Aux assises, «l'obsession» syrienne d'une ex-djihadiste en quête de «liberté»

Radicalisée, ou selon ses propres mots «auto-embrigadée», Douha Mounib s'installe en 2013 au Maroc, avec un «seul objectif: partir en Syrie» (Photo, AFP).
Radicalisée, ou selon ses propres mots «auto-embrigadée», Douha Mounib s'installe en 2013 au Maroc, avec un «seul objectif: partir en Syrie» (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 01 mars 2023

Aux assises, «l'obsession» syrienne d'une ex-djihadiste en quête de «liberté»

  • L'accusée de 32 ans comparaît depuis lundi devant la cour d'assises spéciale pour association de malfaiteurs terroriste (AMT) criminelle
  • Elle avait été arrêtée par les Turcs en mars 2017 alors qu'elle passait la frontière avec sa fille âgée de quelques mois et son beau-fils

PARIS: "Il n'y avait rien d'autre qui comptait pour moi". Jugée à Paris pour avoir rejoint les rangs du groupe Etat islamique (EI), une "revenante" est longuement revenue mardi sur son "obsession" de partir vivre en Syrie, mue par une envie de "liberté".

Silhouette longiligne, les bras appuyés sur le box vitré, Douha Mounib "dit les choses 'cash'", s'engluant parfois dans les détails, et cette certaine franchise contraste avec beaucoup d'autres affaires de terrorisme.

L'accusée de 32 ans comparaît depuis lundi devant la cour d'assises spéciale pour association de malfaiteurs terroriste (AMT) criminelle, pour deux séjours en zone irako-syrienne entre 2013 et 2017, entrecoupés de tentatives répétées de rallier de nouveau ce théâtre de guerre.

Douha Mounib change radicalement fin 2012. Après une soirée avec des amis à parler de religion, elle s'abreuve de vidéos sur l'islam, commence à porter le voile, et arrête assez rapidement ses études de sage-femme.

Pour l'ex-étudiante brillante, c'est la fin de la "soumission" à sa famille "déstructurée" et à "l'emprise" de sa belle-mère "toxique", et le début de "l'émancipation", d'une "liberté".

Radicalisée, ou selon ses propres mots "auto-embrigadée", Douha Mounib s'installe en 2013 au Maroc, avec un "seul objectif: partir en Syrie".

Sans l'amie qu'elle n'a pas réussi à retrouver en Espagne, elle poursuit son périple jusqu'en Turquie. On lui propose un passeur en mariage, elle accepte, mais à une "condition: aller en Syrie", martèle Douha Mounib.

Celle qui rêvait d'"intégrer un camp d'entraînement pour femmes" se contentera d'un rôle moins "actif", rester "à la maison", alors située à Atma, ville proche de la frontière turque, gagnée par des conflits entre deux groupes djihadistes devenus rivaux, le Front al-Nosra et l'EIIL, devenu Etat islamique.

Après deux mois, Douha Mounib quitte, "déçue" et enceinte la Syrie, et rentre en Turquie avec son mari. Elle accouche en mai 2014 en France de son premier enfant, qui meurt à la naissance.

«Objectif»

Séjournant tour à tour en Mauritanie, au Maroc et en Macédoine, et toujours déterminée à regagner la Syrie, elle sera refoulée à plusieurs reprises par les autorités turques.

"Je me sentais enfermée du fait de ne pas arriver à cet objectif", relate l'accusée, son haut de survêtement bariolé zippé jusqu'au cou.

Elle divorce de son premier mari turc, épouse un second, tunisien, dont elle est tombée "follement amoureuse" sur Internet. Elle partira à l'été 2015 en Syrie avec ce compagnon et le fils de ce dernier âgé de moins de 2 ans, pour qui elle sera jusqu'à leur retour en France fin 2017 sa "maman".

Là encore, Douha Mounib affirme avoir été le "moteur" de ce nouveau départ, qui était son "projet personnel".

"Je voulais rejoindre l'Etat islamique, (...) il n'y avait rien d'autre qui comptait pour moi", assène l'accusée.

Le récit qu'elle livre ensuite de ce second séjour syro-irakien d'une quinzaine de mois, le plus incriminant, laisse au mieux "sur sa faim" le président de la cour Laurent Raviot et pleine d'"interrogations" circonspectes l'avocate générale Alexa Dubourg.

