La dissolution de la BRAV-M n'est «pas à l'ordre du jour», selon le préfet de police

Brigades de répression de l'action violente (BRAV) en formation lors d'affrontements avec des manifestants en marge d'une manifestation à Paris le 7 mars 2023 (Photo, AFP).
Brigades de répression de l'action violente (BRAV) en formation lors d'affrontements avec des manifestants en marge d'une manifestation à Paris le 7 mars 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 26 mars 2023

La dissolution de la BRAV-M n'est «pas à l'ordre du jour», selon le préfet de police

  • «Le comportement de quelques individus ne doit pas jeter l'opprobre sur toute une unité»
  • Deux autres enquêtes judiciaires ont été ouvertes cette semaine et confiées à l'IGPN à la suite de deux plaintes

PARIS: Le préfet de police Laurent Nuñez a indiqué samedi que le démantèlement de la BRAV-M, une unité mise en cause récemment dans plusieurs affaires de violences policières dans le cadre des manifestations contre la réforme des retraites, n'est "évidemment pas à l'ordre du jour".

"Le comportement de quelques individus ne doit pas jeter l'opprobre sur toute une unité qui, ces dernières années, et singulièrement en ce moment, prouve toute son utilité", a déclaré le préfet sur France Info.

Qu'est-ce que la BRAV-M ?

Les BRAV-M, ces policiers parisiens spécialistes du maintien de l'ordre circulant à moto, casqués et armés, interviennent en première ligne lorsque les manifestations dégénèrent et se retrouvent depuis plusieurs jours au coeur de polémiques sur la répression violente de manifestations.

Quelle est son origine ?

Les BRAV-M (Brigades de répression de l'action violente motorisées) ont été créées au printemps 2019 après le saccage d'une partie des Champs-Élysées et notamment le pillage et l'incendie de la célèbre brasserie Le Fouquet's.

"L'idée était de pouvoir intervenir vite, là où les grosses compagnies ne passent pas ou sont trop lourdes avec leurs kilos de matériel", a expliqué à l'AFP le commandant de police Patrick L., qui a participé à sa création.

La Brav-M est souvent comparée aux "voltigeurs", une unité de policiers également à moto créée dans la foulée de mai 68 et dissoute en 1986, après la mort de Malik Oussekine, tué sous les coups de trois d'entre eux, en marge d'une manifestation étudiante.

Vendredi soir, le préfet de police a annoncé avoir saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) après la diffusion d'un enregistrement audio, obtenu par Le Monde et Loopsider, dans lequel on entend des policiers, présentés comme des membres de la BRAV-M, tenir des propos insultants et humiliants envers sept jeunes manifestants qu'ils venaient d'interpeller.

Le parquet de Paris a de son côté ouvert samedi une enquête judiciaire pour "violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique et menaces de crime", à la suite d'un signalement reçu dans l'après-midi.

Deux autres enquêtes judiciaires ont été ouvertes cette semaine et confiées à l'IGPN à la suite de deux plaintes visant des policiers de la BRAV-M.

La première a été déposée par une femme qui reçu un coup de matraque lundi soir de la part d'un policier casqué, alors qu'elle semblait immobile, coincée contre un mur avec d'autres personnes dans le quartier de Châtelet, selon une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux.

La seconde concerne le coup de poing asséné par un policier au visage d'un manifestant le même soir, capté par une vidéo largement relayée sur internet.

Plusieurs députés de la France Insoumise ont appelé cette semaine à la dissolution de la BRAV-M.


France: Plus de soixante migrants secourus dans la Manche

Des policiers français détenant des migrants à bord d'un bateau de la Police de l'air et des frontières (Photo, AFP).
Des policiers français détenant des migrants à bord d'un bateau de la Police de l'air et des frontières (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces opérations ont lieu quelques jours après la mise en examen de cinq militaires du Cross Gris-Nez
  • Les cinq militaires ont été été mis en examen jeudi à Paris pour non-assistance à personne en danger

LILLE: Soixante-trois personnes ont été secourues en mer durant le week-end alors qu'elles tentaient de gagner l'Angleterre à bord d'embarcations de fortune, ont indiqué dimanche soir les autorités françaises.

Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) du cap Gris-Nez a coordonné deux opérations de sauvetage dans le détroit du Pas-de-Calais dans la nuit de samedi à dimanche.

Une embarcation "ayant perdu à l'eau son moteur" a été secourue au large du Pas-de-Calais par le bateau de la Société nationale de sauvetage en mer qui a ramené sur la côte les quarante-six naufragés, précise la préfecture maritime dans un communiqué.

