Vera Smart Fashion, le dressing virtuel qui réalise le rêve des fashionistas

Nada Bargachi. (Photo fournie).
Nada Bargachi. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 22 juillet 2021

Vera Smart Fashion, le dressing virtuel qui réalise le rêve des fashionistas

  • «On ne s’attendait pas à une croissance aussi rapide, nous avons donc bloqué les nouveaux téléchargements de l’application, et depuis, on travaille sur liste d’attente»
  • L’entrepreneuse est fière de porter une entreprise qui défend des valeurs: faire adopter une consommation écoresponsable du vêtement

PARIS : Après une expérience de dix ans dans le milieu de la mode et un MBA en Global Fashion Management, diplôme obtenu au prestigieux Institut français de la mode (IFM), Nada Bargachi, passionnée de mode, s’est lancée dans l’entrepreneuriat. Son idée: créer une application qui propose une tenue du jour en fonction de la météo et du contenu des placards.

vera
L'interface de l'application mobile Vera Smart Fashion. (Photo fournie).

Le projet semblait irréalisable. Mais c’était sans compter sur la détermination de la jeune femme qui, après quelques mois de réflexion, de travail et de nombreuses nuits blanches, affine son projet. Sa rencontre avec Olivia Breysse, docteure en intelligence artificielle, spécialiste de la blockchain et data scientist, est déterminante. Ensemble, elles fondent, en décembre 2019, la start-up Vera, dont le nom est un hommage à l’artiste Vera Molnar dont le style de peinture s’apparente à un algorithme.

Le déploiement de Vera est passé par deux cycles. Le premier, qui s’est déroulé pendant la période de confinement, a permis aux utilisateurs de créer un dressing avec une composition moyenne de 272 vêtements, et le second, qui s’est déroulé après le premier confinement, a permis aux utilisateurs d’utiliser l’application de façon très judicieuse: prendre en photo les produits neufs dans les magasins et vérifier, via l’application, la correspondance avec le contenu des dressings virtuels.

Développée grâce à un financement participatif, Vera optimise, grâce à l’intelligence artificielle, le contenu des placards en proposant de nouvelles associations de vêtements.

Six mois après son lancement, victime de son succès, manquant de moyens financiers et humains, l’équipe de Vera ne peut plus gérer l’afflux sur la plate-forme: «On ne s’attendait pas à une croissance aussi rapide, nous avons donc bloqué les nouveaux téléchargements de l’application, et depuis, on travaille sur liste d’attente. C’est notre seul moyen pour maîtriser nos coûts en attendant des jours meilleurs», nous confie Nada Bargachi. «Nous avons 1 500 utilisateurs actifs et 5 000 en liste d’attente sachant que nous n’avons pas fait d’investissements en marketing, c’est une croissance organique. Notre principal challenge est désormais de garder cette application gratuite pour le téléchargement, c’est qui nous permettra d’avoir un impact écoresponsable; cela ne plaît pas toujours aux investisseurs potentiels», ajoute-t-elle.

L’apport de l’intelligence artificielle

Développée grâce à un financement participatif, Vera optimise, grâce à l’intelligence artificielle, le contenu des placards en proposant de nouvelles associations de vêtements. L’objectif: acheter moins et mieux. Selon les entrepreneuses, Vera permet aussi d’avoir des idées de look et de changer nos habitudes de consommation en matière d’habillement. «L’application donne des idées de tenues en fonction de ce que les utilisateurs ont intégré dans leurs dressings virtuels et de la météo», indique Nada Bargachi à Arabnews en français. C’est rendu possible grâce à l’utilisation d’un algorithme de deep learning auquel on a appris le sens de l’habillement et du style que nous avons développés en collaboration avec les stylistes de l’IFM. L’algorithme est par exemple capable de comprendre que les modèles avec petits pois ne vont pas avec un vêtement à petits carreaux, et qu’à partir de 23°C, on peut mettre des chaussures ouvertes, et à l’inverse, à 0°C, il faudra mettre une doudoune», affirme-t-elle.

«La grande majorité des applications sont créées pour pousser à la consommation; mon associée et moi, nous voulions une application qu’on utilise à bon escient, afin de faire entrer la technologie dans le quotidien des gens pour avoir un impact responsable dans l’industrie du textile»

Elle ajoute: «On a cette lubie de vouloir associer les vêtements de la même manière alors que grâce à l’intelligence artificielle, on a la possibilité d’avoir des idées de tenues nouvelles et des suggestions qui nous permettent de redécouvrir le contenu de nos placards.»

