Le Liban s'engage à des réformes en échange d'un programme viable du FMI

Une moissonneuse-batteuse est utilisée pour récolter de l'orge dans un champ à Mansourah, au Liban (Photo, Reuters).
Une moissonneuse-batteuse est utilisée pour récolter de l'orge dans un champ à Mansourah, au Liban (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 21 juin 2022

Le Liban s'engage à des réformes en échange d'un programme viable du FMI

  • Mikati a adressé un message clair : rapatriez les réfugiés syriens ou nous les expulserons
  • Le niveau de pauvreté des Libanais, des migrants et des Palestiniens s’est considérablement aggravé

BEYROUTH: Le président libanais Michel Aoun a souligné lundi que le Liban est «engagé à mener les réformes requises», mais a déclaré que le pays «a besoin du programme du FMI dans les limites de son applicabilité au Liban».
La prise de position de M. Aoun a coïncidé avec la mise en garde du Premier ministre sortant, Najib Mikati, qui a demandé à «la communauté internationale de coopérer avec le Liban pour assurer le retour des réfugiés syriens dans leur pays, faute de quoi le Liban s'emploiera à faire sortir les Syriens par des moyens légaux et l'application ferme de la loi libanaise».
Aoun a rencontré le représentant nouvellement nommé du Fonds monétaire international (FMI) à Beyrouth, Federico Lima, qui a appelé à l'adoption rapide de réformes, notamment le contrôle des capitaux, le secret bancaire et d'autres mesures liées à la restructuration du secteur financier.
En avril, le Liban et le FMI ont signé un accord au niveau du personnel, une déclaration d'intention mutuelle entre la mission du FMI et la délégation libanaise chargée des négociations. Toutefois, avant la signature, le Liban doit remplir toutes les conditions fixées par le FMI.
Le pays est politiquement divisé sur l'adoption des réformes requises, notamment sur le plan de relance économique, l'établissement de l'indépendance du pouvoir judiciaire et l'élaboration d'un plan crédible pour le secteur de l'électricité, l'éloignant du courtage, des quotas et des projets de distribution et de service.
Le pays n'a pas mis en œuvre les conditions du FMI au cours des deux dernières années, soit depuis le début des pourparlers. Les conditions comprennent, par exemple, la consolidation des taux de change de la Banque du Liban, le développement d'une stratégie claire pour la restructuration de la dette publique à moyen et long terme, le développement d'une stratégie convenue pour la restructuration du secteur bancaire, et un audit des budgets de la banque. Ces budgets déterminent sa position financière et ses liquidités restantes en devises étrangères, de manière à développer la transparence.
Parallèlement, le ministère des Affaires sociales a lancé lundi un appel au nom du gouvernement «pour obtenir 3,2 milliards de dollars afin de faire face aux effets persistants de la crise syrienne en fournissant une assistance vitale aux personnes dans le besoin, et en soutenant l'infrastructure des institutions publiques, les services et l'économie locale au Liban».
Lors du lancement du Plan de réponse à la crise au Liban, Mikati a rappelé que «le Liban accueille des déplacés syriens depuis maintenant plus de 11 ans. Alors que les ressources sont de plus en plus limitées par la crise économique, un soutien accru aux personnes déplacées et aux communautés d'accueil libanaises reste une priorité absolue pour le gouvernement libanais et ses partenaires».
«Nous vous prions instamment d'être aux côtés du Liban, de son peuple et de son gouvernement, et aux côtés des personnes déplacées pour répondre à leurs besoins urgents, et de travailler ensemble pour surmonter les obstacles à leur retour en toute sécurité dans leur patrie», a déclaré Mikati à la communauté internationale, ajoutant: «Notre situation actuelle est radicalement différente de ce qu'elle était auparavant, car nous traversons aujourd'hui l'une des plus graves crises économiques, financières, sociales et politiques du monde.»
«Par conséquent, environ 85 % des Libanais vivent désormais sous le seuil de pauvreté. Environ un tiers de la population libanaise est maintenant déplacée et souffre de la pauvreté, ce qui signifie que 11 ans après le début de la crise syrienne, le Liban n'a plus la capacité de supporter tout ce fardeau, surtout dans les circonstances actuelles.»
«Le Liban compte désormais sur vous pour nous aider à maintenir la sécurité et la stabilité économique et sociale», a-t-il ajouté.
«Le Plan de réponse à la crise au Liban réunit plus de 126 partenaires pour aider 3,2 millions de personnes dans le besoin vivant au Liban. Il vise à fournir un soutien à 1,5 million de Libanais, 1,5 million de déplacés syriens et plus de 209 000 réfugiés palestiniens», a déclaré le ministère des Affaires sociales, ajoutant que «l'aide de 9 milliards de dollars fournie par le Plan de réponse à la crise au Liban depuis 2015 a montré des résultats tangibles auprès de la population d'accueil et les personnes déplacées».
Il a ajouté que les personnes à travers le Liban s'enfoncent davantage dans la pauvreté en raison de la dépréciation de la monnaie, de l'inflation élevée, de la hausse des prix et de la perte de revenus. Les failles dans les chaînes d'approvisionnement, y compris le carburant, le blé et l'électricité, continuent d'avoir un impact sur l'environnement opérationnel des partenaires du Plan de réponse à la crise au Liban, alors qu'ils sont simultanément confrontés à une augmentation de la pression des autorités et des communautés locales pour fournir de l'aide dans un contexte de besoins croissants.
Najat Rochdi, coordinatrice humanitaire pour le Liban, a déclaré que «neuf Syriens sur dix au Liban vivent dans la pauvreté».
Elle a ainsi rappelé l'augmentation considérable du niveau de pauvreté des Libanais, des migrants et des Palestiniens. Ces circonstances poussent les familles à envoyer les enfants travailler au lieu de les inscrire à l'école, à sauter des repas et à s'endetter.
L'ambassadrice du Canada au Liban, Chantal Chastenay, s'exprimant au nom des pays donateurs, a déclaré: «Environ 4,1 milliards de dollars ont été promis aux réfugiés syriens lors de la conférence de Bruxelles.»
Elle a réaffirmé l'engagement en faveur d'une solution politique à la crise syrienne, insistant sur le processus de redressement à l'intérieur de la Syrie et promettant de soutenir les pays d'accueil et d'aider le Liban à faire face au déplacement à long terme par le développement et le financement.


Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le roi Salmane et le prince héritier saoudien reçoivent le roi de Bahreïn

Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).
Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).
Short Url
  • Etaient également présents plusieurs responsables parmi lesquels le ministre d’Etat Turki ben Mohammed et l’ambassadeur du Bahreïn en Arabie saoudite
  • Le prince héritier Mohammed ben Salmane a ensuite rencontré le roi au palais, organisant un diner pour ce dernier

DJEDDAH: Le roi Salmane d’Arabie saoudite a reçu son homologue bahreïni pour un déjeuner en son honneur au Palais d’Al-Salam à Djeddah ce dimanche.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).

Etaient également présents plusieurs responsables parmi lesquels le ministre d’Etat Turki ben Mohammed et l’ambassadeur du Bahreïn en Arabie saoudite Cheikh Ali ben Abdulrahmane Ali Al-Khalifa.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a ensuite rencontré le roi au palais, organisant un diner pour ce dernier.

Le roi du Bahreïn est arrivé à Djeddah plus tôt dans la journée et a été reçu par le gouverneur de La Mecque Khalid Al-Faisal et le ministre d’Etat Turki ben Mohammed.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Tebboune réitère l’intérêt de l’Algérie à rejoindre les BRICS

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Short Url
  • Tebboune avait participé au sommet des BRICS par liaison vidéo à la fin du mois de juin
  • En 2018, la production totale des cinq pays membres s'élevait à approximativement 23,2% du produit brut mondial

ALGER : À une ère de conflits où toutes les nations sont sommées de choisir un camp, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a de nouveau évoqué, ce dimanche soir, la possibilité d’adhésion de l'Algérie aux BRICS, constitués du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud.

Le président algérien a déclaré lors de sa dernière conférence de presse que l’Algérie tend à réaliser ce projet étant donné que cette organisation représente une « puissance économique et politique », considérable et espère que l'adhésion à ce groupe préservera le pays de « l'extrême polarisation du monde ». 

