ONU: Les EAU appellent à confier aux femmes un rôle clé dans les efforts de redressement post-conflit

Les Émirats arabes unis assurent la présidence tournante du Conseil de sécurité en mars (Photo, ONU/Manuel Elías).
Les Émirats arabes unis assurent la présidence tournante du Conseil de sécurité en mars (Photo, ONU/Manuel Elías).
Short Url
Publié le Mercredi 09 mars 2022

ONU: Les EAU appellent à confier aux femmes un rôle clé dans les efforts de redressement post-conflit

  • Une meilleure inclusion des femmes pourrait augmenter le PIB mondial de 28 000 milliards de dollars selon la ministre émiratie Mariam Almheiri
  • Elle s'exprimait lors d'une réunion organisée par les Émirats arabes unis pour souligner les avantages économiques de l'inclusion des femmes

NEW YORK: Les Émirats arabes unis ont appelé mardi la communauté internationale à prendre des mesures pour garantir que les femmes jouent un rôle plus important dans les efforts de redressement post-conflit.
Ils ont également exhorté le secteur privé à faire sa part pour encourager et développer des sociétés pacifiques, un pilier essentiel de l'égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.
Cela fait 22 ans que l'ONU a adopté une résolution appelant à renforcer le rôle des femmes dans le secteur de la reconstruction post-conflit. Toutefois, les écarts et les inégalités persistants liés au genre continuent d'entraver la mise en œuvre de cette résolution et empêchent la participation «pleine, égale et significative» des femmes, a souligné Mariam Almheiri, ministre émiratie du Changement climatique et de l'Environnement.
Elles «jouent un rôle essentiel dans les efforts de redressement et de secours, mais leur inclusion reste sous-évaluée et leur accès aux opportunités, aux ressources et aux marchés reste limité», a-t-elle déclaré alors qu'elle présidait une réunion spéciale du Conseil de sécurité des Nations unies à New York intitulée «Faire progresser les femmes, la paix et la sécurité par le biais de partenariats: l'inclusion et la participation économiques des femmes comme élément clé de la consolidation de la paix».
Les Émirats arabes unis assurent la présidence tournante du Conseil de sécurité en mars et la réunion était l'un des événements phares du mois. Elle visait à souligner «l'importance de l'inclusion économique des femmes et des partenariats public-privé pour la prévention des conflits et le redressement post-conflit», selon Lana Nusseibeh, représentante permanente des Émirats auprès de l'ONU.
Avant la réunion, Nusseibeh a révélé qu'elle examinerait également la façon dont «les partenaires internationaux et les partenariats public-privé peuvent jouer un rôle positif dans les situations de conflit et créer les conditions d'une paix et d'une sécurité durables».
Le Mackenzie Global Institute estime que le produit intérieur brut mondial pourrait augmenter de 28 000 milliards de dollars (1 dollar américain = 0,92 euro) d'ici 2025 si les écarts entre les sexes au sein de la population active étaient réduits et si la présence des femmes aux postes de direction était accrue. Pourtant, malgré cet énorme potentiel de croissance économique, les femmes sont toujours exclues, a avisé Almheiri.
«Les femmes ne doivent pas seulement bénéficier d'un redressement post-conflit durable, elles doivent être aux commandes en tant que planificatrices, décideuses et celles qui assurent la mise en œuvre dans tous les secteurs de la société, afin de garantir une consolidation durable de la paix», a-t-elle ajouté.
Le rôle du secteur privé dans les efforts en faveur de l'égalité des sexes s'est considérablement accru depuis l'adoption de la résolution historique 1325 des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité en octobre 2000. Cette résolution qui a été la première à lier les femmes au programme de la paix et de la sécurité en tenant compte des effets des conflits sur les femmes et leur contribution potentielle à la résolution des conflits et à la paix durable.
Almheiri a décrit le secteur privé comme un partenaire essentiel des initiatives en faveur de l'égalité des sexes. Elle a signalé qu'il serait vain de négliger le rôle qu'il doit jouer dans la réalisation des objectifs de la résolution visant à donner aux femmes les moyens de jouer un rôle de premier plan dans toute une série de domaines, notamment la lutte contre le changement climatique, la réponse aux crises humanitaires et la lutte contre les pandémies.
«Les partenariats public-privé peuvent tirer parti de leur rôle unique et multidimensionnel au sein des communautés, non seulement pour améliorer les moyens de subsistance individuels, l'autonomie et l'autosuffisance des femmes dans des contextes fragiles, mais aussi pour renforcer les opportunités des femmes de s'engager pleinement, équitablement et de manière significative dans leurs communautés et de reconstruire leurs nations», a-t-elle indiqué.
