Norman Roule, ancien responsable de la CIA: l’élection de Raïssi signifie la «continuité de la ligne dure»

Malgré la réputation d'ultraconservateur de Raïssi, Norman Roule, expert du Moyen-Orient et ancien haut responsable de la Central Intelligence Agency américaine, estime que l'arrivée au pouvoir du religieux de 60 ans changera peu de choses en termes de portée et d’orientation de la politique étrangère de l'Iran. (Photo fournie)
Malgré la réputation d'ultraconservateur de Raïssi, Norman Roule, expert du Moyen-Orient et ancien haut responsable de la Central Intelligence Agency américaine, estime que l'arrivée au pouvoir du religieux de 60 ans changera peu de choses en termes de portée et d’orientation de la politique étrangère de l'Iran. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 24 juin 2021

Norman Roule, ancien responsable de la CIA: l’élection de Raïssi signifie la «continuité de la ligne dure»

  • Il prédit que le régime iranien va maintenir son soutien aux milices affiliées dans le monde arabe, en guise de démonstration de force sur la scène internationale
  • «Maintenant qu'il occupe le poste de président, il aura l’occasion de placer des partisans de la ligne dure, d'anciens membres du CGRI en particulier, dans différentes postes»

LONDRES : Lorsqu'Ebrahim Raïssi a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle iranienne le 18 juin, le monde a rapidement tourné son attention vers la région arabe, où les armes sophistiquées et les milices satellites République islamique inspirent depuis longtemps la terreur et jettent leur ombre sur les affaires intérieures.

Malgré la réputation d'ultraconservateur de Raïssi, Norman Roule, expert du Moyen-Orient et ancien haut responsable de la Central Intelligence Agency américaine, estime que l'arrivée au pouvoir du religieux de 60 ans changera peu de choses en termes de portée et d’orientation de la politique étrangère de l'Iran.

«L'élection d'Ebrahim Raïssi signifie que l'Iran est en train de passer à une nouvelle génération de dirigeants ultraconservateurs qui va poursuivre les politiques agressives dans la région», affirme-t-il à Arab News dans une interview spéciale.

Roule est bien placé pour le savoir: il est conseiller principal du Counter Extremism Project (Plan de lutte contre l’extrémisme) et de United Against Nuclear Iran (Unis contre l’Iran nucléaire). Sa carrière à la CIA dans les coulisses du Moyen-Orient s’étale sur 34 ans.

Il prédit que le régime iranien va maintenir son soutien aux milices affiliées dans le monde arabe, en guise de démonstration de force sur la scène internationale.

«Les milices satellites de l'Iran dans la région, dont les Houthis (au Yémen), les Kataïb Hezbollah et autres milices irakiennes, les milices en Syrie et le Hezbollah libanais, bénéficieront d’un soutien fort et continu de la part de Téhéran», explique-t-il.

Lundi, dans ses premiers commentaires après sa victoire écrasante, Raïssi a rejeté la possibilité de négocier le programme de missiles balistiques de l'Iran et son soutien aux milices régionales, dans le cadre de la reprise des pourparlers nucléaires. «C'est non négociable», insiste-t-il.

Raïssi a obtenu près de 62 % des 28,9 millions de voix lors d’une élection qui a enregistré le plus faible taux de participation de l'histoire de la République islamique. La liste des candidats avait été soigneusement montée par le puissant Conseil des Gardiens du régime pour garantir l’élection de leur poulain.

Même avec un mandat fort, le président iranien a en réalité très peu de contrôle sur la politique étrangère et militaire du régime. En réalité, les activités du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et de sa force extraterritoriale Al Qods sont sous le commandement strict du guide suprême, l'ayatollah Khamenei.

Ainsi, alors que Raïssi succède à son prédécesseur modéré Hassan Rouhani, l'ancien juriste islamique sera simplement «plus idéologiquement cohérent et soutiendra ces efforts», précise Roule.

Le véritable pouvoir du nouveau président consistera cependant à garantir que l'idéologie ultraconservatrice de Wilayat Al-Faqih conçue par l'ayatollah Rouhollah Khomeini, père de la révolution islamique de 1979, et qui fait l’apologie du pouvoir des mollahs, soit maintenue.

