Dix ans après sa mort, la famille d'Amy Winehouse «sur la défensive »

Les fans laissent des baisers et des commentaires de rouge à lèvres à la porte d'entrée de l'ancienne maison de la chanteuse britannique Amy Winehouse dans le nord de Londres, le 23 juillet 2021 pour marquer le 10e anniversaire de sa mort. (Tolga Akmen/AFP)
Les fans laissent des baisers et des commentaires de rouge à lèvres à la porte d'entrée de l'ancienne maison de la chanteuse britannique Amy Winehouse dans le nord de Londres, le 23 juillet 2021 pour marquer le 10e anniversaire de sa mort. (Tolga Akmen/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 juillet 2021

Dix ans après sa mort, la famille d'Amy Winehouse «sur la défensive »

  • La Britannique à la voix si particulière a toujours mis beaucoup de ses propres expériences dans ses chansons, imprégnées d'influences jazz et soul
  • Les parents de la star, décédée le 23 juillet 2011 par alcoolisation massive, ont participé à la réalisation d'un documentaire de la BBC

LONDRES : Amy Winehouse était connue pour sa voix grave, sa coiffure rétro mais aussi pour ses addictions. Dix ans après la mort de la chanteuse britannique, ses proches appellent à arrêter de la définir par ses luttes contre la drogue et ses relations destructrices.

Les parents de la star, décédée le 23 juillet 2011 par alcoolisation massive, ont participé à la réalisation d'un documentaire de la BBC. Diffusé vendredi pour l'anniversaire de sa mort, "Reclaiming Amy" donne selon son père Mitchell - dit Mitch - une "image plus complète d'Amy".

"They tried to make me go to rehab. But I said no, no, no" ("Ils ont essayé de me mettre en désintox, mais j'ai dit non non non"): la Britannique à la voix si particulière a toujours mis beaucoup de ses propres expériences dans ses chansons, imprégnées d'influences jazz et soul.

Ses problèmes d'addiction finissent cependant par impacter ses performances - de plus en plus irrégulières à cause de sa consommation de drogues et d'alcool - et attirent l'intérêt des paparazzi qui commencent à la poursuivre, espérant saisir une photo d'elle au plus mal, dont raffolent les tabloïds britanniques.

"Vous pensez connaître ma fille - la drogue, la dépendance, les relations destructrices - mais il y avait tellement plus", narre dans le documentaire la voix off de la mère d'Amy, Janis Winehouse-Collins.

"Reclaiming Amy" contient des interviews d'amis de longue date, dont une, Catriona Gourley, qui révèle avoir eu une relation amoureuse avec la chanteuse.

Il cherche aussi à démentir les accusations selon lesquelles sa famille a savouré son succès et n'a pas fait assez pour l'aider à surmonter sa dépendance.

"Vous avez tué votre fille"

C'était le fil conducteur de "Amy", un documentaire britannique oscarisé en 2015 particulièrement accablant à l'égard du père d'Amy Winehouse et de son ex-mari, Blake Fielder-Civil.

"Toujours maintenant, je le comprends comme +Tu étais complice de la mort de ta fille, tu as tué ta propre fille+", confie Mitchell dans le nouveau documentaire.

Mais Catriona Gourley a elle affirmé à la BBC que la réalité était bien différente. "Janis et Mitch étaient là, tout le temps", a-t-elle insisté, énumérant "les innombrables fois où (Amy Winehouse) a été emmenée dans des centres de désintoxication".

Son amie estime aussi qu'aujourd'hui, grâce à la sensibilisation aux problèmes de santé mentale et de dépendance, Amy Winehouse n'aurait pas subi de telles moqueries dans les tabloïds, qui "ne s'en sortiraient pas comme ça".

Le magazine musical NME a qualifié le documentaire de "touchant quoique sur la défensive", affirmant qu'il s'agissait d'un "doux hommage à une fille, une amie et un talent imprévisible".

