Arabie saoudite: Un projet de dessalement révèle le potentiel des partenariats entre entreprises et universités

La centrale solaire Sakaka d'ACWA Power en Arabie Saoudite (Photo fournie).
La centrale solaire Sakaka d'ACWA Power en Arabie Saoudite (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mardi 07 juin 2022

Arabie saoudite: Un projet de dessalement révèle le potentiel des partenariats entre entreprises et universités

  • Le partenariat entre KAUST et ACWA Power favorise l'adoption de l'énergie solaire pour le dessalement de l'eau
  • Les professionnels du secteur souhaitent faire appel aux meilleures universités de recherche d'Arabie saoudite pour trouver des solutions

DUBAÏ: Le monde des affaires et le monde universitaire sont souvent considérés comme incompatibles. Pourtant, à l'heure où les nations cherchent des solutions évolutives à la crise climatique, tout en essayant de répondre aux besoins de populations toujours plus nombreuses, il serait certainement utile de combiner les efforts de ces deux univers.
Le récent partenariat entre ACWA Power et l'Université des sciences et technologies King Abdullah d'Arabie saoudite, à titre d’exemple, a déjà permis de mener de nouvelles recherches sur l'utilisation à grande échelle de l'énergie solaire pour le dessalement durable de l'eau de mer.
Le mois dernier, une délégation conjointe des deux entités a organisé l'événement inaugural des Journées de l'innovation, une plateforme qui a réuni des dirigeants d'entreprise, des innovateurs et des chercheurs de premier plan afin qu'ils présentent leur savoir-faire en matière d'énergie solaire, d'hydrogène vert, d'intelligence artificielle et de dessalement.
Les participants à l'événement ont ainsi examiné les problèmes critiques auxquels sont confrontés les sources d'énergie vertes et le processus de dessalement, notamment la façon d'accélérer la mise en place de technologies durables pour faire progresser l'intégration des énergies renouvelables et de l'hydrogène dans le processus.
«Nous avons intégré le système d'innovation local et avons entamé ce voyage dans le monde de l'innovation en choisissant une université prestigieuse dans la région», a indiqué à Arab News Thomas Altmann, vice-président exécutif chargé de l'innovation et des nouvelles technologies chez ACWA Power.
La société, détenue par le Fonds d'investissement public d'Arabie saoudite et basée à Riyad, est un développeur, investisseur et opérateur de premier plan dans les domaines de la production d'électricité, du dessalement et de l'hydrogène vert dans la région MENA, tandis que l'Université (KAUST) est l'un des principaux établissements d'enseignement et de recherche du Royaume.
Depuis 2019, les deux organisations gèrent, ensemble, un pôle de recherche et de développement appelé le KAUST-ACWA Power Center of Excellence for Desalination and Solar Power (Centre d'excellence KAUST-ACWA pour le dessalement et l'énergie solaire).
«L'Université nous a été utile à plusieurs niveaux», a déclaré Altmann. «(Notre travail initial) consiste en une collaboration dans le domaine du dessalement et de l'énergie solaire, et nous avons déjà élargi notre champ d'action à d'autres domaines. L'idée de départ était d'améliorer l'efficacité opérationnelle de nos usines.»
Il a ensuite précisé que l'entreprise améliorait progressivement ses opérations et ses conceptions grâce à ce partenariat.
«Nous avons réalisé d'importantes améliorations de conception», a affirmé Altmann. «Ce soutien académique [nous] permet d'approfondir certains sujets, de faire des tests en laboratoire ainsi que des tests pilotes.»
Selon les experts régionaux, les partenariats de ce type représentent une formidable convergence entre le monde universitaire et celui de l'industrie. Abhayjit Sinha, conseiller stratégique à l'Association de l'industrie solaire au Moyen-Orient (Middle East Solar Industry Association – Mesia), a estimé que de tels accords étaient mutuellement avantageux.

Signature du protocole d'accord entre KAUST et ACWA Power (Photo fournie).

«D'une part, les chercheurs de l'Université reçoivent un banc d'essai réel pour vérifier leurs hypothèses», a-t-il expliqué à Arab News. «D'autre part, ACWA Power bénéficie d'une installation de recherche et de développement étendue et externe.»
«L'équilibre entre les idées audacieuses – bien que parfois théoriques – des universitaires et la valeur économique recherchée par les acteurs de l'industrie est un facteur de réussite essentiel.»
Raed Bkayrat, un autre conseiller stratégique de Mesia, pense que le partenariat aura un avantage de plus: celui d'accélérer la recherche sur un dessalement plus durable, un processus qui soit extrêmement énergivore.
«Dans le monde entier, le dessalement de l'eau de mer produit une empreinte carbone de plus en plus importante et a un impact écologique plus étendu, s'il est laissé aux solutions commerciales actuelles», a-t-il expliqué à Arab News.
«Un partenariat pareil contribuera à fournir des méthodes d'atténuation ainsi que de nouvelles solutions permettant de produire de l'eau dessalée avec une empreinte carbone minimale.»

