Une équipe scientifique dirigée par l'Arabie saoudite découvre les secrets des profondeurs

Les scientifiques ont parcouru plus de 50 000 km et effectué plus de 12 000 plongées scientifiques pour étudier les récifs coralliens. (Photo fournie)
Les scientifiques ont parcouru plus de 50 000 km et effectué plus de 12 000 plongées scientifiques pour étudier les récifs coralliens. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Dimanche 07 novembre 2021

Une équipe scientifique dirigée par l'Arabie saoudite découvre les secrets des profondeurs

  • Des solutions de haute technologie, une imagerie par avion, des relevés traditionnels utilisés pour cartographier et étudier les récifs coralliens
  • «Les générations précédentes ont créé la plupart des problèmes que les jeunes de la planète doivent maintenant résoudre», a jugé Purkis

DJEDDAH : Après plus de 10 ans d'exploration des mers du monde, la Fondation Khaled ben Sultan Living Oceans a enfin achevé son expédition mondiale sur les récifs, une mission de recherche visant à évaluer l'état des récifs coralliens et les menaces importantes qui pèsent sur leur survie.

Partant de la mer Rouge et traversant les océans Atlantique, Pacifique et Indien, l'expédition a fait le tour du monde, arpentant et cartographiant plus de 1 000 récifs dans 16 pays. Les scientifiques ont parcouru plus de 50 000 kilomètres, effectué plus de 12 000 plongées scientifiques et dispensé des séances éducatives à plus de 6 000 étudiants et leaders communautaires.

La fondation, qui a lancé l'expédition, est une organisation à but non lucratif de science environnementale et de recherche océanique qui a été créée en 2000 dans le but d’aider à préserver, protéger et rétablir les océans et les ressources aquatiques du monde.

L'approche de la fondation combine trois aspects principaux : la recherche, l'éducation et la sensibilisation, qui ont tous été reflétés dans la longue mission de l'expédition.

«J'ai lancé la Global Reef Expedition pour contribuer à ouvrir une nouvelle ère de connaissances sur les récifs coralliens et les défis auxquels ils sont confrontés», a déclaré le mois dernier le prince Khaled, président de la fondation, à Marseille, en France, lors du Congrès mondial de l'Union internationale pour la conservation de la nature, qui est décrit comme le forum de prise de décision environnementale le plus vaste et le plus inclusif au monde.

«Je savais que cela nécessiterait une gigantesque translocation de ressources, une technologie de pointe et l'apport d'une expertise à certains des récifs coralliens les plus reculés du monde. J'ai réalisé que ce n'était pas une tâche facile à accomplir, mais mon espoir de remplir cette mission ne s'est jamais éteint».

Une équipe de plus de 200 scientifiques, écologistes, responsables gouvernementaux et experts locaux a été réunie pour ce projet mondial. Ils ont mené des dizaines de milliers d'études sous-marines sur les récifs coralliens et les variétés de poissons qui vivent autour d'eux.

EN BREF

• Une équipe de plus de 200 scientifiques, écologistes, responsables gouvernementaux et experts locaux a été réunie pour ce projet mondial. Ils ont mené des dizaines de milliers d'études sous-marines sur les récifs coralliens et les variétés de poissons qui vivent autour d'eux.

• Pour éviter que ses avancées scientifiques ne soient cachées dans des revues scientifiques poussiéreuses, l'expédition a ciblé les jeunes à travers le volet éducatif de son projet. La fondation a développé un programme adapté à une gamme d'âges, de la maternelle à la terminale, pour enseigner aux jeunes les récifs coralliens. Plus de 2 000 enseignants l'utilisent désormais dans plus de 110 pays.

Les scientifiques ont développé de nouvelles façons de cartographier les récifs coralliens en combinant des images satellite haute résolution avec des données collectées sur le terrain, produisant des cartes d'habitat des récifs coralliens couvrant plus de 65 000 km². Ces cartes et relevés représentent l'ensemble de données standardisées le plus complet jamais collecté pour les récifs coralliens.

«Ce projet mondial est un acte très avant-gardiste, initié par le prince Khaled ben Sultan, et les données collectées lors de l'expédition mondiale seront utilisées pendant des siècles», a déclaré à Arab News Sam Purkis, scientifique en chef de la fondation.

