Le gaz nigérian, enjeu d'une guerre énergétique au Maghreb

Le terminal pétrolier et gazier de Shell Oil sur l'île de Bonny, dans le delta du Niger, au sud du Nigéria (Photo, AFP).
Le terminal pétrolier et gazier de Shell Oil sur l'île de Bonny, dans le delta du Niger, au sud du Nigéria (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 01 mars 2023

Le gaz nigérian, enjeu d'une guerre énergétique au Maghreb

  • Rivaux régionaux, le Maroc et l'Algérie sont engagés dans deux mégaprojets de gazoduc concurrents les reliant au Nigeria
  • Mais des questions émergent au moment où Bruxelles affirme vouloir s'affranchir des énergies fossiles à moyen terme

RABAT: Rivaux régionaux, le Maroc et l'Algérie sont engagés dans deux mégaprojets de gazoduc concurrents les reliant au Nigeria, en ciblant le marché européen, mais dans un contexte où l'UE voudrait se passer du gaz d'ici la fin de la décennie.

Le plus récent est le gazoduc Nigeria-Maroc (NMGP), long d'environ 6 000 km, qui devrait traverser 13 pays africains sur la façade atlantique pour acheminer des milliards de mètres cubes de gaz nigérian jusqu'au royaume chérifien. De là, il doit être connecté au Gazoduc Maghreb Europe (GME).

Aucune date de début du chantier n'a été fixée: "le pipeline est en cours de planification. Nous sommes au stade de l'étude de faisabilité", a précisé à l'AFP le ministre nigérian du Pétrole, Timipre Sylva.

L'idée du projet avait été lancée en 2016 par le roi Mohammed VI lors d'une visite à Abuja, visant à renforcer les partenariats avec les pays africains.

Sa relance s'explique par la décision d'Alger – premier exportateur africain de gaz naturel – de mettre fin l'an dernier au contrat du GME desservant l'Espagne en gaz algérien via le Maroc, après la rupture des relations diplomatiques avec Rabat.

Ces dissensions motivées notamment par l'épineux dossier du Sahara occidental – territoire sur lequel Rabat revendique sa souveraineté tandis qu'Alger soutient les indépendantistes du Front Polisario – ont privé le Maroc du gaz algérien qu'il prélevait comme droit de passage.

Au-delà, le NMGP s'inscrit dans un contexte géopolitique marqué par l'envolée des prix des hydrocarbures depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

La mise en oeuvre de ce gazoduc géant – au coût estimé à 23 milliards d'euros – reste toutefois conditionnée à "l'obtention de l'accord des pays par lesquels il passera", a rappelé le ministre nigérian du Pétrole.

Fin 2022, Rabat et Abuja ont signé sept protocoles d'accord avec la Gambie, la Guinée-Bissau, la Guinée, le Sierra Leone, le Ghana, la Mauritanie et le Sénégal, et un autre avec la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Des ententes qui "confirment l'engagement des parties dans ce projet stratégique", s'est félicité l'Office marocain des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM).

Rabat table sur les énormes réserves du Nigeria pour créer "un marché gazier stable, prévisible et mutuellement profitable" en Afrique, explique le chercheur en géopolitique marocain Jamal Machrouh, soulignant aussi son "intérêt stratégique pour l'Europe".

Besoins futurs de l'Europe?

Mais des questions émergent au moment où Bruxelles affirme vouloir s'affranchir des énergies fossiles à moyen terme.

"Il faut faire le compte quand il (le gazoduc) sera fini. Est-ce qu'on va encore vouloir utiliser des gaz, du méthane ?", s'interrogeait récemment à Rabat le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, soulignant que le Maroc dispose d'un fort potentiel dans des énergies propres comme l'hydrogène, l'éolien et le solaire.

L'accélération de la coopération entre Rabat et Abuja coïncide avec la relance du gazoduc transsaharien (TSGP) devant relier le Nigeria à l'Algérie via le Niger, d'un coût évalué à entre 12 et 18 milliards d'euros.

En juillet dernier, Alger, Abuja et Niamey ont signé un protocole d'accord pour matérialiser ce gazoduc long de 4 128 km, sans fixer de date de mise en route.

Lancé en 2009, le projet vise aussi à acheminer du gaz nigérian vers le continent européen. Une fois arrivé en Algérie, il devrait y être expédié, notamment via le gazoduc Transmed qui relie déjà les gisements algériens à l'Italie en passant par la Tunisie.

"Les études techniques sont en cours", a déclaré le 18 février à Alger le ministre algérien de l'Energie Mohamed Arkab.

Selon l'expert algérien Ahmed Tartar, les trois partenaires sont maintenant "en quête de bailleurs de fonds".