EN BREF

* Le partenariat entre KAUST et ACWA Power favorise l'adoption de l'énergie solaire pour le dessalement de l'eau.
* Les professionnels du secteur souhaitent faire appel aux meilleures universités de recherche d'Arabie saoudite pour trouver des solutions de réduction des émissions de carbone.

L'Arabie saoudite représente l'un des plus grands marchés de dessalement dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Environ 2 milliards de mètres cubes d'eau sont dessalés chaque année pour répondre aux besoins en eau douce de la population et du secteur agricole du Royaume.
Bkayrat trouve que le fait de combiner les efforts d'institutions de recherche de pointe comme KAUST avec ceux des principaux acteurs de l'industrie du dessalement pourrait s'avérer essentiel pour que le Royaume atteigne son objectif d'émissions nettes nulles d'ici 2060.
«Le modèle qui consiste à associer les acteurs industriels aux institutions de recherche et à créer un dialogue solide qui contribue à façonner et à orienter les travaux de recherche menés par les scientifiques de KAUST est le bon modèle [à suivre]», a-t-il poursuivi.
«Il permet à l'industrie d'adopter de nouvelles technologies et contribue à réduire l'écart entre [les expériences au] laboratoire et la mise en œuvre dans le monde réel.»

Le récent partenariat entre ACWA Power et l'Université des sciences et technologies King Abdullah d'Arabie Saoudite (représentée sur la photo) a déjà permis de mener de nouvelles recherches sur l'utilisation à grande échelle de l'énergie solaire pour le dessalement durable de l'eau de mer (Photo fournie).

«Ces modèles sont de plus en plus adoptés et aident les universités de recherche à avoir un plus grand impact et à obtenir des flux de financement supplémentaires tout en offrant un avantage technologique et commercial au partenaire industriel.»
L'Arabie saoudite se tourne vers les énergies renouvelables afin de réduire sa dépendance au pétrole et au gaz pour satisfaire ses besoins énergétiques. Les autorités visent à accroître la capacité totale d'énergie solaire du pays de près de 40 gigawatts d'ici 2025, contre 455 mégawatts à l'heure actuelle.
Pour y parvenir, le gouvernement investit massivement dans ses universités de recherche et encourage les possibilités d'investissement international et d'entrepreneuriat national afin de stimuler le marché des investissements verts et des solutions durables.
Les leaders économiques pensent que des efforts supplémentaires peuvent être déployés pour promouvoir un tel environnement. Altmann, par exemple, estime que le Royaume devrait créer une plateforme permettant à des entreprises telles que ACWA Power d'introduire de nouvelles technologies en Arabie saoudite et de les mettre en œuvre à petite échelle.
«Nous avons proposé quelque chose pour tout nouveau projet, afin de permettre au développeur de déployer une nouvelle technologie jusqu'à 1% de la capacité totale», a-t-il déclaré. «Cela nous permettra d'introduire une nouvelle technologie, de la développer davantage et de la faire évoluer.»
«Cela se traduirait par une indépendance croissante vis-à-vis du réseau et par une réduction immédiate de la consommation de combustibles fossiles en Arabie saoudite grâce à l'utilisation de technologies émergentes, dont beaucoup sont directement associées aux énergies renouvelables.»
Les Journées de l'innovation, comme celle qui a eu lieu au mois de mars, pourraient s'avérer essentielles à l'établissement d'un tel environnement innovant dans le Royaume, à travers le renforcement des liens entre les entreprises et les grands esprits scientifiques.
«Il s'agit principalement d'universités, d'entrepreneurs, d'entreprises comme les nôtres et de gouvernements», a souligné Altmann.
Nous avons beaucoup innové en interne et nous sommes à présent prêts à devenir un leader de l'innovation technologique.»

L'Arabie saoudite représente l'un des plus grands marchés de dessalement dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Environ 2 milliards de mètres cubes d'eau sont dessalés chaque année pour répondre aux besoins en eau douce de la population et du secteur agricole du Royaume (Photo, AFP).

