À Beyrouth, un événement unique réunit artistes de la NFT et développeurs Web

Le 20 septembre, la première conférence et exposition d'art sur les NFT s’est tenue à Beyrouth. (Photo : Hoda Rizk)
Le 20 septembre, la première conférence et exposition d'art sur les NFT s’est tenue à Beyrouth. (Photo : Hoda Rizk)
Le 20 septembre, la première conférence et exposition d'art sur les NFT s’est tenue à Beyrouth. (Photo : Hoda Rizk)
Le 20 septembre, la première conférence et exposition d'art sur les NFT s’est tenue à Beyrouth. (Photo : Hoda Rizk)
Le 20 septembre, la première conférence et exposition d'art sur les NFT s’est tenue à Beyrouth. (Photo : Hoda Rizk)
Le 20 septembre, la première conférence et exposition d'art sur les NFT s’est tenue à Beyrouth. (Photo : Hoda Rizk)
Short Url
Publié le Lundi 26 septembre 2022

À Beyrouth, un événement unique réunit artistes de la NFT et développeurs Web

  • La communauté NFT au Liban se développe très rapidement. Aujourd'hui, plus de 400 personnes participent aux réunions de la communauté des artistes, contre 15 à 20 personnes auparavant
  • Alors que le Liban s’est enfoncé dans une crise économique sans précédent, le potentiel d'une transition vers une économie numérique pourrait contribuer de manière majeure au redressement du pays

BEYROUTH: C’est un sujet brûlant, et un domaine au potentiel commercial énorme. C'est ainsi que l'on peut décrire les NFT («Non-Fungible Token»), ou jetons non fongibles. Et les pays arabes, notamment le Liban, sont conscients de l’importance de suivre de près des avancées de cette technologie. Dans ce contexte, le 20 septembre, la première conférence et exposition d'art sur les NFT s’est tenue à Beyrouth.

«Il était difficile de mettre sur pied cet événement au Liban, mais ce qui nous a le plus aidés, c'est un esprit de communauté. C'est ensemble que nous grandissons et que nous apprenons à construire les bons produits», raconte Ramsey Mneimeh, cofondateur du site OasisX, une place de marché NFT multichaîne qui donne des moyens à la communauté.

''
«Les Libanais méritent de se développer au-delà de leur propre personne et le système du pays ne peut pas leur offrir cela. Mais le Web3 le peut», confie Ramsey Mneimeh, cofondateur du site OasisX (à droite) à Arab News en français. (Photo : Hoda Rizk)

Le Liban est le deuxième pays du Moyen-Orient après la Turquie à avoir adopté les cryptomonnaies. Avec la profonde crise que traverse le pays depuis trois ans, de plus en plus de personnes se sont intéressées aux actifs décentralisés.

«La technologie blockchain et le Web3 ont attiré mon attention en raison de sa puissance. Ce qui s'est passé au Liban m'a fait réaliser que cette technologie pouvait résoudre beaucoup de problèmes, notamment avoir le contrôle de nos actifs. J'ai quitté mon emploi pour construire une plate-forme appelée "OasisX" pour soutenir les artistes. Les Libanais méritent de se développer au-delà de leur propre personne et le système du pays ne peut pas leur offrir cela. Mais le Web3 le peut», confie Ramsey à Arab News en français.

Le Web3 intègre principalement des concepts tels que la décentralisation, les technologies blockchain et l'économie basée sur les jetons digitaux.

«Avec OasisX, on voulait faire une exposition pour montrer que les NFT peuvent être exposés comme n'importe quelle œuvre d'art», raconte Ralph Khoury alias GingerPotter, un curateur et artiste de 27 ans. Selon lui, les artistes ont les moyens de ramener le Liban créatif dont les gens ont toujours entendu parler.

''
«Avec OasisX, on voulait faire une exposition pour montrer que les NFT peuvent être exposés comme n'importe quelle œuvre d'art», raconte Ralph Khoury alias GingerPotter, un curateur et artiste de 27 ans. (Photo : Hoda Rizk)

«Je pensais que devenir célèbre en tant qu'artiste prendrait des années. Mais maintenant, il est possible de le faire simplement en vendant vos œuvres en tant que NFT à un public international et en leur fixant le prix que vous pensez qu'elles méritent. C'est une aventure incroyable qui ne cesse de s'améliorer», assure-t-il.

