Les avocates saoudiennes saluent les progrès de la profession juridique

Sara Abdelhameed Naji, conseillère juridique principale au cabinet d'avocats Naji Khairan, déclare à Arab News : «En ce jour, nous célébrons les femmes dans toutes les professions, en particulier les avocates, qui sont de grandes femmes courageuses.» (Twitter: @SABAssociation)
Sara Abdelhameed Naji, conseillère juridique principale au cabinet d'avocats Naji Khairan, déclare à Arab News : «En ce jour, nous célébrons les femmes dans toutes les professions, en particulier les avocates, qui sont de grandes femmes courageuses.» (Twitter: @SABAssociation)
Short Url
Publié le Jeudi 10 mars 2022

Les avocates saoudiennes saluent les progrès de la profession juridique

  • Les femmes occupent désormais des postes juridiques de haut niveau, un changement spectaculaire en cinq ans, selon un consultant
  • «Les femmes n’en seraient pas là sans la direction avisée du roi Salmane et du prince héritier, Mohammed ben Salmane»

RIYAD: Plusieurs avocates saoudiennes ont félicité le gouvernement à l'occasion de la Journée internationale de la femme cette semaine pour avoir contribué à faire progresser leur carrière dans le domaine juridique.
Les avocates sont membres d'un forum basé à Riyad, qui fait partie de l'académie de formation du barreau saoudien et qui a conclu un accord avec l'agence du ministère de l'Éducation supervisant l'octroi de bourses pour préparer les femmes au monde du travail. Le programme s'intitule «Votre travail et votre mission» et permet aux cabinets d'avocats d’élargir le recrutement de leurs collaborateurs.
Sara Abdelhameed Naji, consultante juridique senior au cabinet d'avocats Naji Khairan, déclare à Arab News : «En ce jour, nous célébrons les femmes dans toutes les professions, en particulier les avocates, qui sont de grandes femmes courageuses.»
Elle souligne que les femmes de la profession ont beaucoup à offrir à la société, en dehors de leur rôle à la maison. Les femmes occupent désormais des postes juridiques de haut niveau, ce qui n'était pas le cas il y a cinq ans.
«Je suis très heureuse parce que je suis avocate, sœur d'un avocat et fille d'un avocat... Je conclus en disant que les femmes n’en seraient pas là sans la direction avisée du roi Salmane et du prince héritier, Mohammed ben Salmane, et le soutien de leurs familles. Et je remercie les femmes de la profession pour tous leurs efforts.»
Le forum des femmes se consacre exclusivement à la promotion des femmes à tous les niveaux de la profession, dont les étudiantes des établissements d'enseignement supérieur de Riyad. Elles ont travaillé avec divers organismes depuis que le gouvernement saoudien a annoncé son intention de transformer le système judiciaire.
Parmi les initiatives prises figure le marathon des volontaires juridiques, au cours duquel des avocats et des conseillers juridiques offrent leur temps gratuitement, depuis la Journée internationale du droit, le 13 septembre, jusqu'à la Fête nationale du Royaume, le 23 septembre.
Les services fournis comprennent l'aide juridique aux personnes dans le besoin, les conseils aux entrepreneurs en herbe, l'organisation de programmes de sensibilisation de la communauté et la formation des nouveaux diplômés. Les avocats établis ont été invités à soutenir ces initiatives en s'inscrivant comme bénévoles sur le site Web du barreau saoudien.
Al-Jouhara Alonazi, qui travaille pour un cabinet d'avocats dans le domaine de la documentation et de l'arbitrage commercial à Riyad, et qui est membre de l'association nationale du barreau, déclare à Arab News que le forum des femmes avait été créé pour aider les jeunes avocates dans leurs études et leur carrière. Par ailleurs, son objectif est de trouver de nouveaux leaders pour la profession à l’échelle nationale qui peuvent travailler avec des organismes juridiques et de la société civile dans les régions pour défendre les questions relatives aux femmes en général.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie annonce la réouverture des sa frontière avec la Tunisie

Le président tunisien Kais Saied serre la main du président algérien Abdelmajid Tebboune à l'aéroport international de Tunis-Carthage (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied serre la main du président algérien Abdelmajid Tebboune à l'aéroport international de Tunis-Carthage (Photo, AFP).
Short Url
  • Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021
  • Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020

ALGER: L'Algérie, grande pourvoyeuse de touristes à la Tunisie, va rouvrir à la mi-juillet la frontière terrestre entre les deux pays, fermée depuis 2020 en raison de la Covid-19, a annoncé le président algérien Abdelmadjid Tebboune mardi.

"Nous avons pris une décision conjointe de rouvrir les frontières terrestres à compter du 15 juillet", a déclaré M. Tebboune à l'aéroport d'Alger aux côtés de son homologue tunisien Kais Saied qui s'apprêtait à quitter le pays après avoir assisté aux festivités marquant le 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.

Jusque-là, le trafic routier entre les deux pays se limitait au transport de marchandises.

Les deux pays avaient fermé leurs frontières terrestres en mars 2020 pour endiguer la propagation du coronavirus.