Sima Bahous, sous-secrétaire générale et directrice exécutive d'ONU Femmes, a déploré le fait que, malgré l'appel du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres à un cessez-le-feu mondial au début de la pandémie de la Covid-19, le contraire se soit produit. Les dépenses militaires ont augmenté, les coups d'État se sont multipliés et le monde a vu le «système multilatéral à bout de souffle».
Elle a déclaré qu’en raison de la pandémie et des guerres continues, le monde a reculé de plusieurs décennies en matière d'égalité des sexes, tout en ajoutant qu'il était encore possible de changer de cap.
«Il est clair pour moi, plus que jamais, que nous avons besoin d'un autre modèle de gouvernance à ce sujet», a ajouté Bahous.
Les pays où les femmes sont marginalisées sont beaucoup plus susceptibles de s’enliser dans la guerre, a-t-elle souligné, alors que l’investissement dans l’autonomisation économique des femmes produit «d'énormes avantages pour la paix et la prospérité».
«Nous savons que les femmes sont plus susceptibles de dépenser leurs revenus pour les besoins familiaux et de contribuer davantage au redressement économique», a déclaré Bahous au conseil. «Et pourtant, la reconstruction et les investissements à grande échelle après un conflit sont dominés par les hommes et profitent massivement aux hommes, tandis que l'exclusion, la discrimination et les normes de genre archaïques tiennent les femmes à l’écart de l'emploi, de la terre, de la propriété, de l'héritage, du crédit et de la technologie.»
Elle a déclaré que cette vérité s'applique à toutes les zones de conflit inscrites à l'ordre du jour du Conseil de sécurité. En Afghanistan, par exemple, Bahous a révélé que les conséquences d'un «nouvel apartheid entre les sexes comprennent la chute brutale de l'emploi des femmes depuis la prise du pouvoir par les Talibans».
Au Yémen, la présence égale des femmes dans la population active augmenterait le PIB de 27% dans un pays qui connaît la pire crise humanitaire au monde, a-t-elle estimé.
«Plus de la moitié des pays fragiles et touchés par les conflits dans lesquels oeuvre la Banque mondiale se trouvent en Afrique subsaharienne, où les pertes économiques dues aux inégalités entre les sexes s'élèvent à 2,5 milliards de dollars», a soutenu Bahous.
S'agissant de l'Ukraine, elle a indiqué que sur près de 1,5 million de personnes qui ont fui le pays depuis l'invasion russe, la majorité sont des femmes et des enfants.
«Ici aussi, nous risquons un recul des droits des femmes et de leur accès à l'emploi et aux moyens de subsistance», a-t-elle ajouté.
Selon Bahous, la solution est évidente: «Nous avons besoin de plus d'engagement, d'une plus grande responsabilisation et d'un partage des responsabilités.»
Elle a affirmé aux membres du conseil qu'ils pouvaient faire beaucoup plus afin de promouvoir l'inclusion des femmes.
«Le Conseil de sécurité pourrait utiliser ses résolutions pour appeler à l’engagement et à l’inclusion significatifs des femmes non seulement dans la consolidation de la paix, la prévention des conflits et le redressement économique, mais aussi dans la prise de décision», a-t-elle estimé.
«De même, dans la priorité accordée aux entreprises dirigées par des femmes, aux femmes dans la prestation de services de première ligne et au soutien de l'économie des soins dans toutes les initiatives de reconstruction et de relance.»
Elle a également souligné les moyens par lesquels les institutions du secteur privé pourraient devenir des leaders du changement.
«Si les femmes sont engagées de manière significative, elles peuvent jouer un rôle positif dans l’instauration d'une paix durable en faveur du programme sur les femmes, la paix et la sécurité.
«Nous disposons du plan directeur et de l'analyse de rentabilité pour soutenir l'inclusion économique des femmes; ce dont nous avons besoin, c'est d'une volonté politique pour y parvenir.»


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Taïz : Le gouvernement yéménite critique la nouvelle proposition «unilatérale» de l’ONU

Un manifestant lève une pancarte indiquant «fin du siège de Taïz», demandant la levée du blocus de la région imposé par la milice houthie du Yémen (Photo, AFP).
Un manifestant lève une pancarte indiquant «fin du siège de Taïz», demandant la levée du blocus de la région imposé par la milice houthie du Yémen (Photo, AFP).
Short Url
  • Le gouvernement yéménite a déclaré ne pas avoir été consulté au préalable sur la proposition
  • Grundberg s’est engagé de manière intensive auprès des deux parties pour faire pression en faveur de la mise en œuvre complète des éléments de la trêve

AL-MUKALLA, Yémen: Hans Grundberg, l’envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, a présenté une nouvelle proposition sur l’ouverture des routes dans la ville assiégée de Taïz, afin de tenter de sortir de l’impasse après que les Houthis ont rejeté sa première proposition.

