Le roi de Jordanie assigne son demi-frère, le prince Hamza, à résidence

Le roi Abdallah et le prince Hamza. (Photo, AFP)
Le roi Abdallah et le prince Hamza. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 19 mai 2022

Le roi de Jordanie assigne son demi-frère, le prince Hamza, à résidence

Le roi Abdallah et le prince Hamza. (Photo, AFP)
  • En avril 2021, les autorités jordaniennes ont annoncé qu’elles avaient déjoué une tentative de déstabilisation du pays
  • Selon le roi, sa récente action vise à tourner une page sur le «chapitre sombre de l’histoire» de la Jordanie et de sa famille

LONDRES: Le roi Abdallah de Jordanie a assigné son demi-frère, le prince Hamza, à résidence, limitant ses communications et ses déplacements.

Dans une lettre publiée jeudi, le roi indique qu’il ne permettra à personne «de faire passer ses intérêts avant ceux de la nation», ajoutant: «Je ne permettrai même pas à mon frère de troubler la paix de notre grande nation.»

En avril 2021, les autorités jordaniennes ont annoncé qu’elles avaient déjoué une tentative de déstabilisation du pays.

Deux anciens responsables ont été condamnés à quinze ans de prison en juillet après avoir été reconnus coupables de conspiration visant à renverser le roi en faveur du prince Hamza.

L’ancien prince héritier a annoncé le mois dernier qu’il «renonce au titre de prince», un mois après qu’un communiqué de la cour royale a déclaré qu’il avait présenté ses excuses au roi pour la tentative de coup d’État.

«Nous n’avons pas le temps pour les comportements et les aspirations erratiques de Hamzah. Nous devons faire face à de nombreux défis et difficultés, et nous devons tous travailler pour les surmonter et répondre aux aspirations de notre peuple et à son droit à une vie digne et stable», écrit le roi.

Selon le roi, sa récente action, menée sur avis d’un conseil formé conformément à la Loi de la famille royale, vise à tourner une page sur le «chapitre sombre de l’histoire» de la Jordanie et de sa famille.

Le roi Abdallah a conclu que le prince Hamza ne changera pas après plus d’un an au cours duquel «il a épuisé toutes les possibilités de se remettre sur le droit chemin, conformément à l’héritage de notre famille».

«Hamza continue d’ignorer tous les faits et les preuves indiscutables, manipulant les événements pour soutenir son mensonge», dit-il.

«Malheureusement, mon frère croit vraiment ce qu’il prétend. L’illusion dans laquelle il vit n’est pas nouvelle; d’autres membres de notre famille hachémite et moi-même avons compris depuis longtemps qu’il revient sur ses engagements et persiste dans ses actions irresponsables qui visent à semer le trouble, sans se soucier des ramifications de sa conduite sur notre pays et notre famille», poursuit-il.

Le roi a accusé le prince Hamza de faire passer ses intérêts avant la nation et de vivre «dans les limites de sa propre réalité au lieu de reconnaître la grande stature, le respect, l’amour et les soins» que sa famille lui a donnés.

«Il a menti sur son rôle dans l’affaire de sédition, ignorant les faits dont le public a pris connaissance concernant sa relation et ses communications suspectes avec le traître Bassem Awadallah, et Hassan ben Zeid. Mon frère savait que ce dernier avait contacté deux ambassades étrangères pour leur demander si leurs pays pouvaient soutenir ce qu’il avait décrit comme un changement de régime.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance

Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian
  • Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans

ALGER: L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris en dépit des gestes symboliques de la France.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans.

Selon le programme des festivités divulgué par le ministre des Moudjahidines (anciens combattants) Laid Rebiga, un méga-spectacle épique, qui "retracera l'histoire millénaire de l'Algérie", est également prévu lundi soir à l'opéra d'Alger.

Signe de l'importance que revêt l'occasion pour le pouvoir, un logo spécial, de forme circulaire orné de 60 étoiles, a été conçu pour marquer l'anniversaire, avec comme slogan "une histoire glorieuse et une ère nouvelle".

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.


Syrie: une frappe israélienne fait deux blessés

La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
Short Url
  • Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais
  • Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne

DAMAS : Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie blessant deux civils, rapporte le ministère syrien de la Défense.

«Vers 6H30 ce matin, l'armée ennemie israélienne a mené une frappe» contre des exploitations de volailles près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense sans fournir d'indications supplémentaires.

Le raid de l'aviation a été mené depuis la mer Méditerranée à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) «et deux civils ont été blessés, dont une femme», précise le ministère, citant une source militaire.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés du régime syrien.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne laissera pas l'Iran étendre son influence aux frontières d'Israël.

Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d'atterrissage hors service.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l'aéroport en plus de la seule piste encore en service de l'aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Cinq morts dans un séisme de magnitude 6 en Iran

Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6
  • La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas

TEHERAN: Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 qui a secoué tôt samedi le sud de l'Iran, selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique IRNA.

En outre, 19 personnes ont été blessées suite à ce séisme qui a secoué la province d'Hormozgan, notamment le village de Sayeh Khosh, le plus touché.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province d'Hormozgan, frappée par des séismes jumeaux de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

Le tremblement de terre le plus meurtrier d'Iran a été un séisme de magnitude 7,4 survenu en 1990, tuant 40.000 personnes dans le nord du pays.