«Soulagement» et «peur du vide» après le verdict au procès des attentats de novembre 2015

À l'intérieur de la vaste salle d'audience, des parties civiles s'attardent, certaines semblent très émues (Photo, AFP).
À l'intérieur de la vaste salle d'audience, des parties civiles s'attardent, certaines semblent très émues (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

«Soulagement» et «peur du vide» après le verdict au procès des attentats de novembre 2015

  • Plus de six ans après les faits, la cour d'assises spéciale de Paris a condamné mercredi soir Salah Abdeslam à la perpétuité incompressible
  • Les autres accusés se sont vus infliger des peines allant de deux ans de prison à la perpétuité

PARIS: "Dix mois de procès, ça aide à se reconstruire. C'est fini, ça va faire un vide", résume Sophie, rescapée des attaques jdihadistes du 13 novembre 2015 à Paris, soulagée et les larmes aux yeux après l'annonce mercredi du verdict dans le procès des attentats les plus meurtriers jamais commis en France.

Plus de six ans après les faits, la cour d'assises spéciale de Paris a condamné mercredi soir Salah Abdeslam, le seul membre encore en vie de commandos qui ont fait 130 morts, à la perpétuité incompressible, la peine la plus lourde du code pénal.

Les autres accusés se sont vus infliger des peines allant de deux ans de prison à la perpétuité, avec période de sûreté pour certains et incompressible pour d'autres.

Avant le début de la lecture du verdict, la vaste salle d'audience n'avait jamais été aussi pleine, et les rescapés et proches de victimes - des terrasses de café et de restaurants ciblés par des tirs de kalachnikov, de la salle de spectacle du Bataclan ou des abords du Stade de France - se serraient les uns aux autres sur les bancs de bois, dans une ambiance électrique, loin du grand silence du premier jour.

La lecture des motivations par le président Jean-Louis Périès prendra moins d'une heure. Après ses derniers mots, les premières parties civiles quittent la salle, certains en larmes.

"Les peines sont assez lourdes", estime Sophie, émue. "Ils ne sortiront pas tout de suite de prison. On va savourer, je ressens beaucoup de soulagement".

«Justice a été rendue»

Elle prend dans ses bras David Fritz, rescapé comme elle de la salle de spectacles du Bataclan, où un commando a semé la mort pendant un concert.

"Je sens que j'ai grandi. C'est important de voir que la justice a été rendue. C'était nécessaire. C'est un moment un peu flottant, comme si on claquait une grande porte ferrée", détaille-t-il.

Pour Bruno Poncet, lui aussi survivant du Bataclan, "c'est un vrai soulagement d'en avoir fini avec le procès. Je suis venu quasi tous les jours. Ca n'a pas toujours été facile. Il y a une peur du vide aujourd'hui mais il est temps d'en sortir", explique-t-il.

Il s'interroge aussi: "Certaines peines peuvent paraître un peu lourdes. Je me pose la question de nos prisons qui sont déjà surchargées. J'ai peur qu'on crée des monstres".

À l'intérieur de la vaste salle d'audience, des parties civiles s'attardent, certaines semblent très émues. Certains montent sur les bancs de bois clair pour apercevoir le box.

Les trois accusés qui comparaissaient libres, et qui ressortiront libres, affichaient sourires et soulagement.

«Se serrer les coudes»

Philippe Duperron, président de l'association 13Onze15, considère que la "réparation" des victimes "consistait essentiellement dans la tenue du procès, la possibilité offerte de s'exprimer, de déposer leur douleur et leur souffrance. Maintenant, ceci dépend de chaque individu, certains avaient besoin de cette peine" de prison, ajoute-t-il.

"Le chemin face à cette horreur a été de se reconstruire en groupe, et pas individuellement", souligne Arthur Dénouveaux, président de Life for Paris. "On avait besoin de se serrer les coudes et d’entendre ce que la justice avait à nous dire après 6 ans et demi."

Avant de quitter la salle des pas perdus, les parties civiles viennent émarger une dernière fois avec leur badge, tout sourire pour certains.

