Les EAU et le Bahreïn, ou le nouveau chapitre des relations israélo-arabes

L'accord EAU-Israël a été scellé le 13 août alors que l'accord Bahreïn-Israël s'est concrétisé la semaine dernière (Photo, AP)
L'accord EAU-Israël a été scellé le 13 août alors que l'accord Bahreïn-Israël s'est concrétisé la semaine dernière (Photo, AP)
Short Url
Publié le Mercredi 16 septembre 2020

Les EAU et le Bahreïn, ou le nouveau chapitre des relations israélo-arabes

  • Les Émirats arabes unis et le Bahreïn signent des accords avec Israël qui promettent une paix durable au Moyen-Orient
  • Les deux États arabes du Golfe ont souligné le rôle central d'une solution à deux États pour le peuple palestinien

CHICAGO: Dans ce qui semblait être une reconstitution des cérémonies qui ont précédé, près de 1000 personnes se sont rassemblées mardi sur la pelouse sud de la Maison Blanche pour regarder les dirigeants arabes et israéliens signer des accords de normalisation historiques. En plus de la promesse d'une nouvelle page dans les relations judéo-arabes, l'événement a généré des séances-photos que le président Donald Trump trouvera utiles alors qu'il se dirige vers la dernière ligne droite de la campagne présidentielle de 2020.

Malgré le sentiment inévitable de déjà-vu, la signature de la déclaration des Accords d’Abraham diffère à bien des égards des traités qui ont été signés par l’Égyptien Anouar Sadate, le roi Hussein de Jordanie et Yasser Arafat. D'une part, l'objectif immédiat n'est pas la cessation des hostilités militaires ou la création d'un État palestinien, mais plutôt la « normalisation » des relations entre Israël et deux États du Golfe qui ont été en marge du conflit israélo-arabe.

La cérémonie à la Maison Blanche était également différente parce qu’elle s'est déroulée dans le contexte d'une pandémie mondiale qui a coûté la vie à près de 200 000 personnes aux États-Unis et à des centaines d'autres dans les trois pays signataires: Israël, les Émirats arabes unis et le Bahreïn. Les participants portant des masques visibles sur les photos et les vidéos du rassemblement sont susceptibles de devenir des marqueurs d'une période des plus inhabituelles de l'histoire du monde moderne.

Cela dit, un accord de paix avec un pays arabe a toujours été crucial à la vision de la politique étrangère d’Israël. Sceller des accords avec deux pays arabes en même temps ne peut être décrit que comme un rêve devenu réalité pour un dirigeant israélien, en l'occurrence le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Quant au président Trump, qui a négocié les accords, il a été félicité même par les médias libéraux américains, qui ont décrit la déclaration des accords d'Abraham comme une réalisation politique majeure.

La plupart des rapports américains à l'approche de l'événement de mardi ont énuméré en détail les participants israéliens, notant que les accords seraient signés par Netanyahu et assistés par Trump. En revanche, les représentants des Émirats arabes unis et de Bahreïn, qui ont signé les documents pour leurs pays, ont été décrits comme les « ministres des affaires étrangères des Émirats arabes unis et de Bahreïn », et non respectivement comme Abdullah bin Zayed Al-Nahyan et Abdullatif bin Rashid Al- Zayani.

Trump a souligné que son équipe « voulait tellement que cela se produise ... ils doutaient que cela se produise. » Cette équipe comprenait plusieurs responsables de l’administration qui ont des liens personnels étroits avec Israël à travers leur politique et leur religion, notamment Jared Kushner, gendre de Trump et conseiller principal de la Maison Blanche; Avi Berkowitz, représentant spécial pour les négociations internationales; et David Friedman, l'ambassadeur américain en Israël.

Dans l'ensemble, l'accord a été un coup de maître diplomatique pour Israël et un joli coup pour la campagne de réélection de Trump, qui a le soutien de nombreux blocs électoraux importants, notamment les juifs américains et les chrétiens évangéliques. Ce qui a jeté une ombre, cependant, était le rejet catégorique des accords par les Palestiniens ainsi que le malaise persistant entre les gouvernements israélien et palestinien.