«Maintenant qu'il occupe le poste de président, il aura l’occasion de placer des partisans de la ligne dure, d'anciens membres du CGRI en particulier, dans différentes postes du gouvernement iranien. Ainsi, lorsque le guide suprême sera mort, il pourra aisément assurer la transition vers un régime ultraconservateur qui, en raison de son âge relativement jeune, pourrait durer vingt ou trente ans».

Surnommé le «boucher de Téhéran» par les militants des droits de l’homme, Raïssi reste impénitent. Protégé de Khamenei, il est accusé d'avoir ordonné l'exécution de dizaines de milliers de dissidents au cours des trois dernières décennies. Des militants iraniens affirment de plus que, jeune procureur dans les années 1980, il aurait dirigé des «commissions de la mort» qui ont enterré dans des fosses communes les prisonniers politiques tués en 1988.

Son élection à la présidence laisse présager de nouvelles mesures de répression contre les dissidents et les manifestants.

«À un moment donné, le peuple iranien pourrait décider qu'il en a juste assez, et je pense que ce sera une période d’effusion de sang. Les forces de sécurité en Iran vont se mettre de la partie», a déclaré Roule. «Vous ne pouvez pas vous empêcher de ressentir de l’empathie pour le peuple iranien qui subit ce régime à une époque de changement aussi extraordinaire et positif si proche de sa frontière».

En effet, juste de l'autre côté du Golfe, des pays comme l'Arabie saoudite et les EAU progressent dans les domaines de la technologie, du divertissement et même de la réduction des effets du changement climatique.

«J'ai passé de nombreuses années à suivre ce qui se passe dans la région, et j’assiste en ce moment à la série la plus extraordinaire et la plus impressionnante de changements politiques, sociaux, économiques et technologiques. L'Iran ne fait partie d'aucun de ces changements, a souligné Roule.

«Le peuple iranien a une histoire extraordinaire, mais prend chaque jour de plus en plus en retard. L'Iran est coincé dans une distorsion temporelle. Il est coincé dans un système politique archaïque, qui n'est pas en phase avec la direction que prend le monde».

Raïssi affirme qu'il n'y a aucun obstacle à ce que l'Iran et l'Arabie saoudite rétablissent leurs relations, Mais Roule prend la déclaration du président élu avec un grain de sel.

«Les obstacles à de meilleures relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite s’incarnent en missiles et en drones iraniens, qui semblent viser tous les jours des hommes, des femmes et des enfants innocents en Arabie saoudite», explique-t-il.

«L'Arabie saoudite et les États arabes du Golfe ne mènent aucune agression contre l'Iran, alors que lui fournit régulièrement à ses milices des fonds, des armes et la formation nécessaires pour attaquer des civils innocents dans toute la région. C'est un terrible obstacle».

Raïssi doit entrer en fonction le 8 août, à un moment diplomatiquement sensible. Les puissances américaine et européennes tentent actuellement de faire revivre une version de l'accord nucléaire de 2015, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global commun. L’administration américaine précédente s'en est retirée en 2018, ne le trouvant pas assez ferme.

Alors que nombreux sont ceux qui pensent qu'un nouvel accord amélioré affaiblira l'Iran et apportera le calme dans la région, Roule n'est pas du tout d'accord. Il estime que allègement des sanctions sur Téhéran en échange de restrictions nucléaires ne ferait qu'alimenter ses autres activités.

«Il n'y a aucune raison pour que les partisans de la ligne dure iranienne s'opposent à un accord nucléaire. Un accord nucléaire ne limite pas les activités régionales ou les activités relatives aux missiles. Il leur fournit des ressources stables pour soutenir effectivement ces activités», a-t-il précisé.

«Je ne crois pas que l'Iran va réduire sa menace régionale. Je pense que la nature de la dynamique politique régionale changera à mesure que le conflit en Syrie prendra fin et que l'Irak se stabilisera. Les Iraniens vont chercher à changer les milices combattantes qui leur sont affiliées par des représentants politiques, et je pense que nous allons assister à un autre type d'activité de l’Iran dans la région».

À cette fin, Roule prédit que l'Iran augmentera son soutien à la milice libanaise qui lui est affiliée. «Le Hezbollah devra suivre une voie très prudente au cours des prochains mois au Liban», a-t-il déclaré.

Ses leaders «souhaitent conserver leur contrôle, leur influence, ainsi que l'influence de leurs alliés politiques sur les ministères clés, mais veulent s'assurer de ne pas être perçus comme responsable des décisions économiques et politiques et des crises» subséquentes.

