Dix ans après sa mort, la famille d'Amy Winehouse «sur la défensive »

Les fans laissent des baisers et des commentaires de rouge à lèvres à la porte d'entrée de l'ancienne maison de la chanteuse britannique Amy Winehouse dans le nord de Londres, le 23 juillet 2021 pour marquer le 10e anniversaire de sa mort. (Tolga Akmen/AFP)
Les fans laissent des baisers et des commentaires de rouge à lèvres à la porte d'entrée de l'ancienne maison de la chanteuse britannique Amy Winehouse dans le nord de Londres, le 23 juillet 2021 pour marquer le 10e anniversaire de sa mort. (Tolga Akmen/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 juillet 2021

Dix ans après sa mort, la famille d'Amy Winehouse «sur la défensive »

  • La Britannique à la voix si particulière a toujours mis beaucoup de ses propres expériences dans ses chansons, imprégnées d'influences jazz et soul
  • Les parents de la star, décédée le 23 juillet 2011 par alcoolisation massive, ont participé à la réalisation d'un documentaire de la BBC

LONDRES : Amy Winehouse était connue pour sa voix grave, sa coiffure rétro mais aussi pour ses addictions. Dix ans après la mort de la chanteuse britannique, ses proches appellent à arrêter de la définir par ses luttes contre la drogue et ses relations destructrices.

Les parents de la star, décédée le 23 juillet 2011 par alcoolisation massive, ont participé à la réalisation d'un documentaire de la BBC. Diffusé vendredi pour l'anniversaire de sa mort, "Reclaiming Amy" donne selon son père Mitchell - dit Mitch - une "image plus complète d'Amy".

"They tried to make me go to rehab. But I said no, no, no" ("Ils ont essayé de me mettre en désintox, mais j'ai dit non non non"): la Britannique à la voix si particulière a toujours mis beaucoup de ses propres expériences dans ses chansons, imprégnées d'influences jazz et soul.

Ses problèmes d'addiction finissent cependant par impacter ses performances - de plus en plus irrégulières à cause de sa consommation de drogues et d'alcool - et attirent l'intérêt des paparazzi qui commencent à la poursuivre, espérant saisir une photo d'elle au plus mal, dont raffolent les tabloïds britanniques.

"Vous pensez connaître ma fille - la drogue, la dépendance, les relations destructrices - mais il y avait tellement plus", narre dans le documentaire la voix off de la mère d'Amy, Janis Winehouse-Collins.

"Reclaiming Amy" contient des interviews d'amis de longue date, dont une, Catriona Gourley, qui révèle avoir eu une relation amoureuse avec la chanteuse.

Il cherche aussi à démentir les accusations selon lesquelles sa famille a savouré son succès et n'a pas fait assez pour l'aider à surmonter sa dépendance.

"Vous avez tué votre fille"

C'était le fil conducteur de "Amy", un documentaire britannique oscarisé en 2015 particulièrement accablant à l'égard du père d'Amy Winehouse et de son ex-mari, Blake Fielder-Civil.

"Toujours maintenant, je le comprends comme +Tu étais complice de la mort de ta fille, tu as tué ta propre fille+", confie Mitchell dans le nouveau documentaire.

Mais Catriona Gourley a elle affirmé à la BBC que la réalité était bien différente. "Janis et Mitch étaient là, tout le temps", a-t-elle insisté, énumérant "les innombrables fois où (Amy Winehouse) a été emmenée dans des centres de désintoxication".

Son amie estime aussi qu'aujourd'hui, grâce à la sensibilisation aux problèmes de santé mentale et de dépendance, Amy Winehouse n'aurait pas subi de telles moqueries dans les tabloïds, qui "ne s'en sortiraient pas comme ça".

Le magazine musical NME a qualifié le documentaire de "touchant quoique sur la défensive", affirmant qu'il s'agissait d'un "doux hommage à une fille, une amie et un talent imprévisible".

Mais le Financial Times s'est montré plus sceptique, écrivant que les parents de la chanteuse, et en particulier "son père Mitch, qui aimait les feux de la rampe", "étaient au cœur de sa carrière".

