« Wasta » tourne en dérision le clientélisme, un jeu équitable pour les Libanais

L'homme d'affaires libanais Elie Kesrouwany, créateur du jeu de société Wasta. (Photo de Firas Haidar pour Arab News)
A Antélias, une petite ville à 5 kilomètres de Beyrouth, les clients jouent à Wasta dans On Board, le restaurant d'Elie Kesrouwany, l'un des rares endroits qui sont restés ouverts. (Fourni)
L'homme d'affaires libanais Elie Kesrouwany, créateur de Wasta. (Fourni)
l'intérieur du restaurant On Board à Antelias, une petite ville à 5 kilomètres de Beyrouth. (Fourni)
Short Url
Publié le Samedi 21 novembre 2020

« Wasta » tourne en dérision le clientélisme, un jeu équitable pour les Libanais

  • Le jeu de société d'Elie Kesrouwany propose une approche satirique des dérèglements politiques et du népotisme dans le pays
  • Inspiré par les manifestations de la « thawra » d'octobre 2019, le jeu présente des illustrations réalisées par le dessinateur de BD, Bernard Hage

BEYROUTH : Entouré de piles de jeux de société et sirotant son café du matin, Elie Kesrouwany est assis à une table dans le centre Zero 4 d'Antélias, une petite ville située à 5 kilomètres de Beyrouth.

Dans un contexte économique précaire au Liban et avec la flambée du coronavirus qui contraint les magasins à fermer, On Board, l'entreprise de Kesrouwany, est l'une des rares à avoir survécu.

 

Sur la table, un jeu de cartes humoristiques de sa dernière création : Wasta.

 

Sur la table, un jeu de cartes humoristiques de sa dernière création : Wasta.

Inspiré des manifestations contre le gouvernement qui ont balayé tout le Liban en octobre 2019, ce jeu est un exercice empreint de sérieux amusant et d'humour noir. Les illustrations, réalisées par le célèbre dessinateur de BD, Bernard Hage, mettent en évidence ce que de nombreux Libanais perçoivent comme le fléau de leur existence : la corruption, le clientélisme et le népotisme.

Certains aspects de cette culture bien ancrée sont également jugés être derrière l'explosion du port de Beyrouth survenue le 4 août dernier, lorsque près de 3 000 tonnes de nitrate d'ammonium mal stockées ont sauté, faisant plus de 200 morts et 300 000 personnes sans abri.

« Je voulais critiquer la société, en particulier la société libanaise d'aujourd'hui», explique Kesrouwany, qui a perdu des amis dans l'explosion. « Notre douleur est immense jour après jour. Ma génération endure les conséquences de la situation où nous sombrons actuellement et les seigneurs de guerre présents au gouvernement sont là depuis des années, à sucer le sang de notre pays ».

Wasta, un mot arabe signifiant « piston ou influence politique et sociale », est couramment utilisé pour désigner les relations puissantes qu'une personne exploite pour profiter des occasions qui se présentent.

Le jeu a été mis sur le marché pour la première fois en juin, deux mois avant l'explosion du port. Le premier lot de 500 unités a été vendu en deux semaines à peine.

Illustrations par le célèbre dessinateur de BD, Bernard Hage. (Fourni)

Wasta a connu un si grand succès, notamment auprès de la diaspora libanaise, que M. Kesrouwany prépare actuellement une version anglaise et une deuxième édition plus développée, comprenant de nouveaux personnages illustrés pour refléter les événements qui ont récemment marqué le pays.

M. Kesrouwany a travaillé comme bibliothécaire pendant 17 ans avant de créer son entreprise. Il raconte qu'il a longtemps été passionné par ces jeux de table modestes - un passe-temps en voie de disparition à l'ère des smartphones et des consoles de jeu.

« J'ai commencé par collectionner des jeux de société dans le coffre de ma voiture, puis j'allais dans les cafés pour proposer aux gens de jouer », confie M. Kesrouwany à Arab News. « Par la suite, j'ai organisé des soirées de jeux de société. À l'époque, c'était une activité secondaire qui me passionnait ».

