La guerre en Ukraine révèle la dépendance alimentaire du Moyen-Orient

Les perturbations dans la distribution des céréales affectent considérablement le prix des produits de base, comme le pain (Photo, AFP).
Les perturbations dans la distribution des céréales affectent considérablement le prix des produits de base, comme le pain (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 12 avril 2022

La guerre en Ukraine révèle la dépendance alimentaire du Moyen-Orient

  • Des populations entières subissent les conséquences d'une guerre qui se déroule à des milliers de kilomètres de la région
  • Le Yémen, l'Égypte et le Liban sont particulièrement touchés par les retombées économiques de la guerre en Ukraine

DUBAÏ: Alors que l'invasion de l'Ukraine se poursuit depuis deux mois et qu'elle a déclenché la plus forte hausse des prix des denrées alimentaires depuis la récession de 2008, le Programme alimentaire mondial (PAM) a averti que les personnes qui souffrent de la faim dans le monde «sont incapables de survivre à un autre conflit». Effectivement, il n'y avait pas d'exagération dans ces propos.
La flambée des prix des denrées alimentaires, des engrais et des carburants constitue une menace évidente et imminente pour les communautés vulnérables et les «foyers de famine» au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Des populations entières subissent les conséquences d'une guerre qui se déroule à des milliers de kilomètres de la région.
«Les répercussions du conflit en Ukraine se sont répandues à l'extérieur et ont ainsi déclenché une vague de famine collatérale à travers le monde entier», a indiqué Reem Nada, porte-parole du PAM pour la région MENA, à Arab News.
Étant donné que la Russie est le premier exportateur mondial de blé et que l'Ukraine est le cinquième, les perturbations dans la distribution des céréales affectent considérablement le prix des produits de base, comme le pain, à l'échelle mondiale.
La Russie et l'Ukraine assurent, ensemble, plus de la moitié des exportations mondiales d'huile de tournesol, ainsi que 19% de l'offre mondiale d'orge, 14% du blé et 4% du maïs, soit près d'un tiers des exportations mondiales de céréales.
D'après Nada, le Yémen, l'Égypte et le Liban – trois pays qui souffraient déjà des effets déstabilisants de la pandémie de COVID-19, des conflits et des déséquilibres structurels – sont particulièrement touchés par les retombées économiques de la guerre en Ukraine.
Dans la zone même de conflit, l'effondrement des chaînes d'approvisionnement alimentaire de l'Ukraine a entraîné des pénuries dans les grandes villes, dont la capitale Kiev. Longtemps qualifié de «grenier à blé de l'Europe», le pays risque de rater les saisons cruciales de plantation et de récolte cette année, ce qui ne fera qu'aggraver la crise.

La flambée des prix des denrées alimentaires constitue une menace évidente et imminente pour les communautés vulnérables au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Photo, AFP).


Parallèlement, les sanctions occidentales imposées à la Russie – l’un des principaux exportateurs d'engrais, notamment de potasse, d'ammoniac, d'urée et d'autres nutriments du sol – amènent les agriculteurs à réduire leur production ou à anticiper une baisse de rendement.
Par conséquent, le prix du blé a augmenté de 21%, celui de l'orge de 33% et celui de certains engrais de 40% au cours du mois dernier seulement.
«La Russie et l'Ukraine sont les plus grands fournisseurs de blé au Moyen-Orient», a dit à Arab News Kerry Anderson, consultante en risques politiques et d’affaires.
«L'Égypte dépend particulièrement des importations provenant de ces deux pays, et la flambée des prix du pain est survenue alors que le gouvernement prévoyait de réduire les subventions au pain.»

 

En bref

* Pourcentage des importations de blé en provenance d'Ukraine :
- Liban: 50%
- Tunisie: 42%
- Yémen: 22%
(Source: WFP)

 

Selon le PAM, plus de 70 millions d'Égyptiens dépendent du pain subventionné. En 2021, environ 80 % des importations de blé du pays provenaient de la Russie et de l'Ukraine.
«La Tunisie, la Libye, le Liban, la Turquie et le Yémen sont exposés aux perturbations de l'approvisionnement provenant de la Russie et de l'Ukraine ainsi qu'à la hausse des prix», a souligné Anderson.
Le Yémen dépend presque entièrement des importations de denrées alimentaires, et l'Ukraine a assuré 31% de son approvisionnement en blé au cours des trois derniers mois.
Actuellement, 31 000 personnes au Yémen sont au bord de la famine. Selon les dernières données de l'échelle intégrée de classification des phases alimentaires, ce chiffre devrait grimper à 161 000 d'ici juin. 7,3 millions de personnes pourraient se trouver à des «niveaux d'urgence de la faim» dans ce pays ravagé par la guerre, d'ici la fin de l'année.