"Elle avait tout"

Si on s'éloigne un peu des désordres de sa vie privée, Amy Winehouse était l'une des "icônes qui ont changé la musique populaire pour toujours", affirme, dithyrambique, le NME, pour qui "peu de gens sont devenus aussi célèbres qu'Amy Winehouse et son incomparable coiffure".

Dans un entretien à la BBC, le chanteur britannique Pete Doherty, lui aussi connu pour ses excès, a affirmé que "comme Billie Holiday ou John Lennon, c'était quelqu'un qui avait tout".

Amy Winehouse "pouvait se produire sur scène avec un aplomb effrayant", tout en étant une "autrice-compositrice incroyable", a déclaré l'ancien chanteur des Babyshambles et de The Libertines, sûr que "dans 100 ans, dans 200 ans, les enfants tomberont toujours amoureux d'elle".

Le pianiste Jools Holland, qui l'a souvent accompagnée en tournée, a lui affirmé à la BBC "que c'est lorsqu'elle se produisait qu'elle était le plus heureuse". Ajoutant: "je ne pense pas qu'elle aurait voulu qu'on se souvienne d'elle comme d'une figure tragique".

 

Les fans d'Amy Winehouse lui rendent hommage

"C'était une femme extraordinaire": comme d'autres Londoniens, Reece Fielding s'est rendu vendredi devant la statue d'Amy Winehouse dans le quartier de Camden rendre hommage à la diva britannique de la soul décédée il y a dix ans.

Les fans de la star connue pour sa voix grave, sa coiffure rétro et son mode de vie rock and roll ont fait le déplacement jusqu'à ce quartier du nord de Londres, où elle a habité des années et est morte le 23 juillet 2011, âgée de 27 ans, d'une alcoolisation massive. 

"Quand je traverse des périodes difficiles, j'aime écouter sa musique, elle m'aide et résume ce que je ressens", explique à l'AFP Reece, pour qui sa musique était "complètement unique". 

En ce triste anniversaire, "c'est une chose importante en tant que fan que de se souvenir d'Amy pour ce qu'elle était", ajoute l'étudiant de 16 ans. "Le public se souvient d'elle comme d'une droguée", regrette-t-il, "mais nous devrions nous souvenir d'elle pour son talent, son style, son attitude que personne d'autre n'osait avoir".

Sa statue métallique, qui arbore aussi sa fameuse coiffure en ruche, est jonchée de roses jaunes, roses ou rouges, clin d’œil à celle qu'elle portait souvent dans les cheveux. 

"Ca fait dix ans qu'Amy est morte, alors je suis venue ici pour embrasser tout ça et ressentir l'atmosphère", confie Grace Newnham. La jeune femme de 21 ans a prévu de se promener dans le marché de Camden et ses boutiques de mode ou de musique "en pensant à Amy", dont elle a toujours admiré la personnalité. 

"Elle faisait ce qu'elle voulait faire - rien ne la dérangeait", détaille-t-elle, "J'aimais la singularité qu'elle apportait - elle me manque beaucoup", confie-t-elle. 

Comme elle, de nombreux fans posent avec la statue de leur chanteuse, afin de repartir avec une photo souvenir de leur pèlerinage.

"Venant de Camden, je me suis toujours senti proche d'elle", confie lui Ravi Vyas, estimant que cette "jazz girl qui a réussi" représentait bien "l'âme et la passion" du quartier. 


La boutique rurale d'Asir propose du pain traditionnel fraîchement sorti du four

Elham Asiri attire les visiteurs et les habitants de la région d'Asir avec ses pains frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres. (Photo, AN/Huda Bashatah)
Elham Asiri attire les visiteurs et les habitants de la région d'Asir avec ses pains frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres. (Photo, AN/Huda Bashatah)
Elham Asiri attire les visiteurs et les habitants de la région d'Asir avec ses pains frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres. (Photo, AN/Huda Bashatah)
Elham Asiri attire les visiteurs et les habitants de la région d'Asir avec ses pains frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres. (Photo, AN/Huda Bashatah)
Short Url
  • Vêtue de la tenue traditionnelle d'Asir, composée d’une burqa et d’une tafsha, et d'un chapeau de paille pour se protéger du soleil, Asiri ouvre sa boutique tous les jours à 14 heures
  • La boutique d'Asiri est unique car elle pétrit et cuit le pain et le sert chaud à ses visiteurs, dès qu'elle reçoit une commande

ABHA: L'arôme du pain fraîchement sorti du four émanant des boulangeries et des maisons locales embaume l'air frais d'un quartier d'Asir.

