Ismahan Aït-Messaoud: «Nous nous mobilisons pour l’abrogation du Code de la famille algérien»

Ismahan Ait Messaoud. Crédit photo Med Amine BERRAH
Ismahan Ait Messaoud. Crédit photo Med Amine BERRAH
Short Url
Publié le Mardi 08 mars 2022

Ismahan Aït-Messaoud: «Nous nous mobilisons pour l’abrogation du Code de la famille algérien»

  • «Nous luttons pour supprimer toutes les formes de violences exercées à l’encontre du genre féminin», assure Ismahan Aït-Messaoud, de l’association féministe Tharwa N’Fadhma N’Soumer
  • Notre association travaille notamment sur le Code pénal, notamment sur la suppression de la clause du pardon, une disposition à notre sens génératrice de féminicides», poursuit-elle

PARIS : Arab News en français s’est entretenu avec Ismahan Aït-Messaoud, cheffe de projet du bureau collégial de l’association féministe Tharwa N’Fadhma N’Soumer (Algérie).
Quelles sont les actions menées par l’association Tharwa N’Fadhma N’Soumer (TNFS) pour lutter contre le Code de la famille algérien, les violences et les discriminations ?
Notre association féministe a été créée en 1997 pour demander l’abrogation du Code de la famille et lutte contre les discriminations institutionnelles que subissent les femmes algériennes. Nos actions sont principalement axées sur la sensibilisation des femmes aux violences institutionnelles exercées à l’encontre de leur genre biologique, parce que femmes.  
TNFS se mobilise pour l’abrogation du Code de la famille algérien car dans le volet droit juridique, ce Code constitue le socle pouvant générer et compléter toutes les formes de violences exercées à l’encontre du genre féminin. Et en Algérie, nous pouvons aisément énumérer cinq types de violences: physiques, sexuelles, psychologiques, économiques et institutionnelles.

L’association travaille également sur le Code pénal, notamment sur la suppression de la clause du pardon, une disposition problématique et génératrice à notre sens de féminicides. Elle agit également sur l’application de certains textes existants comme l’article de loi sur l’avortement thérapeutique dont l’application devient un véritable problème: la démarche est si lente que le bébé peut finalement arriver à terme et la femme perd donc son droit à l’avortement.
Plus concrètement, quelles sont les actions que vous menez?
Nous pouvons déjà citer la campagne «Code de la famille 20 ans Barakat», que nous avons lancée en mars 2003 et qui a duré jusqu’en juin 2004. Durant cette compagne, TNFS était entièrement impliquée avec d’autres associations partenaires partageant les mêmes revendications. Nous pouvons également citer la campagne intitulée «Kif Kif devant la loi», qui a duré de mars 2009 à 2010, à l’occasion du centenaire du 8 mars en présence de Loubna Ahmed Hocine sous le slogan: «On est toutes Soudanaises, mais en pantalon.»
Aujourd’hui, nous sommes en train de mettre sur pied la deuxième Assemblée des femmes algériennes pour l’abrogation du Code de la famille et son remplacement par des lois civiles égalitaires sur la base de la Convention d’Istanbul.
Quels sont les programmes mis en œuvre avec la coopération d’associations françaises ou maghrébines?
Nous travaillons en étroite collaboration avec différentes associations et organisations féministes dans le monde, car nous estimons que la lutte pour les droits des femmes se doit d’être ouverte et inclusive. Le combat féministe est universel et ne connaît aucune frontière.
Les programmes que nous mettons en place sont divers et variés, néanmoins ils restent axés sur l’égalité et les droits des femmes à l’échelle universelle. Nous restons alertes, solidaires les unes avec les autres et nous employons des méthodes d’actions parfois différentes, pour rester conformes aux réalités de chaque pays, afin de faire adopter des conventions ou parfois même de mener des actions pour la levée des réserves sur certains articles toujours sous scellés.
Que faire dans le cadre de coopération euro-méditerranéenne pour l’égalité et les droits des femmes?
Nous tentons de relever deux défis majeurs dans ce cadre. À la fois, comme je l’ai indiqué, l’abrogation du Code de la famille, mais aussi la lutte pour supprimer toutes les formes de violences exercées à l’encontre du genre féminin. Et ce défi concerne l’Algérie, mais aussi la Méditerranée et le monde dans son ensemble.


L'Arabie saoudite et la Syrie en pourparlers pour reprendre les services consulaires, selon Al-Ekhbariya TV

Le drapeau national saoudien. (SPA)
Le drapeau national saoudien. (SPA)
Short Url
  • L'Arabie saoudite et la Syrie sont en pourparlers pour reprendre les services consulaires
  • «Des entretiens sont en cours entre les responsables du Royaume et leurs homologues syriens pour la reprise des services consulaires»

RIYAD:  L'Arabie saoudite et la Syrie sont en pourparlers pour reprendre les services consulaires entre les deux pays, a annoncé jeudi Al-Ekhbariya TV.

«Des entretiens sont en cours entre les responsables du Royaume et leurs homologues syriens pour la reprise des services consulaires», a rapporté la chaîne de télévision, citant un responsable du ministère saoudien des Affaires étrangères.

 

À suivre…

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


La Jordanie appelle à prendre position contre les discours de haine qui alimentent la violence en Palestine occupée

Le vice-Premier ministre jordanien a appelé la communauté internationale à adopter une position claire contre les discours de haine qui alimentent la violence et le conflit en Palestine occupée. (Petra)
Le vice-Premier ministre jordanien a appelé la communauté internationale à adopter une position claire contre les discours de haine qui alimentent la violence et le conflit en Palestine occupée. (Petra)
Short Url
  • Le vice-Premier ministre jordanien évoque les commentaires «imprudents et dégoûtants» du ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich
  • L’envoyé de l’UE, Josep Borrell, dénonce les déclarations du ministre israélien, les qualifiant de «dangereuses et inacceptables»

AMMAN: Le vice-Premier ministre jordanien, Ayman Safadi, a appelé la communauté internationale à adopter une position claire contre les discours de haine qui alimentent la violence et le conflit en Palestine occupée.

