Le passage frontalier de Bab al-Hawa fermé aux patients syriens qui souffrent du cancer

Des réfugiés syriens vivant en Turquie prennent un bus pour traverser le poste-frontière nord de Bab al-Hawa, le 17 février 2023, alors qu’ils rentrent en Syrie à la suite d’un tremblement de terre meurtrier. (AFP).
Des réfugiés syriens vivant en Turquie prennent un bus pour traverser le poste-frontière nord de Bab al-Hawa, le 17 février 2023, alors qu’ils rentrent en Syrie à la suite d’un tremblement de terre meurtrier. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 07 mars 2023

Le passage frontalier de Bab al-Hawa fermé aux patients syriens qui souffrent du cancer

  • «On m’a retiré vivant des décombres. Je souffre d’un cancer et j’ai un suivi mensuel. J’ai besoin d’une injection musculaire pour traiter la tumeur et je suis aussi diabétique»
  • Ce n’est pas la première fois que la situation précaire de la frontière exacerbe la souffrance et la peine des patients cancéreux

BAB AL-HAWA: Les patients syriens atteints de cancer sont les dernières victimes de la situation précaire de Bab al-Hawa, un point de passage international situé à la frontière entre la Turquie et la Syrie.

Des patients cancéreux du nord-ouest de la Syrie ont été transférés vers des hôpitaux en Turquie par l’intermédiaire du poste-frontière avant le tremblement de terre du 6 février en vue de recevoir les soins nécessaires indisponibles dans la zone contrôlée par les rebelles.

Cela a changé lorsque le séisme a secoué la région et qu’il a incité les autorités turques à fermer les frontières à ceux qui attendent un traitement vital.

Bachir Ismaïl, directeur du bureau médical du point de passage de Bab al-Hawa, déclare à Arab News: «Avant le tremblement de terre, nous avions environ dix ambulances quotidiennes pour les cas urgents qui recevaient des soins en Turquie.»

«Nous avions environ quatre cent cinquante cas par mois, y compris des chirurgies cardiaques et des patients atteints de cancer.»

«Ces patients ne peuvent plus entrer en Turquie pour recevoir leurs traitements.»

Nawaf Bakran, 69 ans, qui habite dans la province d’Idlib, est l’un des nombreux malades du cancer à payer le prix de la fermeture de la frontière.

Il confie à Arab News: «On m’a retiré vivant des décombres. Je souffre d’un cancer et j’ai un suivi mensuel. J’ai besoin d’une injection musculaire pour traiter la tumeur et je suis aussi diabétique.»

Malgré le rapport rédigé par le médecin pour que M. Bakran puisse retourner en Turquie et y recevoir des soins, le personnel du poste-frontière lui a interdit d’entrer au pays.

M. Bakran ajoute: «Ils ne tiennent pas compte du rapport du spécialiste du cancer. Nous sommes perdus. Nous ne savons pas où aller.»

Les documents manquants, y compris les papiers d’identité et les dossiers médicaux, perdus sous les décombres des bâtiments détruits, constituent un enjeu crucial.

Comme M. Bakran, Mohammed Afsan, 58 ans, est un survivant du tremblement de terre et lutte actuellement contre le cancer.

Il explique à Arab News: «Nous n’avons pu récupérer aucun effet personnel. Désormais, nous voulons retrouver nos rapports médicaux, être mis en contact avec des spécialistes et poursuivre le traitement et le suivi.»

«Nous avons besoin de radiothérapie. Elle n’est pas disponible ici et il est hors de question que nous allions dans les zones contrôlées par le régime.»

M. Afsan affirme que les personnes qui vivent à Idlib – ville sous le contrôle des rebelles – mettraient leur vie et celle de leur famille en danger si elles devaient se rendre dans les zones contrôlées par le gouvernement syrien.

Ayham Jamo est hématologue et chef du service d’oncologie à l’hôpital central d’Idlib.

La Société médicale syro-américaine soutient son établissement, mais cela ne l’a pas soulagé de la pression écrasante provoquée par la tragédie et ses conséquences.