«Imaginez que 600 à 700 millions de dollars par an soient envoyés à une organisation et une milice, toutes deux terroristes, qui tiennent le peuple libanais en otage. Ceci s’accentuera malheureusement après un accord nucléaire, et la communauté internationale a très peu d'options pour le limiter».

Roule pense également que l'élection de Raïssi à la présidence rendra encore plus éloignée la possibilité d'une solution diplomatique à la guerre au Yémen, car la milice houthie soutenue par l'Iran n'acceptera probablement pas un arrangement qui réduirait son influence.

«Je reste généralement pessimiste uniquement parce que les acteurs régionaux et les Nations Unies ont travaillé très dur pendant des années pour amener les Houthis à une solution diplomatique», a-t-il déclaré à Arab News.

«Ils ont proposé une série d’arrangements politiques et financiers au peuple yéménite, en collaboration avec le gouvernement yéménite, qui est un acteur que nous ne devrions jamais oublier, alors que les Houthis l'ont rejeté».

Twitter: @Tarek_AliAhmad

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Pourquoi le complot qui visait à tuer John Bolton fait partie de l’ADN du régime iranien

John Bolton (à gauche), Mike Pompeo et Adel al-Joubeir sont les dernières cibles dans le viseur du Corps des gardiens de la révolution islamique. (AFP)
John Bolton (à gauche), Mike Pompeo et Adel al-Joubeir sont les dernières cibles dans le viseur du Corps des gardiens de la révolution islamique. (AFP)
Short Url
  • Depuis 1979, des individus soupçonnés d’être affiliés au gouvernement iranien ont mené des attaques contre des dissidents et des personnalités de l’opposition dans plus d’une douzaine de pays
  • Les analystes avertissent que l’absence de conséquences graves pourrait être à l’origine des tentatives audacieuses de l’Iran d’assassiner des dissidents et des ennemis à l’étranger

KAMESHLI (Syrie)/DJEDDAH: Au cours de cette dernière année, et à l’insu des citoyens de Washington, un assassin aurait rôdé dans les rues de la capitale américaine à la recherche d’une cible principale: un ancien haut responsable américain, dont le meurtre allait secouer le monde et représenter un symbole de vengeance contre l’Occident.
Ce plan aurait été déjoué mercredi dernier, lorsque le ministère américain de la Justice a officiellement accusé un citoyen iranien d’avoir comploté pour tuer John Bolton, conseiller principal à la sécurité nationale sous les administrations Bush et Trump.
Shahram Poursafi est accusé d’avoir recouru à des installations commerciales interétatiques pour commettre un meurtre contre rémunération et d’avoir fourni – et tenté de fournir – un soutien matériel à des terroristes.

iran
L’avis de recherche émis par le FBI contre Shahram Poursafi. (AFP)

Selon l’acte d’accusation du ministère de la Justice, M. Poursafi a tenté d’embaucher des criminels aux États-Unis pour commettre le meurtre à Washington, D.C. ou dans le Maryland contre la somme de 300 000 dollars (1 dollar = 0,97 euro). M. Poursafi serait entré en contact avec une source confidentielle le 9 novembre dernier.
Le FBI affirme que M. Poursafi est membre du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), qui est désigné comme organisation terroriste par l’Arabie saoudite, Bahreïn et les États-Unis. Il agissait au nom de la force Al-Qods, branche d’élite du CGRI. M. Poursafi, qui est toujours en liberté, est armé et considéré comme dangereux.

 


Un terroriste déclenche sa veste explosive alors que les forces de sécurité saoudiennes tentent de l’arrêter

Abdallah ben Zayed Abdelrahman al-Bakri al-Shehri figure depuis sept ans sur la liste des personnes recherchées par les autorités du Royaume. Photo fournie.
Abdallah ben Zayed Abdelrahman al-Bakri al-Shehri figure depuis sept ans sur la liste des personnes recherchées par les autorités du Royaume. Photo fournie.
Short Url
  • Abdallah ben Zayed Abdelrahman al-Bakri al-Shehri figure depuis sept ans sur la liste des personnes recherchées par les autorités du Royaume.
  • Les forces de sécurité avaient localisé le terroriste et lancé une opération pour l'arrêter lorsqu'il a déclenché sa veste explosive.