L'importance de la Global Reef Expedition réside dans sa couverture mondiale des récifs coralliens qui font face à un déclin dramatique, a expliqué Purkis. «Près de 50 % des récifs du monde ont disparu au cours des 40 dernières années ; la moitié des récifs du monde ont disparu», a-t-il averti.

L'expédition a créé une base de référence pour de futures recherches et permettra aux chercheurs de mesurer et de comprendre le rythme et la trajectoire des changements qui affectent les récifs du monde entier.

L'expédition a commencé il y a dix ans dans la mer Rouge, où l'équipe a mené quatre missions à Al-Wajh et Yanbu, aux îles Farasan et à Ras Al-Qasabah.

Ces missions initiales ont aidé l'équipe à développer et à affiner leurs techniques de relevé avant d'étendre leur portée à l'Atlantique et à d'autres plans d'eau.

«Ce que nous avons proposé était une alliance de solutions de haute technologie utilisant l'imagerie par satellite et par avion pour cartographier les récifs, couplée à des études de terrain plus traditionnelles des coraux, des poissons et d'autres organismes de l'écosystème récifal», a expliqué Purkis.

«Nous avons utilisé cette façon réplicable et reproductible d'étudier les récifs à l'aide de satellites et de travaux de terrain, puis nous avons commencé à nous déplacer dans le monde avec».

Sur la base du succès des missions initiales de la mer Rouge, le prince Khaled était prêt à autoriser l'expédition mondiale.

« Il y a des endroits dans les Caraïbes où les récifs sont effectivement morts, ils sont finis, et cela pourrait prendre 10 000 ans avant qu'ils ne réapparaissent »

Sam Purkis, scientifique en chef, Fondation Khaled ben Sultan Living Oceans

«L'expédition s'est avérée considérablement plus vaste que ce que nous avions espéré», a souligné Purkis. «Nous ajoutions des pays tout le temps. Ils ont demandé que les recherches seront effectués dans leurs eaux».

Purkis a commencé ses recherches dans la mer Rouge au début des années 1990. Il a révélé que c'était autrefois l'un des meilleurs endroits au monde pour les récifs coralliens mais, malgré le fait que la santé des récifs de la mer Rouge reste assez bonne, des signes inquiétants apparaissaient au début de la mission.

«Il était déjà clair il y a 15 ans, lorsque nous avons commencé les missions de la mer Rouge, qu'il y avait eu une surpêche chronique ; le nombre de poissons est inquiétant. Nous avons également trouvé des zones de récifs qui avaient été attaquées par des étoiles de mer à couronne d'épines, affectant gravement de grandes proportions de récifs», a précisé Purkis.

En outre, des changements de température de l'eau ont été signalés dans le nord de la mer Rouge. Les menaces mondiales directes les plus courantes pour les récifs coralliens sont l'acidification des océans et la hausse des températures de l'eau à cause du changement climatique. Cependant, le premier est actuellement un problème relativement mineur par rapport au danger beaucoup plus grand de réchauffement des eaux, a reconnu Purkis.

«La température est fatale pour les récifs et il fait trop chaud, mondialement. Les intervalles entre ces épisodes chauds diminuent ; nous avions l'habitude d'avoir un blanchiment des coraux tous les 15 ans, puis tous les 10 ans, puis tous les cinq ans ; et maintenant cela se produit tous les deux ans et bientôt ce sera tous les ans.

Le blanchiment se produit lorsque les coraux perdent leur couleur vibrante et deviennent blancs. Les couleurs impressionnantes des coraux sont le résultat d'algues marines appelées zooxanthelles qui vivent à l'intérieur du corail et lui fournissent facilement de la nourriture et de l'énergie, lui permettant de se développer et de se reproduire.

Lorsque les coraux subissent un stress dû à des facteurs dommageables tels que la chaleur ou la pollution, ils expulsent les algues microscopiques qui vivent dans leurs tissus et deviennent transparents, exposant ainsi leurs squelettes blancs. Les coraux blanchis ne sont pas morts mais sont exposés à un risque accru de malnutrition et de maladie.

Purkis a indiqué que les pires conditions de corail ont été trouvées dans les Caraïbes. Les récifs ont souffert plus longtemps que ceux d'ailleurs en raison de plusieurs décennies de surpêche et de mauvaises décisions de développement côtier.

«Il y a des endroits dans les Caraïbes où les récifs sont effectivement morts, ils sont finis, et cela pourrait prendre 10 000 ans avant qu'ils ne réapparaissent», a-t-il ajouté.

