Maghreb: les relations tuniso-libyennes surmonteront-elles le choc de l’exclusion d’Ennahdha?

La ministre libyenne des Affaires étrangères Najla al-Mangouch assiste à une réunion des voisins de la Libye dans le cadre des efforts internationaux pour parvenir à un règlement politique du conflit du pays, à Alger, la capitale algérienne, le 30 août 2021. RYAD KRAMDI / AFP
La ministre libyenne des Affaires étrangères Najla al-Mangouch assiste à une réunion des voisins de la Libye dans le cadre des efforts internationaux pour parvenir à un règlement politique du conflit du pays, à Alger, la capitale algérienne, le 30 août 2021. RYAD KRAMDI / AFP
Short Url
Publié le Jeudi 16 septembre 2021

Maghreb: les relations tuniso-libyennes surmonteront-elles le choc de l’exclusion d’Ennahdha?

  • La présidence tunisienne a insisté dans un communiqué sur «la nécessité de tenir les relations bilatérales à l’abri des tentatives de brouillage»
  • Le malaise entre les gouvernements tunisien et libyen est-il exclusivement imputable à la gestion de la pandémie de Covid-19? Rien n’est moins sûr

TUNIS: Le flottement actuel dans les relations tuniso-libyennes a fort probablement pour cause principale l’exclusion du parti islamiste du pouvoir, qui, s’il se confirmait, pourrait aboutir en Libye aussi à une redistribution des cartes sur le plan politique au détriment des Frères musulmans, alliés du parti islamiste tunisien.

Annoncée une première fois pour le début du mois puis reportée, la visite de M. Abdelhamid Dbeibah a finalement eu lieu jeudi 9 septembre 2021. Elle semble avoir porté ses fruits, du moins en apparence.

Après la rencontre du Premier ministre libyen avec le président Kaïs Saïed, la présidence tunisienne a insisté dans un communiqué sur «la nécessité de tenir les relations bilatérales à l’abri des tentatives de brouillage» et elle a annoncé un accord qui a pour but d’inciter «les parties concernées dans les deux pays à accentuer leurs efforts afin de trouver des solutions communes à certains problèmes relatifs à la santé ainsi qu’au mouvement des personnes et des marchandises aux points de passage» entre les deux pays.

La circulation des biens et des personnes entre les deux pays avait été arrêtée le 10 juillet «en raison de l’aggravation de la situation sanitaire». Toutefois, quand la Libye a voulu, six semaines plus tard, lever cette mesure, c’est le gouvernement tunisien qui a refusé.

Le lendemain, le gouvernement libyen, quant à lui, a annoncé un accord pour «la réouverture des frontières et la reprise du trafic aérien la semaine prochaine, conformément à un protocole sanitaire unifié».

Un malaise certain s’est donc installé entre les deux gouvernements. Est-il exclusivement imputable à la gestion de la pandémie de Covid-19? Rien n’est moins sûr.

La circulation des biens et des personnes entre les deux pays avait été arrêtée le 10 juillet «en raison de l’aggravation de la situation sanitaire». Toutefois, quand la Libye a voulu, six semaines plus tard, lever cette mesure, c’est le gouvernement tunisien qui a refusé. Lui aussi a invoqué la situation sanitaire difficile que vivait son pays, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, Othman Jerandi, l’a expliqué le 21 août au cours d’un entretien téléphonique avec son homologue libyenne, Najla al-Mangoush.

Un malaise certain s’est donc installé entre les deux gouvernements. Est-il exclusivement imputable à la gestion de la pandémie de Covid-19? Rien n’est moins sûr.

En effet, la veille, le 20 août, le président Saïed a semé le trouble dans les esprits en évoquant les raisons qui justifiaient la décision de Tunis de ne pas rouvrir les frontières. Il a accusé les islamistes tunisiens de vouloir l’assassiner, une accusation relayée le lendemain par le quotidien de langue arabe Echorouk El Yawmi: le journal affirmait qu’un loup solitaire qui projetait d’attenter à la vie du chef de l’État à l’occasion d’une visite dans la région du Sahel avait été arrêté.

