"24h pour le Liban" à l'iMA: Pour un dépassement du communautarisme

Manifestation en protestation contre le manque de progrès de l’enquête sur l’explosion au port de Beyrouth, à Baabda (Liban) le 12 septembre (Photo, Anwar AMRO/AFP).
Manifestation en protestation contre le manque de progrès de l’enquête sur l’explosion au port de Beyrouth, à Baabda (Liban) le 12 septembre (Photo, Anwar AMRO/AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 27 septembre 2020

"24h pour le Liban" à l'iMA: Pour un dépassement du communautarisme

  • Des experts aux compétences diverses se sont succédé en duplex, entre Paris et Beyrouth,pour exprimer leur souffrance vis-à-vis d’un pays « écrabouillé » par les désastres successifs
  • C’est « la citoyenneté » qui peut « conduire l’État à s’affranchir de son système communautaire » pour Dominique Eddé, écrivaine

Le coup d’envoi par l’Institut du Monde Arabe à Paris de « 24h pour le Liban », une série d’évènements organisés en soutien à Beyrouth après l’explosion, a été donné jeudi 24 septembre . Plusieurs intervenants, aux compétences diverses s’y sont donné rendez-vous pour discuter d’un sujet précis : la notion de citoyenneté dans le Liban d’aujourd’hui.

La conférence s’est déroulée en duplex, entre Paris (à l’IMA) et Beyrouth (à l’Institut Français), les invités étant reliés par visio-conférence. Se sont exprimés Dominique Eddé (écrivaine), Karim Emile Bitar (universitaire aux multiples casquettes, spécialiste du Moyen-Orient), Sibylle Rizk (directrice des politiques publiques de l’ONG Kulluna Irada), Jean-Paul Chagnollaud (président de l’iReMMO) et Nadim Houry (directeur du think tank Arab Reform Initiative).

Ces experts se sont succédé pour exprimer leur souffrance vis-à-vis d’un pays « écrabouillé » par les désastres successifs, mais aussi leurs espoirs de voir émerger des solutions nouvelles, par le biais de la jeunesse libanaise.

Le ton était donné avant même le début de la conférence : une projection de clichés de la photographe libanaise Myriam Boulos retraçant les violences auxquelles Beyrouth fait face depuis un an :  la révolution d’octobre 2019, les manifestations de janvier 2020 et, bien sûr, les dégâts causés par la terrible explosion du 7 août 2020.

Tant de plaies terriblement récentes rendant plus visibles les divisions qui accablent le pays sur fond de  faillite de l’Etat. C’est ce que les intervenants se sont attaché à analyser.

« Ce dont je rêve, c’est que les Libanais brûlent leur carte d’identité »

Interrogée par Arab News en Français, Sibylle Rizk dresse un constat accablant du communautarisme qui règne dans le pays.

« Le système politique en place au Liban est un système communautaire en vertu duquel un petit nombre de chefs sectaires dirigent le pays par consensus ou par des droits de véto réciproques qui conduisent - la plupart du temps ces dernières années - à la paralysie et l’inertie. Aucun de ces chefs ne rend des comptes à l’ensemble des Libanais, mais assoit son pouvoir sur sa capacité à assurer des “services” aux membres de sa communauté auxquels il est lié par des relations d’allégeances proches des systèmes claniques. Il n’y a donc pas à proprement parler de relation entre des élus ou des pouvoirs étatiques et des citoyens à qui ils rendent des comptes. »

Même son de cloche pour Nadim Houry qui dénonce « des lois » qui ne sont « pas les mêmes pour tout le monde », conduisant ainsi à « diviser le pays ». C’est aller jusqu’à avouer son « rêve », que « les Libanais brûlent leur carte d’identité où est mentionnée leur confession ».

Selon Dominique Chagnollaud, « le repli sur soi, sur sa famille, sur sa communauté » sont sommes toute assez logiques « quand on ne peut pas compter sur l’État. C’est un cercle vicieux ». Dominique Eddé renchérit en soulignant la nécessité de séparer l’État du confessionnalisme. C’est « la citoyenneté » qui peut « conduire l’État à s’affranchir de son système communautaire ».

