Rassemblement à Washington contre la présidence de Raïssi

Des centaines d'Irano-Américains, dont les proches ont été exécutés par le nouveau président iranien Ebrahim Raïssi, se sont rassemblés à Washington lundi pour exhorter les États-Unis et leurs alliés à lui demander des comptes. (Photo fournie, OIAC)
Des centaines d'Irano-Américains, dont les proches ont été exécutés par le nouveau président iranien Ebrahim Raïssi, se sont rassemblés à Washington lundi pour exhorter les États-Unis et leurs alliés à lui demander des comptes. (Photo fournie, OIAC)
Short Url
Publié le Mardi 03 août 2021

Rassemblement à Washington contre la présidence de Raïssi

  • Le sit-in, lancé par l'Organisation des communautés iraniennes américaines, s’est tenu la veille de l'investiture officielle de Raïssi
  • Un grand nombre de personnes au rassemblement confient à Arab News avoir personnellement perdu un être cher en 1988

LONDRES : Des centaines d'Irano-Américains, dont les proches ont été exécutés par le nouveau président iranien Ebrahim Raïssi, se sont rassemblés à Washington lundi pour exhorter les États-Unis et leurs alliés à lui demander des comptes pour ce qu’ils qualifient de «crimes contre l'humanité».

Un nombre d’anciens et actuels membres de l'appareil diplomatique américain ont pris la parole lors du rassemblement où se trouvait Arab News. Ils ont exprimé leur soutien aux manifestants, et ont joint leurs voix aux appels à la justice et à la responsabilité contre le régime iranien.

Le sit-in, lancé par l'Organisation des communautés iraniennes américaines, s’est tenu la veille de l'investiture officielle de Raïssi.

Sur le terrain du Capitole de Washington DC, les participants ont adressé un message clair à l’intention de l'administration Biden et de la communauté internationale. Selon eux, Raïssi est un criminel international, non pas un leader, et il devrait être traité en conséquence.

Le sénateur du Texas, Ted Cruz, a affirmé aux manifestants que «le peuple iranien pâtit depuis trop longtemps du comportement Ali Khamenei et d'Ebrahim Raïssi. Son appel à la liberté et à la justice résonne dans le monde entier, et bénéficie de l’appui des Américains, toujours épris de liberté».

«Nous soutiendrons les familles des individus assassinés. Nous invitons vigoureusement l'administration Biden à tenir Raïssi et Khamenei responsables à travers des sanctions, et à faire pression pour que Raïssi soit poursuivi en justice pour crimes contre l'humanité», poursuit Cruz.

Un grand nombre de personnes au rassemblement confient à Arab News avoir personnellement perdu un être cher en 1988. À l’époque, Raïssi présidait des simulacres de procès contre des prisonniers politiques après la guerre Iran-Irak, surnommés «commissions de la mort» par Amnesty International.

Alors procureur de Téhéran, il avait exécuté des milliers de prisonniers politiques en raison de leur affiliation ou leur sympathie pour l'Organisation des moudjahiddines du peuple iranien (OMPI), un groupe révolutionnaire iranien tombé en disgrâce auprès du régime et par la suite violemment écrasé.

Tous ceux interrogés par Arab News lors du rassemblement de lundi continuent de soutenir l'OMPI aujourd'hui.

Une participante, Eshrat Dehghan, confie à Arab News qu'elle a perdu trois de ses fils lors des commissions de la mort. Pour ce crime et des milliers d'autres, insiste-t-elle, Raïssi «ne doit pas être autorisé à entrer à l'ONU».

La femme, qui s’appuie aujourd’hui sur une canne en raison de la torture qu’elle a elle-même subie aux mains de Téhéran, estime que «l'administration Biden devrait soutenir le peuple iranien et l'OMPI dans sa lutte contre le régime».

Classée pendant des années comme organisation terroriste, l'OMPI a été retirée de la liste des États-Unis et de l'Europe en 2012. Une victoire que revendique Lincoln Bloomfield, alors secrétaire d'État adjoint aux Affaires politico-militaires dans l'administration Bush, et qui a enquêté de manière exhaustive sur les allégations de terrorisme contre le groupe.

Bloomfield affirme à Arab News n’avoir trouvé aucune preuve durant l’enquête que le groupe a ciblé les États-Unis ou leurs alliés avec des actes terroristes.

Bloomfield explique que s’il y avait eu «la moindre indication qu’ils ont visé des civils, des enfants ou des personnes innocentes, ce serait différent. Mais c'est (un groupe de) résistance légitime à la tyrannie».

