L'ONU remercie l'Arabie saoudite après son don de 10 millions de dollars pour sauver le pétrolier Safer

Coordinateur des opérations humanitaires des Nations Unies au Yémen William David Gresley. (Photo, AFP)
Coordinateur des opérations humanitaires des Nations Unies au Yémen William David Gresley. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 13 juin 2022

L'ONU remercie l'Arabie saoudite après son don de 10 millions de dollars pour sauver le pétrolier Safer

  • Les dommages au navire pourraient provoquer une catastrophe écologique majeure, selon un expert
  • Le pétrolier Safer, âgé de 45 ans et transportant plus de 1,1 million de barils de pétrole, est abandonné au large de la province occidentale de Hodeïda au Yémen depuis 2015

AL-MUKALLA: Dimanche, l’ONU a remercié l’Arabie saoudite d’avoir fait un don de 10 millions de dollars (1 dollar américain = 0,95 euro) aux efforts visant à entretenir le pétrolier Safer en décomposition au Yémen. En parallèle, les responsables et les analystes du pays ont appelé à une pression plus agressive sur les Houthis soutenus par l’Iran pour faciliter l’arrivée des équipes de l’ONU sur le navire. 

Le plan de l’ONU est de désamorcer une potentielle catastrophe environnementale majeure dans la mer Rouge, si le pétrolier explose ou fuit. Russel Geekie, responsable de la communication pour David Gressly, le coordinateur des opérations humanitaires des Nations Unies, a déclaré à Arab News que le don saoudien réduisait le déficit de financement. Or, selon lui, des fonds supplémentaires étaient nécessaires de la part des donateurs afin d’aider l’ONU à mettre son plan en œuvre. 

«Nous remercions tous les donateurs qui se sont engagés ou ont contribué et nous nous réjouissons des annonces du Royaume aujourd’hui et de ceux des États-Unis la semaine dernière. Cela réduit en effet l’écart de financement, mais il y a toujours un déficit. Nous avons encore immédiatement besoin de fonds afin de démarrer l’opération d’urgence, avant qu’il ne soit trop tard», a affirmé Geekie. 

Le pétrolier Safer, âgé de 45 ans et transportant plus de 1,1 million de barils de pétrole, est abandonné au large de la province occidentale de Hodeïda au Yémen depuis 2015. À cette époque, des ingénieurs internationaux ont fui le pays après que les Houthis ont pris le contrôle de Hodeïda lors de leur expansion militaire à travers le pays. 

Des rapports confirmés de l’état des pièces endommagées par la rouille du pétrolier ont déclenché des avertissements locaux et internationaux d’une potentielle catastrophe écologique majeure dans la mer Rouge. 

La semaine dernière, Greenpeace a lancé un appel à la ligue arabe afin qu’elle se joigne aux efforts internationaux visant à collecter des fonds. Ces derniers permettront l’entretien du pétrolier et l’évitement d’une catastrophe en mer Rouge qui pourrait avoir un impact sur le Yémen souffrant de la guerre et des pays voisins. 

«Nous sommes convaincus que la (Ligue arabe) est capable de jouer ce rôle et d’accélérer la solution. Si jamais une catastrophe se produit, nous en souffrirons tous les conséquences : des millions de personnes de la région verront leurs moyens de subsistance, leur nutrition, leur santé et leur environnement se détériorer», écrit Ghiwa Nakat, directrice exécutive de Greenpeace pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sur Twitter.

Le gouvernement Yéménite a accusé à plusieurs reprises les Houthis d’utiliser le pétrolier rouillé comme monnaie d’échange, leur permettant ainsi d’obtenir des concessions de la communauté internationale, de la coalition arabe et leurs opposants au Yémen. 

Les Houthis avaient précédemment refusé que les experts internationaux montent à bord du navire pour évaluer les dommages. Ils ont d’ailleurs exigé qu’ils reçoivent des bénéfices de la vente de la cargaison du pétrolier, ainsi qu’un pétrolier de remplacement. 

Nabil ben Aifan, chercheur en sécurité maritime de Mukalla au Yémen et candidat au doctorant à l’Académie arabe des sciences, de la technologie et du transport maritime en Égypte, a déclaré à Arab News que les activités sur le terrain pour sauver le pétrolier étaient insuffisantes, malgré les risques énormes de catastrophes environnementales, telles qu’une fuite ou une explosion.

