Psychologie du vote libanais: 2022, encore une revanche de la classe politique ?

Des jeunes libanais se rassemblent autour du Poing de la Révolution, symbole du soulèvement libanais d'octobre 2019. (AFP)
Des jeunes libanais se rassemblent autour du Poing de la Révolution, symbole du soulèvement libanais d'octobre 2019. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

Psychologie du vote libanais: 2022, encore une revanche de la classe politique ?

  • Le problème principal est une question d’identité, estime le psychanalyste Chawki Azouri
  • Une partie des Libanais se trouvent en situation de soumission aveugle devant leur leader

BEYROUTH: À la veille des législatives libanaises du dimanche 15 mai, la campagne électorale semble bien loin de l’esprit révolutionnaire qui a balayé le pays en octobre 2019, puis en août 2020 après l’explosion au port de Beyrouth. Les partis et les chefs traditionnels ont repris le dessus. Les dirigeants issus de la société civile sont divisés et la population semble être revenue à son apathie antérieure et à son suivisme coutumier.

Les Libanais, toutes confessions confondues, étaient descendus en masse dans la rue pour manifester contre la classe politique, constituée dans sa majorité d’anciens chefs de guerre ou de leaders féodaux qui dirigent le pays depuis près d’un demi-siècle. Tous ont été accusés de corruption, de népotisme, de clientélisme, de mauvaise gouvernance…

Deux ans après le soulèvement du 17 octobre 2019, la situation continue de se dégrader rapidement. La livre libanaise a fortement chuté. Plus de la moitié de la population du Liban est «prise au piège de la pauvreté», selon un rapport publié en août 2021 par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Cesao, ou «Escwa» en anglais).

Un problème d’identité

«Il y a aujourd’hui une déception, une désillusion de la part d’un grand nombre de Libanais», explique le psychanalyste Chawki Azouri à Arab News en français. Ce retour en arrière vient du fait qu’il n’y a pas une alternative crédible. «Le mouvement révolutionnaire reste fragile. Il n’y a pas eu un projet politique qui a pu unir les Libanais et remplacer les projets des leaders communautaires», ajoute-t-il. Ces derniers combattent tout discours qui propose une identité nationale commune, puisqu’ils tirent leur légitimité et leur pouvoir du contexte confessionnel dans lequel ils règnent sans partage sur leur groupe depuis des décennies. «Ils savent toucher la fibre confessionnelle et jouer sur le sentiment religieux. Et c’est typique du leader populiste, partout dans le monde», précise le psychanalyste libanais.

Les raisons de cette déconfiture retentissante au niveau national sont multiples. Le système confessionnel, consacrant le partage du pouvoir entre les différentes communautés religieuses, a exacerbé la rivalité entre elles pour le partage du gâteau, entraînant une pratique politique minée par le clientélisme et la corruption.

«Le problème principal est une question d’identité. Le repli identitaire est lié au difficile établissement d’une identité libanaise qui précèderait l’appartenance aux communautés religieuses. Il y a un réel problème chez les Libanais concernant leur identité nationale qui n’arrive pas à s’affirmer face aux identités confessionnelles. Ils sont d’abord sunnites, chiites, druzes, maronite… Et c’est là où le bât blesse», explique Chawki Azouri.

De son côté, le sociologue Melhem Chaoul précise: «Le problème, c’est que la société libanaise n’a pas créé un État de droit, mais une sorte de confédération tribalo-confessionnelle. On n’a pas déstructuré les liens traditionnels pour que les gens se regroupent en fonction de nouvelles bases de solidarité.»

Généralement, en période de paix et de prospérité, les appartenances deviennent plus souples, plus ouvertes. En revanche, en période de crise, qu’il s’agisse de la guerre ou, comme aujourd’hui, d’une crise financière et économique foudroyante pour les Libanais, le repli identitaire s’accentue et les positions se polarisent. Pour Melhem Chaoul: «Il faut que la société accepte de nouvelles formes de protection. Il faut en finir avec l’identitaire et les menaces identitaires.»

Servitude face au leader

Deux ans après, et contrairement aux espérances, le soulèvement populaire de 2019 au Liban ne semble pas avoir brisé les liens fondamentaux entre les Libanais et leurs chefs traditionnels. Bien au contraire, le contexte électoral de 2022 au Liban sonne comme une revanche de la classe de leaders politique sur toute possibilité de changement structurel. Le leader politique traditionnel réussit à se repositionner de nouveau comme défenseur ultime de sa communauté et de son identité en danger.