Marc Ginsberg, ancien conseiller au Moyen-Orient de la Maison Blanche et diplomate américain de longue date, affirme à Arab News que l'attaque meurtrière de samedi contre un cargo israélien ne fait qu’ajouter «une raison de plus» pour demander des comptes au régime Raïssi.

«Je suis en faveur de tenter tout ce qu’il faut afin de freiner ce régime et sa capacité à continuer de réprimer, d'inciter à la violence et de soutenir le terrorisme au Moyen-Orient», dit-il. «Même si (le régime) accepte de faire machine arrière en ce qui concerne ses violations de l'accord nucléaire iranien, ce ne sera jamais assez pour atteindre l'objectif de l’empêcher de développer une arme nucléaire».

Ginsberg rappelle qu'au-delà de la question nucléaire, Téhéran refuse d'abandonner ses autres activités perturbatrices au Moyen-Orient. Au contraire, il pense d’ailleurs​​ que le régime risque de se servir d’un potentiel allégement des sanctions comme «bouée de sauvetage» pour les faire avancer.

Les (dirigeants iraniens) «ne vont pas accepter qu’on impose des restrictions sur leur programme de missiles balistiques, et ils ne vont certainement pas abandonner leur soutien au Hezbollah, au Hamas, aux miliciens Houthis, ou au régime syrien d'Assad», poursuit Ginsberg.

«Leur seul objectif est d’obtenir un allégement des sanctions. Leur raisonnement s’articule autour de la question: combien de concessions doivent-ils accorder en échange (…)? Rien d’autre ne les intéresse», conclut-il. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Aoun condamne la nouvelle attaque contre les forces de l'ONU au Liban

Des casques bleus de la Finul patrouillent près du village de Meiss el-Jabal, le long de la frontière sud du Liban avec Israël, le 26 août 2020. (Photo, AFP)
Des casques bleus de la Finul patrouillent près du village de Meiss el-Jabal, le long de la frontière sud du Liban avec Israël, le 26 août 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Hezbollah mène des attaques contre les troupes pour montrer son rejet de l'initiative koweïtienne, affirment des analystes
  • Une source anonyme ayant des liens avec le Hezbollah rejette cette analyse et déclare à Arab News que l'attaque était due à la rupture d’un réservoir d'eau par les troupes ghanéennes

BEYROUTH: Le président libanais, Michel Aoun, a condamné «toute attaque visant la Force intérimaire des Nations unies au Liban», après que des soldats de la Finul ont été blessés lors de violences mardi.

Lors d'une réunion mercredi, Aoun a informé Joanna Wronecka, coordinatrice spéciale de l'ONU au Liban, que le gouvernement avait ouvert une enquête sur l'attaque à l'ouest du village méridional de Ramyeh. Il s'est engagé à déterminer qui était responsable.

Le porte-parole de la Finul, Andrea Tenenti, a révélé mardi soir que plusieurs soldats de la paix en patrouille de routine ont été attaqués après que leurs voitures ont été interceptées. L'incident a fait un blessé parmi les soldats.

Il a indiqué que «les assaillants ont saboté deux véhicules et volé divers objets», ajoutant que «les forces armées libanaises étaient présentes sur les lieux et ont réussi à désamorcer la situation».

Tenenti a souligné que «les Casques bleus ne se trouvaient pas dans des propriétés privées mais sur une voie publique qu'ils empruntent habituellement».

Ils faisaient leur travail, exécutant la décision n° 1701 et préservant la stabilité dans le sud du Liban, a-t-il expliqué.

Tenenti a averti dans un communiqué que «les attaques contre les hommes et les femmes qui servent la cause de la paix sont considérées comme des crimes conformément aux lois libanaises et internationales».

Il a appelé les autorités libanaises à «enquêter sur cet incident et à en poursuivre les responsables».

Les patrouilles de la Finul ont été la cible de deux autres attaques récemment. Des troupes ont été prises pour cibles dans le village frontalier de Chakra à la fin de l'année dernière et dans le village de Bint Jbeil au début de ce mois.

La zone où ces attaques ont eu lieu est considérée comme cruciale pour le Hezbollah car elle est adjacente à la frontière, où plusieurs postes militaires israéliens importants se trouvent de l'autre côté.

La dernière attaque contre la patrouille de la Finul s'est produite alors que des responsables libanais discutaient des messages transmis par le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, au nom du Koweït, des pays arabes et du Golfe et de la communauté internationale, au Liban à la fin de la semaine dernière.

Le ministre a envoyé un message de «sympathie, de solidarité, de synergie et d'amour pour le peuple libanais frère», exhortant les responsables libanais à adopter une position de neutralité et à s'assurer que le pays «ne sera une plate-forme pour aucune agression, tout en s'abstenant de s’ingérer dans les affaires intérieures des pays arabes en général, et du Golfe en particulier».