«Bien que la catastrophe soit imminente et que la communauté internationale en soit consciente, les mesures de sécurité d’urgence les plus simples n’ont pas été appliquées au navire», annonce Ben Aifan. «Ainsi, la communauté internationale est faible. Cela aurait dû augmenter la pression pour entretenir le navire il y a bien longtemps».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Liban secoué par le séisme dévastateur qui a touché la Turquie et la Syrie

Une famille se réfugie à l'extérieur après le séisme qui a frappé la Turquie voisine, lundi 6 février 2023, à Beyrouth (Photo, AP).
Une famille se réfugie à l'extérieur après le séisme qui a frappé la Turquie voisine, lundi 6 février 2023, à Beyrouth (Photo, AP).
Short Url
  • Les habitants sont descendus dans les rues et se sont abrités dans des voitures alors que plusieurs répliques du séisme ont été ressenties dans la journée
  • Une équipe de la défense civile, de la Croix-Rouge et des pompiers de Beyrouth s'est rendue en Turquie pour venir en aide aux secouristes

BEYROUTH: Certaines régions du Liban ont été secouées lundi par le séisme de magnitude 7,8 qui a frappé le sud de la Turquie et le nord de la Syrie, faisant des milliers de morts et de blessés.
Les habitants sont descendus dans les rues et se sont abrités dans des voitures alors que plusieurs répliques du séisme ont été ressenties au cours de la journée.
Le Centre national de géophysique du Conseil national de la recherche scientifique a enregistré une secousse de magnitude 4,8 à 3h18, heure locale, qui a duré 40 secondes, suivie d'autres.
De nombreux bâtiments ont tremblé à Beyrouth, dans les villes côtières et jusque dans la vallée de la Bekaa, mais la Croix-Rouge libanaise n'a signalé aucune victime, hormis quelques citoyens ayant subi une crise cardiaque.
Le ministère libanais de l'Éducation a annoncé la fermeture de tous les établissements d'enseignement jusqu'à mercredi pour la sécurité des étudiants et du personnel, tandis que la police de la circulation a demandé aux citoyens de ne pas garer leurs véhicules près des arbres, des panneaux d'affichage ou d'objets susceptibles de tomber, et de ne pas s'approcher des plages.
Une équipe de la défense civile, de la Croix-Rouge et des pompiers de Beyrouth s'est rendue en Turquie pour venir en aide aux secouristes.
Marilyne Brax, directrice du Centre national de géophysique, a déclaré qu'il y avait peu de chances qu'un tsunami survienne.
«Nous n'avons pas pu suivre de près le mouvement des vagues au Liban en raison de la perte des instruments de contrôle dans la mer, mais à Chypre et en Turquie, le mouvement des vagues a enregistré 20 centimètres de hauteur.»
«Je me suis réveillé car mon lit tremblait et des objets tombaient au sol. Il faisait complètement noir, alors j'ai utilisé la lampe de poche de mon téléphone pour trouver la sortie de mon appartement», a témoigné un habitant du quartier d’Ashrafieh à Beyrouth.
«Je pouvais entendre mes voisins pleurer en descendant les escaliers. Tout le monde avait l'air terrifié. C'était une nuit horrible. Un tremblement de terre est la dernière chose dont les Libanais ont besoin en ce moment», a-t-il ajouté.
À Tripoli, dans le nord du Liban, des jeunes hommes ont tiré des coups de feu en l'air pour inciter les gens à quitter les bâtiments, et des générateurs privés ont été mis en marche pour fournir de la lumière aux personnes effrayées.
«Je souffre déjà d'une phobie des tremblements de terre, et quand j'ai réalisé ce qui se passait et que j'ai entendu les murs craquer, je me suis précipitée hors de la maison dans la rue, dans l'obscurité», a indiqué Fatima, une habitante de la banlieue sud de Beyrouth.
«Mes voisins, leurs enfants et les personnes âgées malades étaient déjà dans les rues en train de prier», a-t-elle poursuivi.
Une infirmière de l'hôpital islamique Makassed à Beyrouth a indiqué que le bâtiment avait été conçu pour résister aux tremblements de terre.
«Dès que tout le monde s'est calmé, il y a eu une forte réplique, mais nous avons pu continuer notre travail environ une demi-heure plus tard», a-t-elle expliqué.
Dans la ville côtière de Tyr, le séisme a provoqué des fissures sur une route. L'effondrement d'une maison dans la région de Rashaya al-Wadi, dans le sud-est du Liban, a également été signalé.
Tout en encourageant les citoyens à évacuer les bâtiments anciens présentant des signes d'effondrement, le ministre libanais sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a déclaré que les dégâts étaient limités dans le pays.
De nombreux bâtiments au Liban ne répondent pas aux normes de sécurité requises, car ils ont été construits pendant la guerre civile.
L'activité sismique est courante au Liban. L'un des pires séismes que le pays ait connus s'est produit le 16 mars 1956, dans les régions du Chouf, de Jezzine, de Sidon et de la Békaa. Il a coûté la vie à environ 140 personnes et en a blessé plus de 600, sans compter les dégâts causés aux bâtiments, aux routes et aux infrastructures.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Français Benjamin Brière, détenu en Iran, a entamé une grève de la faim

