Algérie: Fouad Bousetouane, un parcours jusqu'au sommet dans le monde de l'intelligence artificielle

Fouad Bousetouane, directeur exécutif au Research Center for Artificial Intelligence de la société américaine Grainger (Photo, Facebook: Fouad Bensetouane).
Fouad Bousetouane, directeur exécutif au Research Center for Artificial Intelligence de la société américaine Grainger (Photo, Facebook: Fouad Bensetouane).
Short Url
Publié le Samedi 12 novembre 2022

Algérie: Fouad Bousetouane, un parcours jusqu'au sommet dans le monde de l'intelligence artificielle

  • Depuis son plus jeune âge, Fouad Bensetouane sait à quoi il est destiné
  • «Les mathématiques, c’est l’ingénierie de la philosophie» 

BUENOS AIRES: Fouad Bousetouane, directeur exécutif au Research Center for Artificial Intelligence de la société américaine Grainger et étoile montante de l’IA, continue de briller dans son domaine de prédilection.

L’Algérien, qui à tout juste 35 ans présidera au mois de janvier le premier congrès international sur l’intelligence artificielle, a accepté de discuter de son parcours ainsi que de ses futurs projets avec Arab News en français. 

Depuis son plus jeune âge, Fouad Bensetouane sait à quoi il est destiné. Soutenu par des parents qui ont nourri sa curiosité scientifique et culturelle, il entre à l’école coranique à Annaba, où il est très tôt attiré par l’aspect scientifique de la spiritualité. 

C’est à partir de là que grandit de façon exponentielle sa passion pour l’astronomie, les astres et le fonctionnement des objets célestes.

A l’école primaire, il choisit l’anglais en deuxième langue, ce qui lui permet de disposer d’un choix plus large d’ouvrages scientifiques. Il y développe un intérêt accru pour la robotique et le fonctionnement du cerveau humain. 

À l’époque, le jeune homme explique que sa perception des mathématiques devient «plus mature». Parmi les auteurs qui ont influencé sa réflexion, des écrivains, des scientifiques et des philosophes. 

Il lit les œuvres scientifiques d’Alan Turing et dévore les livres de l’écrivain Isaac Asimov qu’il considère être un visionnaire. 

« La façon qu’a Asimov de prédire l’avenir, d’essayer de donner une abstraction aussi élevée à la définition de la robotique, un robot qui rêve, un robot qui développe des émotions m’a inspiré» . 

Ces lectures motivent les recherches du jeune bachelier quasiment autodidacte.  Le jeune homme explique avoir investi en lui-même afin d’aiguiser sa vision objective et son processus de réflexion. 

Pour cela, Bousetouane se tourne également vers la philosophie, il cite entre autres le penseur algérien Malek Bennabi; « C’est l’un des rares écrivains à posséder la capacité de convertir des concepts sociaux intellectuels en équation mathématiques ». 

«Les mathématiques, c’est l’ingénierie de la philosophie» 

Durant ses études supérieures, celui qui n’a pas encore sa licence, retourne vers sa passion d’enfance et convertit son projet de soutenance en article scientifique sur l’utilisation de l’intelligence artificielle pour l’analyse des données satellitaires. 

Questionné sur les possibles axes d’amélioration de ce domaine de recherche dans le Maghreb, la réponse de Bousetouane est nuancée. 

Le chercheur aux multiples brevets estime que la redirection de l’enseignement vers l’anglais est un atout dans la mesure où la maîtrise de cette langue permet l’accès à des données plus approfondies dans de nombreuses disciplines scientifiques. 

Et d’ajouter « sur le long terme, il faut créer un écosystème qui valorise l’excellence et la compétence. Et ce, en s’inspirant de modèles éducatifs étrangers qui valorise la créativité et la pratique, notamment par le biais d’ateliers éducatifs pour que les jeunes se familiarisent avec la technologie. Les frontières entre la recherche et l’ingénieure est infime, la pratique devient nécessaire ». 