Néanmoins, Il croit fermement qu'il est temps de sauver le reste des récifs du monde et de les empêcher d'atteindre un état aussi désastreux. Les données collectées par l'expédition ont un potentiel illimité, a-t-il ajouté, et peuvent être utilisées non seulement dans de futures recherches scientifiques, mais également dans le cadre de programmes éducatifs pour les personnes de tous âges et pour lancer d'autres projets influents.

De nouveaux partenariats inattendus voient déjà le jour, a dévoilé Purkis. La NASA utilise des cartes de la Global Reef Expedition pour aider à former ses superordinateurs à cartographier le reste des récifs coralliens du monde depuis l'espace. «En vérité, tous les récifs sur terre pourraient bientôt être cartographiés», a-t-il ajouté.

Pendant ce temps-là, des scientifiques de l'Université de Miami utilisent ces données pour modéliser les facteurs qui contribuent à la santé et à la résilience des récifs coralliens.

«Il y a 200 scientifiques dans l'expédition, mais nous avons peut être collaborer avec 2 000 différents universitaires», a soutenu Purkis.

Pour éviter que ses avancées scientifiques ne soient cachées dans des revues scientifiques poussiéreuses, l'expédition a ciblé les jeunes à travers le volet éducatif de son projet. La fondation a développé un programme adapté à une gamme d'âges, de la maternelle à terminale, pour enseigner aux jeunes les récifs coralliens. Plus de 2 000 enseignants l'utilisent désormais dans plus de 110 pays.

«Les générations précédentes ont créé la plupart des problèmes que les jeunes de la planète doivent maintenant résoudre», a jugé Purkis. «L'éducation est la clé pour surmonter le défi et elle est entre les mains des jeunes».

Une autre composante de l'initiative est ses efforts de sensibilisation. Il s'agit notamment d'un grand nombre de documentaires et de séries télévisées produites par la fondation auprès du public sur la gravité de cet enjeu environnemental majeur.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jessica Chastain arbore un look Elie Saab lors de la remise des Breakthrough Awards à Los Angeles

L'actrice et productrice américaine Jessica Chastain rayonnante dans une combinaison violette du créateur libanais Elie Saab. (Getty Images)
L'actrice et productrice américaine Jessica Chastain rayonnante dans une combinaison violette du créateur libanais Elie Saab. (Getty Images)
Short Url
  • L'événement a également accueilli d'autres invités célèbres, comme les actrices Zoe Saldana et Margot Robbie, la réalisatrice Olivia Wilde et l'actrice oscarisée Michelle Yeoh, parmi d'autres
  • Le scientifique franco-québécois Michel Sadelain a été récompensé par un Oscar des sciences pour ses recherches sur la modification génétique des cellules immunitaires pour lutter contre le cancer

DUBAÏ: Lors de la cérémonie annuelle du prix Breakthrough au musée de l'Académie des arts et des sciences du cinéma à Los Angeles, l'actrice et productrice américaine Jessica Chastain a rayonné dans une combinaison violette du créateur libanais Elie Saab.

Habituée à arborer les créations de stylistes arabes tels que Zuhair Murad, entre autres, Chastain a foulé le tapis rouge en choisissant cette combinaison pailletée au décolleté plongeant et au pantalon évasé. La styliste des célébrités Elizabeth Stewart a ajouté la touche finale à cette tenue avec un collier remarquable de la marque de joaillerie Damiani.

chastain
L'actrice et productrice américaine Jessica Chastain rayonnante dans une combinaison violette du créateur libanais Elie Saab. (Getty Images)

Le scientifique franco-québécois Michel Sadelain a été récompensé par un Oscar des sciences pour ses recherches sur la modification génétique des cellules immunitaires pour lutter contre le cancer, a rapporté l'AFP.

Cette distinction, décernée lors d'une cérémonie prestigieuse à laquelle ont assisté des personnalités telles qu'Elon Musk, Bill Gates, ainsi que des célébrités comme Chastain, Robert Downey Jr. et Bradley Cooper, récompense le travail remarquable de Sadelain. Grâce à ses recherches, il a contribué au développement d'une nouvelle thérapie, appelée «CAR-T», qui s'est révélée particulièrement efficace contre certains cancers du sang.

