Le Soudan demande la restitution des trésors pillés par les Britanniques

The Charge of the 21st Lancers at Omdurman de Richard Caton Woodville, Jr. (Wikimedia Commons)
The Charge of the 21st Lancers at Omdurman de Richard Caton Woodville, Jr. (Wikimedia Commons)
Short Url
Publié le Mardi 21 juin 2022

Le Soudan demande la restitution des trésors pillés par les Britanniques

  • La liste comprend deux crânes appartenant à des soldats soudanais rapportés du champ de bataille d’Omdourman cette année-là
  • Un étendard pris à Omdourman, qui se trouve actuellement à la bibliothèque verte du palais de l’université de Durham, et une armure conservée au sein de la collection des armures royales, font partie des objets que le Soudan souhaite récupérer

LONDRES: Le Soudan demande le retour de nombreux objets historiques détenus par le Royaume-Uni, notamment des antiquités et des restes humains, pris pendant la période coloniale après l’invasion de la région par l’Empire britannique en 1898. 

La liste comprend deux crânes appartenant à des soldats soudanais rapportés du champ de bataille d’Omdourman cette année-là, dans le cadre d’un vaste programme de chasse aux trophées et de pillage organisé par des soldats britanniques. Ces actes sont considérés comme une tentative de vengeance pour la mort du major-général Charles Gordon durant le siège de Khartoum en 1885. 

Les crânes ont été transférés au Anatomical Museum d’Édimbourg par l’homme d’affaires Henry Wellcome, où ils ont rejoint une collection de restes humains provenant de toute l’Afrique pour promouvoir des théories scientifiques racistes populaires en Europe et en Amérique du Nord au XIXe siècle. 

Les autorités de Khartoum tiennent à ce que les restes des deux soldats soudanais soient restitués. 

Dr Eglal el-Malik, directrice de la conservation à la Société nationale des antiquités et des musées, déclare: «Nous devons mener une campagne à grande échelle. Ces gens sont nos frères, nos héros. Ils ont participé à l’unification et à la défense de notre pays. C’est une histoire très particulière de résistance à l’impérialisme. Leurs descendants devraient voir tout cela ici.» 

Un étendard pris à Omdourman, actuellement à la bibliothèque verte du palais de l’université de Durham, et une armure conservée au sein de la collection des armures royales, font également partie des objets que le Soudan souhaite récupérer. L’objectif est de les exposer dans un musée spécialisé à Omdourman, récemment restauré grâce à des fonds fournis par le British Council et dédiés à la bataille et au patrimoine de la domination coloniale britannique, qui a pris fin en 1956. 

Ahmed Mohammed, conservateur du musée, déclare au Guardian: «Je veux montrer les véritables détails de la bataille d’Omdourman et je ne peux pas y parvenir si je n’ai pas tous les objets. C’est très important que le peuple soudanais le sache.» 

Certains objets ont déjà été rapatriés, dont une étoffe portée par un guerrier soudanais. Elle a été rendue par une famille britannique. L’un de ses ancêtres l’avait récupérée sur le champ de bataille. 

En dépit de cette volonté, de nombreux défis pratiques persistent, notamment des problèmes juridiques et de sécurité. 

«Il y a énormément de Soudanais qui veulent récupérer ces objets désormais, mais ils doivent être conscients des problèmes juridiques. La réalité est que notre pays connaît des difficultés. Ce serait formidable de pouvoir récupérer tous ces objets maintenant, mais ils sont correctement conservés et énormément de gens les voient. Donc, nous devons être raisonnables», ajoute Dr El-Malik. 

Tous les experts soudanais ne sont même pas d’accord sur la question de la restitution de ces trésors au pays, étant donné que la nation est ravagée par la guerre depuis des décennies, ce qui entrave sa capacité à récupérer et à sauvegarder son patrimoine pillé. 

Outre l’investissement britannique dans le musée d’Omdourman, le Musée national du pays à Khartoum est en cours de rénovation grâce à un don de 1 million de dollars (1 dollar = 0,95 euro) du gouvernement italien. 

Ghalia Gharelnabi, directrice par intérim du Musée national, déclare: «La situation ici n’est pas adaptée. Pour le moment, les objets doivent rester où ils sont, mais bien sûr, nous aimerions éventuellement les exposer dans notre musée.» 

Dr El-Malik note que les universitaires et les responsables des institutions britanniques détenant des articles soudanais avaient été «très efficaces dans l’ensemble» sur la question du rapatriement. 

Un porte-parole de l’université de Durham affirme: «Nous travaillons en étroite collaboration avec la Société nationale des antiquités et des musées du Soudan, notamment sur des demandes de prêt pour plusieurs pièces d’archives à exposer au Soudan. Les deux parties reconnaissent que cela ne se fait pas sans difficulté.» 

