Irak: restauration de l'arche de Ctésiphon, vieille de 1400 ans

Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Irak: restauration de l'arche de Ctésiphon, vieille de 1400 ans

  • Connu aussi sous le nom de Taq Kasra, l’ouvrage qui culmine à 37 mètres est érigé là où se trouvait la capitale de la dynastie persane des Sassanides
  • Construite en 540, «c'est presque exactement le même âge que Sainte Sophie à Istanbul. Les deux monuments sont très innovants en terme de grandeur et d'ambition»

 jhe

MADAIN : L'arche de Ctésiphon en Irak, la plus grande arche en briques du monde vieille de 1400 ans, va pouvoir retrouver de sa splendeur grâce à de nouveaux travaux de restauration, ont annoncé mercredi les autorités.

A 30 km au sud de Bagdad, en bordure du Tigre, l'arche connue aussi sous le nom de Taq Kasra daterait du VI siècle. Erigée là où se trouvait la capitale de la dynastie persane des Sassanides, la voûte en brique ocre culmine à 37 mètres et fait partie des vestiges d'un palais.

En 2013, des pans de la voûte elliptique de Taq Kasrides ont été reconstruits avec de nouvelles briques. Après des pluies en 2020, certaines ont commencé à chuter.

"Ce qui tombe en ce moment ce n'est pas la construction Sassanide originelle, ce sont les réparations modernes", a expliqué à l'AFP David Michelmore, expert en conservation qui collabore avec une équipe d'archéologues de l'université américaine PENN.

retiujyr

 

"Il faudra démanteler le travail fait en 2013 (...) ça a déstabilisé la structure", a-t-il ajouté.

Avec son équipe, M. Michelmore mène ainsi une première phase de rénovation qualifiée d'"intervention d'urgence", lancée en mars et qui devrait prendre fin en décembre.

Les travaux visent à "consolider" le site, a indiqué à l'AFP le ministre irakien de la Culture et des Antiquités Hassan Nazem, évoquant également "des études sur la nature du sol et des fondations". Le site étant près du fleuve, il souligne le "danger" des infiltrations souterraines.

Aujourd'hui, l'arche monumentale se dresse au milieu des palmeraies tout près de la localité de Madain. Elle est flanquée de chaque côté de deux imposantes façades, décorées de colonnades et de niches voutées, également en briques.

Cette première phase est financée avec un budget de 700000 dollars de l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (ALIPH), indique le directeur du Conseil des antiquités et du patrimoine Laith Majid Hussein.

gjf

 

Selon lui, la phase suivante consistera en une "restauration totale" qui doit permettre de consolider la structure et empêcher les effondrements.

Lui aussi déplore les "nombreuses erreurs" des personnes ayant mené les précédents travaux qui ont notamment mis une grosse "couche de ciment sur l'arche".

A plusieurs reprises déjà, les autorités ont tiré la sonnette d'alarme concernant l'état du site. Dès 2004 des fissures étaient apparues sur la voûte elliptique, causées par des infiltration d'eau de pluie.

M. Michelmore rappelle que l'arche a été construite en 540. "C'est presque exactement le même âge que (l'église) Sainte Sophie à Constantinople (Istanbul). Les deux monuments sont très innovants en terme de grandeur et d'ambition", s'enthousiasme-t-il.

 j,;jgk


Le label italien Loro Piana collabore avec l'artiste émirati Mattar Bin Lahej pour la fête nationale des EAU

50 tartans en cachemire Loro Piana en édition limitée, signés et numérotés par le peintre, font partie du partenariat. (Photo fournie)
50 tartans en cachemire Loro Piana en édition limitée, signés et numérotés par le peintre, font partie du partenariat. (Photo fournie)
Short Url
  • Pour cette collaboration, Bin Lahej a réinventé l'hymne national des Émirats arabes unis en utilisant ses propres caractères arabes, Mattar.
  • Il a également créé une sculpture en acier inoxydable de 5,5 mètres de haut, "Constitution", qui a été dévoilée lors d'un dîner de gala mardi au musée Etihad de Dubaï

DUBAΪ : La marque italienne Loro Piana a dévoilé une collaboration artistique avec l'artiste émirati Mattar Bin Lahej à l'occasion de la 50e fête nationale des Émirats arabes unis.

Le partenariat s’articule autour de 50 tartans en cachemire Loro Piana en édition limitée, signés et numérotés par le peintre.

La marque a organisé un dîner de gala mardi au musée Etihad de Dubaï. (Photo fournie)
La marque a organisé un dîner de gala mardi au musée Etihad de Dubaï. (Photo fournie)

Pour cette collaboration, Bin Lahej a réinventé l'hymne national des Émirats arabes unis en utilisant ses propres caractères arabes, Mattar.

