Basée en Israël, la chaîne i24news ouvre un bureau aux Emirats

Cette photo prise le 16 décembre 2020 montre une vue au-dessus d'Israël depuis la fenêtre d'un avion à bord d'un vol flydubai de l'aéroport international Ben Gourion à Dubaï au moment du départ (AFP)
Cette photo prise le 16 décembre 2020 montre une vue au-dessus d'Israël depuis la fenêtre d'un avion à bord d'un vol flydubai de l'aéroport international Ben Gourion à Dubaï au moment du départ (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 21 juin 2021

Basée en Israël, la chaîne i24news ouvre un bureau aux Emirats

  • En décembre dernier, dans la foulée de la normalisation des relations entre Israël et les Emirats, i24News et le conglomérat Abu Dhabi Media s'étaient entendus sur un "échange" de contenus entre leurs rédactions basées dans les deux pays
  • i24News, qui diffuse en français, en anglais et en arabe, échangera aussi des contenus avec l'éditeur du quotidien anglophone Gulf News

JERUSALEM : Disant vouloir montrer le "nouveau Moyen-Orient", la chaîne d'information internationale i24News a annoncé lundi une série d'accords avec les Emirats arabes unis dont l'ouverture d'un bureau permanent à Dubaï, une première pour un média basé en Israël.

En décembre dernier, dans la foulée de la normalisation des relations entre Israël et les Emirats, i24News et le conglomérat Abu Dhabi Media s'étaient entendus sur un "échange" de contenus entre leurs rédactions basées dans les deux pays.

Lundi, la chaîne i24News, propriété du milliardaire Patrick Drahi, a annoncé l'implantation d'un bureau permanent à la Média City de Dubaï après avoir obtenu des licences de diffusion des deux grands opérateurs de télécoms des Emirats, Etisalat et DU.

"Au niveau de la symbolique, cela montre que i24news est perçu (...) comme la plateforme et la chaîne des accords d'Abraham (nom donné aux accords de normalisation entre Israël et les Emirats, NDLR)", a déclaré à l'AFP Frank Melloul, PDG d'i24news.

"Cela montre aussi comment i24news a réussi à s'imposer en un temps record comme un acteur majeur médiatique de la région", a-t-il estimé.

Les parties ont aussi l'intention de mettre sur pied "la fibre de la paix", une ligne de fibre optique reliant le Golfe à Israël via la Jordanie, afin entre autres de connecter les studios de médias aux Emirats à ceux de la chaîne à Tel-Aviv, a ajouté M. Melloul.

i24News, qui diffuse en français, en anglais et en arabe, échangera aussi des contenus avec l'éditeur du quotidien anglophone Gulf News et avec le ministère émirati du Tourisme, qui promouvra la monarchie du Golfe dans des publicités télévisées.

Pour l'occasion, la chaîne basée à Jaffa, sur la côte israélienne, a dévoilé un nouveau slogan: "Le coeur d'un nouveau Moyen-Orient bat sur i24News".

Dans un communiqué, la directrice du bureau des médias de l'émirat de Dubaï, Mona al-Marri, s'est félicitée de "l'établissement d'une coopération entre les secteurs des médias des Emirats et d'Israël". Le directeur de la Media City, zone franche où sont concentrés nombre de médias basé à Dubaï, Majed Al Suwaidi, a salué "l'ouverture d'un bureau d'i24news".

L'annonce de ces accords survient quelques semaines après la dernière guerre de Gaza, du 10 au 21 mai, qui a fait l'objet d'une intense couverture depuis l'enclave palestinienne par la chaîne Al-Jazeera, basée au Qatar, émirat critique jusqu'à présent des accords de normalisation entre l'Etat hébreu et des pays arabes (Emirats, Bahreïn, Soudan, Maroc).

Depuis la normalisation en septembre des relations entre les Emirats et Israël, les deux pays ont mis sur pied des lignes aériennes directes, nommé des ambassadeurs et multiplié les visites de délégations commerciales.

Les Palestiniens ont dénoncé les accords de normalisation, qualifiée de "trahison", la résolution du conflit israélo-palestinien ayant été jusqu'alors considérée comme une condition sine qua non à toute normalisation.

