Iran: Une inondation dans le pays du guide suprême

Une femme place des photographies de la femme kurde Mahsa Amini sur un arbre (Photo, AFP).
Une femme place des photographies de la femme kurde Mahsa Amini sur un arbre (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 26 novembre 2022

Iran: Une inondation dans le pays du guide suprême

  • Ils ont dit au monde que l'hymne national ne représente plus la nation iranienne, seulement le régime
  • Elles sont comme les femmes qui ont refusé de se voir imposer le voile et les étudiantes qui ont refusé de voir leurs libertés bafouées

La caractérisation des événements en Iran ne diffère pas beaucoup de la caractérisation de ce qui s'est passé en Syrie, il est donc normal de résumer. Ici aussi, les scènes sont tout droit sorties d'un film. En effet, les images et les clips enregistrés et partagés par les manifestants iraniens visent à documenter l'inondation dans le pays du guide suprême, ce qui est aussi important que la documentation du célèbre film "A Flood in Baas Country" réalisé par le regretté réalisateur syrien Omar Amiralay. .

Parce que le baasisme n'est plus un monopole arabe ou méditerranéen, le baasisme iranien a monopolisé pendant des décennies l'État, l'autorité, l'art et le sport, et semble aujourd'hui incapable de monopoliser toute la scène ou d'imposer un scénario et de mater les acteurs ou de choisir les réalisateurs. L'inondation dans le pays du guide suprême est plus significative qu'un réalisateur et un acteur qui se sont rebellés, refusant d'être des témoins silencieux et des athlètes envoyant un message éloquent avec leur silence. Ils ont dit au monde que l'hymne national ne représente plus la nation iranienne, seulement le régime. 

Elles sont comme les femmes qui ont refusé de se voir imposer le voile et les étudiantes qui ont refusé de voir leurs libertés bafouées. La mauvaise qualité de vie est leur grief commun, et ils le partagent avec les communautés kurdes, baloutches, arabes et laris, qui sont victimes de discrimination pour des raisons ethniques, sectaires et régionales. Ils sont aussi comme les paysans de Qazvin, Khorasan et Kerman, qui avaient sacrifié et accepté le peu qu'ils avaient. Les autorités ne pouvaient tolérer leurs exigences limitées et leur poursuite d'une vie décente. Ils représentent tous un Iran qui a perdu le présent et risque de gâcher son avenir.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


L'Arabie saoudite contemporaine dans les mémoires de Pompeo

L'ancien secrétaire d'État américain Mike Pompeo (Photo, AFP).
L'ancien secrétaire d'État américain Mike Pompeo (Photo, AFP).
Short Url
  • Sans donner d'ordres ni intervenir, il respecte l'approche de chaque État dans la gestion de ses propres affaires
  • Pompeo a discuté d'un large éventail de sujets liés à la sécurité mondiale, aux questions militaires, au renseignement, aux médias

J'ai lu la plupart des mémoires récemment publiés de l'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo "Never Give an Inch: Fighting for the America I love". Le livre est plein d'aperçus sur une période sensible au cours de laquelle les médias ont malheureusement poussé un programme de gauche, falsifiant les faits, trompant les gens et les incitant.

Rien dans le livre n'a attiré mon attention comme son affirmation selon laquelle l'administration Trump a traité le monde tel qu'il était, et non comme nous l'aurions souhaité.