Le gouvernement du Yémen a déclaré qu’il n’avait pas été consulté au préalable sur cette proposition qu’il considère comme «biaisée» en faveur des Houthis.

Dans sa première proposition, Grundberg suggérait l’ouverture d’une route principale et de plusieurs routes secondaires menant à Taïz, afin de sortir de l’impasse lors des discussions entre le gouvernement yéménite et les Houthis dans la capitale jordanienne d’Amman.

Abdel Karim Chaiban, chef de la délégation gouvernementale aux pourparlers d’Amman, a déclaré que la nouvelle proposition de l’envoyé a pris en compte les exigences des Houthis en suggérant l’ouverture de petites routes seulement. Ces voies étroites ne pourront pas soulager les souffrances des dizaines de milliers de personnes assiégés par les Houthis dans la ville.

«Il aurait dû s’asseoir avec nous avant d’annoncer la proposition qui a supprimé la demande d’ouverture de la route principale qui relie Taïz à Sanaa», a-t-il indiqué à Arab News par téléphone. «Nous sommes revenus au point de départ.»

Chaiban a déclaré que la délégation gouvernementale n’a pas été invitée à Amman pour discuter de la nouvelle proposition, critiquant l’envoyé spécial des Nations unies pour avoir abandonné sa première position et approuvé les demandes des Houthis.

En réponse aux critiques du gouvernement, le bureau de l’envoyé de l’ONU pour le Yémen a expliqué à Arab News que Grundberg s’est engagé de manière intensive avec les deux parties pour faire pression en faveur de la mise en œuvre complète des éléments de la trêve, y compris l’ouverture des routes à Taïz, précisant que les nouvelles propositions ou idées sur les questions connexes sont discutées avec les deux parties.

«Des projets de propositions et d’options pour ouvrir les routes à Taïz et dans d’autres gouvernorats ont été présentés et discutés avec les deux parties. L’ONU souligne la nécessité de faire preuve de la volonté politique de parvenir à un accord le plus rapidement possible afin de réaliser des progrès tangibles», a déclaré le bureau.

Dans le cadre de l’accord conclu sous l’égide de l’ONU et entré en vigueur le 2 avril, le gouvernement yéménite a autorisé la reprise des vols commerciaux à partir de l’aéroport de Sanaa tenu par les Houthis, a facilité l’arrivée de navires de ravitaillement dans le port maritime de Hodeidah, a mis fin aux hostilités sur tous les fronts et a permis aux voyageurs munis de passeports délivrés par les Houthis de voyager à bord des avions de la compagnie aérienne Yemenia Airways.

Alors que les Houthis ont cessé les combats, principalement leur offensive meurtrière sur la ville centrale de Marib, ils ont refusé de lever leur siège sur Taïz, condition principale de la trêve.

Dans une lettre adressée mardi à l’envoyé des Nations unies pour le Yémen, Chaiban a suggéré l’ouverture de cinq routes qui relient la ville à d’autres provinces, y compris deux voies qui figuraient dans la première proposition de Grundberg.

«Nous assurons que ces routes sont sûres, qu’elles répondent à la demande humanitaire et qu’elles sont pratiques pour la population», a-t-il annoncé.

L’envoyé des Nations unies pour le Yémen a déclaré que les délégués militaires du gouvernement yéménite et des Houthis qui se sont rencontrés à Amman cette semaine se sont à nouveau engagés à respecter la trêve en cessant les hostilités et les activités militaires pendant les célébrations de l’Eid. Les deux parties sont également convenues de travailler conjointement au respect de la trêve, à l’instauration de la confiance et à l’allègement des souffrances du peuple yéménite.

