Comment une banque en Turquie a financé les opérations terroristes du Hamas

Des militants palestiniens de la brigade Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, portent des roquettes simulées lors d'un rassemblement au camp de réfugiés de Nuseirat dans la bande de Gaza le 12 décembre 2014 (AFP / Fichier Photo).
Des militants palestiniens de la brigade Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, portent des roquettes simulées lors d'un rassemblement au camp de réfugiés de Nuseirat dans la bande de Gaza le 12 décembre 2014 (AFP / Fichier Photo).
Short Url
Publié le Dimanche 25 octobre 2020

Comment une banque en Turquie a financé les opérations terroristes du Hamas

  • La banque « a pleinement aperçu le rôle de l’agent dans le soutien des activités illicites et violentes du Hamas »
  • Le tribunal a également critiqué la Turquie pour son incapacité de bannir la fondation humanitaire turque IHH , une importante collectrice de fonds pour le Hamas dans le pays

JEDDAH: Une décision du tribunal de district des États-Unis statuant qu’une banque étrangère basée à Istanbul a aidé à financer le groupe terroriste du Hamas, a exercé une pression supplémentaire sur la Turquie pour son soutien implicite au financement du terrorisme.

Ankara est restée silencieuse sur le verdict, mais les conclusions de la Cour sont susceptibles d’isoler davantage la Turquie sur la scène internationale et de nuire à ses relations avec Israël.

Trois cabinets d'avocats américains, dont Stein Mitchell, ont lancé l'année dernière une action en justice contre la banque Kuveyt Turk pour un financement douteux du terrorisme.

Les cabinets agissaient au nom du couple Eitam et Na’ama Henkin, qui a été assassiné dans sa voiture lors d’une attaque terroriste en Cisjordanie en 2015. Leurs quatre enfants étaient également dans le véhicule, mais ont miraculeusement survécu.

Eitam Henkin était un ressortissant américain et sa femme une ressortissante étrangère.

L'attaque a été a accueillie par le Hamas comme un acte de « résistance courageuse » et « héroïque ».

Dans son jugement, le tribunal américain du district est de New York a déclaré que le Kuveyt Turk « tenait consciemment plusieurs comptes bancaires pour un membre du Hamas qui était la principale entité de collecte de fonds turque de l'organisation terroriste ».

Selon le tribunal, la banque « a pleinement aperçu le rôle de l’agent dans le soutien des activités illicites et violentes du Hamas ».

« Nous connaissons tous le soutien de longue date de l’Iran au Hamas. Mais le fait que la Turquie, alliée de l'OTAN, apporte un soutien significatif au groupe terroriste est moins digéré », a tweeté vendredi Jonathan Schanzer, vice-président directeur de la recherche à la Fondation pour la défense des démocraties.

Les plaignants dans cette affaire ont affirmé que la banque avait aidé et soutenu les meurtres en fournissant des services bancaires à trois clients, dont un membre connu du Hamas, Jihad Yaghmour, ainsi qu’une institution dirigée par le Hamas, l'Université islamique de Gaza.

Cependant, la plainte a également accusé la Turquie d'agir en tant que « soutien politique et financier majeur du Hamas » car le président turc Recep Tayyip Erdogan a souvent rencontré publiquement les hauts leaders du Hamas.

L’approbation de la Turquie de 11 prisonniers palestiniens libérés lors d’un échange de prisonniers entre Israël et le Hamas en 2011 a également été incluse dans la décision de justice comme preuve des liens étroits entre Ankara et l’organisation terroriste.

Le tribunal a également critiqué la Turquie pour son incapacité de bannir la fondation humanitaire turque IHH , une importante collectrice de fonds pour le Hamas dans le pays.

La fondation opère dans le cadre de l'Union of Good, un réseau mondial de collecte de fonds pour l'organisation terroriste, depuis octobre 2000. Le réseau rassemble plus de 50 organisations islamiques distinctes, dont plusieurs sont désignées comme groupes terroristes mondiaux par le Département du Trésor américain.

L'IHH a fait la une des journaux après le raid de Mavi Marmara lorsque des volontaires du groupe à bord d'un navire turc ont tenté de contourner le blocus de Gaza en mai 2010. Les forces israéliennes ont pris d'assaut le navire et tué 10 militants à bord, dont des ressortissants turcs et un Américain d'origine turque.

Le tribunal américain a sévèrement critiqué l'IHH pour son soutien à l'Université islamique de Gaza (UIG), qui a servi depuis les années 1990 comme principale source de recrutement pour les rangs du Hamas, en particulier les Brigades d’Al-Qassam.

Selon la décision du tribunal, de 2012 à 2015, la Kuveyt Bank a mené des activités criminelles en tenant plusieurs comptes bancaires pour Yaghmour, l’IHH et l’UIG. Il s'agit notamment de comptes en euros utilisés pour transférer des fonds via des comptes bancaires aux États-Unis.

