Vera Smart Fashion, le dressing virtuel qui réalise le rêve des fashionistas

Nada Bargachi. (Photo fournie).
Nada Bargachi. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 22 juillet 2021

Vera Smart Fashion, le dressing virtuel qui réalise le rêve des fashionistas

  • «On ne s’attendait pas à une croissance aussi rapide, nous avons donc bloqué les nouveaux téléchargements de l’application, et depuis, on travaille sur liste d’attente»
  • L’entrepreneuse est fière de porter une entreprise qui défend des valeurs: faire adopter une consommation écoresponsable du vêtement

PARIS : Après une expérience de dix ans dans le milieu de la mode et un MBA en Global Fashion Management, diplôme obtenu au prestigieux Institut français de la mode (IFM), Nada Bargachi, passionnée de mode, s’est lancée dans l’entrepreneuriat. Son idée: créer une application qui propose une tenue du jour en fonction de la météo et du contenu des placards.

vera
L'interface de l'application mobile Vera Smart Fashion. (Photo fournie).

Le projet semblait irréalisable. Mais c’était sans compter sur la détermination de la jeune femme qui, après quelques mois de réflexion, de travail et de nombreuses nuits blanches, affine son projet. Sa rencontre avec Olivia Breysse, docteure en intelligence artificielle, spécialiste de la blockchain et data scientist, est déterminante. Ensemble, elles fondent, en décembre 2019, la start-up Vera, dont le nom est un hommage à l’artiste Vera Molnar dont le style de peinture s’apparente à un algorithme.

Le déploiement de Vera est passé par deux cycles. Le premier, qui s’est déroulé pendant la période de confinement, a permis aux utilisateurs de créer un dressing avec une composition moyenne de 272 vêtements, et le second, qui s’est déroulé après le premier confinement, a permis aux utilisateurs d’utiliser l’application de façon très judicieuse: prendre en photo les produits neufs dans les magasins et vérifier, via l’application, la correspondance avec le contenu des dressings virtuels.

Développée grâce à un financement participatif, Vera optimise, grâce à l’intelligence artificielle, le contenu des placards en proposant de nouvelles associations de vêtements.

Six mois après son lancement, victime de son succès, manquant de moyens financiers et humains, l’équipe de Vera ne peut plus gérer l’afflux sur la plate-forme: «On ne s’attendait pas à une croissance aussi rapide, nous avons donc bloqué les nouveaux téléchargements de l’application, et depuis, on travaille sur liste d’attente. C’est notre seul moyen pour maîtriser nos coûts en attendant des jours meilleurs», nous confie Nada Bargachi. «Nous avons 1 500 utilisateurs actifs et 5 000 en liste d’attente sachant que nous n’avons pas fait d’investissements en marketing, c’est une croissance organique. Notre principal challenge est désormais de garder cette application gratuite pour le téléchargement, c’est qui nous permettra d’avoir un impact écoresponsable; cela ne plaît pas toujours aux investisseurs potentiels», ajoute-t-elle.

L’apport de l’intelligence artificielle

Développée grâce à un financement participatif, Vera optimise, grâce à l’intelligence artificielle, le contenu des placards en proposant de nouvelles associations de vêtements. L’objectif: acheter moins et mieux. Selon les entrepreneuses, Vera permet aussi d’avoir des idées de look et de changer nos habitudes de consommation en matière d’habillement. «L’application donne des idées de tenues en fonction de ce que les utilisateurs ont intégré dans leurs dressings virtuels et de la météo», indique Nada Bargachi à Arabnews en français. C’est rendu possible grâce à l’utilisation d’un algorithme de deep learning auquel on a appris le sens de l’habillement et du style que nous avons développés en collaboration avec les stylistes de l’IFM. L’algorithme est par exemple capable de comprendre que les modèles avec petits pois ne vont pas avec un vêtement à petits carreaux, et qu’à partir de 23°C, on peut mettre des chaussures ouvertes, et à l’inverse, à 0°C, il faudra mettre une doudoune», affirme-t-elle.

«La grande majorité des applications sont créées pour pousser à la consommation; mon associée et moi, nous voulions une application qu’on utilise à bon escient, afin de faire entrer la technologie dans le quotidien des gens pour avoir un impact responsable dans l’industrie du textile»

Elle ajoute: «On a cette lubie de vouloir associer les vêtements de la même manière alors que grâce à l’intelligence artificielle, on a la possibilité d’avoir des idées de tenues nouvelles et des suggestions qui nous permettent de redécouvrir le contenu de nos placards.»