Ces aspects des accords d'Abraham sont en contraste frappant avec les poignées de main qui ont eu lieu le 13 septembre 1993 sur la pelouse sud de la Maison Blanche entre le dirigeant palestinien Yasser Arafat et le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, sous le regard du président Bill Clinton. La cérémonie de mardi a eu lieu exactement 27 ans après ce moment historique, qui était également rempli de la promesse d’une nouvelle page dans les relations israélo-arabes. Rabin a été assassiné, deux ans plus tard, par un extrémiste israélien en novembre 1995.

Cette fois sera-t-elle différente? Tout en remerciant Trump et les responsables des Émirats arabes unis et de Bahreïn, Netanyahu n'a pas explicitement mentionné les Palestiniens lorsqu'il a déclaré que les accords apporteraient la paix à « tous ». Mais dans une interview accordée à Arab News, Ronald Lauder, un homme d'affaires milliardaire et président de l'influent Congrès juif mondial, a salué les accords d'Abraham tout en soulignant que la question palestinienne était toujours une priorité.

« Je pense qu'il s'agit d'un accord historique entre Israël et les Émirats arabes unis et entre Israël et le Bahreïn. Il ouvre toute la région; il s'agit de commencer à se croire mutuellement », dit-il.

« Cela va avoir un effet d'entrain dans tout le Moyen-Orient. Je pense que d’autres pays se joindront très prochainement à cette phase. Et je crois fermement que les Palestiniens, voyant ce qui se passe, vont enfin dire qu’il est temps de venir à la table et s’asseoir avec Israël et les États-Unis tout en disant : « Parlons paix. »

Plus tôt, Jamal Al-Musharakh, directeur de la planification politique au ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, a déclaré que l'accord signé par son pays créera un « nouvel environnement » qui favorisera et préservera la paix non seulement entre Israël et les autres États arabes, mais aussi avec Les Palestiniens eux-mêmes.

« Nous n'avons pas abandonné les Palestiniens», a-t-il déclaré à Arab News. « C'est un virage stratégique. L'accord offre une vision plus optimiste de l'avenir et se traduira par des avantages pour tous dans la région, y compris pour les Palestiniens. Mais les Palestiniens doivent s'engager eux-mêmes dans le processus de paix. »

Les implications politiques nationales des accords de normalisation seront analysées en profondeur par les experts américains dans les semaines à venir. L'accord EAU-Israël a été scellé le 13 août alors que l'accord Bahreïn-Israël s'est concrétisé seulement la semaine dernière.

Des responsables de la Maison Blanche, y compris Berkowitz, ont déclaré aux journalistes lors d'un récent point de presse que l'accord avec les Émirats arabes unis était beaucoup plus détaillé que l'accord avec le Bahreïn, qui est toujours en discussion.

Les sceptiques affirment que l’objectif de l’exercice de consolidation de la paix est essentiellement la réélection de Trump. La Maison Blanche a apporté de l'eau au moulin en publiant un communiqué de presse officiel le 9 septembre annonçant que Trump avait de nouveau été nommé pour un prix Nobel de la paix.

En ce qui concerne la politique israélienne, la reconnaissance par deux États arabes a contribué à renforcer la position politique de Netanyahu, qui a enduré trois élections très disputées avant de pouvoir conclure un accord de partage du pouvoir avec son rival, Benny Gantz.

De nombreuses questions restent cependant sans réponse. Est-ce que plus de pays arabes signeront des accords avec Israël et quels sont-ils? Lauder a déclaré qu'il espérait que l'Arabie saoudite et le Maroc seraient les prochains.

Les accords conduiront-ils à une nouvelle vague de négociations entre Israël et les Palestiniens? Avec le temps, comment les radicaux iraniens, le Hezbollah libanais, les dirigeants du Hamas de Gaza et les Qataris réagiront-ils aux accords d’Abraham?