Les intérêts et la dignité du zaïm redeviennent une ligne rouge pour ses partisans, et l’on se retrouve ainsi, de nouveau, dans une situation de soumission aveugle devant le leader. «Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, explique la servitude face au leader, quand les individus projettent sur leur chef leur figure idéale. Le leader devient un ramassis de figures idéales individuelles, d’où la force phénoménale du dirigeant tel qu’on le voit actuellement au Liban, aux dépens de l’individu qui s’efface complétement. C’est ainsi que la foule s’appauvrit et que le chef se renforce», explique Chawki Azouri.

«En psychanalyse, dès qu’on est en groupe (plus de trois personnes), il y a un phénomène qui rabaisse le quotient intellectuel des individus. Ce qui peut expliquer partiellement pourquoi, durant la campagne électorale, beaucoup de gens sont entraînés par les sentiments (la peur et la colère) au détriment d’une analyse rationnelle et logique», ajoute-t-il. Ce phénomène augmente aussi quand une personne est assujettie au discours collectif depuis son enfance, de père en fils, sans qu’il puisse remettre en cause le discours des parents.

La classe politique libanaise est enracinée dans le système institutionnel étatique qu’elle a complètement gangrené. Elle a réussi l’établissement d’un système de clientélisme bien rodé en s’accaparant les ressources du pays qu’elle se partage, et en se posant souvent comme un passage obligé pour l’obtention d’un travail, d’un contrat, d’un service…

Les gens qui suivent le zaïm le font de manière instinctive et pas du tout rationnelle, explique Chawki Azouri en concluant qu’«il faudrait parvenir à un niveau social et à une maturité nationale qui place le projet politique, l’espoir d’un changement avant le suivisme instinctif des gens, afin d’estimer les leaders politiques à leur juste valeur».


Syrie: une frappe israélienne fait deux blessés

La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
Short Url
  • Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais
  • Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne

DAMAS : Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie blessant deux civils, rapporte le ministère syrien de la Défense.

«Vers 6H30 ce matin, l'armée ennemie israélienne a mené une frappe» contre des exploitations de volailles près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense sans fournir d'indications supplémentaires.

Le raid de l'aviation a été mené depuis la mer Méditerranée à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) «et deux civils ont été blessés, dont une femme», précise le ministère, citant une source militaire.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés du régime syrien.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne laissera pas l'Iran étendre son influence aux frontières d'Israël.

Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d'atterrissage hors service.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l'aéroport en plus de la seule piste encore en service de l'aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Cinq morts dans un séisme de magnitude 6 en Iran

Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6
  • La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas

TEHERAN: Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 qui a secoué tôt samedi le sud de l'Iran, selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique IRNA.

En outre, 19 personnes ont été blessées suite à ce séisme qui a secoué la province d'Hormozgan, notamment le village de Sayeh Khosh, le plus touché.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province d'Hormozgan, frappée par des séismes jumeaux de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

Le tremblement de terre le plus meurtrier d'Iran a été un séisme de magnitude 7,4 survenu en 1990, tuant 40.000 personnes dans le nord du pays.


Stimuler l’innovation hôtelière: nouvelle mission académique et universitaire saoudienne

Un nouveau partenariat en plein essor entre l’Université Effat et Kerten Hospitality vise à aider la jeunesse saoudienne à dynamiser l’industrie touristique du Royaume et à atteindre les objectifs de son plan Vision 2030 (Photo fournie).
Un nouveau partenariat en plein essor entre l’Université Effat et Kerten Hospitality vise à aider la jeunesse saoudienne à dynamiser l’industrie touristique du Royaume et à atteindre les objectifs de son plan Vision 2030 (Photo fournie).
Short Url
  • L’Université Effat a conclu un partenariat avec Kerten Hospitality afin d’organiser des évènements et soutenir les entreprises touristiques locales
  • Les jeunes saoudiens sont encouragés à suivre des apprentissages et des stages dans l’industrie hospitalière en plein essor

DUBAÏ: Dans le cadre de leur mission de diversification de l’économie nationale loin de la dépendance au pétrole, les autorités saoudiennes encouragent désormais activement l’esprit de l’entrepreneuriat chez les jeunes, notamment chez ceux qui souhaitent travailler dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie.

Afin de faire avancer ce programme, les établissements universitaires s’associent au secteur privé pour organiser des évènements et des activités qui aideront à incuber une culture de start-up et à développer des industries locales.