Une visite à Londres, où il a rencontré une communauté d'amateurs de jeux de société, motive M. Kesrouwany à créer ses propres locaux. C'est ainsi, que le 22 décembre 2019, en pleine révolution libanaise - connue en arabe sous le nom de « thawra » - il a inauguré On Board, un café pour les amateurs de jeux de société.

« Je rêvais de créer une communauté de jeu au Liban accessible à toutes les ethnies et aux différentes confessions sous le thème de l'amusement », explique-t-il. « C'est donc un espace anti-sectaire ».

Ainsi, c'est lors du confinement imposé au Liban par le coronavirus en début d'année, que l'idée de Wasta a surgi. C'est une façon à la fois créative et agréable de s'exprimer. « S'amuser est une façon intelligente de glisser des idées dans l'esprit des gens avec qui on a du mal à communiquer », affirme M. Kesrouwany.

Les joueurs de Wasta s'affrontent avec des cartes à points, chacune représentant une facette différente de la société libanaise. Les personnages représentés sont notamment le voyou sectaire, le banquier, la mère, le journaliste, le soldat et les moutons (qui suivent aveuglément le gouvernement).

Si chaque carte  symbolise parfaitement les différents personnages qui constituent la société libanaise, la particularité du jeu repose sur l'interaction entre les cartes lorsqu'elles sont jouées.

 

EN CHIFFRES

89 % des Libanais considèrent que la corruption au sein du gouvernement est un problème de taille en 2019.

68% des Libanais estiment que la majorité ou la totalité des responsables gouvernementaux sont impliqués dans la corruption.

28% est le score du Liban selon l'Indice de perception de la corruption en 2019, qui mesure la corruption dans le secteur public.

Le joueur qui commence (un Libanais évidemment) est la dernière personne qui a réussi à retirer de l' « argent frais » ou des dollars américains des banques. « C'est un revers ironique, vu que récemment, les banques refusent de se séparer des dollars américains », selon M. Kesrouwany.

Depuis le mois d'avril de cette année, les banques libanaises obligent les clients disposant d'un compte en dollars à retirer les dollars en livres libanaises à un prix inférieur à celui du marché noir. Les Libanais, toujours créatifs dans leur réaction aux changements brusques et à l'instabilité, échangent désormais leur « dollars frais », lorsqu'ils en ont, sur le marché noir pour en tirer la meilleure valeur, tandis que la livre libanaise poursuit sa chute.

« Le jeu consiste à mettre les autres joueurs hors-jeu et l'objectif est soit de disposer du chiffre le plus élevé, soit d'être le dernier à la table. La carte la plus puissante du jeu est le drapeau libanais, qui porte le numéro 8. Donc, si vous avez cette carte en main, quand toutes les cartes ont été jouées, vous gagnez la partie.

« Cependant, on peut lire sur la carte une petite phrase qui dit que, si vous vous débarrassez du drapeau libanais, vous perdrez votre dignité et serez éliminé ».Le dessinateur de BD, Bernard Hage, dans son studio. (Photo de Firas Haidar pour Arab News)

Le dessinateur de BD, Bernard Hage, dans son studio. (Photo de Firas Haidar pour Arab News)

Ce jeu reflète en partie le système de patronage politique du Liban. « Le joueur qui a le mouton choisit son chef politique (un autre joueur) et il le suit aveuglément. Si ce leader gagne la partie, le joueur qui possède le mouton gagne lui aussi un tour et gagne un tarbouche », explique-t-il.

Lorsque les joueurs gagnent une main, ils gagnent un tarbouche - le célèbre chapeau en feutre du Moyen-Orient –. Le premier joueur à obtenir trois tarbouches remporte la partie.Le jeu comprend une carte « influence politique extérieure » - un autre exemple du clientélisme bien ancré au Liban- qui permet d'échanger des cartes entre joueurs. « Puisque les deux joueurs savent quelles cartes possède l'autre, ils doivent s'affronter », dit-il.

Si vous obtenez la carte « immunité politique », vous devenez alors immunisé contre l'influence des autres cartes. « Cela illustre comment les politiciens libanais abusent du pouvoir pour échapper à la loi et à la justice parce qu'ils bénéficient d'une immunité politique », précise M. Kesrouwany.