Le professeur Tom Gillingwater, du Anatomical Museum d’Édimbourg, déclare que son institution n’avait pas reçu de demande officielle de restitution des crânes soudanais. 

«Les restes humains sont désormais utilisés pour la recherche sur l’Histoire de la génétique, les régimes alimentaires et le mouvement des populations. Nous prenons très au sérieux notre patrimoine colonial et son impact contemporain, et nous continuons d’examiner les moyens de résoudre ces problèmes importants», ajoute-t-il. 

Le grand nombre d'objets historiques que la Grande-Bretagne a pris à l'étranger à l'époque de son empire est une source de controverse depuis un certain temps, notamment en ce qui concerne d’autres objets du Soudan datant des époques romaine et égyptienne antiques. 

D’autres pays européens se sont également attaqués au problème: en 2021, l’Allemagne est devenue le premier pays à restituer les fameuses statues pillées en Afrique de l’Ouest au XIXe siècle, connues sous le nom de «bronzes du Bénin», dont un certain nombre se trouvent toujours au British Museum. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


«Don't Worry Darling» domine le box office nord-américain sans se faire de bile

 Olivia Wilde à la première de «Don't Worry Darling» au AMC Lincoln Square Theatre (Photo, AFP).
Olivia Wilde à la première de «Don't Worry Darling» au AMC Lincoln Square Theatre (Photo, AFP).
Short Url
  • Thriller dystopique d'Olivia Wilde dont la production a été entachée de rumeurs et la sortie pas franchement applaudie par la critique, a pris un bon départ
  • Le film a engrangé 19,2 millions de dollars, selon des chiffres provisoires du cabinet Exhibitor Relations publiés dimanche

LOS ANGELES: Il n'y avait donc pas de quoi s'inquiéter: "Don't Worry Darling", thriller dystopique d'Olivia Wilde dont la production a été entachée de rumeurs et la sortie pas franchement applaudie par la critique, a pris un bon départ dans les salles obscures nord-américaines, arrivant en première position ce week-end.

Le film a engrangé 19,2 millions de dollars, selon des chiffres provisoires du cabinet Exhibitor Relations publiés dimanche.

Avant même sa sortie, il avait fait beaucoup jaser, suscitant moult spéculations sur des tensions, rivalités et incidents entre les principaux protagonistes. Le film n'a par ailleurs pas vraiment séduit les critiques, affichant un score de seulement 38% sur le site "Rotten Tomatoes", qui compile les avis de journalistes spécialisés.

Dans "Don't Worry Darling", sorte de "Truman Show" angoissant dans l'Amérique des années 50, Florence Pugh ("Black widow") incarne Alice, une jeune femme bien sous tous rapports vivant à Victory, une petite ville modèle construite en plein désert par un mystérieux homme d'affaires, joué par Chris Pine.

Comme toutes ses voisines, Alice a une vie réglée comme du papier musique, et, a priori, tout pour être heureuse aux côtés de Jack (Harry Styles), son compagnon, qui part chaque matin pour un travail dont elle ignore tout.

En échange de ce bien-être matériel, Victory n'a qu'une seule règle: ses habitants ne doivent jamais sortir des limites de la ville. Un tabou qu'Alice ne va pas tarder à briser...

Sorti la semaine passée en pole position, "The Woman King", épopée historique de guerrières d'un royaume ouest-africain, glisse ce week-end à la deuxième place, avec 11,1 millions.

Dans ce film, qui dépeint la vie réelle des combattantes du royaume du Dahomey au XIXème siècle -- situé dans l'actuel Bénin --, l'actrice oscarisée Viola Davis incarne Nanisca, une guerrière chevronnée qui forme la prochaine génération de recrues chargées de lutter contre un royaume rival africain plus important et des marchands d'esclaves européens.

Le long métrage installé sur la troisième marche du podium n'est autre qu'"Avatar", re-diffusé en prévision de la sortie de sa suite "Avatar 2: la voie de l'eau", en décembre.

Le film de James Cameron, qui avait fait un tabac en 2009, a réussi à engranger quelque 10 millions, surtout dans des salles Imax.

"Barbarian", un film d'horreur de 20th Century avec Georgina Campbell et Bill Skarsgard, arrive à la quatrième place, avec 4,8 millions.

En cinquième position arrive l'étrange et sanglant "Pearl", de Ti West, avec 1,9 million. Il y est question de séjour à la ferme, d'ambitions cinématographiques, de haches, de fourches et d'alligators...

