Des manifestations éclatent au Liban alors que l’économie du pays dégringole

Un agriculteur ramasse du blé dans un champ du village de Houla, dans le sud du Liban (Photo, Reuters).
Un agriculteur ramasse du blé dans un champ du village de Houla, dans le sud du Liban (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mercredi 06 juillet 2022

Des manifestations éclatent au Liban alors que l’économie du pays dégringole

  • De nombreux Libanais ont renoncé à un service de base après que les forfaits ont été facturés en dollars
  • Les classifications des pays de la Banque mondiale par niveau de revenu au 1er juillet ont montré que le Liban est devenu un pays à revenu moyen inférieur

BEYROUTH: Les Libanais sont à nouveau descendus sporadiquement dans les rues de Beyrouth et d’autres zones urbaines pour protester contre la dégradation continue des conditions de vie, mais aucun mouvement national officiel n’a éclaté pour unifier leur colère.

Mardi, des manifestants ont fermé les bureaux d’un opérateur de téléphonie mobile à Tripoli, dans le nord du Liban, et ont demandé aux employés de quitter leurs bureaux pour protester contre la hausse des prix.

L’inquiétude grandit à Tripoli alors que des milliers de familles ne sont pas en mesure de subvenir à leurs besoins quotidiens de base.

Les rapports de sécurité indiquent que la criminalité nocturne est en hausse, ponctuée de tirs aléatoires dans les quartiers populaires. Les craintes ont été renforcées par le fait que la majorité des habitants de Tripoli ont cessé de payer leurs abonnements à des générateurs privés, vivant pratiquement dans l’obscurité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, parce qu’ils ne peuvent plus payer ces frais.

De nombreux Libanais ont également renoncé à un autre service de base, Internet, après que les forfaits ont été facturés en dollars. Le ministre intérimaire des Communications, Johnny Korm, a déclaré que «la nouvelle facture de téléphone portable est calculée en divisant la facture précédente par trois et en la multipliant par le taux de change Sayrafa de la Banque centrale (25 300 livres libanaises par dollar américain) ou en la multipliant par 2,5 pour le service Ogero.»

«En effet, nous nous attendons à ce que de nombreuses personnes cessent complètement d’utiliser des téléphones portables, mais il est trop tôt pour donner des chiffres précis. La consommation a jusqu’à présent diminué de 8% depuis le début du mois de juillet», a ajouté Korm.

Les manifestants ont bloqué les routes de Beyrouth, se plaignant de la perte d’accès au réseau public d’eau pour la troisième semaine, et déplorant les coupures d’électricité régulières qui ont frappé toutes les régions en raison de la suspension des usines de production.

Une seule centrale électrique, celle de Deir Ammar, a poursuivi ses activités en raison de la pénurie de carburant en provenance d’Irak, dont la quantité est inférieure à celle prévue, Bagdad étant aux prises avec ses propres difficultés dans le secteur de l’électricité.

Bien que le ministère de l’Économie ait déclaré qu’il y a suffisamment de farine pour répondre aux besoins de consommation du Liban, les citoyens font toujours la queue dans les boulangeries qui ne vendent qu’une seule fournée de pain par client, dans le but de fournir du pain au plus grand nombre possible de clients.

Pendant ce temps, certains vendent du pain au marché noir, craignant que le blé ne soit pas disponible après l’Eïd al-Adha, la Banque centrale n’ayant pas encore ouvert de crédits pour les importations de blé.

Le député, Wael Abou Faour, a rapporté: «Selon les services de sécurité, des bandes organisées volent la farine subventionnée et la vendent sur le marché noir.»

Les classifications des pays de la Banque mondiale par niveau de revenu au 1er juillet ont montré que le Liban est devenu un pays à revenu moyen inférieur.

«Pour la onzième année consécutive, le PIB réel par habitant du Liban a baissé en 2021, et le pays a également connu une forte dépréciation du taux de change», indique le rapport, le revenu national brut par habitant s’élevant en 2021 à 3 450 dollars, après avoir été de 5 510 dollars en 2020.

Les représentants de la Confédération générale des travailleurs libanais (CGTL), des groupes des Forces du changement, du secteur privé et des organismes de la société civile ont discuté mardi «d’un mécanisme d’action pour mettre fin aux politiques de famine et d’humiliation du gouvernement et à ses décisions mesquines d’augmenter les prix, par le biais du vol délibéré du peuple libanais et du financement de la corruption qui sévit depuis de nombreuses années».

Ils sont convenus à l’unanimité du «rejet absolu de toute augmentation des prix, notamment des télécommunications et de l’internet, car il s’agit d’un vol délibéré pour continuer à financer le système corrompu et ses groupes qui s’accrochent à leurs postes et étouffent les citoyens».

Ils ont également appelé les Libanais à se tenir prêts à participer aux prochaines actions visant à rétablir leurs droits, dont les plus fondamentaux sont les services de télécommunications et l’internet.