Il évoque, dans un entretien avec Arab News, le plan qui, selon lui, doit être exécuté: «Il faut sécuriser les doses de chimiothérapie et les immunothérapies pour tous les types de cancer. Ces thérapies sont chères et ne sont pas disponibles gratuitement.»

«Nous appelons également à un couloir humanitaire pour la radiothérapie, puisqu’il s’agit d’un traitement essentiel qui n’est pas disponible dans le nord-ouest de la Syrie.»

Les besoins des patients atteints de cancer dans le nord-ouest de la Syrie sont considérables. M. Jamo estime que, même si les solutions doivent commencer par la sécurisation du passage frontalier pour les transferts de patients, des mesures d’urgence doivent également être mises en place au sein du pays.

«Il faudrait établir un centre intégré pour le traitement du cancer comprenant la chimiothérapie, la radiothérapie, l’immunothérapie, un accélérateur linéaire de particules, la tomographie par émission de positons [TEP] et la scintigraphie osseuse», indique-t-il à Arab News.

Aziz Asmar, un artiste graffeur de Binnish, dans la province d’Idlib, recourt à l’art pour attirer l’attention du monde sur le sort de son peuple.

«À travers ce dessin, nous appelons les autorités turques et toutes les associations et organisations actives à faciliter l’entrée des Syriens en Turquie afin qu’ils puissent continuer à recevoir leur traitement», souligne-t-il.

M. Asmar considère que l’objectif doit être clair avant que des actions ne soient entreprises. Il a peint dans différentes langues le slogan «Help me trend» (littéralement: «Aide-moi à m’orienter») pour que tous les cas médicaux reçoivent la même attention.

Ce n’est pas la première fois que la situation précaire de la frontière – accélérée par la géopolitique d’un conflit qui dure depuis douze ans – exacerbe la souffrance et la peine des patients cancéreux du nord-ouest de la Syrie.

Au début de l’année 2020, avec la propagation rapide de la Covid-19, les autorités turques ont également décidé de fermer les frontières avec la Syrie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un Palestinien libéré par Israël dit être "revenu d'entre les morts"

Muazzaz Khalil Abayat (R), a 37-year-old Palestinian from Bethlehem, receives care at a hospital following his release days earlier after being detained by Israeli forces, in Beit Jala in the Israeli occupied West Bank, on July 11, 2024 (AFP)
Muazzaz Khalil Abayat (R), a 37-year-old Palestinian from Bethlehem, receives care at a hospital following his release days earlier after being detained by Israeli forces, in Beit Jala in the Israeli occupied West Bank, on July 11, 2024 (AFP)
Short Url
  • Je suis revenu d'entre les morts", témoigne-t-il dans un hôpital de sa ville de Bethléem, en Cisjordanie occupée, après neuf mois dans une prison du Néguev (sud d'Israël), passés en détention administrative.
  • L'ONU avait pour sa part dénoncé début juillet des informations faisant état d'abus "inacceptables" voire de tortures subies par des détenus palestiniens depuis le début de la guerre à Gaza, et exigé une enquête.

BETHLEEM : Visage émacié, jambes squelettiques, barbe longue et cheveux hirsutes, le Palestinien Moazzaz Abayat peine à se remettre, sur son lit d'hôpital, de sa détention dans une prison israélienne, qu'il compare au centre de détention américain de haute sécurité de Guantanamo.

"Je suis revenu d'entre les morts", témoigne-t-il dans un hôpital de sa ville de Bethléem, en Cisjordanie occupée, après neuf mois dans une prison du Néguev (sud d'Israël), passés en détention administrative. Une disposition controversée mais très courante qui permet à Israël de détenir des Palestiniens sans inculpation ni jugement.

Ce boucher de profession a été arrêté le 26 octobre - sans savoir pourquoi dit-il - après l'attaque sans précédent du Hamas islamiste sur le sol israélien du 7 octobre, qui a déclenché la guerre dans la bande de Gaza.