De telles questions n'ont peut-être pas été au premier plan dans l'esprit des participants à la réunion de la Maison Blanche le 15 septembre, mais Washington, D.C. est un monde loin des hostilités du Moyen-Orient. Parallèlement, des militants du Hamas à Gaza ont tiré deux roquettes sur le sud d'Israël, blessant deux personnes, lors d'une attaque qui a apparemment été programmée pour coïncider avec la cérémonie de signature.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le monde entier regarde, affirme le prince Khaled avant Rage on the Red Sea

Les boxeurs participant à Rage on the Red Sea s'adressant aux médias internationaux à Djeddah. (Photo Fournie)
Les boxeurs participant à Rage on the Red Sea s'adressant aux médias internationaux à Djeddah. (Photo Fournie)
Short Url
  • Les organisateurs et les boxeurs se sont adressés aux médias internationaux avant l'affrontement pour le titre des poids lourds à Djeddah samedi
  • Lors de l’événement, les premières boxeuses professionnelles participeront à un match professionnel international en Arabie saoudite

DJEDDAH: «Le monde entier regardera» le champion du monde ukrainien Oleksandr Usyk défendre son titre contre le Britannique Anthony Joshua dans le combat Rage on the Red Sea («Fureur sur la mer Rouge»), a déclaré le prince Khaled ben Abdelaziz, président de Skill Challenge Entertainment.

Le prince Khaled s'exprimait lors de la conférence de presse à l'hôtel Shangri-La à Djeddah avant le match du 20 août, les deux principales têtes d'affiche et d'autres boxeurs s’exprimant également sur cet événement.

«Le monde entier regardera», a-t-il affirmé, faisant référence au combat des poids lourds. «C'est une étape importante pour l'Arabie saoudite et le sport dans le Royaume.»

«Je veux que l'Arabie saoudite figure en bonne place sur la carte mondiale de la boxe et dynamise le peuple de notre pays. Nous voulons nous impliquer davantage dans la boxe féminine et, espérons-le, nous aurons à l’avenir des femmes saoudiennes qui participeront à des combats et représenteront le pays», a déclaré le prince Khaled.

Lors de la conférence de presse, Usyk et Joshua se sont déclarés prêts pour le combat et ont apprécié l'atmosphère enthousiaste et l'hospitalité de l’Arabie saoudite.

Joshua espère remporter pour la deuxième le championnat des poids lourds du Royaume, après avoir battu Andy Ruiz Jr à Riyad, en décembre 2019. «Je tiens à remercier tous les Saoudiens pour leur soutien et leur hospitalité, ainsi que mon équipe, qui m’a entraîné de manière excellente», a-t-il assuré. «Nous avons élevé le niveau de l’entraînement et amélioré la concentration mentale en étant suffisamment rigoureux pour atteindre les objectifs que je me suis fixé. Ce qui me stimule, c'est ma passion de la compétition et surtout ma volonté de toujours vouloir m'améliorer. Connaître le succès est mon premier objectif, et non pas remporter des ceintures.»

Usyk, quant à lui, se bat autant pour le peuple ukrainien que pour lui-même.

«Physiquement, nous sommes prêts pour ce match, après avoir passé beaucoup de temps à nous entraîner. Il y a une atmosphère et un esprit formidables dans le Royaume qui ne cessent de nous motiver. Je tiens à remercier le peuple saoudien pour son hospitalité et son accueil chaleureux, et j'espère venir plus souvent dans le Royaume», a-t-il affirmé.

Le prince Fahd ben Abdelaziz, s’exprimant au nom de Skill Challenge Entertainment, a affirmé: «Nous sommes très fiers que la boxe en Arabie saoudite continue de se développer, nous permettant d'accueillir cet événement mondial qui n'aurait pas pu avoir lieu sans le soutien de nos dirigeants avisés et les efforts du ministère des Sports, ainsi que le travail inlassable de la Fédération saoudienne de boxe.»

«J'espère que cet événement sera un succès et que l'Arabie saoudite deviendra une destination pour d'autres événements sportifs internationaux, tout comme la boxe», a-t-il affirmé à Arab News.

«C'est formidable de voir l'écosystème de la boxe prendre vie dans le Royaume, et j'espère que cet événement se révélera être dans les années à venir l'un des meilleurs que nous ayons jamais vus», s’est félicité Abdallah Ahmed al-Harbi, président de la Fédération saoudienne de boxe. «C’est un événement de la taille du championnat du monde des poids lourds, car il comporte cinq ceintures différentes, et nous souhaitons bonne chance aux boxeurs.»

