Un lien fascinant entre les sites historiques d'AlUla et le cosmos

Les anciennes civilisations d'AlUla, situées au carrefour du commerce, communiquaient avec diverses cultures, dont beaucoup étaient fortement influencées par l'astronomie (Instagram/expériencealula).
Les anciennes civilisations d'AlUla, situées au carrefour du commerce, communiquaient avec diverses cultures, dont beaucoup étaient fortement influencées par l'astronomie (Instagram/expériencealula).
La région d'Al-Gharameel à AlUla est l’endroit idéal pour l'observation des étoiles, où l'on peut voir environ 6000 étoiles scintillantes (Photo fournie).
La région d'Al-Gharameel à AlUla est l’endroit idéal pour l'observation des étoiles, où l'on peut voir environ 6000 étoiles scintillantes (Photo fournie).
Une étude exploratoire a récemment dévoilé un lien fascinant entre les sites historiques d'AlUla et le cosmos (Photo fournie).
Une étude exploratoire a récemment dévoilé un lien fascinant entre les sites historiques d'AlUla et le cosmos (Photo fournie).
Le ciel étoilé d'AlUla dévoile le lien ancien entre l'archéologie et l'astronomie (Photo fournie).
Le ciel étoilé d'AlUla dévoile le lien ancien entre l'archéologie et l'astronomie (Photo fournie).
Les anciennes civilisations d'AlUla, situées au carrefour du commerce, communiquaient avec diverses cultures, dont beaucoup étaient fortement influencées par l'astro(Photo fournie).nomie (Photo fournie).
Les anciennes civilisations d'AlUla, situées au carrefour du commerce, communiquaient avec diverses cultures, dont beaucoup étaient fortement influencées par l'astro(Photo fournie).nomie (Photo fournie).
Short Url
Publié le Lundi 14 août 2023

Un lien fascinant entre les sites historiques d'AlUla et le cosmos

  • Majed al-Zahoufi souligne un schéma constant selon lequel les différentes civilisations qui ont prospéré à AlUla ont toutes contrôlé stratégiquement d'importantes routes commerciales
  • Dans les mois à venir, des études analytiques et statistiques élucideront davantage le lien entre les anciens royaumes arabes et l'univers

ALULA : Connue pour ses monuments historiques et ses paysages désertiques enchanteurs, AlUla a depuis longtemps captivé l'imagination de ceux qui parcourent ses anciens terrains.

Une étude révèle un lien fascinant entre les sites historiques d'AlUla et le cosmos, démontrant une ancienne connexion entre les civilisations et les étoiles qui continue d'influencer la région aujourd'hui.

MISE EN CONTEXTE

  • Une équipe de spécialistes en archéoastronomie vise à reconstituer une image complète de la façon dont le ciel d'AlUla a influencé la vision du monde des anciennes sociétés
  • À Gharameel, environ 6000 étoiles scintillantes ornent le ciel, un spectacle impressionnant rendu possible uniquement lorsque la pollution lumineuse diminue

Situés dans le nord-ouest du Royaume, les sites archéologiques d'AlUla offrent une fenêtre unique sur l'importance de l'astronomie dans l'histoire de la région. Les histoires partagées par les guides, ainsi que les preuves des anciennes civilisations, révèlent comment la voûte étoilée du vaste désert a joué un rôle central dans l’orientation des voyageurs et des caravanes commerciales, les aidant à naviguer dans les vastes étendues au fil des siècles.

Majed al-Zahoufi, un guide passionné et amateur d'astronomie, a cultivé un lien profond avec le désert. Son voyage dans le monde des étoiles a commencé il y a près d'une décennie par la lecture assidue et les observations personnelles.

Al-Zahoufi a déclaré à Arab News que son exploration de ces sujets est fermement ancrée dans la réalité et n'est pas du tout inhabituelle. S'appuyant sur sa vaste connaissance de l'histoire arabe, des civilisations et de l'astronomie, il a souligné un schéma cohérent : «Les diverses civilisations qui ont prospéré à AlUla, telles que les Dadanites, les Lihyanites, les Nabatéens et les Minéens, ont tous stratégiquement contrôlé d'importantes routes commerciales mondiales.»

ds
Les formations rocheuses de Gharameel sont composées de couches sédimentaires façonnées par d'anciens environnements marins et fluviaux (Photo fournie).

«Parmi ces routes se trouvaient les célèbres routes de l'encens utilisées par les commerçants de la région du sud d'Oman leur permettant de se rendre vers les parties nord de la péninsule arabique. Ce carrefour commercial a facilité les interactions entre diverses cultures, dont les Grecs, les Babyloniens et les Assyriens.»