«Je n'avais jamais pensé dans ma vie aux NFT avant de rencontrer GingerPotter, collègue artiste et commissaire de cet événement. Il m'a guidé dans la création d'art dans les NFT et j'ai vu que les gens de la communauté étaient très solidaires, ce qui m'a poussé à aller de l'avant», explique Walid el-Hajj, artiste et architecte.

''
«J'ai vu que les gens de la communauté étaient très solidaires, ce qui m'a poussé à aller de l'avant», explique Walid el-Hajj, artiste et architecte. (Photo : Hoda Rizk)

La communauté NFT au Liban se développe très rapidement. Auparavant, les réunions de la communauté des artistes regroupaient 15 à 20 personnes. Aujourd'hui, plus de 400 personnes y participent.

Quelle est la principale raison expliquant que les NFT soient si populaires au Liban? Pour le jeune artiste, «au Liban, l'art n'est pas apprécié par les générations plus âgées, alors que les NFT peuvent vous amener sur le marché international et briser les limites, ce qui nous permet à nous, artistes, de montrer notre art partout et d'obtenir le soutien du monde entier».

«À travers mon art, je documente mon voyage spirituel. Chaque fois que je grandis comme personne, mon art grandit avec moi. Cette œuvre d'art est différente, par exemple, j'ai voulu représenter quelqu'un qui est perdu et qui s'adapte dans la matrice pour pouvoir la traverser un jour», explique Walid.

Parmi le public, le ministre de l’Économie par intérim du Liban, Amin Salam, était présent à la conférence. Arab News en français l’a interrogé sur son intérêt pour les NFT, notamment au vu de la situation actuelle au Liban.

«Les développeurs d'OasisX m’ont fait part du lancement de leur projet parce qu'un autre, appelé OpenSea, où ils avaient l'habitude de présenter leur travail, a été interdit au Liban. Cette affaire m'a touché car une partie de mes initiatives au ministère de l’Économie consiste à soutenir des projets d'économie numérique. Les NFT et tout le travail créatif font partie des valeurs libanaises», confie le ministre.

Alors que le Liban a plongé dans un effondrement socio-économique sans précédent, et que la structure de l'économie a été démantelée au-delà de toute réparation, le potentiel d'une transition vers une économie numérique pourrait contribuer de manière majeure au redressement du pays.

«Nous voulons comprendre comment le gouvernement peut soutenir de telles initiatives et leur fournir une protection régionale, notamment via le bureau de la protection de la propriété intellectuelle du ministère. Je suis donc ici aujourd'hui pour apporter mon soutien total à tous les créateurs et développeurs qui s'épanouissent dans ce domaine», affirme M. Salam.

Initiatives informatives

Arab News en français a rencontré le cofondateur de l'initiative NFT Bel Arabi («NFT en arabe»).

«NFT bel Arabi est un site Web fournissant un contenu de haute qualité pour les personnes qui veulent en savoir plus sur le Web3 d'une manière simple mais informative. Étant donné que cet événement à Beyrouth est le premier du genre, nous voulions être là. Nous essayons de construire une communauté bien informée dans le monde arabe, principalement sur Twitter», a déclaré Abdallah el-Masri, fondateur de cette initiative.

Abdallah a lancé son projet initialement en Jordanie et l'a étendu à d'autres pays arabes pour montrer aux gens comment parler des NFT en arabe. Lui et son équipe constatent que de plus en plus de personnes sont curieuses du concept et essaient de rejoindre ce monde.

La communauté des artistes émergents au Liban et dans le monde arabe travaille étroitement et les artistes collaborent généralement par le biais de groupes de soutien, surtout sur Twitter et Instagram, s’offrant un énorme soutien les uns aux autres en tant que créateurs et développeurs.

''
Grace Hasrouny, 21 ans, étudiante en médias numériques et artiste dans l'espace NFT. (Photo : Hoda Rizk)

«Je suis dans l'espace NFT depuis presque un an et j'ai vendu plus de 20 NFT. J'ai commencé à peindre quand j'étais enfant, puis je suis passée à l'art numérique. Dans mon art, je m'inspire de la Terre et de l'espace», explique Grace Hasrouny, 21 ans, étudiante en médias numériques, qui pratique l'art depuis son enfance.

«Le métavers est un monde différent mais ce n'est pas quelque chose qui nous éloigne de notre réalité. Nous pouvons, et devrions, vivre les deux en parallèle», rassure la jeune artiste.


