Un roi âgé et mal aimé, défi pour la monarchie britannique

Charles aborde son règne bien moins aimé que sa mère. Selon un sondage de l'institut YouGov en 2021, à peine plus d'un tiers des sondés estimait qu'il ferait un bon roi. (Photo d'archives AFP).
Charles aborde son règne bien moins aimé que sa mère. Selon un sondage de l'institut YouGov en 2021, à peine plus d'un tiers des sondés estimait qu'il ferait un bon roi. (Photo d'archives AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 09 septembre 2022

Un roi âgé et mal aimé, défi pour la monarchie britannique

  • En 1953, Elizabeth II avait été couronnée à tout juste 25 ans, dans une atmosphère d'enthousiasme national dans un pays qui se relevait encore du traumatisme de la Seconde guerre mondiale
  • Né en 1948, Charles a épousé en 1981 Diana Spencer, avec qui il a eu deux enfants, William et Harry, avant le délitement de leur mariage et des révélations publiques sur leurs infidélités respectives

LONDRES: Jamais aucun souverain britannique n'aura attendu aussi longtemps. L'accession au trône de Charles III, âgé et mal aimé, ouvre une période délicate pour une monarchie qui avait su sous sa mère résister aux crises.

En 1953, Elizabeth II avait été couronnée à tout juste 25 ans, dans une atmosphère d'enthousiasme national dans un pays qui se relevait encore du traumatisme de la Seconde guerre mondiale. Elle est restée toute sa vie une figure très populaire et respectée.

L'accueil réservé à son fils aîné s'annonce très différent. A 73 ans, c'est un "vieil homme" qui monte sur le trône, relève Robert Hazell, professeur de droit constitutionnel à l'University College London.

"Ce sera très difficile pour lui de prendre la suite de la reine", explique-t-il à l'AFP. "La monarchie va probablement traverser des temps difficiles".

Né en 1948, Charles a épousé en 1981 Diana Spencer, avec qui il a eu deux enfants, William et Harry, avant le délitement de leur mariage et des révélations publiques sur leurs infidélités respectives qui mèneront à leur divorce.

Après la mort tragique de Diana en 1997 dans un accident de voiture à Paris, pourchassée par des paparazzis, Charles a épousé en 2005 son ancienne maîtresse Camilla Parker Bowles.

Le nouveau roi s'est longtemps fait remarquer par ses propos controversés, et parfois tournés en ridicule, sur des sujets comme l'agriculture ou l'architecture moderne (qu'il apprécie peu). Même si ses préoccupations environnementales sont désormais largement partagées, il va devoir se plier à une neutralité à toute épreuve, chaque mot du souverain étant scruté et commenté.

En 2018, il a assuré à la BBC avoir conscience qu'il devrait s'interdire toute prise de position: "Je ne suis pas si idiot".

Une telle neutralité s'annonce "très difficile" à tenir, notamment face aux velléités d'indépendance de l'Ecosse, tout en voulant sauvegarder la monarchie, relève M. Hazell, qui souligne cependant "le sens très fort du service public et du devoir public" de Charles.

De l'écologie à la Transylvanie: les passions de Charles

De l'aquarelle à la Transylvanie, Charles a eu des passions variées pour occuper sept décennies à attendre de monter sur le trône. Si sa défense de l'écologie, après avoir suscité des moqueries, est désormais vue comme avant-gardiste, sa tendance à mettre en avant ses opinions personnelles a parfois fait sourciller.

Architecture

Dans les années 1980, Charles a lancé une croisade contre une architecture moderne qu'il jugeait "laide", comparant même à une "monstrueuse verrue" un projet d'extension de la National Gallery sur Trafalgar Square à Londres, finalement abandonné. Il a mis ses idées en pratique en soutenant la construction d'un village modèle appelé Poundbury sur ses terres du Dorset, dans le sud-ouest de l'Angleterre, au début des années 1990.

Le lotissement, construit dans un style géorgien néoclassique, a été jugé "sans âme" par certains critiques, mais a suscité l'intérêt des acheteurs.

Charles a également aidé à revitaliser Nansledan, une extension de la ville de Newquay, dans une région pauvre, anciennement minière des Cornouailles, avec des logements colorés respectueux de l'environnement et des équipements locaux.