«Les répercussions du conflit en Ukraine se sont répandues à l'extérieur et ont ainsi déclenché une vague de famine collatérale à travers le monde entier», selon Reem Nada, porte-parole du PAM pour la région MENA (Photo, AFP).


«La crise économique au Yémen – conséquence du conflit – et la dépréciation de la monnaie ont déjà porté les prix des denrées alimentaires en 2021 à leur niveau le plus élevé depuis 2015», a expliqué Nada. «La crise ukrainienne constitue un autre coup dur pour le Yémen et entraîne une nouvelle hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants.»
Ainsi, le nombre de personnes ayant besoin d'un soutien alimentaire est passé de 16,2 à 17,4 millions. D'après les agences humanitaires, ce nombre risque d'augmenter encore si les déficits de financement ne sont pas comblés, puisque le coût d'octroi de l'aide augmente également.
En ce moment, le PAM ne dispose que de 31% des fonds dont il a besoin pour poursuivre ses opérations au Yémen durant les six prochains mois. «La crise ukrainienne ne fait que compliquer la mauvaise situation financière», a précisé Nada.
Il en est de même pour le Liban qui importe environ 80% de son blé de l'Ukraine. Avant même que la guerre n'éclate, les prix des denrées alimentaires au Liban avaient augmenté de près de 1 000% depuis octobre 2019 – résultat des crises économique et financière du pays, auxquelles se sont ajoutées l'explosion du port de Beyrouth en août 2020 et la pandémie de Covid-19.
«La guerre en Ukraine accentue davantage les souffrances de millions de personnes en raison de la crise économique qui perdure et qui a plongé 80% de la population dans la pauvreté. Les gens se retrouvent ainsi au cœur d'une catastrophe humanitaire engendrée par un effondrement financier», a expliqué Nada à Arab News.

Étant donné que la Russie est le premier exportateur mondial de blé et que l'Ukraine est le cinquième, les perturbations dans la distribution des céréales affectent considérablement le prix des produits de base (Photo, AFP).


Alors que les pays arabes sont de plus en plus nombreux à avoir besoin de soutien alimentaire, les experts dans le domaine de la durabilité recherchent des solutions innovantes pour aider la région à produire et à gérer ses propres cultures en utilisant moins de ressources.
Interrogé par Arab News, Chandra Dake, PDG de la société agro technique Dake Rechsand, basée aux EAU, a déclaré: «La sécurité alimentaire ne se résume pas uniquement à la culture de quelques légumes. Elle consiste à cultiver une série de cultures commerciales aptes à se développer et à être maintenues dans la région, ce qui pourrait réduire le recours aux importations.»
Pour réduire la forte dépendance de la région aux importations, Dake pense que sa technologie de «sable magique» pourrait aider les agriculteurs à transformer le désert en terres cultivables capables de produire une variété de fruits, de légumes et même de cultures qui nécessitent beaucoup d'eau, comme le riz.
«Nous avons à présent 28 types d'arbres fruitiers cultivés dans le pays, qui n'avaient jamais été cultivés à l'échelle industrielle», a affirmé Dake, en évoquant les récents développements de son entreprise aux EAU. «Cela peut contribuer à garantir la sécurité alimentaire.»
Dans la région aride du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, la sécurité alimentaire est étroitement liée à la sécurité de l'eau. La mauvaise conservation de l'eau et les pratiques agricoles non durables, auxquelles s'ajoutent les effets néfastes du changement climatique, ont épuisé les nappes phréatiques naturelles de la région et dégradé la qualité des sols.
«La guerre en Ukraine est survenue au moment où l'Afrique du Nord souffrait déjà d'une sécheresse qui compromettait la production de blé dans la région», a rappelé Anderson.
Abordant une question tout aussi grave, Omar Saif, consultant en développement durable chez WSP Middle East, a déclaré que la sécurité alimentaire dans la région arabe serait davantage compromise par la diminution des ressources en eau. «Le dénominateur commun de tout cela est l'eau, et plus précisément la disponibilité de sources d'eau douce fiables et durables», a-t-il dit à Arab News.
Toutefois, il existe des moyens permettant de rationaliser la gestion de l'eau – grâce à une distribution ciblée et à une réforme des tarifs, par exemple – que les gouvernements régionaux pourraient mettre en œuvre afin de renforcer la sécurité alimentaire, a-t-il ajouté.