Le lien avec la Libye est établi le 21 août. Ce jour-là, selon le site RT Arabic, qui appartient à la chaîne de télévision Novosty, le journal libyen Al-Marsad a révélé qu’Interpol Tunis avait prévenu les autorités libyennes de la présence de cent terroristes sur la base aérienne d’Al-Watiya; ces derniers s’apprêtaient à s’infiltrer en Tunisie. Le journal corrobore cette information en citant une source du ministère de l’Intérieur et en publiant une copie du document d’Interpol.

Deux jours plus tard, Mme Najla al-Mangoush, ministre des Affaires étrangères libyenne, arrive à Tunis pour aborder ce sujet avec son homologue tunisien. Le ministère des Affaires étrangères tunisien indique à l’issue de cette rencontre: «La délégation libyenne a réaffirmé son attachement à la sécurité de la Tunisie.» Par ailleurs, il fait part de son souhait que les deux pays œuvrent ensemble à se protéger «de toutes les menaces».

Malgré cela, la Libye n’obtient pas la réouverture des frontières entre les deux pays, mais seulement une promesse: que soient tenues des «réunions virtuelles entre les commissions scientifiques des deux pays afin d’étudier la possibilité d’adapter le protocole sanitaire aux spécificités des régions frontalières».

Est-ce pour cette raison qu’Abdelhamid Dbeibah, dans une adresse à la nation, trois jours plus tard, s’en est pris à la Tunisie et l’a accusée, sans toutefois la nommer, d’être elle-même – et non la Libye – l’exportatrice du terrorisme? «Le terrorisme nous vient de l’extérieur. Nous ne pouvons être accusés de terrorisme […]», affirme-t-il.

Le ministre des Affaires étrangères tunisien a répondu à cette accusation dès le lendemain, à Alger, lors d’un entretien avec son homologue libyenne en marge de la réunion ministérielle des pays voisins de la Libye consacrée à la discussion de la situation dans ce pays.

M. Jerandi exprime à cette occasion «l’étonnement de la Tunisie». Il rappelle que «la sécurité et la stabilité de la Libye font partie de celles de la Tunisie» et que «[son] pays, également visé par le terrorisme, ne peut en aucune façon lui servir de base».

Annulée une première fois – à cause de cet incident? –, la visite du Premier ministre libyen en Tunisie a finalement lieu le 9 septembre. Cependant, elle n’a pas permis de résoudre tous les problèmes, comme le montre le fait que les deux parties ne présentent pas le même compte rendu de la réunion de travail entre le président tunisien et le Premier ministre libyen.

Il faudrait probablement chercher ailleurs la cause du flottement actuel dans les relations tuniso-libyennes. Il pourrait bien être lié à l’exclusion du mouvement Ennahdha du pouvoir.

La partie libyenne met en avant un accord sur la réouverture des frontières, que le communiqué de la présidence tunisienne ne mentionne pas; ce dernier indique en revanche que les deux parties ont discuté du recouvrement d’impayés, de la participation des entreprises tunisiennes aux efforts de la reconstruction en Libye et de «l’intensification de la coordination et de l’échange d’informations pour sécuriser les frontières et lutter contre le terrorisme et le crime organisé».

Est-ce vraiment étonnant? Il faudrait probablement chercher ailleurs la cause du flottement actuel dans les relations tuniso-libyennes. Il pourrait bien être lié à l’exclusion du mouvement Ennahdha du pouvoir, qui, s’il se confirmait, pourrait aboutir, en Libye aussi, à une redistribution des cartes sur le plan politique, au détriment des Frères musulmans, alliés du parti islamiste tunisien.