Mondial: Que vaut la Pologne, adversaire des Bleus en 1/8?

«L'important, c'est d'être prêts contre la France», espère l'attaquant polonais Robert Lewandowski (Photo, AFP).
«L'important, c'est d'être prêts contre la France», espère l'attaquant polonais Robert Lewandowski (Photo, AFP).
Short Url
  • La France et la Pologne se sont affrontées à 16 reprises depuis leur première confrontation, en amical le 22 janvier 1939
  • La dernière opposition remonte au 9 juin 2011, une victoire 1-0 de la France à Varsovie en amical sur un but contre-son-camp polonais

DOHA: La France affrontera la Pologne dimanche (16h00) en huitièmes de finale de Coupe du monde, un stade de la compétition que la nation du capitaine Robert Lewandowski n'avait plus atteint depuis le Mondial-1986. Présentation:

La Pologne en bref

Coupe du monde: 9e participation. Meilleurs résultats: 3e en 1974 et en 1982

Classement Fifa: 26e

Surnom: Bialo-Czerwoni (Blanc et Rouge)

Joueurs vedettes: le capitaine Robert Lewandowski, le gardien Wojciech Szczesny

Le sélectionneur: nommé en janvier 2022, Czeslaw Michniewicz (52 ans) a remplacé à ce poste le Portugais Paulo Sousa parti subitement au Brésil pour prendre les rênes de Flamengo. L'ancien gardien devenu entraîneur avait pour objectif immédiat de remporter les barrages pour se qualifier au Mondial-2022: la sélection avait terminé deuxième de son groupe lors des éliminatoires, derrière l'Angleterre. Après l'exclusion de l'équipe russe à la suite de l'invasion de l'Ukraine, la sélection de Michniewicz a battu la Suède 2-0 en finale des barrages et obtenu la qualification. Depuis, son bilan est mitigé: il a, certes, réussi à maintenir la sélection parmi les seize meilleures équipes de la Ligue des nations, mais a essuyé en cours de route trois défaites dont un lourd revers 6-1 contre la Belgique.

Parcours au premier tour

Match 1: Pologne-Mexique (0-0)

Match 2: Pologne-Arabie saoudite (victoire 2-0, buts de Zielinski et Lewandowski)

Match 3: Pologne-Argentine (défaite 2-0)

En ouverture, les Polonais ont buté sur le Mexique (0-0) et son gardien vétéran Guillermo Ochoa, auteur d'un arrêt salvateur face à Robert Lewandowski, le capitaine et meilleur buteur de l'histoire de la sélection.

L'attaquant vedette du FC Barcelone a attendu le match suivant contre l'Arabie saoudite (2-0) pour marquer, à 34 ans, son premier but en Coupe du monde. Son gardien Wojciech Szczesny s'est lui aussi distingué avec un formidable double arrêt sur penalty.

Le portier de la Juventus Turin, 32 ans, a retardé l'échéance contre l'Argentine avec encore un penalty arrêté, face à Lionel Messi, mais il a fini par s'incliner en seconde période (défaite 2-0). Les Polonais ont obtenu la deuxième place du groupe C à la différence de but devant le Mexique.

Historique contre la France

La France et la Pologne se sont affrontées à 16 reprises depuis leur première confrontation, en amical le 22 janvier 1939. Les Bleus s'étaient imposés 4-0 au Parc des princes.

La dernière opposition remonte au 9 juin 2011, une victoire 1-0 de la France à Varsovie en amical sur un but contre-son-camp polonais. Parmi les Bleus actuellement au Qatar, seuls Hugo Lloris et Steve Mandanda étaient présents, mais seulement sur le banc des remplaçants.

Les deux nations ne se sont affrontées qu'une seule fois dans une grande compétition: le 10 juillet 1982, à Alicante, les partenaires de Marius Trésor s'étaient inclinés 3-2 lors du match pour la troisième place en Coupe du monde.


Le Festival du cheval arabe de Riyad démarre avec des éleveurs de premier plan

Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, avec la participation de 347 races de chevaux de la péninsule Arabique. (Photo fournie)
Short Url
  • Des centaines de purs-sangs seront présentés au public pendant cinq jours
  • Des cavaliers et des chevaux de premier plan participent au concours

RIYAD: Le Festival du pur-sang arabe de Riyad, Jawadi, a débuté mardi au centre équestre Al-Douhami dans le gouvernorat de Diriyah, présentant 347 races de chevaux.