Les influences extérieures, facteur d’affaiblissement d’un État morcelé

« Tout au long de l’histoire du Liban, les guerres libanaises et les crises successives s’expliquent par la projection de conflits externes sur des situations internes qui étaient propices non seulement à les accepter mais aussi à les aiguiser, à les fomenter, à en créer de nouveaux. C’est ainsi que le Liban est devenu à travers l’Histoire une caisse de résonance de conflits extérieurs » explique Karim Émile Bitar, pour Arab News en Français. D’après lui, « ne possédant pas de valeurs citoyennes et d’un État suffisamment fort, il ne peut s’en prémunir ».

Pour Sibylle Rizk, « il n’y a pas de citoyens au Liban. Cela leur est confisqué. Ils sont dans un État failli, qui n’existe pas. Le système en place au Liban est archaïque, nous ne sommes pas sortis du système politique hérité de l’Empire Ottoman. Le pays n’a de République que le nom, c’est une façade. ».

Un passé à affronter pour que s’écrive le futur

A l’issue de la guerre civile (1975-1990) qui a déchiré le pays, les chefs de milice arrivés au pouvoir ont fait inscrire dans la Constitution une loi amnistiant tout crime commis durant cette période. Ce que Bitar qualifie de « loi scélérate d’amnistie ». Il est appuyé par Houry pour qui cette « amnistie-amnésie » va « à l’encontre de la justice ». « Mettre fin à l’impunité est une pierre angulaire de la construction citoyenne ». « Rendez-vous compte, martèle-il : les livres d’histoire s’arrêtent à 1975 ! ».

C’est là un enjeu crucial, car « la question de la mémoire est indissociable de la construction de la citoyenneté ».

Malgré ces constats alarmants d’une société libanaise en quête d’identité fédératrice, les intervenants s’accordent sur quelques motifs d’espoir. « La révolution d’octobre a fait quelques brèches » nous dit Houry. Durant cette période, explique Bitar, « les gens manifestaient en tant que citoyens, et non en tant que membres d’une communauté ».

Et d’appuyer son propos : on observe « l'émergence de partis citoyens en quête de changement qui peinent toutefois à se fédérer à ce stade » - cela même si l’explosion a quelque peu changé la donne. Il y a également des « liens qui se forment entre les exaspérés de ce système et la diaspora » pouvant former un « levier de changement politique ».

« Seule une union sacrée des opposants pourra permettre l’émergence d’une nouvelle classe politique ». Et avec elle, peut-être, l’espoir de voir les Libanais revendiquer ce qu’ils méritent d’être : des citoyens.


Une famille pakistanaise brisée après la mort du père, dans l'attaque Houthie contre Abu Dhabi

Les fils de Mamoor Khan pleurent leur père dans leur maisonade Mir Ali, dans le Waziristan du Nord, au Pakistan, le 24 janvier 2022. (Photo, AN)
Les fils de Mamoor Khan pleurent leur père dans leur maisonade Mir Ali, dans le Waziristan du Nord, au Pakistan, le 24 janvier 2022. (Photo, AN)
Short Url
  • Mamoor Khan est mort dans une frappe de drone et de missile lancée par les Houthis, soutenus par l'Iran, sur Abu Dhabi
  • «Nous nous préparions pour son retour, mais nous avons reçu son cadavre à la place» a révélé le frère cadet de Khan

Les membres de la famille de Mamoor Khan attendaient avec impatience son retour dans la ville de Mir Ali, dans le nord du Pakistan. Mais quelques jours avant les retrouvailles familiales prévues, son corps est arrivé des Émirats arabes unis, laissant les proches engourdis par le choc et le chagrin.

Khan et deux ressortissants indiens ont été tués lorsque des frappes de drones et de missiles lancées par les Houthis soutenus par l'Iran au Yémen, ont touché des camions-citernes de carburant près des installations de stockage du géant pétrolier national Adnoc à Abu Dhabi le 17 janvier. Khan travaillait comme chauffeur pour un sous-traitant d’Adnoc.

photo
Une photo non datée de Mamoor Khan, un travailleur pakistanais du Waziristan du Nord qui a été tué lors d'une attaque houthie contre les Émirats arabes unis le 17 janvier 2022. (Photo fournie par la famille de Mamoor Khan)

«Nous nous préparions pour son retour», a révélé le frère cadet de Khan, Manzoor Ahmad, à Arab News. «Mais nous avons reçu son cadavre à la place.»