Responsabiliser les jeunes 

Fouad Bousetouane a démontré que l’IA, notamment la reconnaissance des formes, peut contribuer à simplifier la vie dans plusieurs domaines, néanmoins elle doit être appréhendée avec précaution, voir parcimonie. 

« Le monde va changer. Les parents doivent responsabiliser leurs enfants au bon usage de cette technologie » explique le scientifique. 

« Le Metaverse, par exemple, va nous immerger dans une réalité virtuelle, qui peut être innovante dans le domaine de l’enseignement. Néanmoins, il faut savoir trouver l’équilibre dans cet usage, car l’immersion abusive dans ces mondes virtuels peut contribuer au développement de troubles mentaux chez la jeune génération ». 

À ce propos, le responsable tient à assurer qu’il existe toute une légifération autour de l’utilisation de cette technologie, affirmant que les gouvernements se penchent de plus en plus sur la nécessité  d’assurer cet équilibre entre la technologie qui devient omniprésente et les valeurs de la société. 

« L'objectif des chercheurs n’a jamais été de créer des machines incontrôlables. On ne donne pas l’autonomie à 100% à une machine, même si on pourrait » commente-t-il. 

Cependant, ces restrictions sur les technologies de pointe peuvent être néfaste aux progrès réalisés par des chercheurs qui tentent de mettre en place «des logiciels qui ont un impact positif dans notre vie quotidienne, comme par exemple, un logiciel qui permettrait de détecter le cancer à un stade précoce », déplore Fouad Bousetouane. 

Un congrès ambitieux 

Concernant le congrès international qui se déroulera en janvier à Hawaï, le docteur Bousetouane a réitéré sa volonté d’exporter ces nouvelles technologies au reste du monde. 

Pour arriver à démocratiser l’intelligence artificielle, le pari pour Bousetouane est d’investir dans un processus de transfert des connaissances vers des modèles simples utilisables par tous. 

«Nous sommes en train de développer des logiciels très complexes, qui exigent un investissement énorme qu’uniquement des firmes telles qu'Amazon ou encore Nvidia peuvent se permettre. Par exemple, pour un modèle composé de 175 milliards de paramètres, il faut investir 10 millions de dollars». 

Ainsi, cela permettra de transférer de la connaissance apprise par ses grands modèles et les «distiller» pour les embarquer dans des modèles très simples qui vont coûter quelques centaines de dollars pour être utilisés dans des applications médicales, sociales, etc.

«Ce défi reste technique, ça fait plus d’un an que nous nous attelons à en faire une réalité» a conclu Fouad Bousetouane. 

Cet événement verra la présence des géants de la technologie de l'intelligence artificielle telles que Grainger, Amazon, Google, Intel, ou encore Nvidia.

Bien qu'il ait fait la part de chemin qu’on lui reconnaît dans son milieu, le bonois basé à Chicago et qui est à l’origine de cette initiative n’en est qu’au début d’une carrière qui s’annonce prometteuse. 


Le Cabinet saoudien réaffirme son soutien total à la stabilité et à la sécurité de l’Irak

Le roi Salmane préside la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres au palais d’Irqah à Riyad (Photo, SPA).
Le roi Salmane préside la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres au palais d’Irqah à Riyad (Photo, SPA).
Short Url
  • La présidence du Royaume à l’Organisation de coopération numérique jusqu’en 2030 a été saluée
  • Les conférences majeures organisées cette semaine ont pour but de renforcer le rôle de premier plan du pays sur la scène mondiale

RIYAD: Mardi, le Cabinet saoudien a exprimé son soutien aux efforts du gouvernement irakien pour parvenir à une croissance et une prospérité durables pour son peuple.

Au début de la réunion, présidée par le roi Salmane au palais d’Irqah à Riyad, les ministres ont été informés des récents entretiens entre l’Arabie saoudite et plusieurs autres pays. Ceux-ci ont été organisés pour assurer le développement, la coopération et la stabilité aux niveaux régional et mondial.