« Et bien sûr, il y a la carte « wasta ». Elle peut illégalement copier une carte qui a déjà été jouée. C'est comme une carte de triche ».

Étant donné le style insolent de Wasta, il serait difficile d’échapper aux réactions violentes.

La vue à l'extérieur du café On Board à Antélias, une petite ville située à 5 kilomètres de Beyrouth. (Fourni)

La vue à l'extérieur du café On Board à Antélias, une petite ville située à 5 kilomètres de Beyrouth. (Fourni)

 « Bernard (le dessinateur de BD) a assez de culot pour réaliser tout ce qui est requis à travers son art et transmettre le bon message », affirme M. Kesrouwany, qui a également fait l'objet de critiques. « C'était gênant pour certaines personnes. J'ai même reçu des appels, mais je n'ai pas réagi ».

Comme pour bien des choses au Liban, le jeu de société de Kesrouwany insuffle du charme et de l'humour dans une situation pourtant sombre, mais qui porte un grain d'espoir.

« Dans la version développée (créée à la suite de l'explosion du port de Beyrouth), je me suis efforcé de garder le caractère ludique du jeu et de faire oublier aux gens un peu de la douleur qu'ils ont endurée », ajoute-t-il. « Dans le même temps, le jeu doit sensibiliser les gens, toujours avec une certaine positivité. J'ai donc créé des cartes qui représentent la diaspora libanaise ».

La nouvelle version n'entre pas dans les détails de l'explosion, des pertes en vies humaines, des destructions et des maisons démolies. « C'était trop douloureux ; nous, les Libanais, avons l'impression de vivre une période de funérailles durant le mois dernier », souligne-t-il.

« Le Liban traverse actuellement une situation très compliquée, mais nous allons nous en sortir et la surmonter progressivement grâce à notre volonté de vivre ».

 

_______________________

 

Twitter: @rebeccaaproctor

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Le prix Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires en France

Les membres de l’Académie Goncourt posent en mars 2020 (Photo, Lionel BONAVENTURE/AFP).
Short Url
  • Le prix récompense depuis 1903 « le meilleur ouvrage d'imagination en prose, paru dans l'année » et écrit par un auteur d'expression française
  • Voici cinq choses à savoir sur son histoire centenaire, émaillée de polémiques, de ratés et de surprises

PARIS: Le « Goncourt » est le plus ancien et le plus prestigieux des prix littéraires en France, promis à des tirages exceptionnels. Voici cinq choses à savoir sur son histoire centenaire, émaillée de polémiques, de ratés et de surprises.

Le testament d'Edmond de Goncourt

C'est dans son testament rédigé en 1884 que l'écrivain Edmond de Goncourt confie à Alphonse Daudet la charge de « constituer à perpétuité une société littéraire dont la fondation a été tout le temps de notre vie d'hommes de lettres, la pensée de mon frère et la mienne ».

Le prix récompense depuis 1903 « le meilleur ouvrage d'imagination en prose, paru dans l'année » et écrit par un auteur d'expression française.

Le premier lauréat a été John-Antoine Nau pour "Force ennemie". Parmi les monstres sacrés récompensés depuis figurent notamment Proust (« Les jeunes filles en fleurs », 1919), Malraux (« La condition humaine », 1933), Modiano (« Rue des boutiques obscures », 1978) ou encore Duras (« L'Amant », 1984).

Le gagnant reçoit un chèque de 10 euros, un montant symbolique comparé aux ventes suscitées par le prix. Il est plutôt mal vu de l'encaisser.  

Les dix couverts

Selon la volonté d'Edmond de Goncourt, cette société littéraire se compose de dix membres, nécessairement des « hommes de lettres ». Depuis 1914, les « Dix » se réunissent au restaurant le Drouant, non loin de l'Opéra à Paris. Le premier mardi de chaque mois, sauf en été, ils déjeunent dans le salon Goncourt du premier étage. 

En 1961, pour faire pendant aux fauteuils de l'Académie française, on suggère l'idée de graver dix couverts au nom des titulaires. Cette année, Camille Laurens et Pascal Bruckner font leur entrée respectivement comme Septième et Premier couverts.

