Au Caire, la famille qui habillait d'or La Mecque

Une brodeuse coud avec du fil d'or un verset du Saint Coran, sur une réplique du Kiswa, le tissu utilisé pour recouvrir la Kaaba à la Grande Mosquée de la ville sainte musulmane de La Mecque (Photo, AFP).
Une brodeuse coud avec du fil d'or un verset du Saint Coran, sur une réplique du Kiswa, le tissu utilisé pour recouvrir la Kaaba à la Grande Mosquée de la ville sainte musulmane de La Mecque (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 06 juillet 2022

Au Caire, la famille qui habillait d'or La Mecque

  • En 1924, le grand-père de M. Othmane a eu l'honneur suprême de broder la «kiswa», le drapé noir recouvrant la Kaaba qui abrite en son angle oriental la Pierre noire, un bétyle vénéré depuis l'Arabie préislamique et aujourd'hui relique sacrée des musulmans
  • Cette étoffe de 658 m2 en soie naturelle brodée de métaux précieux est changée chaque année pour le hajj, le grand pèlerinage de La Mecque

LE CAIRE : Sous un ventilateur dans le Vieux Caire, Ahmed Othmane brode une épaisse étoffe noire de versets coraniques avec des fils d'or, à l'image de celles que ses aïeuls confectionnaient pour La Mecque, ville la plus sainte de l'islam.

Il y a 100 ans, les créations de la famille Othmane étaient envoyées vers La Mecque en grande pompe pour y recouvrir la Kaaba, l'édifice cubique vers lequel se tournent les musulmans du monde entier pour prier.

Aujourd'hui, dans son atelier du Khan el-Khalili, le marché touristique du Caire, comme tous ses collègues, cet artisan de 51 ans doit faire face à la flambée des prix des matières premières, la baisse drastique du tourisme, un pouvoir d'achat des Egyptiens en chute libre et une jeunesse peu encline à travailler dans l'artisanat.

En 1924, le grand-père de M. Othmane a eu l'honneur suprême de broder la "kiswa", le drapé noir recouvrant la Kaaba qui abrite en son angle oriental la Pierre noire, un bétyle vénéré depuis l'Arabie préislamique et aujourd'hui relique sacrée des musulmans.

Cette étoffe de 658 m2 en soie naturelle brodée de métaux précieux --or ou argent-- est changée chaque année pour le hajj, le grand pèlerinage de La Mecque.

"C'était un rituel sacré", se souvient M. Othmane. "D'une année à l'autre, dix artisans cousaient la kiswa avec des fils d'argent", si délicats, dit-il, qu'il faut compter une journée pour 10 à 20 cm de broderies.

La Mecque, Nasser et Poutine

Cette étoffe a longtemps été offerte par divers pays musulmans. A partir du 13e siècle, les artisans égyptiens se sont réparti sa fabrication et ses broderies. Elle était acheminée ensuite vers La Mecque par les autorités. Le cortège de gardes et de religieux était acclamé tout au long du trajet par des Egyptiens en liesse qui l'aspergeaient d'eau de rose depuis leurs balcons.

A partir de 1927, la production a commencé à se délocaliser vers La Mecque, dans le royaume naissant d'Arabie saoudite. Depuis 1962, la Kiswa est confectionnée dans la ville sainte.

Le père de M. Othmane a alors commencé à broder des insignes militaires parfois pour des clients célèbres, raconte son fils pas peu fier: il a orné les uniformes des présidents égyptiens Gamal Abdel Nasser et Anouar al-Sadate.

Et il aurait même raccommodé l'insigne d'un agent du KGB au Caire, un certain ... Vladimir Poutine.

Mais surtout la famille Othmane s'est mise "à broder des versets coraniques sur des tapisseries" avant de reproduire des éléments de la kiswa, explique M. Othmane à l'AFP.

"Aujourd'hui, la plupart de nos clients veulent une réplique de la kiswa jusque dans les moindres détails", ajoute-t-il.

Pour un pan de l'étoffe, il faut compter plusieurs milliers de dollars, alors que pour de petits formats, 100 livres égyptiennes (environ cinq euros) suffisent, assure-t-il.

Héritage

Depuis le Covid-19, il ne vend plus qu'environ "deux pièces par mois", alors qu'avant, dit-il, il écoulait chaque jour au moins une tapisserie.

Et si les touristes font un timide retour, ils "font plus attention à leur argent parce que personne ne sait ce qui l'attend" entre pandémie mondiale et guerre en Ukraine.

Malgré tout, un fil après l'autre, M. Othmane maintient la tradition familiale dans son atelier où s'amoncellent les tentures foncées délicatement parées de dorures coraniques.

Ici, de père en fils depuis plus d'un siècle, on pratique le "taqsib", l'art de broder des versets du Coran avec du fil en or ou en argent.

Au milieu de ses employés, dos courbé sur leurs métiers à tisser, M. Othmane, qui l'a appris enfant auprès de son père, veut "faire survivre et transmettre fidèlement ce savoir-faire".

