
Short Url
  • L'Arabie saoudite produit 50 millions de tonnes de déchets par an, et presque tous finissent dans des décharges
  • Les objectifs de la SIRC sont extrêmement ambitieux et impliquent tous les secteurs de la société saoudienne : chaque ministère, chaque municipalité, chaque école et, finalement, chaque individu

Un long été d'inondations, d'incendies de forêt et de vagues de chaleur extrêmes à travers la planète a engendré la dure prise de conscience que le gaspillage et la pollution perpétrés par les humains ont un impact désastreux sur le climat et l'environnement. Un consensus se développe parmi les politiciens et les décideurs sur le fait qu'un tout nouveau mode de vie doit être adopté, non seulement pour le bien de la planète, mais pour la survie même de la race humaine.

C'est dans ce contexte sinistre que se tiendra le prochain Forum de l'Initiative verte saoudienne (SGI) à Riyad, durant la dernière semaine de novembre. Sous le parrainage du prince héritier Mohammed ben Salmane, le forum «dévoilera la feuille de route de la SGI pour l’exécution… mettra en lumière les efforts écologiques du Royaume… [et] incitera à l'action tout en suscitant des solutions innovantes pour aider à lutter contre le changement climatique».

L'Arabie saoudite produit pas moins de 50 millions de tonnes de déchets par an, dont 95% finissent dans des décharges, contaminant la terre et libérant des gaz à effet de serre dans l'atmosphère pour les décennies à venir. Ce qui n'est pas enfoui se retrouve dans les rues, sous forme de sacs en plastique jetés, de contenants de restauration rapide et de canettes de soda vides.

Le gouvernement saoudien est désormais déterminé à inverser ce scénario négatif, en faveur d'une «économie circulaire» fondée sur le principe de zéro déchet – le concept moteur étant que toute forme de débris constitue la matière première d'un nouveau produit ou d'une source d'énergie.

L’agent principal de changement à cet égard est la Saudi Investment Recycling Company (SIRC), qui a été créée par décret royal en 2017, en tant que filiale à part entière du Fonds d'investissement public (PIF).

«Nous sommes l’organe exécutif derrière l'économie circulaire», a déclaré le PDG de la SIRC, Ziyad al-Shiha à Arab News. «Nous travaillons avec le secteur privé local et mondial, en améliorant la technologie locale, en introduisant les meilleures pratiques et en créant des emplois. Cela fait partie de l'initiative verte de l’Arabie saoudite, de l'initiative verte du Moyen-Orient, et même de l'initiative verte du monde entier.»

L'objectif déclaré de la SIRC est de réduire la mise en décharge des déchets de 100% aujourd’hui à effectivement 0% d'ici 2035. «Il s’agira d’une approche intégrée», affirme Al-Shiha, «contrairement à l'approche fragmentée du passé».

La stratégie globale de recyclage de la SIRC vise douze éléments distincts de déchets, notamment les eaux usées brutes, les débris de construction/démolition, les déchets municipaux solides (c'est-à-dire les ordures) et les boues agricoles. Le reste est un cocktail toxique d'effluents industriels, de véhicules et de batteries en fin de vie, de vieux pneus, de lubrifiants automobiles, d'équipements électroniques hors d’usage et d'huile de cuisson.

Les seuls déchets qui ne relèvent pas de la compétence de la SIRC sont ceux provenant de l'armée et de l'énergie nucléaire, tous deux traités par des organismes plus spécialisés.

L'économie circulaire offre de vastes possibilités en termes de produits, de création d'énergie et de services – autant d’éléments qui contribueront sans doute fortement à la diversification de l'économie saoudienne hors du pétrole et de ses dérivés, conformément à la Vision 2030.

L’une des formes de valeur ajoutée est la «valorisation énergétique des déchets», qui permet de sécher et d’incinérer les ordures, les eaux usées brutes ou les boues industrielles, afin d’alimenter des turbines à vapeur, par exemple. La SIRC a récemment signé un protocole d'entente avec la National Water Company (Société nationale des eaux) pour traiter les eaux usées brutes à cette seule fin. Le modèle ici est le plus grand programme de traitement des boues et de récupération d’énergie au monde, construit par Veolia à Hong Kong.

L'incinération des déchets libère effectivement du CO2, mais étonnamment, laisser les déchets se décomposer dans une décharge crée en fin de compte 20 à 40 fois plus d'émissions de gaz à effet de serre sous forme de méthane, sur une période de plusieurs années.

