Vera Smart Fashion, le dressing virtuel qui réalise le rêve des fashionistas

Nada Bargachi. (Photo fournie).
Nada Bargachi. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 22 juillet 2021

Vera Smart Fashion, le dressing virtuel qui réalise le rêve des fashionistas

  • «On ne s’attendait pas à une croissance aussi rapide, nous avons donc bloqué les nouveaux téléchargements de l’application, et depuis, on travaille sur liste d’attente»
  • L’entrepreneuse est fière de porter une entreprise qui défend des valeurs: faire adopter une consommation écoresponsable du vêtement

PARIS : Après une expérience de dix ans dans le milieu de la mode et un MBA en Global Fashion Management, diplôme obtenu au prestigieux Institut français de la mode (IFM), Nada Bargachi, passionnée de mode, s’est lancée dans l’entrepreneuriat. Son idée: créer une application qui propose une tenue du jour en fonction de la météo et du contenu des placards.

vera
L'interface de l'application mobile Vera Smart Fashion. (Photo fournie).

Le projet semblait irréalisable. Mais c’était sans compter sur la détermination de la jeune femme qui, après quelques mois de réflexion, de travail et de nombreuses nuits blanches, affine son projet. Sa rencontre avec Olivia Breysse, docteure en intelligence artificielle, spécialiste de la blockchain et data scientist, est déterminante. Ensemble, elles fondent, en décembre 2019, la start-up Vera, dont le nom est un hommage à l’artiste Vera Molnar dont le style de peinture s’apparente à un algorithme.

Le déploiement de Vera est passé par deux cycles. Le premier, qui s’est déroulé pendant la période de confinement, a permis aux utilisateurs de créer un dressing avec une composition moyenne de 272 vêtements, et le second, qui s’est déroulé après le premier confinement, a permis aux utilisateurs d’utiliser l’application de façon très judicieuse: prendre en photo les produits neufs dans les magasins et vérifier, via l’application, la correspondance avec le contenu des dressings virtuels.

Développée grâce à un financement participatif, Vera optimise, grâce à l’intelligence artificielle, le contenu des placards en proposant de nouvelles associations de vêtements.

Six mois après son lancement, victime de son succès, manquant de moyens financiers et humains, l’équipe de Vera ne peut plus gérer l’afflux sur la plate-forme: «On ne s’attendait pas à une croissance aussi rapide, nous avons donc bloqué les nouveaux téléchargements de l’application, et depuis, on travaille sur liste d’attente. C’est notre seul moyen pour maîtriser nos coûts en attendant des jours meilleurs», nous confie Nada Bargachi. «Nous avons 1 500 utilisateurs actifs et 5 000 en liste d’attente sachant que nous n’avons pas fait d’investissements en marketing, c’est une croissance organique. Notre principal challenge est désormais de garder cette application gratuite pour le téléchargement, c’est qui nous permettra d’avoir un impact écoresponsable; cela ne plaît pas toujours aux investisseurs potentiels», ajoute-t-elle.

L’apport de l’intelligence artificielle

Développée grâce à un financement participatif, Vera optimise, grâce à l’intelligence artificielle, le contenu des placards en proposant de nouvelles associations de vêtements. L’objectif: acheter moins et mieux. Selon les entrepreneuses, Vera permet aussi d’avoir des idées de look et de changer nos habitudes de consommation en matière d’habillement. «L’application donne des idées de tenues en fonction de ce que les utilisateurs ont intégré dans leurs dressings virtuels et de la météo», indique Nada Bargachi à Arabnews en français. C’est rendu possible grâce à l’utilisation d’un algorithme de deep learning auquel on a appris le sens de l’habillement et du style que nous avons développés en collaboration avec les stylistes de l’IFM. L’algorithme est par exemple capable de comprendre que les modèles avec petits pois ne vont pas avec un vêtement à petits carreaux, et qu’à partir de 23°C, on peut mettre des chaussures ouvertes, et à l’inverse, à 0°C, il faudra mettre une doudoune», affirme-t-elle.

«La grande majorité des applications sont créées pour pousser à la consommation; mon associée et moi, nous voulions une application qu’on utilise à bon escient, afin de faire entrer la technologie dans le quotidien des gens pour avoir un impact responsable dans l’industrie du textile»

Elle ajoute: «On a cette lubie de vouloir associer les vêtements de la même manière alors que grâce à l’intelligence artificielle, on a la possibilité d’avoir des idées de tenues nouvelles et des suggestions qui nous permettent de redécouvrir le contenu de nos placards.»