Mais le Financial Times s'est montré plus sceptique, écrivant que les parents de la chanteuse, et en particulier "son père Mitch, qui aimait les feux de la rampe", "étaient au cœur de sa carrière".

"Elle avait tout"

Si on s'éloigne un peu des désordres de sa vie privée, Amy Winehouse était l'une des "icônes qui ont changé la musique populaire pour toujours", affirme, dithyrambique, le NME, pour qui "peu de gens sont devenus aussi célèbres qu'Amy Winehouse et son incomparable coiffure".

Dans un entretien à la BBC, le chanteur britannique Pete Doherty, lui aussi connu pour ses excès, a affirmé que "comme Billie Holiday ou John Lennon, c'était quelqu'un qui avait tout".

Amy Winehouse "pouvait se produire sur scène avec un aplomb effrayant", tout en étant une "autrice-compositrice incroyable", a déclaré l'ancien chanteur des Babyshambles et de The Libertines, sûr que "dans 100 ans, dans 200 ans, les enfants tomberont toujours amoureux d'elle".

Le pianiste Jools Holland, qui l'a souvent accompagnée en tournée, a lui affirmé à la BBC "que c'est lorsqu'elle se produisait qu'elle était le plus heureuse". Ajoutant: "je ne pense pas qu'elle aurait voulu qu'on se souvienne d'elle comme d'une figure tragique".

 

Les fans d'Amy Winehouse lui rendent hommage

"C'était une femme extraordinaire": comme d'autres Londoniens, Reece Fielding s'est rendu vendredi devant la statue d'Amy Winehouse dans le quartier de Camden rendre hommage à la diva britannique de la soul décédée il y a dix ans.

Les fans de la star connue pour sa voix grave, sa coiffure rétro et son mode de vie rock and roll ont fait le déplacement jusqu'à ce quartier du nord de Londres, où elle a habité des années et est morte le 23 juillet 2011, âgée de 27 ans, d'une alcoolisation massive. 

"Quand je traverse des périodes difficiles, j'aime écouter sa musique, elle m'aide et résume ce que je ressens", explique à l'AFP Reece, pour qui sa musique était "complètement unique". 

En ce triste anniversaire, "c'est une chose importante en tant que fan que de se souvenir d'Amy pour ce qu'elle était", ajoute l'étudiant de 16 ans. "Le public se souvient d'elle comme d'une droguée", regrette-t-il, "mais nous devrions nous souvenir d'elle pour son talent, son style, son attitude que personne d'autre n'osait avoir".

Sa statue métallique, qui arbore aussi sa fameuse coiffure en ruche, est jonchée de roses jaunes, roses ou rouges, clin d’œil à celle qu'elle portait souvent dans les cheveux. 

"Ca fait dix ans qu'Amy est morte, alors je suis venue ici pour embrasser tout ça et ressentir l'atmosphère", confie Grace Newnham. La jeune femme de 21 ans a prévu de se promener dans le marché de Camden et ses boutiques de mode ou de musique "en pensant à Amy", dont elle a toujours admiré la personnalité. 

"Elle faisait ce qu'elle voulait faire - rien ne la dérangeait", détaille-t-elle, "J'aimais la singularité qu'elle apportait - elle me manque beaucoup", confie-t-elle. 

Comme elle, de nombreux fans posent avec la statue de leur chanteuse, afin de repartir avec une photo souvenir de leur pèlerinage.

"Venant de Camden, je me suis toujours senti proche d'elle", confie lui Ravi Vyas, estimant que cette "jazz girl qui a réussi" représentait bien "l'âme et la passion" du quartier. 