Tebboune avait précédemment participé au sommet des BRICS par liaison vidéo à la fin du mois de juin.

Dans ce contexte, Tebboune a souligné, sans « anticiper les événements », que « l'Algérie remplit, dans une large mesure, les conditions nécessaires afin de rejoindre le groupe des BRICS ».

Le Chef de l’État algérien, a, par ailleurs, affirmé que l’économie algérienne « commence aujourd’hui à se redresser » ajoutant que l’objectif « est de développer notre revenu national d’une manière qui nous permettra d’entrer dans le groupe des BRICS. ». 
 

T
Les présidents chinois Xi Jinping, russe Vladimir Poutine, brésilien Jair Bolsonaro, sud-africain Cyril Ramaphosa et le Premier ministre indien Narendra Modi, assistent à une réunion lors du sommet des BRICS à Brasilia (Photo, AFP).

Des rapports précédents parlaient de la possibilité que de nouveaux pays, à savoir l'Égypte et la Turquie, puissent rejoindre l'organisation.

Ces pays réunis, leur population représenterait environ 3 milliards d'habitants, soit plus de 41 % de la population mondiale.

En 2018, la production totale des cinq pays membres s'élevait à approximativement 23,2% du produit brut mondial.

Un nouvel ordre mondial 

Abdelmadjid Tebboune avait également évoqué "l'approche de l'Algérie face à la nécessité de s'efforcer d'établir un nouveau système économique qui garantisse la parité et l'égalité entre les différents pays", selon ce qui a été cité par l'agence de presse officielle algérienne.

En juin, s’adressant par vidéo conférence au dirigeant chinois qui présidait la réunion des BRICS, ce dernier avait déclaré que  « les tensions et les soubresauts qui secouent les relations internationales aujourd’hui nous interpellent tous, non seulement au vu du volume de la gouvernance mondiale et des défis de l’heure, qui se posent aux efforts visant à instaurer la paix, mettre fin aux conflits et impulser la roue du développement, mais aussi pour les dangers de la polarisation qui augure d’un changement des rapports de force sur la scène internationale et présage les contours du nouvel ordre mondial » faisant référence à l’inexorable division du monde déclenchée par la guerre entre l’Ukraine et la Russie.


Iran: L'UE juge «inacceptable» la répression des manifestations selon Borrell

Manifestation contre la mort de Mahsa Amin à Téhéran (Photo, Reuters).
Manifestation contre la mort de Mahsa Amin à Téhéran (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell condamne aussi la décision des autorités iraniennes de restreindre drastiquement l'accès à internet
  • Les manifestations ont commencé le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini, arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour port inapproprié de vêtements

BRUXELLES: L'Union européenne a jugé dimanche "injustifiable et inacceptable" l'usage "généralisé et disproportionné de la force" contre les manifestants en Iran, après neuf jours de protestations contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs, qui ont fait 41 morts.

Dans une déclaration au nom de l'UE, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell condamne aussi "la décision des autorités iraniennes de restreindre drastiquement l'accès à internet et de bloquer les plateformes de messagerie instantanée", qui "constitue une violation flagrante de la liberté d'expression".

"L'Union européenne continuera à examiner toutes les options à sa disposition, avant le prochain Conseil (des ministres des) Affaires étrangères, face à la mort de Mahsa Amini et à la façon dont les forces de sécurité iraniennes ont répondu aux manifestations qui ont suivi", a averti M. Borrell, sans plus de précision.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini, arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict.

"Nous attendons de l'Iran qu'il cesse immédiatement la répression violente des manifestations et permette l'accès à internet, ainsi que la libre circulation des informations", ajoute le haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères.

Il a aussi appelé Téhéran à "clarifier le nombre de morts et de personnes arrêtées, à libérer tous les manifestants non-violents".

"La mort de Mahsa Amini doit faire l'objet d'une enquête en bonne et dûe forme, et tout responsable avéré de sa mort doit rendre des comptes", poursuit-il, prenant "note à cet égard de la déclaration du président iranien" Ebrahim Raïssi.

Selon le bilan officiel iranien non détaillé incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en neuf jours de protestations.

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo faisant état d'au moins 54 manifestants tués.