Ecologie et agriculture bio

Sensible de longue date à la cause environnementale, Charles a créé un jardin et une ferme entièrement biologiques dans son domaine de Highgrove dans le Gloucestershire, dans l'ouest de l'Angleterre. Il a également lancé la gamme d'aliments et de boissons issu de l'agriculture biologique Duchy Originals, commercialisée par les supermarchés haut de gamme Waitrose.

Passionné de jardinage, Charles a révélé dans une interview en 1986 qu'il parlait aux plantes, s'attirant des moqueries. Mais ses opinions en matière de défense de l'environnement sont devenues plus partagées au fil des ans.

Lors du sommet du climat COP26 à Glasgow en novembre 2021, il a exhorté les responsables politiques à redoubler d'efforts dans la lutte contre le réchauffement.

Sa voiture, une Aston Martin qu'il possède depuis plus de 50 ans, a été modifiée pour pouvoir rouler avec du surplus de vin blanc anglais et du lactosérum provenant du processus de fabrication du fromage. Elle fonctionne avec un mélange de 85% de bioéthanol et 15% d'essence sans plomb.

Chasse et polo

Son engagement en faveur de l'environnement n'a pas empêché Charles de pratiquer la chasse, un passe-temps traditionnel dans la famille royale.

Il a également joué au polo jusqu'en 2015, date à laquelle il y a renoncé à cause d'une série de blessures.

Il aurait rencontré sa seconde épouse Camilla lors d'un match de polo dans les années 1970.

Peinture et lecture 

Charles aime peindre des aquarelles et vend des lithographies de ses oeuvres au profit d'associations, des ventes, ce qui rapporterait des millions de livres sterling.

Dans une exposition de ses aquarelles à Londres début 2022, il expliquait avoir choisi ce mode d'expression car il trouvait la photographie peu "satisfaisante": "Cela requiert la concentration la plus intense et c'est par conséquent l'un des exercices les plus relaxants et thérapeutiques", décrivait-il, se disant ainsi "transporté dans une autre dimension".

Il disait aussi n'avoir "aucune illusion" sur la qualité de ses oeuvres.

Charles est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont le livre pour enfants "Le vieil homme de Lochnagar" sur un vieil homme qui vit dans une grotte près du domaine royal de Balmoral, dans le nord-est de l'Écosse.

Transylvanie 

Charles a acheté plusieurs maisons en Transylvanie, une région du centre-ouest de la Roumanie surtout connue comme terre d'origine de Dracula. Il les a restaurées en utilisant des méthodes et des meubles traditionnels. L'une a été transformée en maison d'hôtes.

En 2015, il a lancé sa propre fondation caritative en Roumanie, qui vise à protéger le patrimoine culturel et naturel du pays et de promouvoir le développement durable.

Charles se targue d'être un parent éloigné d'un prince du XVe siècle connu sous le nom de Vlad l'Empaleur ou Dracula et aurait, selon ses propres dires, "la Transylvanie dans (son) sang".

Pas l'« aura » d'Elizabeth 

Charles aborde son règne bien moins aimé que sa mère. Selon un sondage de l'institut YouGov en 2021, à peine plus d'un tiers des sondés estimait qu'il ferait un bon roi, alors que plus de 70% avait une opinion favorable de la reine.

De quoi relancer les espoirs des partisans d'une abolition de la monarchie au profit d'une république, idée soutenue par seulement 15% des Britanniques ces dernières années.

Charles "n'est pas protégé par la même aura presque impénétrable que la reine", selon Graham Smith, le directeur du mouvement Republic.

Pour maintenir l'institution, Robert Hazell estime "concevable" que Charles abdique en faveur de son fils William, né en 1982 et très populaire, une option toujours rejetée par Elizabeth II.

Train de vie réduit 

Mais pour Graham Smith, "il ne va pas laisser tomber".

Face aux critiques croissantes sur le train de vie de la famille royale, les spécialistes de la monarchie prêtent à Charles le désir de réduire le nombre de ses membres actifs, vivant aux frais de la couronne et se consacrant aux engagements publics. Ils sont actuellement une dizaine.

La tendance a déjà été impulsée avec la mise en retrait du prince Andrew, frère de Charles, mis en cause pour son amitié avec le défunt financier américain Jeffrey Epstein, accusé de trafic de mineures, puis le départ en Californie de son fils Harry.