Un navire de soutien affrété par l'Etat depuis avril pour renforcer les opérations de recherche et sauvetage a de son côté récupéré 17 naufragés à bord d'une seconde embarcation au large de Oye-Plage.

Les autorités françaises soupçonnées

Ces opérations ont lieu quelques jours après la mise en examen de cinq militaires du Cross Gris-Nez dans l'enquête sur la mort de 27 migrants lors du naufrage de leur bateau fin 2021.

Les cinq militaires, trois femmes et deux hommes, ont été été mis en examen jeudi à Paris pour non-assistance à personne en danger, et laissés libres.

Dans ce dossier, les autorités françaises sont soupçonnées d'avoir été appelées à l'aide à une quinzaine de reprises la nuit du naufrage et de ne pas être venues en aide aux migrants.

En dépit des dangers de la traversée sur une des routes maritimes les plus empruntées au monde, les candidats à l'exil sont chaque année plus nombreux à l'emprunter.

Quelque 46.000 demandeurs d'asile ont traversé la Manche en 2022, en majorité des Afghans, des Iraniens et des Albanais et 8.000 ont été secourus dans les eaux françaises.


Retraites: tour de chauffe à l'Assemblée pour le texte d'abrogation des 64 ans

Un syndicaliste s'exprime au-dessus d'une banderole "Non aux retraites des morts" lors d'une manifestation contre l'impopulaire réforme des retraites, que le gouvernement a fait adopter par le Parlement, à Rennes le 23 mai 2023. (Photo, AFP)
Un syndicaliste s'exprime au-dessus d'une banderole "Non aux retraites des morts" lors d'une manifestation contre l'impopulaire réforme des retraites, que le gouvernement a fait adopter par le Parlement, à Rennes le 23 mai 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • La proposition de loi portée par le groupe indépendant Liot maintient la flamme des opposants à la réforme promulguée mi-avril. Une nouvelle journée de mobilisation est prévue le 6 juin
  • Le camp présidentiel veut à tout prix empêcher la proposition Liot de prospérer. Dès mercredi, en commission des Affaires sociales, il projette de le vider de sa substance

PARIS: Une "arnaque" pour les uns, l'espoir d'un "séisme politique" pour les autres: le texte d'abrogation de la retraite à 64 ans devrait donner lieu à un premier round musclé mercredi à l'Assemblée, avant son examen prévu le 8 juin dans l'hémicycle.

La proposition de loi portée par le groupe indépendant Liot maintient la flamme des opposants à la réforme promulguée mi-avril. Une nouvelle journée de mobilisation est prévue le 6 juin.

La contestation s'est invitée de façon inattendue à Cannes samedi soir, lorsque la réalisatrice Justine Triet, qui venait de recevoir la Palme d'or, a estimé que le mouvement contre la réforme avait été "nié de façon choquante" par le gouvernement.

Le camp présidentiel veut à tout prix empêcher la proposition Liot de prospérer. Dès mercredi, en commission des Affaires sociales, il projette de le vider de sa substance.

Il resterait alors l'étape du 8 juin en séance, où le rapport de force s'annonce plus favorable aux oppositions qu'en commission... si vote il y a.

"On fera tout pour que ce débat n'ait pas lieu", assume la secrétaire d'Etat Charlotte Caubel.

Le texte d'abrogation est "un manque de respect vis-à-vis des Français", tonne Elisabeth Borne, et même une "arnaque" selon des députés macronistes. Car même adopté par l'Assemblée, il n'aurait "aucune chance" d'aller au bout de son parcours parlementaire.

Mais le chef du groupe hétéroclite Liot Bertrand Pancher, et le rapporteur de son groupe Charles de Courson, restent confiants en une possible victoire le 8 juin, en fédérant les voix de la gauche, du RN et de certains LR. "Je ne vois pas comment le président Macron pourrait ne pas en tenir compte". Ce serait un "séisme politique", dit le premier.

La Première ministre a elle insisté dimanche sur Radio J: "Ce n’est pas sérieux de la part de deux parlementaires, peut-être pour un moment de gloire dans les médias, de se livrer à ce genre de tromperie vis-à-vis des Français".

Le plan de la majorité

En commission, la majorité devrait sans surprise dégainer sa principale arme pour faire barrage: l'article 40 de la Constitution.

Ce dernier dispose que les initiatives des parlementaires ne sont pas recevables si elles entraînent un alourdissement des charges publiques.