Khan, 49 ans, laisse dans le deuil ses parents, sa femme et ses huit enfants, qui attendaient avec impatience son retour pour des vacances à la fin du mois.

Son deuxième frère, Javed Khan, également chauffeur aux Émirats arabes unis, a été le premier à apprendre sa mort. Un employé d'Adnoc l'avait appelé pour lui dire qu'il avait été blessé lors de l'attaque et qu'il était hospitalisé à Abu Dhabi.

«Je ne savais toujours pas ce qui s'était passé, mais le site où mon frère travaillait était en feu», a-t-il confirmé. «J'ai demandé à l’employé qui m’a contacté de me dire clairement si mon frère était décédé. Il a répondu d'une voix étouffée, ‘oui’, et que son cadavre était à l'hôpital.»

Khan était le principal soutien de sa famille dans le Waziristan du Nord, un district tribal appauvri à la frontière pakistano-afghane, où des années de militantisme et d'opérations de sécurité ont contrecarré le développement social et économique.

Une semaine après les funérailles de Khan, son père, qui l'avait envoyé aux Émirats arabes unis il y a plus de deux décennies pour trouver une vie meilleure, a déclaré à Arab News qu'il avait encore du mal à parler de la perte de son fils.

photo
Yasir Ahmad, fils de Mamoor Khan, prie sur la tombe de son père à Mir Ali, dans le Waziristan du Nord, au Pakistan, le 24 janvier 2022. (Photo fournie par la famille de Mamoor Khan)

«J'ai eu l'impression d'enjamber un feu dévastateur quand j'ai appris la nouvelle de la mort de mon fils», a-t-il indiqué.

La mère de Khan est sous tranquillisants depuis qu'elle a reçu la nouvelle tragique.

«Chez nous, nous avons beaucoup souffert du militantisme, et quand Mamoor est parti pour les Émirats arabes unis, nous étions convaincus qu'il y mènerait une vie sûre», a témoigné son voisin et ami Munawar Shah Dawar. «Sa mort nous a dévastés, car il a été la proie d'un attentat terroriste là-bas aussi.»

Yasir Ahmad, le fils aîné de Khan, a dévoilé que son père et lui avaient de nombreux projets pour l'avenir de la famille et qu’ils en discutaient souvent au téléphone. L'un de ces projets, la création d'une petite entreprise, devait être mis en œuvre lors de la visite de Khan ce mois-ci. L'idée était que cette entreprise lui aurait permis plus tard de retourner définitivement à Mir Ali.

L'une des priorités de Khan était de veiller à ce que ses plus jeunes enfants reçoivent une éducation, ce qu'il avait demandé à Ahmad de superviser.

«Mon père voulait que mon jeune frère devienne médecin, pour qu'il puisse revenir et passer le reste de sa vie avec nous.»

«Nous n'avons plus rien maintenant, et même l'éducation de mes frères en souffrira parce que je suis un travailleur journalier, gagnant 600 roupies (1 roupie = 0,012 euro) par jour, ce qui n'est pas suffisant.»

Le corps de Khan a été rapatrié au Pakistan et enterré le 20 janvier.

Mustafa Haider, directeur général de la division de l'aide sociale à la Fondation des Pakistanais d'outre-mer, a déclaré à Arab News que les allocations de décès seraient versées à la famille et que la fondation envisageait également d’apporter un soutien financier sur ses propres fonds.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un garçon musulman référé au programme anti-extrémiste du gouvernement britannique

Le garçon, qui avait du mal à faire ses devoirs, a été référé au programme de prévention anti-extrémisme après avoir été entendu dire qu'il souhaitait que l'école brûle. (Shutterstock)
Le garçon, qui avait du mal à faire ses devoirs, a été référé au programme de prévention anti-extrémisme après avoir été entendu dire qu'il souhaitait que l'école brûle. (Shutterstock)
Short Url
  • La mère a critiqué la décision et a déclaré: «Être un garçon brun, musulman et asiatique ne fait pas de vous un terroriste»
  • Une enquête sur l'incident n'a trouvé aucune preuve de liens avec l'extrémisme et aucune autre mesure n'a été prise

LONDRES: Un garçon de 11 ans issu d'une famille musulmane a été référé à un programme anti-extrémisme du gouvernement britannique, appelé Prevent, après avoir dit à un ami qu'il espérait que son école brûlerait.

