Les investigations sur l'assassinat de Samuel Paty terminées

Le 16 octobre 2020, le professeur d'histoire-géographie, âgé de 47 ans, avait été poignardé puis décapité près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par Abdoullakh Anzorov, réfugié russe d'origine tchétchène, tué peu après par la police (Photo, AFP).
Le 16 octobre 2020, le professeur d'histoire-géographie, âgé de 47 ans, avait été poignardé puis décapité près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par Abdoullakh Anzorov, réfugié russe d'origine tchétchène, tué peu après par la police (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 07 octobre 2022

Les investigations sur l'assassinat de Samuel Paty terminées

  • Les magistrats ont informé les parties de la fin de l'information judiciaire dans laquelle 14 personnes sont poursuivies
  • Les parties ont désormais un mois pour envoyer aux juges leurs observations

PARIS: Les juges d'instruction antiterroristes ont clôturé jeudi leurs investigations dans le dossier Samuel Paty, alors que la France s'apprête à commémorer les deux ans de l'assassinat de l'enseignant par un jeune homme radicalisé rapidement tué par la police.

Les magistrats ont informé les parties de la fin de l'information judiciaire dans laquelle 14 personnes sont poursuivies, a indiqué une source judiciaire, confirmant une source proche du dossier.

Les parties ont désormais un mois pour envoyer aux juges leurs observations. Si les investigations ne sont pas relancées, il appartiendra ensuite au Parquet national antiterroriste (Pnat) de rendre son réquisitoire définitif, avant une décision finale des juges d'instruction.

Le 16 octobre 2020, le professeur d'histoire-géographie, âgé de 47 ans, avait été poignardé puis décapité près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par Abdoullakh Anzorov, réfugié russe d'origine tchétchène, tué peu après par la police.

L'attaque terroriste avait suscité un immense émoi en France et à l'étranger. Le président Emmanuel Macron avait rendu un hommage national à l'enseignant dans la symbolique cour de la Sorbonne à Paris.

L'homme de 18 ans, radicalisé, lui reprochait d'avoir montré en classe des caricatures de Mahomet. Dans un message audio en russe, il avait revendiqué son geste en se félicitant d'avoir "vengé le prophète".

Il avait pris connaissance de la polémique visant le professeur quelques jours plus tôt via les réseaux sociaux où avaient été diffusées des vidéos de Brahim Chnina, père d'une collégienne visée par une exclusion pour indiscipline et qui prétendait avoir assisté au cours, et du sulfureux militant islamiste Abdelhakim Sefrioui.

«Complicité»

Quatorze personnes sont mises en examen, dont plusieurs collégiens.

Au premier rang, deux connaissances d'Anzorov de sa ville d'Evreux, Azim E. et Naïm B., qui l'ont accompagné pour acheter un couteau. Le second était allé avec lui jusqu'au collège de Conflans-Sainte-Honorine.

MM. Chnina et Sefrioui sont poursuivis pour complicité d'assassinat terroriste, soupçonnés d'avoir "ciblé" Samuel Paty via une vidéo et ainsi d'avoir "facilité la définition d'un projet criminel" par Abdoullakh Anzorov.

"L'information judiciaire a établi que notre client n'avait jamais été en contact avec le terroriste et il n'a jamais pu être prouvé que le terroriste avait pris connaissance de la vidéo de M. Sefrioui", ont commenté auprès de l'AFP les avocats de ce dernier, Mes Elise Arfi, Ouadie Elhamamouchi et Sefen Guez Guez.

"Des investigations plus poussées semblaient s’imposer sur certains aspects du dossier, tel que le rôle d'instigateur de Faruq Shami", un contact tadjik d'Anzorov en Syrie, "qui apparaît avoir été le mentor du terroriste", ont-ils ajouté.

Autre mise en cause pour cette "complicité" d'assassinat, Priscilla M., trentenaire convertie à l'islam, en lien sur les réseaux sociaux avec l'assassin, les jours précédents l'attaque.

Les juges antiterroristes ont estimé que celle surnommée "Cicatrice sucrée" sur les réseaux avait renforcé "la détermination d'Abdoullakh Anzorov à passer à l'acte criminel", facilité "la localisation de la victime" et lui avait donné "les arguments idéologiques pour commettre l'assassinat de Samuel Paty".

Son avocate n'a pas réagi.

Quant à la fille de M. Chnina, elle est mise en examen pour dénonciation calomnieuse : elle a admis avoir menti en affirmant que le professeur avait demandé aux élèves musulmans de se signaler et de sortir de la classe lors de ce cours.

Une quinzième personne, adolescente mineure, avait également été mise en examen mais son dossier a été disjoint, selon la source judiciaire.