Il a également créé une sculpture en acier inoxydable de 5,5 mètres de haut, "Constitution", qui a été dévoilée lors d'un dîner de gala mardi au musée Etihad de Dubaï.

Bin Lahej a créé une sculpture en acier inoxydable de 5,5 mètres de haut. (Photo fournie)
Bin Lahej a créé une sculpture en acier inoxydable de 5,5 mètres de haut. (Photo fournie)

Le directeur général de Loro Piana, Damien Bertrand, a déclaré lors de l’événement : « L’écossais est, pour Loro Piana, précieux et unique. Il incarne parfaitement la touche mémorable de Loro Piana, qui est au cœur de la marque. Une touche unique qui est le résultat d'un savoir-faire unique.

Bertrand a également annoncé que la marque de mode s'associait au Croissant-Rouge des Émirats pour fournir des vêtements d'hiver aux réfugiés syriens dans le camp de l'association en Jordanie.

Laura Marzadori, première violoniste du Teatro alla Scala lors de l’évènement, rejointe par la section à cordes de l'Orchestre symphonique national. (Photo fournie)
Laura Marzadori, première violoniste du Teatro alla Scala lors de l’évènement, rejointe par la section à cordes de l'Orchestre symphonique national. (Photo fournie)

Dans son allocution devant les convives, la directrice marketing du Croissant-Rouge des Emirats, Reef Al-Khajeh, a déclaré : « Les Émirats Arabes Unis sont connus pour être une nation généreuse et bienveillante. Cette collaboration est une démonstration de cette culture bien ancrée du don. »

« Le Croissant-Rouge des Émirats agit et réagit en permanence aux besoins urgents des gens touchés par le malheur dans le monde entier, et notre partenariat avec Loro Piana viendra compléter les efforts que nous déployons pour venir en aide à ceux qui sont contraints de vivre dans des abris et confrontés à des conditions extrêmes en raison de catastrophes et d’urgences », a-t-elle ajouté.

L'événement a été animé par Laura Marzadori, première violoniste du Teatro alla Scala, rejointe par la section à cordes de l'Orchestre symphonique national. Le dîner a été préparé par le chef italien étoilé Michelin Niko Romito, qui s'est associé au chef pâtissier émirati Sahar Parham Al-Awadhi pour proposer une ode culinaire à l'Italie et aux sept Émirats.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

Spécial
Mémorable fête nationale de la Côte d'Ivoire à l'Expo Dubai
Par Arab News en Français -
Spécial
À l'Expo 2020 de Dubaï, le pavillon d'Oman rend un bel hommage à l'encens
Par Alexandra Draycott & Amanda Engelland-Gay -

Mémorable fête nationale de la Côte d'Ivoire à l'Expo Dubai

Le pavillon de la Côte d'Ivoire. (Photo, site web de l'Expo2020Dubaï)
Le pavillon de la Côte d'Ivoire. (Photo, site web de l'Expo2020Dubaï)
Short Url
  • Didier Drogba, récemment élu ambassadeur de bonne volonté de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le sport et la santé, a visité le pavillon de la Côte d'Ivoire pour une série de spectacles culturels
  • Le Premier ministre Patrick Achi a déclaré : «Je suis ravi de me trouver à l'Expo 2020 Dubaï accompagné par ma délégation. Je pense qu’il est temps de saisir l'occasion de célébrer l'avenir radieux qui attend la Côte d'Ivoire et les Émirats arabes unis»

DUBAI: La Côte d'Ivoire a célébré vendredi sa fête nationale à l'Expo 2020 Dubaï, en présence de Reem Al Hashimy, ministre de la Coopération internationale des Émirats arabes unis et directrice générale de l'Expo 2020 Dubaï, accueillant une délégation dirigée par le Premier ministre Patrick Achi qui comprenait la légende du football Didier Drogba.

Le Premier ministre Patrick Achi a déclaré : «Je suis ravi de me trouver à l'Expo 2020 Dubaï accompagné par ma délégation. Je pense qu’il est temps de saisir l'occasion de célébrer l'avenir radieux qui attend la Côte d'Ivoire et les Émirats arabes unis. Assister à l'Expo 2020 Dubaï est une expérience unique. On ne pourra pas faire le tour du monde.

Toutefois, une fois à l'Expo, vous ferez votre tournée mondiale dans un seul site. Il y a tellement de choses à voir, y compris l’histoire, la culture, la technologie, le commerce et le développement».

Najeeb Mohammed Al Ali, directeur exécutif de l'Expo 2020 Dubaï, a déclaré : « En tant que pays qui s'est engagé à progresser et à se développer grâce à l'industrialisation de son secteur agricole et à tirer parti des technologies intelligentes pour assurer une meilleure qualité de vie à sa population, nous sommes fermement convaincus que la participation de la Côte d'Ivoire à cette Expo fournira à cette nation « sœur » la plate-forme pour présenter ce qu'elle a à offrir au monde.