Le prix est attribué début novembre au Drouant. Le vote est oral : avant chaque tour de scrutin, un juré est tiré au sort pour exprimer son choix. Et ainsi de suite. Au cours des dix premiers tours, le prix ne peut être attribué qu'à la majorité absolue. Du onzième au treizième tour, la majorité relative suffit. En cas d'égalité, c'est la voix du président qui départage.

Seul Michel Tournier en 1970 a obtenu le Prix à l'unanimité pour « Le roi des Aulnes ».

Les plus grands ratés

Le Goncourt 1913 ignore Marcel Proust (« Du côté de chez Swann »), Alain Fournier (« Le Grand Meaulnes ») et Valery Larbaud (« A.O. Barnabooth ») pour récompenser Marc Elder et son « Peuple de la mer ». Alain Fournier est furieux. « Nous savons désormais que le jugement des Dix est un scandale annuel », s'insurge le journal l'Eclair. 

Même s'il y en eut d'autres comme Yourcenar, Apollinaire ou Colette, « Le Voyage au bout de la nuit » est l'autre grand loupé de l'Académie Goncourt. Guy Mazeline, auteur du roman « Les Loups » et lauréat 1932, n'est resté dans la postérité que pour avoir gagné face à Louis-Ferdinand Céline. L'écrivain claque la porte du Drouant et est couronné le jour même par le prix Renaudot.

La supercherie Gary

Le prix ne peut être décerné qu'une seule fois à un même écrivain. A une exception près : Romain Gary qui le reçut en 1946 pour « Les racines du ciel », puis en 1975, sous le pseudonyme d'Emile Ajar, pour « La vie devant soi ». 

Camouflet pour l'institution Goncourt, la supercherie n'est dévoilée qu'en 1980, après la mort de l'écrivain.

Houellebecq, trois tentatives

Favori pourtant évincé en 1998 pour « Les particules élémentaires », Michel Houellebecq rate deux nouvelles fois la marche du Goncourt (en 2001 pour « Plateforme », en 2005 pour « La possibilité d'une île »), avant d'être primé en 2010 pour « La carte et le territoire ». 

Les jurés le couronnent en moins de deux minutes par sept voix contre deux. Accueilli comme une rock star par des journalistes déchaînés, l'écrivain jusqu'alors mauvais perdant se dit « profondément heureux ».


Malgré la pandémie, l'Hôtel Sacher de Vienne veut toujours écrire sa légende

L'Hôtel Sacher de Vienne (Photo, ALEX HALADA/AFP).
Short Url
  • Pour ses cinq clients, le dernier palace de Vienne à gestion familiale prépare l'Avent avec la coutumière exigence qui sied aux vieilles maisons européennes
  • Le mythique établissement mise sur les bons résultats des années précédentes et les aides publiques pour faire le dos rond

VIENNE: Fleurs fraîches et plumes d'Autruche couleur corail : pour ses cinq clients, le dernier palace de Vienne à gestion familiale prépare l'Avent avec la coutumière exigence qui sied aux vieilles maisons européennes.

Depuis l'émergence en Autriche de la pandémie de coronavirus, le célèbre Sacher, qui fait face à l'Opéra, tente de traverser la crise en s'inspirant des exemples de résilience hérités de sa longue tradition impériale et royale. 

« Bien des épreuves ont été traversées depuis la création de la marque et notre famille prévoit toujours à long terme », explique son directeur général, Matthias Winkler.

Le mythique établissement mise sur les bons résultats des années précédentes et les aides publiques pour faire le dos rond alors qu'il doit composer avec l'absence de sa riche clientèle internationale. 

D'ordinaire, cette dernière lui assure 92% des 23 000 nuitées annuelles, dans les 152 chambres et suites pastel à l'ordonnance raffinée dont les prix varient entre 400 et 2 300 euros en basse saison.

Comme tous les hôtels du pays, le Sacher ne reste ouvert actuellement que pour les rarissimes voyages d'affaires autorisés.

Taille humaine

Coup dur pour la vénérable enseigne, transmise de génération en génération et faisant maintenant figure d'exception dans l'impitoyable marché mondial des cinq étoiles, où les géants du luxe continuent leurs emplettes.