Les avocats d'un des collégiens poursuivis, Me Dylan Slama et Me Mourad Battikh, se sont dits "satisfaits que cette affaire arrive enfin à son terme", évoquant un "soulagement" pour leur client et souhaitant qu'il puisse "reprendre une vie normale le plus rapidement possible".

L'assassinat avait entraîné une vive polémique et des accusations visant l'Intérieur et l'Education nationale, qui avaient été alertés de menaces visant le professeur mais qui, selon des membres de sa famille ayant porté plainte, n'avaient pas pris suffisamment en compte le péril.

Le parquet de Paris a ouvert en avril une enquête distincte visant des membres de l'administration pour non-assistance à personne en péril et non-empêchement de crime.

Sans ces fautes, "Samuel Paty aurait pu être sauvé", avait estimé l'avocate de cette partie de la famille Paty, Virginie Le Roy, qui n'a pas réagi jeudi.


L'Assemblée rejette la motion de censure LFI, le projet de budget de la Sécu adopté en nouvelle lecture

La Première ministre française Elisabeth Borne écoute le débat sur une motion de censure concernant la quatrième partie du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2023, à l'Assemblée nationale à Paris le 28 novembre 2022. (Photo, AFP)
La Première ministre française Elisabeth Borne écoute le débat sur une motion de censure concernant la quatrième partie du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2023, à l'Assemblée nationale à Paris le 28 novembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Alors que le climat s'est singulièrement tendu entre oppositions et majorité depuis des invectives jeudi soir dans l'hémicycle, l'ensemble de la gauche a apporté son soutien à LFI
  • Même s'ils sont contre ce projet de budget de la Sécu, les députés LR n'ont pas apporté leurs voix à la motion

PARIS: L'Assemblée nationale a rejeté lundi la nouvelle motion de censure LFI contre le gouvernement, soutenue par seulement 93 députés, ce qui vaut adoption en nouvelle lecture de l'ensemble du projet de budget 2023 de la Sécurité sociale.

Cette motion avait été déposée en riposte à l'arme constitutionnelle du 49.3, actionnée vendredi soir pour la sixième fois en près d'un mois par Elisabeth Borne, pour faire passer sans vote un texte budgétaire.

La Première ministre a fustigé les "contes et légendes" de La France insoumise, accusant ces députés de "fausses informations" et de "manipulation", à l'issue d'un long débat où les interventions des groupes politiques ont porté davantage sur la forme que sur le fond.

La députée insoumise Ségolène Amiot a accusé l'exécutif de "tuer la démocratie à petit feu", et demandé de "rappeler à l'ordre le gouvernement quant aux limites de son pouvoir".

Alors que le climat s'est singulièrement tendu entre oppositions et majorité depuis des invectives jeudi soir dans l'hémicycle, l'ensemble de la gauche a apporté son soutien à LFI.

La "nouvelle méthode" de dialogue prônée par la cheffe du gouvernement est "le paravent rachitique" d'un "exercice solitaire du pouvoir", a critiqué notamment le socialiste Arthur Delaporte.

La cheffe du gouvernement a elle dénoncé la "légende" du "passage en force", jugeant qu'il n'était "pas sérieux de parler de brutalité, pour l'utilisation d’un outil constitutionnel, par lequel un gouvernement engage sa responsabilité devant des oppositions numériquement plus nombreuses".

"Vous nous parlez d’un monde parallèle, où les Français auraient élu votre cher leader" Jean-Luc Mélenchon, a-t-elle aussi lancé aux bancs LFI. Mais "vous n’avez pas de majorité ni absolue, ni relative, ni alternative".

Même s'ils sont contre ce projet de budget de la Sécu, les députés LR n'ont pas apporté leurs voix à la motion, se posant en "élus responsables" qui ne veulent pas "provoquer la dissolution" de l'Assemblée. De même pour le groupe indépendant Liot: "arrêtons de perdre du temps, légiférons", a plaidé son coprésident Christophe Naegelen.

Les députés RN, contrairement à de précédentes fois, n'ont pas voté le texte LFI, jugeant que cela "ne sert à rien". Franck Allisio (RN) a dépeint "un jour sans fin" avec "six fois la même scène, six fois la même pièce de théâtre".

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale doit passer mardi devant le Sénat en nouvelle lecture, avant de revenir mercredi devant l'Assemblée en lecture définitive. La Première ministre pourrait alors actionner une dernière fois le 49.3 sur ce projet de budget.

Le texte prévoit des mesures sur la prévention, les déserts médicaux, ou encore des économies pour les laboratoires de biologie.


Lutte contre le mal-logement à Marseille: le début d'une nouvelle ère?