 

 


Algérie: la justice annule des poursuites contre une figure du Hirak

Karim Tabbou, l'une des figures les plus en vue sinon la plus connue du « Hirak », à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, à l'extérieur de la prison de Kolea près de la ville de Tipasa. (Photo, AFP)
Karim Tabbou, l'une des figures les plus en vue sinon la plus connue du « Hirak », à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, à l'extérieur de la prison de Kolea près de la ville de Tipasa. (Photo, AFP)
Short Url
  • Karim Tabbou avait été condamné en première instance le 7 décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour «atteinte à la sûreté nationale»
  • «Cette décision mérite d'être saluée», a réagi Said Salhi vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme

ALGER: Un tribunal algérien a annulé lundi une condamnation à un an de prison avec sursis à l'encontre de Karim Tabbou, figure du mouvement pro-démocratie Hirak, faisant valoir qu'il avait déjà été jugé par une autre Cour pour la même accusation.

"La Cour de Tipaza (ouest d'Alger) a décidé l'extinction des poursuites contre Karim Tabbou", car l'affaire a déjà été jugée pour le même chef d'accusation "d'atteinte à la sûreté nationale" par la Cour d'Alger, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

"Cette décision mérite d'être saluée", a réagi Said Salhi vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).

M. Tabbou avait été condamné en première instance le 7 décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour "atteinte à la sûreté nationale". Lors du procès en appel le 27 septembre devant la Cour de Tipaza, le procureur avait requis trois ans de prison ferme.

Mais les avocats de M. Tabbou ont dénoncé une "violation de la loi", arguant que leur client avait été condamné à la même peine et pour le même chef d'inculpation lors d'un précédent procès et ne pouvait donc pas, selon la loi algérienne, être jugé de nouveau sous la même accusation.

M. Tabbou, 47 ans, avait en effet été condamné en appel par la Cour d'Alger le 24 mars 2020 à un an de prison ferme pour le même chef d'"atteinte à la sûreté nationale", en raison d'une vidéo publiée sur la page Facebook de son parti dans laquelle il critiquait l'ingérence de l'armée dans les affaires politiques, peine qu'il a déjà purgée. 

Chef d'un petit parti d'opposition non agréé par les autorités, l'Union démocratique et sociale (UDS), il est l'un des visages les plus populaires du Hirak, mouvement antisystème inédit né en février 2019.

Par ailleurs, Karim Tabbou a été placé le 29 avril sous contrôle judiciaire à la suite d'une altercation avec Bouzid Lazhari, le président du Conseil National des droits de l'Homme (CNDH), un organisme officiel. L'affaire n'a pas encore été jugée.

Plus de 200 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie en lien avec la contestation et/ou les libertés individuelles. Des poursuites fondées, pour beaucoup, sur des publications sur Facebook critiquant les autorités, d'après le CNLD.


Incendie à Djebel Ali à Dubaï, rapidement maîtrisé

Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Short Url
  • Aucune victime n’a été signalée
  • Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali

DUBAÏ: Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination de déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali, située loin des usines de la zone, a indiqué le bureau des médias de Dubaï.

Sur le site, une forte fumée due à la combustion de déchets pétroliers a été observée dans une partie déserte de la zone industrielle.

Aucune victime n’a été signalée.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï accueille 23 000 visiteurs en une journée

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Short Url
  • Le nombre total de visites du pavillon saoudien est à plus de 200 000
  • Le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati

DUBAÏ: Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï a accueilli 23 000 visiteurs en une journée, ce qui porte le nombre total de visites à plus de 200 000, a rapporté l’agence de presse saoudienne officielle SPA.

Le commissaire général du pavillon saoudien, l’ingénieur Hussein Hanbaza, a remarqué que le pavillon a attiré l’attention des visiteurs grâce à ses sections et activités qui reflètent la richesse humanitaire ainsi que les composantes civiles et de développement du Royaume. 

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. Des spectacles de folklore populaire ont également eu lieu dans le deuxième plus grand pavillon du site de l’exposition.

Par ailleurs, le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati. Il a été reçu par l’ambassadeur saoudien aux Émirats arabes unis, Turki ben Abdallah al-Dakhil, et le chef du pavillon saoudien, M. Hanbaza.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com