Un policier resté passif lors du meurtre de George Floyd plaide coupable

Une militante tient une pancarte lors d'une conférence de presse devant le tribunal de district américain de St. Paul, Minnesota, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Une militante tient une pancarte lors d'une conférence de presse devant le tribunal de district américain de St. Paul, Minnesota, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 18 mai 2022

Un policier resté passif lors du meurtre de George Floyd plaide coupable

Une militante tient une pancarte lors d'une conférence de presse devant le tribunal de district américain de St. Paul, Minnesota, le 20 janvier 2022. (Photo, AFP)
  • Thomas Lane «a accepté sa responsabilité pour son rôle dans la mort» de George Floyd
  • Aux termes de cet accord, il sera condamné à trois ans de réclusion et sera incarcéré dans une prison fédérale

MINNEAPOLIS: L'un des trois policiers restés passifs lors du meurtre de George Floyd en 2020 a plaidé coupable mercredi de complicité d'homicide involontaire et évitera un procès qui doit s'ouvrir en juin, a annoncé la justice du Minnesota. 

Thomas Lane « a accepté sa responsabilité pour son rôle dans la mort » de George Floyd, s'est félicité dans un communiqué le procureur de l'Etat, Keith Ellison. 

« Cette admission qu'il a fait quelque chose de mal est un pas important vers la guérison des blessures de la famille Floyd, notre communauté et la nation », a-t-il ajouté. 

L'ex-agent, qui était accusé de complicité de meurtre, a accepté l'accord de plaider-coupable après la requalification des charges lors d'une audience au tribunal de Minneapolis, selon un porte-parole de la justice. 

Aux termes de cet accord, il sera condamné à trois ans de réclusion et sera incarcéré dans une prison fédérale. 

Ce plaider-coupable « rapproche la famille Floyd de leur deuil pour le meurtre horrible et historique de George Floyd », a réagi Ben Crump, l'avocat de la famille du quadragénaire. 

« Nous espérons que (l'accord) ouvre une nouvelle ère dans laquelle les policiers comprennent que des jurys les rendront responsables, comme ils le feraient pour d'autres citoyens », a-t-il ajouté. 

Ses deux autres collègues, Tou Thao, d'origine Hmong, et Alexander Kueng, un Afro-Américain, n'ont pas plaidé coupable et leur procès devant la justice de l'Etat doit s'ouvrir le 13 juin. 

Les trois policiers, présents lors de l'interpellation fatale à George Floyd, ont déjà été déclarés coupable de ne pas être intervenus pour porter assistance à l'Afro-Américain devant un tribunal fédéral en février. 

Leur sentence doit être prononcée ultérieurement. 

Un quatrième policier, Derek Chauvin, a déjà été reconnu coupable en juin 2021 de meurtre et condamné à 22 ans et demi de prison par la justice du Minnesota. C'est lui qui avait maintenu durant de longues minutes, le 25 mai 2020, son genou sur le cou de George Floyd, provoquant son asphyxie. 

Sa mort, filmée et mise en ligne, avait déclenché d'immenses manifestations contre le racisme et les violences policières dans tous les Etats-Unis et au-delà, à l'été 2020. 

Alexander Kueng était sur le dos de George Floyd, et Thomas Lane lui tenait les jambes. Tou Thao, de son côté, gardait à distance les passants choqués. 

Thomas Lane avait suggéré à deux reprises de mettre l'Afro-Américain sur son flanc, en position latérale de sécurité, alors qu'il montrait clairement des signes de détresse vitale. Mais Derek Chauvin n'avait pas desserré son étreinte. 


Face à la flambée des prix, la Grèce surfe sur l'éventualité d'élections anticipées

Pour Antonis Papargiris, directeur des recherches à l'institut de sondage GPO «ce qui fait surtout peur et nous rapproche au scrutin, c'est la hausse des prix de l'énergie pour l'hiver prochain». (AFP)
Pour Antonis Papargiris, directeur des recherches à l'institut de sondage GPO «ce qui fait surtout peur et nous rapproche au scrutin, c'est la hausse des prix de l'énergie pour l'hiver prochain». (AFP)
Short Url
  • La détérioration des finances de l'Etat et des ménages créent un climat préélectoral selon analystes et médias, qui n'excluent pas des législatives prochainement
  • Si le pays a renoué avec la croissance ces dernières années, ses finances restent toujours sous la surveillance de ses créanciers, l'UE et le FMI, jusqu'au mois d'août

ATHENES: "Le gouvernement poursuit son travail normalement", "il n'y aura pas d'élections anticipées", a récemment insisté le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. Mais la détérioration des finances de l'Etat et des ménages créent un climat préélectoral selon analystes et médias, qui n'excluent pas des législatives prochainement.

Élu en juillet 2019 pour un mandat de quatre ans, le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis fait face à l'évidente usure du pouvoir, à des critiques sur la gestion de la pandémie de coronavirus et plus récemment à la grogne sociale contre la flambée des prix de l'énergie.