Premier étonnement: à Mossoul, puis Raqqa, où l'EI mettait particulièrement "en scène la terreur", Douha Mounib n'a-t-elle vraiment vu ni "exécution publique" ni "cadavre" ? Droite dans le box, l'accusée maintient que non.

"Vous devez comprendre que, pour nous, c'est difficilement audible", la tance l'avocate générale.

De même, pour la magistrate, il paraît incongru que le mari de Douha Mounib, dont elle continue d'affirmer qu'il n'a jamais combattu pour l'EI, ait pu "se maintenir sur zone" si longtemps "sans être inquiété".

L'accusée elle-même avait pratiqué plusieurs accouchements pendant son séjour - "six, sept" tout au plus - mais, assure-t-elle, "pas pour servir les desseins" natalistes de l'EI, "juste exercer (son) métier" de sage-femme.

Douha Mounib avait finalement quitté fin 2016 les territoires contrôlés par l'organisation Etat islamique, "en colère contre les injustices sur place", soutient-elle après près de cinq heures d'interrogatoire.

Elle avait été arrêtée par les Turcs en mars 2017 alors qu'elle passait la frontière avec sa fille âgée de quelques mois et son beau-fils.

Verdict attendu mercredi soir.


JO-2024: les écologistes parisiens fustigent un partenariat de la mairie avec Ferrero

Vue générale du village olympique "Olympium" lors de son inauguration en vue des Jeux olympiques de Paris 2024, à Villeneuve d'Ascq près de Lille dans le nord de la France, le 24 juin 2024.
Vue générale du village olympique "Olympium" lors de son inauguration en vue des Jeux olympiques de Paris 2024, à Villeneuve d'Ascq près de Lille dans le nord de la France, le 24 juin 2024.
Short Url

PARIS : Les écologistes parisiens, alliés distants de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, ont fustigé mardi le partenariat passé avec Ferrero finançant des festivités en marge des Jeux olympiques, reprochant au géant alimentaire "la déforestation en Indonésie et en Malaisie" et des "atteintes aux droits humains".

Le Conseil de Paris a validé mardi les conventions de partenariat de "Paris fête les Jeux", un ensemble d'événements festifs en marge des Jeux olympiques (26 juillet - 11 août) comprenant Paris Plages et des Olympiades d'arrondissement.

Parmi les mécènes, Ferrero France finance l'opération à hauteur de 123.500 euros, selon l'exposé des motifs.

Or, selon les écologistes, l'entreprise, "première acheteuse mondiale d'huile de palme, est largement responsable de la déforestation en Indonésie et en Malaisie", ainsi que d'"atteintes aux droits humains".

"Cette entreprise tue des enfants", a même affirmé Fatoumata Koné, la cheffe du groupe des élus écologistes, qui souligne que des enquêtes de presse ont "révélé que des dizaines de milliers d'enfants travaillaient dans les plantations de palmiers en Indonésie et en Malaisie".

Les écologistes, opposants historiques à l'accueil des JO dans la capitale, ont demandé à la majorité de gauche de renoncer au soutien financier de Ferrero, "les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 étant prétendument éthiques et écologiques".

En vain: l'adjoint au sport et aux JO Pierre Rabadan a refusé l'amendement écologiste au nom de "l'équilibre de l'ensemble des partenariats".

L'huile de palme est l'huile végétale la plus utilisée au monde et un ingrédient clé dans une large gamme de produits allant des aliments aux cosmétiques.

Les défenseurs de l'environnement l'accusent de favoriser la déforestation, d'immenses pans de forêt tropicale d'Asie du Sud-Est ayant été remplacés ces dernières décennies par des plantations de palmiers.

Mais remplacer l'huile de palme par d'autres huiles végétales, aux rendements moins élevés, nécessiterait beaucoup plus de terres, relève aussi la plateforme Our World in Data à partir de données de l'agence onusienne de l'agriculture FAO.


Climat : le monde n'est pas préparé à faire face aux incendies

Selon l'Agence russe des forêts, plus de 11,5 millions d'hectares sont partis en fumée depuis le début de l'année, contre 8,9 millions de moyenne annuelle enregistrée depuis le début des années 2000. (AFP)
Selon l'Agence russe des forêts, plus de 11,5 millions d'hectares sont partis en fumée depuis le début de l'année, contre 8,9 millions de moyenne annuelle enregistrée depuis le début des années 2000. (AFP)
Short Url
  • Le monde n'est pas préparé à faire face à des incendies rendus toujours plus féroces par le changement climatique, mettent en garde des experts.
  • Le changement climatique est l'une des causes principales du problème même si d'autres facteurs jouent aussi un rôle, comme l'utilisation des terres et la localisation des habitations.