Mais recruter des jeunes est une gageure, dit-il, car "ils peuvent gagner 10 à 15 euros en conduisant" un touk-touk ou un minibus, qui transportent une bonne part des 25 millions de Cairotes chaque jour, "plutôt que de se casser le dos dans un atelier de broderie".

Aujourd'hui, pour M. Othmane, il ne reste plus qu'une dizaine de brodeurs "authentiques".

Mais il est déterminé à maintenir cet héritage en Egypte. Car c'est là que son aïeul a décidé de poser ses valises et son métier à tisser après avoir quitté sa Turquie natale il y a un siècle et demi.


Un réseau houthi de contrebande d'armes révèle des informations sur les itinéraires de transport d'armes de l'Iran

Un combattant houthi armé d'un lance-roquettes, à Sanaa, au Yémen, le 21 février 2019. (AFP)
Un combattant houthi armé d'un lance-roquettes, à Sanaa, au Yémen, le 21 février 2019. (AFP)
Short Url
  • Les membres de la cellule ont dit qu'ils recevaient de l'argent de la milice et étaient formés par des Iraniens
  • Les contrebandiers ont mentionné la ville iranienne de Bandar Abbas comme point de départ des expéditions d'armes

DJEDDAH : Une cellule de contrebande loyale aux Houthis au Yémen, récemment démantelée, a fourni davantage d'informations sur les itinéraires et les techniques de transport d'armes de l'Iran, ainsi que des preuves supplémentaires de son soutien militaire à la milice, ont déclaré des responsables yéménites.

Les forces conjointes du gouvernement yéménite, qui regroupent trois grandes unités militaires sur la côte ouest du pays, ont publié samedi une vidéo montrant les aveux de quatre membres d'une cellule houthie impliqués dans la contrebande d'armes iraniennes vers les zones contrôlées par les Houthis.

Les forces conjointes ont déclaré qu'elles avaient récemment démantelé des cellules houthies le long de la côte occidentale impliquées dans la contrebande d'armes, l'espionnage et qui avaient pour cible des responsables militaires et la sécurité au Yémen.

Les quatre hommes font de la contrebande d'armes depuis l'Iran vers le Yémen depuis cinq ans.

Le chef de la cellule, Ali Mohammed Halhali, est toujours en fuite, ont déclaré les forces conjointes, qui ont promis de diffuser d'autres vidéos d'autres contrebandiers et agents houthis dans les jours à venir.

D'après les aveux, les contrebandiers yéménites partaient généralement de différentes villes côtières telles que Sheher, dans la province du Hadramout (sud-est), et Al-Ghaydah, dans la province de Mahra (est).

Ils ont rencontré un autre groupe de contrebandiers yéménites à un endroit du golfe d'Oman, où ils ont transporté des armes iraniennes depuis leurs bateaux avant de se rendre à un point de transit en Somalie.

Plus tard, un autre groupe de contrebandiers acheminait la même cargaison au Yémen.

Certains bateaux accostaient dans des zones contrôlées par les Houthis en mer Rouge, tandis que d'autres navires chargés d'armes entraient dans des zones contrôlées par le gouvernement en mer d'Oman ou en mer Rouge.

Ibrahim Omer Hassan Akad, membre de la cellule, a déclaré que lui et plusieurs contrebandiers ont navigué de Sheher vers le golfe d'Oman, où ils ont rencontré d'autres contrebandiers transportant des armes depuis l'Iran.

Les contrebandiers se sont ensuite dirigés vers le port somalien de Berbera, où ils ont livré la cargaison à d'autres contrebandiers yéménites qui ont transporté les marchandises au Yémen.

Après avoir réussi à livrer les armes, Akad a entrepris un autre voyage en utilisant les mêmes itinéraires à travers Sheher, le golfe d'Oman et la côte somalienne.

Au cours de l'un de ses voyages, on lui a demandé, ainsi qu'à d'autres contrebandiers, de se rendre en Iran où ils ont reçu des armes directement des Iraniens et les ont remises à d'autres Yéménites.

Akad a déclaré qu'il avait également fait passer du carburant et des engrais aux Houthis via certains ports somaliens.

Les autres contrebandiers, Mustafa Ahmed Gadad, Ali Mohammed Halhali et Hussein Yahiya Futaini, ont déclaré que les Houthis avaient donné à certains d'entre eux 1,5 million de Yer (1 Yer = 0,0039 Euro) pour chaque voyage et qu'ils avaient été capturés par la marine américaine en 2018 alors qu'ils transportaient des armes de l'Iran vers le Yémen.

Les États-Unis ont confisqué les armes et remis les contrebandiers aux autorités d'Aden, qui les ont ensuite relâchés.

Les contrebandiers ont mentionné la ville iranienne de Bandar Abbas comme un point de départ clé pour les expéditions d'armes iraniennes et ont dit avoir reçu une formation à la contrebande de la part des Iraniens.

Des responsables gouvernementaux, des journalistes et des militants yéménites ont demandé que les Iraniens soient sanctionnés pour avoir sapé la paix au Yémen en armant la milice, arguant que la contrebande d'armes à laquelle se livrent les Houthis montre qu'ils se préparent à la guerre.