«Ce prix est une reconnaissance extraordinaire», a déclaré Sadelain à l'AFP sur le tapis rouge du musée des Oscars. «C'est d'autant plus un honneur que… mes collègues scientifiques m'ont dit pendant longtemps que cela ne marcherait jamais.»

chastain
Les lauréats, le Dr Michel Sadelain, à droite, et le Dr Carl H. June, acceptent les prix sur scène lors de la 10e cérémonie de remise du prix Breakthrough. (Getty Images)

«Le plus grand honneur, cependant, est de voir des patients... qui n'avaient plus aucune chance et qui nous remercient, car ils sont encore en vie aujourd'hui grâce aux cellules CAR-T», a ajouté Sadelain.

Depuis son lancement en 2010, le prix Breakthrough récompense «les esprits les plus brillants du monde» dans des domaines tels que les sciences de la vie, la physique fondamentale et les mathématiques, se positionnant comme la réponse soutenue par la Silicon Valley aux prix Nobel.

Surnommés les «Oscars de la Science», les prix Breakthrough ont été fondés par des personnalités telles que Sergey Brin, Priscilla Chan et Mark Zuckerberg.

Michel Sadelain partagera la récompense de trois millions de dollars (1 dollar = 0,94 euro) avec l'immunologiste américain Carl June, qui a également réalisé des recherches révolutionnaires dans le domaine, de manière indépendante de son colauréat.

Sadelain a étudié la médecine à Paris, puis s’est spécialisé en immunologie au Canada, avant de poursuivre des recherches postdoctorales au Massachusetts Institute of Technology en 1989.

L'événement a également accueilli d'autres invités célèbres, comme les actrices Zoe Saldana et Margot Robbie, la réalisatrice Olivia Wilde et l'actrice oscarisée Michelle Yeoh, parmi d'autres.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


«  From Gaza With Love  »: le Palestinien Saint Levant réveille le festival Coachella

L'artiste de 23 ans, dont la performance coïncidait avec le retour notable sur scène du groupe punk américain No Doubt, a réussi à remplir la tente "Gobi" du gigantesque festival, qui se tient en plein milieu du désert californien. (AFP).
L'artiste de 23 ans, dont la performance coïncidait avec le retour notable sur scène du groupe punk américain No Doubt, a réussi à remplir la tente "Gobi" du gigantesque festival, qui se tient en plein milieu du désert californien. (AFP).
Short Url
  • L'artiste de 23 ans, dont la performance coïncidait avec le retour notable sur scène du groupe punk américain No Doubt, a réussi à remplir la tente "Gobi" du gigantesque festival
  • Il a interprété ses tubes et nouveaux titres devant une foule de fans, où beaucoup agitaient des drapeaux palestiniens et portaient des keffiehs

INDIO: Saint Levant, rappeur d'origine palestinienne, française, algérienne, serbe et qui a acquis sa notorité en ligne, a porté ce week-end sur la scène du festival américain de Coachella ses rythmes dansants et un message de solidarité avec les Palestiniens.

L'artiste de 23 ans, dont la performance coïncidait avec le retour notable sur scène du groupe punk américain No Doubt, a réussi à remplir la tente "Gobi" du gigantesque festival, qui se tient en plein milieu du désert californien.

Il a interprété ses tubes et nouveaux titres devant une foule de fans, où beaucoup agitaient des drapeaux palestiniens et portaient des keffiehs.

"Coachella, mon nom est Saint Levant, je suis né à Jérusalem et j'ai grandi à Gaza", a lancé l'artiste, sous les acclamations.

"Comme j'espère que vous le savez tous, la population de Gaza subit un génocide brutal depuis six mois. Et la population de Palestine subit une occupation brutale depuis 75 ans", a-t-il ajouté. "Ce n'est pas juste moi sur scène - c'est tout le monde arabe qui est sur scène".

Israël mène une guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza, en riposte à l'attaque sanglante menée par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur son sol. Plus de la moitié des 2,4 millions de Gazaouis ont dû quitter leur foyer et se réfugier toujours plus au sud.

Saint Levant, de son vrai nom Marwan Abdelhamid, a passé son enfance à Gaza avant que sa famille ne soit contrainte de fuir en Jordanie. Il vit aujourd'hui aux Etats-Unis, à Los Angeles.

Son titre de rap en trois langues, "Very Few Friends", est devenu viral après sa sortie en novembre 2022. Son EP "From Gaza With Love", sorti en 2023, a également rencontré le succès.