Ces anciennes civilisations, positionnées au carrefour du commerce, ont communiqué avec diverses cultures, dont beaucoup ont été fortement influencées par l'astronomie. Certaines ont même adoré les étoiles.

Tout au long de l'histoire, les cultures du monde entier ont reconnu le jeu profond entre la Terre et le ciel. Les corps célestes, comme les luminaires, détenaient la clé de la navigation, déterminaient les saisons et guidaient diverses pratiques culturelles. Cette connexion entre les civilisations et le cosmos demeure évidente dans la riche toile du passé d'AlUla.

«Les diverses civilisations qui ont prospéré à AlUla, telles que les Dadanites, les Lihyanites, les Nabatéens et les Minéens, ont tous stratégiquement contrôlé d'importantes routes commerciales mondiales.» Majed al-Zahoufi, guide d'AlUla

Al-Zahoufi a déclaré : «Dans mes observations personnelles et mes lectures, je vois une relation étroite entre les Nabatéens, leurs artefacts et le ciel. De nombreuses études scientifiques valident ce lien, montrant comment les Nabatéens croyaient en l'influence des constellations.»

Cette ancienne connexion entre les civilisations et le cosmos a attiré l'attention des experts modernes. En mai, une équipe de spécialistes en archéoastronomie s'est lancée dans une étude de terrain dans l'oasis d'AlUla.

Leur objectif est de dévoiler les raisons du choix de sites spécifiques par les anciennes civilisations, de décoder la symbolique des inscriptions funéraires et de déchiffrer la perception des cultures du ciel. En analysant les détails architecturaux, les motifs décoratifs et les indications calendaires, les chercheurs visent à reconstituer une image complète de la façon dont le ciel a influencé la vision du monde de ces sociétés.

Juan Antonio Belmonte, astrophysicien de l'Institut d'astrophysique d'Espagne, a trouvé une corrélation intime entre la Terre et le ciel grâce aux données préliminaires recueillies dans une centaine de tombes nabatéennes. Dans les mois à venir, des études analytiques et statistiques élucideront davantage le lien entre les anciens royaumes arabes et l'univers.

Parmi les trésors d'AlUla se trouve la zone de Gharameel, un havre pour l'observation des étoiles - plus on s'éloigne des lumières de la ville, plus les étoiles deviennent visibles dans le ciel nocturne, a expliqué Al-Zahoufi. À Gharameel, environ 6000 étoiles scintillantes ornent le ciel, un spectacle impressionnant rendu possible uniquement lorsque la pollution lumineuse diminue.

ds
Les formations rocheuses de Gharameel sont composées de couches sédimentaires façonnées par d'anciens environnements marins et fluviaux (Photo fournie).

Pour préserver cette destination d'observation des étoiles remarquable, la Commission royale d’AlUla s'efforce activement de réduire les émissions lumineuses de la ville. Les visiteurs peuvent également partir en excursion nocturne vers la zone isolée de Gharameel pour se plonger dans les constellations sous le ciel nocturne intact d'AlUla.

L'enchantement d'AlUla s'étend également à ses merveilles géologiques. Abdallah al-Shammari, géologue saoudien, a expliqué que les formations rocheuses uniques de Gharameel sont composées de couches sédimentaires façonnées par des environnements marins et fluviaux anciens.

«La sédimentation a commencé dans cette formation à la fin de l'ère cambrienne et au début de l'ère ordovicienne (l'ère paléozoïque) qui se situe il y a près de 470 et 500 millions d'années», a déclaré Al-Shammari.

Il a également souligné que ces merveilles géologiques reflètent des formations similaires à travers le monde, du plateau d'Ennedi au Tchad au désert d'Arabie saoudite.

Les étoiles, tissées dans la culture arabe, servent d'inspiration poétique et de repères culturels, encapsulant la relation durable entre l'homme et le cosmos. Dans l'enchantement de l'histoire d'AlUla, l'archéologie et l'astronomie dansent ensemble, révélant une histoire qui transcende le temps.

Al-Zahoufi a ajouté : «L'astronomie n'est pas seulement une entreprise scientifique ; elle détient un merveilleux privilège pour dévoiler les mystères du ciel, guider les pratiques agricoles et même influencer les arts.»