DJEDDAH : Un homme, que les forces saoudiennes considéraient comme un terroriste, a activé son gilet explosif lorsque les forces de sécurité ont tenté de l'arrêter à Djeddah, a déclaré la présidence de la sécurité de l'État saoudien dans un communiqué vendredi.
Il est mort sur place dans le quartier Al-Samer de la ville, a précisé le communiqué, ajoutant qu'un résident pakistanais et trois agents de sécurité ont été blessés dans l'explosion.


Abdallah ben Zayed Abdelrahman al-Bakri al-Shehri figurait sur la liste des personnes recherchées par les autorités du Royaume depuis sept ans, selon le communiqué.
Les forces de sécurité avaient localisé le terroriste et lancé une opération pour l'arrêter lorsqu'il a déclenché sa veste explosive.
La présidence de la Sécurité de l’État a déclaré que l'opération confirme la détermination du Royaume à sévir contre les terroristes et à assurer la sécurité de tous les citoyens et résidents.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Iran veut s'équiper de trois autres satellites Khayyam

Un Iranien se tient à côté de missiles exposés à la mosquée Mosallah à l'occasion du deuxième anniversaire d'une attaque de missiles iraniens contre une base militaire américaine en Irak à la suite de l'assassinat d'un ancien haut commandant iranien, à Téhéran, le 7 janvier 2022. (AFP).
Un Iranien se tient à côté de missiles exposés à la mosquée Mosallah à l'occasion du deuxième anniversaire d'une attaque de missiles iraniens contre une base militaire américaine en Irak à la suite de l'assassinat d'un ancien haut commandant iranien, à Téhéran, le 7 janvier 2022. (AFP).
Short Url
  • Le satellite Khayyam a été lancé mardi par une fusée Soyouz-2.1B depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, contrôlé par Moscou
  • «La construction de trois autres satellites Khayyam avec la participation de scientifiques iraniens est à l'ordre du jour du gouvernement», a déclaré Ali Bahadori-Jahromi

TEHERAN: L'Iran prévoit de se doter de trois autres versions du satellite Khayyam lancé cette semaine par la Russie, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement iranien.

"La construction de trois autres satellites Khayyam avec la participation de scientifiques iraniens est à l'ordre du jour du gouvernement", a déclaré Ali Bahadori-Jahromi, sur son compte Twitter.

Le satellite Khayyam a été lancé mardi par une fusée Soyouz-2.1B depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, contrôlé par Moscou.

Lors d'une conférence de presse mercredi, le directeur de l'agence spatiale iranienne Hassan Salarieh avait expliqué que le satellite avait été construit par les Russes sous la supervision de l'Iran.

Les Etats-Unis affirment que le satellite serait destiné à des activités "d'espionnage" et qualifient la coopération croissante de Moscou avec Téhéran comme une "menace" grave.

L'Iran a rejeté mercredi ces allégations, affirmant que l'appareil était construit "pour répondre aux besoins du pays" notamment dans la "gestion des crises urbaines", et "des ressources naturelles".

La semaine dernière, le Washington Post citait des responsables anonymes du renseignement occidental assurant que la Russie "prévoyait d'utiliser le satellite pendant plusieurs mois ou plus" dans sa guerre en Ukraine avant d'en céder le contrôle à l'Iran.

L'agence spatiale iranienne a elle affirmé que la République islamique contrôlerait le satellite "dès le premier jour" notamment pour "surveiller (ses) frontières".

Khayyam, nommé en l'honneur du polymathe persan du XIe siècle Omar Khayyam, n'est pas le premier satellite iranien mis en orbite par la Russie. En 2005, Sina-1 avait été déployé depuis le cosmodrome russe de Plesetsk.

L'Iran insiste sur le fait que son programme spatial est à des fins civiles et de défense uniquement, et ne viole pas l'accord nucléaire de 2015 ni aucun autre accord international.

Les gouvernements occidentaux craignent que les systèmes de lancement de satellites intègrent des technologies interchangeables avec celles utilisées dans les missiles balistiques capables de livrer une ogive nucléaire, ce que l'Iran a toujours nié vouloir construire.

L'Iran a réussi à mettre en orbite son premier satellite militaire en avril 2020, s'attirant les foudres des Etats-Unis.