Selon le ministre d’État et ministre des Médias par intérim, Issam ben Saad ben Saïd, le Cabinet a examiné plusieurs rapports sur les conférences régionales et internationales tenues par l’Arabie saoudite au cours de la semaine. Il a souligné que ces événements ont été organisés pour garantir des partenariats et des investissements qui renforceraient le rôle de premier plan du pays sur la scène mondiale.

Le Cabinet a également salué l’élection de l’Arabie saoudite à la présidence du conseil exécutif de l’Organisation de coopération numérique, poste qu’elle occupera jusqu’en 2030. Cela témoigne du rôle de pionnier que joue le Royaume dans le domaine de la technologie et de l’économie numérique, et contribuera à l’établissement de relations et de pactes mutuellement bénéfiques avec les États membres, afin de garantir un avenir numérique prometteur pour tous.

Les ministres ont par ailleurs discuté des derniers développements régionaux et internationaux, et ont réitéré le soutien de l’Arabie saoudite aux nations touchées par les tremblements de terre de lundi, qui ont fait des morts, des blessés et des disparus.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à la suite du séisme en Turquie

Des secouristes évacuant une personne d'un bâtiment qui s’est effondré après le tremblement de terre à Malatya, en Turquie, le 6 février 2023. (Reuters)
Des secouristes évacuant une personne d'un bâtiment qui s’est effondré après le tremblement de terre à Malatya, en Turquie, le 6 février 2023. (Reuters)
Short Url
  • Aucun décès n'a été signalé parmi les 300 Yéménites vivant en Turquie dans des centres touchés par le tremblement de terre
  • L'ambassade du Yémen et l’Union des étudiants ont mis en place des installations et des numéros d'urgence

AL-MUKALLA: Les secouristes tentent désespérément de retrouver trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à la suite du tremblement de terre, dans une ville du sud de la Turquie, ont annoncé mardi les autorités.

La catastrophe qui a provoqué lundi la mort de milliers de personnes en Syrie et en Turquie a également fait au moins 50 blessés yéménites et détruit leurs maisons.

Un porte-parole de l'Union des étudiants du Yémen en Turquie, Anas al-Mazabi, a affirmé à Arab News qu'une femme avait été extraite des décombres d’un immeuble alors que les secouristes poursuivaient leurs tentatives pour sauver trois familles yéménites ensevelies sous les décombres à Malatya, dans le sud du pays.

Aucun décès n'a été signalé parmi les 300 Yéménites vivant dans des centres touchés par le tremblement de terre en Turquie.

L'ambassade du Yémen et l’Union des étudiants ont mis en place des installations et des numéros d'urgence, et ont demandé aux Yéménites de signaler tout parent ou ami porté disparu.

Al-Mazabi a affirmé qu'un centre d'opérations spéciales suivait les informations et maintenait le contact avec les Yéménites piégés dans les régions dévastées par le tremblement de terre.

Une équipe de secours a été envoyée dans la province de Hatay et une équipe d'évacuation à Iskenderun, pour aider les Yéménites, a-t-il ajouté.

Les numéros d’urgence ont été submergés d'appels de Yéménites désespérés, en Turquie et au Yémen, à la recherche de parents et d'amis après que les régions touchées par le tremblement de terre ont connu des coupures d'Internet et de téléphones portables.

«Nous avons tenté de les réconforter et leur avons dit que si leurs enfants ne répondaient pas, c'est parce que les communications avaient été interrompues et que cela ne signifiait pas qu’ils se trouvaient dans une mauvaise situation», a indiqué Al-Mazabi.

Les médias officiels yéménites ont affirmé que Rashad al-Alimi, président du Conseil de direction présidentiel, ainsi que d'autres membres du conseil avaient téléphoné à l'ambassadeur du Yémen en Turquie, Mohammed Saleh, pour faire le point sur la situation des Yéménites et lui avaient demandé d'offrir toute l'aide nécessaire.