Pour Robert Hazell, plus que financier, l'intérêt de poursuivre sur cette voie est surtout de limiter les risques qu'un membre de la famille royale ne "dérape".

Il reviendra à Charles de distribuer les titres, choisissant par exemple s'il transmet à son fils celui de "prince de Galles" qu'il portait depuis 1958.

La famille royale a indiqué que Camilla devrait porter le titre de "princesse consort" plutôt que "reine" pour ne pas choquer le public. Mais du point de vue légal, relève M. Hazell, elle est devenue reine "automatiquement".

Charles : dandy ou gentleman farmer, toujours impeccablement stylé

Moins coloré que sa mère qui voulait être vue, le nouveau roi n’en est pas moins extrêmement exigeant sur sa garde-robe, avec un style unique et hors du temps qui lui a même valu d’être qualifié d'homme le mieux vêtu du monde.

Dandy en costume trois pièces ou gentleman farmer selon l'occasion, Charles est habillé sur mesure par les meilleurs tailleurs utilisant les plus belles matières, chaussé par les meilleurs cordonniers du Royaume.

Une armée de valets veille sur ses changements de garde-robe, souvent plusieurs fois par jour, et l'un d’eux serait même chargé de repasser ses lacets, si l’on en croit une récente biographie.

Désigné comme l'homme le mieux habillé du monde en 2009 par le magazine Esquire, le prince avait préféré en plaisanter, estimant que c'était une façon de vendre du papier.

Lors d'une réception à la Fashion Week de Londres en 2012, il s'était décrit comme une "horloge arrêtée", le faisant passer de "l’homme le mieux habillé à l’homme le moins bien habillé (…) tous les 25 ans".

Mais il a aussi reconnu être "soucieux des détails et des combinaisons de couleurs".

Depuis toujours démodé, il en est devenu indémodable.

En cravate et culotte courte 

Ses photos d’enfant le montrent en culotte courte, portant déjà une cravate et parfois un blazer. En Ecosse, depuis ses plus jeunes années, le kilt est porté en famille avec des chaussettes hautes.

A l’entrée dans l’âge adulte, son look sportif en tenue de polo fait rêver les jeunes filles. Il aime les accessoires, lunettes de soleil, boutons de manchette, et même un énorme noeud papillon sur une combinaison de ski.

Il porte une chevalière au petit doigt, et a toujours la même raie impeccable.

Il embrasse volontiers les traditions locales lorsqu’il voyage : en Arabie Saoudite en 2014 il porte une tenue traditionnelle lorsqu'il s'essaie à la danse du sabre.

Au Ghana en 1977, il porte une tunique longue rayée. Et en Afghanistan en mars 2010, on le retrouve assis en tailleur sur un tapis, en tenue de camouflage.

Mais pas question de porter un maillot de cycliste en lycra en Angleterre : lorsqu’il lance à vélo une collecte de fonds en juin 2021, tanguant sur un vélo vintage devant les caméras, il porte un blazer, une cravate et des chaussures de ville. "C'est un cauchemar de rentrer" dans du lycra, affirme-t-il.

A 73 ans, il arbore souvent des costumes croisés clairs avec pochette en soie toujours différente de la cravate. Lorsqu'il est sur ses terres, il cultive son image de gentleman farmer, les mains enfouies dans les immenses poches de ses vestes en coton ciré Barbour.

Pour les grandes occasions, l’uniforme militaire est de rigueur, comme pour les apparitions au balcon du palais de Buckingham ou le portrait de ses 60 ans, uniforme de cérémonie rouge des Welsh guards, avec médailles sur la poitrine et épée dorée à la ceinture.

Charles, aux dépenses longtemps critiquées, posséderait des centaines de costumes, dont beaucoup en provenance de chez Anderson & Sheppard sur Saville Row à Londres. Coupe impeccable et confortable, il y apparaît aussi à l'aise que dans un pyjama, estime le magazine de mode masculine GQ.

Ces dernières années, ce grand défenseur de l'environnement a soigné son image écoresponsable, expliquant qu'il n'aimait rien jeter.

Pour le mariage de son fils Harry en 2018 avec Megan Markle, il portait une redingote gris perle de 1984 . "Tant que je rentre dedans... je ne le porte que quelques fois par an", a-t-il expliqué dans Vogue, ajoutant qu'il ne voyait pas à son âge, comment une autre redingote pourrrait être "radicalement différente".

