Washington, Londres et Ottawa sanctionnent l'ancien gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé

L'ancien chef de la banque centrale du Liban, Riad Salamé, a fait l'objet d'une série d'enquêtes judiciaires tant dans le pays qu'à l'étranger pour des allégations de fraude, de blanchiment d'argent et d'enrichissement illicite (AFP).
L'ancien chef de la banque centrale du Liban, Riad Salamé, a fait l'objet d'une série d'enquêtes judiciaires tant dans le pays qu'à l'étranger pour des allégations de fraude, de blanchiment d'argent et d'enrichissement illicite (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 10 août 2023

Washington, Londres et Ottawa sanctionnent l'ancien gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé

  • Le mandat de Riad Salamé s'est achevé le 31 juillet sans qu'un successeur ne lui soit trouvé, dans un pays en plein effondrement économique
  • Quatre proches de Riad Salamé sont également visés par ces sanctions, qui gèlent leurs avoirs aux Etats-Unis et leur interdisent tout commerce avec les entreprises et particuliers américains

WASHINGTON: Les Etats-Unis, avec le Canada et le Royaume-Uni, ont imposé jeudi des sanctions économiques pour corruption à l'encontre de l'ancien gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, qui a quitté son poste le 31 juillet après 30 ans à la tête de l'institution.

Le département américain au Trésor a indiqué que ses "actions corrompues et illégales ont contribué à l'effondrement de l'État de droit au Liban", selon un communiqué.

Le mandat de Riad Salamé s'est achevé le 31 juillet sans qu'un successeur ne lui soit trouvé, dans un pays en plein effondrement économique.

L'ancien gouverneur "a abusé de sa position de pouvoir, probablement en violation de la loi libanaise, pour s'enrichir et enrichir ses associés en acheminant des centaines de millions de dollars par le biais de sociétés écrans en couches pour investir dans l'immobilier européen", indique encore Washington.

Les sanctions américaines, britanniques et canadiennes visent Riad Salameh, son frère Raja Salameh et son ancienne assistante Marianne Hoayek, tandis que Washington et Londres incluent également son ancienne compagne Anna Kosakova dans leurs listes.

En outre, les États-Unis ont aussi sanctionné son fils Nady Salameh.

Ces mesures gèlent leurs avoirs dans les trois pays, leur interdisent de séjourner au Royaume-Uni et au Canada et interdisent tout commerce avec les entreprises et particuliers canadiens et américains.

En tout, 300 millions de dollars américains (272 millions d'euros) auraient ainsi été détournés de la banque centrale libanaise, précise le ministère des Affaires étrangères britannique.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré que les sanctions envoyaient un message clair selon lequel les alliés "ne toléreront pas les actes de corruption à grande échelle qui ont contribué à l’effondrement économique du Liban".

Gouverneur de la banque centrale de 1993 jusqu'à la fin du mois dernier, M. Salamé a été l'architecte d'une politique financière ayant permis au Liban de rebondir après 15 années de guerre (1975-1990).

Mais avec la plongée du pays dans une grave crise économique depuis fin 2019, beaucoup le rendent responsable, avec les dirigeants politiques auxquels il est étroitement lié, de la ruine du Liban.

M. Salamé est aussi dans le collimateur de la justice libanaise et européenne, et des enquêtes sur sa fortune en Europe sont en cours.

Un responsable de la justice libanaise a toutefois indiqué à l'AFP jeudi que l'enquête nationale sur la fortune de Riad Salamé avait été suspendue - potentiellement pour des mois ou des années - après que le juge d'instruction Charbel Abu Samra a été poursuivi par un autre juge pour avoir manqué à l'obligation d'arrêter l'ancien gouverneur.

Les audiences prévues jeudi pour l'ancienne assistante de M. Salamé, Marianne Hoayek, et son frère Raja, tous deux visés par les sanctions occidentales, ont également été reportées, a ajouté le fonctionnaire.

Un deuxième fonctionnaire de justice, proche d'Abu Samra, a déclaré que "ce qui s'est passé n'a pas d'explication".

Les deux fonctionnaires judiciaires ont requis l'anonymat car ils n'étaient pas autorisés à parler aux médias.

Riad Salamé, ancien banquier d'affaires franco-libanais, fait également l'objet de deux mandats d'arrêt émis par la France et l'Allemagne, mais le Liban n'extrade pas ses ressortissants.


Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh en Turquie ce week-end

Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera «ce week-end» le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier. (AFP)
Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera «ce week-end» le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier. (AFP)
Short Url
  • «Le leader de la cause palestinienne sera mon invité ce week-end», a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement
  • Le chef de l'Etat, qui a multiplié depuis octobre les invectives à l'égard d'Israël, a estimé que les Israéliens «ont surpassé Hitler»

ISTANBUL: Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera "ce week-end" le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier.

"Le leader de la cause palestinienne sera mon invité ce week-end", a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) à l'Assemblée.

Le chef de l'Etat n'a pas précisé le lieu de la rencontre, mais selon la chaîne de télévision privée NTV, elle aura lieu samedi au palais de Dolmabahçe, à Istanbul.

Elle intervient après que le Qatar, un des médiateurs du conflit entre Israël et le Hamas, a reconnu mercredi que les négociations visant à faire cesser les hostilités à Gaza et à libérer les otages israéliens "piétinent".