Vera, un bijou de technologie pour mieux consommer le vêtement

Nada Bargachi, qui a passé de nombreuses années dans le milieu de la mode et dans l’industrie textile à Paris, New York et Casablanca, assure que cette industrie constitue l’activité la plus polluante après l’industrie pétrolière. Selon elle, la production textile ne cesse de croître, alors que les consommateurs, eux, n’utilisent que 30 % des vêtements qu’ils possèdent. «On constate qu’il y a un problème entre l’offre et la demande. L’offre est sans cesse renouvelée et la demande est à l’affût de celle-ci, alors que l’offre en question n’est pas considérée comme un besoin», nous explique-t-elle.

Elle poursuit: «La grande majorité des applications sont créées pour pousser à la consommation; mon associée et moi, nous voulions une application qu’on utilise à bon escient, afin de faire entrer la technologie dans le quotidien des gens pour avoir un impact responsable dans l’industrie du textile», se félicite la cofondatrice de Vera. Car, estime-t-elle, «la technologie est souvent utilisée dans une logique financière complètement capitalistique à court terme. Notre idée est plutôt de changer de paradigme et de l’utiliser de manière différente.»

vera
Photo tirée du compte Instagram de Vera Smart Fashion.
​​​​​

Nada Bargachi va plus loin. Elle ambitionne de créer un marketplace afin de vendre des produits de seconde main. «Grâce à l’intelligence artificielle, Vera pourrait proposer d’autres usages: le vêtement non sélectionné pourrait, par exemple, être proposé à la location, au troc, être donné ou encore être vendu à un autre utilisateur de la même morphologie. L’idée est de créer un énorme dressing virtuel qui serait destiné à l’ensemble des utilisateurs, de préférence du même secteur géographique afin d’éviter l’excès de packaging et de transport», indique-t-elle.

De nombreux challenges

Malgré son lancement en France, en Belgique, en Suisse et au Canada, Vera est encore en phase de développement. «Notre phase recherche et développement est longue, on développe les fonctionnalités de l’intelligence artificielle dans le milieu de la mode depuis deux ans, le retour sur investissement est aussi très long, car le volet écologique et écoresponsable nous tient à cœur», raconte Nada Bargachi. «Nous sommes en phase de transition entre le vieux monde très capitalistique, dans lequel le rendement est essentiel, et notre approche concernant les valeurs éthiques et l’évolution technologique qui compliquent la tâche.»

«Les défis dans ce projet sont multiples et surgissent par étapes. Deux femmes qui évoluent dans un milieu d’hommes, ce n’est pas facile tous les jours»

Ainsi Vera se distingue sur deux aspects: dans l’innovation propre à la FashionTech et dans l’acte d’usage. «Je mets un point d’honneur sur ce sujet», se réjouit Nada Bargachi. «C’est de cette façon que nous souhaitons, Olivia et moi, gérer notre entreprise, et démontrer que chiffre d’affaires, rentabilité, produits technologiques et impact responsable, c’est possible.»

Interrogée sur les perspectives de développement de l’entreprise, Nada Bargachi explique que Vera fait face à de nombreux challenges. «Les défis dans ce projet sont multiples et surgissent par étapes. Deux femmes qui évoluent dans un milieu d’hommes, ce n’est pas facile tous les jours. Dans nos sociétés, on manque de modèles féminins dans la FashionTech», nous confie-t-elle. «À ce sujet, j’aimerais délivrer un message aux femmes qui ont des idées de projets: lancez-vous, osez! Vous avez autant votre place que d’autres, même si on ne sort pas d’une grande école, ou d’un milieu privilégié.»

L’entrepreneuse, qui rappelle que la FashionTech, n’a pas le vent en poupe, contrairement aux autres branches de l’écosystème comme la FoodTech, la SurTech, la FinTech ou encore le secteur de la mobilité – scooters, trottinettes électriques et VTC…–, très convoitées par les investisseurs, est fière de porter une entreprise qui défend des valeurs: faire adopter une consommation écoresponsable du vêtement.


Cannes: Song Kang-ho, le visage du cinéma coréen

L'acteur sud-coréen Song Kang-Ho pose avec son trophée à Cannes, dans le sud de la France, en mai 28 février 2022 (Photo, AFP).
L'acteur sud-coréen Song Kang-Ho pose avec son trophée à Cannes, dans le sud de la France, en mai 28 février 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le film, il joue un homme criblé de dettes qui découvre un bébé abandonné
  • C'est son deuxième succès à Cannes, après la Palme d'Or décernée au film coréen «Parasite»

CANNES: Star du cinéma coréen, acteur fétiche de son compatriote Bong Joon-ho, Song Kang-Ho a accédé à la notoriété internationale grâce à "Parasite", Palme d'or 2019 et Oscar du meilleur film, où il incarnait un père de famille pauvre qui va faire imploser un foyer de riches Coréens. 

A 55 ans, l'acteur a franchi une étape supplémentaire en recevant samedi le prix d'interprétation à Cannes pour son rôle dans le film "Les bonnes étoiles" du Japonais Kore-Eda. Visiblement ému, il a seulement remercié et salué toute sa famille, présente en partie dans la salle. 