Voici le reste du top 10:

6 - "Coup de théâtre" (1,9 million de dollars)

7 - "Bullet Train" (1,8 million)

8 - "Krypto et les Super-Animaux" (1,8 million)

9 - "Top Gun : Maverick" (1,6 million)

10 - "Les Minions 2: Il était une fois Gru" (1 million)


Pour sa tournée canadienne, Ibrahim Maalouf met l’accent sur la diversité ethno-culturelle

Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste. (Photo, AFP)
Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf a fait son grand retour à Montréal vendredi lors de la tournée mondiale de son nouvel album Capacity to Love
  • Aussi spontané dans la vie que sur scène, Maalouf séduit

MONTRÉAL : Passé de lauréat des plus grands concours internationaux de trompette classique à travers le monde, à jazzman le plus populaire de la scène musicale française, le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf a fait son grand retour à Montréal vendredi lors de la tournée mondiale de son nouvel album Capacity to Love

20h00, la foule trépigne d’impatience. Une fois à l’intérieur, la salle de concert est littéralement pleine.  

Ibrahim Maalouf enchaîne les mélodies et n’hésite pas à interagir avec son public « On a tous besoin de faire un peu de cardio, étant donné que ma maman me gave de ‘Kébbé’ (un plat populaire libanais) » plaisante l’artiste devant un public enflammé.

Le trompettiste incite son audience à danser, à chanter pendant plusieurs minutes pour accompagner ses compositions. 

Avec à la fois beaucoup de calme et d’intensité, le public se plonge dans un silence parfait pour se laisser emporter dans l’univers quasi-sacré du trompettiste lorsqu’il interprète True Sorry, un grand succès extrait de son album Illusions.

Une bouffée d'énergie. Le guitariste, le trompettiste, le bassiste et le pianiste y vont chacun de leur improvisation, Maalouf quitte la scène pour les laisser profiter de ce moment de gloire.

La chanteuse Flavia Coelho s'est aussi chargée d’introduire la soirée avec sa musique caribéenne, de reggae et de hip-hop.

Aussi spontané dans la vie que sur scène, Maalouf séduit. Il met l'accent sur la diversité ethno-culturelle et notre capacité à nous aimer (Capacity to Love). Il clôture ainsi son concert avec la réinterprétation du célèbre Discours final du « Dictateur », de Charlie Chaplin.

Standing ovation du public. Les mots « magnifiques », « magiques » et « grandioses » sont ceux qui reviennent le plus souvent sur les lèvres d’une audience impressionnée par la performance de l’artiste.

 


Les concerts de Roger Waters en Pologne annulés à cause de ses déclarations sur l'Ukraine

Roger Waters se produit au Madison Square Garden le 30 août 2022 à New York. (AFP).
Roger Waters se produit au Madison Square Garden le 30 août 2022 à New York. (AFP).
Short Url
  • Le conseil municipal de Cracovie doit se prononcer cette semaine sur une motion déclarant Roger Waters «persona non grata». L'un des membres du conseil municipal a appelé les habitants de la ville à boycotter ses concerts
  • L'organisateur des concerts, Live Nation Polska, a indiqué samedi sur Twitter que les concerts, qui avaient été prévus en avril 2023 dans la grande salle de sports de la ville avaient été annulés, mais sans fournir de précisions

VARSOVIE : Roger Waters, co-fondateur du groupe de rock Pink Floyd, a exprimé sa fureur dimanche après l'annulation de deux concerts programmés à Cracovie en Pologne à cause de ses déclarations jugées complaisantes vis-à-vis de la Russie, concernant la guerre en Ukraine.

Le conseil municipal de Cracovie doit par ailleurs se prononcer cette semaine sur une motion déclarant Roger Waters "persona non grata". L'un des membres du conseil municipal, Lukasz Wantuch, a appelé les habitants de la ville à boycotter ses concerts.

Dans une lettre ouverte début septembre, le musicien britannique avait écrit que l'Occident devrait arrêter de fournir des armes à l'Ukraine et accusé le président ukrainien Volodymyr Zelensky d'avoir toléré un "nationalisme extrême" avant de l'enjoindre de mettre un terme à "cette guerre meurtrière".

L'organisateur des concerts, Live Nation Polska, a indiqué samedi sur Twitter que les concerts, qui avaient été prévus en avril 2023 dans la grande salle de sports de la ville avaient été annulés, mais sans fournir de précisions.

Roger Waters, actuellement en tournée aux Etats-Unis, a démenti sur Facebook les affirmations des médias polonais selon lesquelles son groupe avait renoncé et s'en est pris à M. Wantuch, l'accusant de "censurer de manière draconienne" son travail.

"Lukasz Wantuch semble ne rien connaître de mon histoire (qui a consisté) à oeuvrer toute ma vie, au prix de certains sacrifices personnels, au service des droits humains", a déclaré le chanteur-compositeur.

Paraphrasant les paroles du grand succès des Pink Floyd "Another Brick in the Wall", Waters a ajouté: "Hey! Lukasz Wantuch! +laissez les enfants tranquilles!+".

Il a affirmé qu'il voulait uniquement appeler les pays impliqués "à travailler en vue d'une paix négociée plutôt que d'aggraver la situation vers une issue encore pire".