Tunisie: suspension de la révocation de juges décidée par le président

Depuis le 25 juillet 2021, assurant agir dans l'intérêt du pays qu'il jugeait ingouvernable, M. Saied concentre tous les pouvoirs, faisant craindre une dérive autocratique dans le berceau du Printemps arabe. (Photo, AFP)
Depuis le 25 juillet 2021, assurant agir dans l'intérêt du pays qu'il jugeait ingouvernable, M. Saied concentre tous les pouvoirs, faisant craindre une dérive autocratique dans le berceau du Printemps arabe. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 10 août 2022

Tunisie: suspension de la révocation de juges décidée par le président

  • Le 1er juin, M. Saied avait révoqué 57 magistrats par décret présidentiel, les accusant de corruption et d'entrave à plusieurs enquêtes
  • La suspension des révocations pour un nombre non précisé de juges a été annoncée à la presse par le porte-parole du tribunal administratif Imed Ghabri

TUNIS : La justice tunisienne a suspendu mercredi la révocation d'une cinquantaine de magistrats, décidée début juin par le président Kais Saied et qualifiée d'"attaque à l'Etat de droit" par plusieurs ONG, ont indiqué des sources judiciaires à l'AFP.

Le 1er juin, M. Saied --qui s'est arrogé il y a un an l'ensemble des pouvoirs-- avait révoqué 57 magistrats par décret présidentiel, les accusant de corruption et d'entrave à plusieurs enquêtes.

Cinquante-trois juges, dont certains étaient accusés d'"adultère", avaient déposé des recours devant le tribunal administratif.

La suspension des révocations pour un nombre non précisé de juges a été annoncée à la presse par le porte-parole du tribunal administratif Imed Ghabri.

L'avocat Kamel Ben Messoud, du comité de défense des magistrats révoqués, a indiqué que la suspension concerne "environ 50 juges" qui pourront selon lui reprendre leur fonction dès l'obtention d'une copie du verdict.

Les autres magistrats, qui font l'objet de poursuites pénales, n'ont pas bénéficié de la décision de suspension, a ajouté Me Ben Messoud à des médias locaux.

Le tribunal administratif a indiqué à l'AFP qu'il publierait sa décision dans la journée, sans donner plus de précisions.

La révocation de ces magistrats avait été dénoncée par plusieurs ONG, dont Human Rights Watch (HRW) et Amnesty International, comme une "attaque directe contre l'Etat de droit" et avait entraîné plus d'un mois de grève très suivie des magistrats.

Depuis le 25 juillet 2021, assurant agir dans l'intérêt du pays qu'il jugeait ingouvernable, M. Saied concentre tous les pouvoirs, faisant craindre une dérive autocratique dans le berceau du Printemps arabe.

Il a dissous en février le Conseil supérieur de la magistrature, remplacé par un CSM provisoire dont il a nommé les membres, avant de renforcer début juin par décret sa tutelle sur le système judiciaire en rendant possible la révocation sans appel des magistrats.


Un Palestinien blessé par les forces britanniques lorsqu’il était enfant veut des excuses du gouvernement britannique

Un document de 300 pages décrivant les crimes et exactions commis par les forces britanniques en Palestine entre 1917 et 1948 a été rédigé par Mounib al-Masri. (AFP)
Un document de 300 pages décrivant les crimes et exactions commis par les forces britanniques en Palestine entre 1917 et 1948 a été rédigé par Mounib al-Masri. (AFP)
Short Url
  • Mounib al-Masri présentera son dossier au gouvernement britannique dans le courant de l’année
  • L’ancien politicien palestinien, un proche de Yasser Arafat, a rédigé un document de 300 pages sur les exactions de l’armée britannique en Palestine entre 1917 et 1948

LONDRES: Une pétition demandant des excuses au gouvernement britannique pour les atrocités commises en Palestine durant la première moitié du XXe siècle sera déposée par un homme d’affaires et ancien politicien palestinien, a-t-on appris vendredi.

Selon la BBC, un document de 300 pages décrivant les crimes et exactions commis par les forces britanniques en Palestine entre 1917 et 1948 a été rédigé par Mounib al-Masri, un ami proche et allié de feu le dirigeant politique palestinien Yasser Arafat.