En effet, ce qui a distingué l'administration Trump plus que toute autre chose, notamment en ce qui concerne les questions politiques et diplomatiques sur lesquelles Pompeo a pris les devants, c'est qu'elle a essayé de comprendre en quoi les peuples et leurs États sont différents et en quoi ils se complètent. Sans donner d'ordres ni intervenir, il respecte l'approche de chaque État dans la gestion de ses propres affaires et cherche à maintenir sa souveraineté.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Yacine Boularès, saxophoniste et musicien de Jazz: «Il y a de l’inattendu dans “Osool“»

Yacine Boularès, saxophoniste et musicien de jazz, s’est emparé de la scène des JMC, lors de sa 8e édition (Photo, La Presse).
Yacine Boularès, saxophoniste et musicien de jazz, s’est emparé de la scène des JMC, lors de sa 8e édition (Photo, La Presse).
Short Url
  • Le groupe s’appelle «Osool». C’est un groupe que j’ai monté il y a 2 ans, pendant la pandémie
  • Il y’a un vide culturel immense en ce qui concerne la musique du monde arabe et particulièrement celle du Maghreb aux USA

Yacine Boularès, saxophoniste et musicien de jazz, s’est emparé de la scène des JMC, lors de sa 8e édition. Programmé en guise de clôture avec d’autres groupes, l’artiste-musicien s’est entouré d’artistes, comme le rappeur Mehdi WMD, Hedi Fahem, Nesrine Jabeur, Omar el Ouaer,  Youssef Soltana et Nasreddine Chabli.  Ensemble, ils forment «Osool», groupe musical distingué, qui se fraye un chemin, à l’international et qui chante l’identité en ayant un répertoire varié.

Vous participez aux JMC de 2023 en tant qu’intervenant dans des masterclass, mais aussi en tant qu’artiste-musicien programmé sur scène avec votre groupe «Osool».  Pouvez-vous nous en dire plus ? 

Le groupe s’appelle «Osool». C’est un groupe que j’ai monté il y a 2 ans, pendant la pandémie. À l’époque, il s’appelait «Night In Tunisia». Il a évolué au fur et à mesure. J’ai eu l’opportunité de créer le festival Habibi à New York, premier festival dédié à la musique actuelle du monde arabe. Je l’ai cofondé avec le Joe’s Pub – Public Theatre. Il remplit une fonction importante puisqu’il y a un vide culturel immense spécialement en ce qui concerne la musique actuelle du monde arabe et particulièrement celle du Maghreb aux USA.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Mahi Binebine: Pour rencontrer mon voisin africain, je préfère aller chez lui ou l’accueillir chez moi

Le lancement de cette grand-messe culturelle arrive dans un contexte où la littérature africaine a le vent en poupe (Photo, Le Matin).
Le lancement de cette grand-messe culturelle arrive dans un contexte où la littérature africaine a le vent en poupe (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Ancrée dans l’histoire, la littérature africaine remonte à la plus haute Antiquité avec les écrits de l'Égypte
  • Si jadis elle était caractérisée principalement par son caractère oral, elle est aujourd’hui riche de nombreuses œuvres écrites

Le berceau de l’humanité sera à l’honneur, à travers sa littérature, à l’occasion de la première édition du Festival du livre africain de Marrakech, prévu du 9 au 12 février 2023, au Centre culturel Les Étoiles de Jemaâ El Fna. Portée, entre autres, par Mahi Binebine et Younès Ajarraï, cette initiative culturelle vient mettre en lumière la littérature africaine en créant une passerelle vers un large public et en favorisant les échanges entre écrivains, éditeurs et lecteurs.

Ancrée dans l’histoire, la littérature africaine remonte à la plus haute Antiquité avec les écrits de l'Égypte. Si jadis elle était caractérisée principalement par son caractère oral, elle est aujourd’hui riche de nombreuses œuvres écrites qui font rayonner la littérature du continent aux quatre coins du globe.

Le Festival du livre africain de Marrakech (FLAM) vient apporter sa pierre à l’édifice en partant d’un constat : «Au sein de notre continent, nous sommes séparés par la géographie, on se connaît très peu. FLAM peut être un moyen pour rompre cet isolement et cette ignorance réciproque. Ce festival est le fruit d’une réflexion partagée avec Mahi Binebine, il y a plus de quatre ans, lors de l'événement “Marrakech, Capitale africaine de la culture”», explique Younès Ajarraï.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.