On le voit aussi avec les deux mêmes manteaux - en tweed à double boutonnage et l'autre de couleur caramel - depuis des années.

"Ses tailleurs gardent de grande pièces de tissu, pour éventuellement les ravauder", explique Michel Faure, auteur d'une biographie sur le nouveau roi.

L'an dernier, il s'est lancé dans la mode durable en partenariat, pour une collection capsule de luxe vendue sur internet, dessinée en Italie par six étudiants stylistes et réalisée en Ecosse par six jeunes formés aux techniques traditionnelles par son organisation caritative The Prince's foundation.


Gangs au Salvador: 10 000 soldats et policiers cernent une ville

Des policiers et des soldats escortent des personnes capturées lors d'une opération contre des membres de gangs à Soyapango, au Salvador (Photo, AFP).
Des policiers et des soldats escortent des personnes capturées lors d'une opération contre des membres de gangs à Soyapango, au Salvador (Photo, AFP).
Short Url
  • Des véhicules militaires et de police parcouraient les rues, tandis que des drones survolaient la zone
  • Les policiers arrêtent également les bus afin de contrôler chacun des passagers

SAN SALVADOR: Près de 10.000 militaires et policiers ont été déployés samedi dès l'aube autour de Soyapango, à la périphérie de San Salvador, dans le cadre de la guerre contre les gangs lancée en mars par le président salvadorien Nayib Bukele.

"A partir de maintenant, la commune de Soyapango est totalement encerclée. 8.500 soldats et 1.500 agents ont cerné la ville" de 242.000 habitants, située à l'est de la capitale, a écrit le président Bukele sur son compte Twitter.

Le président avait annoncé le 23 novembre que des villes seraient encerclées afin que les militaires puissent fouiller les domiciles un par un et procéder à l'arrestation de membres de gangs. Soyapango est la première ville où cette procédure est appliquée.

Les soldats et les policiers étaient stationnés dès l'aube dans toutes les rues d'accès à la ville, en interdisant à quiconque d'entrer ou de sortir sans être contrôlé. Les forces de l'ordre sont chargées d'arrêter un par un, "tous les membres de gangs qui se trouveraient encore là", a déclaré le président Bukele.

Quelques heures après le début de l'opération, le ministre salvadorien de la Justice et la Sécurité, Gustavo Villatoro, a annoncé que "douze membres des gangs ont déjà pu être arrêtés, tous avec des antécédents judiciaires".

Des véhicules militaires et de police parcouraient les rues, tandis que des drones survolaient la zone à la recherche de membres des gangs. Quarante "points de contrôle" ont été mis en place dans la commune de Soyapango, a précisé le ministre salvadorien de la Défense, René Merino.

"Ca nous a surpris, ils nous demandent nos papiers d'identité afin de vérifier notre domicile, mais ça va, c'est pour notre sécurité", a déclaré à l'AFP une habitante, Guadalupe Perez, 53 ans.

Les policiers arrêtent également les bus afin de contrôler chacun des passagers.

"Les citoyens n'ont rien à craindre et peuvent poursuivre leurs activités en toute tranquillité, a rassuré le président Bukele. Cette opération est lancée contre les criminels et non pas contre les citoyens honnêtes".

L'encerclement de villes afin d'en "extraire" les membres des gangs fait partie du plan de sécurité lancé par le gouvernement. "Les gens voient que les mesures prises donnent des résultats", a fait valoir le criminologue Ricardo Sosa, ajoutant qu'"il n'est pas étonnant qu'ils soutiennent majoritairement ces opérations car ils ont eux-mêmes souffert des gangs".

Les Salvadoriens sont 75,9% à soutenir l'état d'urgence et 9 sur 10 estiment que la délinquance a baissé, selon un sondage de l'Université centraméricaine (UCA).

Quelque 58.000 membres présumés de bandes criminelles, les redoutables "maras", ont été arrêtés au Salvador depuis la proclamation fin mars par le président Bukele de la "guerre" contre ces gangs qui font régner la terreur dans le pays.

Pour faire face à l'afflux de détenus, l'administration pénitentiaire a entrepris de construire une gigantesque prison pour 40.000 criminels présumés à Tecoluca, une région rurale au centre du pays.