Lors de son concert, samedi, il a interprété de nouveaux morceaux comme "Deira" - le nom d'un hôtel construit par son père à Gaza et bombardé au cours des derniers mois - et "5am in Paris", sorti il y a tout juste quelques jours.

C'est une chanson "sur l"exil," a-t-il expliqué devant son public, "un sentiment que nous, les Palestiniens connaissons un peu trop bien".


Les enchères risquent de s'emballer pour un portrait du sultan ottoman Mehmed II, bientôt mis en vente

Contrairement à la peinture de l'artiste vénitien Gentile Bellini, le médaillon en bronze présenté ci-dessus est le seul portrait connu de Mehmed II jeune. (Getty Images/AFP)
Contrairement à la peinture de l'artiste vénitien Gentile Bellini, le médaillon en bronze présenté ci-dessus est le seul portrait connu de Mehmed II jeune. (Getty Images/AFP)
Contrairement à la peinture de l'artiste vénitien Gentile Bellini, le médaillon en bronze présenté ci-dessus est le seul portrait connu de Mehmed II jeune. (Getty Images/AFP)
Contrairement à la peinture de l'artiste vénitien Gentile Bellini, le médaillon en bronze présenté ci-dessus est le seul portrait connu de Mehmed II jeune. (Getty Images/AFP)
Short Url
  • Le médaillon récemment redécouvert présente un portrait du sultan Mehmed II Le Conquérant
  • L'objet devrait s’envoler pour environ 2 millions de livres sterling lors de la vente aux enchères organisée par Bonhams à Londres

LONDRES : Pour les chrétiens d'Europe du milieu du XVe siècle, le leader islamique Mehmed II était « la terreur du monde », un « dragon venimeux » à la tête de « hordes assoiffées de sang ».

Le pape catholique romain Nicolas V est allé encore plus loin. Pour lui, le septième souverain de l'Empire ottoman n'était rien de moins que « le fils de Satan, de la perdition et de la mort ».

Les sujets de Mehmed ne voyaient pas les choses de la même façon que l'homme qui, entre 1444 et 1481, allait tripler la taille de l'empire.

photo
Illustration représentant Mehmed II, le conquérant de Constantinople. (Shutterstock)

Pour eux, il était « le père de la conquête », l'homme qui, en 1453, à l'âge de 21 ans, a réalisé l'impossible en s'emparant de la forteresse prétendument imprenable de Constantinople.

Constantinople, la ville stratégiquement la plus importante du Moyen Âge, était aux mains des chrétiens depuis sa fondation en 330 après J.-C. par l'empereur romain Constantin.

Dans la Turquie d'aujourd'hui, Mehmed II est considéré par beaucoup comme un héros. Symboliquement, le pont Fatih Sultan Mehmet, achevé en 1988 et reliant l'Europe et l'Asie par le détroit du Bosphore, porte son nom.

Aujourd'hui, un portrait unique de Mehmed le Conquérant, redécouvert récemment et réalisé environ trois ans avant son plus célèbre fait d'armes, est proposé aux enchères organisées par la maison Bonhams de Londres, où il devrait atteindre 2 millions de livres sterling (2,53 millions de dollars).

Ce portrait est loin d'être le seul connu de Mehmed ; l'un des plus célèbres, peint par l'artiste vénitien Gentile Bellini vers 1480, est exposé à la National Gallery de Londres.

L'originalité du portrait figurant sur le médaillon de bronze réside dans le fait qu'il s'agit non seulement du seul portrait connu de Mehmed II jeune, photographié avant la prise de Constantinople, mais aussi le plus ancien portrait connu d'un souverain islamique par un artiste occidental.

La médaille n'est pas datée. Mais l'indice de la date à laquelle le portrait a été exécuté - presque certainement d'après modèle, par un artiste de la Renaissance compétent mais anonyme - réside dans l'inscription latine, qui se lit comme suit : « Grand Prince et Grand Émir, Sultan Maître Mehmet » .

Selon Oliver White, responsable de l'art islamique et indien chez Bonhams, « l'inscription ne comporte pas le titre « Imperatorial », qui figurait sur les médailles après la chute de Constantinople ».

Les experts ont également conclu qu'en raison de l'absence de tout dessin ou lettre au revers du médaillon en laiton, et de l'existence d'un trou à son sommet, par lequel une chaîne aurait pu être attachée, il pourrait bien s'agir d'une « possession très personnelle et significative du grand sultan ».