Vera, un bijou de technologie pour mieux consommer le vêtement

Nada Bargachi, qui a passé de nombreuses années dans le milieu de la mode et dans l’industrie textile à Paris, New York et Casablanca, assure que cette industrie constitue l’activité la plus polluante après l’industrie pétrolière. Selon elle, la production textile ne cesse de croître, alors que les consommateurs, eux, n’utilisent que 30 % des vêtements qu’ils possèdent. «On constate qu’il y a un problème entre l’offre et la demande. L’offre est sans cesse renouvelée et la demande est à l’affût de celle-ci, alors que l’offre en question n’est pas considérée comme un besoin», nous explique-t-elle.

Elle poursuit: «La grande majorité des applications sont créées pour pousser à la consommation; mon associée et moi, nous voulions une application qu’on utilise à bon escient, afin de faire entrer la technologie dans le quotidien des gens pour avoir un impact responsable dans l’industrie du textile», se félicite la cofondatrice de Vera. Car, estime-t-elle, «la technologie est souvent utilisée dans une logique financière complètement capitalistique à court terme. Notre idée est plutôt de changer de paradigme et de l’utiliser de manière différente.»

vera
Photo tirée du compte Instagram de Vera Smart Fashion.
​​​​​

Nada Bargachi va plus loin. Elle ambitionne de créer un marketplace afin de vendre des produits de seconde main. «Grâce à l’intelligence artificielle, Vera pourrait proposer d’autres usages: le vêtement non sélectionné pourrait, par exemple, être proposé à la location, au troc, être donné ou encore être vendu à un autre utilisateur de la même morphologie. L’idée est de créer un énorme dressing virtuel qui serait destiné à l’ensemble des utilisateurs, de préférence du même secteur géographique afin d’éviter l’excès de packaging et de transport», indique-t-elle.

De nombreux challenges

Malgré son lancement en France, en Belgique, en Suisse et au Canada, Vera est encore en phase de développement. «Notre phase recherche et développement est longue, on développe les fonctionnalités de l’intelligence artificielle dans le milieu de la mode depuis deux ans, le retour sur investissement est aussi très long, car le volet écologique et écoresponsable nous tient à cœur», raconte Nada Bargachi. «Nous sommes en phase de transition entre le vieux monde très capitalistique, dans lequel le rendement est essentiel, et notre approche concernant les valeurs éthiques et l’évolution technologique qui compliquent la tâche.»

«Les défis dans ce projet sont multiples et surgissent par étapes. Deux femmes qui évoluent dans un milieu d’hommes, ce n’est pas facile tous les jours»

Ainsi Vera se distingue sur deux aspects: dans l’innovation propre à la FashionTech et dans l’acte d’usage. «Je mets un point d’honneur sur ce sujet», se réjouit Nada Bargachi. «C’est de cette façon que nous souhaitons, Olivia et moi, gérer notre entreprise, et démontrer que chiffre d’affaires, rentabilité, produits technologiques et impact responsable, c’est possible.»

Interrogée sur les perspectives de développement de l’entreprise, Nada Bargachi explique que Vera fait face à de nombreux challenges. «Les défis dans ce projet sont multiples et surgissent par étapes. Deux femmes qui évoluent dans un milieu d’hommes, ce n’est pas facile tous les jours. Dans nos sociétés, on manque de modèles féminins dans la FashionTech», nous confie-t-elle. «À ce sujet, j’aimerais délivrer un message aux femmes qui ont des idées de projets: lancez-vous, osez! Vous avez autant votre place que d’autres, même si on ne sort pas d’une grande école, ou d’un milieu privilégié.»

L’entrepreneuse, qui rappelle que la FashionTech, n’a pas le vent en poupe, contrairement aux autres branches de l’écosystème comme la FoodTech, la SurTech, la FinTech ou encore le secteur de la mobilité – scooters, trottinettes électriques et VTC…–, très convoitées par les investisseurs, est fière de porter une entreprise qui défend des valeurs: faire adopter une consommation écoresponsable du vêtement.


Un diamant rose géant mis aux enchères à Genève

La gemme de plus de 18 carats est le plus gros diamant rose de taille poire de cette qualité jamais mis aux enchères (Photo, AFP).
La gemme de plus de 18 carats est le plus gros diamant rose de taille poire de cette qualité jamais mis aux enchères (Photo, AFP).
Short Url
  • Le diamant, qui sera mis aux enchères pour la première fois le 8 novembre, a été estimé entre 25 et 35 millions de dollars
  • Il a été monté sur une bague, flanqué de part et d'autre d'un gros diamant blanc

GENEVE: Un diamant rose géant, une pierre très rare, va être mis aux enchères à Genève en novembre et pourrait se vendre jusqu'à 35 millions de dollars (36 millions d'euros), a annoncé lundi la maison Christie's.