PARIS : Alors que des régions d'Amérique du nord et de l'Europe sont déjà confrontées aux flammes en ce début d'été, le monde n'est pas préparé à faire face à des incendies rendus toujours plus féroces par le changement climatique, mettent en garde des experts.

Des paysages de cendres sont déjà apparus cette année dans le sillage des vagues de chaleur au Canada, aux Etats-Unis, en Grèce ou en Turquie.

Si des moyens nouveaux ont été alloués dernièrement à la lutte contre les incendies, il n'en va pas de même pour l'anticipation de telles catastrophes, jugent les experts.

"On est toujours en train de rattraper notre retard", juge Stefan Doerr, directeur du Centre de recherche sur les incendies de l'université galloise de Swansea.

Prédire un incendie ou sa sévérité peut être difficile en raison des multiples facteurs en jeu, à commencer par la météo. Mais les feux deviennent plus gros et intenses en règle générale, estime le chercheur, coauteur d'une étude récente sur le sujet.

Le nombre et l'intensité des feux de forêt extrêmes, les plus destructeurs et les plus polluants, ont plus que doublé dans le monde depuis 20 ans, en raison du réchauffement climatique dû à l'activité humaine, selon une autre étude qui vient de sortir dans la revue Nature Ecology & Evolution.

- "Prévention" -

"Nous ne sommes clairement pas assez bien préparés pour faire face à cette situation", alerte Stefan Doerr.

Le changement climatique est l'une des causes principales du problème même si d'autres facteurs jouent aussi un rôle, comme l'utilisation des terres et la localisation des habitations.

Les incendies ne connaissant pas de frontières, les gouvernements se sont mis à les affronter conjointement, souligne Jesus San-Miguel, expert au Centre commun de recherche de l'Union européenne (UE).

Cette dernière a fortement développé le partage des ressources. Même des pays méditerranéens extérieurs à l'UE ont déjà bénéficié d'équipements de lutte contre les incendies ou d'aides financières, remarque le spécialiste. Mais cela n'est plus suffisant face à des incendies plus extrêmes.

"Nous avons des retours de nos collègues de la protection civile qui nous disent: +on ne peut plus combattre les feux, l'eau s'évapore avant même d'atteindre le sol+ ", raconte Jesus San-Miguel.

"On doit travailler plus sur la prévention", ajoute-t-il.

Le brûlage contrôlé, le recours à du bétail au pâturage ou à des moyens mécaniques pour débroussailler sont des moyens efficaces de limiter ce qui peut alimenter les incendies, explique Rory Hadden de l'université d’Édimbourg.

Autres solutions pour éviter les premières flammes et réduire la propagation: interdire les feux de camp et utiliser les routes comme coupe-feux, poursuit ce spécialiste.

Autant d'efforts financiers et de planification dont les résultat sont invisibles. "Quelle que soit la méthode ou la technique à laquelle vous avez recours... le résultat de cet investissement est que rien ne se passe, ce qui est très bizarre psychologiquement. Le succès c'est quand il ne se passe rien", remarque Rory Hadden.

- Mémoire courte -

Ce sont souvent les résidents et les communes qui prennent l'initiative de débroussailler autour des habitations et des bâtiments publics. Mais tous ne sont pas prêts à accepter le fait qu'ils sont dans une zone à risque.

"Les gens ne pensent pas que ça va leur arriver mais pourtant ce sera le cas", met en garde Jesus San-Miguel, évoquant des régions aux climats autrefois froids ou humides - comme le nord-ouest des Etats-Unis - qui ont connu d'importants incendies ces dernières années.

Face à ces évolutions, les pays s'adaptent et adoptent de nouvelles normes, du Canada aux pays scandinaves. Mais la meilleure réponse n'est pas toujours évidente, même dans les régions habituées aux feux, souligne Guillermo Rein, de l'Imperial College de Londres, et les leçons ne sont pas toujours tirées après un désastre.

"Les gens ont la mémoire très courte en matière d'incendies", estime ce spécialiste du sujet, prenant en exemple ceux qui sont intervenus en 2022 à l'est de Londres.

"Quand les feux sont là, tout le monde se pose des questions... Mais ensuite, au bout d'un an, les gens oublient", dit-il.