"Ils m'ont arrêté chez moi, pas parmi des combattants mais entouré de mes enfants et de ma femme enceinte", raconte à l'AFP M. Abayat, 37 ans.

D'après le Club des prisonniers, une ONG palestinienne de défense des détenus, environ 9.700 Palestiniens sont actuellement emprisonnés par Israël, dont des centaines sous ce régime de la détention administrative.

Le Club estime que le nombre d'arrestations depuis le 7 octobre a doublé par rapport à la même période l'année dernière, a indiqué un porte-parole à l'AFP.

La guerre à Gaza a intensifié les violences en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, où les tensions étaient déjà vives depuis deux ans. Depuis le 7 octobre, au moins 572 Palestiniens y ont été tués par des soldats ou colons israéliens, selon les autorités palestiniennes, et au moins 16 Israéliens dans des attaques ou attentats palestiniens, d'après des chiffres officiels israéliens.

Dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux palestiniens à sa libération, mardi, on voit Moazzaz Abayat frêle, boitant et soutenu par un homme pour avancer. Sa main droite semble paralysée.

- "Petite prison, grande prison" -

"Ma détention était injuste", clame-t-il aujourd'hui. "J'ai quitté la prison de +Guantanamo+ dans le Néguev qui pratique la torture la plus laide et la plus intense contre des prisonniers sans défense, enchaînés, malades", ajoute-t-il, en référence à la prison militaire américaine installée sur l'île de Cuba.

Il évoque des "coups avec des matraques, des chaînes de fer, de la torture". Et en montrant ses jambes osseuses, dit avoir mal partout.

"Ils nous donnaient 10 à 12 haricots avec du chou à sept heures du matin et nous devions attendre jusqu'au dîner" pour un autre repas, raconte-t-il.

Interrogée par l'AFP, l'administration pénitentiaire israélienne a indiqué "ne pas être au courant" de ces accusations.

D'après elle, "tous les prisonniers sont détenus conformément à la loi et tous les droits fondamentaux sont respectés par des surveillants pénitentiaires qualifiés".

"Comme indiqué dans son dossier, le prisonnier a été examiné et soigné par les meilleurs médecins de la prison tout au long de sa détention", a affirmé une porte-parole, ajoutant que les détenus avaient la possibilité de porter plainte.

L'ONU avait pour sa part dénoncé début juillet des informations faisant état d'abus "inacceptables" voire de tortures subies par des détenus palestiniens depuis le début de la guerre à Gaza, et exigé une enquête.

Les images de la libération de M. Abayat étaient accompagnées sur les réseaux sociaux d'une photo de lui avant l'arrestation, le montrant baraqué et musclé, les cheveux coupés ras.

A l'hôpital de Bethléem, le pèse-personne indique 54 kilos.

"Cela suffit à expliquer ce qui m'est arrivé", note-t-il.

"Mon fils pesait 100 à 110 kilos avant son arrestation", raconte Khalil Abayat, attristé par la confusion qui semble régner chez Moazzaz. "Quand je l'ai vu, il ressemblait à un homme mort. Seule son âme vit encore en lui".

"Il ne me reconnaît plus, il est désorienté, son état de santé est au plus bas", souffle-t-il à l'AFP, toutefois rassuré que les médecins se disent confiants.

Son fils a recommencé à manger. Sur son lit d'hôpital, l'ancien détenu enchaîne les phrases, dit avoir "oublié des choses".

Mais résume sa situation ainsi: "je suis sorti d'une petite prison pour la grande prison" de l'occupation israélienne.


Des dizaines de corps dans la ville de Gaza, "progrès" dans les discussions de trêve selon Biden

Des gens prient devant des corps trouvés sous les décombres ou dans la rue, avant leur enterrement dans le quartier d’Al-Sinaa à l’ouest de Gaza le 12 juillet 2024(AFP)
Des gens prient devant des corps trouvés sous les décombres ou dans la rue, avant leur enterrement dans le quartier d’Al-Sinaa à l’ouest de Gaza le 12 juillet 2024(AFP)
Short Url
  • "Il y a encore des lacunes à combler. Nous faisons des progrès. La tendance est positive", a déclaré vendredi Joe Biden.
  • M. Netanyahu a lui toujours affirmé vouloir poursuivre la guerre jusqu'à la destruction du Hamas, classé organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne, et la libération de tous les otages.