L'une de ces innovations est l'énergie hydrogène, que de nombreux experts considèrent comme l'énergie de l'avenir. L'hydrogène vert, qui est produit à partir de l'énergie solaire, est un élément majeur de l'équation énergétique du projet de mégapole NEOM qui se concrétise actuellement sur la côte nord-ouest de la mer Rouge, en Arabie saoudite.
«Nous avons commencé à étendre notre coopération avec KAUST dans le domaine de l'électrolyse de l'hydrogène (qui réduit considérablement la consommation d'énergie), et nous faisons partie du projet NEOM en tant qu'actionnaire, (avec) la plus grande usine d'hydrogène du monde en construction», a dévoilé Altmann.
«Nous avons donc fait un énorme pas dans cette direction et nous réalisons en ce moment des installations pilotes à KAUST avec la prochaine génération d'électrolyse de l'hydrogène.»
D'après Sinha, les partenariats d'entreprises font partie intégrante du plan d'affaires de KAUST. Des accords similaires ont déjà été conclus avec Lockheed Martin, société américaine spécialisée dans l'aérospatiale, l'armement, la défense, la sécurité de l'information et la technologie, et avec Elm, société par actions et principale entreprise de solutions numériques en Arabie saoudite, détenue par le Fonds d'investissement public du pays.
«Le nombre de brevets déposés dans le cadre de ces collaborations est l'un des critères de réussite», a déclaré Sinha. «Je m'attends à d'autres annonces de partenariats dans un avenir proche. Cependant, à long terme, la plupart des entreprises industrielles s'associeront avec un ou deux instituts universitaires.»
Donal Bradley, vice-président chargé de la recherche à KAUST, a indiqué que l'Université avait pour objectif de relever les grands défis mondiaux dans les domaines de l'énergie, de l'eau, de l'environnement, de l'alimentation et de la santé, ainsi que dans le domaine numérique, grâce à de tels partenariats de recherche avec des acteurs industriels.
«Nous travaillons en étroite collaboration avec les partenaires du Royaume, notamment les ministères, le NEOM et les grandes entreprises», a-t-il confié à Arab News.
«L'événement des Journées de l'innovation organisé avec ACWA Power offre un forum passionnant pour soutenir le développement de technologies susceptibles de répondre à des besoins locaux et mondiaux.»


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les dépenses du secteur touristique saoudien bondissent de 93% pour atteindre 185 milliards de riyals en 2022

Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens. (Shutterstock)
Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens. (Shutterstock)
Short Url
  • Le nombre d’emplois en 2022 a atteint 880 000, ce qui représente une augmentation de 15% par rapport à l’année précédente
  • Le ministre a insisté sur la nécessité d’élever davantage le niveau des services fournis dans le secteur par la formation et la préparation du cadre humain

RIYAD: Les dépenses touristiques de l’Arabie saoudite ont bondi de 93% en 2022 pour atteindre 185 milliards de riyals saoudiens (1 riyal = 0,24 euro), contre 95,6 milliards en 2021, alors que le Royaume continue de diversifier son économie dans le cadre de la Vision 2030.

Le ministre du Tourisme, Ahmed ben Aqil al-Khatib, a révélé ces détails lors de sa réunion mensuelle avec les citoyens, a rapporté l’Agence de presse officielle saoudienne.

Passant en revue les réalisations du secteur au cours de l’année 2022, le ministre a précisé que «la contribution directe du secteur dans le produit intérieur brut s’est élevée à 3,2% de l’objectif total de 10% d’ici à 2030».

En outre, il a noté que le nombre d’emplois en 2022 a atteint 880 000, ce qui représente une augmentation de 15% par rapport à l’année précédente.

«Le pourcentage de femmes saoudiennes dans le secteur du tourisme s’est également accru pour atteindre 44% de l’ensemble des employés du secteur», ajoute M. Al-Khatib.

Il a aussi exhorté les investisseurs du secteur à adhérer aux nouvelles réglementations établies par le ministère afin de créer un environnement concurrentiel sain, à la fois équitable et attractif pour les investissements.

La nouvelle réglementation vise à élaborer les procédures et les exigences appropriées pour la pratique des activités touristiques, tout en tenant compte de la diversité des services fournis et en élevant les niveaux de qualité.

Par ailleurs, le ministre a insisté sur la nécessité d’élever davantage le niveau des services fournis dans le secteur par la formation et la préparation du cadre humain, qui est le principal facteur de mise à niveau du secteur.

«Le ministère cherche à créer un million d’emplois dans le secteur du tourisme grâce à ses diverses activités, ce qui nécessite la mise en place d’instituts de formation et la construction et le développement de programmes et de services de formation dans le domaine de l’hôtellerie et du tourisme», explique M. Al-Khatib.

De plus, le ministère a lancé un programme d’emprunt conjoint avec le secteur bancaire pour financer les moyennes, petites et microentreprises afin d’améliorer les investissements dans ce secteur.