«Halloween Kills» en tête du box-office nord-américain

Jamie Lee Curtis le 8 septembre 2021 en Italie. (Photo, AFP)
Jamie Lee Curtis le 8 septembre 2021 en Italie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il s'agit de la meilleure performance pour un film d'horreur à sa sortie pendant la pandémie, devant «Sans un bruit 2» (47,5 millions). Et ce bien que le film soit sorti simultanément sur la plateforme de streaming Peacock
  • «Halloween Kills», suite du «Halloween» de 2018, met de nouveau en scène Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie Strode face à Nick Castle (l'horrible Michael Myers)

LOS ANGELES : Bientôt Halloween et c'est un film éponyme qui se retrouve en tête du box-office nord-américain ce week-end: "Halloween Kills" récolte plus de 50 millions de dollars pour son lancement, selon les estimations provisoires du cabinet spécialisé Exhibitor Relations publiées dimanche.


Il s'agit de la meilleure performance pour un film d'horreur à sa sortie pendant la pandémie, devant "Sans un bruit 2" (47,5 millions). Et ce bien que le film soit sorti simultanément sur la plateforme de streaming Peacock.


"Halloween Kills", suite du "Halloween" de 2018, met de nouveau en scène Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie Strode face à Nick Castle (l'horrible Michael Myers).


Deuxième du box-office, en nette baisse par rapport à la semaine dernière, le dernier James Bond, "Mourir peut attendre" avec 24,3 millions. Ce sera l'ultime participation de Daniel Craig à la saga du célèbre espion britannique.


"Venom: Let There Be Carnage" est troisième avec 16,5 millions. Tom Hardy y joue le journaliste d'investigation Eddie Brock, dont le lien symbiotique avec un extraterrestre appelé Venom lui donne des super-pouvoirs.


En quatrième position, on retrouve "La Famille Addams 2", qui récolte 7,2 millions de dollars. 


Et cinquième, "Le Dernier duel" de Ridley Scott avec 4,8 millions de dollars. Matt Damon, Adam Driver et Ben Affleck jouent dans ce film qui se déroule dans la France du 14è siècle.


Voici le reste du Top 10:


"Shang-Chi et la légende des dix anneaux" (3,5 millions)


"Free Guy" (680 000 dollars)


"Lamb" (543 000 dollars)


"Candyman" (460 000 dollars)


"Cher Evan Hansen" (410 000)


Le Britannique Ifeanyi Okwuadi, grand prix mode du festival de Hyères

Une tenue de la créatrice suisse Adeline Rappaz lors du festival de mode à Hyères, dans le sud de la France, le 15 octobre 2021 (Photo, AFP)
Une tenue de la créatrice suisse Adeline Rappaz lors du festival de mode à Hyères, dans le sud de la France, le 15 octobre 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Sa collection s'inspire des femmes qui ont mené le mouvement antinucléaire dans le Berkshire (sud de l’Angleterre) pendant près de 20 ans, jusqu'en 2000
  • Le festival de Hyères, plus ancien et plus prestigieux concours de mode international, a lancé nombre de carrières

HYÈRES: Le Britannique Ifeanyi Okwuadi a remporté dimanche le grand prix mode du festival international de Hyères, dans le sud de la France, avec une collection homme revisitant le costume classique.   

Le créateur de 27 ans, qui ne jure que par le « tailoring » --art de la coupe des pièces du vestiaire classique masculin--, a conquis le jury mené par une autre Britannique, Louise Trotter, styliste de Lacoste. Le jeune homme a aiguisé ses ciseaux à Savile Row, une rue de Londres mondialement connue pour ses tailleurs de costumes.  

Jeune et décontractée, sa collection « Take the toys from the boys » (prenez leurs jouets aux garçons) est réalisée avec des tweeds écossais avec ornements en scoubidou ou boutons en forme de petites voitures. Elle privilégie le noir.   

« Nous devons prendre soin des enfants », a déclaré Ifeanyi Okwuadi.   

Sa collection s'inspire des femmes qui ont mené le mouvement antinucléaire dans le Berkshire (sud de l’Angleterre) pendant près de 20 ans, jusqu'en 2000. Les protestataires luttaient contre l’installation de missiles nucléaires sur une base aéronautique militaire de la région.  