Jeudi, le journal The Times au Royaume-Uni a affirmé que le Hamas avait installé un quartier général secret à Istanbul pour mener des cyberattaques et des opérations de contre-espionnages contre les ambassades saoudiennes et des Émirats arabes unis au Moyen-Orient et en Europe.

Sur la base de sources de renseignement occidentales, l’unité serait dirigée par les chefs militaires du Hamas à Gaza et sous les ordres de Samakh Saraj, un membre haut placé du Hamas.

En août, les États-Unis ont critiqué la Turquie pour l’accueil par Erdogan de deux dirigeants du Hamas à Istanbul, pour la deuxième fois cette année tout en affirmant que ces responsables étaient « des terroristes mondiaux spécialement nommés ». Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, était l'invité d'honneur de la réunion.

« Le soutien continue du président Erdogan envers cette organisation terroriste ne sert qu’à isoler la Turquie de la communauté internationale, nuit aux intérêts du peuple palestinien et sape les efforts mondiaux pour empêcher les attaques terroristes lancées depuis Gaza », a déclaré le département d’État américain.

Cependant, la Turquie ne cesse de lier des relations étroites avec le Hamas malgré les objections américaines tandis qu'Ankara a attribué des passeports et la citoyenneté à des dizaines de militants au cours des deux dernières années, y compris des membres influents d'une cellule terroriste du Hamas.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: report de l'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne pour les pourparlers de trêve

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Short Url
  • Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.
  • La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes.

DOHA : L'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne dans le cadre des efforts destinés à relancer les négociations pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza associé à une libération des otages a été reportée, a indiqué mercredi une source proche des discussions.

Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.

Le Qatar, avec l'Egypte et les Etats-Unis, mène depuis des mois des efforts discrets pour négocier une trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas, associée à un échange d'otages retenus dans la bande de Gaza et de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

De récentes discussions ont porté sur un cadre présenté fin mai par le président américain Joe Biden, qui avait indiqué qu'il s'agissait d'une proposition israélienne.

La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes, avait indiqué lundi la même source, citant notamment le contrôle du retour dans le nord de la bande de Gaza des civils déplacés.

Arrivé lundi à Washington, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, prononce mercredi un discours devant le Congrès américain.

Il doit s'entretenir jeudi avec Joe Biden au moment où les relations entre Israël et le gouvernement américain sont relativement tendues, les Etats-Unis faisant pression pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, dévastée par plus de neuf mois de guerre.

Le Premier ministre du Qatar a eu un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon un communiqué officiel publié mercredi à Doha.

Ils ont discuté des "derniers développements à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, ainsi que des efforts de médiation conjoints pour mettre fin à la guerre dans la région", selon le texte.


Un protocole d'accord pour stimuler la création d'emplois et la formation dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration en Arabie saoudite

Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Short Url
  • Le protocole d'accord porte sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique d'Al-Balad à Djeddah.
  • La collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

RIYADH : Le ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co, une filiale du Fonds d'investissement public, ont signé mercredi un protocole d'accord pour collaborer à la valorisation du capital humain national dans le secteur du tourisme.

Le protocole d'accord se concentre sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique de Jeddah, Al-Balad, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Cette collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

L'accord, signé par Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co. Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co., et Hind Al-Zahid, sous-secrétaire par intérim au développement des ressources humaines dans le secteur du tourisme, en présence du ministre du tourisme, Ahmed Al-Khateeb, stipule un effort de collaboration visant à exploiter les ressources et l'expertise partagées.

Le partenariat vise à renforcer les capacités des ressortissants saoudiens par le biais d'une formation complète, d'un enseignement et d'opportunités d'emploi.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du Royaume en matière de tourisme, qui vise à attirer 150 millions de visiteurs par an d'ici à 2030 et à créer 1,6 million d'emplois liés au tourisme.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Arabie saoudite se félicite de l'accord conclu entre les parties yéménites en vue de lever les sanctions économiques

Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Short Url
  • Les autorités yéménites et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de la compagnie Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire d'autres vols.
  • Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

RIYADH : l'Arabie saoudite a salué mercredi une déclaration de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen au sujet d'un accord entre le gouvernement internationalement reconnu du pays et les Houthis pour lever les sanctions économiques.

Hans Grundberg, l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, a déclaré mardi que les deux parties avaient convenu d'atténuer les hostilités économiques en annulant les mesures les plus récentes prises à l'encontre des banques dans les zones contrôlées par l'autre partie et s'étaient engagées à mettre fin à toutes les mesures de ce type à l'avenir.

Elles ont également convenu d'augmenter la fréquence des vols de la compagnie nationale Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et d'introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. En outre, les deux parties discuteront des questions administratives, technologiques et budgétaires liées à la compagnie aérienne.

Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

Le Royaume espère que l'accord contribuera au dialogue entre les parties yéménites sous les auspices du Bureau de l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen afin de résoudre toutes les questions économiques et humanitaires et de parvenir à une solution politique globale à la crise yéménite dans le cadre de la feuille de route visant à soutenir le processus de paix au Yémen.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com