Ce texte coûte "plus de 20 milliards, c'est quand même pas une paille", lance la présidente Renaissance de la commission des Affaires Sociales, Fadila Khattabi, qui a écrit à son homologue de la commission des Finances.

La réponse d'ici mardi soir de ce dernier, l'Insoumis Eric Coquerel, ne fait guère de doute: il n'a aucune intention de bloquer la proposition de loi, refusant de mettre "à mal le droit de l'opposition", a-t-il redit dans une tribune au Monde dimanche.

Mais le camp présidentiel a échafaudé un plan pour passer outre.

Il espère dans un premier temps réussir à supprimer mercredi l'article d'abrogation des 64 ans. Ce qui obligerait Liot à réintroduire sa mesure par un amendement avant le 8 juin. Un scénario qui autoriserait la présidente de l'Assemblée à brandir elle-même le couperet de la recevabilité financière.

Yaël Braun-Pivet s'y est refusée jusqu'ici, estimant que le règlement de son institution ne lui en donnait pas le droit lors des premiers filtres de recevabilité du texte, franchis sans difficulté.

Mais la donne ne serait plus la même face à un amendement réintroduit pour la séance: "Elle n'aurait plus le choix, elle devra prendre ses responsabilités", insiste un député macroniste.

"Dans l'hémicycle, c'est moi qui suis comptable de l'application de l'article 40", a dit jeudi l'intéressée, laissant entendre qu'elle irait dans ce sens, même si elle ne goûte pas les pressions des dernières semaines.

Le camp présidentiel dispose de toutes manières d'autres armes pour s'éviter un vote, dont celle de l'"obstruction parlementaire", même si elle divise ses députés.

Dénonçant "une brutalité démocratique", la cheffe de file des députés Insoumis Mathilde Panot estime que les Français "verront à quel point ils manœuvrent".

Sur France 3 dimanche, Charles de Courson a également pointé chez les macronistes une "étrange conception de la démocratie". Si le débat était empêché, ce serait "une crise démocratique grave", a prévenu Fabien Roussel (PCF).


Immigration: le gouvernement prêt à durcir son dispositif sur les travailleurs sans papiers

Le ministre français de l'Intérieur et de l'Outre-mer, Gerald Darmanin, quitte le palais présidentiel de l'Elysée après avoir assisté au conseil des ministres hebdomadaire à Paris, le 24 mai 2023. (Photo, AFP)
Le ministre français de l'Intérieur et de l'Outre-mer, Gerald Darmanin, quitte le palais présidentiel de l'Elysée après avoir assisté au conseil des ministres hebdomadaire à Paris, le 24 mai 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • La semaine dernière, LR a dévoilé dans le Journal du Dimanche deux propositions de loi sur l'immigration, dont l'une prévoit d'inscrire dans la Constitution la possibilité de déroger aux traités et au droit européen en matière d'immigration
  • L'autre est un texte ordinaire dans lequel les Républicains excluent la régularisation des travailleurs sans-papiers des métiers en tension, considérant qu'il s'agit d'un point «non négociable»

PARIS: Le gouvernement est prêt à durcir son dispositif de régularisation des travailleurs sans papiers dans les métiers en tension pour tenter d'obtenir un compromis avec LR sur le texte immigration en souffrance depuis plusieurs mois, a-t-on appris dimanche auprès du ministère de l'Intérieur.

La semaine dernière, LR a dévoilé dans le Journal du Dimanche deux propositions de loi sur l'immigration, dont l'une prévoit d'inscrire dans la Constitution la possibilité de déroger aux traités et au droit européen en matière d'immigration.

L'autre est un texte ordinaire dans lequel les Républicains excluent la régularisation des travailleurs sans-papiers des métiers en tension, considérant qu'il s'agit d'un point "non négociable".

A ce sujet, au ministère de l'Intérieur, on a fait valoir dimanche que le gouvernement serait prêt à durcir le dispositif proposé par Gérald Darmanin.

Le dispositif actuel fixe plusieurs conditions à la régularisation: être depuis 3 ans sur le territoire français, être dans un métier en tension, ne pas faire venir sa famille, avoir travaillé depuis 18 mois dans ces métiers en tension et disposer d'une promesse d'embauche.

Selon Beauvau, le gouvernement serait prêt à porter à "5, 6 ou 7 ans" la condition de résidence, à fixer à 1,5 smic la condition de revenus, et ajouter l'obligation d'avoir un CDI.

"Nous sommes prêts à discuter pour avoir un compromis raisonnable", a-t-on commenté.