«Les Arabes ont également incarné l'astronomie dans la poésie arabe en louant leurs rois, en flirtant avec leur bien-aimée à travers les étoiles, les étoiles étant une culture authentique pour les Arabes et un moyen de divertissement.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Sofia Carson en robe Elie Saab sur le tapis rouge

 Sofia Carson éblouit dans une robe Elie Saab sur le tapis rouge. (AFP)
Sofia Carson éblouit dans une robe Elie Saab sur le tapis rouge. (AFP)
Short Url
  • Conseillée par Erin Walsh, Sofia Carson a pris la pose sur le tapis rouge, vêtue d’une jupe drapée et des ornements sur le décolleté
  • À la fin de 2023, l'actrice était élégamment vêtue d’une robe Zuhair Murad lors de la 2e édition de l'événement annuel Cam for a Cause

DUBAÏ: L'actrice américaine Sofia Carson a fait le choix d’une robe du créateur libanais Elie Saab lors de la cérémonie de clôture du 77e festival de Cannes.

La star, qui a déjà arboré des marques libanaises sur de nombreux tapis rouges dans le passé, a opté pour un ensemble aux tons olive de la collection couture printemps/été 2024 du créateur.

Conseillée par Erin Walsh, Sofia Carson a pris la pose sur le tapis rouge, vêtue d’une jupe drapée et des ornements sur le décolleté.

Cette dernière apparition sur le tapis rouge témoigne de l’engouement de Sofia Carson pour les couturiers libanais. En 2022, l'actrice de Purple Hearts a été aperçue à New York portant un ensemble signé Zuhair Murad. Elle a assisté au Global Citizen Festival dans un ensemble coordonné de la collection Resort 2023 de Zuhair Murad. La tenue comprenait un haut court et une minijupe assortie de cuissardes en cuir.

À la fin de 2023, l'actrice était élégamment vêtue d’une robe Zuhair Murad lors de la 2e édition de l'événement annuel Cam for a Cause, en mémoire de son ancien partenaire Cameron Boyce, décédé à l'âge de 20 ans des suites d'une crise d'épilepsie.

En 2024, le festival de Cannes, désormais terminé, a vu défiler plusieurs tenues créées par des designers arabes.

carson
La styliste saoudienne Eman al-Ajlan a habillé Leomie Anderson. (Getty Images).

La styliste saoudienne Eman al-Ajlan a habillé la mannequin et présentatrice de télévision britannique Leomie Anderson lors du gala 2024 de l'Amfar à Cannes. La tenue se composait d'une minirobe avec une jupe en filet ajustée en dessous.

Plusieurs célébrités ont également opté pour des créations de Zuhair Murad lors de cet événement prestigieux. Parmi elles, on compte la mannequin allemande Toni Garrn, la commentatrice sportive Alex Scott et la mannequin brésilienne Thayna Soares.

La mannequin allemande Kim Dammer a, quant à elle, ébloui le tapis rouge dans une robe noire glamour à col licou, brodée de formes géométriques par le couturier libanais Rami Kadi. L'actrice turque Hande Ercel a arboré une robe noire ornée de perles rouges et bleues, une création du designer libanais Nicolas Jebran.

L'actrice égyptienne Yasmine Sabri a également fait sensation avec une robe argentée éblouissante du créateur libanais Jean Pierre Khoury. La robe était ornée de milliers de perles scintillantes, cousues à la main sur une silhouette corsetée, selon la maison de couture.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Réapparition de deux tableaux mystérieusement disparus du Kunsthaus de Zurich

Une photo prise le 14 mars 2023 montre "Le garçon au gilet rouge", 1888, un chef-d'œuvre de Paul Cézanne, faisant partie de la collection Emil Buhrle exposée au Kunsthaus de Zurich (Photo, AFP).
Une photo prise le 14 mars 2023 montre "Le garçon au gilet rouge", 1888, un chef-d'œuvre de Paul Cézanne, faisant partie de la collection Emil Buhrle exposée au Kunsthaus de Zurich (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces deux petit formats - qui sont des prêts permanents de collectionneurs privés - avaient été décrochés en même temps que près de 700 autres œuvres afin d'être nettoyés
  • Le mystère de la réapparition reste entier

GENEVE: Deux tableaux qui avaient mystérieusement disparu du Kunsthaus de Zurich, un musée doté de l'une des collections d'art les plus prestigieuses de toute la Suisse, sont réapparus dans des circonstances encore floues, a annoncé le musée dimanche.

Les deux œuvres "ont refait surface en bon état et pourront bientôt de nouveau être exposées parmi les collections", souligne le musée.

Début 2023, le Kunsthaus avait perdu la trace des deux tableaux, encadrés et sous verre: un Robert van den Hoecke du milieu du XVIIe siècle dépeignant des soldats dans leur campement, et une nature morte au vase de fleurs de Dirck de Bray datant de 1673.

