Vera Smart Fashion, le dressing virtuel qui réalise le rêve des fashionistas

Nada Bargachi. (Photo fournie).
Nada Bargachi. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 22 juillet 2021

Vera Smart Fashion, le dressing virtuel qui réalise le rêve des fashionistas

  • «On ne s’attendait pas à une croissance aussi rapide, nous avons donc bloqué les nouveaux téléchargements de l’application, et depuis, on travaille sur liste d’attente»
  • L’entrepreneuse est fière de porter une entreprise qui défend des valeurs: faire adopter une consommation écoresponsable du vêtement

PARIS : Après une expérience de dix ans dans le milieu de la mode et un MBA en Global Fashion Management, diplôme obtenu au prestigieux Institut français de la mode (IFM), Nada Bargachi, passionnée de mode, s’est lancée dans l’entrepreneuriat. Son idée: créer une application qui propose une tenue du jour en fonction de la météo et du contenu des placards.

vera
L'interface de l'application mobile Vera Smart Fashion. (Photo fournie).

Le projet semblait irréalisable. Mais c’était sans compter sur la détermination de la jeune femme qui, après quelques mois de réflexion, de travail et de nombreuses nuits blanches, affine son projet. Sa rencontre avec Olivia Breysse, docteure en intelligence artificielle, spécialiste de la blockchain et data scientist, est déterminante. Ensemble, elles fondent, en décembre 2019, la start-up Vera, dont le nom est un hommage à l’artiste Vera Molnar dont le style de peinture s’apparente à un algorithme.

Le déploiement de Vera est passé par deux cycles. Le premier, qui s’est déroulé pendant la période de confinement, a permis aux utilisateurs de créer un dressing avec une composition moyenne de 272 vêtements, et le second, qui s’est déroulé après le premier confinement, a permis aux utilisateurs d’utiliser l’application de façon très judicieuse: prendre en photo les produits neufs dans les magasins et vérifier, via l’application, la correspondance avec le contenu des dressings virtuels.

Développée grâce à un financement participatif, Vera optimise, grâce à l’intelligence artificielle, le contenu des placards en proposant de nouvelles associations de vêtements.

Six mois après son lancement, victime de son succès, manquant de moyens financiers et humains, l’équipe de Vera ne peut plus gérer l’afflux sur la plate-forme: «On ne s’attendait pas à une croissance aussi rapide, nous avons donc bloqué les nouveaux téléchargements de l’application, et depuis, on travaille sur liste d’attente. C’est notre seul moyen pour maîtriser nos coûts en attendant des jours meilleurs», nous confie Nada Bargachi. «Nous avons 1 500 utilisateurs actifs et 5 000 en liste d’attente sachant que nous n’avons pas fait d’investissements en marketing, c’est une croissance organique. Notre principal challenge est désormais de garder cette application gratuite pour le téléchargement, c’est qui nous permettra d’avoir un impact écoresponsable; cela ne plaît pas toujours aux investisseurs potentiels», ajoute-t-elle.

L’apport de l’intelligence artificielle

Développée grâce à un financement participatif, Vera optimise, grâce à l’intelligence artificielle, le contenu des placards en proposant de nouvelles associations de vêtements. L’objectif: acheter moins et mieux. Selon les entrepreneuses, Vera permet aussi d’avoir des idées de look et de changer nos habitudes de consommation en matière d’habillement. «L’application donne des idées de tenues en fonction de ce que les utilisateurs ont intégré dans leurs dressings virtuels et de la météo», indique Nada Bargachi à Arabnews en français. C’est rendu possible grâce à l’utilisation d’un algorithme de deep learning auquel on a appris le sens de l’habillement et du style que nous avons développés en collaboration avec les stylistes de l’IFM. L’algorithme est par exemple capable de comprendre que les modèles avec petits pois ne vont pas avec un vêtement à petits carreaux, et qu’à partir de 23°C, on peut mettre des chaussures ouvertes, et à l’inverse, à 0°C, il faudra mettre une doudoune», affirme-t-elle.