Au cours de l’année 2022, le ministère du Tourisme a également mis en œuvre quelque onze campagnes publicitaires pour présenter et commercialiser le tourisme dans le Royaume. Ces campagnes ont été diffusées dans trente-cinq pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


OpenAI lance le service d'abonnement ChatGPT à 20 dollars par mois

Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie. (OpenAI/Fichier)
Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie. (OpenAI/Fichier)
Short Url
  • Le mode payant soutiendra la version hors subventions
  • ChatGPT est l'application qui connaît la croissance la plus rapide de l'histoire

LONDRES: La société mère de ChatGPT, OpenAI, a annoncé mercredi le lancement d'un plan d'abonnement pilote pour son chatbot très prisé, alimenté par l'intelligence artificielle (IA), appelé ChatGPT Plus, pour 20 dollars (1 dollar = 0,92 euro) par mois.

Dans le cadre du forfait préférentiel, les abonnés auront accès à ChatGPT même pendant les heures de pointe, ainsi qu’à des réponses plus rapides et un accès prioritaire aux nouvelles fonctions et améliorations.

La compagnie a indiqué que la version pilote sera initialement mise en œuvre auprès d'un nombre limité d'utilisateurs sur la liste d'attente, mais a ajouté qu'elle prévoyait de rendre le service accessible au grand public dans un proche avenir.

Le nouveau mode basé sur un abonnement aidera à soutenir la version gratuite, a déclaré la compagnie, le postant sur un blog.

Les experts estiment que le chatbot alimenté par l'IA, qui est capable de produire des textes et des conversations interactives de type humain, coûte à OpenAI au moins 100 000 dollars par jour, ou 3 millions de dollars par mois pour fonctionner.

Depuis son lancement début décembre, ChatGPT est devenu un phénomène mondial, attirant l'attention de millions d'utilisateurs qui cherchent à faire l’expérience de cette technologie.

Mercredi, une étude de l’UBS a montré que ce système a atteint en janvier près de 100 millions d’utilisateurs actifs par mois, ce qui en fait l’application à la croissance la plus rapide de l’histoire. 

Au-delà de l'enthousiasme, ce moyen a également soulevé des inquiétudes et des dilemmes, notamment des défis au niveau de l’éthique, la propriété du droit d'auteur, les préjudices fondamentaux et la question de l'authenticité.

ChatGPT a notamment soulevé des questions sur la facilitation de la malhonnêteté et de la désinformation au niveau universitaire, incitant les universités du monde entier à interdire aux étudiants de recourir à ce moyen pour leurs devoirs et examens.

Pour résoudre le problème, OpenAI a publié mardi un moyen «imparfait» conçu pour détecter les œuvres écrites rédigées par l'intelligence artificielle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Aldar s'associe à Dubai Holding pour construire 9 000 nouvelles habitations

Le bâtiment du siège d'Aldar à Al-Raha (Shutterstock)
Le bâtiment du siège d'Aldar à Al-Raha (Shutterstock)
Short Url
  • Les travaux devraient commencer cette année, selon le communiqué de presse
  • Aldar sera en charge de l'ensemble du cycle de développement, et notamment de la conception, des ventes, de la livraison ainsi que de la gestion des projets

RIYAD: Aldar Properties, basée à Abu Dhabi, est sur le point de lancer ses projets à Dubaï après avoir signé un accord d’entreprise commune avec Dubai Holding pour construire 9 000 nouvelles habitations dans trois collectivités de Dubaï.

Ces projets se concrétiseront au cœur de la banlieue de la ville, le long des corridors E311 et E611 sur 38,2 millions de pieds carrés de terrain, selon un communiqué de presse.

Les travaux devraient commencer cette année, selon le communiqué de presse.

«Notre entrée à Dubaï est une étape majeure pour Aldar. Nous sommes enthousiasmés par notre potentiel de croissance à long terme dans l'émirat aux côtés de Dubai Holding, un partenaire stratégique de premier plan», a affirmé Talal al-Dhiyebi, PDG du groupe auprès d’Aldar Properties.

Aldar sera en charge de l'ensemble du cycle de développement, et notamment de la conception, des ventes, de la livraison ainsi que de la gestion des projets.

«Cette entreprise commune avec Aldar témoigne du parcours incomparable de Dubai Holding en tant que «partenaire de choix» stratégique pour de grands investisseurs régionaux et institutionnels. Conformément à notre vision d'opérer pour de meilleurs lendemains, nous continuerons à créer des opportunités qui positionnent Dubaï comme une destination de premier plan pour les investissements du monde entier», a précisé Amit Kaushal, PDG de Dubai Holding.

«En conjuguant nos efforts avec ceux d’Aldar, l'un des leaders du marché dans ce domaine, nous atteignons notre objectif commun de stimuler la croissance économique des Émirats arabes unis et de créer une valeur durable à long terme pour tous nos partenaires», a ajouté Kaushal.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com