Des opportunités commerciales existent également dans la conversion des débris de construction en nouveaux produits attrayants. La SIRC a construit une immense usine de traitement des déchets de construction dans le nord de Riyad, où les gravats sont triés et recyclés en ballast pour le remblayage et l'aménagement paysager, en briques de granulats pour les nouvelles constructions et en acier brut qui peut être fondu pour fabriquer de nouvelles poutres et de nouveaux tuyaux. L'usine est déjà opérationnelle, avec une capacité de traitement potentielle de 12 000 tonnes (400 chargements de camion) par jour.

Ces deux projets sont dirigés par la SIRC, mais l'économie circulaire ne se fera pas sans la participation active des entrepreneurs et des entreprises. «Nous disposons d’un cadre réglementaire qui nous permet d'évoluer avec le secteur privé de manière très rentable», explique Al-Shiha. «La SIRC achètera et investira dans des entreprises, et établira des co-entreprises. Nous invitons les entreprises locales, régionales et mondiales à nous contacter pour explorer toutes les options permettant de faire avancer l'économie circulaire.»

La SIRC offre une participation au capital de 20 à 30% avec une structure de dette de 70 à 80% aux entreprises saoudiennes et non saoudiennes intéressées par le recyclage et la gestion des déchets. Selon Al-Shiha, 120 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien = 0,23 euro) seront investis dans l'économie circulaire en Arabie saoudite d'ici 2035.

Les projets tels que la valorisation énergétique des déchets sont à grande échelle, impliquant des milliards de riyals. Mais il y a aussi beaucoup de place pour les PME qui fournissent des services plus spécialisés, tels que le désassemblage et le tri des équipements électriques hors d’usage, ou qui offrent une large gamme de services de conseil requis pour une gestion «intelligente» des déchets.

Le chemin vers une économie entièrement circulaire est long et difficile. L'Arabie saoudite vise à dépasser en 15 ans ce que la plupart des économies du G20 ont mis 30 à 40 ans à réaliser. Aujourd'hui encore, des pays très développés comme le Japon, l'Allemagne et le Royaume-Uni sont loin d'être des économies entièrement circulaires, même s'ils ont tous considérablement intensifié le recyclage et réduit leurs décharges au cours des dernières décennies.

Il reste beaucoup à faire dans le Royaume. Le tri des «déchets à la source», c'est-à-dire la séparation des déchets des maisons, des supermarchés et des usines, n’existe pas. À l’heure actuelle, seul un grand bac à ordures se tient à l'extérieur des maisons et des bâtiments. Bientôt, il y aura trois bacs: un pour les matières organiques (à transformer en compost ou à sécher et brûler pour produire de l'énergie); un pour les matières recyclables sèches (métal, canettes, plastique, verre et papier); et un troisième pour les matières «sales et humides», par exemple les couches pour bébés, qui peuvent aussi être incinérées afin de produire de l’énergie.

Les pratiques illégales, telles que le marché noir du plastique et du papier recyclés et le déversement négligeant de débris de construction constituent un autre problème pertinent. De nouvelles réglementations ont été introduites au cours des deux derniers mois, pour incriminer et sanctionner ceux qui polluent l'environnement.

La bonne nouvelle est que l'Arabie saoudite peut tirer parti de l'expérience et des connaissances d'autres pays. «Nous pouvons commencer là où les autres sont arrivés», assure Al-Shiha. «Nous devons investir dans les infrastructures, mais nous devons également assurer une éducation adéquate et créer des programmes de sensibilisation dans ce domaine.

«Une fois que nous aurons atteint 25 à 35% de recyclage, nous pourrons dire au public: “Regardez, c'est votre effort. Et voici le résultat que nous vous rapportons”» Cela, on l'espère, fera du recyclage un mode de vie.

Les objectifs de la SIRC sont extrêmement ambitieux et impliqueront tous les secteurs de la société saoudienne: chaque ministère, chaque municipalité, chaque école et collège et, finalement, chaque individu.

Mais Al-Shiha reste optimiste. «La jeunesse d'aujourd'hui est très progressiste», témoigne-il. «Ils aiment l'environnement et veulent améliorer la qualité de vie. Nous sommes maintenant à un tournant. La première étape consiste à reconnaître et à admettre que vous avez un problème, puis à mettre en œuvre tous les systèmes et réglementations, et à inviter les gens à participer. En tant qu'êtres humains, nous devons jouer un rôle très positif, nous devons être passionnés et contribuer à l'économie circulaire.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com