M. Safadi, qui est également ministre jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés, a évoqué le danger de l’idéologie raciste extrémiste qui s’est manifestée d’une «manière imprudente et dégoûtante» dans la déclaration du ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich.

L’Agence de presse jordanienne a rapporté mercredi que le ministre israélien avait nié l’existence du peuple palestinien et ses droits historiques, et présenté une carte d’Israël qui incluait l’État occupé de Palestine et la Jordanie.

Lors d’un appel téléphonique avec le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, M. Safadi a souligné que le gouvernement israélien devait assumer la responsabilité des «discours de haine, de l’incitation au racisme et du comportement dégoûtant du ministre israélien».

Le gouvernement doit exprimer ouvertement et clairement son rejet, a-t-il ajouté.

«Rester silencieux face à de telles déclarations et positions racistes sous prétexte de protéger la coalition gouvernementale est inacceptable et dangereux, et ne fera qu’attiser les tensions et répandre davantage cette idéologie extrémiste.»

M. Borrell a par ailleurs dénoncé les déclarations du ministre israélien, les qualifiant de «dangereuses et inacceptables», et a exhorté le gouvernement israélien à prendre position.

L’UE rejette toutes les mesures unilatérales israéliennes, soulignant sa position ferme en faveur de la solution à deux États comme moyen de parvenir à la paix, a-t-il précisé.

Les deux parties ont discuté de la dangereuse détérioration de la situation dans les territoires palestiniens occupés, soulignant la nécessité de mettre fin à toutes les mesures qui alimentent la violence et compromettent les chances d’une paix globale fondée sur la solution à deux États.

Ayman Safadi et Josep Borrell ont ensuite fait le point sur les résultats des récentes réunions d’Aqaba et de Charm el-Cheikh sur le conflit israélo-palestinien, ainsi que sur les efforts de la Jordanie pour contribuer à relancer les négociations visant à mettre fin à la violence.

M. Safadi a salué le soutien de l’UE à la solution à deux États et sa condamnation des discours de haine racistes sous toutes leurs formes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Groupe de la Banque mondiale lance un nouveau cadre de partenariat avec l'Égypte

Des voitures sur une route à Nasr City, une banlieue du Caire, en Égypte. (Fichier/Reuters)
Des voitures sur une route à Nasr City, une banlieue du Caire, en Égypte. (Fichier/Reuters)
Short Url
  • Ce cadre vise à stimuler les emplois du secteur privé, à améliorer le capital humain et à renforcer la résistance aux secousses
  • le CPP cherche aussi à intégrer la gouvernance et l'engagement citoyen ainsi que l'autonomisation des femmes dans l'ensemble de ses programmes

LE CAIRE: Le conseil d'administration du Groupe de la Banque mondiale a approuvé mercredi un nouveau cadre de partenariat pays (CPP) avec l'Égypte, qui définit une stratégie dans le pays pour 2023-2027, a rapporté la Emirates News Agency.

Ce nouveau cadre de partenariat pays est conforme à la stratégie de développement durable de l'Égypte, à la Vision 2030 et à la stratégie nationale sur le changement climatique de 2050. Il vise à atteindre trois objectifs de haut niveau.

Premièrement, le cadre vise à stimuler les emplois du secteur privé en favorisant un environnement propice aux investissements du secteur privé ainsi qu’aux opportunités d'emploi, de même qu'en établissant une égalité des chances pour le secteur privé.

Deuxièmement, le cadre de partenariat pays œuvre à améliorer le bilan du capital humain en promouvant des services de santé et d'éducation intégratifs, équitables et plus élaborés, ainsi que des programmes de protection sociale efficaces.

Troisièmement, il vise à améliorer la résistance aux secousses grâce à une meilleure gestion macroéconomique et à des mesures d'adaptation et d'atténuation du changement climatique.

«Le cadre de partenariat pays 2023-2027 entre l'Égypte et le Groupe de la Banque mondiale inaugure une nouvelle phase de coopération au développement et d'action conjointe pour soutenir les efforts visant à atteindre une croissance intégrative et durable. Ceci est ancré dans les objectifs nationaux, la Vision 2030 du pays et les initiatives présidentielles», a déclaré le Dr Rania al-Mashat, ministre égyptienne de la Coopération internationale.

«Grâce à notre partenariat élargi avec le Groupe de la Banque mondiale, davantage de travail sera effectué au cours des cinq prochaines années pour stimuler l'engagement du secteur privé dans les projets de développement, augmenter les opportunités d'emploi, améliorer l'investissement dans le capital humain et promouvoir l'action climatique», a ajouté Al-Mashat.

Marina Wes, directrice régionale de la Banque mondiale pour l'Égypte, le Yémen et Djibouti, a affirmé: «Ce CPP soutient les efforts de l'Égypte pour une meilleure reconstruction en créant les conditions pour un développement vert, résistant et intégratif. Il place le peuple égyptien au centre de sa stratégie, en mettant fortement l'accent sur la création d'emplois, en améliorant l'environnement des affaires et en uniformisant les règles du jeu.»

Le CPP vise également à renforcer le rôle de l'Égypte dans l'intégration régionale en améliorant le commerce régional et en augmentant la connectivité dans les infrastructures, les transports, l'énergie et la main-d'œuvre.

En outre, le CPP cherche à intégrer la gouvernance et l'engagement citoyen ainsi que l'autonomisation des femmes dans l'ensemble de ses programmes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com