Le quartier «Les rosiers» à Marseille, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Le quartier «Les rosiers» à Marseille, dans le sud de la France (Photo, AFP).
Short Url
  • Derrière les chiffres accablants - 40 000 taudis, autant de demandes de logement sociaux en attente, 14 000 personnes sans solution de logement - se cachent des vies gâchées dans des appartements humides
  • Pour «relever Marseille», il faut s'y «mettre tous», a exhorté le maire Benoît Payan

MARSEILLE: Quatre ans après l'effondrement mortel d'immeubles en 2018 en plein coeur de Marseille, une mobilisation collective a semblé se dessiner lundi pour lutter contre le mal-logement qui ronge la deuxième ville de France et menace sa cohésion sociale.

"Le logement constitue à Marseille le plus grand défi pour les pouvoirs publics et sans doute pour de longues années encore", a prévenu le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Christophe Mirmand.

Dans cette cité de 860 000 habitants, "l'urgence est réelle" et "menace la cohésion sociale", a martelé le représentant de l'Etat.

Derrière les chiffres accablants - 40 000 taudis, autant de demandes de logement sociaux en attente, 14 000 personnes sans solution de logement - se cachent des vies gâchées dans des appartements humides, aux fils d'électricité dénudés, pour des loyers exorbitants, des hommes et des femmes à la rue ou contraints d'occuper des logements murés ou indignes.

Sitti Ahmed, une mère de famille de 50 ans, attend par exemple depuis onze ans un HLM en rez-de-chaussée adapté à son fils autiste qui "essaie de monter sur les fenêtres".

Pour "relever Marseille", il faut s'y "mettre tous", a exhorté le maire Benoît Payan, dont l'union de gauche a conquis la municipalité deux ans après l'effondrement de deux immeubles rue d'Aubagne qui avait fait huit morts, révélant l'inertie de l'ancienne majorité de droite.

C'est à son initiative, même si la mairie n'a pas de compétence sur la politique du logement, qu'ont lieu lundi et mardi des états généraux sur ce sujet brûlant réunissant propriétaires, bailleurs sociaux et collectivités dont la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Cette dernière, qui n'a toujours pas adopté de Plan local d'habitat, pourtant essentiel pour planifier l'organisation du logement sur ce territoire comprenant Marseille et 91 communes principalement dans les Bouches-du-Rhône, a toutefois affiché ses bonnes intentions.

"Il y a une "volonté d'établir une chaîne d'action publique", a assuré le LR David Ytier, son vice-président au logement.

Le mouvement HLM "n'attend que ça, de construire plus fort et mieux à Marseille et dans la métropole", a embrayé la présidente de l’Union sociale pour l'habitat Emmanuelle Cosse, alors que le manque de logements sociaux est criant.

«On attend du concret»

"C'est trop tard pour se dire qu'enfin ça bouge à Marseille. Mais il y a une vraie impulsion", a estimé auprès de l'AFP Francis Vernede, directeur régional de la Fondation Abbé-Pierre.

"On ne peut qu'être ravi de voir l'Etat, la ville et la métropole assis côte à côte, avec une volonté a priori d'oeuvrer ensemble. Après, on attend du concret, de la rénovation, du bâti, du logement abordable pour tous et ça c'est une politique globale qui va pas se faire tout de suite", a-t-il poursuivi.

Construire d'abord: la métropole prévoierait 11 000 logements par an dans son futur Plan local d'habitat (PLH) 2023-2028 qui n'a toujours pas été dévoilé.

Rééquilibrer la répartition ensuite sachant qu'une trentaine des 92 communes de la métropole ne respectent pas leurs obligations en termes de nombre de logements sociaux. Et qu'à Marseille même, les quartiers déshérités du nord de la ville comptent 40% de logements sociaux quand il n'y a en a que 10% dans les quartiers cossus du sud.

Lutter contre les logements indignes aussi: "Je veux que les marchands de sommeil ne dorment plus", a martelé Benoît Payan en réclamant un renforcement des peines à leur encontre et notamment une interdiction d'acheter des logements pendant 30 ans et non pas seulement 10 ans. Il veut aussi pouvoir exproprier dans les copropriétés très dégradées.

La mairie rappelle que certains immeubles sont dans un tel état qu'elle doit prendre "20 arrêtés de mise en sécurité par mois" avec les relogements qui vont avec. "Et ça ne va pas s'arrêter immédiatement", a prévenu Patrick Amico, adjoint au maire de Marseille.

La Métropole vante de son côté les mérites de son "permis de louer" lancé dans le quartier de la rue d'Aubagne et qui lui permet d'empêcher un propriétaire de louer s'il ne fait pas certains travaux.

Le ministre délégué au Logement Olivier Klein est attendu mardi à Marseille.