Le festival de cinq jours offre des prix d’une valeur d’un million de riyals saoudiens (1 riyal = 0,26 euro). Les concours organisés au cours de l’événement comprennent la première Coupe des éleveurs saoudiens et la Coupe des champions de production saoudiens. Elles ont toutes deux été organisées par l’Arabian Horse Organization et supervisées par le Centre du roi Abdelaziz pour les purs-sang arabes.

Le site du festival reflète l’architecture traditionnelle du Najd et rassemble cavaliers, artistes et passionnés pour des concours, des danses folkloriques, des ateliers, des conférences, de l’artisanat, de la nourriture locale et internationale, des parfums et des sandales.

Azaam al-Qasim, un cavalier et dresseur de chevaux participant au festival, a déclaré à Arab News que le concours de beauté mettrait en valeur la pureté de la race des animaux apportés par les participants locaux et internationaux.

Il a ajouté que les cavaliers arabes et leurs chevaux se distinguaient par leurs capacités et leur détermination, ce qui a permis d’attirer de nombreuses personnes vers ce sport dans le Royaume.

Rana Mohammed, une artiste dont les peintures de chevaux sont exposées au festival, a confié à Arab News: «Les chevaux sont ma passion, et plus je les peins, plus je découvre de détails sur eux, et je passe plus de temps à maîtriser ces détails.»

Faisal al-Shamsan, un visiteur, considère que les concours hippiques dans un cadre traditionnel de village avec de la nourriture et de la musique sont «tous géniaux». Il a également apprécié de regarder les danses traditionnelles avec sa famille.

Le festival fait partie du programme de Riyadh Season, organisé par l’Autorité générale pour le divertissement. Il ouvre ses portes de 15h à minuit et se poursuit jusqu’au 3 décembre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Salon du livre et de la presse jeunesse remet ses «Pépites»

Le Salon du livre jeunesse attend quelque 400 exposants, dont de nombreux petits éditeurs au catalogue original, et plus de 200 auteurs en conférence ou dédicace. (Photo : site officiel de l'événement)
Le Salon du livre jeunesse attend quelque 400 exposants, dont de nombreux petits éditeurs au catalogue original, et plus de 200 auteurs en conférence ou dédicace. (Photo : site officiel de l'événement)
Short Url
  • Le thème du Salon cette année est «Désirs de monde!»
  • C'est la 38e édition de ce salon qui attire traditionnellement une grande foule de scolaires les trois premiers jours en semaine, puis des familles le week-end

PARIS : Le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis ouvre ses portes mercredi à Montreuil, à côté de Paris, et remet ses récompenses, les "Pépites".

C'est la 38e édition de ce salon qui attire traditionnellement une grande foule de scolaires les trois premiers jours en semaine, puis des familles le week-end.

Les Pépites sont remises en fin de journée mercredi, après les délibérations de jurys d'une trentaine de membres au total.

"On a reçu 900 candidatures pour devenir juré, ce qui donne une idée du succès", explique à l'AFP la directrice du Salon, Sylvie Vassallo.

Le thème du Salon cette année est "Désirs de monde!". D'après Mme Vassallo, "les enfants répondent bien à ce mot de désir, qui leur donne envie de se projeter, et qui leur parle aussi bien des littératures de l'imaginaire que du monde réel".

Après une édition 2020 perturbée par la pandémie de Covid-19, celle de 2021 avait attiré 151.000 visiteurs.

C'était moins que les 180.000 de 2019, mais le Salon a gagné des téléspectateurs qu'il n'avait pas avant la crise sanitaire. La chaîne de télévision éphémère du SLPJ est désormais bien installée: elle propose trois heures d'émissions quotidiennes, de 17H00 à 20H00.

Le Salon du livre jeunesse attend quelque 400 exposants, dont de nombreux petits éditeurs au catalogue original, et plus de 200 auteurs en conférence ou dédicace.

L'édition jeunesse, après une année 2021 exceptionnelle comme pour le reste du secteur, a connu une année 2022 plus ordinaire. D'après l'institut GfK, les ventes lors des dix premiers mois de l'année ont reculé de 13% sur un an, mais restent supérieures de 1% à celles de 2019.

Selon le Syndicat national de l'édition, le marché du livre jeunesse pesait 411 millions d'euros en 2021.