Procès en France de la demi-soeur d'un ex-«émir» français de l'organisation Etat islamique

Cette image fixe tirée d'une vidéo publiée en ligne le 18 décembre 2014 par la fondation médiatique al-Itisaam, l'une des branches médiatiques du groupe État islamique (EI), montrerait Abou Mouqatel ou Abu Muqatil (à droite), un militant de l'EI recherché. par les autorités tunisiennes pour meurtre dont le vrai nom est Abou Bakr al-Hakim (Photo, AFP).
Cette image fixe tirée d'une vidéo publiée en ligne le 18 décembre 2014 par la fondation médiatique al-Itisaam, l'une des branches médiatiques du groupe État islamique (EI), montrerait Abou Mouqatel ou Abu Muqatil (à droite), un militant de l'EI recherché. par les autorités tunisiennes pour meurtre dont le vrai nom est Abou Bakr al-Hakim (Photo, AFP).
Short Url
  • Khadija A. doit comparaître aux côté de Fatiha K, 71 ans, la mère de l'épouse du demi-frère de Boubaker El-Hakim
  • Tué par une frappe américaine à Raqqa en novembre 2016, Boubaker El-Hakim, né à Paris en août 1983, était une figure du jihadisme islamiste

PARIS: Khadija A., demi-soeur de Boubaker El-Hakim, l'un des chefs français de l'organisation Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie, doit être jugée à partir de mercredi devant le tribunal judiciaire de Paris pour avoir rejoint son frère sur zone avec sa fille mineure en février 2015.

Khadija A., 43 ans, comparait pour "association de malfaiteurs terroriste" et "soustraction d'un parent à ses obligations légales".

Les enquêteurs la soupçonnent d'être partie en février 2015 en Syrie avec son enfant, née en novembre 2010, et sa mère, Habiba A., également mère de Boubaker El-Hakim, pour y rejoindre les zones contrôlées par l'EI. Khadija A. et sa fille ont retrouvé la France après quelques mois sur place, en décembre 2015.

Khadija A. doit comparaître aux côté de Fatiha K, 71 ans, la mère de l'épouse du demi-frère de Boubaker El-Hakim, poursuivie quant à elle pour financement du terrorisme.

Tué par une frappe américaine à Raqqa en novembre 2016, Boubaker El-Hakim, né à Paris en août 1983, était une figure du jihadisme islamiste, passée notamment par Al-Qaïda avant de rejoindre l'EI.

Il était considéré comme l'un des plus hauts gradés français au sein de l'unité chargée des opérations extérieures de l'EI.

A ce titre, il a été impliqué dans les attentats de janvier 2015 et du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis (région parisienne). Il avait lui-même revendiqué l'assassinat, en 2013, de deux opposants politiques en Tunisie.

Interpellée   

Khadija A. a été interpellée à Paris en décembre 2016. Elle a expliqué aux enquêteurs qu'elle ne voulait pas aller en Syrie mais qu'elle y avait été contrainte alors qu'elle se trouvait en Turquie avec sa mère et sa fille.

Selon son témoignage, sa mère (et mère de Boubaker El-Hakim) aurait rejoint son fils en Syrie emmenant avec elle sa petite-fille. Son demi-frère lui aurait expliqué que sa fille était "la propriété de l'EI" et que si elle voulait quitter la Syrie ce serait sans son enfant.

Elle a raconté avoir été mariée de force à deux reprises avec des combattants jihadistes avant de réussir à s'enfuir de Syrie, à sa deuxième tentative, avec sa fille et alors qu'elle était enceinte d'environ un mois.

Elle a affirmé aux enquêteurs qu'elle avait toujours eu peur de son demi-frère.

Mais l'accusation a mis en doute cette version des faits, estimant qu'elle "adhérait initialement au projet familial d'intégrer l'EI" et soulignant qu'elle avait pris soin de prendre avec elle une "forte somme d'argent" avant de se rendre sur zone.

"Majeure, mère de famille et autonome financièrement, elle avait la capacité juridique, matérielle et intellectuelle de refuser" d'aller en Syrie "en dépit d'une forme de pression morale susceptible d'avoir été exercée par sa mère", ont estimé les enquêteurs.

On ignore le sort de Habiba A., dont les enquêteurs ont perdu la trace depuis son départ en Syrie.

Le procès est prévu jusqu'à vendredi.