Brésil: Lula face à la dure mission de sauver l'Amazonie

Le président élu du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, aura un défi de taille dès sa prise de fonctions, le 1er janvier: freiner la déforestation en Amazonie, qui a fortement augmenté sous le mandat de Jair Bolsonaro. (AFP)
Le président élu du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, aura un défi de taille dès sa prise de fonctions, le 1er janvier: freiner la déforestation en Amazonie, qui a fortement augmenté sous le mandat de Jair Bolsonaro. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 03 novembre 2022

Brésil: Lula face à la dure mission de sauver l'Amazonie

  • L'icône de la gauche sait que les yeux du monde entier sont tournés vers la plus grande forêt tropicale de la planète, qui est d'une importance fondamentale dans la lutte contre le réchauffement climatique
  • Durant sa campagne, il s'est engagé à «se battre pour une déforestation zéro» et à «reprendre la surveillance de l'Amazonie»

RIO DE JANEIRO: Le président élu du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, aura un défi de taille dès sa prise de fonctions, le 1er janvier: freiner la déforestation en Amazonie, qui a fortement augmenté sous le mandat de Jair Bolsonaro.

Et l'icône de la gauche sait que les yeux du monde entier sont tournés vers la plus grande forêt tropicale de la planète, qui est d'une importance fondamentale dans la lutte contre le réchauffement climatique.

La plupart des dirigeants qui l'ont félicité après son élection ont évoqué l'importance de la préservation de l'Amazonie. Il aura l'occasion de donner une nouvelle image du Brésil à la COP27, qui débute dimanche en Egypte.

La Norvège a d'ores et déjà annoncé le déblocage de financements suspendus depuis 2019, et l'Allemagne s'est dit prête mercredi à reprendre son aide financière massive pour protéger l'Amazonie de la déforestation.

Dans son discours de victoire, dimanche soir, Lula, 77 ans, a promis que le Brésil "était prêt à jouer à nouveau son rôle dans le combat contre les changements climatiques, surtout en Amazonie".

Durant sa campagne, il s'est engagé à "se battre pour une déforestation zéro" et à "reprendre la surveillance de l'Amazonie".

"Ça ne sera pas facile. Il y a tant de choses à faire", prévient Sarah Shenker, de Survival International.

Face à un tel chantier, que faire en priorité?

"Il va d'abord falloir devoir remettre sur pied les agences gouvernementales de protection de l'environnement et des territoires indigènes, qui ont été complètement démantelées" sous Bolsonaro, dit-elle.

Mais c'est loin d'être le seul défi qui attend Lula, élu pour un troisième mandat après avoir gouverné le pays de 2003 a 2010.

Plus de 33 millions de Brésiliens souffrent de la faim. L'inflation, bien que moins forte qu'il y a quelques mois, continue de peser sur le pouvoir d'achat, dans un pays profondément divisé. Tous ces problèmes ont relégué les questions environnementales au second plan de la campagne électorale.

Question de «volonté politique»

Pour Sarah Shenker, la préservation de l'Amazonie est avant tout une question de "ressources financières et de volonté politique".

Selon elle, la grande priorité est de faire en sorte que des organismes publics comme la Funai, chargée des affaires indigènes, ou l'Ibama, principale agence environnementale, fonctionnent à nouveau pleinement, après avoir subi d'importantes coupes budgétaires ces quatre dernières années.

"Lula va devoir agir avec fermeté pour remodeler l'ensemble des opérations du gouvernement dans la région amazonienne", renchérit Suely Araujo, ancienne présidente de l'Ibama.

"Il doit reprendre en main de toute urgence la politique environnementale", pour que le Brésil ne soit plus "un paria" dans les négociations climatiques.

Autre défi important pour Lula: "mettre fin aux débats sur des projets de loi génocidaires en cours d'analyse au Parlement", ajoute Sarah Shenker, citant notamment un texte qui remet en cause la démarcation de réserves indigènes.

Ce ne sera pas une mince affaire, après des législatives qui ont fait pencher davantage la Chambre des députés et le Sénat vers la droite radicale, avec de nombreux parlementaires représentant le puissant lobby de l'agronégoce.

«Etat d'urgence»

La déforestation et les incendies en Amazonie faisaient déjà rage bien avant le gouvernement Bolsonaro.

