Daech a commis des crimes de guerre dans une prison irakienne, selon l’ONU

En 2014, des combattants de Daech se sont emparés de villes irakiennes et ont déclaré un califat autoproclamé sur une vaste étendue de territoire en Syrie et en Irak. (Photo, AFP)
En 2014, des combattants de Daech se sont emparés de villes irakiennes et ont déclaré un califat autoproclamé sur une vaste étendue de territoire en Syrie et en Irak. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 03 décembre 2021

Daech a commis des crimes de guerre dans une prison irakienne, selon l’ONU

En 2014, des combattants de Daech se sont emparés de villes irakiennes et ont déclaré un califat autoproclamé sur une vaste étendue de territoire en Syrie et en Irak. (Photo, AFP)
  • Christian Ritscher: «Au moins 1 000 prisonniers, majoritairement chiites, ont été systématiquement tués»
  • En 2014, des combattants de Daech se sont emparés de villes irakiennes et ont déclaré un califat autoproclamé sur une vaste étendue de territoire en Syrie et en Irak

NATIONS UNIES: Le chef d’une équipe de l’ONU chargée d’enquêter sur les atrocités commises en Irak a déclaré que les extrémistes de Daech ont commis des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre dans une prison de Mossoul en juin 2014. 

Christian Ritscher a expliqué jeudi au Conseil de sécurité de l’ONU que les preuves recueillies dans les fosses communes contenant les restes des victimes d’exécutions effectuées à la prison centrale de Badush et auprès des survivants montrent des préparatifs détaillés de l’attaque par des membres haut placés de Daech, suivie d’une attaque le matin du 10 juin de la même année. 

«Les prisonniers capturés ont été conduits vers des sites proches de la prison, humiliés et séparés en fonction de leur religion», a-t-il raconté. «Au moins 1000 prisonniers, majoritairement chiites, ont ensuite été systématiquement tués.» 

Selon M. Ritscher, l’analyse par les enquêteurs des témoignages de survivants et des preuves numériques, documentaires et médico-légales, y compris des documents de Daech, a permis d’identifier un certain nombre de membres du groupe extrémiste, également connu sous le nom d’EI ou EIIL, qui étaient responsables des crimes. 

À la suite de ces enquêtes, il a précisé que l’équipe d'enquêteurs des Nations unies chargée d’amener Daech en Iraq et au Levant à répondre de ses crimes (Unitad) avait conclu que Daech avait commis «des crimes contre l’humanité tels que le meurtre, l’extermination, la torture, les disparitions forcées, la persécution et d’autres actes inhumains» à la prison de Badush, ainsi que «des crimes de guerre tels que l’homicide volontaire, la torture, le traitement inhumain et l’atteinte à la dignité personnelle». 

En 2014, des combattants de Daech se sont emparés de villes irakiennes et ont déclaré un califat autoproclamé sur une vaste étendue de territoire en Syrie et en Irak. Le groupe a été officiellement déclaré vaincu en Irak en 2017 à l’issue d’une bataille sanglante de trois ans qui a fait des dizaines de milliers de morts et laissé des villes en ruines, mais ses cellules dormantes continuent de lancer des attaques dans différentes parties de l’Irak. 

En mai, le prédécesseur de M. Ritscher, Karim Khan, a indiqué au conseil que les enquêteurs avaient trouvé des «preuves claires et irréfutables» que les extrémistes de Daech avaient commis un génocide contre la minorité yézidie en 2014. Il a également mentionné que le groupe militant avait réussi à développer des armes chimiques et utilisé du gaz moutarde. 

M. Ritscher a salué le «moment historique» marqué, il y a deux jours, par la toute première condamnation d’un membre de Daech pour crime de génocide devant le tribunal régional de Francfort, en Allemagne. L’Irakien de 29 ans a également été reconnu coupable de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et d’atteinte à l’intégrité physique ayant entraîné la mort d’une fillette yézidie de 5 ans qu’il avait achetée comme esclave avec sa mère, avant de l’enchaîner au soleil pour qu’elle meure. 