Le journaliste yéménite Hassan Ghaleb a déclaré que les confessions contredisaient les affirmations des Houthis selon lesquelles ils fabriquaient des missiles, des drones et d'autres armes au Yémen et le fait qu’ils aient démenti recevoir un soutien militaire de l'Iran.

« La contrebande est la source d’armes la plus importante pour les Houthis, en particulier pour les missiles guidés, les drones et la technologie militaire iranienne », a déclaré Ghaleb.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite et l'OCI présentent leurs condoléances après l'incendie d'une église au Caire

À gauche : Le Premier ministre Mostafa Madbouli et le ministre de la Santé Khaled Abdel-Ghaffar rendent visite à un blessé dans un hôpital après l'incendie d'une église copte au Caire. (AFP/AP)
À gauche : Le Premier ministre Mostafa Madbouli et le ministre de la Santé Khaled Abdel-Ghaffar rendent visite à un blessé dans un hôpital après l'incendie d'une église copte au Caire. (AFP/AP)
Short Url
  • Un incendie a ravagé une église copte dans la capitale égyptienne, faisant au moins 41 victimes et plusieurs blessés
  • Le ministère a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la sécurité pour l'Égypte et son peuple

RIYAD : Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé sa « grande tristesse et son chagrin » à la suite du gigantesque incendie qui a ravagé dimanche l'église Abu Sefein au Caire, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L’incendie qui a ravagé l'église copte dans la capitale égyptienne, a fait au moins 41 morts et plusieurs blessés.

Le ministère a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens, souhaitant un prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la sécurité pour l'Égypte et son peuple.

Dimanche également, le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), Hissein Brahim Taha, a exprimé ses condoléances au pays comme aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Il a également souligné la solidarité, dans ces circonstances tragiques, de l'OCI avec l'Égypte tout en l’assurant de son appui.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Égypte : Au moins 41 morts et 55 blessés dans l'incendie d'une église à Gizeh

Des personnes et des policiers se rassemblent près du lieu où un incendie meurtrier s'est déclaré dans l'église Abu Sifin à Gizeh, en Égypte. (Reuters)
Des personnes et des policiers se rassemblent près du lieu où un incendie meurtrier s'est déclaré dans l'église Abu Sifin à Gizeh, en Égypte. (Reuters)
Short Url
  • Des dizaines de personnes ont été emmenées dans des hôpitaux locaux et le nombre de victimes devrait augmenter
  • Le président El-Sisi téléphone au pape Tawadros II pour lui exprimer ses condoléances et l’assurer de son soutien

LE CAIRE : Le ministère égyptien de la Santé a annoncé que 55 personnes avaient été transportées à l'hôpital après qu'un incendie s’est déclaré dimanche dans l'église Abu Sefein, dans le nord de Gizeh.

Dans un communiqué, l'Église copte orthodoxe a indiqué qu’un grand incendie s'est déclaré pendant la liturgie divine et que des fidèles ont été transférés à l'hôpital général d'Imbaba et à l'hôpital d'Agouza.

Le communiqué ajoute que, selon des sources du ministère de la Santé, le nombre de décès s'élève à ce jour à 41 personnes et que 14 autres sont blessées.

Ces chiffres ne sont pas confirmés, et le décompte devrait changer.

Hossam Abdel Ghaffar, porte-parole officiel du ministère de la Santé et de la Population, a confirmé que 30 ambulances ont été envoyées à l'église pour transporter les gens dans les deux hôpitaux locaux.

Le président Abdel Fattah El-Sisi a téléphoné au pape Tawadros II pour présenter ses condoléances aux familles des victimes de l'accident.

Au cours de cet appel, El-Sisi a souligné que toutes les institutions de l'État apporteraient le soutien nécessaire pour contenir les effets de l'incendie.

Abdel Ghaffar a déclaré que l'état de préparation des hôpitaux de Gizeh et du Caire avait été relevé, et que tous les groupes sanguins et les médicaments d'urgence étaient disponibles dans les établissements accueillant les blessés.

L'administration générale de la protection civile de Gizeh a envoyé des pompiers et des véhicules pour combattre l'incendie, qui a été rapidement maîtrisé.

Le Premier ministre Mostafa Madbouly a adressé ses sincères condoléances aux familles des victimes.

La police scientifique et d'autres autorités sont, quant à elles, sur les lieux pour déterminer la cause de l'incendie.

Le procureur général Hamada Al-Sawy a publié une déclaration indiquant qu'une équipe d'enquête avait été formée, et que le ministère public annoncerait ses résultats en temps voulu.

L'examen préliminaire des preuves médico-légales suggère que l'incendie s'est déclaré dans le système de climatisation au deuxième étage du bâtiment de l'église, qui comprend des salles de classe, à la suite d'une faille électrique.

Le ministère des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite a exprimé sa « grande tristesse et sa douleur » à la suite de cet incendie et a présenté ses plus profondes et sincères condoléances au gouvernement et au peuple égyptiens.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com