«Les parties sont convenues de poursuivre les discussions axées sur la prévention ou la réduction, dans la mesure du possible, des mouvements de personnel et d’équipements militaires, ainsi que sur les moyens d’exercer un contrôle opérationnel efficace afin de garantir que toutes les forces comprennent et respectent leurs responsabilités dans le cadre de la trêve», a déclaré Grundberg dans un communiqué.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’engouement des Marocains face à la CAN féminine 2022

La sélection féminine marocaine de football est actuellement l’une des premières qualifiées aux phases finales avec les Lionnes de la Téranga du Sénégal.(Photo, Twitter/@CAFwomen)
La sélection féminine marocaine de football est actuellement l’une des premières qualifiées aux phases finales avec les Lionnes de la Téranga du Sénégal.(Photo, Twitter/@CAFwomen)
Short Url
  • La sélection féminine marocaine de football est actuellement l’une des premières qualifiées aux phases finales
  • Sur les réseaux sociaux, les Marocains semblent de plus en plus intéressés par cette édition de la CAN

CASABLANCA: La quatorzième édition de la CAN féminine de football, qui se déroule au Maroc a déjà toute sa place dans l’histoire du football marocain. Un niveau de jeu de qualité, une médiatisation sans précédent, un engouement manifeste chez les supporters contribuent à renforcer la visibilité du football féminin au sein du continent africain.

Au Maroc, la passion pour le football est notamment présente du côté des équipes masculines ; mais avec cette édition de la CAN et surtout les bons résultats décrochés par les Lionnes de l’Atlas, les Marocaines et surtout les Marocains découvrent le football sous un nouvel angle.

«Je n’ai presque jamais regardé un match de la sélection féminine de football» raconte à Arab news en français Yacine, un jeune Marocain qui ne rate plus aucune rencontre de la CAN féminine 2022. «Le hasard a voulu que je suive la cérémonie d’inauguration de cette édition ainsi que le premier match des Lionnes de l’Atlas face à la sélection du Burkina Faso», explique-t-il, avant d’avouer: «J'étais surpris de voir un tel niveau de jeu, j’ai éprouvé des émotions aussi intenses que celles je ressens que quand je regarde un match de la sélection masculine». Le jeune trentenaire raconte que, depuis ce premier match, il suit quand il le peut toutes les rencontres de la CAN féminine 2022. 

«Le football est le sport le plus populaire du monde, mais on ne s'intéresse presque jamais au football féminin. Cela s’explique par différentes raisons, entre autres la culture, le fait que l’on a toujours cru que le football était réservé aux hommes – le football masculin s’étant imposé depuis longtemps – et l’idée que les femmes ne manieront jamais le ballon mieux que les hommes», pense un autre néo-supporter des Lionnes de l’Atlas, Othmane.

«Si on prenait le temps de ne regarder qu’une dizaine de minutes d’un match des Lionnes de l’Atlas, beaucoup de certitudes tomberaient à l'eau et seul un sentiment prendrait le dessus: la fierté», poursuit Othmane.

La sélection féminine marocaine de football est actuellement l’une des premières qualifiées aux phases finales avec les Lionnes de la Téranga du Sénégal. Avec deux victoires au compteur, les deux sélections affichent un sans-faute.

Sur les réseaux sociaux, les Marocains semblent de plus en plus intéressés par cette édition de la CAN. À chaque nouveau but ou nouvelle victoire, des pages aux millions d'abonnés relayent l’information, avec un engagement comparable à celui réservé à la sélection masculine.

D’ailleurs, de plus en plus de femmes s'intéressent au football grâce à cette CAN féminine 2022. C’est le cas d’Abir, 25 ans, qui ne s’est jamais trop intéressée au football auparavant. Pourtant, elle fait aujourd’hui partie d’un groupe de femmes qui ont créé une page Instagram pour soutenir et encourager les Lionnes de l’Atlas.

«En tant que femme, je suis fière du niveau qu’a atteint la sélection féminine», dit-elle à Arab news en français. «Dans les pays arabes et africains, les femmes ont du mal à se faire entendre, surtout lorsqu’il s’agit de sport, et vu que cette CAN se déroule au Maroc, c’est justement l’occasion pour nous les femmes d’exprimer tout notre soutien envers les Lionnes de l’Atlas, l’objectif étant, entre autres, de faire avancer le football et le sport féminin en général».

Pour se faire entendre et exprimer leur soutien, Abir et une dizaine d’autres Marocaines se sont mobilisées afin de créer une page Instagram à travers laquelle elles présentent les différentes joueuses de la sélection et communiquent les résultats de la sélection féminine.

«Je n’ai jamais eu de passion particulière pour le football, mais avec cette CAN organisée au Maroc, je me sens de plus en plus impliquée, je comprends mieux le football et, plus précisément, le sacrifice que ces femmes ont dû faire pour se dévouer à leur passion», indique Abir. «Les femmes marocaines, africaines et arabes doivent déployer de multiples efforts pour pouvoir exceller et se faire connaître. Nous sommes là pour elles», conclut-elle, d’un ton enthousiaste.