Les RER métropolitains, nouveaux projets structurants du ferroviaire français

La gare RER Saint-Lazare à Paris, le 10 novembre 2022 (Photo, AFP).
La gare RER Saint-Lazare à Paris, le 10 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • A l'époque, la ministre déléguée aux Transports, Elisabeth Borne, avait chargé SNCF Réseau de plancher sur la question
  • Objectif de ces «services express métropolitains» (SEM): offrir des trains fréquents, au moins toutes les demi-heures

PARIS: Le projet de lancer l'équivalent du RER dans dix grandes villes françaises n'est pas une nouveauté, mais l'annonce présidentielle de dimanche érige au rang de priorité des chantiers parfois déjà engagés qui s'annoncent longs et onéreux.

"Le RER, ce n'est pas que sur Paris", a plaidé Emmanuel Macron dimanche dans une vidéo postée sur YouTube. "C'est un super objectif pour l'écologie, l'économie, la qualité de vie" dans les villes "où il y a thromboses, trop de circulation". Fixant pour objectif la création de dix RER hors de la capitale, il n'a toutefois avancé ni calendrier, ni montant des investissements nécessaires.

Pas d'indication non plus sur les villes sélectionnées, mais le ministre des Transports, Clément Beaune, a évoqué lundi sur RMC des "projets relativement mûrs" à Strasbourg, Lille, Bordeaux ou Toulouse.

Le Conseil d'orientation des infrastructures (COI) "travaille en ce moment à identifier les projets qui pourront être lancés en premier. Il devrait rendre ses conclusions d'ici un mois", a annoncé Matignon.

Depuis le vote de la loi d'orientation des mobilités (LOM) en 2019, une quinzaine de projets plus ou moins avancés sont sur les rails.

A l'époque, la ministre déléguée aux Transports, Elisabeth Borne, avait chargé SNCF Réseau de plancher sur la question. Objectif de ces "services express métropolitains" (SEM): offrir des trains fréquents, au moins toutes les demi-heures, voire tous les quarts d'heures aux heures de pointe, toute la journée et desservant de nombreux arrêts.

«Immense effort»

Un service qui nécessite non seulement des investissements d'infrastructures - signalisation, aiguillages modernes -, mais aussi de matériel - des trains capables d'accélérations et de freinages réguliers pour multiplier les arrêts sans perdre trop de temps.

"Ce qui est très important, c'est le cadencement, c'est cela qui fait que les gens prennent les transports" en commun et remisent leur voiture au garage, note Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des usagers des transports (Fnaut).

Les projets de RER métropolitains représentent "un immense effort", notamment financier, avait noté SNCF Réseau en 2020, pointant du doigt les capacités du réseau actuel, incapable d'accueillir sans gros travaux un tel service dans les métropoles.

En juillet, le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, avait évalué à 100 milliards d'euros sur 15 ans les investissements nécessaires pour doubler la part du ferroviaire en France.

Il y incluait la création de 13 RER métropolitains dans 13 grandes villes, pour un total de 13 milliards d'euros. "C'est un sujet intelligent, seulement il faut le financer. Pour le moment, il n'est pas financé", a remarqué Bruno Gazeau.

«Une décennie»

Certaines métropoles sont plus avancées que d'autres, comme Strasbourg qui doit lancer son projet de Réseau express métropolitain européen (REME) le 11 décembre, avec 800 trains supplémentaires chaque semaine en gare de Strasbourg et même 1 000 trains en septembre 2023.

A Bordeaux, le projet concerne 300 km de lignes pour 54 gares, 1,2 million d'habitants et vise 38 000 voyageurs par jour. Il s'agit de développer trois lignes traversant Bordeaux et reliant, pour l'une d'entre elle, Libourne à Arcachon.

L'objectif est d'augmenter la cadence des TER jusqu'en 2028, avec une fréquence cible fixée à la demi-heure. "C'est un investissement lourd qui nécessite un accompagnement de l’État et nous attendons que le coup d'accélérateur soit significatif", a déclaré à l'AFP le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic (EELV).

"L'enveloppe globale pèse près d'un milliard d'euros avec des surcoûts déjà identifiés", a évalué le président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani (PS).

A Rennes, on se dit "en capacité à partir de 2023" de proposer "des offres ferroviaires cadencées". "J'ose espérer (...) qu'on est bien dans les dix métropoles", a réagi le vice-président de Rennes Métropole, Matthieu Theurier (EELV).

L'annonce du président Macron a également été "très bien accueillie" à Marseille, où "les autoroutes d'entrée de la ville sont saturées tous les jours" et où le réseau ferré "est sous-exploité", d'après Audrey Gatian, adjointe au maire (PS).

Pour ce qui concerne les financements, le gouvernement renvoie là encore aux travaux du COI qui seront rendus avant Noël. Il fixe au début de l'année prochaine la définition d'un calendrier.

"Les transports, c'est investir dans l'avenir. Ça met énormément de temps. Ces fameux RER métropolitains, c'est un horizon d'une décennie", a insisté Clément Beaune.