« La gestion à taille humaine va tourner à notre avantage », veut croire Winkler, gendre de la précédente maîtresse des lieux, elle-même simple « passeuse » dans cette institution patinée par le temps.

« Ici, on tranche les décisions en réunion de famille, sans prise d'ordre depuis l'étranger », s’enorgueillit le capitaine en pleine tempête, avant d'inviter à un voyage dans le temps.

L'épopée débute en 1832, avec beaucoup de cacao et ce qu'il faut de chantilly. Un jeune pâtissier, Franz Sacher, se voit commander un gâteau qui fera fureur à la cour.

Quarante-quatre ans plus tard, son fils ouvre l'hôtel actuel, mais c'est à sa visionnaire épouse que la maison doit une renommée sans égale.

Que l'on soit chef d'orchestre, banquier, danseuse, écrivain, parlementaire, comte, industriel ou ambassadeur tiré à quatre épingles en prévision d'un bal, on « descend chez Anna ».

Drive-in pâtissier

Noblesse juive et aristocratie chrétienne : le cosmopolitisme avant-gardiste qui fait rayonner Vienne s'épanouit, entouré de boiseries chaleureuses et de tapisseries de velours rouge.

Deux guerres mondiales et la chute des Habsbourg n'ont pas raison de ces festivités mondaines. Romy Schneider, Noureev, le Prince Charles, Jessye Norman... Le lobby se couvre encore de photos dédicacées. 

Au fil des décennies, l'hôtel pousse les murs. Désormais, il occupe six immeubles néo-classiques dans le coeur de la cité classée à l'Unesco et au charme tranquille.

C'est un peu de cette légende que viennent chercher les Viennois en emportant une « Sacher Torte » au drive-in mis en place sur le trottoir, à l'occasion du confinement, dans une roulotte façon barbe à papa de foire. 

« J'ai entendu dire à la télé qu'on pouvait passer en voiture s'acheter un gâteau et repartir », dit une cliente en se frottant les mains. 

« J'ai trouvé l'idée fantastique : comme on ne peut plus voyager, je vais en envoyer un à ma tante en Allemagne pour ses 65 ans de mariage », énonce avec gourmandise Claudia Bednar au moment de payer.

Coup de lustre

Les pâtisseries s'arrachent comme des petits pains. Elles sont apportées directement par le concierge car voituriers, portiers et bagagistes sont en chômage partiel. 

« Je fais un peu de tout maintenant », sourit Uwe Kotzendorfer, impeccable silhouette distinguée, 20 ans de service et enthousiasme intact. 

Il guide aussi les menuisiers dans les étages, désertification rimant ici avec réparation. Les nombreuses chambres qui portent des noms de créations lyriques réclament en permanence leur petit coup de lustre. 

Températures des mini-caves à vin, brillance du marbre en salle-de-bain : aux inspections de routines s'ajoutent désormais les précautions sanitaires - gel à disposition et tests hebdomadaires pour le personnel.

Même si tout tourne au ralenti, « une partie de l'histoire de l'Autriche repose toujours entre nos mains », souffle la directrice adjointe Doris Schwarz.

« Plus que jamais, il s'agit d'être à la hauteur », affirme-t-elle sous l'imposant portrait de matriarche représentant Anna Sacher, gros cigare à la main, deux bouledogues à ses pieds.


Nagui, l’animateur mélomane qui n’a jamais oublié Alexandrie

Nagui et son épouse l'actrice anglo-australienne Melanie Page arrivent pour la projection du film "Les plus belles années d'une vie" lors de la 72e édition de le Festival de Cannes, le 18 mai 2019 (Photo, AFP/Archives).
Short Url
  • L’animateur a présenté une émission en hommage à Charlie Hebdo après l’attentat terroriste de 2015
  • En 1993, Nagui lance Taratata, une émission musicale produite par sa maison de production, Air Productions

Né à Alexandrie le 14 novembre 1961, Nagui Fam est fils de parents enseignants: sa mère, Colette Teitelbaum, était franco-italienne et professeur de français, latin et grec; son père, Lotfy Fam, était gréco-égyptien et copte et enseignait la littérature comparée. C’est à l'âge de 3 ans que Nagui quitte l’Égypte pour la France avec ses parents. Ils s’installent brièvement à Aix-en-Provence avant de se rendre au Canada pour un court séjour.