"On peut estimer un délai de 2 à 3 ans pour la finalisation du projet" qui "répondra à une part importante des besoins futurs de l'Europe", assure M. Tartar, dont le pays est le troisième fournisseur de gaz naturel pour l'Europe.

Un optimisme tempéré par l'analyste Geoff Porter qui souligne "sa grande vulnérabilité aux attaques djihadistes" dans la zone sahélienne et à l'hostilité "de communautés locales si elles ont la sensation d'être exploitées pour un projet dont elles ne tirent aucun avantage".

Autre bémol: l'Europe qui cherche à se libérer du gaz russe, pourrait ne pas accepter "une dépendance forte à un seul fournisseur", qu'il soit algérien ou marocain, selon le chercheur marocain Machrouh.


La réunion de Riyad se concentre sur les questions de la charia moderne

Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la séance, qui se déroule du 20 au 22 avril. (SPA)
Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la séance, qui se déroule du 20 au 22 avril. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants des pays islamiques se réunissent pour discuter de la jurisprudence et des défis auxquels le monde islamique est confronté
  • M. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, a déclaré dans son discours que la session passerait en revue les questions de la charia,

Riyad : Le grand mufti d’Arabie saoudite, le cheikh Abdulaziz Al-Asheikh, et des érudits du monde islamique sont à Riyad pour la 23e session du Conseil islamique Fiqh pour discuter des défis de la jurisprudence contemporaine.

Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la session, qui se déroule du 20 au 22 avril.

Le Conseil islamique Fiqh a pour objectif de clarifier les décisions de la charia pour les musulmans sur un éventail de questions, de montrer l’adaptabilité de la jurisprudence islamique et de promouvoir son patrimoine. Le conseil cherche également à expliquer sa terminologie dans un langage contemporain.

Al-Asheikh a souligné que la jurisprudence islamique, avec ses principes généraux, ses règles complètes, son éventail de branches jurisprudentielles, ses fatwas et ses recherches diverses sur divers sujets, offre une flexibilité et des perspectives larges aux chercheurs contemporains.

Il a également remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed ben Salmane pour leurs efforts au service des deux mosquées saintes et de leurs visiteurs, ainsi que pour le soutien apporté aux érudits.

M. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, a déclaré dans son discours que la session passerait en revue les questions de la charia, sur la base d’enquêtes approfondies menées par des chercheurs éminents.

Hissein Brahim Taha, secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique, a déclaré que la session se déroulait pendant une période critique pour le monde islamique, remplie de défis intellectuels et politiques importants.

Dr. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa (C), secretary-general of the Muslim World League, said in his speech that the session would review Shariah issues, based on in-depth academic research surveys conducted by distinguished scholars. (SPA)
Dr. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa (C), secretary-general of the Muslim World League, said in his speech that the session would review Shariah issues, based on in-depth academic research surveys conducted by distinguished scholars. (SPA)

Le président de l’Académie islamique internationale Fiqh, le Dr. Saleh bin Abdullah bin Humaid, a mentionné que les sujets discutés par les comités et les conseils de l’académie englobent la charia, la famille, les politiques médicales, économiques, financières et intellectuelles, tout ce qui intéresse la nation islamique.

Le secrétaire général de l’académie, M. Koutoub Moustapha Sano, a déclaré : « Nous sommes tous tenus de travailler pour unifier les décisions dans les pays islamiques dans toutes les questions de la vie, conformément aux dispositions de la charia islamique. C’est la seule façon d’accomplir l’unité islamique parmi les peuples islamiques. »

La session comprendra plusieurs sessions scientifiques consacrées aux questions et défis jurisprudentiels contemporains.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


Des experts discuteront des avancées du Web3, de l’IA et de la croissance de l’écosystème des jeux en Arabie saoudite

Le sommet vise à présenter les progrès réalisés dans le Web3 et le développement de l’écosystème du jeu en Arabie saoudite. (@NFTLAlive)
Le sommet vise à présenter les progrès réalisés dans le Web3 et le développement de l’écosystème du jeu en Arabie saoudite. (@NFTLAlive)
Short Url
  • Le sommet, en partenariat avec Animoca Brands et King Abdulaziz City for Science and Technology, vise à présenter les progrès du Web3 et du développement de l’écosystème de jeu en Arabie saoudite.
  • Mohammed Hadhrawi, directeur général du Gaming and Immersive Technologies Institute de KACST, a déclaré : « Nos efforts sont alignés sur la vision et les stratégies nationales, visant à favoriser un écosystème novateur qui favorise la créativité

RIYADH : Outer Edge Riyadh, le forum d’innovation Web3, réunira mardi au Garage de la capitale saoudienne certains des plus grands noms de la blockchain, de l’intelligence artificielle et des écosystèmes de jeux du monde entier.