Cette photo non datée obtenue à partir du compte Twitter de Saeid Dehghan, un avocat du ressortissant français Benjamin Brière qui a été arrêté en Iran en 2020 pour espionnage, montre Brière posant pour une photo dans un lieu non divulgué (Photo, AFP).
Cette photo non datée obtenue à partir du compte Twitter de Saeid Dehghan, un avocat du ressortissant français Benjamin Brière qui a été arrêté en Iran en 2020 pour espionnage, montre Brière posant pour une photo dans un lieu non divulgué (Photo, AFP).
Short Url
  • «La démarche de Benjamin (...) est la seule arme avec laquelle il puisse lutter», a déploré sa soeur
  • L'avocat souligne que son client est «à bout de forces mentales et physiques» alors que sa prison «sinistre» est un «haut lieu d'exécutions extrajudiciaires»

PARIS: Le Français Benjamin Brière, détenu en Iran depuis fin mai 2020 et condamné à huit ans de prison, a entamé une grève de la faim le 28 janvier, ont annoncé lundi sa soeur Blandine Brière et son avocat, Me Philippe Valent.

"La démarche de Benjamin (...) est la seule arme avec laquelle il puisse lutter", a déploré sa soeur.

Benjamin Brière est détenu "pour des faits d'espionnage inexistants - au terme d'une parodie de procès intenté par les gardiens de la Révolution", a accusé son avocat dans un communiqué, ajoutant que son client était dans "l'attente hypothétique de la révision de son procès inique, conscient de n'être que l'otage des politiques iraniens".

L'avocat souligne que son client est "à bout de forces mentales et physiques" alors que sa prison "sinistre" est un "haut lieu d'exécutions extrajudiciaires".

Sa famille et ses soutiens se disent profondément inquiets de cette grève de la faim, alors que Benjamin Brière est détenu "depuis bientôt trois ans dans des conditions d'une exceptionnelle dureté".

Son avocat a également déploré le fait que les droits de son client sont "quotidiennement bafoués". "Cette démarche semble être la seule arme avec laquelle il puisse lutter contre l'absurdité et la dureté de sa situation", estime-t-il.

La France dénonce sans relâche depuis des mois "la diplomatie des otages" menée par le régime iranien. En vain.

Au total, sept Français sont détenus en Iran.

"Benjamin Brière perd chaque jour un peu plus espoir de sortir de cette captivité", a également réagi Me Valent, constatant que "les réponses politiques actuelles ne donnent pas de résultat".

Il exhorte à rendre le régime iranien "comptable des conséquences sur l'intégrité physique et morale de Benjamin Brière, qui met son existence en danger au nom d'une liberté qu'il doit recouvrer".

Benjamin Brière avait déjà entamé une grève de la faim en décembre 2021.

Bernard Phelan, Franco-irlandais détenu depuis le 1er octobre, avait lui aussi entamé une grève de la faim et de la soif début janvier, avant de la suspendre à la demande de sa famille inquiète d'une issue fatale face à des autorités iraniennes inflexibles.


Turquie et Syrie: Course contre le temps et le froid pour aider les rescapés

Des rescapés se réchauffent autour d'un feu dans les décombres de Kahramanmaras, en Turquie, après qu'un tremblement de terre de magnitude 7,8 a frappé le sud-est du pays le 7 février 2023 (Photo, AFP).
Des rescapés se réchauffent autour d'un feu dans les décombres de Kahramanmaras, en Turquie, après qu'un tremblement de terre de magnitude 7,8 a frappé le sud-est du pays le 7 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les secours se sont acharnés dans le froid, sous la pluie battante ou la neige, parfois à mains nues, pour sauver chaque vie qui pouvait l'être
  • Le mauvais temps qui plane sur l'Anatolie complique la tâche des secours et rend le sort des rescapés plus amer encore

HATAY: La course contre la montre et le froid s'est poursuivie toute la nuit en Turquie et dans le nord de la Syrie pour extirper des survivants des violents séismes qui ont ravagé la région lundi, laissant plusieurs milliers de morts.