Ces deux petit formats - qui sont des prêts permanents de collectionneurs privés - avaient été décrochés en même temps que près de 700 autres œuvres afin d'être nettoyés et restaurés par les services du musée, où un incendie avait éclaté dans la nuit du 2 au 3 août 2022.

L'affaire avait fait du bruit et inquiété, d'autant que près des trois quarts de la collection de peintures et de sculptures sont des dons de particuliers ou des prêts permanents.

"Après examen des tableaux par le service de restauration du Kunsthaus, on a pu constater que l’état des deux tableaux est bon", a souligné l'établissement.

Mystère 

Le mystère de la réapparition reste entier, le Kunsthaus précisant qu'en raison de l'enquête de la police en cours, "aucune autre information ne peut être fournie pour le moment".

Ann Demeester, la directrice du musée, et Philipp Hildebrand, président de la société d'art du Kunsthaus Zurich, se sont dits "extrêmement heureux d'avoir retrouvé ces deux précieux tableaux" et ont souligné que "la joie du propriétaire privé et de sa famille est aussi très grande".

Aucune autre pièce parmi toutes celles décrochées après l'incendie ne manquait à l'inventaire minutieux qui avait été réalisé.

Le musée avait aussi fait inscrire les deux tableaux dans l'Art Loss Register, la plus grande base de données au monde d’œuvres d'art perdues et volées.

Selon le site internet du musée, les collections du Kunsthaus comptent près de 4.000 peintures et sculptures et 95.000 œuvres graphiques, qui s'étendent du XIIIe siècle à nos jours. Environ 1.000 œuvres sont exposées en permanence.

Le musée dispose notamment d'un vaste ensemble d'Edward Munch et d'Alberto Giacometti.


Les Journées franco saoudiennes de la mode : de belles perspectives pour les créateurs saoudiens

Journées franco-saoudienne de la mode (Loai Al Kelawi )
Journées franco-saoudienne de la mode (Loai Al Kelawi )
Résidence de création du futur Jax District, Dirriyah (Loai Al Kelawy)
Résidence de création du futur Jax District, Dirriyah (Loai Al Kelawy)
Short Url
  • Deux journées dédiées exclusivement à la mode et dont l’objectif est de mettre en relief l’expertise française en matière de mode auprès des professionnels saoudiens.
  • Burak Çakmak a déclaré : « La Commission saoudienne de la mode ne ménage pas ses efforts pour soutenir les créateurs locaux et leur offrir des opportunités et des initiatives leur permettant d'atteindre un public mondial. »

RIYAD : L’ambassade de France, l’Alliance française d’Arabie et la Commission saoudienne de la mode organisent pour la deuxième année consécutive les journées franco-saoudienne de la mode ou le « French Saudi fashion days » dans le cadre des cérémonies du Mois de l’Europe du 25 au 26 juin au sein des locaux de « Future Creative Residence » à JAX District à Riyad.

Dans son allocution d’ouverture, l’ambassadeur français, Mr. Ludovic Pouille a déclaré : « Je suis heureux de participer à cette seconde édition des journées franco saoudienne de la mode.  Cette continuité prouve d’une part l’excellence des relations franco-saoudiennes en général et d’établir d’autre part une stratégie commune de coopération pour développer et promouvoir l’industrie de la mode. Il est impossible de parler de mode sans évoquer la France, ses couturiers, ses créateurs et ses marques de renommée mondiale qui font la notoriété et la fierté de la France.

Ludovic Pouille ambassadeur de France en Arabie saoudite)LoaiAl Kelawy)
 Journées franco-saoudienne de la mode

Deux journées dédiées exclusivement à la mode et dont l’objectif est de mettre en relief l’expertise française en matière de mode auprès des professionnels saoudiens afin d’établir ensemble des relations de coopération durables dans la réalisation de projets communs.

Les experts français sont ici pour présenter des conférences, mais aussi proposer des ateliers de travail avec des designers saoudiens qui ont l’opportunité de présenter leur collection et d’échanger en termes de formation. »

Depuis sa création et dans le cadre de l’initiative Vision 2030, la commission saoudienne de la mode cherche à promouvoir l’éducation et la créativité dans l’industrie de la mode, à soutenir le développement de produits et à accroître la localisation de la chaîne de fabrication et d’approvisionnement.

Panel Actualités de la mode, nouveaux enjeux, nouvelles tendances, marques émergentes, par Giovanna Casimiro, Professeur à l'IFM et Hans de Foer, Directeur du programme « Savoir Faire » à l'IFM.
Panel Actualités de la mode, nouveaux enjeux, nouvelles tendances, marques émergentes, par Giovanna Casimiro, Professeur à l'IFM et Hans de Foer, Directeur du programme « Savoir Faire » à l'IFM.
 

