Démantèlement d’un réseau de transplantation illégale d'organes à Istanbul

Le réseau dirigeait l'entreprise à l'aide de faux documents dans un hôpital de Beylikduzu. (Photo, Shutterstock)
Le réseau dirigeait l'entreprise à l'aide de faux documents dans un hôpital de Beylikduzu. (Photo, Shutterstock)
Short Url
Publié le Dimanche 12 décembre 2021

Démantèlement d’un réseau de transplantation illégale d'organes à Istanbul

  • Dix Palestiniens et Jordaniens arrêtés dans cette opération par les autorités turques
  • Le trafic d'organes non réglementé et les greffes illégales ont montré une tendance choquante dans la région pendant un certain temps

ANKARA : Un vaste réseau de commerce d'organes dirigé par des ressortissants jordaniens et palestiniens à Istanbul a été démantelé par les autorités turques.

Dix personnes, quatre meneurs et six individus qui s'apprêtaient à vendre leurs organes ou à se faire greffer, ont été arrêtés et quatre ont été immédiatement emprisonnés.

Le réseau dirigeait l'entreprise à l'aide de faux documents dans un hôpital de Beylikduzu, dans la partie européenne d'Istanbul, en échange de 50 000 $ par opération.

L'affaire a été révélée lorsque des médecins turcs ont signalé au service de police qui lutte contre le trafic de migrants que le patient et le donneur d'organes ne semblaient pas être des parents et avaient un très mauvais discours.

Les autorités se sont tournées vers le consulat palestinien, qui a nié avoir fourni de tels documents de parenté aux personnes arrêtées.

La police turque a dévoilé le réseau en enquêtant sur les dossiers des hôpitaux et en surveillant l'emplacement des hôtels à proximité de l'hôpital où des greffes illégales d'organes étaient effectuées. L'opération a suscité deux perquisitions à l'hôtel.

Le meneur, Hasan B., a trouvé les donneurs et les receveurs d'organes grâce à ses connexions sur les réseaux sociaux. Une autre personne, Hasan Abu Z., a accueilli les gens en Turquie et a présenté les receveurs d'organes au médecin, Ali Y.M., avec l'aide d'un intermédiaire, Ahmad M. Ces quatre membres du réseau ont été arrêtés.

Le réseau a nommé son commerce illégal «Service VIP de l'hôtel à l'hôpital», visant des clients des pays arabes tout en recherchant des personnes qui pourraient vendre leurs organes. Les groupes sanguins des personnes ayant besoin de reins ont également été exposés dans des publications sur les réseaux sociaux.

Le réseau a falsifié des actes de parenté et de naissance pour les faire passer pour des documents délivrés par des consulats étrangers.

De l'argent et de faux documents ont été confisqués au cours de l'opération. Sur les 50 000 $, 10 000 $ ont été remis au donneur d'organes et 15 000 $ à l'hôpital privé. Le réseau prend 25 000 $ sur chaque opération.

Six personnes détenues par le réseau dans un hôtel d'Istanbul ont été libérées sous condition de contrôle judiciaire. Les patients étaient des ressortissants jordaniens et palestiniens.

Le trafic d'organes non réglementé et les greffes illégales ont montré une tendance choquante dans la région pendant un certain temps. L'année dernière, plusieurs réfugiés syriens ont vendu leurs organes au marché noir par désespoir de survivre financièrement.

Les plateformes de médias sociaux, en particulier Facebook, ont été largement utilisées par les courtiers en organes pour des opérations illégales offrant de l'argent à des réfugiés désespérés qui vendraient leur foie ou leurs reins. Toutefois, les donneurs n'ont été payés que la moitié du prix convenu et sont généralement laissés sans soins après l'opération chirurgicale.

Il est interdit de vendre et d'acheter des organes humains en Turquie. Toute personne qui prélève un organe sur une autre personne sans son consentement légal et toute personne qui achète ou vend un organe ou sert d'intermédiaire pour de telles activités risque une peine de prison de cinq à neuf ans, tandis que ceux qui font une annonce ou se livrent à des publicités commerciales dans le but d’obtenir des organes peuvent être emprisonnés jusqu'à un an.