La CAN féminine de football se déroule du 2 au 23 juillet 2022. La sélection marocaine a remporté hier deuxième match des phases de groupe face à l'Ouganda. Le prochain match l'opposera à la sélection sénégalaise, dans une rencontre dont le seul enjeu sera de savoir qui occupera la première place du groupe A


Le Conseil d'association Royaume-Uni-Égypte inauguré à Londres

Les deux parties ont publié une déclaration conjointe à la suite de son inauguration. (Shutterstock)
Les deux parties ont publié une déclaration conjointe à la suite de son inauguration. (Shutterstock)
Short Url
  • La nouvelle plate-forme vise à promouvoir les ambitions exprimées dans l'accord entre le Royaume-Uni et l'Égypte signé en décembre 2020
  • Les ministres des Affaires étrangères ont discuté de leurs domaines de coopération, notamment les investissements et la lutte contre le changement climatique

LE CAIRE: Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, et la ministre britannique des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement, Liz Truss, ont inauguré à Londres le Conseil d'association Royaume-Uni-Égypte.

Les deux parties ont publié une déclaration commune à la suite de l’inauguration, soulignant que l’association créait une nouvelle plate-forme pour promouvoir les ambitions exprimées dans l'accord entre le Royaume-Uni et l'Égypte, signé en décembre 2020.

La déclaration a indiqué que les deux ministres s’étaient entretenus sur le développement du partenariat stratégique entre leurs pays, et se sont félicités de plusieurs succès commerciaux, dont le projet de fabrication de trains linéaires de monorail dans la ville anglaise de Derby, avec le soutien de la British Export Finance Corp.

Ce partenariat vient s'ajouter à la vente à l'Égypte de deux unités de ravitaillement maritime ayant appartenu à la Royal Navy, ainsi que de contrats de renouvellement et de développement.

Le communiqué ajoute que la coopération comprend l'ouverture d'un nouveau champ d'énergie solaire d'une capacité de 66 mégawatts par Globeleq, avec un investissement de 80 millions de dollars (un dollar = 0,97 euros); le lancement des opérations commerciales par Lekela Wind Energy, avec un investissement de 325 millions de dollars et l'approbation d'un investissement de 100 millions de dollars par British International Investment pour acquérir Alpha Medical Group.

Les deux ministres ont également discuté des perspectives de renforcement de la coopération économique entre le Royaume-Uni et l'Égypte, et sont convenus de travailler activement au développement du commerce et des investissements bilatéraux, notamment en trouvant des solutions aux obstacles au niveau du commerce et en améliorant l'accès au marché dans les secteurs de l'agriculture, de la santé, de l'énergie et de la finance, via la création d'un sous-comité du commerce.

Les gouvernements égyptien et britannique ont également confirmé leur engagement à renforcer la coopération bilatérale et les investissements dans les soins de santé et l'éducation, et se sont félicités de l'approfondissement de leur coopération technique, qui soutiendra le travail conjoint pour surmonter les obstacles à l'accès au marché dans les secteurs prioritaires.

La coopération future comprend la signature d'une déclaration d'intention entre l’Agence égyptienne de réglementation des services publics d'électricité et de protection des consommateurs et l’Autorité britannique des marchés du gaz et de l'électricité, pour aider à la réforme de la législation égyptienne sur les énergies renouvelables.

Les deux ministres se sont réjouis du renforcement de la coopération en Afrique et de la découverte d'opportunités de coopération tripartite avec les pays africains dans divers domaines, notamment les infrastructures.

Le Royaume-Uni a salué les préparatifs de l'Égypte pour accueillir la COP27 à Charm el-Cheikh en novembre, soulignant sa volonté de s'appuyer sur la Charte climatique de Glasgow et les précédents objectifs de l'ONU en matière de changement climatique.

L'Égypte et le Royaume-Uni ont tous deux souligné l'importance d'aider les peuples en développement à parvenir à une transition équitable vers des modèles de développement durable respectueux de l'environnement et compatibles avec les efforts de lutte contre le changement climatique, notamment la transition vers l'énergie durable et l'hydrogène vert. Concernant l’adaptation aux effets du changement climatique, ils ont évoqué la gestion durable et intégrée des ressources naturelles, le renforcement de la résilience et l’établissement des capacités techniques et technologiques.

Les deux ministres ont également abordé un grand nombre de questions bilatérales, régionales et mondiales d'intérêt commun, dont les droits humains, évoquant leur volonté de tenir régulièrement des réunions du Conseil d'association pour continuer à renforcer la coopération entre Londres et Le Caire.

Le Royaume-Uni a congratulé l'Égypte pour son leadership et ses efforts dans le domaine de la production d'énergie renouvelable et pour avoir offert des opportunités aux investisseurs et entreprises britanniques dans le secteur de l'énergie.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com