Nucléaire iranien : une date a été décidée pour la poursuite des négociations

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Bagheri, (C) rencontre l’émissaire de l’Union européenne, Enrique Mora (qui n’est pas représenté sur la photo), à Téhéran, le 14 octobre 2021. (Ministère iranien des Affaires étrangères, à travers AFP)
Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Bagheri, (C) rencontre l’émissaire de l’Union européenne, Enrique Mora (qui n’est pas représenté sur la photo), à Téhéran, le 14 octobre 2021. (Ministère iranien des Affaires étrangères, à travers AFP)
Short Url
  • Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a dit qu’il était prêt à rencontrer les responsables iraniens
  • L’accord de 2015 est tombé à l’eau en 2018, quand les États-Unis se sont retirés et le président Donald Trump a de nouveau imposé des sanctions

DJEDDAH: Deux membres du parlement iranien ont affirmé dimanche que les négociations pour relancer l’accord sur le nucléaire iranien se poursuivront cette semaine. 

Après avoir eu une réunion privée avec le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, le député Ahmad Alirezabeigui a précisé que «les pourparlers avec le groupe 4+1 commenceront jeudi à Bruxelles». Un autre député iranien, Behrouz Mohebbi Najmabadi, a dit qu’ils auraient lieu «cette semaine». 

Le groupe 4+1 est constitué de quatre membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU – le Royaume-Uni, la Chine, la France et la Russie – ainsi que l’Allemagne. Les négociations avec l’Iran ont commencé à Vienne, en avril, et avaient pour but de relancer le Plan d’action global commun, l’accord avec les puissances mondiales, pour freiner le programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions économiques.

L’accord est tombé à l’eau en 2018 quand les États-Unis se sont retirés et le président Donald Trump a de nouveau imposé des sanctions auxquelles l’Iran a répondu en violant les restrictions de l’accord quant à l’enrichissement de l’uranium. 

Le successeur de Trump, Joe Biden, tient absolument à relancer l’accord ; les États-Unis participent indirectement aux pourparlers de Vienne. Cependant, les négociations ont été suspendues depuis juin et ont abouti à une impasse, le but étant de voir qui sera le premier à céder – l’Iran en se conformant à l’accord ou les États-Unis en levant les sanctions. Les alliés des États-Unis dans le golfe, y compris l’Arabie Saoudite, craignent que l’accord n’aborde pas de questions plus générales comme les missiles balistiques de l’Iran et ses activités régionales pernicieuses.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a dit qu’il était prêt à rencontrer les responsables iraniens. «L’objectif est de poursuivre les pourparlers à Vienne le plus tôt possible», a déclaré le porte-parole. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


165 Houthis tués dans des opérations de la coalition à Marib

Le porte-parole de la coalition arabe le brigadier général Turki Al-Maliki. (Dossier/AFP)
Le porte-parole de la coalition arabe le brigadier général Turki Al-Maliki. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Les États-Unis ont appelé les Houthis à arrêter leur offensive sur Marib
  • La coalition a annoncé samedi avoir tué 160 Houthis et détruit 11 véhicules militaires à Abedia

RIYAD : La coalition arabe a déclaré dimanche que 165 Houthis avaient été tués et dix véhicules militaires détruits lors d'opérations dans la région d'Abedia à Marib. 

La coalition précise avoir mené 41 opérations ciblant les Houthis à Abedia et dans les villages environnants au cours des dernières 24 heures. 

Abedia est un quartier de Marib au Yémen qui est assiégé par les Houthis depuis le 23 septembre, entravant la circulation des civils et l’arrivée de l’aide humanitaire. 

img
Un combattant fidèle au gouvernement légitime du Yémen occupe une position près de la ligne de front face aux Houthis soutenus par l'Iran dans la province de Marib, au nord-est du pays, le 17 octobre 2021. (Photo, AFP)

Les Houthis ont entamé une offensive majeure en février pour s'emparer de Marib, dernier bastion du gouvernement internationalement reconnu dans le nord du Yémen, riche en pétrole, et ont renouvelé leurs attaques ces dernières semaines après une accalmie.

Ils continuent de mener leurs opérations terroristes contre les civils et empêchent l'aide médicale d'atteindre les patients à Abedia, souligne la coalition. 

img 2
Un combattant fidèle au gouvernement légitime du Yémen occupe une position près de la ligne de front face aux Houthis soutenus par l'Iran dans la province de Marib, au nord-est du pays, le 17 octobre 2021. (Photo, AFP)

Samedi, les États-Unis ont appelé les Houthis à arrêter leur offensive sur Marib et à écouter les appels urgents de tout le Yémen et de la communauté internationale pour mettre fin à ce conflit et soutenir un processus de paix inclusif dirigé par l'ONU. 