Arab News a rencontré Elham Asiri, une mère de famille et une boulangère experte, qui attire les visiteurs et les habitants de la région d’Asir avec ses pains traditionnels frais connus sous le nom de mifa et hali, entre autres.

Située au sommet de la montagne Al-Sawda, à environ 3 133 mètres d'altitude, sur le chemin du retour vers Abha, la boutique d'Asiri se trouve sur le bord d'une route menant à Rijal Alma, un village historique.

Vêtue de la tenue traditionnelle d’Asir, composée d’une burqa et d’une tafsha, et d'un chapeau de paille pour se protéger du soleil, Asiri ouvre sa boutique tous les jours à 14 heures, les clients faisant déjà la queue pour passer leurs commandes du jour. 

1

Elle prépare de grandes quantités de pâte pendant la nuit, et l'après-midi, elle les met au four pour les cuire. Les pains sont principalement composés de farine blanche ou brune, de sel, de levure et d'eau.

Le mifa est un pain de forme ovale fait de farine brune sans garniture, avec des graines de sésame ou de nigelle sur le dessus, ce qui donne au pain un goût et une saveur distincts lorsqu'il est cuit.


Cannes: un cinéaste autochtone exclu du tapis rouge à cause de ses moccassins

Kelvin Redvers s'était rendu en France avec une délégation de cinéastes autochtones  (Photo, Facebook: Kelvin Redvers).
Kelvin Redvers s'était rendu en France avec une délégation de cinéastes autochtones (Photo, Facebook: Kelvin Redvers).
Short Url
  • Des responsables du services de sécurité du festival lui ont cependant barré l'accès
  • Dans les heures qui ont suivi l'incident, le réalisateur a indiqué avoir rencontré de hauts responsables du festival

MONTRÉAL: Le cinéaste autochtone Kelvin Redvers a affirmé s'être récemment vu refuser l'entrée au tapis rouge de la 75e édition du Festival de Cannes parce qu'il portait des mocassins, des chaussures traditionnelles qu'il a par la suite pu chausser.

"J'ai grandi avec ma culture et les mocassins sont importants. Je comprends qu'il y ait certaines règles concernant le dress-code sur le tapis rouge alors j'ai pensé que si je portais un smoking, un noeud papillon, et une pièce qui montrait que je suis autochtone, ça serait accepté", a raconté samedi le réalisateur déné, originaire des Territoires du Nord-Ouest, à la chaîne CBC.

"Dans de nombreuses cultures au Canada, les mocassins sont tout à fait considérés comme des vêtements traditionnels et formels", a-t-il souligné.

Kelvin Redvers s'était rendu en France avec une délégation de cinéastes autochtones et était invité à l'avant-première du film "Les Amandiers" de l'actrice franco-italienne Valeria Bruni Tedeschi, projeté le 22 mai.

Des responsables du services de sécurité du festival lui ont cependant barré l'accès, a raconté le réalisateur dans plusieurs grands médias nationaux. Il a ensuite été autorisé à retourner sur le tapis rouge avec d'autres chaussures.

"C'est difficile de digérer des choses comme ça. Même maintenant quand j'y repense, ça me bouleverse. J'étais déçu, en colère", a-t-il expliqué, à son retour à Vancouver en Colombie-Britannique (ouest). 

Kelvin Redvers a déclaré qu'il était "excité depuis un moment" à l'idée de pouvoir porter ses mocassins bruns, qui avaient été confectionnés par sa soeur. 

Dans les heures qui ont suivi l'incident, le réalisateur a indiqué avoir rencontré de hauts responsables du festival, qui se sont excusés et l'ont invité à porter les mocassins sur le tapis rouge lors de la présentation des "Crimes du Futur" de David Cronenberg, lundi. 