«La grande majorité des applications sont créées pour pousser à la consommation; mon associée et moi, nous voulions une application qu’on utilise à bon escient, afin de faire entrer la technologie dans le quotidien des gens pour avoir un impact responsable dans l’industrie du textile»

Elle ajoute: «On a cette lubie de vouloir associer les vêtements de la même manière alors que grâce à l’intelligence artificielle, on a la possibilité d’avoir des idées de tenues nouvelles et des suggestions qui nous permettent de redécouvrir le contenu de nos placards.»

Vera, un bijou de technologie pour mieux consommer le vêtement

Nada Bargachi, qui a passé de nombreuses années dans le milieu de la mode et dans l’industrie textile à Paris, New York et Casablanca, assure que cette industrie constitue l’activité la plus polluante après l’industrie pétrolière. Selon elle, la production textile ne cesse de croître, alors que les consommateurs, eux, n’utilisent que 30 % des vêtements qu’ils possèdent. «On constate qu’il y a un problème entre l’offre et la demande. L’offre est sans cesse renouvelée et la demande est à l’affût de celle-ci, alors que l’offre en question n’est pas considérée comme un besoin», nous explique-t-elle.

Elle poursuit: «La grande majorité des applications sont créées pour pousser à la consommation; mon associée et moi, nous voulions une application qu’on utilise à bon escient, afin de faire entrer la technologie dans le quotidien des gens pour avoir un impact responsable dans l’industrie du textile», se félicite la cofondatrice de Vera. Car, estime-t-elle, «la technologie est souvent utilisée dans une logique financière complètement capitalistique à court terme. Notre idée est plutôt de changer de paradigme et de l’utiliser de manière différente.»

vera
Photo tirée du compte Instagram de Vera Smart Fashion.
​​​​​

Nada Bargachi va plus loin. Elle ambitionne de créer un marketplace afin de vendre des produits de seconde main. «Grâce à l’intelligence artificielle, Vera pourrait proposer d’autres usages: le vêtement non sélectionné pourrait, par exemple, être proposé à la location, au troc, être donné ou encore être vendu à un autre utilisateur de la même morphologie. L’idée est de créer un énorme dressing virtuel qui serait destiné à l’ensemble des utilisateurs, de préférence du même secteur géographique afin d’éviter l’excès de packaging et de transport», indique-t-elle.

De nombreux challenges

Malgré son lancement en France, en Belgique, en Suisse et au Canada, Vera est encore en phase de développement. «Notre phase recherche et développement est longue, on développe les fonctionnalités de l’intelligence artificielle dans le milieu de la mode depuis deux ans, le retour sur investissement est aussi très long, car le volet écologique et écoresponsable nous tient à cœur», raconte Nada Bargachi. «Nous sommes en phase de transition entre le vieux monde très capitalistique, dans lequel le rendement est essentiel, et notre approche concernant les valeurs éthiques et l’évolution technologique qui compliquent la tâche.»

«Les défis dans ce projet sont multiples et surgissent par étapes. Deux femmes qui évoluent dans un milieu d’hommes, ce n’est pas facile tous les jours»

Ainsi Vera se distingue sur deux aspects: dans l’innovation propre à la FashionTech et dans l’acte d’usage. «Je mets un point d’honneur sur ce sujet», se réjouit Nada Bargachi. «C’est de cette façon que nous souhaitons, Olivia et moi, gérer notre entreprise, et démontrer que chiffre d’affaires, rentabilité, produits technologiques et impact responsable, c’est possible.»

Interrogée sur les perspectives de développement de l’entreprise, Nada Bargachi explique que Vera fait face à de nombreux challenges. «Les défis dans ce projet sont multiples et surgissent par étapes. Deux femmes qui évoluent dans un milieu d’hommes, ce n’est pas facile tous les jours. Dans nos sociétés, on manque de modèles féminins dans la FashionTech», nous confie-t-elle. «À ce sujet, j’aimerais délivrer un message aux femmes qui ont des idées de projets: lancez-vous, osez! Vous avez autant votre place que d’autres, même si on ne sort pas d’une grande école, ou d’un milieu privilégié.»