Le sommet, en partenariat avec Animoca Brands et King Abdulaziz City for Science and Technology, vise à présenter les progrès du Web3 et du développement de l’écosystème de jeu en Arabie saoudite.

La société Outer Edge, basée à Los Angeles, est réputée pour organiser des événements qui offrent des opportunités de réseautage inestimables pour les fondateurs, les constructeurs et les investisseurs en capital-risque dans les technologies émergentes.

Mohammed Hadhrawi, directeur général du Gaming and Immersive Technologies Institute de KACST, a déclaré : « Nous nous engageons à faire progresser les frontières de la recherche et développement dans les jeux et les technologies immersives.

« Nos efforts sont alignés sur la vision et les stratégies nationales, visant à favoriser un écosystème novateur qui favorise la créativité, l’avancement technologique et la diversification économique.

« En menant des projets qui tirent parti du Web3, de l’IA et des expériences immersives, nous visons à avoir un impact sur le paysage technologique mondial et à doter notre pays des compétences et des opportunités nécessaires pour exceller dans ces domaines.

« Notre engagement est d’obtenir des résultats tangibles qui contribuent à la position du Royaume en tant que leader dans les économies futures - un domaine prioritaire pour le Royaume - assurant un avenir durable et prospère pour tous. »

Joshua Kriger, cofondateur de Outer Edge et co-animateur des podcasts « Edge of NFT » et « Edge of AI », a déclaré que lors du lancement de Outer Edge à Los Angeles, l’intention était toujours de catalyser l’innovation à l’échelle mondiale.

« Nous sommes ravis d’apporter le concept de co-création, de connexion et de communauté en Arabie saoudite et d’unir les leaders régionaux et mondiaux du Web3, de l’IA et du gaming. Notre format unique favorise les possibilités de collaboration à long terme à l’intersection de la culture, du divertissement et de la technologie. »

Yat Siu, cofondateur et président exécutif d’Animoca Brands, a déclaré : « Grâce à notre partenariat avec Outer Edge Riyadh, nous sommes honorés de soutenir les progrès de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) vers l’exploitation complète de la puissance de Web3 et de la blockchain.

« Les dirigeants mondiaux d’Outer Edge Riyadh se réuniront pour participer à des discussions animées, forger des partenariats précieux, créer de nouvelles opportunités et se mobiliser sur divers sujets allant de la révolution des villes intelligentes à la redéfinition de la finance et du divertissement. »

Les sujets abordés au sommet comprendront les villes intelligentes, les jeux, l’e-sport, l’art, la culture et plus encore. Pour plus d’informations sur le Sommet de l’innovation Outer Edge à Riyad, visitez https://www.outeredge.live/en-us/riyadh

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le projet saoudien Masam a déminé 857 mines Houthi au Yémen

Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Short Url

RIYAD : Le projet Masam de l’Arabie saoudite a déminé 857 mines au Yémen — qui avaient été plantées par les milices Houthis — entre le 13 et le 19 avril, selon un rapport récent.

Supervisées par l’agence d’aide KSrelief du Royaume, les équipes spéciales du projet ont détruit 782 munitions non explosées et 75 mines antichars.

Les explosifs, qui ont été placés sans discrimination par les Houthis à travers le Yémen, représentaient une menace pour les civils, y compris les enfants, les femmes et les personnes âgées.

Le projet Masam est l’une des nombreuses initiatives entreprises par l’Arabie saoudite à la demande du roi Salmane, qui a dégagé des routes pour l’aide humanitaire afin d’atteindre les citoyens du pays.

Les opérations de déminage ont eu lieu à Marib, Aden, Jouf, Shabwa, Taiz, Hodeidah, Lahij, Sanaa, Al-Bayda, Al-Dhale et Saada.

Au total, 437616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018, selon Ousama Al-Gosaibi, directeur général du projet.

Il s’agit notamment de 279002 articles de munitions non explosées, de 144 101 mines antichars, de 8 018 engins explosifs improvisés et de 6 495 mines antipersonnel.

L’initiative forme des ingénieurs démineurs locaux et leur fournit des équipements modernes. Elle offre également un soutien aux Yéménites blessés par les dispositifs.

Environ 5 millions de personnes ont été forcées de fuir leur foyer depuis le début du conflit au Yémen, dont beaucoup ont été déplacées par la présence de mines terrestres.

Les équipes de Masam sont chargées de nettoyer les villages, les routes et les écoles pour faciliter la circulation sécuritaire des civils et la livraison de l’aide humanitaire.

Le contrat du projet a été prolongé d’un an en juin 2023 pour un coût de 33,29 millions de dollars.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com