Nucléaire iranien: Israël met en garde les États-Unis contre un accord «partiel»

Israël craint que les États-Unis ne se contentent d'un accord nucléaire «partiel» avec l'Iran, a déclaré un haut responsable israélien. (Fichier Photo/AP)
Israël craint que les États-Unis ne se contentent d'un accord nucléaire «partiel» avec l'Iran, a déclaré un haut responsable israélien. (Fichier Photo/AP)
Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Nucléaire iranien: Israël met en garde les États-Unis contre un accord «partiel»

  • «Un accord partiel serait préjudiciable et ne profiterait qu'au régime iranien», a déclaré un haut responsable israélien au Wall Street Journal
  • «De moindres restrictions pour Téhéran entraîneront davantage d'agressions et de bouleversements régionaux», a-t-il poursuivi

LONDRES: Selon le Wall Street Journal, les hauts responsables israéliens craignent que Washington ne prépare le terrain pour un accord «partiel» qui permettrait à Téhéran d'obtenir un allégement partiel des sanctions pour avoir gelé ou annulé certaines parties de son programme nucléaire.

Les pourparlers entre les États-Unis et l'Iran sur l'avenir du programme nucléaire de Téhéran devraient reprendre lundi après une interruption de plusieurs mois à la suite de l'élection du président Ebrahim Raïssi, partisan d’une ligne dure et proche du Guide suprême, Ali Khamenei.

«Israël est très inquiet que les États-Unis préparent le terrain pour ce qu’ils appellent un accord de "sanctions partielles"», a déclaré un haut responsable israélien au WSJ.

«Un tel accord serait préjudiciable et ne profiterait qu'au régime iranien… Ce serait un cadeau énorme pour le nouveau régime extrémiste iranien lié au CGRI (Corps des gardiens de la révolution islamique).»

Il existe un précédent d’accord partiel. En 2013, les États-Unis avaient en effet conclu un pacte avec l'Iran prévoyant près de 700 millions de dollars par mois (soit environ 625 millions d’euros) d'allégement des sanctions, en échange du gel de la production d'uranium enrichi à 20 % et de la réduction des stocks de combustible nucléaire plus enrichi, entre autres mesures.

Des responsables israéliens ont déclaré qu'un accord de cette nature augmenterait les ressources disponibles pour Téhéran, lui permettant de doubler ses activités régionales déstabilisatrices, grâce à ses différents proxys.

«Au cours des deux dernières années, nous avons constaté une nette augmentation de l'agression régionale de l'Iran. De moindres restrictions se traduiront par davantage de bouleversements régionaux alimentés par l'argent supplémentaire qu'ils auront obtenu grâce à l'allégement des sanctions», a déclaré un haut responsable de la sécurité israélienne au WSJ.

«Cela constituera un danger pour la sécurité de l'État d'Israël et la stabilité du Moyen-Orient», a-t-il ajouté.

Dans un discours prononcé cette semaine, le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a déclaré que son pays ne permettrait jamais à l'Iran de développer une bombe nucléaire. «Nous espérons que le monde ne restera pas silencieux, mais si c'était le cas, nous ne resterons pas les bras croisés», s’est-il justifié.

«Nous sommes prêts à reprendre les pourparlers. Si l'Iran opte pour des positions réalistes, nous pourrons rapidement parvenir à nous entendre sur un retour mutuel au plein respect de l'accord», a expliqué un porte-parole du gouvernement américain. «Mais si l'Iran ne le fait pas, nous réagirons en conséquence, et nous disposons de divers moyens d’action.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Maroc suspend le trafic maritime de passagers avec la France

Vue du port Tanger Med dans la ville nord de Tanger sur le détroit de Gibraltar le 13 mars 2020. (Photo, AFP)
Vue du port Tanger Med dans la ville nord de Tanger sur le détroit de Gibraltar le 13 mars 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les vols réguliers vers et en provenance de la France seront également interrompus jusqu'à nouvel ordre
  • La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc

RABAT : Le Maroc a décidé de suspendre le transport maritime de passagers avec la France à partir de dimanche soir, en raison de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19, a indiqué samedi un responsable au ministère du Transport.

A la même date, les vols réguliers vers et en provenance de la France seront également interrompus jusqu'à nouvel ordre, avaient annoncé jeudi les autorités marocaines en expliquant chercher à "faire face à la dégradation de la situation sanitaire dans certains pays du voisinage européen". 

"Dans le cadre des mesures prises par le Maroc pour contenir la pandémie et consolider les acquis en termes de lutte contre la propagation de la Covid-19, le transport maritime de passagers en provenance et à destination de la France est suspendu à partir du dimanche 28 novembre 2021 à 23h59", a déclaré le responsable à l'AFP.

"Cette suspension ne s'applique pas aux véhicules utilitaires destinés au transport de marchandises et de messagerie", a-t-il ajouté.