D'autres immortalisent l'issue de ces dix mois de procès par une photo, une dernière bise, ensemble. Beaucoup de bienveillance se dégage de leurs discussions.

Nombre d'entre eux rejoignent les deux brasseries face au palais de justice, saturées de discussions dans la nuit.


Paris : braquage d'une boutique de luxe à la voiture-bélier, un homme interpellé

Une enquête a été ouverte, notamment du chef de vol aggravé et refus d'obtempérer, et les investigations ont été confiées au 1er district de la police judiciaire parisienne. (Photo, AFP)
Une enquête a été ouverte, notamment du chef de vol aggravé et refus d'obtempérer, et les investigations ont été confiées au 1er district de la police judiciaire parisienne. (Photo, AFP)
Short Url
  • Vers 2H00 du matin, le suspect, âgé de 24 ans, fonce avec une voiture contre la vitrine de l'enseigne Valentino, maison de haute couture italienne, rue Saint-Honoré, dans le cœur de la capitale
  • Le fuyard plonge dans la Seine où il est récupéré par la brigade fluviale avant son placement en garde à vue

PARIS: Un homme, soupçonné d'un braquage à la voiture-bélier contre une boutique de luxe dans la nuit de lundi à mardi à Paris, a été interpellé peu après les faits dans la Seine alors qu'il tentait de fuir la police, a-t-on appris de sources policière et proche du dossier. 

Vers 2H00 du matin, le suspect, âgé de 24 ans, fonce avec une voiture contre la vitrine de l'enseigne Valentino, maison de haute couture italienne, rue Saint-Honoré, dans le cœur de la capitale. 

Après s'être emparé de plusieurs articles, notamment des sacs à main de luxe, l'homme prend la fuite avec sa voiture, selon une source policière. 

Repéré par un équipage de police au niveau de la place de l'Opéra, il est pris en chasse mais refuse de s'arrêter et poursuit sa route jusqu'à la place de la Concorde toute proche, où il abandonne son véhicule, a ajouté la source policière. 

Le fuyard plonge alors dans la Seine où il est récupéré par la brigade fluviale avant son placement en garde à vue. 

« Le butin est en cours d'évaluation. Sous réserve de vérifications, il aurait été retrouvé intégralement », selon une source proche du dossier. 

Une enquête a été ouverte, notamment du chef de vol aggravé et refus d'obtempérer, et les investigations ont été confiées au 1er district de la police judiciaire parisienne (1er DPJ), a indiqué le parquet de Paris, sollicité par l'AFP. 


Colmar: Un Afghan de 27 ans tué par balle après avoir protesté contre un rodéo urbain

L'auteur du rodéo urbain faisait des allées et venues sur son scooter (Photo, AFP).
L'auteur du rodéo urbain faisait des allées et venues sur son scooter (Photo, AFP).
Short Url
  • Un groupe d'Afghans partageait un barbecue, avant d'être importuné par un scooter dont le conducteur effectuait un rodéo
  • «La situation a dégénéré ensuite rapidement»

STRASBOURG: Un jeune Afghan de 27 ans est mort après avoir été blessé par balle alors qu'il avait protesté contre un rodéo urbain dimanche à Colmar, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

"J'ouvre aujourd'hui (lundi) une information judiciaire, avec saisine d'un juge d'instruction du chef d'assassinat contre X", a indiqué à l'AFP la procureure de Colmar, Catherine Sorita-Minard, précisant que "le ou les auteurs sont en fuite".

Les faits se sont produits samedi en milieu de journée dans le quartier de l'Europe, à Colmar.

Un groupe d'Afghans partageait un barbecue, avant d'être importuné par le bruit d'un scooter dont le conducteur effectuait un rodéo.

S'en est suivie une altercation avec le conducteur qui a fini par quitter les lieux avant de revenir, de tirer sur l'un des membres du groupe et de s'enfuir, selon le récit d'une source policière.

"Un des auteurs, sur un scooter, faisait des allées et venues", rapporte une autre source policière, sans évoquer de rodéo ou de rassemblement de scooters.