Vera, un bijou de technologie pour mieux consommer le vêtement

Nada Bargachi, qui a passé de nombreuses années dans le milieu de la mode et dans l’industrie textile à Paris, New York et Casablanca, assure que cette industrie constitue l’activité la plus polluante après l’industrie pétrolière. Selon elle, la production textile ne cesse de croître, alors que les consommateurs, eux, n’utilisent que 30 % des vêtements qu’ils possèdent. «On constate qu’il y a un problème entre l’offre et la demande. L’offre est sans cesse renouvelée et la demande est à l’affût de celle-ci, alors que l’offre en question n’est pas considérée comme un besoin», nous explique-t-elle.

Elle poursuit: «La grande majorité des applications sont créées pour pousser à la consommation; mon associée et moi, nous voulions une application qu’on utilise à bon escient, afin de faire entrer la technologie dans le quotidien des gens pour avoir un impact responsable dans l’industrie du textile», se félicite la cofondatrice de Vera. Car, estime-t-elle, «la technologie est souvent utilisée dans une logique financière complètement capitalistique à court terme. Notre idée est plutôt de changer de paradigme et de l’utiliser de manière différente.»

vera
Photo tirée du compte Instagram de Vera Smart Fashion.
​​​​​

Nada Bargachi va plus loin. Elle ambitionne de créer un marketplace afin de vendre des produits de seconde main. «Grâce à l’intelligence artificielle, Vera pourrait proposer d’autres usages: le vêtement non sélectionné pourrait, par exemple, être proposé à la location, au troc, être donné ou encore être vendu à un autre utilisateur de la même morphologie. L’idée est de créer un énorme dressing virtuel qui serait destiné à l’ensemble des utilisateurs, de préférence du même secteur géographique afin d’éviter l’excès de packaging et de transport», indique-t-elle.

De nombreux challenges

Malgré son lancement en France, en Belgique, en Suisse et au Canada, Vera est encore en phase de développement. «Notre phase recherche et développement est longue, on développe les fonctionnalités de l’intelligence artificielle dans le milieu de la mode depuis deux ans, le retour sur investissement est aussi très long, car le volet écologique et écoresponsable nous tient à cœur», raconte Nada Bargachi. «Nous sommes en phase de transition entre le vieux monde très capitalistique, dans lequel le rendement est essentiel, et notre approche concernant les valeurs éthiques et l’évolution technologique qui compliquent la tâche.»

«Les défis dans ce projet sont multiples et surgissent par étapes. Deux femmes qui évoluent dans un milieu d’hommes, ce n’est pas facile tous les jours»

Ainsi Vera se distingue sur deux aspects: dans l’innovation propre à la FashionTech et dans l’acte d’usage. «Je mets un point d’honneur sur ce sujet», se réjouit Nada Bargachi. «C’est de cette façon que nous souhaitons, Olivia et moi, gérer notre entreprise, et démontrer que chiffre d’affaires, rentabilité, produits technologiques et impact responsable, c’est possible.»

Interrogée sur les perspectives de développement de l’entreprise, Nada Bargachi explique que Vera fait face à de nombreux challenges. «Les défis dans ce projet sont multiples et surgissent par étapes. Deux femmes qui évoluent dans un milieu d’hommes, ce n’est pas facile tous les jours. Dans nos sociétés, on manque de modèles féminins dans la FashionTech», nous confie-t-elle. «À ce sujet, j’aimerais délivrer un message aux femmes qui ont des idées de projets: lancez-vous, osez! Vous avez autant votre place que d’autres, même si on ne sort pas d’une grande école, ou d’un milieu privilégié.»

L’entrepreneuse, qui rappelle que la FashionTech, n’a pas le vent en poupe, contrairement aux autres branches de l’écosystème comme la FoodTech, la SurTech, la FinTech ou encore le secteur de la mobilité – scooters, trottinettes électriques et VTC…–, très convoitées par les investisseurs, est fière de porter une entreprise qui défend des valeurs: faire adopter une consommation écoresponsable du vêtement.


