Liban: Le discours de Nasrallah fait craindre un vide du pouvoir

Plusieurs députés se sont réunis dans le but de désigner une alternative crédible au président Michel Aoun (Photo, AFP).
Plusieurs députés se sont réunis dans le but de désigner une alternative crédible au président Michel Aoun (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 10 août 2022

Liban: Le discours de Nasrallah fait craindre un vide du pouvoir

  • Le secrétaire général du Hezbollah a évoqué la possibilité de former un gouvernement sans passer par une élection présidentielle en septembre
  • Le bloc Forces du changement se réunit au Parlement afin de s'opposer au Hezbollah

BEYROUTH: L’élection présidentielle prévue en septembre au Liban pourrait être occultée : c’est ce qu’a affirmé à demi-mot le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, ce mardi. Il a appelé les responsables libanais à «former un gouvernement qui jouit de ses pleins pouvoirs pour assumer ses responsabilités, qu'un nouveau président soit élu ou non».

C'était la première fois que Nasrallah évoquait publiquement la possibilité de ne pas organiser l'élection présidentielle, faisant craindre un vide politique dans le pays en crise. Une situation qui rappelle les deux ans qui avaient précédé l'élection du président Michel Aoun en 2016.

Le 23 juin, le Premier ministre Najib Mikati a été chargé de former un nouveau Conseil des ministres, qu'il a présenté à Aoun après les élections législatives de mai dernier. Une composition qui a déplu au chef de l’Etat, créant des tensions entre les deux hommes. Depuis, la question de la formation d’un nouveau gouvernement est au point mort.

Le président du Parlement Nabih Berri a estimé qu’il faudrait «un miracle» pour sortir de cette impasse.

En l’état, le Parlement deviendra le 1er septembre l'organe électif de la fonction présidentielle, et plusieurs tours de scrutin se tiendront pour désigner un nouveau chef d'État.

«Chaque parti a le droit d'exprimer son opinion sur la prochaine phase politique de la manière qu’il juge convenable» a réagi à Arab News Ali Darwich, membre du Parlement libanais. «Un gouvernement jouissant de ses pleins pouvoirs est certainement préférable. Nous voulons que cette élection ait lieu, pour élire un nouveau Parlement et charger le Premier ministre de former un nouveau gouvernement – dans les délais prévus», a-t-il souligné.

Lundi, une réunion s’est tenue entre 16 députés du bloc Forces du changement, rejoints par plusieurs autres élus indépendants et de l'opposition.

Objectif officiel de la réunion : «tenir des discussions afin de convenir d'un programme législatif et de coordonner les tâches futures, telles que l'approbation du budget général, le plan de réforme financière et les législations nécessaires au pays».

Pour certains observateurs politiques la réunion était surtout une première tentative d’identifier un candidat pour remplacer Aoun.

Si ces députés étaient en mesure d'attirer d'autres collègues modérés, ils pourraient former une force considérable au Parlement s'opposant au Hezbollah et à ses alliés, empêchant potentiellement un candidat affilié à l’organisation d'être élu président.

«Ce qui s'est passé au Parlement lundi dernier sert le jeu démocratique et l'intérêt du pays, et nous l'approuvons. Nous ne sommes pas favorables à la diversité conflictuelle parce que nous sommes dans une phase cruciale de la crise économique à laquelle nous sommes confrontés et nous avons besoin de la solidarité de tous», a poursuivi Ali Darwich.

«Des dossiers complexes attendent le prochain président, tels que les négociations avec le FMI, l'approbation d'un plan de relance économique, la restructuration du secteur public et la démarcation de la frontière maritime, qui nécessitent toutes un gouvernement stable», a-t-il ajouté.

Pour le député des Forces libanaises Fadi Karam, «par son discours, Nasrallah insiste sur le fait de maintenir l'État dans l'incapacité et la paralysie, afin que le Hezbollah puisse imposer ses conditions à tout le monde.»

La réunion représente pour Karam «un événement positif et une tentative d'unifier l'opposition face au Hezbollah».

Le député Hadi Abou al-Hassan, du Parti socialiste progressiste, conclut : «En tant que Libanais patriote, je ne peux pas lier le sort d'un pays à celui de l'Iran, mais tout le monde sait que le Liban n'est pas indépendant dans ses décisions.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les dirigeants iraniens déstabilisés par la montée des protestations

Les deux candidats les plus susceptibles de remplacer Khamenei sont son fils Mojtaba et le président Ebrahim Raisi représenté ci-dessus. (AFP)
Les deux candidats les plus susceptibles de remplacer Khamenei sont son fils Mojtaba et le président Ebrahim Raisi représenté ci-dessus. (AFP)
Short Url
  • L'agitation nationale provoquée par la mort de Mahsa Amini a coïncidé avec l'apparition de rumeurs concernant l'état de santé du dirigeant suprême
  • Alarmés par l'ampleur de l'indignation populaire, certains religieux et politiciens de haut rang ont appelé au calme

DJEDDAH: Les dirigeants religieux iraniens semblent avoir du mal à trouver un moyen d'écraser les manifestations antigouvernementales de masse, alors que les tactiques de sécurité sont remises en question et que des manœuvres de haut niveau sont menées pour désigner le successeur de l'ayatollah Ali Khamenei, indiquent les analystes.