La situation était déjà alarmante quand Lula a accédé pour la première fois à la fonction suprême, début 2003. Mais ce dernier était parvenu à faire baisser la déforestation de façon significative au long de ses deux premier mandats.

Sous Bolsonaro, la déforestation moyenne annuelle a augmenté de 75% par rapport à la décennie précédente. Des études montrent que dans certaines zones les plus dévastées, l'Amazonie émet plus de CO2 qu'elle n'en absorbe.

"Le gouvernement Bolsonaro représente une déforestation de 50.000 km2", l'équivalent de la Slovaquie, dit à l'AFP Luciana Gatti, chercheuse de l'Institut national de recherches spatiales (INPE).

"L'Amazonie est si abîmée... Il faut un plan", poursuit-elle, suggérant au futur gouvernement de "décréter l'état d'urgence" pour l'Amazonie et de débuter un vaste plan de reforestation dans les zones les plus déboisées.

Cette chercheuse pointe du doigt une certaine "hypocrisie" de la part de pays d'Europe et d'Amérique du Nord qui disent s'inquiéter de la déforestation en Amazonie, mais continuent à acheter de la viande bovine, de soja et du bois provenant du Brésil.


Japon: les personnes âgées vivant seules, un foyer sur cinq en 2025 selon des projections

Des gens participent à un rassemblement à Séoul le 26 août 2023 pour protester contre le rejet par le Japon des eaux usées traitées de la centrale nucléaire paralysée de Fukushima. (Photo par ANTHONY WALLACE / AFP)
Des gens participent à un rassemblement à Séoul le 26 août 2023 pour protester contre le rejet par le Japon des eaux usées traitées de la centrale nucléaire paralysée de Fukushima. (Photo par ANTHONY WALLACE / AFP)
Short Url
  • En 2050, 10,8 millions de personnes âgées vivront seules, soit 20,6% des ménages, selon des projections de l'Institut national de recherche sur la population et la sécurité sociale
  • Les jeunes Japonais se marient de plus en plus tard, ou choisissent de ne pas avoir d'enfants car ils n'ont pas les moyens d'assurer leur éducation

TOKYO: Un ménage japonais sur cinq sera composé en 2050 d'une personne âgée vivant seule, a indiqué vendredi une étude, alors que le Japon est confronté aux problèmes de la prise en charge d'une population vieillissante.

En 2050, 10,8 millions de personnes âgées vivront seules, soit 20,6% des ménages, selon des projections de l'Institut national de recherche sur la population et la sécurité sociale.

Ces chiffres représentent une augmentation notable par rapport à 2020, lorsque 7,37 millions de personnes âgées vivant seules, soit 13,2% des ménages, ont été recensées, selon ces projections publiées par l'Institut tous les cinq ans.

Les jeunes Japonais se marient de plus en plus tard, ou choisissent de ne pas avoir d'enfants car ils n'ont pas les moyens d'assurer leur éducation.

Le Japon est confronté à un défi démographique, le nombre grandissant des personnes âgées entraînant des coûts croissants des soins médicaux et de la prise en charge de la dépendance, alors que le pays fait face à une diminution de la population active pouvant financer ces dépenses.

De nombreuses personnes âgées ont des enfants ou des membres de leur famille qui peuvent s'occuper d'elles, même si elles vivent seules, relève l'Institut.

"Cependant, dans une trentaine d'années, la proportion de foyers composés d'une personne âgée sans enfants vivant seule" devrait augmenter, alors que les fratries pourvoyeuses d'aidants familiaux devraient parallèlement diminuer, selon l'étude.

La population du pays a diminué de 595 000 habitants à 124 millions en 2023, selon les statistiques du gouvernement publiées vendredi.

Cette diminution a été compensée par l'arrivée d'étrangers, la population des citoyens japonais ayant perdu 837 000 habitants pour s'établir à 121 millions.

Le gouvernement japonais a tenté sans succès de ralentir le déclin démographique.