La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc. Les liens culturels et humains sont également étroits: plus de 1,3 million de Marocains vivent en France et près de 80 000 Français résident au Maroc.

Au Maroc, la situation épidémiologique s'est améliorée et a permis la levée début novembre d'un couvre-feu nocturne national en vigueur depuis des mois.

 


Une première femme irako-kurde victime de la tragédie de la Manche identifiée

Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi. (Photo, Reuters)
Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Maryam Nuri Mohamed Amin envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot a commencé à couler
  • 27 personnes sont mortes en tentant un voyage périlleux de la côte française au Royaume-Uni

LONDRES : Une femme kurde du nord de l'Irak est la première victime identifiée de la noyade massive de cette semaine dans la Manche.

Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi.

Elle est l'une des 27 victimes du périlleux voyage de la côte française vers la Grande-Bretagne, qui a fait des dizaines de morts cette année.

Son fiancé a déclaré à la BBC qu'elle avait essayé de le rassurer sur le fait qu'ils seraient secourus pendant qu'ils coulaient, mais elle a péri avec 26 autres personnes. Seuls deux passagers ont survécu.

17 hommes, six femmes - dont une enceinte - et trois enfants ont péri.

Les deux survivants, un Somalien et un Irakien, sont sortis d'un hôpital français et devraient être interrogés sur l'incident.

Amin avait tenté le voyage avec une proche, en espérant rejoindre une famille en Grande-Bretagne.

Elle envoyait un message à son fiancé sur l'application de médias sociaux Snapchat quelques instants avant que le canot ne commence à chavirer.

Elle était originaire de Souran, une ville du nord-est du Kurdistan irakien. Sa famille attend le retour de son corps pour des funérailles.

Un proche dit : « Son histoire est la même que celle de tout le monde : elle cherchait une vie meilleure. L'un de ses oncles était l'une des personnes les plus proches de moi. Il s'est occupé de nous quand mon père était prisonnier politique. Mais la famille a eu une vie tellement tragique. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Irak: un mort lors d'une tentative d'évasion de trois djihadistes de l'EI

Les forces de sécurité irakiennes ont déclaré avoir abattu un militant condamné alors qu'il tentait de s'échapper d'une prison. (Photo, AFP)
Les forces de sécurité irakiennes ont déclaré avoir abattu un militant condamné alors qu'il tentait de s'échapper d'une prison. (Photo, AFP)
Short Url
  • Une force de sécurité conjointe de la police et de l'armée a « réussi à déjouer la tentative d'évasion de trois terroristes condamnés à la prison à vie », indique un communiqué
  • Ils étaient détenus à la prison de Taji, au nord de Bagdad, selon le texte

BAGDAD : Les forces de l'ordre en Irak ont tué samedi un djihadiste du groupe Etat islamique (EI) lors d'une tentative d'évasion avec deux autres hommes de l'organisation extrémiste, tous condamnés à la prison à vie, selon un communiqué officiel.

Une force de sécurité conjointe de la police et de l'armée a "réussi à déjouer la tentative d'évasion de trois terroristes condamnés à la prison à vie", indique un communiqué qui ne donne pas de détails sur leur identité.

Ils étaient détenus à la prison de Taji, au nord de Bagdad, selon le texte. Les forces de l'ordre ont ouvert le feu "en les voyant traverser le mur extérieur de la prison".

"Ils n'ont pas obéi aux avertissements, l'un d'eux a été tué, les deux autres se sont rendus".

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie voisine et la conquête de vastes territoires, l'EI a vu son "califat" vaciller sous le coup d'offensives successives dans ces deux pays.

L'Irak a proclamé sa victoire contre les djihadistes fin 2017 et l'EI a été défait en Syrie en mars 2019.

Les djihadistes restent une menace et continuent de mener des attentats dans ces deux pays.

Aujourd'hui l'EI "maintient une présence largement clandestine en Irak et en Syrie et mène une insurrection soutenue de part et d'autre de la frontière entre les deux pays", selon un rapport onusien publié début 2021.

Dans ces deux pays, l'organisation djihadiste conserverait "en tout 10.000 combattants actifs", d'après ce rapport.

Le dernier attentat d'envergure revendiqué par l'EI en Irak a visé en juillet dernier un marché du quartier chiite de Sadr City à Bagdad qui a fait une trentaine de morts.

En octobre, les autorités ont annoncé deux importantes arrestations grâce à deux opérations menées hors d'Irak: le responsable d'un attentat revendiqué par l'EI ayant fait plus de 320 morts en 2016 à Bagdad et un ancien haut responsable financier de l'organisation ultraradicale, recherché par les Etats-Unis.

Des centaines d'étrangers ont été condamnés à la peine capitale ou à la prison à vie en Irak pour appartenance à l'EI mais leurs peines de mort n'ont pas été exécutées. Parmi eux, 11 Français ont été condamnés à mort et trois à la perpétuité.