«Nous avons maintenant la chance, collectivement, de faire de ces poursuites la norme et non une exception célébrée», a lancé M. Ritscher. «En coopération avec les autorités irakiennes et celles de la région du Kurdistan, avec les survivants et avec le soutien de ce conseil, nous construisons les preuves qui peuvent rendre une justice significative pour tous ceux qui ont souffert des crimes de l’EIIL en Irak.» 

M. Ritscher a ajouté que les preuves recueillies concernant les attaques de la prison de Badush soulignaient la planification détaillée des atrocités commises par Daech. 

L’approche du groupe extrémiste «apparaît encore plus clairement dans deux autres lignes d’enquête clés qui se sont accélérées au cours des six derniers mois: le développement et l’utilisation d’armes chimiques et biologiques par l’EIIL, et les mécanismes financiers par lesquels il a soutenu sa campagne de violence», a-t-il expliqué. 

Les preuves recueillies par l’équipe «montrent également que l’EIIL a clairement identifié puis saisi des usines de production chimique et d’autres sources de matériaux précurseurs, et qu’il a également envahi le campus de l’université de Mossoul pour en faire un centre de recherche et de développement», a précisé M. Ritscher. 

Le programme du groupe extrémiste est devenu plus sophistiqué et les enquêteurs ont identifié plus de 3 000 victimes d’attaques aux armes chimiques de Daech, ainsi que son utilisation de projectiles d’artillerie contenant un agent sulfureux de type moutarde, a-t-il souligné. 

Lors de son prochain briefing au Conseil de sécurité, M. Ritscher a annoncé qu’il présenterait les conclusions de l’équipe sur l’utilisation d’armes chimiques par Daech, y compris sur les crimes qu’il a commis. 

Il a également insisté sur l’importance cruciale de traduire en justice les bailleurs de fonds de Daech et ceux qui profitent des crimes du groupe. 

M. Ritscher a mentionné que les enquêteurs ont découvert les rouages de la trésorerie centrale de Daech et un réseau de hauts dirigeants qui agissaient également «en tant que bailleurs de fonds de confiance, détournant les richesses que Daech a obtenues par le pillage, le vol de biens des communautés ciblées et l’imposition d’un système de taxation systématique et d’exploitation imposé à ceux qui vivent sous le contrôle de l’EIIL». 

Il a finalement noté que l’équipe a récemment partagé des informations avec le système judiciaire irakien sur l’utilisation des entreprises de services monétaires par le groupe «en tant que facilitateurs clés de leur financement», et qu’elle espère développer ce type de coopération. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Naufrage d'un bateau de migrants au large de la Tunisie : Six morts et 30 personnes portées disparues

Des migrants secourus au large de Lampedusa, le mardi 25 janvier 2022. (AP)
Des migrants secourus au large de Lampedusa, le mardi 25 janvier 2022. (AP)
Short Url
  • Les 34 survivants ont affirmé aux sauveteurs que le bateau transportait 70 personnes et qu'ils se dirigeaient vers l'Italie
  • Près de 60 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer en 2021, et environ 1 200 sont mortes ou ont été portées disparues lors de leur traversée, selon le HCR

TUNIS: Au moins six Africains tentant de migrer vers l'Europe sont morts et une trentaine d'autres sont portés disparus en mer Méditerranée, après le naufrage de leur bateau jeudi au large des côtes tunisiennes, selon le ministère tunisien de la Défense.

Les forces navales et les garde-côtes tunisiens ont récupéré les corps, secouru 34 survivants, et recherchent les personnes portées disparues, a indiqué le ministère dans un communiqué. Les survivants ont dit aux sauveteurs que le bateau transportait 70 personnes et qu'ils se dirigeaient vers l'Italie, a indiqué le ministère.

Le bateau, qui était parti de la Libye voisine, a coulé à environ 40 kilomètres (24 miles) au large de la ville tunisienne de Zarzis, près de la frontière libyenne, a-t-il ajouté.

Parmi les survivants figurent des personnes originaires d'Égypte, du Soudan et de Côte d'Ivoire, selon Mongi Slim, directeur du Croissant-Rouge tunisien.