L'inflation a atteint en mai son plus haut taux depuis 29 ans, à 11,3%.

"Avec la hausse des carburants et des factures de l'électricité et de gaz, je n'arrive plus à m'en sortir", s'indigne Natassa Tsoumbou, 56 ans, jardinier-paysagiste qui travaille à son compte et vit dans un appartement de 70m2 dans la banlieue nord d'Athènes.

"Ces deux derniers mois je n'ai pu payer qu'une partie de mes factures. Et puis, quand je vais au supermarché, je deviens folle, avec 20 euros on n'achète quasiment rien", déplore-t-elle à l'AFP.

Pour apaiser le climat, le gouvernement a récemment fait voter au Parlement une série d'aides aux ménages d'un budget total de 6,5 milliards d'euros.

Une pratique similaire avait été suivie pendant les plus de deux ans de pandémie, l'Etat ayant dépensé plus de 10 milliards d'euros pour soutenir surtout les entreprises.

«L'hiver sera difficile»

Mais ces prestations semblent s'épuiser dans un pays frappé la dernière décennie par une crise financière inédite accompagnée d'une stricte austérité pour renflouer son économie.

Si le pays a renoué avec la croissance ces dernières années, ses finances restent toujours sous la surveillance de ses créanciers, l'UE et le FMI, jusqu'au mois d'août.

Le gouvernement parie sur le tourisme estival qui remplit habituellement les caisses de l'Etat: jusqu'à présent, l'augmentation du nombre de visiteurs en provenance des pays européens et des États-Unis a atteint un record, dépassant même celui de l'été 2019 avant la pandémie, selon des données officielles.

Mais pour le ministre des Finances, Christos Staïkouras, le budget de l'Etat a atteint ses limites: "il ne reste plus un seul euro à dépenser", a-t-il prévenu à la chaîne Mega TV dimanche dernier.

Pour Antonis Papargiris, directeur des recherches à l'institut de sondage GPO "ce qui fait surtout peur et nous rapproche au scrutin, c'est la hausse des prix de l'énergie pour l'hiver prochain".

"L'hiver sera difficile" prévient de son côté Nikos Konstandaras, éditorialiste du quotidien libéral Kathimerini soulignant que selon une théorie, les élections anticipées devaient prévenir l'effritement de la popularité du gouvernement mais "constituent aussi un risque pour la droite au pouvoir".

Premier parti dans les récents sondages d'intention de vote, la Nouvelle-Démocratie de Kyriakos Mitsotakis est créditée de 32,5% face à 22,5% pour la gauche Syriza d'Alexis Tsipras. Troisième parti, les socialistes Pasok, avec 12,8% selon un récent sondage de l'institut Marc.

Campagne «toxique»

Interpellé par les journalistes pour la énième fois au sujet des élections anticipées il y a une semaine, Kyriakos Mitsotakis a tenté de mettre fin à cette discussion tout en laissant la porte entrouverte, renvoyant la responsabilité à l'opposition de gauche qui mène, selon lui, une campagne "toxique".

"Je sais qu'il est extrêmement difficile de vous persuader que des élections ou un remaniement n'auront pas lieu", a indiqué M. Mitsotakis à Bruxelles.

"Le gouvernement poursuit son travail sans participer à la rhétorique (électorale ndrl)", a-t-il ajouté à l'issue du dernier sommet européen.

Son principal adversaire, l'ancien Premier ministre Alexis Tsipras (2015-2019), a à nouveau réclamé des élections jeudi lors d'un entretien à la télévision Open. "Il est évident que Kyriakos Mitsotakis prévoit des élections en Septembre", a-t-il prévenu.

Alexis Tsipras accuse le gouvernement d'avoir mal gérer la pandémie de Covid-19 qui a causé plus de 30 000 décès (dans un pays de 10,7 millions d'habitants) et de soutenir les grandes entreprises et non pas les citoyens.

"Les ressources du pays sont actuellement exploitées par dix grands groupes d'entreprises et un nombre équivalent de familles", a-t-il lancé récemment.

Vu la polarisation du climat politique, Antonis Papargiris prévoit qu'"un  scrutin anticipé est probable après les annonces gouvernementales de la rentrée en septembre".

"Tous les partis sont actuellement sur le pied de guerre pour des élections", affirme-t-il.


Iran: un religieux chiite blessé dans un «attentat»

Le religieux, qui travaillait auparavant au séminaire islamique d'Ispahan, est hospitalisé. (Fourni)
Le religieux, qui travaillait auparavant au séminaire islamique d'Ispahan, est hospitalisé. (Fourni)
Short Url
  • Un motard a blessé avec une arme à feu l'hodjatoleslam (rang intermédiaire dans le clergé chiite) Mohsen Akhavan, l'imam d'une mosquée dans le nord d'Ispahan
  • Selon la télévision, M. Akhavan «n'a pas été grièvement blessé» mais il a été hospitalisé

TÉHÉRAN : Un religieux chiite a été blessé par balles samedi matin à Ispahan, dans le centre de l'Iran, a annoncé la télévision d'Etat, parlant d'un «attentat».