GAZA : Une soixantaine de corps ont été découverts vendredi dans deux quartiers de la ville de Gaza, visés par des opérations militaires israéliennes, selon la Défense civile du territoire palestinien, après que le président américain Joe Biden a fait état de "progrès" dans les discussions en vue d'une trêve.

Au dixième mois de guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas, déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre, les combats se poursuivent, en particulier dans Gaza-ville (nord).

Des médias du Hamas ont fait état de "plus de 70 frappes aériennes", et de 32 personnes tuées dans la nuit, dont une majorité d'enfants et de femmes, sur l'ensemble du territoire assiégé.

Dans le sud-ouest de la ville de Gaza, "environ 60" corps ont été découverts vendredi dans les quartiers de Tal al-Hawa et d'al-Sinaa, d'après la Défense civile.

Le Hamas a dénoncé les "horreurs découvertes" dans le quartier de Tal al-Hawa, les qualifiant de "crimes de guerre,  génocide, nettoyage ethnique".

Des témoins ont vu des soldats se retirer de certains quartiers de Gaza-ville. Contactée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas commenté dans l'immédiat.

Après des mois d'appels internationaux pour un cessez-le-feu, les efforts diplomatiques sous l'égide du Qatar, de l'Egypte et des Etats-Unis, s'intensifient.

"Il y a encore des lacunes à combler. Nous faisons des progrès. La tendance est positive", a déclaré vendredi Joe Biden.

- "Apocalyptique" -

La guerre a éclaté le 7 octobre après l'attaque sans précédent menée par le Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Sur 251 personnes alors enlevées, 116 sont toujours retenues à Gaza dont 42 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas, qui a pris le pouvoir dans la bande de Gaza en 2007, et lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 38.345 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

Après les incursions israéliennes dans plusieurs quartiers, le paysage de la ville de Gaza est "apocalyptique", a dénoncé vendredi Louise Wateridge, porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), après une visite sur le terrain.

L'armée israélienne a de nouveau accusé vendredi l'agence onusienne de "se taire alors que le Hamas utilise ses infrastructures" dans la ville.

L'Unrwa a été chassée de son quartier général à Gaza-ville  et n'a "pas eu de présence officielle sur place depuis octobre", a affirmé Mme Wateridge à l'AFP, indiquant ne pas en savoir davantage.

L'armée avait appelé mercredi tous les résidents de la ville à évacuer, soit quelque 300.000 à 350.000 personnes, selon l'ONU.

Vendredi, elle a indiqué avoir tué deux commandants du Hamas à Choujaïya, un quartier est de Gaza-ville où une soixantaine de corps avaient été découverts la veille après une opération de deux semaines au cours duquel elle a affirmé avoir tué plus de 150 "terroristes".

Le Comité international de la Croix-rouge a indiqué avoir reçu "des centaines d'appels ces derniers jours de personnes appelant désespérément à l'aide" à Gaza-ville, où la crise humanitaire est considérable.

L'armée israélienne a aussi dit poursuivre ses opérations à Rafah (sud), où elle a "éliminé de nombreux terroristes en combats rapprochés et par des frappes aériennes". Son aviation a visé des sites de lancement de projectiles à Beit Hanoun (nord) après des tirs vers le sud d'Israël.

- "Libération immédiate des otages" -

Sur le plan diplomatique, Hossam Badran, un membre du bureau politique du Hamas, a indiqué vendredi que son mouvement avait proposé un "gouvernement non-partisan et doté de compétences nationales" pour diriger la bande de Gaza et la Cisjordanie occupée après la guerre.

Jeudi, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a rencontré le directeur des services de renseignement, David Barnea, de retour de Doha, pour faire le point sur l'avancement des pourparlers en vue d'un cessez-le-feu et la libération d'otages.