Sa mère a déclaré au journal The Guardian: «Être un garçon brun, musulman et asiatique ne fait pas de vous un terroriste.»

Elle a admis que les propos de son fils étaient inacceptables mais a ajouté qu'ils étaient «isolés» et dus au stress. L'enfant souffrirait d'anxiété.

Une enquête menée par l'école sur l'incident n'a trouvé aucune preuve de liens avec des groupes extrémistes ou de cas antérieurs de rhétorique radicale.

«Les directives de Prevent mettent clairement l'accent sur le caractère approprié et la proportionnalité», a déclaré sa mère.

L'agent de Prevent qui a examiné l'affaire a décidé de ne pas prendre de mesures supplémentaires mais, conformément au protocole, les informations personnelles du garçon devaient être enregistrées pendant six ans dans une base de données antiterroriste de la police, mais sa mère est intervenue.

Elle s'est également plainte à l'école, située dans le nord de l'Angleterre, qu’elle n'avait pas été informée de l'incident ou du renvoi, et devrait recevoir des excuses.

«L'agent de Prevent m'a dit que l'affaire n'irait pas plus loin car il s’agit d’un garçon de 11 ans ayant des difficultés scolaires», a-t-elle déclaré. «Mon fils était devenu si mécontent et stressé par les exigences qui lui étaient imposées concernant les devoirs.»

Elle a ajouté qu'elle avait dû se battre pour que le nom de son fils soit retiré de la base de données antiterroriste.

«J'ai remporté une victoire partielle parce que la police a accepté de retirer son nom de sa base de données, mais je cherche des informations supplémentaires sur ses dossiers, qui sont détenus par le ministère de l'Intérieur britannique», a-t-elle déclaré.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a déclaré: «Prevent est un programme de sauvegarde qui vise à détourner des individus de la radicalisation. Les données d’orientation du programme ne sont conservées que temporairement par la police, et les parents ou tuteurs peuvent demander qu'elles soient supprimées plus tôt, au moment propice.

«Toutes les données sont gardées totalement confidentielles, sauf en cas d'émergence d'un risque grave pour la sécurité. Les informations et les conseils sur l'utilisation et l'accès à la base de données centrale d’orientation Prevent appartiennent à la police et non au ministère de l'Intérieur.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Saoudien Nasser Hawsawi, sculpteur de son propre avenir

Nasser Hawsawi a précisé que sa connaissance des caractéristiques de divers matériaux et types de sol, ainsi que sa familiarisation avec la conception 3D, l'ont aidé à développer son métier. (Photo Fournie)
Nasser Hawsawi a précisé que sa connaissance des caractéristiques de divers matériaux et types de sol, ainsi que sa familiarisation avec la conception 3D, l'ont aidé à développer son métier. (Photo Fournie)
Short Url
  • L'autodidacte Nasser Hawsawi s'est révélé être une attraction populaire à Riyadh Oasis
  • «Je puis ma philosophie dans l'environnement et les choses que j'aime dessiner, ainsi que dans ce dont dont j'ai été témoin et ce que j’ai vécu»

LA MECQUE: Le travail du sculpteur Nasser Hawsawi a été un succès auprès des visiteurs de Riyadh Oasis, l'une des 14 zones mises en place autour de la capitale au cours de Riyadh Season.

Ingénieur de formation et originaire de La Mecque, ce Saoudien âgé de 30 ans sculpte depuis environ quatre ans seulement. C’est un autodidacte dont le travail lui a valu des éloges et des félicitations, ainsi que quelques fans célèbres.

«La sculpture est un art authentique qui représente les formes, les personnes, l'harmonie, le rythme, l'équilibre, le plaisir visuel et des aspects variés, dans le but d'atteindre une certaine profondeur artistique, véhiculant un sens artistique élevé en représentant les détails de la forme humaine», a précisé Hawsawi.

Il expose ses œuvres à Riyadh Oasis dans un studio ouvert aux visiteurs. Il a également effectué un certain nombre de démonstrations de sculpture en direct, au cours desquelles il a créé les sculptures de célèbres chanteurs arabes alors qu'ils se produisaient sur scène, notamment Nawal al-Zoghbi, Majid al-Mohandis et Assala Nasri, puis leur a présenté les œuvres à la fin du spectacle.