Coopération dans la lutte contre les épidémies: le Centre de santé publique d'Abu Dhabi en visite à l’Institut Pasteur

Le Centre de santé publique d’Abu Dabi (ADPHC) et l’Institut Pasteur ont signé un accord pour développer des formations et des enseignements pour les étudiants et chercheurs d’Abu Dabi. (Photo, Thomas Lang/ Institut Pasteur)
Le Centre de santé publique d’Abu Dabi (ADPHC) et l’Institut Pasteur ont signé un accord pour développer des formations et des enseignements pour les étudiants et chercheurs d’Abu Dabi. (Photo, Thomas Lang/ Institut Pasteur)
Le directeur général du Centre de santé publique d'Abou Dabi, Son Excellence Matar Saeed Al Nuaimi ; l’Ambassadrice des Émirats arabes unis en France, Son Excellence Hend Al Otaiba ; et le directeur général de l’Institut Pasteur, le Professeur Sir Stewart Cole. (Photo, Thomas Lang/ Institut Pasteur)
Le directeur général du Centre de santé publique d'Abou Dabi, Son Excellence Matar Saeed Al Nuaimi ; l’Ambassadrice des Émirats arabes unis en France, Son Excellence Hend Al Otaiba ; et le directeur général de l’Institut Pasteur, le Professeur Sir Stewart Cole. (Photo, Thomas Lang/ Institut Pasteur)
Short Url
Publié le Jeudi 26 janvier 2023

Coopération dans la lutte contre les épidémies: le Centre de santé publique d'Abu Dhabi en visite à l’Institut Pasteur

  • Un accord entre le Centre de santé publique d’Abu Dhabi et l’Institut Pasteur a été signé afin de développer des formations et des enseignements pour les étudiants et chercheurs d’Abu Dhabi
  • L’objectif de la visite de la délégation émiratie était également de discuter des stratégies internationales pour l'éducation, l'innovation et la santé publique

PARIS: Une délégation du Centre de santé publique d'Abu Dhabi (ADPHC), dirigée par le directeur général Matar Saeed al-Nuaimi et accompagnée d'experts du secteur de la santé, a effectué une visite scientifique à l'Institut Pasteur à Paris. Les deux institutions médicales ont signé le 18 janvier un accord prévoyant de développer des formations et des enseignements pour les étudiants et chercheurs d’Abu Dhabi. 

L’objectif de la délégation était également de discuter des stratégies internationales pour l'éducation, l'innovation et la santé publique et de mieux comprendre le système de recherche de l'Institut Pasteur et de ses affiliés au Réseau Pasteur.

Le directeur général de l'ADPHC a souligné l'importance de la coopération entre les EAU et la France dans le domaine de la santé, notamment grâce à la coopération étroite avec l'Institut Pasteur, une structure de renommée mondiale dans le domaine des maladies infectieuses. 

Il a également annoncé la mise en place de cours et de formations bilatérales entre Paris et Abu Dhabi pour élargir la coopération sanitaire entre les deux pays et développer des programmes de santé publique au niveau local, régional et mondial.

De son côté, le professeur Stewart Cole, président de l'Institut Pasteur, a salué cette coopération et a affirmé qu'elle «vise à accroître l'expertise des spécialistes et des chercheurs d'Abu Dhabi qui travaillent sur les sciences du vivant, la santé publique et l'épidémiologie». Il a également assuré qu’elle s'inscrivait «pleinement dans la mission fondatrice de l'Institut Pasteur de diffuser les connaissances scientifiques au bénéfice de la santé humaine dans le monde entier».  

Cole a rappelé les accords de coopération majeurs conclus entre la France et Abu Dhabi dans les domaines de la santé, de l'éducation et de la culture, comme le partenariat entre l'ADPHC et le groupe hospitalier public AP-HP sur la prévention des maladies cardiovasculaires, le projet du Louvre à Abu Dhabi et celui de la Sorbonne à Abu Dhabi.

La rencontre s’est tenue en présence de l'ambassadrice des EAU en France, Hend al-Otaiba,  qui a rappelé l'importance de la coopération scientifique entre son pays et la France dans la lutte contre les épidémies et le développement de traitements innovants. 

Elle a mis en avant les avancées réalisées grâce au Dialogue stratégique franco-émirien. «Notamment grâce notre coopération avec la France, les Émirats œuvrent à travailler en bonne intelligence avec tous leurs partenaires afin de créer des systèmes de santé plus efficients et durables dans le Golfe et partout dans le monde», a-t-elle déclaré, exprimant son enthousiasme à poursuivre cette collaboration avec l'Institut Pasteur, «une institution de classe mondiale, véritable référence du progrès médical».


Tunisie: Le président limoge deux ministres

Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Short Url
  • Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce
  • Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques

TUNIS: La présidence tunisienne a annoncé lundi soir le limogeage des ministres de l'Agriculture et de l'Éducation, sans donner d'explications, dans un contexte de pénuries de produits de base, dont le lait, et de grèves sporadiques dans l'enseignement. 

Le président Kais Saied a décidé "un remaniement partiel en nommant Mohamed Ali Boughdiri comme ministre de l'Éducation" en remplacement de Fethi Sellaouti, a annoncé un communiqué de la présidence. Le ministre de l'Agriculture Elyes Hamza a été remplacé par Abdelmomen Belati, a ajouté la présidence.

Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce Fadhila Rebhi Ben Hamza et Fakher Fakhfakh, le gouverneur de Sfax, deuxième ville du pays, engluée depuis des mois dans une crise autour de la gestion de ses déchets.

La ministre du Commerce avait été le premier membre du gouvernement de Najla Bouden, formé en novembre 2021, à être limogé par le président Saied.

Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques, le pays étant en proie à de profondes divisions depuis le coup de force du président Saied qui s'est arrogé tous les pouvoirs en juillet 2021.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com