Lancement officiel du Festival de la francophonie 2024: un programme plus riche et plus varié

Durant sa conférence, Ludovic Pouille a rappelé aux médias les «fidèles partenaires» que sont «le Consulat général de Djeddah, les nombreuses écoles, les nombreuses universités, les centres de langues, les associations». (Photo: X)
Durant sa conférence, Ludovic Pouille a rappelé aux médias les «fidèles partenaires» que sont «le Consulat général de Djeddah, les nombreuses écoles, les nombreuses universités, les centres de langues, les associations». (Photo: X)
Short Url
  • L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a annoncé hier le lancement officiel du Festival de la francophonie
  • «La langue française est internationale, diversifiée et parlée dans le monde par 321 millions de personnes, dont la majorité a moins de 30 ans»

RIYAD: L’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a annoncé hier le lancement officiel du Festival de la francophonie lors d’une conférence de presse à la Résidence de France. Les principales villes du pays ara, Djeddah, Khobar, AlUla seront donc en fête du 25 février au 27 avril.

Organisé en étroite collaboration avec l’Alliance française, les ambassades francophones accréditées en Arabie saoudite – notamment celles du Canada, de la Côte d'Ivoire, de Djibouti, du Liban, du Maroc et de la Suisse –, ce festival représente une véritable opportunité pour promouvoir les valeurs humaines véhiculées par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF): la diversité, la tolérance, la solidarité, la fraternité, l’harmonie et le partage.

Durant sa conférence, Ludovic Pouille a rappelé aux médias les «fidèles partenaires» que sont «le Consulat général de Djeddah, les nombreuses écoles, les nombreuses universités, les centres de langues, les associations».

«La langue française est internationale, diversifiée et parlée dans le monde par 321 millions de personnes, dont la majorité a moins de 30 ans. C'est la cinquième langue du monde et la langue officielle de 28 États et gouvernements, ainsi que de nombreuses organisations internationales telles que l'ONU, l'Union européenne, le Comité international olympique et, bien sûr, de l'Organisation internationale de la francophonie, qui compte aujourd'hui plus de 80 pays membres», a ajouté l’ambassadeur. 

«Le français est aussi une langue professionnelle et technologique. C’est la deuxième langue la plus utilisée dans la diplomatie, la troisième dans les affaires. C'est également la quatrième langue la plus utilisée sur Internet et sur les réseaux sociaux. C'est pourquoi la langue française revêt aujourd'hui une importance mondiale. Ici, en Arabie saoudite, je voudrais saisir l'occasion qui m’est donnée de souligner les efforts de toutes nos institutions diplomatiques, futurs partenaires éducatifs, qui font de leur mieux pour que la langue française vive et rayonne, notamment à travers nos écoles internationales.»

«La langue française est très vivante en Arabie saoudite. Elle a une image positive et élégante dans le monde entier, et en particulier ici. Nous percevons également un attrait croissant pour elle à travers la demande croissante des écoles privées saoudiennes qui enseignent la langue française», a-t-il expliqué.

«L'un des objectifs du groupe des ambassadeurs francophones est de réintroduire la langue française dans les écoles publiques d'Arabie saoudite. Nous sommes en contact avec le ministère de l'Éducation et nous sommes très positifs à cet égard. Par ailleurs, même si l'Arabie saoudite n'est pas un État francophone, c'est un pays très ouvert aux diverses cultures des pays francophones. Ces dernières années, nous avons assisté à la création de nombreux groupes francophones menés par la société civile.»

Le célèbre café en français, le club des Saoudiennes francophones, le cercle des médecins francophones, le groupe des ambassadeurs francophones: toutes ces entités sont destinées à renforcer la position de la langue française dans le pays et à créer, bien sûr, de nombreux ponts entre toutes les communautés qui parlent le français en Arabie saoudite.»

«En outre, la langue française sera un moyen d'atteindre les nombreux futurs touristes du monde francophone qui viendront en Arabie saoudite. Comme vous le savez, nous avons plus de 320 millions de personnes qui parlent le français, et ce nombre va augmenter, car nous estimons qu'il pourrait atteindre 700 millions en 2050», a-t-il encore souligné. 

Les ambassadeurs francophones, les consuls, les chargés d’affaires présents à cette conférence ont pris la parole également, affirmant qu’ils soutenaient vivement la promotion de la langue française, la diversité culturelle et linguistique. L’objectif, ont-ils rappelé, est de renforcer et de propager la paix, la démocratie et les droits de l’homme, de soutenir l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche.