Des milliers de Yéménites, dont des politiciens, des chefs de tribus, du personnel militaire et des journalistes, ont fui vers la Turquie et les pays voisins après que les Houthis soutenus par l'Iran ont pris le contrôle du Yémen en 2014.

Des centaines d'étudiants yéménites sont inscrits dans des institutions turques à travers le pays.

Par ailleurs, Al-Alimi a réitéré l'engagement de son conseil à aider une mission de l'ONU en vue d’établir la paix au Yémen et à obtenir un accord global visant à mettre fin à la guerre.

Lors d'une réunion à Aden avec l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, Al-Alimi a appelé à une plus grande pression internationale sur les Houthis pour qu'ils se conforment aux efforts visant à mettre fin à la guerre.

Grundberg a atterri dans la ville mardi alors qu'il se lançait dans une nouvelle mission pour faire pression en vue d’un renouvellement de la trêve négociée par l'ONU qui s'est délitée en octobre, ainsi que pour persuader les factions yéménites d'adhérer à un accord de paix.

L'arrivée de l'envoyé de l'ONU au Yémen fait suite à une visite qu’il a effectuée à Riyad, où il a discuté des efforts de paix et des opérations économiques et humanitaires avec le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Jasem al-Budaiwi, et l'ambassadeur saoudien au Yémen, Mohammed al-Jabir.

Les tentatives de rétablissement de la paix au Yémen ont subi un coup dur en octobre lorsque les Houthis ont refusé de prolonger la trêve négociée par l'ONU ou d'ouvrir des routes vers la ville assiégée de Taïz.

La milice a également lancé des attaques de drones contre des installations pétrolières dans le sud du Yémen pour tenter de forcer le gouvernement yéménite à partager les bénéfices provenant du pétrole et à payer les fonctionnaires dans les régions sous son contrôle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi et le prince héritier saoudiens ordonnent la mise en place d’un pont aérien après le séisme en Turquie

Des membres de l'équipe d'urgence recherchent des personnes dans un bâtiment détruit à Adana, en Turquie, le mardi 7 février 2023 (AP).
Des membres de l'équipe d'urgence recherchent des personnes dans un bâtiment détruit à Adana, en Turquie, le mardi 7 février 2023 (AP).
Short Url
  • L’aide fournie découle de la volonté des dirigeants saoudiens de soutenir les personnes touchées par le tremblement de terre dévastateur en Syrie et en Turquie, selon le superviseur général de KSrelief
  • Les équipes de recherche et l’aide humanitaire ont afflué dans les deux pays mardi

RIYAD: Le roi Salmane d’Arabie saoudite et le prince héritier, Mohammed ben Salmane, ont ordonné mardi au Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane de mettre en place un pont aérien pour aider les victimes du tremblement de terre en Syrie et en Turquie.

Un tremblement de terre de magnitude 7,8 a touché la Turquie et la Syrie voisine lundi matin, provoquant la destruction de milliers de bâtiments, dont de nombreux immeubles et des hôpitaux, laissant des milliers de personnes blessées ou sans abri.

Ce pont permettra de fournir des soins de santé, des abris, de la nourriture et une assistance logistique pour atténuer les conséquences du tremblement de terre sur les populations de Syrie et de Turquie.

Le roi et le prince héritier ont également appelé à l’organisation d’une campagne de charité via la plate-forme Sahem de KSrelief.

L’aide fournie découle de la volonté des dirigeants saoudiens de soutenir les personnes touchées par le tremblement de terre dévastateur en Syrie et en Turquie, a souligné le superviseur général de KSrelief, le Dr Abdallah al-Rabeeah, ajoutant que divers aliments, abris et aides médicales seront mis à disposition pour soutenir les efforts de sauvetage.

Les équipes de recherche et l’aide humanitaire ont afflué dans les deux pays mardi, alors que les secouristes, travaillant dans des températures glaciales, fouillaient dans les décombres des bâtiments rasés par le violent tremblement de terre. Le nombre de morts a dépassé les 6 200 et on s’attend à ce qu’il augmente davantage.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com