Il a indiqué attendre également avec impatience les autres rencontres, en particulier les premières boxeuses professionnelles à participer à un match professionnel international en Arabie saoudite. «C'est un événement de boxe historique non seulement pour le Royaume mais aussi pour le monde, et je suis très heureux d'en faire partie», a indiqué Al-Harbi.

«Il s'agit du deuxième grand combat dans le Royaume, après le premier qui s'est tenu à Diriyah Season à Riyad. Nous avons depuis lors assisté à une grande transformation ainsi qu’au développement de la boxe de niveau amateur», a-t-il précisé.

«Nous comptons maintenant près de 24 clubs et plus de 700 boxeurs. En outre, nous avons un événement olympique qui met en vedette 300 boxeurs à Djeddah. Nous assistons à une participation massive à ce sport, et nous sommes impatients de motiver davantage de personnes à y participer, après cet événement», s’est-il réjoui.

Il a aussi apporté un large soutien à Ziyad al-Maayouf, le premier boxeur professionnel à représenter l'Arabie saoudite. «Nous sommes tous avec lui, il s’agit du premier boxeur professionnel saoudien à combattre dans son pays d'origine. Il sera sûrement une source d’inspiration pour la nouvelle génération d'amateurs souhaitant devenir professionnels, et les aidera à participer à des matchs d’un niveau supérieur.»

Al-Maayouf, qui affrontera le Mexicain José Alatorre samedi, a affirmé qu'il avait été bouleversé par le soutien reçu, et qu’il se sentait un peu sous pression avec tous les regards fixés sur lui.

«Je ressens profondément cette pression», a-t-il confié. «Vous ressentez cette pression quand vous faites quelque chose d'important. Face à cette pression, il y a deux choix. Soit on apprécie chaque minute, on en tire le meilleur parti, soit on on ne prend pas de plaisir, et cela devient un obstacle. J'ai choisi la première option, qui est de transformer la pression en quelque chose de positif. Je suis enthousiaste à l’idée d’un match devant mon peuple et je sais que, quoi qu'il arrive, ils seront avec moi, ce que j’apprécie vraiment.»

Lors de la conférence de presse Undercard Rage on the Red Sea, les autres boxeurs – Zhang Zhilei, Filip Hrgovic, Callum Smith, Mathieu Bauderlique, Badou Jack, Andrew Tabiti, Rashed Belhasa, Bader Samrin, Ramla Ali et Crystal Garcia Nova – ont tous exprimé leur grande satisfaction à l’idée de participer à cet événement.

«Avec mon adversaire, nous allons écrire l'histoire ensemble. Nous allons encourager de nombreuses filles à se lancer dans la boxe, mais aussi à participer à toutes sortes de sports. C'est un sentiment formidable de savoir que je vais ainsi motiver de nombreuses autres femmes», a indiqué Ramla Ali.

Son adversaire, Crystal Garcia Nova, a affirmé que la boxe était pour tout le monde, et qu'il ne devrait y avoir aucune discrimination basée sur le sexe. «Si les femmes veulent apprendre la boxe ou si elles veulent faire autre chose à titre individuel, elles devraient alors aller de l'avant, car cela leur donnera de meilleures dispositions et une chance de se défendre contre n'importe qui.»

L'ancien champion des poids lourds Evander Holyfield a déclaré qu'il ne se risquait pas à  faire un pronostic sur le gagnant entre Usyk et Joshua. «Chacun a ses favoris pour aller de l’avant et remporter le titre, mais je suis neutre», a-t-il indiqué. «Je pense qu'Usyk et Joshua doivent donner le meilleur d’eux-mêmes et offrir à leurs fans un beau combat.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Anthony Joshua conserve son avantage de poids sur Oleksandr Usyk pour le combat de Djeddah

Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Short Url
  • Anthony Joshua, double champion du monde poids lourds, pesait 110,9 kg avant le combat «Rage on the Red Sea» en Arabie saoudite, soit 10 kg de plus qu’Oleksandr Usyk
  • L’Ukrainien Usyk pesait pour sa part 100,5 kilos

DJEDDAH: Vendredi, le boxeur britannique Anthony Joshua pesait plus de 10 kilos de plus que le champion en titre Oleksandr Usyk, avant leur match de revanche pour le titre de champion du monde «Rage on the Red Sea» en Arabie saoudite.

Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos, les deux poids étant similaires à ceux du combat de l’année dernière à Londres.