Alors que la détérioration économique du Liban s’aggrave et que les politiciens ne parviennent pas à former un gouvernement capable d’approuver les réformes exigées par le Fonds monétaire international, la mission d’observation électorale de l’UE, qui a surveillé les élections législatives libanaises du 15 mai, a publié un rapport critiquant plusieurs aspects du déroulement des élections.

Gyorgy Holvenyi, le chef de l’équipe de l’UE, a déclaré lors d’une conférence de presse à Beyrouth que «la conclusion du rapport final de la mission est que, bien que les préparatifs aient été affectés par des ressources financières et humaines limitées, les autorités électorales ont organisé les élections législatives du 15 mai dans les délais prévus. Toutefois, ces élections ont été assombries par des pratiques généralisées d’achat de voix et de clientélisme, qui ont faussé l’égalité des chances et sérieusement affecté le choix des électeurs.»

Dans son rapport, la mission a noté que «la campagne a été dynamique mais entachée de divers cas d’intimidation (notamment sur les réseaux sociaux) et de cas d’obstruction aux campagnes. Par ailleurs, le cadre juridique du financement des campagnes électorales souffre de graves lacunes en matière de transparence et de responsabilité.»

La mission a inclus une série de recommandations visant à améliorer le processus électoral à l’avenir. «Ces recommandations établissent un cadre pour un processus de réforme graduel mené par les Libanais», a souligné Holvenyi, ajoutant que «l’UE est prête à aider le Liban à mettre en œuvre ces recommandations afin d’améliorer les futurs processus électoraux si cela est jugé nécessaire, faisable et utile.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'incendie d'une église en Égypte était accidentel, d’après l’enquête

Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Short Url
  • Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées
  • La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église après qu'il a été allumé en raison d'une panne de courant

LE CAIRE: L'incendie qui s'est déclaré dimanche dans l'église d'Abu Sefein en Égypte n'était pas délibéré, selon une enquête du ministère public.

La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église allumé à la suite d'une panne de courant.

Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées, qui ont affirmé avoir entendu le bruit de charges électriques émanant de l'intérieur de l'église, et l’incendie s'est ensuite déclenché. Le procureur général Hamada El-Sawy a déclaré que les victimes avaient succombé à l'inhalation de fumée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Short Url
  • Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak
  • De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu à Djeddah le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak, Ammar al-Hakim, a rapporté tôt vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak et de questions d'intérêt commun.

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji.

De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël défie l'ONU en lançant un raid contre des ONG palestiniennes

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a réitéré les allégations de financement d'organisations terroristes
  • Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens faute de preuves fournies par Israël à l'appui de ses accusations

RAMALLAH: Israël a défié la condamnation de l'ONU et de l'UE jeudi en attaquant sept groupes de défense des droits des Palestiniens en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont pris d'assaut les bureaux des groupes à Ramallah et ont saisi des dossiers, des ordinateurs et d'autres équipements avant d'en sceller les entrées et de les déclarer définitivement fermés.

Les groupes visés sont les suivants: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al-Haq ; Centre Bisan pour la recherche et le développement ; Defense for Children International – Palestine ; Les comités de travail sur la santé ; Syndicat des Comités de Travail Agricole ; et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Israël a désigné six de ces groupes comme terroristes, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, a réitéré jeudi les affirmations discréditées selon lesquelles ils auraient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qu'il considère comme une organisation terroriste.

L'ONU a demandé que les désignations terroristes soient révoquées. «Malgré les offres qui leur ont été faites, les autorités israéliennes n'ont présenté à l'ONU aucune preuve crédible pour justifier ces déclarations», a déclaré le Bureau des droits de l'homme de l'ONU. «En tant que telles, les fermetures semblent totalement arbitraires.»

Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens parce qu'Israël n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses accusations. «Les allégations passées de mauvaise utilisation des fonds de l'UE en relation avec certaines organisations de la société civile palestinienne n'ont pas été étayées», a déclaré jeudi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. «L'UE continuera à défendre le droit international et à soutenir les organisations de la société civile.»

Après les raids, le personnel d'Al-Haq a retiré la tôle qui recouvrait la porte de son bureau et a juré de se remettre au travail. «Nous avons été établis ici non pas par Israël, non pas par leur décision, et nous allons continuer notre travail», a affirmé le directeur Shawan Jabarin.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a visité le bureau du groupe et a promis son soutien. «Il ne s'agit pas seulement d'une ONG, mais aussi d'une institution de l'État Palestinien — par conséquent, tant qu'ils travailleront dans le respect de la loi, nous serons à leurs côtés», a-t-il assuré.

Pour certains analystes, Israël a attaqué les groupes parce qu'ils étaient de plus en plus efficaces pour dénoncer la répression du peuple palestinien par l’Etat hébreux. «Je crois qu'Israël veut restreindre les activités des institutions palestiniennes de défense des droits de l'homme qui ont œuvré à soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale et qui ont pu faire évoluer l'opinion mondiale sur les questions de droits de l'homme en Palestine», a déclaré Majed al-Arouri, expert en droits humains, à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com