Selon le dernier bilan officiel - qui rique de s'alourdir - près de vingt heures après la première des trois secousses, d'une magnitude de 7.8 ressentie jusqu'au Liban, à Chypre et dans le nord de l'Irak, plus de 4 300 personnes ont trouvé la mort dont 2 921 en Turquie selon l'organisme public de gestion des catastrophes (Afad) et plus de 1 440 en Syrie.

Les secours se sont acharnés dans le froid, sous la pluie battante ou la neige, parfois à mains nues, pour sauver chaque vie qui pouvait l'être, comme cette enfant de sept ans sortie des ruines à Hatay (sud), à la frontière syrienne, sous les yeux de l'AFP, après plus de 20 heures de terreur, le pyjama maculé de poussière.

Le mauvais temps qui plane sur l'Anatolie complique la tâche des secours et rend le sort des rescapés plus amer encore, grelottant sous des tentes ou autour de brasero improvisés.

Premières aides internationales

L'aide internationale à la Turquie doit cependant commencer à arriver mardi avec les premières équipes de secouristes, de France et du Qatar notamment. Le président américain Joe Biden a promis à son homologue Recep Tayyip Erdogan "toute l'aide nécessaire, quelle qu'elle soit".

Les Français envisageaient de se rendre en particulier à Kahramanmaras, épicentre du premier séisme, région difficile d'accès et profondément meurtrie ensevelie sous la neige.

Deux détachements américains de 79 secouristes chacun se préparaient lundi à se rendre sur place, selon la Maison Blanche.

Selon le président turc, 45 pays ont proposé leur aide.

En revanche en Syrie, l'appel lancé par les autorités de Damas a été surtout entendu par son allié russe, promettant des équipes de secours "dans les prochaines heures", alors que selon l'armée, plus de 300 militaires russes sont déjà sur les lieux pour aider aux secours.

L'Onu a également réagi, mais en insistant que l'aide fournie irait "à tous les Syriens sur tout le territoire", dont une partie n'est pas sous le contrôle du gouvernement.

Dans ces zones tenues par les rebelles, frontalières de la Turquie au nord-ouest de la Syrie, au moins 700 morts ont été dénombrés.

Profitant du chaos créé par le tremblement de terre, une vingtaine de combattants présumés du groupe Etat islamique (EI) se sont évadés d'une prison militaire à Rajo, contrôlée par des rebelles pro-turcs.

Les bilans de part et d'autre de la frontière n'ont cessé de s'alourdir et compte tenu de l'amplitude des dégâts ils devaient d'augmenter au fur et à mesure des recherches.

Rien qu'en Turquie, les autorités ont dénombré près de cinq mille immeubles effondrés. Et la chute radicale des températures fait courir un risque supplémentaire d'hypothermie aux blessés, coincés dans les ruines.

Dortoirs

L'Organisation mondiale de la santé a dit elle-même s'attendre au pire et redouter "des bilans huit fois plus élevés que les nombres initiaux".

Dans la journée de lundi, pas moins de 185 répliques ont été enregistrées, consécutives aux deux premières secousse: l'une de 7.8 survenue en pleine nuit (04H17 locales), l'autre, de magnitude 7.5, à la mi-journée, les deux dans le sud-est de la Turquie.

Des dortoirs ont été ouverts par les autorités locales dans les gymnases ou les collèges ou même dans les mosquées afin d'héberger les rescapés. Mais par crainte de nouveaux séismes, nombre d'habitants ont préféré passer la nuit dehors, comme à Sanliurfa, dans le sud-est turc.

"Qui n'a pas peur ? Tout le monde a peur !", assurait Mustafa Koyuncu, 55 ans, entassé avec sa femme et ses cinq enfants dans la voiture familiale.

Ce séisme est le plus important en Turquie depuis le tremblement de terre du 17 août 1999, qui avait causé la mort de 17 000 personnes, dont un millier à Istanbul.

Le chef de l'Etat turc a décrété un deuil national de sept jours et la fermeture des écoles pour la semaine.