Dans le film, il joue un homme criblé de dettes qui découvre un bébé abandonné et se porte volontaire pour lui trouver une nouvelle famille, en échange d'argent. 

La vente du bébé va se transformer en voyage entre Busan et Séoul, dans un van décati. 

C'est son deuxième succès à Cannes, après la Palme d'Or décernée au film coréen "Parasite". 

Devenu le visage le plus connu du cinéma sud-coréen, Song Kang-ho était aussi revenu à Cannes en juillet 2021, en tant que membre du jury présidé par Spike Lee.

C'est sa première collaboration avec Kore-eda, grand analyste de la famille et des liens entre parents et enfants. Dans "Les bonnes étoiles", il a imaginé des êtres se rencontrant fortuitement qui recréent une forme de famille, cette fois-ci autour d'un bébé abandonné dans une de ces boites où les mères peuvent laisser leur nouveau-né. 

L'occasion de s'interroger sur les liens du sang, les séquelles de l'abandon, la douleur des séparations...     

Expressif 

"Ce n'est pas l'histoire, le thème ou même le scénario des +Bonnes étoiles+ qui m'a motivé, mais le fait même de travailler avec lui (Kore-eda). J’aime beaucoup son cinéma, pour son humanité, et pour l’amour qu’il porte à ses personnages", a expliqué l'acteur dans une interview à Paris Match. 

Début mai, Song Kang-ho avait raconté à Séoul qu'il s'attendait à une direction d'acteurs "méticuleuse et calculée" de Kore-eda. "Mais il nous a vraiment respectés et a fait ressortir nos émotions d'une manière qui soit vraiment libre, bienveillante et inépuisable".

L'acteur a débuté sa carrière sur les planches en Corée, avant de percer au cinéma dans un petit rôle en 1996, pour lequel il est aussitôt remarqué par Lee Chang-Dong, qui le fait jouer dans son premier film, "Green Fish" (1997).

Il enchaîne ensuite les films coréens, et devient l'acteur fétiche de plusieurs réalisateurs: Kim Jee-woon ("The Quiet Family") puis Park Chan-wook ("JSA" - Joint Security Area", "Sympathy for Mr. Vengeance", premier volet de sa trilogie de la vengeance, et "Thirst, ceci est mon sang", film de vampires librement inspiré de "Thérèse Raquin" d’Émile Zola). 

Avec Bong Joon-ho, il a joué un policier obsédé par un serial killer dans le polar "Memories of Murder". Il a également tourné sous sa direction dans "The Host", "Snowpiercer"... puis "Parasite".

"Song Kang-ho est un acteur tellement expressif, que ce soit pour exprimer la tension, la comédie ou la confusion", commentait récemment à l'AFP Brian Hu, professeur de cinéma à l'Université d'Etat de San Diego.


Cannes: Ruben Östlund remporte une deuxième Palme d'Or pour «Sans filtre»

Le réalisateur suédois Ruben Ostlund (C) pose sur scène avec son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Triangle of Sadness" lors de la cérémonie de clôture de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Le réalisateur suédois Ruben Ostlund (C) pose sur scène avec son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Triangle of Sadness" lors de la cérémonie de clôture de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • La comédie «Sans filtre», satire acide des ultra-riches et des rapports de classe dans les sociétés occidentales
  • Le Grand Prix, deuxième distinction la plus prestigieuse, a été remise ex-aequo à la Française Claire Denis pour «Stars at noon» et au Belge Lukas Dhont, le benjamin de la compétition, pour «Close»

CANNES: Cinq ans après "The Square", le Suédois Ruben Östlund a raflé samedi une deuxième Palme d'or au 75e Festival de Cannes avec "Sans filtre", satire jouissive des super-riches et du luxe, sans conteste le film le plus divertissant de la compétition.


Euphorique sur la scène du Grand théâtre Lumière, le Suédois à l'humour grinçant rejoint, à 48 ans, le club très fermé des doubles palmés, parmi lesquels les frères Dardenne et Ken Loach.


"Tout le jury a été extrêmement choqué par ce film", a annoncé Vincent Lindon, le président du jury.


"Lorsque nous avons commencé ce film, nous n'avions qu'un but: essayer de faire un film qui intéresse le public et qui le fasse réfléchir avec provocation", a déclaré le Suédois, en recevant son prix.