Le secteur du tourisme en Tunisie a sérieusement pâti de cette fermeture, l'Algérie étant une grande pourvoyeuse de touristes au pays voisin, particulièrement durant la saison estivale.

Avant la pandémie du coronavirus, plus de trois millions d'Algériens se rendaient chaque année en Tunisie, selon des médias locaux.

Les liaisons aériennes et maritimes entre les deux pays avaient repris en juin 2021.


Le Maroc redémarre des centrales à gaz grâce à l'Espagne

Gazoducs d’Enagas de Barcelone (Photo, AFP).
Gazoducs d’Enagas de Barcelone (Photo, AFP).
Short Url
  • Le GNL servira notamment au redémarrage des stations à gaz de Tahaddart et Aîn Béni Mathar
  • L'Algérie avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne

RABAT: Le Maroc a annoncé mardi la remise en service de deux grandes centrales électriques grâce à du gaz naturel liquéfié (GNL) acheminé depuis l'Espagne via le Gazoduc Maghreb Europe (GME), après la décision d'Alger de ne plus approvisionner le royaume en gaz.

"Le royaume du Maroc assure son approvisionnement en gaz naturel en concluant des contrats d’achat de GNL (gaz naturel liquéfié) sur le marché international et en utilisant les infrastructures gazières des opérateurs espagnols et le Gazoduc Maghreb-Europe", selon un communiqué de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) et de l’Office national des hydrocarbures et des Mines (ONHYM).

Ce GNL servira notamment au redémarrage des stations à gaz de Tahaddart et Aîn Béni Mathar, dans le nord du Maroc, autrefois alimentées par le gaz algérien.

Désormais l'approvisionnement des deux centrales -- qui fournissent entre 10% et 17% de la production nationale d'électricité, selon des médias locaux -- est "assuré par le GME via l’interconnexion gazière Maroc-Espagne fonctionnant en mode flux inverse", précise le communiqué.

L'acheminement du gaz vers le Maroc a commencé le 28 juin "sur la base des relations commerciales et du bon voisinage", avaient indiqué à l'AFP des sources du ministère espagnol de la Transition écologique, assurant qu'il ne s'agissait pas de gaz algérien.

L'Algérie avait menacé en avril de rompre son contrat de fourniture de gaz à l'Espagne si Madrid venait à acheminer du gaz algérien "vers une destination tierce", une référence implicite au Maroc.

Fin octobre, Alger avait décidé de ne pas renouveler le contrat du GME sur fond d'escalade de tensions entre les deux voisins du Maghreb autour de l'épineux dossier du Sahara occidental.

Depuis, Rabat cherche à diversifier les pistes pour couvrir ses besoins.

Fin novembre, une société britannique Sound Energy et l'ONEE ont signé un accord de fourniture de gaz naturel de la concession de Tendrara (est).

Sound Energy s'engage à produire et à livrer à pays jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par an, sur une durée de 10 ans.


Covid-19: Israël autorise la vaccination des tout-petits avec Pfizer et Moderna

Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs (Photo, AFP).
Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs (Photo, AFP).
Short Url
  • Israël devient ainsi le deuxième pays au monde après les États-Unis à autoriser les vaccins ARN
  • Plus de 6 millions d'Israéliens ont reçu au moins deux doses de vaccins contre la Covid-19

JÉRUSALEM: Le ministère israélien de la Santé a annoncé mardi avoir autorisé les bébés et enfants entre 6 mois et 4 ans à être vaccinés contre la Covid-19 avec les injections des laboratoires Pfizer et Moderna.

Israël devient ainsi le deuxième pays au monde après les États-Unis à autoriser les vaccins ARN messagers à l'ensemble de sa population, dont les tout-petits.

Les experts de deux comités consultatifs israéliens ont conclu que les effets secondaires étaient "bénins" et le taux d'efficacité de ces vaccins importants, selon une lettre du directeur de la Santé Nachman Ash adressée le 1er juillet au ministère et dont l'AFP a eu une copie mardi.

Tous les experts ont indiqué que les vaccins étaient sûrs et la plupart d'entre eux "ont recommandé de vacciner les bébés et les jeunes enfants à risque et de développer la vaccination de tous les enfants, même ceux qui ne sont pas à risque", selon la lettre.

L'accord des autorités israéliennes intervient après que l'agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé en juin l'injection du vaccin Moderna pour les enfants entre 6 mois et 5 ans et celui de Pfizer pour ceux entre 6 mois et 4 ans.

Plus de 6 millions d'Israéliens ont reçu au moins deux doses de vaccins contre la Covid-19, dont 17% des enfants dans la tranche d'âge de 5 à 11 ans.

Quelques pays dont l'Argentine, le Bahreïn, le Chili, la Chine, Cuba, le territoire d'Hong Kong et le Venezuela, proposaient auparavant des injections contre la Covid pour les tout-petits, mais pas des vaccins à ARNm (Pfizer, Moderna), considérés comme la technologie de pointe en la matière.