« Les Houthis entravent la circulation des personnes et l'aide humanitaire et empêchent les services essentiels d'atteindre les 35 000 habitants d'Abedia », indique un communiqué du département d'État américain. 

img 4
Des combattants fidèles au gouvernement légitime du Yémen occupent une position près de la ligne de front face aux Houthis soutenus par l'Iran dans la province de Marib, au nord-est du pays, le 17 octobre 2021. (Photo, AFP)

« Les États-Unis exhortent les Houthis à autoriser immédiatement un passage sûr pour les civils, les secours vitaux et les blessés. Comme l'ONU l'a déclaré cette semaine, elle se tient prête avec ses partenaires à fournir cette assistance dont la population de Marib a tant besoin », ajoute le communiqué. 

La coalition a annoncé samedi avoir tué 160 Houthis et détruit 11 véhicules militaires lors d'opérations similaires à Abedia. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Egypte : Les employés du gouvernement non vaccinés seront interdits d'accès au lieu de travail

Les employés du gouvernement non vaccinés seront interdits d’accès à leur lieu de travail, déclare le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly. (Dossier/AFP)
Les employés du gouvernement non vaccinés seront interdits d’accès à leur lieu de travail, déclare le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Le ministre de la Santé a annoncé l’arrivée d’une deuxième livraison de 1,6 million de doses du vaccin Pfizer à l'aéroport du Caire
  • Les doses ont été fournies par les États-Unis dans le cadre de l'initiative mondiale COVAX

LE CAIRE : Les employés du gouvernement non vaccinés seront interdits d’accès à leur lieu de travail, a déclaré le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly, alors que le ministre de la Santé évoquait la quantité et la variété des vaccins disponibles et l'expansion des centres spécialisés qui les administrent. 

« Il faut s'assurer que tous les employés des autorités administratives des gouvernorats sont vaccinés, et bientôt tout employé qui n'a pas été vacciné ne sera pas autorisé à y accéder, surtout avec la grande disponibilité des vaccins » a-t-il déclaré lors d'une réunion. 

Il a appelé à des campagnes de sensibilisation dans les gouvernorats expliquant l'importance des vaccins, d'autant plus que le ministère de la Santé est prêt à fournir toute quantité nécessaire. 

« Nous avons 60,5 millions de doses de vaccins et, d'ici la fin de ce mois, le nombre de vaccins disponibles atteindra 70 millions », indique le Dr Hala Zayed, ministre de la Santé et de la Population. 

Elle reconnait l'importance des campagnes de sensibilisation et celle de prendre les mesures nécessaires pour encourager les citoyens à se faire piquer. 

Elle indique que le nombre de centres de vaccination a été augmenté et que, dans la période à venir, ils seront établis dans les zones fréquentées par les citoyens. Ces emplacements vont inclure les tribunaux, les services de la circulation, les stations de métro, les trains et les parvis des mosquées et églises les vendredis et dimanches. 

Les centres sont destinés à tout gouvernorat qui en ferait la demande et l'objectif est de vacciner rapidement les citoyens. 

Zayed précise que l'Égypte a commencé à fabriquer des vaccins et qu'à partir de la semaine prochaine, son partenaire chinois transférera la technologie de fabrication. 

Elle annonce également une deuxième livraison de 1,6 million de doses du vaccin Pfizer à l'aéroport international du Caire, fournies par les États-Unis dans le cadre de l'initiative mondiale COVAX. 

Khaled Megahed, du ministère, déclare que le vaccin Pfizer a été approuvé par l'Organisation mondiale de la santé et l'Autorité égyptienne des médicaments. 

Les vaccins livrés seront analysés dans les laboratoires de l'autorité avant d'être distribués aux 1 100 centres de vaccination. 

Le premier envoi de vaccins Pfizer, également 1,6 million de doses, est arrivé en septembre dernier dans le cadre d'une série d’expéditions fournies par les États-Unis à l'Égypte. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com