Usyk, qui affiche un score de 19-0, et est le favori après sa décision unanime sur le terrain de Joshua, a démenti les rumeurs selon lesquelles il avait pris plusieurs kilos de muscles pour contrer l’imposant Joshua.

Les combattants se sont affrontés dans un face-à-face de quatre-vingt-dix secondes avant de se serrer la main et de poser devant les caméras. «Tout cela, le poids, la confrontation, n’a pas d'importance pour moi. Ce qui compte, c’est le combat», affirme Joshua. «Je suis prêt à 100% pour un combat de 12 rounds. Tout ce qui est plus court est un bonus.»

2

De nombreux commentateurs ont critiqué Joshua après une prestation hésitante contre le rapide et habile Usyk au stade Tottenham Hotspur de Londres en septembre dernier. Mais le Britannique de 1,98 m, qui aspire à devenir triple champion du monde, a promis de se montrer plus «compétitif».

Le promoteur Eddie Hearn a laissé entendre que Joshua chercherait à éliminer son adversaire par KO. Le combat de samedi sera le 12e combat consécutif de championnat du monde de Joshua, ancien médaillé d’or olympique (24-2) dont la seule défaite professionnelle était un TKO choc face à Andy Ruiz Jr en juin 2019.

Joshua a pris sa revanche six mois plus tard lors du «Clash of the Dunes» à Diriyah, en Arabie saoudite, le premier combat pour le championnat mondial des poids lourds dans le Royaume.

Par ailleurs, le Saoudien Ziyad al-Maayouf, qui affrontera le Mexicain Jose Alatorre samedi, a déclaré en début de semaine qu’il était bouleversé par le soutien qu’il avait reçu et qu’il se sentait un peu sous pression avec tous les regards braqués sur lui.

Dans un moment historique pour le sport en Arabie saoudite, la Britannique d’origine somalienne Ramla Ali affrontera la Dominicaine Crystal Garcia Nova. Il s’agit du premier match de boxe professionnelle féminine du Royaume.

Cette soirée de boxe riche en action sera également marquée par plusieurs autres combats passionnants, notamment ceux de Callum Smith, ancien champion poids super-moyens WBA et Ring Magazine, et de Badou Jack, ancien champion du monde poids super-moyens et mi-lourds.

* Avec AFP

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'agence de secours saoudienne lance un projet de sécurité alimentaire pour les réfugiés en Jordanie

Le dernier projet du Royaume, à travers le Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSRelief), vise à aider les familles de réfugiés et les personnes les plus nécessiteuses au sein de leur communauté d'accueil. (SPA)
Le dernier projet du Royaume, à travers le Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSRelief), vise à aider les familles de réfugiés et les personnes les plus nécessiteuses au sein de leur communauté d'accueil. (SPA)
Short Url
  • L’Arabie saoudite a lancé un projet de sécurité alimentaire pour les déplacés qui vivent hors des camps
  • Une convention de 2 millions de dollars avec l'Alliance nationale contre la faim et la malnutrition a pour objectif de renforcer la sécurité alimentaire des familles pauvres

RIYAD: L'Arabie saoudite poursuit son travail d'aide aux réfugiés syriens et palestiniens en Jordanie avec le lancement d'un projet de sécurité alimentaire pour les déplacés qui vivent hors des camps.

Le dernier projet du Royaume, à travers le Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSRelief), vise à aider les familles de réfugiés et les personnes les plus nécessiteuses dans leur communauté d'accueil et contribue à l'amélioration de leurs conditions de vie, selon un rapport de l'agence de presse saoudienne officielle (SPA).

Parmi les contributions de KSRelief à l’adresse des réfugiés en Jordanie, il y a un accord d’1,33 million de dollars (1 dollar = 0,99 euro) avec la Fondation du roi Hussein contre le cancer destiné au traitement des Syriens atteints par cette maladie. Par ailleurs, une convention de 2 millions de dollars avec l'Alliance nationale contre la faim et la malnutrition a pour objectif de renforcer la sécurité alimentaire des familles pauvres. Enfin, un accord avec la Jordan Hashemite Charity Organization permettra de fournir un logement et des services publics à vingt-deux familles syriennes, ce qui représente cent neuf personnes.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com