"La situation a dégénéré ensuite rapidement avec le groupe d'Afghans auquel appartient la victime, et un groupe auquel appartenait le conducteur du scooter", raconte encore cette source. Selon elle, le tireur n'était pas nécessairement le conducteur du scooter, mais était quoi qu'il en soit membre de ce dernier groupe.

Le jeune Afghan, inconnu des services de police, a été touché au thorax. Hospitalisé dans un état critique, il a succombé à ses blessures.

L'antenne de Mulhouse de la police judiciaire est en charge de l'enquête.

Une marche blanche partie du quartier de reconquête républicaine (QRR) où se sont produits les faits a rassemblé 165 personnes lundi après-midi et s'est achevée devant le commissariat, a indiqué la police.

Les manifestants ont défilé avec des drapeaux afghans et brandi des portraits de la victime, selon des photos diffusées par les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Lundi, en fin de journée, le ministre de l'Intérieur a annoncé l'envoi de la CRS 8 à Colmar, une unité mobile spécialement créée pour intervenir rapidement sur tout le territoire.

"D'importants moyens sont mis en œuvre pour retrouver le tueur de Colmar", a indiqué Gérald Darmanin sur Twitter.

"J'ai par ailleurs décidé de l’envoi de la CRS 8 sur place pour procéder à des opérations de police afin de restaurer l’ordre républicain et présenter à la justice les voyous qui veulent imposer leur loi", a-t-il poursuivi sur ce même réseau.

Le maire de Colmar, Eric Straumann (LR), a estimé sur Facebook que "la mort de ce jeune homme affecte toute la population colmarienne", appelant à "ne pas alimenter les réseaux sociaux par des propos aussi excessifs qu'inutiles" et à laisser "la police faire son travail sereinement".


Afrique: près de 60 ans d'interventions militaires françaises

Les forces françaises ont soutenu le Mali contre les insurgés pendant près d'une décennie, mais le président Emmanuel Macron a décidé de se retirer après que la France et la junte malienne se sont brouillées à la suite d'une prise de pouvoir militaire en août 2020. (AFP).
Les forces françaises ont soutenu le Mali contre les insurgés pendant près d'une décennie, mais le président Emmanuel Macron a décidé de se retirer après que la France et la junte malienne se sont brouillées à la suite d'une prise de pouvoir militaire en août 2020. (AFP).
Short Url
  • Après de nombreuses interventions en solitaire, la France a été, à partir des années 2000, un élément moteur d'opérations aux côtés de troupes africaines, occidentales ou de l'ONU
  • En janvier 2013, la France lance l'opération Serval pour stopper la progression vers le sud du Mali des groupes islamistes armés et soutenir les troupes maliennes

PARIS : La France, dont les derniers militaires de la force antijihadiste Barkhane ont quitté le Mali lundi, est intervenue militairement à près de 40 reprises en Afrique lors des 60 dernières années, au nom de la protection des populations civiles ou de l'application d'accords bilatéraux de défense.

Après de nombreuses interventions en solitaire, la France a été, à partir des années 2000, un élément moteur d'opérations aux côtés de troupes africaines, occidentales ou de l'ONU.

Sahel

En janvier 2013, la France lance l'opération Serval pour stopper la progression vers le sud du Mali des groupes islamistes armés et soutenir les troupes maliennes. Fer de lance d'une intervention militaire internationale, Serval permet de chasser en grande partie du nord malien les groupes jihadistes qui avaient occupé cette région en 2012.

Le 1er août 2014, l'opération antijihadiste Barkhane, conduite par la France avec cinq pays de la bande sahélo-saharienne (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) prend le relais de Serval.

L'ancienne puissance coloniale, qui a déployé pendant plusieurs années des milliers de militaires dans cette zone - jusqu'à plus de 5 000 hommes - est désormais non grata au Mali, ce qui l'a conduit à retirer lundi du pays le dernier détachement de Barkhane.

Seuls 2 500 militaires français resteront dans la région pour assurer un soutien aux pays d'Afrique de l'Ouest, mais en deuxième ligne. Les Français maintiendront notamment plus d'un millier d'hommes et des capacités aériennes au Niger.