"Même s'il ne reste que moi, Tayyip Erdogan, je continuerai aussi longtemps que Dieu me donnera la vie à défendre la lutte palestinienne et à me faire la voix du peuple palestinien opprimé", a lancé le président turc, qualifiant de nouveau le Hamas de "groupe de résistance".

Le chef de l'Etat, qui a multiplié depuis octobre les invectives à l'égard d'Israël, a estimé que les Israéliens "ont surpassé Hitler" en se rendant coupables de la mort de "14.000 enfants innocents" dans la bande de Gaza.

Son dernier tête-à-tête en Turquie avec M. Haniyeh, qui est basé au Qatar, remonte à l'été 2023: le chef du Hamas avait été reçu au palais présidentiel à Ankara le 26 juillet en même temps que le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Ismaïl Haniyeh avait, depuis, rencontré en toute discrétion le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan le 2 janvier "en Turquie", selon un communiqué officiel qui ne précisait pas le lieu de ce tête-à-tête.

M. Erdogan a présenté le 10 avril ses condoléances au chef du Hamas, dont trois fils et quatre petits-enfants ont été tués dans la bande de Gaza dans une attaque revendiquée par les Israéliens.


Netanyahu dément une famine à Gaza, réitère «le droit» d'Israël «à se protéger»

 Des enfants palestiniens souffrant de malnutrition sont soignés dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024, alors que la faim est généralisée dans le territoire palestinien assiégé en raison du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo Mohammed Abed AFP)
Des enfants palestiniens souffrant de malnutrition sont soignés dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024, alors que la faim est généralisée dans le territoire palestinien assiégé en raison du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo Mohammed Abed AFP)
Short Url
  • M. Netanyahu a «récusé les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza et a affirmé qu'Israël fait tout son possible sur la question humanitaire»
  • M. Netanyahu s'est adressé à son cabinet, expliquant qu'il avait reçu «toutes sortes de suggestions et de conseils» de la part des alliés du pays depuis l'attaque iranienne

JÉRUSALEM : Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a récusé mercredi toute «allégation» de famine dans la bande de Gaza et a réitéré «le droit» d'Israël «à se protéger», lors de rencontres avec les chefs de la diplomatie britannique et allemande à Jérusalem.

«Durant ces rencontres, le Premier ministre a insisté sur le fait qu'Israël se réservait le droit de se protéger», a déclaré le gouvernement israélien dans un communiqué.

M. Netanyahu a aussi «récusé les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza et a affirmé qu'Israël fait tout son possible sur la question humanitaire».

Les ministres des Affaires étrangères britannique, David Cameron, et allemande, Annalena Baerbock, sont les premiers chefs de diplomatie étrangers à avoir fait le déplacement en Israël depuis l'attaque inédite de l'Iran contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche.

Après avoir rencontré les deux diplomates, M. Netanyahu s'est adressé à son cabinet, expliquant qu'il avait reçu «toutes sortes de suggestions et de conseils» de la part des alliés du pays depuis l'attaque iranienne.

«Toutefois, je tiens également à préciser que nous prendrons nos décisions nous-mêmes», a-t-il déclaré, selon un communiqué publié par son bureau, alors qu'Israël a dit sa détermination à faire payer l'Iran pour le tir de quelque 350 drones et missiles, dont la quasi-totalité a été interceptée.


Le vice-ministre saoudien de la Défense arrive au Pakistan pour finaliser des projets de sécurité bilatéraux

Le sous-ministre saoudien de la Défense Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi arrive à Islamabad pour une visite de deux jours afin de finaliser les accords de défense - Ministère pakistanais de la Défense. (Fournie)
Le sous-ministre saoudien de la Défense Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi arrive à Islamabad pour une visite de deux jours afin de finaliser les accords de défense - Ministère pakistanais de la Défense. (Fournie)
Short Url
  • La visite d’Al-Otaibi intervient après que le ministre saoudien des Affaires étrangères était à Islamabad pour une visite de deux jours afin de discuter des investissements
  • Le Pakistan maintient des liens militaires étroits et fournit des armes et une formation étendues aux forces armées saoudienne

ISLAMABAD : Le ministre saoudien adjoint de la Défense, Talal Bin Abdullah Bin Turki Al-Otaibi, est au Pakistan pour une visite de deux jours afin de finaliser des projets bilatéraux liés à la défense, a déclaré mercredi le ministère pakistanais de la Défense. 

La visite d’Al-Otaibi fait suite à une visite de deux jours à Islamabad du ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan Al Saud, visant à renforcer la coopération économique bilatérale et à faire avancer les accords d’investissement précédemment convenus.

« Le ministre adjoint de la Défense saoudien est arrivé au Pakistan pour une visite de deux jours », a déclaré le ministère pakistanais de la Défense, ajoutant que les projets bilatéraux dans les domaines liés à la défense seraient finalisés au cours de la visite. 

Des photos et des vidéos publiées par le ministère de la Défense montrent qu’Al-Otaibi est arrivé au Pakistan mardi soir et a été reçu par des responsables militaires et gouvernementaux pakistanais et des diplomates saoudiens, y compris l’ambassadeur à Islamabad. 

Le Pakistan entretient des liens militaires étroits avec l’Arabie saoudite, fournissant un soutien étendu, des armes et une formation aux forces armées saoudiennes. 

Depuis les années 1970, des soldats pakistanais sont stationnés en Arabie saoudite pour protéger le royaume et le Pakistan offre également une formation aux soldats et aux pilotes saoudiens. Les deux pays mènent également régulièrement des coentreprises multidimensionnelles et des exercices de défense. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com