Selon un communiqué officiel, une délégation menée par le chef du Shin Bet (sécurité intérieure), Ronen Bar, devait se rendre jeudi soir au Caire poursuivre des discussions.

Le Hamas avait annoncé dimanche accepter de négocier sur la libération des otages en l'absence d'un cessez-le-feu permanent avec Israël, qu'il exigeait jusque là.

M. Netanyahu a lui toujours affirmé vouloir poursuivre la guerre jusqu'à la destruction du Hamas, classé organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne, et la libération de tous les otages.

"Je suis attaché au plan de libération de nos otages, mais le Hamas continue d'adhérer à des exigences qui contredisent le plan et mettent en danger la sécurité d'Israël", a-t-il  déclaré vendredi.

Il a réaffirmé que son pays voulait conserver le contrôle d'une zone de la bande de Gaza frontalière de l'Egypte, conquise début mai, dont le Hamas exige de son côté l'évacuation par l'armée israélienne.

De son côté, Amnesty International a appelé "le Hamas et les autres groupes armés" à "libérer immédiatement et sans conditions tous les otages civils".

Sur un autre front, à la frontière israélo-libanaise, théâtre d'affrontements récurrents entre l'armée israélienne et le mouvement islamiste Hezbollah, allié du Hamas, un projectile est tombé sur un terrain vague en Israël, d'après l'armée.


Une campagne d’alphabétisation à Al-Baha touche plus de 1400 élèves

Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1 410 apprenants adultes. (SPA)
Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1 410 apprenants adultes. (SPA)
Short Url
  • La campagne fonctionne à travers 32 centres éducatifs à travers la région.
  • Le programme vise à atteindre les citoyens dans leurs communautés locales.

RIYAD : Une vaste campagne d’alphabétisation dans la région d’Al-Baha dessert actuellement 1410 apprenants adultes, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

L’initiative, baptisée « Al-Baha sans analphabétisme », est un effort conjoint de l’Administration générale de l’éducation du secteur Al-Aqiq d’Al-Baha et de plusieurs organismes gouvernementaux.

La campagne opère à travers 32 centres éducatifs à travers la région, avec 12 centres pour hommes qui accueillent 390 étudiants et 20 centres pour femmes qui accueillent 1057 apprenants. Ces centres sont dotés d’un personnel éducatif et administratif qualifié, soutenu par 27 participants supplémentaires.

Dr. Abdulkhaleq Al-Zahrani, directeur général de l’éducation à Al-Baha, a souligné l’alignement de la campagne sur les priorités nationales. « La promotion de l’alphabétisation est une approche civilisée défendue par nos dirigeants », a-t-il déclaré. « Cela fait partie de notre engagement envers l’apprentissage continu et la préparation d’une génération instruite capable de servir son pays et sa collectivité. »

Le programme vise à atteindre les citoyens dans leurs communautés locales, en offrant des compétences de base en alphabétisation aux côtés de l’éducation religieuse, culturelle, sociale et sanitaire. Elle met également l’accent sur le renforcement de l’identité nationale et de l’engagement civique.

Actuellement dans sa phase estivale, la campagne a vu la participation enthousiaste des apprenants adultes désireux d’acquérir des compétences en lecture et en écriture. Le programme va au-delà de l’alphabétisation de base pour inclure l’amélioration du sentiment d’appartenance nationale, de la littératie numérique, de la sensibilisation à la santé, de l’éducation environnementale et de l’apprentissage de l’utilisation des systèmes et des applications électroniques.

Selon SPA, l’initiative rassemble des ressources d’organismes gouvernementaux et d’organismes sans but lucratif pour offrir une expérience éducative holistique. Il vise à développer les compétences de vie et à atteindre des objectifs éducatifs et culturels, en assurant une éducation de qualité pour tous les bénéficiaires. Ses objectifs comprennent également la réduction des taux d’analphabétisme, la promotion du patriotisme et de l’amour pour le pays et son leadership, et la sensibilisation aux divers enjeux religieux, sociaux, sanitaires, économiques, environnementaux et culturels.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com