Cette semaine, le cinéaste a dit sur Facebook espérer que cet incident permettrait de faire savoir "partout dans le monde que les vêtements traditionnels autochtones sont tout à fait acceptables dans des contextes formels comme le tapis rouge".


Cannes: Song Kang-ho, le visage du cinéma coréen

L'acteur sud-coréen Song Kang-Ho pose avec son trophée à Cannes, dans le sud de la France, en mai 28 février 2022 (Photo, AFP).
L'acteur sud-coréen Song Kang-Ho pose avec son trophée à Cannes, dans le sud de la France, en mai 28 février 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le film, il joue un homme criblé de dettes qui découvre un bébé abandonné
  • C'est son deuxième succès à Cannes, après la Palme d'Or décernée au film coréen «Parasite»

CANNES: Star du cinéma coréen, acteur fétiche de son compatriote Bong Joon-ho, Song Kang-Ho a accédé à la notoriété internationale grâce à "Parasite", Palme d'or 2019 et Oscar du meilleur film, où il incarnait un père de famille pauvre qui va faire imploser un foyer de riches Coréens. 

A 55 ans, l'acteur a franchi une étape supplémentaire en recevant samedi le prix d'interprétation à Cannes pour son rôle dans le film "Les bonnes étoiles" du Japonais Kore-Eda. Visiblement ému, il a seulement remercié et salué toute sa famille, présente en partie dans la salle. 

Dans le film, il joue un homme criblé de dettes qui découvre un bébé abandonné et se porte volontaire pour lui trouver une nouvelle famille, en échange d'argent. 

La vente du bébé va se transformer en voyage entre Busan et Séoul, dans un van décati. 

C'est son deuxième succès à Cannes, après la Palme d'Or décernée au film coréen "Parasite". 

Devenu le visage le plus connu du cinéma sud-coréen, Song Kang-ho était aussi revenu à Cannes en juillet 2021, en tant que membre du jury présidé par Spike Lee.

C'est sa première collaboration avec Kore-eda, grand analyste de la famille et des liens entre parents et enfants. Dans "Les bonnes étoiles", il a imaginé des êtres se rencontrant fortuitement qui recréent une forme de famille, cette fois-ci autour d'un bébé abandonné dans une de ces boites où les mères peuvent laisser leur nouveau-né. 

L'occasion de s'interroger sur les liens du sang, les séquelles de l'abandon, la douleur des séparations...     

Expressif 

"Ce n'est pas l'histoire, le thème ou même le scénario des +Bonnes étoiles+ qui m'a motivé, mais le fait même de travailler avec lui (Kore-eda). J’aime beaucoup son cinéma, pour son humanité, et pour l’amour qu’il porte à ses personnages", a expliqué l'acteur dans une interview à Paris Match. 

Début mai, Song Kang-ho avait raconté à Séoul qu'il s'attendait à une direction d'acteurs "méticuleuse et calculée" de Kore-eda. "Mais il nous a vraiment respectés et a fait ressortir nos émotions d'une manière qui soit vraiment libre, bienveillante et inépuisable".

L'acteur a débuté sa carrière sur les planches en Corée, avant de percer au cinéma dans un petit rôle en 1996, pour lequel il est aussitôt remarqué par Lee Chang-Dong, qui le fait jouer dans son premier film, "Green Fish" (1997).

Il enchaîne ensuite les films coréens, et devient l'acteur fétiche de plusieurs réalisateurs: Kim Jee-woon ("The Quiet Family") puis Park Chan-wook ("JSA" - Joint Security Area", "Sympathy for Mr. Vengeance", premier volet de sa trilogie de la vengeance, et "Thirst, ceci est mon sang", film de vampires librement inspiré de "Thérèse Raquin" d’Émile Zola). 

Avec Bong Joon-ho, il a joué un policier obsédé par un serial killer dans le polar "Memories of Murder". Il a également tourné sous sa direction dans "The Host", "Snowpiercer"... puis "Parasite".

"Song Kang-ho est un acteur tellement expressif, que ce soit pour exprimer la tension, la comédie ou la confusion", commentait récemment à l'AFP Brian Hu, professeur de cinéma à l'Université d'Etat de San Diego.