Al-Sabah a réaffirmé la volonté régionale «de voir un Liban stable, sûr et fort en mettant en œuvre les résolutions internationales et arabes».

Le Koweït s'attend à recevoir une réponse par l'intermédiaire du ministre libanais des Affaires étrangères Abdallah Bou Habib, samedi prochain lors de sa visite au Koweït.

Bien que le Hezbollah n'ait pas réagi à l'initiative koweïtienne, certains observateurs politiques ont vu dans l'attaque contre la patrouille de la Finul une manifestation indirecte de l'objection du Hezbollah.

Cependant, une source qui fait la médiation entre la Finul, les villageois et le Hezbollah, a déclaré à Arab News: «L'attaque qui a eu lieu n'a rien à voir avec un quelconque message politique ou sécuritaire.»

La source a signalé: «La patrouille qui a été attaquée est affiliée à la force ghanéenne participant à la Finul.»

«Il est apparu que, au moment où la patrouille empruntait une voie publique, l’une de ses voitures a heurté, intentionnellement ou accidentellement, un réservoir d'eau appartenant à un agriculteur qui l'utilisait pour arroser ses plantes.

«La patrouille ne s'est pas arrêtée mais a continué sa route sans probablement s'apercevoir qu'elle avait heurté le réservoir. Le propriétaire de la citerne, rejoint par plusieurs villageois qui se tiennent généralement côte à côte dans le village, ont suivi la patrouille et l'ont attaquée. C'est ce qui s'est passé.»

La source, qui a requis l'anonymat, a confié que les deux attaques précédentes étaient différentes. «L'une d’elles s'est produite parce que certains soldats de la Finul prenaient des photos dans des ruelles internes, tandis que l'autre a eu lieu parce qu'ils sont entrés dans des propriétés privées, ce qui n'est pas autorisé par la décision no. 1701.»

La source a ajouté que «cette attaque ne correspond à aucune des positions du Hezbollah concernant l'initiative koweïtienne».

«Si le Hezbollah voulait s'opposer à l'initiative koweïtienne qui vise dans son fond la gestion du pays, attaquer la force ghanéenne ne sera sans aucun doute pas la meilleure réponse.»

Cette évolution a coïncidé avec l'annonce du ministre israélien de l'Énergie, Yuval Steinitz, que «les négociations frontalières avec le Liban sur la démarcation maritime sous médiation américaine, organisées par la Finul dans son siège à Naqoura, reprendront la semaine prochaine».

Le Liban attend depuis la fin de l'année dernière le retour du médiateur américain, Amos Hochstein, dans la région avec de nouvelles propositions dans le but de reprendre les pourparlers sur la démarcation des frontières maritimes entre le Liban et Israël.

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a annoncé lors de sa visite au Liban à la fin de l'année dernière que «les Nations unies sont prêtes à parrainer ces négociations».

Entre-temps, le Liban a signé mercredi des accords pour acheter de l'électricité à la Jordanie via la Syrie afin d'aider le pays à faire face à sa crise énergétique paralysante.

L'électricité sera acheminée à travers la Syrie. Ces accords devraient apporter au Liban jusqu'à 250 MW d'électricité par jour d'ici deux mois, ce qui correspond à environ deux heures d'électricité par jour.

La Banque mondiale devrait financer ces accords, les négociations étant déjà en cours.

Le ministre libanais de l'Énergie, Walid Fayyad, a annoncé qu'il s'attendait à ce que les négociations de financement soient conclues dans les deux mois.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les montagnes Tuwaiq: le site touristique le plus populaire à une heure de Riyad

Les montagnes Tuwaiq ont été baptisées ainsi parce qu’elles ont la forme d’un cordon de 800 km de long qui entoure la région de Riyad. (Fourni)
Les montagnes Tuwaiq ont été baptisées ainsi parce qu’elles ont la forme d’un cordon de 800 km de long qui entoure la région de Riyad. (Fourni)
Short Url
  • Le Bout du Monde, qui offre une vue étonnamment spectaculaire, est situé au bout d’un sinueux sentier désertique qui longe la crête de la chaîne de montagnes Tuwaiq
  • Le trajet jusqu’au bord de la falaise prend généralement quinze à trente minutes, mais vous pouvez vous arrêter à plusieurs endroits le long du chemin pour admirer la vue

RIYAD: Les montagnes Tuwaiq, connues par tous les citoyens saoudiens, font partie des chaînes de montagnes les plus fascinantes du monde.