Ukraine: un mort dans des bombardements russes dans la région de Kharkiv

Des enfants jouent devant des maisons de la ville de Kostyantynivka, dans la région de Donetsk, le 11 avril 2024, au milieu de l'invasion russe en Ukraine. (Photo d'Anatolii STEPANOV / AFP)
Des enfants jouent devant des maisons de la ville de Kostyantynivka, dans la région de Donetsk, le 11 avril 2024, au milieu de l'invasion russe en Ukraine. (Photo d'Anatolii STEPANOV / AFP)
Short Url
  • La région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, est de plus en plus régulièrement visée par la Russie
  • Trois autres personnes ont été blessées dans la région orientale de Donetsk et deux autres dans celle, méridionale, de Kherson, selon leurs autorités respectives

KIEV: Une personne a été tuée et trois blessées vendredi lors de bombardements russes dans la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, de plus en plus régulièrement visée par la Russie, a annoncé la police nationale.

"Trois civils ont été blessés dans les bombardements, un homme de 65 ans a été tué", a-t-elle indiqué sur Telegram, précisant que les frappes ont eu lieu sur la ville de Vovtchansk, sur le village de Monatchynivka, ainsi que dans le district de Koupiansk.

Trois autres personnes ont été blessées dans la région orientale de Donetsk et deux autres dans celle, méridionale, de Kherson, selon leurs autorités respectives.


La Norvège est prête à reconnaître un Etat palestinien

Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour assister à un sommet du Conseil européen au cours de la deuxième et dernière journée au siège de l'UE, à Bruxelles, le 22 mars 2024. (AFP)
Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour assister à un sommet du Conseil européen au cours de la deuxième et dernière journée au siège de l'UE, à Bruxelles, le 22 mars 2024. (AFP)
Short Url
  • "Cette décision doit être prise en fonction du moment et du contexte, en étroite coordination avec les pays partageant les mêmes idées. Nous n'avons pas fixé de calendrier précis", a dit Støre
  • Le Parlement norvégien avait adopté en novembre une proposition, déposée par les partis au pouvoir, demandant au gouvernement d'être prêt à reconnaître un Etat palestinien indépendant

OSLO: La Norvège est prête à reconnaître un Etat palestinien, en lien avec d'autres pays, a déclaré vendredi le Premier ministre norvégien, en présence de son homologue espagnol Pedro Sánchez qui plaide pour une telle reconnaissance.

"La Norvège est prête à prendre une décision sur la reconnaissance d'un Etat palestinien", a dit Jonas Gahr Støre lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Sánchez.

"Cette décision doit être prise en fonction du moment et du contexte, en étroite coordination avec les pays partageant les mêmes idées. Nous n'avons pas fixé de calendrier précis", a-t-il ajouté.

Le Parlement norvégien avait adopté en novembre une proposition, déposée par les partis au pouvoir, demandant au gouvernement d'être prêt à reconnaître un Etat palestinien indépendant.

La Norvège a par ailleurs abrité au début des années 1990 les premiers pourparlers de paix israélo-palestiniens qui ont débouché sur les accords d'Oslo --moribonds-- dans lesquels les deux parties acceptaient la coexistence pacifique entre deux Etats indépendants.

Le Premier ministre espagnol a de son côté entrepris cette semaine une tournée en Pologne, en Norvège et en Irlande pour parler de la "nécessité d'avancer vers la reconnaissance de la Palestine", selon un porte-parole du gouvernement espagnol.

"L'Espagne s'est engagée publiquement à reconnaître un Etat palestinien, au plus tôt, quand les conditions seront appropriées et de façon à avoir l'impact positif le plus fort possible sur le processus de paix", a souligné M. Sánchez depuis Oslo.

Selon des médias l'ayant accompagné lors d'une tournée la semaine dernière en Jordanie, en Arabie saoudite et au Qatar, le dirigeant espagnol avait alors évoqué la fin du mois de juin comme horizon pour une telle reconnaissance par le gouvernement espagnol.

"Je salue l'initiative du Premier ministre Sánchez de consulter les pays qui partagent les mêmes idées afin de renforcer la coordination, et nous intensifierons cette coordination dans les semaines à venir", a dit le dirigeant norvégien.

M. Sánchez est par ailleurs très critique vis-à-vis de l'attitude du gouvernement israélien dirigé par Benjamin Netanyahu depuis le début du conflit à Gaza.

L'attaque du Hamas le 7 octobre a causé la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir des données officielles israéliennes.

L'offensive lancée en représailles par Israël a fait jusqu'à présent 33.634 morts à Gaza, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.