Un motard a blessé avec une arme à feu l'hodjatoleslam (rang intermédiaire dans le clergé chiite) Mohsen Akhavan, l'imam d'une mosquée dans le nord d'Ispahan, a rapporté la télévision.

Le religieux était en train de rentrer chez lui après avoir dirigé la prière matinale lorsqu'a eu lieu l'«attentat», a précisé la même source.

Selon la télévision, M. Akhavan «n'a pas été grièvement blessé» mais il a été hospitalisé.

Les motivations du tireur n'étaient pas connues dans l'immédiat, a indiqué la même source.

Début avril, un extrémiste sunnite d'origine «ouzbèke» avait poignardé à mort deux religieux chiites et blessé un troisième à Machhad (nord-est).

L'assassin avait été pendu le 20 juin, selon l'autorité judiciaire.

Les autorités avaient alors accusé des «éléments takfiris» de cette attaque. Le terme takfiri désigne en Iran et dans plusieurs pays les groupes jihadistes ou islamistes radicaux sunnites.

Quelques jours avant cette attaque, les médias avaient annoncé le meurtre de deux religieux sunnites dans la ville de Gonbad-é Kavous, dans le nord du pays. Les trois meurtriers présumés, également sunnites, avaient été arrêtés.


Répression des manifestations en Iran: les exécutions se multiplient

Les défenseurs des droits de l'homme accusent l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. (Shutterstock)
Les défenseurs des droits de l'homme accusent l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. (Shutterstock)
Short Url
  • Semer la terreur pour contrer les protestations populaires croissantes contre le régime est, sans aucun doute, l'objectif principal de ces exécutions», dit le fondateur de l’organisation Iran Human Rights
  • L'Iran exécute en masse des délinquants toxicomanes et des personnes issues de minorités ethniques

DJEDDAH: Vendredi, des groupes de défense des droits de l'homme ont déclaré que le nombre d'exécutions en Iran avait plus que doublé au cours des six derniers mois, dans le cadre d'une nouvelle campagne destinée à intimider les manifestants hostiles au régime.

Entre le 1er janvier et le 30 juin, 251 Iraniens ont été pendus, contre 117 au cours du premier semestre de l'année dernière. La recrudescence des exécutions a coïncidé avec une série de manifestations menées à travers le pays pour dénoncer l'effondrement économique de l'Iran ainsi que la flambée des prix des denrées alimentaires de base comme le pain.

«Semer la terreur pour contrer les protestations populaires croissantes contre le régime est, sans aucun doute, l'objectif principal de ces exécutions», affirme Mahmood Amiry-Moghaddam, fondateur du groupe d'activistes Iran Human Rights basé en Norvège.

«Seules des réactions internationales plus fortes et des campagnes nationales peuvent augmenter le coût politique de ces exécutions et mettre fin à cette tendance croissante.»

Selon Amiry-Moghaddam, 137 de ces exécutions ont eu lieu depuis le début de la dernière vague de manifestations contre le régime en Iran, le 7 mai. Six femmes figurent parmi les personnes exécutées, et huit prisonniers ont été pendus à la prison de Rajai Shahr, à l'extérieur de Téhéran, rien que cette semaine.

Le groupe a précisé que son évaluation des exécutions ne comprenait que celles publiées dans les médias officiels ou confirmées par au moins deux sources indépendantes, ce qui signifie que le véritable bilan est probablement plus important.

Les défenseurs des droits de l'homme accusent également l'Iran d'exécuter un nombre excessivement élevé de personnes issues de minorités ethniques, notamment les Baloutches et les Kurdes. L'organisation Iran Human Rights affirme avoir recensé l'exécution de 67 prisonniers appartenant à la minorité baloutche, principalement des musulmans sunnites qui vivent dans le sud-est du pays.

D'après le rapport annuel d'Amnesty International sur la peine de mort en 2021, au moins 19% des exécutions enregistrées en Iran concernent les Baloutches, qui ne représentent pourtant qu'environ 5% de la population.

L'exécution du 20 juin de Firuz Musalou, un Kurde condamné pour son appartenance au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – un mouvement illégal qui mène une insurrection en Turquie – suscite également des inquiétudes. Sa condamnation a été exécutée en secret, sans que sa famille n'en soit informée.

Le mois dernier, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a exprimé son inquiétude face à l'augmentation du nombre d'exécutions. En effet, l'Iran exécute en masse des délinquants toxicomanes et des personnes issues de minorités ethniques.

«La peine de mort continue d'être prononcée pour des charges qui ne relèvent pas des ‘crimes les plus graves’ et selon des modalités qui ne sont pas conformes aux normes d'équité des procès», indique Nada al-Nashif, haut-commissaire adjoint des Nations Unies aux droits de l'homme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com