Il s’agit du dernier naufrage de bateaux de migrants parmi tant d’autres dans la région. La route de la Méditerranée centrale, qui relie l'Afrique du Nord au sud de l'Italie, est la voie migratoire la plus fréquentée et la plus meurtrière pour rejoindre l'Europe. Les migrants voyagent depuis la Libye et la Tunisie dans des bateaux bondés, à la merci des passeurs qu'ils paient pour leur faire traverser la mer.

Près de 60 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer l'année dernière, et environ 1 200 sont mortes ou ont été portées disparues au cours de leur voyage, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Le ministère tunisien de la Défense a déclaré que les autorités étaient parvenues à arrêter huit voyages migratoires en bateau ces dernières 48 heures, au large de la ville de Sfax, et que 130 personnes originaires de Tunisie et d'Afrique subsaharienne avaient été arrêtées.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: arrestation d'une femme planifiant un attentat

La franco-tunisienne Umm Yussef, 21 ans, alors qu'elle se dirige vers les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes après avoir quitté Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, au nord de la Syrie, le 22 février 2019.(AFP)
La franco-tunisienne Umm Yussef, 21 ans, alors qu'elle se dirige vers les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes après avoir quitté Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, au nord de la Syrie, le 22 février 2019.(AFP)
Short Url
  • Agée de 22 ans, cette jihadiste présumée, de nationalité tunisienne, a été arrêtée le 10 janvier à l'aéroport de Tunis-Carthage à son arrivée en provenance de Turquie
  • Lors de son interrogatoire, elle a affirmé avoir quitté la Tunisie à l'été  2020 pour la Turquie avant de se rendre en Syrie en 2021

TUNIS : Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé vendredi avoir déjoué une opération "terroriste" après l'arrestation d'une jeune femme, de retour de Syrie, qui projetait de se faire exploser dans une zone touristique en Tunisie.

Agée de 22 ans, cette jihadiste présumée, de nationalité tunisienne, a été arrêtée le 10 janvier à l'aéroport de Tunis-Carthage à son arrivée en provenance de Turquie, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Lors de son interrogatoire, elle a affirmé avoir quitté la Tunisie à l'été  2020 pour la Turquie avant de se rendre en Syrie en 2021 où elle a rejoint une "organisation terroriste au sein de laquelle elle s'est préparée à mener un attentat suicide", selon la même source.

L'enquête a aussi révélé l'implication dans ce projet d'attentat d’un autre "élément terroriste" de nationalité tunisienne qui devait fournir une ceinture explosive à la jihadiste présumée, a précisé encore le ministère.

L'homme se trouve déjà en détention pour son implication présumée "dans la préparation d'opérations terroristes qui devaient viser fin 2021 des hauts responsables de l'Etat", selon le communiqué.

Après la chute de la dictature de Ben Ali en 2011, la Tunisie a été frappée par plusieurs attaques menées par des groupes jihadistes qui ont coûté la vie à des dizaines de soldats et de policiers, mais aussi à de nombreux civils et touristes étrangers.

En 2018, la capitale tunisienne a été secouée par un attentat perpétré par une femme kamikaze visant des policiers.


Bahaa, le fils de Rafic Hariri, déterminé à «poursuivre le parcours» de son père

Bahaa Hariri, fils de feu le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Fichier/Sawa Li Lubnan)
Bahaa Hariri, fils de feu le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Fichier/Sawa Li Lubnan)
Short Url
  • Bahaa Hariri a déclaré dans un discours enregistré qu'il «entrerait dans la bataille pour reprendre» le pays et qu'il se rendrait bientôt au Liban
  • Son frère Saad, trois fois Premier ministre, s'est retiré de la politique libanaise au début de la semaine

BEYROUTH : Bahaa Hariri, frère de Saad Hariri, l’un des chefs de file de la communauté sunnite libanaise et dirigeant du courant du Futur, a déclaré vendredi qu'il poursuivrait le parcours de son père, le Premier ministre décédé Rafic Hariri.

Bahaa a déclaré dans un discours enregistré qu'il «entrerait dans la bataille pour reprendre» le pays et qu'il se rendrait bientôt au Liban.

Son frère Saad, trois fois Premier ministre, s'est retiré de la politique libanaise au début de la  semaine, ouvrant une nouvelle phase dans la politique confessionnelle du Liban.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com