Soyapango est considérée depuis des années comme une ville peu sûre en raison de la présence des gangs. Or, les mesures appliquées par le gouvernement Bukele ont eu pour résultat "une énorme amélioration de la sécurité", a affirmé en début de semaine la maire, Nercy Montano.

Instauré fin mars après une vague de 87 assassinats attribués aux "maras", l'état d'urgence permet des arrestations sans mandat, soulevant les critiques d'organisations de défense des droits de l'homme.

Il a été prolongé par le Congrès jusqu'à la mi-décembre.


Pologne: Le chef du parti au pouvoir s'en prend à la «domination allemande»

Le président du parti conservateur nationaliste au pouvoir en Pologne, Jaroslaw Kaczynski (Picture, AFP).
Le président du parti conservateur nationaliste au pouvoir en Pologne, Jaroslaw Kaczynski (Picture, AFP).
Short Url
  • M. Kaczynski, considéré comme principal stratège de la droite au pouvoir est coutumier d'attaques contre l'Allemagne et l'UE
  • Selon l'Allemagne, la Pologne a renoncé à des réparations de guerre en 1953 et confirmé cette renonciation à plusieurs reprises

VARSOVIE: Le président du parti conservateur nationaliste au pouvoir en Pologne, Jaroslaw Kaczynski, a dénoncé samedi la "domination" de l'Allemagne en Europe, l'accusant de vouloir réaliser par des méthodes pacifiques "les plans qu'elle avait voulu réaliser jadis par des méthodes militaires".

M. Kaczynski, considéré comme l'homme fort et principal stratège de la droite au pouvoir, coutumier d'attaques contre l'Allemagne et l'Union européenne, a prononcé un discours à Legnica, dans le sud-ouest du pays, dans le cadre de sa tournée en province en vue des élections législatives prévues en automne 2023.

Il a déclaré, selon l'agence PAP, que la force de l'Europe réside dans celle de ses nations et, dans une grande mesure, dans celle des Etats souverains.

Il a dénoncé "la situation de domination, une situation où, par des méthodes pacifiques, un des Etats européens, aujourd'hui le plus grand après la Russie, réalise des plans qu'il avait voulu réaliser jadis par des méthodes militaires. C'est un chemin qui conduit à la crise et au malheur. Non seulement de la Pologne, mais aussi de l'Europe. Et aussi de ce pays, l'Allemagne", a dit M. Kaczynski.

Parallèlement au discours antiallemand et eurosceptique, que l'opposition polonaise croit lié au moins en partie à la campagne électorale, les autorités polonaises ont lancé récemment une offensive diplomatique pour réclamer à l’Allemagne des réparations au titre de la Deuxième guerre mondiale, estimées par Varsovie à mille trois cents milliards d'euros.

Selon l'Allemagne, la Pologne a renoncé à des réparations de guerre en 1953 et confirmé cette renonciation à plusieurs reprises.

C'est dans ce contexte que Varsovie a décliné fin novembre la proposition allemande de lui envoyer le système de défense antiaérienne Patriot, après la chute meurtrière d'un missile en Pologne. Le gouvernement polonais a suggéré que l'Allemagne transfère cet équipement à l'Ukraine.


Les juifs américains confrontés à l'arrivée d'un antisémitisme «banalisé»

Le rappeur américain Kanye West (Photo, AFP).
Le rappeur américain Kanye West (Photo, AFP).
Short Url
  • «J'aime Hitler», a lancé à plusieurs reprises l'artiste, qui se fait désormais appeler Ye
  • Pour les analystes, ces propos montrent que l'intolérance religieuse et les théories du complot impliquant la communauté juive

WASHINGTON: La ferme condamnation de l'antisémitisme de Joe Biden vendredi répond à une banalisation alarmante de propos antisémites et d'incitations à la haine venus de personnalités influentes, amplifiées par les réseaux sociaux, selon les experts.

"Plutôt que lui offrir une tribune, nos responsables politiques devraient dénoncer publiquement l'antisémitisme partout où il se trouve", a tweeté le président américain.

"L'Holocauste s'est bien produit. Hitler était une personne diabolique", a-t-il ajouté au lendemain du tollé provoqué par le rappeur Kanye West, qui a confessé son admiration pour Hitler et les nazis lors d'une interview avec un présentateur américain complotiste.