L’homme de 88 ans a raconté à la chaîne de télévision qu’il avait été touché par une balle lorsqu’il n’était qu’un enfant en 1944, un incident qui l’a affecté dans sa vie d’adulte. «Le rôle de la Grande-Bretagne m’a beaucoup affecté parce que j’ai vu comment les gens étaient harcelés (...) Nous ne disposions d’aucune protection et n’avions personne pour nous défendre», a-t-il expliqué.

M. Al-Masri présentera son dossier au gouvernement britannique dans le courant de l’année.

Luis Moreno Ocampo, ancien procureur en chef de la Cour pénale internationale, et l’avocat britannique Ben Emmerson examinent les preuves.

Me Emmerson a indiqué à la BBC que «des crimes choquants commis par certains éléments des forces britanniques mandataires» ont été perpétrés «de manière systématique sur la population palestinienne», ajoutant que même à l’époque où ces crimes ont été commis, ils auraient été considérés comme des violations du droit international.

Selon la BBC, le ministère de la Défense britannique a affirmé qu’il était au courant d’«allégations historiques» durant la période mentionnée dans le dossier et que toute preuve serait «examinée de manière approfondie».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Deux Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée

Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, a indiqué le ministère
  • Le ministère a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre «citoyen» dans un village près de Ramallah, sans l'identifier

RAMALLAH: Deux Palestiniens dont un adolescent ont été tués vendredi par des tirs des forces israéliennes dans des incidents différents en Cisjordanie occupée, a rapporté le ministère palestinien de la Santé.

Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère.

Dans un autre communiqué, cette source a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre "citoyen" dans un village près de Ramallah, sans l'identifier dans l'immédiat.

Près de Qalqilyah, "des soldats israéliens ont repéré un suspect qui lançait des cocktails Molotov en leur direction", a indiqué de son côté l'armée israélienne.

"Les soldats ont riposté en ouvrant le feu", a-t-elle ajouté, précisant avoir "identifié" une personne touchée, sans plus de précision.

Sollicitée par l'AFP, elle n'a pas commenté dans l'immédiat les informations concernant le second incident près de Ramallah.

Les vendredis, jour de repos hebdomadaire, de nombreux rassemblements ont lieu en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu, pour protester contre l'expansion des colonies israéliennes, jugées illégales par le droit international. Ces manifestations s'accompagnent fréquemment de heurts avec l'armée israélienne.

Celle-ci a en outre multiplié les opérations à travers la Cisjordanie dans la foulée d'une vague d'attaques anti-israéliennes ayant fait 20 morts depuis la mi-mars.

Mercredi, un Palestinien avait été tué lors d'une opération militaire dans le nord de la Cisjordanie occupée, région en proie à de vives tensions et où se concentrent les raids israéliens.

Ces opérations israéliennes, émaillées d'affrontements avec la population, ont aussi fait des dizaines de morts côté palestinien, parmi lesquels des membres de groupes armés mais aussi des civils dont la journaliste américano-palestinienne d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh, qui couvrait en mai un raid dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine.


Mort de Mahsa Amini: un rapport médical iranien dédouane la police des mœurs

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Short Url
  • Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran, Mahsa Amini est décédée trois jours plus tard à l'hôpital
  • Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde

PARIS: Les autorités iraniennes ont affirmé vendredi que la mort de Mahsa Amini n'avait pas été causée par des "coups" mais par les séquelles d'une maladie, trois semaines après le début des manifestations déclenchées par le décès de la jeune femme pendant sa détention.

Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en Iran, Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée trois jours plus tard à l'hôpital.

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête.

Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde.

Les manifestations, les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence, ont été réprimées dans le sang. Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le 16 septembre, selon un dernier bilan de l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo, alors qu'un bilan officiel fait état d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité.

"La mort de Mahsa Amini n'a pas été causée par des coups portés à la tête et aux organes vitaux" mais est liée à "une intervention chirurgicale pour une tumeur cérébrale à l'âge de huit ans", selon un rapport de l'Organisation médico-légale iranienne, alors que son père Amjad Amini avait indiqué que sa fille était "en parfaite santé".

"Le 13 septembre, (Mahsa Amini) a soudainement perdu connaissance et s'est effondrée (...). Elle a souffert d'un trouble du rythme cardiaque et d'une chute de tension", a ajouté le rapport publié par la télévision d'Etat.

"Malgré son transfert à l'hôpital et les efforts du personnel médical, elle est décédée le 16 septembre des suites d'une défaillance d'organes multiples causée par une hypoxie cérébrale", selon la même source.