Burak Çakmak, directeur général de la commission a confié à Arab News en français : « L'idée des journées de la mode était de donner un aperçu de ce qui se passe dans le domaine de la mode en Arabie Saoudite, mais aussi de faire venir de nouveaux experts de France qui peuvent vraiment partager leurs connaissances, mais apprendre aussi ce qui se déroule en Arabie Saoudite.

Depuis l'année dernière, beaucoup de choses nouvelles se sont produites dans le pays. Nous nous appuyons donc sur les décisions initiales de l'année dernière, mais nous sommes allés plus loin au cours de l'année écoulée.

Nous nous sommes beaucoup engagés dans les formations de l'Institut français de la mode qui se déroulent en France et en Arabie Saoudite. Et comme vous pouvez le voir, certains des professeurs qui ont enseigné les talents saoudiens participent également à ces journées et soutiennent le programme proposé dans le cadre de cet événement de deux jours. »

 l’ambassadeur de France a affirmé: «La France est un partenaire naturel puisque nous sommes le pays de la mode par excellence» (Photo, fournie).
 L’ambassadeur de France a affirmé: «La France est un partenaire naturel puisque nous sommes le pays de la mode par excellence» (Photo, fournie).

« Nous allons approfondir certains des ateliers clés liés à la construction d’une marque, comprendre les éléments fondamentaux de ce que cela signifie de construire une entreprise de luxe et aussi s'engager avec les designers saoudiens qui ont déjà été à Paris plusieurs fois faire des semaines de la mode, Nous avons assisté à la Semaine de la mode ici à Riyad.

Il s'agit donc de pouvoir partager leurs connaissances et leurs expériences avec les créateurs saoudiens qui ont envie de faire partie de l'avenir de la mode saoudienne, d’établir des relations avec des entreprises françaises de la mode, avec les nouveaux créateurs pour augmenter le nombre de personnes qui entrent dans ce secteur dans le pays. » a-t-il expliqué.  

Burak Çakmak, directeur général de la commission saoudienne de la mode et Giovanna Caimiro professeure à l'IFM (Loai Al Kelawy)​   ​
Burak Çakmak, directeur général de la commission saoudienne de la mode et Giovana Casimiro, professeure à l’IFM (Loai Al Kelawy)  

La Commission saoudienne de la mode est totalement déterminée à montrer au monde ce qu’est la mode saoudienne. Les designers saoudiens ont l’occasion de côtoyer et de s’engager avec des experts français considérés mondialement comme leaders et partenaires incontestables dans le domaine de la mode.

La commission accorde une grande importance à la formation et établit des programmes de qualité élaborés avec le soutien de l’Institut francais de la mode contribuant ainsi à préparer les créateurs et à perfectionner leurs compétences.

À ce propos, Burak Çakmak a annoncé : « La Fashion Commission travaille avec les talents saoudiens depuis déjà trois ans. Évidemment, notre programme phare Saudi 100, c’était le point de départ et nous en sommes à notre troisième édition, et c’est en fait notre principal programme d’incubation pour tous les talents prêts à construire une entreprise.

De plus, nous offrons beaucoup de programmes de formation sur le terrain. Nous avons fait beaucoup de cours courts et des programmes plus longs, mais aussi des formations techniques professionnelles telles que le savoir-faire, nous l’avons déjà fait, notre première classe a été très réussie en France et nous avons commencé à investir dans les programmes pour cadres.

Journées franco-saoudienne de la mode 25 et 25 mai 2024 (Loai Al Kelawy)
les journées franco-saoudienne de la mode

Ainsi, nous avons envoyé plusieurs de nos principaux propriétaires de marques à Paris pour étudier le programme exécutif sur la gestion d’entreprise de luxe. Nous voulons continuer à apporter des connaissances sur la façon de construire des entreprises de luxe, mais aussi éduquer sur les connaissances techniques, sur la façon de faire de beaux produits.

Nous allons ajouter des éléments qui sont encore plus nécessaires, axés sur le style ainsi que la photographie de mode et se spécialiser afin de répondre aux besoins du secteur dans le pays. »

Durant ces deux journées, des experts saoudiens et français de la mode ont animé des panels de discussion, des ateliers sur le savoir-faire et le luxe, le patrimoine et l’environnement. Ils ont également abordé leurs points de vue respectifs sur l’impact de l’écosystème de la mode.