 

En chiffres

* 8% – Augmentation des prix des denrées alimentaires enregistrée en Irak au cours des deux [premières] semaines qui ont suivi l'invasion de l'Ukraine.
* 2/3 – Proportion de personnes au Yémen ayant besoin d'un soutien alimentaire uniquement pour survivre.
* 12.4m – Nombre de personnes en Syrie considérées en situation d'insécurité alimentaire.
(Source: WFP)

 

«Les politiques agricoles et l'appui financier aux agriculteurs pourraient contribuer à atténuer les tensions qui pèsent sur les systèmes alimentaires, grâce à la sensibilisation à la sélection optimale des cultures ainsi qu'à l'interdiction de la production de cultures à forte consommation d'eau, à faible rendement et à faible rentabilité», a expliqué Saif à Arab News.
«Il ne s'agit pas de maximiser le profit par kilogramme de production, mais plutôt de garantir un certain niveau de production alimentaire localisée qui réponde aux besoins locaux dans un environnement extrêmement pauvre en eau, qui manque de terres cultivables et qui connaît de vastes variations saisonnières de températures extrêmes.»
Les pays du CCG auront pour défi de «maximiser la nutrition par kilogramme de production, en utilisant le moins d'eau possible.»
Cependant, la situation alimentaire restera sans doute très fragile ailleurs au Moyen-Orient. «Les faibles ressources dont dispose le PAM pour mener ses opérations, notamment au Yémen et en Syrie, seront soumises à une pression encore plus forte qu'auparavant», a confié Nada à Arab News.
«Nous faisons tout le nécessaire pour mobiliser l'attention et le soutien du monde entier – à travers les gouvernements, le secteur privé et les individus – pour éviter de devoir prendre plus tard des mesures radicales.»


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un membre du Conseil présidentiel yéménite et l’ambassadeur américain discutent de la menace houthie

Durant leur rencontre, Abdallah al-Alimi et Stephen Fagin ont abordé des questions d’intérêt commun, notamment la sécurité régionale et les dernières méthodes de lutte contre le terrorisme. (Saba)
Durant leur rencontre, Abdallah al-Alimi et Stephen Fagin ont abordé des questions d’intérêt commun, notamment la sécurité régionale et les dernières méthodes de lutte contre le terrorisme. (Saba)
Short Url
  • M. Al-Alimi a salué les efforts déployés par les États-Unis pour soutenir la trêve au Yémen, ainsi que leur approche constructive face à la crise humanitaire dans le pays
  • Il a également déclaré que la milice houthie devait honorer son engagement en levant le siège de Taïz, en ouvrant les routes à l’intérieur et à l’extérieur de la ville

DUBAÏ: Abdallah al-Alimi, membre du Conseil présidentiel du Yémen, a averti que la mobilisation, le regroupement et les violations constantes de la trêve de l’ONU par la milice houthie continuaient de menacer le processus de paix.

Il a tenu ces propos lors de sa rencontre avec Stephen Fagin, ambassadeur des États-Unis au Yémen, a rapporté jeudi l’Agence de presse nationale Saba.

M. Al-Alimi a déclaré que la milice houthie devait honorer son engagement en levant le siège de Taïz, en ouvrant les routes à l’intérieur et à l’extérieur de la ville et en permettant aux Yéménites de se déplacer librement et en toute sécurité dans le pays. M. Fagin a reconnu que l’engagement des Houthis était crucial pour le respect de la trêve de l’ONU et il a confirmé le soutien continu des États-Unis au gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale.

Par ailleurs, M. Al-Alimi a affirmé que le Conseil de direction présidentiel avait établi un plan de travail clair pour relever les défis dans les domaines de l’économie, des services, de la sécurité et de l’armée, et pour lutter contre le terrorisme dans le pays.

Durant leur rencontre, les deux responsables ont évoqué les moyens de promouvoir les relations mutuelles entre les deux pays et ont abordé des questions d’intérêt commun, notamment la sécurité régionale et les dernières méthodes de lutte contre le terrorisme.

M. Al-Alimi a salué les efforts américains pour soutenir la trêve au Yémen, ainsi que leur approche constructive face à la crise humanitaire dans le pays.

Pour sa part, M. Fagin a félicité le Conseil de direction présidentiel et le gouvernement pour leur position positive dans le renforcement de la trêve humanitaire et leur soutien à tous les efforts visant à instaurer la paix au Yémen.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


Le prince Faisal ben al-Hussain de Jordanie prête serment pour devenir l’adjoint du roi

Le prince Faisal ben al-Hussain de Jordanie. (Photo fournie)
Le prince Faisal ben al-Hussain de Jordanie. (Photo fournie)
Short Url
  • Frère cadet du roi Abdallah II, le prince Faisal assure régulièrement la régence quand son frère se trouve à l’étranger
  • Le prince Faisal occupe également le poste de président du Comité olympique jordanien depuis 2003

AMMAN : Le prince Faisal ben al-Hussain de Jordanie a prêté serment pour devenir l’adjoint de son frère, le roi Abdallah II de Jordanie, a rapporté vendredi l’agence de presse Petra.