Centrafrique

1979 : l'opération parachutiste française Caban conduit à l'éviction de l'empereur Bokassa.

1996-1997 : après des mutineries, l'opération Almandin assure la sécurité des étrangers et l'évacuation de 1 600 personnes, puis Paris intervient contre des mutins à Bangui après l'assassinat de deux militaires français.

2006 et 2007: intervention dans le nord-est pour appuyer les troupes de Bangui face à des rebelles.

2013 : après le coup d'État contre le président François Bozizé et à la suite d'un feu vert de l'ONU, Paris déploie plus d'un millier de soldats en Centrafrique dans le cadre de l'opération Sangaris, pour y faire cesser les violences intercommunautaires.

Sangaris, qui a compté jusqu'à 1.600 hommes, a duré jusqu'en 2016.

Libye

2011 : dans le cadre de l'OTAN, intervention militaire française Harmattan aux côtés des Britanniques et des Américains pour protéger les populations civiles contre les forces du colonel Mouammar Kadhafi.

Jusqu'à 4 200 militaires français, 40 avions, une vingtaine d'hélicoptères et 27 bâtiments de la Marine nationale sont engagés.

Sept mois de frappes aériennes entraînent la chute du régime.

Côte d'Ivoire

2002 : la mission française Licorne, visant à protéger les étrangers après le début d'une rébellion nordiste qui tentait de renverser le régime de Laurent Gbagbo, devient une force de réaction rapide en appui d'une opération de l'ONU.

En 2011, Paris joue un rôle décisif dans l'arrivée au pouvoir d'Alassane Ouattara au terme de six mois de conflit avec le président sortant Laurent Gbagbo, qui refusait de reconnaître sa défaite à la présidentielle de fin 2010.

En 2015, après douze ans, Licorne se transforme en Forces françaises en Côte d'Ivoire (FFCI), servant d'appui aux troupes luttant contre les groupes jihadistes au Sahel.

Tchad

Le Tchad, avec la base française de N'Djamena, est une plaque tournante des opérations extérieures de la France en Afrique.

Après une intervention au Tibesti (1968-1972), les soldats français au Tchad ont mené notamment l'opération Manta (1983-1984) pour contrer une offensive d'opposants appuyés par la Libye. Entre 1986 et 2014, la France maintenait à N'Djamena un dispositif militaire à dominante aérienne baptisé Epervier.

La France a également volé au secours du président Idriss Deby à plusieurs reprises en 2006, 2008 ou encore plus récemment en 2019, en bombardant des rebelles qui menaçaient la capitale.

L'état-major français de l'opération antijihadiste qui succédera à Barkhane sera pour l'heure maintenu à N'Djamena.

Zaïre (actuelle République démocratique du Congo)

1978 : 600 légionnaires sautent sur Kolwezi (sud-est) pour secourir des milliers d'Africains et d'Européens menacés par des rebelles katangais (opération Bonite).

2003 : opération Artémis en Ituri (nord-est) pour mettre fin à des massacres avant le déploiement de Casques bleus.

Comores

1989 : des soldats français débarquent après l'assassinat du président Ahmed Abdallah et la prise de contrôle du pays par les mercenaires du Français Bob Denard, contraint de quitter le pays. En 1995, l'opération Azalée met fin à un nouveau coup d'État de Denard.

Rwanda

1990-1993 : Paris envoie dans le nord-ouest jusqu'à 600 soldats après une offensive du Front patriotique rwandais (FPR, actuellement au pouvoir).

1994 : en avril, 500 parachutistes évacuent plus d'un millier d'étrangers après la mort du président Juvénal Habyarimana et le début du génocide qui fera quelque 800.000 morts, selon l'ONU, en majorité des Tutsi.

De juin à août, opération controversée militaro-humanitaire Turquoise dans le sud-ouest du pays et dans les camps de réfugiés dans l'est du Zaïre.

Turquoise est notamment accusée par des rescapés d'avoir laissé en toute connaissance de cause, trois jours durant, des centaines de Tutsi à la merci des génocidaires hutu.

Gabon

1964 : des troupes aéroportées débarquent à Libreville après une tentative de putsch.