Didier Drogba, récemment élu ambassadeur de bonne volonté de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le sport et la santé, a ensuite visité le pavillon de la Côte d'Ivoire pour une série de spectacles culturels.

« J’ai l’honneur de prendre la parole et d'être ici avec la délégation officielle. Nous sommes là aujourd’hui pour montrer au monde ce que la Côte d'Ivoire a à offrir. C'est mon pays d’origine, et c'est notre pays à tous. Nous voulons que le monde connaisse la culture et les progrès réalisés par notre pays » Drogba déclare. Une performance du célèbre groupe ivoirien Magic System a suscité un énorme engouement pour leur musique unique.

Les enregistrements de Magic System, dans le style de danse Zouglou, ont figuré dans les charts à travers l'Afrique, les Caraïbes et la France. Le pavillon illustre l'histoire du pays et s'en inspire à travers des récits cinématographiques.

Les visiteurs sont transportés vers un plateau de tournage qui met en lumière les dernières activités de développement dans le secteur agricole, l'évolution de la scène high-tech et des start-up du pays, ainsi que son riche patrimoine culturel. Jusqu'au 31 mars 2022, l'Expo 2020 invite des visiteurs du monde entier à se joindre à la création d'un nouveau monde dans le cadre d'une célébration de six mois de la créativité humaine, de l'innovation, du progrès et de la culture.


Pourquoi les oliviers sont-ils le symbole de l'identité nationale des Palestiniens ?

Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite – ils incarnent parfaitement l'identité palestinienne. (Photo fournie par Sliman Mansour)
Short Url
  • Ces arbres sont si présents dans l'art et la littérature des Palestiniens, dans la mesure où ils incarnent la ténacité au milieu de la vie de déplacement qu’ils mènent
  • Cette année, la récolte des olives a démarré le 12 octobre en Cisjordanie et depuis lors, les observateurs rapportent que les colons attaquent les agriculteurs et déracinent régulièrement les arbres

AMMAN : Rares sont les symboles qui incarnent l'identité du peuple palestinien aussi bien que ce modeste olivier. Il rattache toute une nation à ses terres et la lie aux moyens de subsistance que l'occupation lui a dérobés. Mais c'est également un symbole puissant de la résistance contre l'empiètement des colonies illégales sur les territoires palestiniens.

Dans ce climat doux du Levant, les oliviers fournissent depuis des siècles une source de revenus régulière grâce à leurs fruits et à l'huile soyeuse et dorée qui en est extraite.

À ce jour, 80 000 à 100 000 familles, vivant dans les territoires palestiniens, vendent olives et huile pour assurer un revenu primaire ou secondaire. En Palestine, cette industrie représente 70 % de la production de fruits et couvre près de 14 % de l'économie.

Il ne faut donc pas s'étonner de voir ces arbres robustes si présents dans l'art et la littérature palestiniens et si populaires auprès de la diaspora dispersée : ils sont le symbole de l'encrage dans une période marquée par les déplacements, de l'autosuffisance dans les moments difficiles et de la paix dans les périodes de conflit.

Les oliviers apportent une part essentielle de l'alimentation des Palestiniens. Cependant, ils sont également le symbole de l'espoir et de l'unité. (Fourni)
Les oliviers apportent une part essentielle de l'alimentation des Palestiniens. Cependant, ils sont également le symbole de l'espoir et de l'unité. (Fourni)

« L'olivier rappelle la ténacité du peuple palestinien qui peut vivre dans les circonstances les plus difficiles », explique à Arab News Sliman Mansour, un peintre palestinien de Jérusalem qui s'intéresse à la terre dans ses œuvres.

« Le peuple palestinien résiste, tout comme les arbres qui survivent et prennent racine dans leur terre».

Le célèbre poète palestinien Mahmoud Darwich, décédé en 2008, a fait allusion aux olives dans ses œuvres. Dans son recueil de poèmes paru en 1964 sous le titre « Les feuilles des oliviers », il écrit : »L'olivier est un arbre persistant. Son feuillage se perpétuera tel un bouclier protégeant l'univers ».

Par ailleurs, l'olivier revêt une grande importance économique et emblématique auprès des Palestiniens ; les agriculteurs qui le cultivent depuis des générations sont souvent visés par des colons illégaux qui tentent d'arracher aux familles leurs terres et leurs moyens de subsistance.

Cette année, la récolte des olives a démarré le 12 octobre. Depuis lors, des observateurs en Cisjordanie rapportent des attaques perpétrées presque tous les jours par des colons israéliens contre des villages palestiniens ; ils tabassent les agriculteurs, pulvérisent des produits chimiques sur les champs et déracinent des centaines d'oliviers.