L’entrepreneuse, qui rappelle que la FashionTech, n’a pas le vent en poupe, contrairement aux autres branches de l’écosystème comme la FoodTech, la SurTech, la FinTech ou encore le secteur de la mobilité – scooters, trottinettes électriques et VTC…–, très convoitées par les investisseurs, est fière de porter une entreprise qui défend des valeurs: faire adopter une consommation écoresponsable du vêtement.


Variant Delta: Obama réduit la voilure pour sa fête d'anniversaire controversée

Barack Obama, né le 4 août, devait célébrer son anniversaire en fin de semaine sur l'île huppée de Martha's Vineyard (Massachusetts) (AFP)
Barack Obama, né le 4 août, devait célébrer son anniversaire en fin de semaine sur l'île huppée de Martha's Vineyard (Massachusetts) (AFP)
Short Url
  • Des centaines de personnalités politiques et de célébrités devaient y participer, notamment George Clooney, Steven Spielberg ou Oprah Winfrey, selon le Washington Post
  • Malgré son respect des règles sanitaires en vigueur, la grande fête de Barack Obama s'était attiré les critiques, principalement venues d'élus républicains

NEW YORK:  Après avoir suscité les critiques pour l'organisation d'une grande fête d'anniversaire en plein air, l'ex-président américain Barack Obama célébrera ses 60 ans en comité réduit ce week-end, a annoncé son équipe mercredi, expliquant son choix par la propagation du variant Delta.

"Cet événement en extérieur avait été organisé il y a des mois, conformément aux directives de santé publique et avec des mesures de protection contre le Covid-19", a déclaré sa porte-parole Hannah Hankins.

"A cause de la nouvelle propagation du variant Delta au cours de la semaine dernière, le président et Mme Obama ont décidé de réduire considérablement l'événement pour n'inclure que la famille et les amis proches", a-t-elle ajouté.

Barack Obama, qui a eu 60 ans ce mercredi, devait célébrer son anniversaire en fin de semaine sur l'île huppée de Martha's Vineyard (Massachusetts), en compagnie d'invités vaccinés et soumis à un dépistage au Covid-19, le tout en extérieur afin de respecter les directives des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), selon des médias américains.

Des centaines de personnalités politiques et de célébrités devaient y participer, notamment George Clooney, Steven Spielberg ou Oprah Winfrey, selon le Washington Post.

Malgré son respect des règles sanitaires en vigueur, la grande fête de Barack Obama s'était attiré les critiques, principalement venues d'élus républicains.

L'élu de l'Ohio Jim Jordan avait affirmé sur Twitter que "si c'était la fête d'anniversaire du président Trump", les démocrates dénonceraient un "dangereux événement super-propagateur".

"Y a-t-il une exception pour les fêtes auxquelles participent les riches célébrités libérales?", avait fait mine de s'interroger la cheffe du parti républicain, Ronna McDaniel.

L'administration de Donald Trump avait plusieurs fois fait les gros titres après l'organisation d'événements non-masqués à la Maison Blanche ou dans les ministères, ou la tenue de meetings de campagne, parfois au plus fort de la pandémie et avant l'autorisation des vaccins contre le Covid-19. 

Une cérémonie en l'honneur de la juge Amy Coney Barrett, nommée par le président républicain pour siéger à la Cour suprême, avait notamment été suspectée d'avoir conduit à la contamination d'une douzaine de personnes dont Donald Trump lui-même.

Le président Joe Biden, qui fut le vice-président de Barack Obama, n'avait pas prévu de participer à la fête d'anniversaire, mais il a tenu à lui dédier un tweet.

"Joyeux anniversaire, Barack Obama. Je suis fier de pouvoir dire que tu es un frère et un ami -- et je te suis reconnaissant de ton service désintéressé à ce pays", a-t-il écrit.

La semaine dernière, les autorités sanitaires ont à nouveau recommandé le port du masque en intérieur même pour les personnes vaccinées, à cause de la hausse des cas de Covid-19, douchant les espoirs d'un été insouciant.