Un exemple est en effet la nouvelle collaboration entre l’Université Effat d’Arabie Saoudite et Kerten Hospitality. Ce partenariat vise à offrir aux jeunes la possibilité de participer à des sessions d’encadrement et des hackathons, des évènements de codage social rassemblant les programmeurs informatiques et d’autres développeurs pour améliorer ou construire de nouveaux systèmes logiciels, tout en offrant un soutien aux étudiants qui souhaitent créer leur propre entreprise.

« En tant qu’opérateur ESG mixte, nous allons nous concentrer sur nos axes clés – l’accompagnement de la communauté locale et de la jeune génération d’acteurs de l’hôtellerie. De plus, nous allons miser sur le local dans toutes les sphères, comme l’embauche et la formation de talents locaux pour stimuler l’innovation», a déclaré Marloes Knippenberg, PDG de Kerten Hospitality, à Arab News. L’ESG fait référence aux facteurs et objectifs non financiers environnementaux, sociaux et de gouvernance qui influencent les décisions de l’entreprise.

Le but est de « stimuler les initiatives qui renforceront l’esprit d’entrepreneuriat grâce au lancement et à l'introduction de nouvelles opportunités commerciales qui permettant aux étudiants de lancer, gérer et développer leur entreprise. »

L’industrie hospitalière est l’avant-garde de cette charge, mais d’autres secteurs, comme la technologie et les arts, en bénéficieront également (Photo fournie)

« L’innovation joue un rôle très important dans cette dynamique puisqu’elle contribue à atteindre les aspirations touristiques du pays. »

Le plan Vision 2030 de l’Arabe Saoudite pour la réforme sociale et la diversification économique vise à accroitre les investissements dans les secteurs de loisirs, de l’hôtellerie et de tourisme. Son but est d’attirer au moins 100 millions de visiteurs dans le Royaume chaque année, d’ici la fin de la décennie.

Les investissements dans l’industrie touristique du pays devraient dépasser 1 milliard de dollars (1 dollar américain = 0,95 euro) au cours des 10 prochaines années. Afin d’y parvenir, les autorités veillent à créer un environnement favorable aux investissements et à encourager les entrepreneurs locaux à prendre l’initiative du développement de ces industries. Kerten Hospitality propose de partager son expérience et son expertise pour les aider à réussir.

« Nous sommes au début d’un écosystème qui deviendra autonome, grâce à un réseau connecté d’acteurs et de performants dans plusieurs industries du domaine de l’hôtellerie », annonce Knippenberg.

« Nous sommes ici pour collaborer, adapter notre savoir-faire à l’environnement local et travailler avec des entités et des organisations qui vont dans cette même direction, avec la même rapidité et la même volonté d’arriver à 2030 comme des accélérateurs de croissances plutôt que des retardataires de développement. »

Selon elle, il est très important d’investir du temps et des ressources dans une jeune génération motivée, débordante de nouvelles idées et qui profitera du la croissance et la prospérité du Royaume, à long terme.

L’hospitalité est présente dans le secteur touristique et le perfectionnement du capital humain ainsi que l’accent mis sur les jeunes seront d’une importance primordiale, selon Marlos Knippenberg, PDG de Kerten Hospitality (Photo fournie)

En effet, 70% de la population saoudienne a moins de 30 ans, selon un rapport publié en avril par la société régionale de marketing numérique, Global Media Insight. Ainsi, ce groupe démographique devrait devenir le moteur des efforts fournis afin d’atteindre les objectifs de Vision 2030.

« L’hospitalité est présente dans le secteur touristique et le perfectionnement du capital humain ainsi que l’accent mis sur les jeunes seront d’une importance primordiale » a annoncé Knippenberg.

« C’est alors là que nous voulons collaborer avec Effat, afin de soutenir cette volonté de de se rapprocher de la réalisation de cette mission. »

De tels partenariats sont nécessaires parce que le secteur hôtelier du Royaume se trouve dans une phase de formation. Ainsi, en travaillant avec Effat, Knippenberg espère que son entreprise pourra aider à fournir aux jeunes saoudiens l’expérience pratique dont ils ont besoin pour démarrer.

« C’est d’ailleurs pourquoi nous espérons motiver les jeunes à contribuer à l’espace hôtelier grâce à l’expertise acquise au cours de leurs expériences avec notre équipe mondiale », a-t-elle ajouté.