La jeune famille, qui compte quatre membres, revient ensuite en France pour s'installer à Cannes, où Nagui passe son enfance et son adolescence. Lui et son frère Karim ne reverront l’Égypte qu’en 2010, mais ses origines et son nom de famille resteront des références importantes pour le jeune homme. Il n’y a aucun doute sur l’attachement de Nagui à ses racines: il a demandé plusieurs fois à son père de lui enseigner la langue arabe, mais ce dernier refusait car, comme l’animateur le raconte sur le plateau de Laurent Ruquier: «Papa ne voulait pas que je parle arabe. Dès notre arrivée en France, il fallait respecter la langue du pays qui nous accueillait.»

Nagui au stade encourageant les Bleus lors de la demi-finale France - Belgique de la Coupe du Monde Russie 2018 au stade de Saint-Pétersbourg à Saint-Pétersbourg le 10 juillet 2018 (Photo, AFP/Archives)

Au début des années 1980, Nagui s’installe à Paris et commence une prépa HEC. C’est alors qu’il se passionne pour la radio, mais aussi pour la musique. Avec trois de ses amis, il lance les chaînes Radio Galère et Radio Midi, des radios-pirates, et travaille en tant que DJ pour s’amuser, lors de ses retours à Cannes, à l’occasion des vacances. En 1982, il abandonne les études pour se consacrer à l'animation radio et rejoint Radio France Nice Côte d’Azur.

En 1986, il commence sa carrière à la télévision après avoir rencontré Laurent Boyer, qui l'intègre à l’équipe de Chic FM. Il arrête au bout de quelques mois pour devenir l’animateur de l’émission Clip Dédicace, sur la chaîne M6. En 1988, Monique Le Marcis l’engage sur RTL. Il y restera dix-huit ans avant d'être congédié en 2006. Trois ans plus tard, le conseil des prud’hommes donne raison à Nagui dans le procès qu’il intente à la station radio.

Durant sa carrière d’animateur, Nagui n’oublie pas sa passion pour la musique, lui qui fut batteur. En 1993, il lance Taratata, une émission musicale produite par Air Productions, sa propre maison de production, et présente la cérémonie des Victoires de la musique entre 2005 et 2010. En 2013, Taratata renaît de ses cendres et est diffusé sur TV5 Monde et sur RTL2.

À la fin des années 1990, l’hebdomadaire Charlie Hebdo présente Nagui sous les trait d’un chameau, une cigarette à la bouche, avec la phrase : «Nuit gravement à la santé». Nagui admet dans une interview pour Paris Match que la caricature l’a dévasté. «J’ai eu mal à en pleurer», reconnaît-il.

Discret sur ses opinions politiques, il n'a cependant pas hésité à présenter une émission en hommage à Charlie Hebdo après l’attentat terroriste de 2015, au cours duquel les frères Kouachi ont tué douze personnes, dont des journalistes de la rédaction satirique. «C'était important pour moi de dire haut et fort que la liberté d'expression doit permettre aux caricaturistes de se moquer de tout le monde», explique-t-il à Paris Match.

Nagui n’a jamais hésité jamais à parler de racisme et d’antisémitisme; il en a lui-même été victime. Ses racines, italiennes, grecques, égyptiennes, françaises, coptes et juives font de cet animateur un citoyen du monde. Il le dit lui-même sur le plateau d’On n’est pas couché, où il explique qu’il ne veut pas être «le faire-valoir d’une quelconque communauté». Fier de ses origines, fier d’être français, Nagui ne cesse de prôner les valeurs universelles et républicaines.

--

Ces portraits ont été choisis et rédigés pour mettre l’accent sur des parcours remarquables de citoyens français d’origine arabe dans le cadre de l’enquête Arab News en Français / YouGov intitulée «Comprendre la minorité marginalisée de France». Quelques exemples parmi des dizaines de milliers qui viennent prouver que l’ampleur d’un débat stigmatisant souvent surchargé de préjugés ne change rien au fait qu’un brassage de cultures peut servir d’outil enrichissant pour une meilleure intégration.