«Durant les prochaines semaines, les principales villes du Royaume vont découvrir la richesse d’un programme culturel et artistique ambitieux et varié de cet espace francophone transrégional et transcontinental à travers ses 88 États et gouvernements.» 

Les organisateurs proposent un éventail d’activités et de festivités, avec notamment des concerts de Benjamin Piat, des projections de films, des compétitions éducatives, des compétitions sportives et des expériences gastronomiques. La Semaine du film francophone se tiendra du 21 au 27 avril; l’ouverture de l’exposition de Catherine Gellert Daniah al-Salah aura lieu le 4 mars; une table ronde sur la qualité de vie des femmes en Arabie saoudite se tiendra le 8 mars.

 


Nayirian Blossoms célèbre l'héritage arménien au Liban

Les mouvements fluides des danseurs, vêtus de costumes aux couleurs rouges éclatantes, transportent le public dans un voyage à travers l'histoire et la tradition arméniennes. (Fournie)
Les mouvements fluides des danseurs, vêtus de costumes aux couleurs rouges éclatantes, transportent le public dans un voyage à travers l'histoire et la tradition arméniennes. (Fournie)
Short Url
  • La troupe, qui compte cent danseurs de tous âges, est célèbre pour ses costumes traditionnels et authentiques
  • Nayirian Blossoms est bien plus qu'un simple spectacle. C'est un témoignage vibrant de l'unité dans la diversité

BEYROUTH: Le Groupe de Danse Arine de l'AGBU-AYA célèbre l'héritage arménien. Il a présenté son spectacle les 24 et 25 février derniers au palais des congrès de Naccache, dans le Caza du Metn, au Mont-Liban. 

Sous la houlette de Jirayr Ketchejian, le groupe tisse un tableau vivant de la culture arménienne, mélangeant la grâce des danses traditionnelles à des thèmes modernes. Nayirian Blossoms incarne la renaissance et le renouveau. Ce spectacle va au-delà d’un événement artistique: c’est un symbole de la résilience et de la fierté culturelle de la communauté arménienne au Liban. 

photo
Les mouvements fluides des danseurs, vêtus de costumes aux couleurs rouges éclatantes, transportent le public dans un voyage à travers l'histoire et la tradition arméniennes. (Fournie)

La troupe, qui compte cent danseurs de tous âges, est célèbre pour ses costumes traditionnels et authentiques. «Réaliser Nayirian Blossoms est l’occasion de faire voyager l’esprit de l’Arménie au cœur du Liban», affirme M. Ketchejian dans un communiqué de presse. Avec vingt danses variées, ce spectacle est une véritable mosaïque culturelle.

Cette représentation, hommage vibrant à l'héritage arménien, est le fruit d'une passion et d'un dévouement sans faille de la part des danseurs et de leur mentor, Jirayr Ketchejian.

Les mouvements fluides des danseurs, vêtus de costumes aux couleurs rouges éclatantes, transportent le public dans un voyage à travers l'histoire et la tradition arméniennes.

Après une pause forcée de trois ans en raison des défis posés par la pandémie de Covid-19 et par les réalités du Liban, le retour de la troupe sur scène a été accueilli avec enthousiasme. Les danseurs ont consacré quatre à cinq ans de travail intense à la création de ce spectacle.

Nayirian Blossoms dépasse le simple cadre d'un événement artistique pour devenir un symbole puissant de la résilience et de la fierté culturelle de la communauté arménienne au Liban.  

Dans un entretien accordé à Arab News en français, Hagop Djeghelian, secrétaire du comité central de l'AGBU-AYA, a souligné l'influence libanaise dans la performance du groupe de danse, malgré son engagement principal envers le patrimoine arménien: «Étant donné que le groupe est basé au Liban, il y a naturellement une influence libanaise dans notre performance.»

Il a également expliqué que le groupe s'efforçait de fusionner différentes cultures à travers sa performance en incorporant des musiques qui viennent des États-Unis, de la Russie, de l'Arménie et du Liban.

La musique joue un rôle central dans cette célébration de la culture arménienne. Bien que les danses traditionnelles arméniennes soient à l'honneur, le spectacle intègre également des éléments de musique libanaise, américaine et russe. Une forme de fusion harmonieuse des cultures.