El-Bakkali, champion olympique: «Ces trois années avec l’équipe nationale m’ont beaucoup aidé»

El-Bakkali fait partie d’une académie de jeunes athlètes marocains placée sous l’égide de la Fédération royale marocaine d’athlétisme. (AFP)
El-Bakkali fait partie d’une académie de jeunes athlètes marocains placée sous l’égide de la Fédération royale marocaine d’athlétisme. (AFP)
Short Url
  • Le coureur de 25 ans s’est imposé devant l’Éthiopien Lamecha Grima et le Kényan Benjamin Kigen
  • «Tout au long de la compétition, j’ai réussi à garder mon énergie pour la finale, au cours de laquelle j’ai accéléré dès le début», explique le champion

TOKYO: Soufiane el-Bakkali vient de remporter la médaille d’or du 3 000 mètres steeple aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Cette victoire est le fruit d’un entraînement intensif de plusieurs années avec l’équipe nationale marocaine.

Le coureur marocain de 25 ans avait échoué aux portes du podium à Rio en 2016, finissant quatrième. À Tokyo, il s’est imposé en 8 minutes, 8 secondes et 90 centièmes devant l’Éthiopien Lamecha Grima et le Kényan Benjamin Kigen.

«C’est une victoire historique pour moi», déclare El-Bakkali mardi dernier dans un entretien accordé à Arab News Japan devant le village olympique de Tokyo.

«Les Jeux olympiques sont différents des autres compétitions, d’autant plus qu’ils ont été retardés d’un an. Heureusement, j’ai pu mettre en place ma stratégie et remporter la médaille d’or», ajoute-t-il.

El-Bakkali fait partie d’une académie de jeunes athlètes marocains placée sous l’égide de la Fédération royale marocaine d’athlétisme. Il a d’ailleurs rendu hommage aux programmes qu’elle a instaurés, affirmant qu’il n’aurait pas été sacré champion s’il ne les avait pas suivis.

«Ces trois années avec l’équipe nationale m’ont beaucoup aidé. Au Maroc, toutes les structures sont disponibles et le climat est favorable à l’entraînement dans des villes comme Rabat et Fès, qui œuvrent à intégrer le Maroc parmi les pays qui comptent les meilleurs athlètes. L’équipe a misé sur la génération des 21-25 ans», explique-t-il.

El-Bakkali souligne que sa victoire est l’aboutissement de longues années d’entraînement et de compétition avec les coureurs kényans et éthiopiens, qui ont exercé une hégémonie sur les courses pendant des années. Les Jeux olympiques de Tokyo lui ont permis de prendre la tête du classement.

«Tout au long de la compétition, j’ai réussi à garder mon énergie pour la finale, au cours de laquelle j’ai accéléré dès le début», affirme-t-il.

Il a également évoqué l’incidence de la pandémie de Covid-19 sur la compétition: «La crise a éclipsé les Jeux olympiques. C’est particulièrement difficile pour les athlètes. Personnellement, j’ai pris mes précautions avant de me rendre au Japon. J’ai continué à appliquer les mêmes mesures sanitaires pour me protéger du virus et en protéger les autres.»

«Au Japon, les mesures sanitaires sont assez strictes. J’ai réussi à rester à l’abri du virus jusqu’au moment de la compétition», indique-t-il.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


«The Suicide Squad» veut redorer l'image des superméchants – et de son réalisateur

Margot Robbie assiste à la première mondiale de "Suicide Squad" au Beacon Theatre le 1er août 2016 à New York. (AFP)
Margot Robbie assiste à la première mondiale de "Suicide Squad" au Beacon Theatre le 1er août 2016 à New York. (AFP)
Short Url
  • Même David Dastmalchian, l'acteur qui l'incarne et fan invétéré de comics, les bandes dessinées américaines, n'avait au départ «pas la moindre idée de qui était Polka Dot Man»
  • «Si (ces films) ne continuent pas à prendre des risques et essayer de nouvelles choses, alors les gens ne voudront plus se déplacer dans les salles de cinéma»

LOS ANGELES: Quand James Gunn s'est vu proposer la réalisation du prochain film de super-héros de DC Comics, il ne s'est pas tourné vers une icône comme Superman ou Wonder Woman. Il a choisi le groupe de méchants débraillés et bien moins renommés connus sous le nom de "The Suicide Squad".