Qui aura la Palme ? Le Festival de Cannes rend son verdict samedi

L'acteur français François Cluzet pose lors d'un photocall pour le film "Mascarade" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
L'acteur français François Cluzet pose lors d'un photocall pour le film "Mascarade" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 28 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Après avoir visionné les 21 films en compétition, le jury s'est retiré dans le plus grand secret, pour choisir qui recevra une Palme plus chic que jamais: incrustée de 100 diamants pour cette 75e édition
  • Avant d'entrer dans le dur, «Les bonnes étoiles» du Japonais Kore-eda, un film sur une mère abandonnant son bébé, en lice pour la Palme d'or, a remporté le prix du jury oecuménique

CANNES: Après la claque de "Titane", les jeux sont ouverts pour la Palme d'Or décernée samedi soir, entre un jeune réalisateur qui interroge la masculinité ("Close"), un thriller sud-coréen ou le film des frères Dardenne qui pourrait obtenir un triplé inédit. 


Après avoir visionné les 21 films en compétition, le jury s'est retiré dans le plus grand secret, pour choisir qui recevra une Palme plus chic que jamais: incrustée de 100 diamants pour cette 75e édition.


Avant d'entrer dans le dur, "Les bonnes étoiles" du Japonais Kore-eda, un film sur une mère abandonnant son bébé, en lice pour la Palme d'or, a remporté le prix du jury oecuménique.


Autre film de la compétition d'ores et déjà récompensé: "Boy from heaven" de Tarik Saleh, plongée dans les arcanes politico-religieuses en Egypte, s'est vu décerner le prix François Chalais, qui récompense un film qui traduit "au mieux la réalité du monde".


Mais ce n'est qu'à 20H30 (18H30 GMT) que débutera la cérémonie que tous attendent, retransmise sur France 2 et la chaîne en ligne Brut. 


Le président du jury, le Français Vincent Lindon, tâchera de ne pas se prendre les pieds dans le tapis comme son prédécesseur Spike Lee qui, en 2021, révélait par mégarde la Palme d'or au début de la cérémonie.


A ses côtés, figurent notamment l'actrice et réalisatrice Rebecca Hall ("Vicky Cristina Barcelona"), la révélation de "Millenium" Noomi Rapace, les réalisateurs Asghar Farhadi (Grand prix 2021 avec "Un héros"), Ladj Ly ("Les misérables", prix du jury 2019) et Joachim Trier ("Julie en 12 chapitres").

Jeune talent 
Les jeux restent ouverts pour succéder à Julia Ducournau, la trentenaire qui a secoué la Croisette et dépoussiéré la compétition l'an dernier avec "Titane".


Les chances de voir une troisième réalisatrice couronnée dans l'histoire du Festival semblent minces: l'Américaine Kelly Reichardt n'a pas transporté son public avec "Showing Up", pas plus que la Française Claire Denis ("Stars at Noon"). Et la marche semble un peu haute pour les jeunes talents Charlotte Vandermeersch et Léonor Serraille.


Un couronnement de Lukas Dhont, Belge de 31 ans à la carrière météorique, enverrait un signal supplémentaire de rajeunissement pour la 75e édition du plus important festival de cinéma, qui souhaite ne pas perdre le lien avec les nouveaux publics.


Son film "Close", déchirant, l'a emporté à l'applaudimètre en projection officielle (12 minutes de vivats). Il dresse le portrait d'un garçon meurtri par une amitié perdue, abordant avec délicatesse la question de la masculinité et du poids des normes. Et révèle un talent, le jeune Eden Dambrine, 15 ans.


Mais il n'est pas seul sur les rangs: le jury pourrait suivre la majorité des critiques internationaux interrogés par le magazine Screen, et distinguer Park Chan-wook, qui rapporterait ainsi une deuxième Palme d'or à la Corée du Sud, trois ans après "Parasite" de Bong Joon-ho.


"Decision to Leave", son thriller sur un inspecteur qui tombe amoureux d'une suspecte, qui rappelle "Basic Instinct".


Faire rêver 
Sont également cités les frères Dardenne pour "Tori et Lokita", qui pourrait leur valoir une troisième Palme d'or, du jamais vu dans l'histoire de Cannes.


Autres favoris: l'Américain James Gray, très autobiographique dans "Armageddon Time" ou bien "La Femme de Tchaïkovski" du Russe Kirill Serebrennikov, sur l'épouse du compositeur, longtemps restée dans l'ombre.


Le couronnement de cet artiste russe, en rupture avec le régime, serait un évènement en soi en pleine guerre en Ukraine, au terme d'un Festival qui a mis un point d'honneur à offrir une large place à ce pays: dès la cérémonie d'ouverture, le président Zelensky a convoqué, en direct de Kiev, l'esprit de Chaplin et promis la défaite de Poutine.


Les surprises sont toujours possibles, voire incontournables, au terme d'un festival qui espère aider les cinémas à attirer à nouveau les foules en salles, comme avant la Covid.


Pour faire rêver le public, la 75e édition du Festival a dégainé cette année, hors compétition, la méga-star Tom Cruise, venue présenter le nouveau "Top Gun", ou encore la nouvelle coqueluche d'Hollywood, Austin Butler, dans le rôle d'Elvis pour le biopic-évènement du "King".