L'agitation nationale provoquée par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée par la police iranienne des mœurs, a coïncidé avec l'apparition de rumeurs concernant l'état de santé du dirigeant suprême, âgé de 83 ans –  une nouvelle qui menace l'establishment religieux iranien.

Bien que l'Assemblée des experts composée de 86 membres soit, en théorie, chargée de choisir le prochain dirigeant, les luttes d'influence ont déjà commencé, ce qui empêche les religieux au pouvoir de s'unir autour d'une série de tactiques de sécurité. 

« Cette course a semé la zizanie au sein de la direction. L'aggravation des désaccords est bien la dernière chose dont nous ayons besoin dans un pays en pleine tourmente », affirme un responsable du parti de la ligne dure. « La question principale à l'heure actuelle est la survie de la République islamique ».


Un ministère saoudien remporte deux prix de communication aux EAU

Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde. (SPA)
Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde. (SPA)
Short Url
  • 53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix
  • L'obtention des prix est due au travail acharné des employés, dit le ministre adjoint aux services partagés du ministère

CHARJAH, EAU : Le ministère saoudien des Ressources humaines et du Développement social a remporté deux prix lors de la 9e édition de l’événement « Sharjah Government Communication Awards », aux Émirats arabes unis.

Le ministère a été récompensé pour ses meilleurs systèmes de communication gouvernementale dans le monde arabe et son initiative en faveur de l'autonomisation des femmes dans le monde.

53 candidats ont été présélectionnés dans 19 catégories de prix. Le ministère saoudien a été félicité pour la méthodologie qu'il emploie dans la mise en œuvre de ses projets, pour l'impact et les résultats obtenus, pour l'utilisation efficace de la technologie et des médias en vue d'atteindre le public-cible, ainsi que pour ses visions innovantes et proactives.

Mohammed ben Nasser al-Jasser, ministre adjoint aux services partagés du ministère, a déclaré que l'obtention des prix était due au travail acharné des employés.

Il a également indiqué que le ministère cherchait à créer un système de médias de communication efficace, capable de suivre le rythme des changements rapides qui se produisent dans les secteurs qu'il supervise, tout en répondant à la transformation numérique qui a bouleversé les médias gouvernementaux ces dernières années.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Shervin Hajipour, auteur de la chanson devenue hymne des protestations, arrêté en Iran

La chanson de Shervin Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur d'autres plateformes avant d'être supprimée (Photo, Radio Farda).
La chanson de Shervin Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur d'autres plateformes avant d'être supprimée (Photo, Radio Farda).
Short Url
  • Quelques jours avant son arrestation Hajipour a posté sur Instagram la chanson émouvante décrivant la situation actuelle en République islamique
  • Les autorités iraniennes ont arrêté l'artiste Donya Rad après sa publication d’une photo d'elle-même en train de manger à Téhéran sans foulard

DUBAÏ: Le chanteur Shervin Hajipour a été arrêté par la police, son sort est actuellement inconnu et « nous ne savons toujours pas quelles sont les charges retenues contre lui », a indiqué le site d'information Radio Farda.

La chanson Shervin Hajipour, hautement partagée sur les réseaux sociaux ces dernières semaines,  est devenue l'hymne des manifestations anti-gouvernementales en Iran.

Quelques jours avant son arrestation le 29 septembre, Hajipour a posté sur Instagram la chanson émouvante décrivant la situation actuelle en République islamique, déclenchée par la mort de Mahsa Amini alors qu'elle était détenue par la police des mœurs.

La chanson de Hajipour a recueilli plus de 40 millions de vues sur Instagram et s'est propagée sur différentes plateformes et réseaux sociaux avant d'être supprimée.

Les paroles de la chanson de Hajipour ont été tissées à partir de tweets postés par des Iraniens après la mort d'Amini, dont beaucoup accusaient les dirigeants religieux du pays des problèmes sociaux, économiques et politiques actuels.

« Pour la honte de ne pas avoir d'argent », mentionne un des tweets cité dans la chanson de Hajipour. « Par peur d'embrasser un amant dans la rue » et « pour les prisonniers politiques », lit-on dans d’autres tweets utilisés par le jeune chanteur.

Radio Farda a également annoncé que les autorités iraniennes ont arrêté l'artiste Donya Rad après sa publication d’une photo d'elle-même en train de manger à Téhéran sans foulard. Une fois postée, la photo de Rad a été hautement partagée sur les réseaux au point de devenir virale.

La sœur de Rad a de son côté affirmé que Donya avait été emmenée dans la prison d'Evine à Téhéran.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com