Pour que l'opération se déroule légalement, le donneur d'organes doit prouver qu'il est un parent du receveur. Cependant, les réseaux de trafiquants préparent des documents contrefaits pour contourner les lois turques.

Dans le cadre de la Déclaration d'Istanbul de 2018 sur le trafic d'organes et le tourisme de transplantation, les organisations internationales ont publié des directives à l'intention des responsables de la santé et des décideurs, avisant que «le trafic d'organes humains et le trafic de personnes à des fins de prélèvement d'organes devraient être interdits et incriminés».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le président ouzbek à Djeddah

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Short Url

RIYAD: Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev mercredi à Djeddah.

 

Plus d’infos à suivre


OMS : le Maroc dans le Top 3 pour la hausse de l'espérance de vie en Afrique

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Maroc n’est pas seul sur le podium puisqu’il est accompagné par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans
  • Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

CASABLANCA : Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sur 12 pays du continent, le Maroc fait partie des trois premiers où l’espérance de vie est la plus forte. 

Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

Le rapport de l’OMS qui couvre une période de 19 ans (de 2000 à 2019) révèle qu’en Afrique, l'espérance de vie «en bonne santé» est passée de 47 à 56 ans en Afrique, contre 64 ans de moyenne mondiale, la couverture des services de santé essentiels s’est également améliorée, passant de 24% en 2000 à 46% en 2019.

Selon Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l'Afrique, la volonté de la région africaine d’améliorer la santé et le bien-être de la population explique cette augmentation, «Mais les progrès doivent continuer. Si les pays ne renforcent pas les mesures contre la menace du cancer et d'autres maladies non transmissibles, les avancées en matière de santé pourraient être compromises» a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, si des efforts ont été déployés pour rétablir les services essentiels affectés par la crise sanitaire, la plupart des gouvernements africains financent moins de 50% de leurs budgets de santé, ce qui se traduit par d’importants déficits de financement. 

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé.

 


Brûlée par son mari en raison d’une grossesse non désirée, une Libanaise meurt à l'hôpital

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Short Url
  • Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a passé onze jours en soins intensifs pour des brûlures sur tout le corps
  • Son mari a été arrêté alors qu'il prévoyait de fuir à l’étranger

DUBAÏ: Une femme libanaise enceinte qui avait été violemment battue et brûlée par son mari parce qu'elle ne voulait pas avorter est décédée à l'hôpital mercredi.

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a perdu sa lutte pour la vie à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours.

Un médecin de l'hôpital a déclaré mardi que Hana avait été admise à l’hôpital le 6 août, et qu’elle recevait un traitement pour des brûlures sur tout le corps.

Il a ajouté que l’enfant qu’elle portait était mort et qu’il a dû être retiré par intervention chirurgicale. Il a décrit les chances de survie de Hana comme «très faibles».

Un ami de la famille, Abdel Rahman Haddad, a affirmé à Arab News que Hana était décédée mercredi. Un responsable de l'hôpital a confirmé la nouvelle et a déclaré que son corps avait déjà été réclamé par sa famille.

Selon les médias locaux, le mari de Hana, identifié uniquement par les initiales A. A., a battu sa femme parce qu'elle refusait d'avorter.

Il aurait déclaré que le couple – d'un milieu pauvre de la ville de Tripoli, dans le nord du pays – n'avait pas les moyens d’élever cet enfant.

S'adressant à Al-Jadeed TV mardi, la tante de Hana a confié: «Quand elle a refusé d'avorter, il l'a ramenée à la maison et l'a brûlée au moyen d’une bonbonne de gaz.»

Abdel Rahman Haddad a indiqué que A. A. avait été arrêté par les Forces de sécurité intérieure libanaises alors qu'il prévoyait de fuir le pays.

Avant son décès, la famille de Hana avait lancé plusieurs appels à un soutien financier pour l'aider à payer le traitement hospitalier, qui comprenait de multiples opérations et des transfusions sanguines.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com