Des éléments dans les vêtements font allusion à ce mouvement. Par exemple des mailles d'un pull dites »clôture » ( »fence » en anglais) et des fils qui dépassent comme si la personne portant ce vêtement avait été traînée par terre par les forces de l'ordre.  

Cette 36e édition a été marquée par une forte présence des nordiques --trois Finlandais et deux Lettonnes--, qui incarnent une mode fonctionnelle et créative.   

La Lettonne Elina Silina, qui utilise les techniques traditionnelles du crochet et du macramé, a remporté le prix Chloé avec une longue robe blanche aérienne.   

La Finlandaise Sofia Ilmonen a pour sa part reçu le prix d'éco-responsabilité Mercedes-Benz pour ses longues robes romantiques faites avec une technique d'assemblage de carrés de tissu, comme des « blocs de construction ».  

Dans la catégorie accessoire de mode, le jury mené par le créateur de chaussures Christian Louboutin, a attribué le prix à la Française Capucine Huguet, dont les bagues évoquent la fonte des glaces.   

Pour réaliser cette collection, elle est partie en Arctique avec des glaciologues en 2019 pour « voir et comprendre », a expliqué la créatrice, diplômée de la Central Saint Martins à Londres.    

Le festival de Hyères, plus ancien et plus prestigieux concours de mode international, a lancé nombre de carrières. Parmi ses lauréats figurent ainsi le Belge Anthony Vaccarello, aujourd'hui styliste de Saint Laurent, ou le duo néerlandais Viktor&Rolf.  

Distingués en 2018, un autre duo néerlandais, Rushemy Botter et Lisi Herrebrugh, est devenu en 2019 directeur artistique de la maison Nina Ricci. Ils présentent aussi les collections de leur marque Botter à Paris. 


Découverte d'une ébauche d'histoire d'Astérix non achevée

La fille du scénariste des célèbres bandes dessinées d'Astérix, Anne Goscinny (Photo, AFP)
La fille du scénariste des célèbres bandes dessinées d'Astérix, Anne Goscinny (Photo, AFP)
Short Url
  •  La fille du scénariste des célèbres bandes dessinées d'Astérix, Anne Goscinny, a révélé la découverte d'une ébauche d'histoire non achevée du plus célèbre des Gaulois réalisée par son père avant sa mort
  • Anne Goscinny a estimé qu'une finition posthume de l'album serait une entreprise «très compliquée»

BERLIN: La fille du scénariste des célèbres bandes dessinées d'Astérix, Anne Goscinny, a révélé la découverte d'une ébauche d'histoire non achevée du plus célèbre des Gaulois réalisée par son père avant sa mort, dans une interview publiée ce week-end. 

« J'y pense souvent, il s'agit de 20 pages, une moitié d'album », a indiqué celle qui gère l'œuvre de son père à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. 

Le scénario tapé à la machine par René Goscinny porte le titre d'« Astérix au cirque » et aurait dû paraître chronologiquement après l'album « Astérix chez les Belges ». Il a été retrouvé selon le Spiegel dans les archives familiales. 

Anne Goscinny a estimé qu'une finition posthume de l'album serait une entreprise « très compliquée».  

« De très nombreuses personnes devraient s'asseoir autour de la table, se plonger dans l'histoire et retrouver sa voix», dit-elle en référence à son père, « c'est comme une peinture de Goya qui aurait un trou ». 

« Mais un jour nous essaierons, ce serait une aventure extraordinaire », ajoute-t-elle. 

Décédé en 1977, René Goscinny est avec Albert Uderzo, mort l'an dernier, le créateur de l'irréductible Gaulois en 1959, dont les aventures se sont vendues à plusieurs centaines de millions d'exemplaires dans le monde.  

Il a joué un rôle capital pour la création du métier de scénariste de bandes dessinées, qui n'existait pas avant lui.