La gemme de plus de 18 carats est le plus gros diamant rose de taille poire de cette qualité jamais mis aux enchères, ajoute Christie's, propriété d'Artémis, holding de la famille française Pinault.

Le diamant, qui sera mis aux enchères pour la première fois le 8 novembre, a été estimé entre 25 et 35 millions de dollars.

Il a été monté sur une bague, flanqué de part et d'autre d'un gros diamant blanc. Il pèse exactement 18,18 carats, un nombre considéré comme favorable en Asie selon Christie's.

"Son poids propice de 18,18 carats (...) porte chance en fait au nouveau propriétaire", explique à l'AFP Angela Berden, experte chez Christie's.

"C'est une belle pierre, il est extrêmement rare de trouver un diamant rose, un diamant rose vif, de cette taille", ajoute-t-elle, "je ne saurais pas où en trouver un autre".

Le "Fortune Pink" est le plus gros diamant poire d'un rose éclatant à être mis aux enchères à ce jour, mais d'autres diamants plus gros de forme coussin ont déjà été vendus.

En 2018, Christie's a vendu un spectaculaire diamant rose de 18,96 carats, le "Pink Legacy", pour plus de 50 millions de francs suisses soit 49,9 millions de dollars de l'époque --un prix record au carat pour une pierre de cette couleur.

Ce diamant de taille émeraude découvert il y a environ un siècle en Afrique du Sud a été acquis par le joaillier américain Harry Winston, propriété du groupe horloger suisse Swatch, qui l'a immédiatement rebaptisé le "Winston Pink Legacy".

L'année précédente, le "Raj Pink", plus gros diamant rose intense au monde pesant 37,3 carats et mis aux enchères par Sotheby's, n'avait pas trouvé preneur. Il avait été estimé jusqu'à 30 millions de dollars.


Rihanna de retour sur scène pour la mi-temps du Super Bowl

Rihanna participe au 5e bal annuel au profit de la Fondation Clara Lionel au Cipriani Wall Street à New York (Photo, AFP).
Rihanna participe au 5e bal annuel au profit de la Fondation Clara Lionel au Cipriani Wall Street à New York (Photo, AFP).
Short Url
  • Rihanna animera en février prochain le toujours spectaculaire concert de la mi-temps du Super Bowl selon Apple Music
  • Rihanna, qui s'est aussi aventurée avec succès dans la mode, est devenue milliardaire, utilisant sa renommée pour lancer des marques de mode

WASHINGTON: La superstar Rihanna animera en février prochain le toujours spectaculaire concert de la mi-temps du Super Bowl, a annoncé dimanche Apple Music, principal sponsor de ce show aux audiences massives et à l'immense impact financier.

"IT'S ON" ("C'est parti!"), a tweeté Apple Music, ajoutant: "Rihanna sera sur scène" le 12 février 2023 à Glendale, dans l'Arizona, lors de la finale du championnat de football américain, l'événement le plus regardé à la télévision aux Etats-Unis.

Le compte partage en illustration une photo publiée sur les réseaux sociaux par la chanteuse de "Umbrella" et "Diamonds", montrant sa main ornée de tatouages et tenant un ballon de football américain.

Le cliché a été repris par la ligue de football américain NFL.

La chanteuse de la Barbade a depuis plusieurs années mis la musique de côté, au moins publiquement, pour se consacrer notamment à sa marque de cosmétiques "Fenty".

Rihanna, qui s'est aussi aventurée avec succès dans la mode, est devenue milliardaire, utilisant la renommée gagnée grâce à sa musique pour lancer des marques de lingerie, de maquillage et de mode.

Rihanna et le rappeur A$AP Rocky ont eu leur premier bébé le 13 mai à Los Angeles.

Elle entretient le mystère depuis des années sur la sortie de son prochain album. Son dernier opus date de 2016.

A la mi-temps du Super Bowl, elle succèdera à Dr. Dre, Snoop Dogg, Kendrick Lamar, Mary J. Blige et Eminem.

Ces légendes du rap avaient, lors du "halftime show" en février dernier, enchaîné les titres incontournables au cours d'un show impeccablement chorégraphié.

La dernière finale du championnat de football américain, remportée par les Rams face aux Bengals, avait attiré en moyenne quelque 112,3 millions de spectateurs (télévision et streaming), selon NBCUniversal Television and Streaming, son diffuseur.