Cette chaîne de montagnes est un escarpement étroit qui traverse le plateau du Nedjd en Arabie centrale, allant de la frontière sud d’Al-Qasim au nord, jusqu’à l’extrémité nord du désert du Quart Vide, près de Wadi ad-Dawasir dans le sud. Elle est située à environ 120 km de la capitale, et le trajet dure environ une heure et demie en voiture.

Ce site étant particulièrement apprécié des aventuriers et des touristes, le prince héritier Mohammed ben Salmane a comparé la disposition du peuple saoudien aux montagnes Tuwaiq lors de son discours à la conférence de la Future Investment Initiative.

Le Bout du Monde, qui offre une vue étonnamment spectaculaire, est situé au bout d’un sinueux sentier désertique qui longe la crête de la chaîne de montagnes Tuwaiq.

Tuwaiq est le diminutif du mot collier en arabe. Les montagnes Tuwaiq ont été baptisées ainsi parce qu’elles ont la forme d’un cordon de 800 km de long qui entoure la région de Riyad.

Les personnes qui se rendent dans les montagnes de Tuwaiq pour faire de la randonnée peuvent emprunter différents itinéraires pour atteindre le sommet. Étant donné que la topographie présente de fortes pentes et que le chemin est fait de gravier meuble, des chaussures de marche confortables sont recommandées.

Vous pouvez observer des chameaux et des ruines anciennes le long du lit de la rivière qui traverse la vallée en contrebas, et découvrir des fossiles, reliques de l’époque où cette zone se trouvait au fond de la mer.

Le trajet jusqu’au bord de la falaise prend généralement quinze à trente minutes, mais vous pouvez vous arrêter à plusieurs endroits le long du chemin pour admirer la vue.

Comme les portes pour sortir ferment à 18h, vous devez prévoir suffisamment de temps pour le retour, à moins que vous ne prévoyiez de passer la nuit dans la vallée des Acacias.

Vous aurez également besoin d’un récepteur GPS à haute sensibilité et d’un véhicule utilitaire de sport pour accéder aux zones où vous pourrez admirer le coucher de soleil exceptionnel et le ciel nocturne étoilé. L’idéal serait donc de rejoindre un groupe de plusieurs personnes qui effectuent le voyage en voiture.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Maroc: les professionnels du tourisme réclament la réouverture des frontières

Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Short Url
  • Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier
  • Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières

RABAT : Les professionnels de l'industrie du tourisme au Maroc ont manifesté mercredi pour dénoncer la fermeture des frontières, en vigueur depuis deux mois pour juguler la propagation du variant Omicron mais qui plombe ce secteur vital de l'économie.

Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier.

"La fermeture nous assène un coup très dur puisque nous sommes maintenant à l'arrêt alors que nos charges sont toujours fixes", a déploré Mimoun Azzouzi, propriétaire d'une agence de voyage à Témara, près de la capitale. 

"Nous avons été obligés de fermer à cause de la pandémie et malgré ça, nous avons maintenu les salaires de nos travailleurs", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ces voyagistes se disent "exclus" du plan de soutien au tourisme de deux milliards de dirhams (190 millions d'euros) approuvé le 18 janvier par le gouvernement. 

L'aide prévoit le versement d'une indemnité de 2 000 dirhams (190 EUR) par mois durant le premier trimestre 2022 pour l'ensemble des employés de ce secteur qui pesait près de 7% du PIB marocain en 2019. 

L'Etat a décidé d'allouer également un milliard de dirhams (950 M EUR) en soutien aux hôteliers pour préparer la reprise d'activité (entretien, rénovation, formation, etc.).

Ces mesures n'apaisent pas la colère des opérateurs qui ont aussi manifesté mercredi à Agadir et Marrakech, les deux capitales touristiques du pays, selon les médias locaux.

"Le peuple veut la réouverture des frontières", scandaient quelques centaines de protestataires à Marrakech, selon des vidéos publiées sur Facebook.

Interrogé lundi au parlement, le chef de la diplomatie Nasser Bourita a estimé qu'il était "important de rouvrir les frontières aériennes comme il est important de suivre l'évolution de la pandémie". 

La fermeture de l'espace aérien soulève les protestations de l'importante diaspora marocaine, d'autant que des compagnies de jets privés opèrent à des prix exorbitants -- plus de 10.000 euros par passager pour un aller simple vers le Maroc --, selon des sites d'information et des témoignages sur les réseaux sociaux.

Si le pic des contaminations au variant Omicron semble avoir été atteint pendant la semaine du 17 au 23 janvier, selon le ministère de la Santé, les autorités s'inquiètent d'une hausse des décès et des cas en réanimation.

Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières.