Irak: La tentative d'assassinat d'Al-Kadhimi, preuve de l'influence destructrice de Téhéran

L'influence de l'Iran sur son voisin s'est fait sentir en 2019, lorsque des manifestants de milices pro-chiites ont attaqué le complexe de la zone verte américaine. (Photo, AFP)
L'influence de l'Iran sur son voisin s'est fait sentir en 2019, lorsque des manifestants de milices pro-chiites ont attaqué le complexe de la zone verte américaine. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 14 novembre 2021

Irak: La tentative d'assassinat d'Al-Kadhimi, preuve de l'influence destructrice de Téhéran

  • Les groupes irakiens pro-iraniens ont accusé Al-Kadhimi de fraude après avoir mal réussi aux élections législatives d'octobre
  • Pour de nombreux analystes, l'attaque de drones du 7 novembre contre la résidence du Premier ministre est un avertissement de la part des groupes

ERBIL: Aux premières heures du 7 novembre, trois drones quadricoptères armés d'explosifs ont explosé dans l'enceinte de la résidence officielle du Premier ministre irakien, Mostafa Al-Kadhimi, blessant sept membres de son équipe de sécurité.

Al-Kadhimi, qui s'en est sorti avec des blessures légères, a rapidement publié une déclaration appelant au calme. La question de savoir qui était derrière l'attaque, cependant, est restée sans réponse et ouverte à toute spéculation.

En tête de liste des conspirateurs probables se trouvent des combattants affiliés au vaste réseau irakien de milices Al-Hashd Al-Shaabi soutenues par l'Iran, également connues sous le nom de Forces de mobilisation populaire.

Créés en 2014 pendant la guerre contre Daech, ces groupes se sont depuis transformés en une sorte de cinquième colonne au sein de l'État irakien, officiellement absorbés par l'appareil de sécurité de l'État, mais opérant en grande partie sous leur propre voie hiérarchique.

Les forces de sécurité irakiennes inspectent les dégâts d'une frappe de drone sur la résidence du Premier ministre. (Photo, AFP)

Ils ont mené des attaques de drones similaires ces derniers mois, ciblant les troupes américaines installées en Irak et dans la région semi-autonome du Kurdistan dans le but de forcer leur retrait.

Si Al-Hashd Al-Shaabi était effectivement responsable de l'attentat contre Al-Kadhimi, l'Iran a-t-il autorisé l'attentat ?

Kyle Orton, un analyste indépendant du Moyen-Orient, croit que l'identité du coupable ou des coupables derrière l'attaque contre la résidence d'Al-Kadhimi est obscure par essence, donnant aux milices soutenues par l'Iran le luxe d'un déni plausible.

«Le réseau des milices iraniennes, en particulier en Irak au cours des dernières années, a travaillé à la création de divers groupes dissidents chargés de revendiquer la responsabilité de certaines de leurs attaques les plus sensibles politiquement», a déclaré Orton à Arab News.

Biographie d'Al-Kadhimi

Premier ministre de l’Irak

* Né à Bagdad en 1967. Il a étudié le droit en Irak mais est parti en Europe pour échapper au dictateur Saddam Hussein, travaillant comme journaliste d'opposition.

* Retourné en Irak après que l'invasion américaine de 2003 ait renversé Saddam Hussein, travaillant comme défenseur des droits de l'homme.

* Choisi par le Premier ministre de l'époque Haidar Al-Abadi en 2016 pour diriger le Service national de renseignement (INIS).

* Devenu Premier ministre en mai 2020.

* Il a survécu à une tentative d'assassinat le 7 novembre 2021.

«Il n’est pas clair si ces groupes existent réellement au-delà des médias sociaux. De toute façon, ce sont des cellules responsables des milices préexistantes dirigées par le Corps des gardiens de la révolution islamique iraniens».

Le CGRI et sa force extraterritoriale d’Al-Qods exercent un contrôle étroit sur leurs mandataires de la milice irakienne, leur personnel, leur formation, leurs finances et leur accès aux armes, notamment les drones chargés d'explosifs, et exigent une loyauté idéologique totale envers le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

Une attaque aussi effrontée «ne se lance pas si Téhéran ne le veut pas», a jugé Orton. «Encore une fois, nous ne saurons probablement jamais exactement comment cela s'est produit, qu'il s'agisse d'un ordre du chef de la Force d’Al-Qods du CGRI Esmail Qaani ou d'un non-objection de Qaani sur une initiative de la milice.

Si Al-Hashd Al-Shaabi était effectivement responsable de l'attentat contre Al-Kadhimi, l'Iran a-t-il autorisé l'attentat ? (Photo fournie)

Ensuite, il y a la question de savoir si les milices avaient réellement l'intention d'assassiner Al-Kadhimi ou s’ils voulaient simplement le menacer et l’envoyer un message.

En mai 2020, des miliciens ont encerclé la résidence d'Al-Kadhimi dans la zone verte de Bagdad dans une tentative apparente de faire pression sur lui.

C'était très probablement parce qu’il a toujours cherché à renforcer les institutions de l'État irakien, à réduire le pouvoir de ces milices et à renforcer une véritable souveraineté irakienne depuis qu'il a pris ses fonctions.

Cependant, Orton a peu de doute sur le fait que les assaillants étaient sur le point de tuer Al-Kadhimi le 7 novembre.

«Il y a eu beaucoup d'analyses suggérant qu'il s'agissait d'un avertissement à Al-Kadhimi, plutôt que d'une tentative d’assassinat , mais cela me semble un peu trop complexe», a-t-il déclaré à Arab News.

«Al-Kadhimi a été blessé dans l'attaque et il est difficile de croire que les agents du CGRI qui ont fait cela avaient calculé qu'il blesseraient sept de ses gardes du corps et le Premier ministre sans tuer personne».

Le moment de l'attaque n'était pas non plus une coïncidence. En octobre, l'Irak a organisé des élections parlementaires, qui avaient été une exigence essentielle du mouvement de protestation de la base populaire qui a commencé en octobre 2019 contre la corruption endémique, le chômage et l'influence iranienne.

Le CGRI et sa force extraterritoriale Qods exercent un contrôle étroit sur leurs mandataires de la milice irakienne. (Photo, AFP)

Plusieurs consulats et missions diplomatiques iraniens à travers l’Irak ont été incendiés par les jeunes manifestants irakiens, qui considèrent de plus en plus l'Iran comme une puissance d’occupation étrangère. Les milices soutenues par l'Iran ont riposté en tuant des centaines de manifestants.

Le mouvement de protestation a néanmoins réussi à forcer le Premier ministre de l'époque Adel Abdel-Mahdi à se retirer, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles élections. Cependant, le scrutin du 10 octobre a enregistré le taux de participation le plus bas jamais enregistré dans le pays, à seulement 41%.

Les factions politiques soutenues par l'Iran s'en sont mal tirées. L'Alliance Fatah a remporté 17 sièges dérisoires, une perte substantielle par rapport aux 48 qu'elle a obtenus en 2018. L'alliance d'Al-Sadr, Sayirun, a quant à elle augmenté sa part, remportant 73 des 329 sièges du parlement.

Compte tenu du désir d'Al-Sadr et de ses partisans de réduire l'influence étrangère en Irak, le résultat a été un coup dur pour la stratégie régionale de l'Iran. Insistant sur le fait que l'élection avait été truquée, les partisans des milices sont sortis en force pour exiger un recomptage manuel.

Qais Al-Khazali, chef de la milice Asaib Ahl Al-Haq soutenue par l'Iran, s'est joint aux manifestations contre le résultat la nuit précédant l'attaque de drones contre la résidence du Premier ministre, au cours de laquelle il a accusé Al-Kadhimi d'avoir orchestré les résultats «frauduleux» des élections

«Le timing est sûrement lié aux conséquences des élections», a indiqué Orton. «Les attaques contre les personnes proches d'Al-Kadhimi, en particulier les officiers supérieurs, dont un certain nombre ont été assassinés, ont commencé il y a des mois, lorsque les milices ont pu voir Al-Kadhimi forger une coalition contre eux avant les élections».

Selon Orton, Al-Kadhimi maintiendra le cap dans ses efforts pour consolider l'autorité de l'État irakien. «Le Premier ministre va probablement poursuivre sa politique qui consiste à essayer de maitriser les milices par le biais d'instruments juridiques, qu'il s'agisse d'actes d'accusation pour attaques contre des manifestants ou de corruption», a-t-il expliqué.

Mais, comme le montre l'attentat du 7 novembre, le succès d'Al-Kadhimi n'est pas nécessairement garanti. «Si l'Iran se sent gravement menacé en Irak, il dispose d'outils au-delà d'une motion de censure au parlement pour changer le Premier ministre irakien», a souligné Orton.

Tout le monde n'est pas convaincu que les auteurs avaient l'intention de tuer Al-Kadhimi, ou que le message était destiné à lui uniquement.

«Certaines milices soutenues par l'Iran et liées à la fois au Kataib Hezbollah et à Asaib Ahl Al-Haq essayaient d'envoyer un message à Al-Kadhimi pour qu'il recule», a déclaré Nicholas Heras, analyste principal et chef de programme pour la résilience et la fragilité de l'État dans l'unité de sécurité humaine de l'Institut Newlines, à Arab News.

Al-Kadhimi a toujours cherché à renforcer les institutions de l'État irakien et à restreindre le pouvoir de ces milices (Photo fournie)

«Mais ils essaient aussi de signaler plus largement, à Al-Sadr, qu'ils peuvent choisir la violence s'ils sont exclus du butin politique en Irak».

Al-Sadr a redoré sa position en tant que nationaliste irakien en appelant à plusieurs reprises au désarmement des milices du pays et à la remise de leurs armes aux forces de sécurité de l'État.

«Cette attaque s'est probablement produite avec la connaissance de l'Iran, mais l'Iran a probablement essayé de la décourager, et l'attaque a quand même eu lieu», a clarifié Heras.

La question est maintenant de savoir comment Al-Kadhimi devrait réagir à l'attaque. La direction que prendra maintenant Al-Kadhimi est sans aucun doute semée d'embûches», a soutenu Heras.

«Il peut intensifier les tensions et affronter ces milices de front et risquer un conflit civil au sein de la communauté chiite irakienne.

«Mais s'il recule et ne réagit pas, il va certainement créer un mauvais précédent d'acceptation tacite de ce comportement qui pourrait établir une norme en Irak pour les années à venir.

«Par conséquent, Al-Kadhimi est plus susceptible d'emprunter la voie de l'action policière, avec des arrestations et des procès» à la clé.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Marouane Abassi est-il sur un siège éjectable?

Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marouane Abassi, s'exprime lors d'une conférence de presse le 4 janvier 2023 à Tunis. (Photo FETHI BELAID / AFP)
Le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Marouane Abassi, s'exprime lors d'une conférence de presse le 4 janvier 2023 à Tunis. (Photo FETHI BELAID / AFP)
Short Url
  • Le gouverneur de la Banque centrale est de plus en plus critiqué en raison de la politique de la BCT, jugée excessivement axée sur la lutte contre l’inflation
  • La majorité des analystes financiers ont sévèrement jugé la décision de la BCT d’augmenter son taux directeur pour la troisième fois en un an

TUNIS: Marouane Abassi n’est-il plus en odeur de sainteté auprès de la présidence de la république? Beaucoup se sont posé la question lorsque le gouverneur de la Banque centrale a été tenu à l’écart de la récente visite du Premier ministre libyen, Abdelhamid Dabaiba, malgré la participation de son compatriote Al-Siddiq Omar al-Kabir lors d’une réunion avec le président tunisien, Kaïs Saïed.

Depuis plus de deux ans, le treizième gouverneur de la Banque centrale tunisienne (BCT) est en effet régulièrement et vertement critiqué, principalement en raison de la politique de la BCT, jugée excessivement axée sur la lutte contre l’inflation.

Véritable tir de barrage
Marouane Abassi a de nouveau été la cible d’un véritable tir de barrage après la décision prise par le conseil d’administration de cet établissement, le 30 décembre 2022, de relever son taux directeur de 75 points de base à 8%. Une mesure destinée, selon un communiqué officiel de la BCT, «à contribuer à freiner la tendance haussière de l’inflation, la ramenant à des niveaux soutenables à moyen terme, afin de protéger le pouvoir d’achat des citoyens, de préserver le stock des avoirs en devises et de favoriser les conditions pour une reprise économique saine et durable».

De rares voix soutiennent cette démarche. C’est le cas par exemple de Mohamed Salah Souilem, ancien directeur général de la politique monétaire à la BCT, qui estime que cet établissement est dans son rôle lorsqu’il se focalise sur la lutte contre l’inflation.

Cependant, tout le monde ne partage pas l’indulgence dont fait preuve M. Souilem à l’égard de l’actuel gouverneur de la BCT, à commencer par le ministre de l’Économie et de la Planification, Samir Saïed, qui s’est interrogé: «Avons-nous besoin d’augmenter le taux directeur de 75 points de base d’un coup, alors qu’il était possible de se contenter de 25 points?»

La majorité des analystes financiers ont, eux aussi, sévèrement jugé la décision de la BCT d’augmenter son taux directeur pour la troisième fois en un an, ce qui l’a fait passer de 6,6% en décembre 2021 à 10,1% douze mois plus tard.

Au-delà du fait qu’il s’agit d’après eux d’un remède inadéquat – ils rappellent que la BCT elle-même reconnaît que l’inflation «est importée» –, ces spécialistes estiment que cette décision aura un effet contraire: elle risque d’aggraver l’inflation, de compromettre la fragile reprise économique et de rendre encore plus difficile le financement des entreprises – ce que l’on appelle «l’effet d’éviction».

Financer le déficit budgétaire
Avant le 25 juillet 2021, Marouane Abassi avait également eu maille à partir avec l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et le gouvernement de Hichem Mechichi, ce dernier refusant que la BCT contribue à financer le déficit budgétaire – une position sur laquelle il campe toujours.

L’ex-patron de l’ancien directeur général de la politique monétaire, Taoufik Baccar, n’est pas tendre non plus avec Marouane Abassi. Le dernier gouverneur de l’ère Ben Ali lui reproche de mal comprendre le concept d’indépendance de la BCT. Pour lui, cette dernière «ne peut pas être indépendante», puisque «c’est la politique monétaire qui l’est».

Alors, jamais deux sans trois? Marouane Abassi connaîtra-t-il le même destin que ses prédécesseurs, Moustapha Kamel Nabli et Chedly Ayari, limogés avant la fin de leur mandat d’un poste devenu un siège éjectable après la chute du régime Ben Ali, le 14 janvier 2011? Il est en tout cas peu plausible qu’il soit reconduit.

 


Israël frappe Gaza après des tirs imputés au Hamas

Un raid israélien sur le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, a tué jeudi 8 Palestiniens, dont une femme âgée, ont déclaré des responsables palestiniens, accusant également l'armée d'utiliser des gaz lacrymogènes à l'intérieur d'un hôpital (Photo, AFP).
Un raid israélien sur le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, a tué jeudi 8 Palestiniens, dont une femme âgée, ont déclaré des responsables palestiniens, accusant également l'armée d'utiliser des gaz lacrymogènes à l'intérieur d'un hôpital (Photo, AFP).
Des Palestiniens lancent des pierres sur un bulldozer de l'armée israélienne, lors d'affrontements dans la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée, le 26 janvier 2023 (Photo, AFP).
Des Palestiniens lancent des pierres sur un bulldozer de l'armée israélienne, lors d'affrontements dans la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée, le 26 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée israélienne a annoncé avoir mené au moins deux séries de frappes contre la bande de Gaza. Aucune victime n'a été signalée
  • Les explosions ont touché la ville de Gaza. La branche armée du Hamas a affirmé avoir riposté avec des batteries anti-aériennes et des missiles sol-air

GAZA: Israël a procédé vendredi à des frappes sur la bande de Gaza en réponse à des tirs de roquettes imputés au Hamas, après des opérations israéliennes qui ont tué dix Palestiniens en Cisjordanie.

L'armée israélienne a annoncé avoir mené au moins deux séries de frappes contre la bande de Gaza. Aucune victime n'a été signalée.

Les explosions ont notamment touché la ville de Gaza, ont constaté des journalistes de l'AFP. La branche armée du Hamas a affirmé avoir riposté avec des batteries anti-aériennes et des missiles sol-air.

Jeudi, neuf Palestiniens avaient été tués à Jénine lors d'un raid décrit par l'armée israélienne comme une opération contre des activistes islamistes dans le camp de réfugiés de cette ville du nord de la Cisjordanie occupée.

Les Nations unies n'ont pas recensé de bilan aussi élevé en une seule opération israélienne en Cisjordanie depuis qu'elles ont commencé à comptabiliser en 2005 les victimes du conflit israélo-palestinien.

Un dixième Palestinien a été abattu jeudi à Al-Ram, près de Ramallah, a indiqué le ministère israélien de la Santé.

Dans l'ensemble, il s'agit de la séquence la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la flambée de violence entre l'armée israélienne et le Jihad islamique à Gaza pendant laquelle 49 Palestiniens au moins, parmi lesquels des combattants mais aussi des civils dont des enfants, avaient péri en trois jours d'août 2022.

L'Autorité palestinienne a dénoncé "un massacre" et annoncé mettre fin à la coopération sécuritaire avec Israël, une première depuis 2020.

Le département d'Etat américain a dit regretter cette décision, jugeant "très important que les parties maintiennent voire approfondissent leur coordination sécuritaire".

Le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, doit se rendre lundi et mardi en Israël et Cisjordanie pour insister, selon Washington, sur "la nécessité urgente de prendre des mesures de désescalade".

«Crimes»

"Depuis le début de l'année, nous continuons d'observer les niveaux élevés de violence et les tendances négatives qui ont caractérisé 2022", a regretté l'émissaire de l'ONU pour le Proche-Orient, Tor Wennesland, jugeant "essentiel de faire baisser immédiatement les tensions".

Selon l'armée israélienne, le raid mené dans le camp de Jénine était une "opération de contre-terrorisme" visant des membres de l'organisation Jihad islamique qui, d'après le ministre de la Défense Yoav Gallant, planifiaient une attaque en Israël.

La ministre palestinienne de la Santé Mai al-Kaila a accusé les soldats d'avoir tiré du gaz lacrymogène à l'intérieur de l'unité pédiatrique de l'Hôpital gouvernemental local, ce que l'armée a démenti.

Le directeur de l'hôpital, Wissam Bakr, a indiqué que du gaz lacrymogène avait été tiré "dans le périmètre" de son établissement. "Le gaz a atteint le service pédiatrique, posant un danger pour les enfants, qui ont été transférés vers un endroit sûr loin des affrontements", a-t-il dit à l'AFP.

"Personne n'a tiré du gaz lacrymogène volontairement dans un hôpital (...) mais l'opération se déroulait non loin de l'hôpital et il est possible que du gaz lacrymogène soit entré par une fenêtre ouverte", a affirmé à l'AFP un porte-parole militaire israélien.

L'armée avait auparavant rapporté avoir tiré sur plusieurs "terroristes". Aucun soldat n'a été blessé, a-t-elle ajouté.

Israël "ne cherche pas d'escalade" mais se prépare "à tous les scénarios", a affirmé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, d'après un communiqué.

La diplomatie saoudienne a "vivement" dénoncé "l'incursion" israélienne, que le Qatar a qualifiée de "prolongement des crimes odieux" contre "le peuple palestinien sans défense".

«Résistance»

Majeda Obeid, 61 ans, a été tuée alors qu'elle regardait les affrontements par sa fenêtre dans le camp de Jénine, a déclaré sa fille Kefiyat à l'AFP.

"Elle a été touchée d'une balle dans le cou et s'est effondrée contre le mur puis au sol", a-t-elle dit, dans le salon familial où du sang recouvre le bord d'un tapis.

"La résistance est partout et est prête pour le prochain affrontement", a commenté Tariq Salmi, porte-parole du Jihad islamique, dans un communiqué.

Peu après minuit (22h00 GMT) dans la nuit de jeudi à vendredi, deux roquettes avaient été tirées de la bande de Gaza en direction du territoire israélien, selon des témoins et des sources de sécurité locales.

Les deux tirs, non immédiatement revendiqués, ont été interceptés par le système de défense antiaérien, a indiqué un porte-parole de l'armée israélienne.

Dans le camp de Jénine, qui date de 1953 et abrite plus de 23.000 réfugiés selon l'Unrwa - l'agence de l'ONU chargée des réfugiés palestiniens, les murs de certains bâtiments ont été noircis par des incendies, a constaté un photographe de l'AFP.

En mai 2022, la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh, vedette de la chaîne Al Jazeera, y avait été tuée alors qu'elle couvrait un raid israélien.

L'armée israélienne, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, mène des opérations quasi-quotidiennes à travers ce territoire palestinien, particulièrement dans les secteurs de Jénine et Naplouse (nord), bastions de factions palestiniennes armées.

Les décès de jeudi portent à 30 le nombre de Palestiniens, civils ou membres de groupes armés, tués depuis le début de l'année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens.


Koweït: La démission du gouvernement acceptée par décret de l'émir

Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah (Photo fournie).
Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah (Photo fournie).
Short Url
  • Cette démission est due aux multiples blocages au sein du pouvoir législatif
  • Le gouvernement avait été intronisé il y a de cela quatre mois

DUBAI: La démission du gouvernement du Koweït a été acceptée jeudi par décret de l'émir, selon l'agence d'information officielle KUNA.
Le Premier ministre Cheikh Ahmad Nawaf Al-Sabah a souis la résignation de son cabinet au prince héritier Cheikh Meshal Al-Ahmad Al-Sabah.
Selon Barek Al-Shaitan, ministre d'Etat aux affaires du Cabinet, cette démission est due aux multiples blocages au sein du pouvoir législatif au cours de la première session du 17ème mandat de l'Assemblée nationale.
Le ministre s'est dit confiant quant à la capacité du prince héritier à prendre les mesures nécessaires pour l'intérêt du pays.
Le gouvernement avait été intronisé il y a de cela quatre mois.
Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com