Né en 1963, le prince Faisal est le fils du roi Hussein et de la princesse Muna. Il est le frère cadet du roi Abdallah II, et assure régulièrement la régence quand son frère se trouve à l’étranger.

Il est titulaire d’une licence de pilote privé et a reçu une formation en pilotage d’hélicoptères lorsqu’il servait dans la Force aérienne royale jordanienne.

Il occupe également le poste de président du Comité olympique jordanien depuis 2003.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


Déclaration commune égypto-bahreïnienne sur la qualité de la relation et le besoin de coordination

Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, reçoit le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, à son arrivée à la base aérienne de Sakhir, Bahreïn, le 28 juin 2022. (Reuters)
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, reçoit le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, à son arrivée à la base aérienne de Sakhir, Bahreïn, le 28 juin 2022. (Reuters)
Short Url
  • Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, concluent leurs entretiens à Manama
  • Les deux pays ont affirmé «leur position unifiée à l'égard de toutes les questions et de tous les développements régionaux et internationaux d'intérêt commun»

LE CAIRE: Dans une déclaration commune à l'issue des entretiens entre le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, l'Égypte et Bahreïn ont mis en avant les relations profondes entre les deux pays, ainsi que la nécessité d'une coordination et d'une coopération pour faire face aux défis de la région, maintenir sa sécurité et atteindre la stabilité.
La déclaration commune a été publiée à l'issue d'entretiens bilatéraux au palais de Sakhir à Manama.
Les deux pays ont affirmé «leur position unifiée à l'égard de toutes les questions et évolutions régionales et internationales d'intérêt commun», ainsi qu'une «augmentation du rythme de la coopération économique pour des horizons plus larges qui soutiendraient les intérêts communs des deux pays frères».
Les deux parties sont convenues de «coordonner leurs efforts pour lutter contre le terrorisme et ses organisations, empêcher son financement, et pour épargner à la région les dangers des activités déstabilisatrices».
Elles ont également souligné «le soutien aux efforts arabes visant à exhorter l'Iran à respecter les principes internationaux de non-ingérence dans les affaires des pays arabes, à préserver les principes de bon voisinage et à épargner à la région toutes les activités de déstabilisation, notamment le soutien aux milices armées et la menace de la navigation maritime et des lignes commerciales internationales».
Les deux pays ont rappelé «le soutien aux efforts internationaux visant à empêcher l'Iran d'acquérir une arme nucléaire, la garantie du caractère pacifique du programme nucléaire iranien, le renforcement du rôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le maintien du régime de non-prolifération, et l'importance de soutenir les efforts visant à établir une zone exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive au Moyen-Orient».
En ce qui concerne la crise du Grand barrage de la Renaissance, le souverain de Bahreïn a exprimé «le soutien total du royaume de Bahreïn à la sécurité en approvisionnement d’eau de l’Égypte en tant que partie intégrante de la sécurité en approvisionnement de l'eau arabe» et il a exhorté l'Éthiopie à abandonner sa politique unilatérale en ce qui concerne les fleuves internationaux et à respecter les lois internationales relatives au remplissage et à l'exploitation du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne.
Il a également souligné «la nécessité de négocier de bonne foi avec l'Égypte et le Soudan pour parvenir à un accord juridique contraignant à cet égard, en application de la déclaration présidentielle publiée par le Conseil de sécurité en septembre 2021, de manière à éviter les dommages causés par ce projet aux pays en aval et à renforcer la coopération entre les peuples égyptien, soudanais et éthiopien».
La partie bahreïnie a exprimé sa solidarité absolue avec la République arabe d'Égypte dans toutes les mesures qu'elle prend pour protéger sa sécurité nationale.
Sur la question yéménite, les deux parties ont affirmé leur soutien aux efforts internationaux visant à trouver une solution politique globale à la crise, conformément aux critères internationaux approuvés, et à l'initiative saoudienne visant à y mettre fin. Elles ont également exprimé leur soutien total au Conseil présidentiel yéménite pour qu'il s'acquitte de ses responsabilités constitutionnelles «afin de parvenir à la sécurité, à la stabilité et au développement du Yémen.»
Elles ont également affirmé leur soutien à l'accord d'armistice des Nations unies au Yémen et elles ont salué sa prolongation. Bahreïn a apprécié la réponse de l'Égypte à la demande du gouvernement légitime yéménite et des Nations unies d'assurer des vols directs entre Le Caire et Sanaa pour soutenir cet armistice et soulager les souffrances humanitaires du peuple yéménite.
Les deux parties ont favorablement accueilli la tenue du prochain sommet en Arabie saoudite entre les dirigeants des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), de la Jordanie et de l'Égypte, et la rencontre entre le Premier ministre irakien et le président américain, Joe Biden.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com