"J'aime Hitler", a lancé à plusieurs reprises l'artiste, qui se fait désormais appeler Ye et qui avait dîné en petit comité quelques jours plus tôt au domicile de Donald Trump en Floride avec l'ancien président républicain, en présence d'un suprémaciste blanc, Nick Fuentes, connu pour avoir remis en cause la réalité de la Shoah.

Pour les analystes, ces propos montrent que l'intolérance religieuse et les théories du complot impliquant la communauté juive sont devenues presque normales.

Elles sont relayées notamment par le mouvement MAGA ("Make America great again", ou rendre à l'Amérique sa grandeur) de Donald Trump et la nébuleuse complotiste d'extrême droite QAnon, mais aussi par des personnalités du sport et du show business comme Kanye West ou la star du basket Kyrie Irving, qui a récemment fait la promotion d'un film à caractère antisémite, contenant entre autres une citation attribuée à Adolf Hitler et niant la réalité de l'Holocauste.

Le facteur Trump 

"Quand on a des célébrités qui défendent un antisémitisme classique comme Kanye West, qui a plus d'abonnés à son compte Twitter qu'il n'y a de juifs sur la planète Terre, c'est une chose qui va entrer dans le débat public", note Oren Segal, de l'organisation de lutte contre l'antisémitisme ADL.

Il n'y a pas que Donald Trump qui a déjeuné avec Kanye West et Nick Fuentes, remarque-t-il. Plusieurs élus républicains ont participé à une conférence pro-Trump organisée par Fuentes il y a quelques mois.

"Cette normalisation n'a pas commencé lorsque Kanye a perdu la tête", souligne Oren Segal auprès de l'AFP. "C'est une chose à laquelle nous assistons depuis longtemps."

Pour lui, le trumpisme est un facteur important de la banalisation de ces incitations à la haine. "Le trumpisme est compris comme la normalisation de la désinformation et des théories du complot, et la normalisation de l'antisémitisme n'est pas loin", explique-t-il.

Et les conséquences sont réelles, rappelle-t-il, mentionnant les attentats sanglants contre les synagogues de Pittsburgh, en Pennsylvanie (11 morts en 2018) et de Poway, en Californie (1 mort en 2019).

Alliances défaites

Le fait que Kanye West et Kyrie Irving soient tous les deux afro-américains a fait craindre une montée de l'antisémitisme dans la communauté noire et chez les jeunes.

Mais pour Cheryl Greenberg, professeure au Trinity College, il s'agit surtout d'une "tendance à banaliser des idées extrémistes".

Cette tendance est selon elle favorisée par le fait que les plus jeunes générations connaissent moins bien l'Holocauste et sont davantage sensibilisées aux problèmes des autres communautés marginalisées ou oppressées. 

"En faisant de l'antisémitisme la question centrale, les juifs ont compliqué le dialogue avec beaucoup d'autres communautés", estime l'experte du Trinity College, notant que l'alliance traditionnelle des communautés juive et afro-américaine qui existait dans les années 1950-60 pour la défense des droits civiques s'est aujourd'hui défaite.

Les personnalités noires les plus jeunes et les autres minorités ne considèrent plus les juifs comme des victimes, mais comme des personnes blanches qui ont réussi.

"Il y a beaucoup de communautés, il n'y a pas que les juifs", et la seule solution est de coopérer avec les autres -- même celles qui critiquent Israël -- pour continuer à lutter contre le sentiment anti-juifs, estime Mme Greenberg, qui est elle-même juive.

La prise de contrôle chaotique de Twitter par Elon Musk a par ailleurs montré à quel point des contenus problématiques peuvent réapparaître rapidement sur les réseaux sociaux dès que les responsables de la modération des contenus relâchent leur vigilance.

Mais Oren Segal s'inquiète plutôt de "l'écosystème" des hébergeurs de vidéos basés sur des algorithmes, comme TikTok, ou des plateformes de discussion sans modération des contenus, comme Telegram ou Reddit, où des communautés entières se sont bâties autour de l'antisémitisme.

"C'est un environnement toxique où les plus vulnérables viennent former leurs opinions", conclut-il. "Nous commençons à en voir les conséquences."