Au générique de cette sorte de suite de "Suicide Squad" (2016) -- où la bande de criminels s'embarquait dans de dangereuses missions pour le compte du gouvernement américain, afin de réduire leurs peines de prison -- on trouve des noms familiers, comme le personnage d'Harley Quinn, incarné par Margot Robbie.


D'autres nouveaux venus sont de parfaits inconnus, comme l'étonnant Polka Dot Man ("l'homme à pois", en français).", a expliqué James Gunn.


"Pouvoir prendre un personnage comme ça et lui donner de l'épaisseur a été très amusant pour moi", a confié le réalisateur lors d'une conférence de presse virtuelle avant la sortie du film, prévue vendredi aux Etats-Unis.


A première vue, la façon dont il a choisi son groupe de voyous semblait peu propice à mettre les cadres de Warner Bros en confiance.


Même David Dastmalchian, l'acteur qui l'incarne et fan invétéré de comics, les bandes dessinées américaines, n'avait au départ "pas la moindre idée de qui était Polka Dot Man".


Mais à en croire le succès du premier film, aller fouiller dans les tréfonds du monde des comics pour chercher des personnages moins connus est un risque qui peut s'avérer payant.


Malgré les mauvaises critiques, "Suicide Squad" avait récolté plus de 750 milions de dollars au box-office mondial.


Comme lui, "The Suicide Squad" s'appuie sur un casting cinq étoiles -- Will Smith et Jared Leto n'y sont plus mais ont été remplacés par John Cena, Idris Elba ou Sylvester Stallone, qui prête sa voix à une créature mi-homme mi-requin.


Selon Idris Elba, jouer Bloodsport, "un personnage à la personnalité moins bien définie", lui a permis d'avoir plus de liberté.


L'idée était: "Trouvons un personnage obscur que nous pourrons construire comme notre propre création cinématographique pour Idris", a confirmé James Gunn.

«Prendre des risques»
Le film offre un savant mélange entre prise de risque et quête de rédemption, qui n'est pas sans rappeler le parcours de son réalisateur.


James Gunn, réalisateur culte et auteur du script de "L'armée des morts" de Zack Snyder (2004), avait fait une incursion remarquée dans la culture populaire dans les années 2010, avec les films à succès "Gardiens de la Galaxie", de Marvel.


Mais en 2018, il avait été brusquement renvoyé par Disney, propriétaire des studios, quand d'anciens tweets dans lesquels il blaguait sur le sida, le viol ou l'Holocauste avaient refait surface.


Warner avait sauté sur l'occasion, confiant au réalisateur ses films de super héros DC rivaux.


Après s'être excusé et avoir reçu le soutien d'un grand nombre de figures d'Hollywood, à l'image de Chris Pratt, James Gunn a de nouveau posé ses valises chez Marvel, pour qui il doit réaliser "Les Gardiens de la Galaxie 3", prévu pour 2023.


"Tu ne t'attends pas à ce que les gens te soutiennent... Ça a été une prise de conscience pour moi", avait-il récemment confié au New York Times.


"Quand Warner Bros vient te voir le lundi suivant et te dit, +On te veut, James Gunn+, tu te dis, ouah, ça fait du bien à entendre."


Décrivant "The Suicide Squad" comme un film de guerre façon "Les Douze Salopards" (1967) saupoudré d'une bonne dose d'humour noir typique des bandes dessinées, le réalisateur a dit avoir "senti la responsabilité de prendre des risques" et éviter d'utiliser "la même vieille structure barbante en trois actes".


Pour preuve, le grand méchant du film est une gigantesque étoile de mer rose.


"On dirait bien que les gros films sont ceux que les gens vont aller voir au cinéma" au moment où les restrictions liées à la pandémie ont été allégées, a-t-il ajouté.


"Si (ces films) ne continuent pas à prendre des risques et essayer de nouvelles choses, alors les gens ne voudront plus se déplacer dans les salles de cinéma."