Le concert à grand spectacle de la mi-temps est produit depuis 2019 par le groupe Roc Nation, fondé par le rappeur new-yorkais et désormais riche homme d'affaires Jay-Z.

Apple Music avait pour sa part annoncé en septembre qu'il devenait le principal sponsor du concert, évinçant Pepsi -- et déboursant pour cela 50 millions de dollars selon la presse.

En 2021, c'est l'artiste canadien The Weeknd qui avait animé le spectacle de la mi-temps, après Jennifer Lopez et Shakira en 2020.

Les plus grandes stars sont montées sur scène lors du Super Bowl, comme Michael Jackson, U2 ou Madonna. L'événement a aussi eu son scandale quand, en 2004, un sein dénudé de Janet Jackson était apparu à l'écran après un geste trop vigoureux de son partenaire sur scène Justin Timberlake.


«Don't Worry Darling» domine le box office nord-américain sans se faire de bile

 Olivia Wilde à la première de «Don't Worry Darling» au AMC Lincoln Square Theatre (Photo, AFP).
Olivia Wilde à la première de «Don't Worry Darling» au AMC Lincoln Square Theatre (Photo, AFP).
Short Url
  • Thriller dystopique d'Olivia Wilde dont la production a été entachée de rumeurs et la sortie pas franchement applaudie par la critique, a pris un bon départ
  • Le film a engrangé 19,2 millions de dollars, selon des chiffres provisoires du cabinet Exhibitor Relations publiés dimanche

LOS ANGELES: Il n'y avait donc pas de quoi s'inquiéter: "Don't Worry Darling", thriller dystopique d'Olivia Wilde dont la production a été entachée de rumeurs et la sortie pas franchement applaudie par la critique, a pris un bon départ dans les salles obscures nord-américaines, arrivant en première position ce week-end.

Le film a engrangé 19,2 millions de dollars, selon des chiffres provisoires du cabinet Exhibitor Relations publiés dimanche.

Avant même sa sortie, il avait fait beaucoup jaser, suscitant moult spéculations sur des tensions, rivalités et incidents entre les principaux protagonistes. Le film n'a par ailleurs pas vraiment séduit les critiques, affichant un score de seulement 38% sur le site "Rotten Tomatoes", qui compile les avis de journalistes spécialisés.

Dans "Don't Worry Darling", sorte de "Truman Show" angoissant dans l'Amérique des années 50, Florence Pugh ("Black widow") incarne Alice, une jeune femme bien sous tous rapports vivant à Victory, une petite ville modèle construite en plein désert par un mystérieux homme d'affaires, joué par Chris Pine.

Comme toutes ses voisines, Alice a une vie réglée comme du papier musique, et, a priori, tout pour être heureuse aux côtés de Jack (Harry Styles), son compagnon, qui part chaque matin pour un travail dont elle ignore tout.

En échange de ce bien-être matériel, Victory n'a qu'une seule règle: ses habitants ne doivent jamais sortir des limites de la ville. Un tabou qu'Alice ne va pas tarder à briser...

Sorti la semaine passée en pole position, "The Woman King", épopée historique de guerrières d'un royaume ouest-africain, glisse ce week-end à la deuxième place, avec 11,1 millions.

Dans ce film, qui dépeint la vie réelle des combattantes du royaume du Dahomey au XIXème siècle -- situé dans l'actuel Bénin --, l'actrice oscarisée Viola Davis incarne Nanisca, une guerrière chevronnée qui forme la prochaine génération de recrues chargées de lutter contre un royaume rival africain plus important et des marchands d'esclaves européens.

Le long métrage installé sur la troisième marche du podium n'est autre qu'"Avatar", re-diffusé en prévision de la sortie de sa suite "Avatar 2: la voie de l'eau", en décembre.

Le film de James Cameron, qui avait fait un tabac en 2009, a réussi à engranger quelque 10 millions, surtout dans des salles Imax.

"Barbarian", un film d'horreur de 20th Century avec Georgina Campbell et Bill Skarsgard, arrive à la quatrième place, avec 4,8 millions.

En cinquième position arrive l'étrange et sanglant "Pearl", de Ti West, avec 1,9 million. Il y est question de séjour à la ferme, d'ambitions cinématographiques, de haches, de fourches et d'alligators...

Voici le reste du top 10:

6 - "Coup de théâtre" (1,9 million de dollars)

7 - "Bullet Train" (1,8 million)

8 - "Krypto et les Super-Animaux" (1,8 million)

9 - "Top Gun : Maverick" (1,6 million)

10 - "Les Minions 2: Il était une fois Gru" (1 million)