«Au fil des années, nous avons vécu au Liban et nous sommes reconnaissants vis-à-vis de ce pays. Nous commémorons ainsi notre ascendance arménienne et libanaise à travers l'art et la culture», a souligné Hagop Djeghelian. 

En dansant sur des rythmes traditionnels arméniens, mais aussi sur des mélodies libanaises, les artistes célèbrent leur double héritage. À travers l'art et la culture, ils expriment leur gratitude envers le Liban, leur pays d'accueil, tout en honorant leurs racines arméniennes.

Nayirian Blossoms est bien plus qu'un simple spectacle. C'est un témoignage vibrant de l'unité dans la diversité, de la résilience face à l'adversité et de la beauté de l'héritage arménien. En rassemblant des spectateurs de tous horizons, cette représentation magistrale promet d'inspirer.


Politiques de Modi «fascistes»: la réponse de Gemini, le modèle d’IA de Google, déclenche une querelle diplomatique

Cette réponse contrastait avec les réponses à des questions similaires concernant l'ancien président américain Donald Trump et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui ont obtenu des réponses plus bénignes. (AFP)
Cette réponse contrastait avec les réponses à des questions similaires concernant l'ancien président américain Donald Trump et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui ont obtenu des réponses plus bénignes. (AFP)
Short Url
  • Le robot a répondu que Modi était «accusé de mettre en œuvre des politiques que certains experts ont qualifiées de fascistes»
  • Cet incident survient alors que Google a dû présenter ses excuses et suspendre certaines tâches de Gemini la semaine dernière

LONDRES: Gemini, le modèle d'intelligence artificielle (IA) de Google, a déclenché une polémique diplomatique en qualifiant de «fascistes» les politiques du gouvernement du Premier ministre indien, Narendra Modi.

La controverse est née lorsque l'auteur et journaliste indien Arnab Ray a interrogé Gemini sur l'idéologie de Modi. Le robot a répondu que Modi était «accusé de mettre en œuvre des politiques que certains experts ont qualifiées de fascistes».

Cette réponse contrastait avec les réponses à des questions similaires concernant l'ancien président américain Donald Trump et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui ont obtenu des réponses plus bénignes.

La réponse controversée a immédiatement suscité des réactions négatives en Inde, où des accusations de partialité et de malveillance ont été lancées contre Google et son modèle d'IA.

Le ministre des Technologies de l'information, Rajeev Chandrasekhar, a soulevé la question. Il a accusé Google de violer les règles du pays en matière de technologie numérique et diverses dispositions du droit pénal indien. Il a souligné que le manque de fiabilité des plates-formes d'IA ne pouvait servir d'excuse pour les soustraire aux lois indiennes.

«Le gouvernement l'a déjà dit – je le répète à l'attention de @GoogleIndia –, nos nagriks [citoyens] numériques ne doivent pas faire l'objet d'expériences avec des plates-formes, algorithmes, modèles “non fiables”… Dire “Désolé, c’est peu fiable” n'exempte pas de la loi», a-t-il écrit sur X.

Google a répondu qu'il avait résolu le problème et qu'il travaillait à l'amélioration du système, précisant que «Gemini est conçu comme un outil de créativité et de productivité» et qu'«il n'est pas toujours fiable».

Cet incident survient alors que Google a dû présenter ses excuses et suspendre certaines tâches de Gemini la semaine dernière, lorsque le modèle a représenté des personnages blancs spécifiques, tels que les pères fondateurs des États-Unis ou des groupes tels que les soldats allemands de l’époque nazie, comme des personnes de couleur.

Cette décision a été perçue par les experts comme une correction excessive des problèmes de préjugés raciaux qui existent depuis longtemps avec l'IA, ce qui a suscité de nouvelles inquiétudes à son sujet.

Lors d'un incident similaire survenu au début du mois, la plate-forme de médias sociaux X a déclaré que le gouvernement indien lui avait ordonné de supprimer les messages qui exprimaient un soutien aux agriculteurs du nord de l'Inde qui réclamaient des prix plus élevés pour leurs récoltes.

Tout en se conformant aux ordres, X a exprimé son désaccord, citant des préoccupations relatives à la restriction de la liberté d'expression.