Le cas du Liban n’est pas désespéré, affirme le tsar de la sécurité énergétique américaine

Des militaires à la retraite tentent d'enlever la barricade de fil barbelé devant la banque centrale du Liban lors d'une manifestation réclamant l'ajustement de leurs pensions à l'inflation, à Beyrouth, le 30 mars 2023 (Photo, AFP).
Des militaires à la retraite tentent d'enlever la barricade de fil barbelé devant la banque centrale du Liban lors d'une manifestation réclamant l'ajustement de leurs pensions à l'inflation, à Beyrouth, le 30 mars 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 21 septembre 2023

Le cas du Liban n’est pas désespéré, affirme le tsar de la sécurité énergétique américaine

  • Pour Amos Hochstein : «Si le programme des réformes est abordé, je pense que le Liban pourra aller plus loin»
  • Hochstein s'est rendu au Liban au mois d'août afin de comprendre les possibilités de poursuivre les négociations avec Israël

NEW YORK: Le Liban «n'a pas besoin d'être le cas économique désespéré qu'il est», la culture d'entreprise du pays touché par la crise offrant une voie vers l'avenir, a signalé mercredi le tsar de la sécurité énergétique du président américain.

«Les Libanais dirigent des entreprises dans tous les pays de la planète», a indiqué Amos Hochstein. «Où que vous alliez, il y a des entrepreneurs, des médecins, des PDG et des financiers libanais. Mais ils doivent quitter le Liban pour le faire.»

Hochstein, assistant adjoint et conseiller principal du président pour l'énergie et l'investissement, s'exprimait lors du premier Sommet mondial du Moyen-Orient à New York, auquel Arab News a assisté.

Le lieutenant-général Douglas Lute, ancien représentant permanent des États-Unis auprès de l'Otan, a servi de modérateur pour la discussion informelle avec Hochstein.

Le tsar de la sécurité énergétique a été le principal négociateur d'un accord maritime entre le Liban et Israël à la fin de l'année 2022, qui a abouti à une résolution divisant les champs gaziers de Cana et de Karish, qui font l'objet d'un litige, entre les deux pays.

Lute a demandé à Hochstein si cet accord pouvait servir de catalyseur pour de nouvelles négociations et des relations plus étroites.

«Tout le monde m’a dit que ce n'était pas possible. Je reconnais aux deux pays le mérite d'avoir su s'éloigner des pessimistes et de l'avoir fait», a déclaré Hochstein.

«Nous devrions toujours créer des précédents. L’accord devrait être un précédent pour d'autres choses que nous pouvons faire», a-t-il ajouté.

Hochstein s'est rendu au Liban à la fin du mois d'août pour «jauger la situation» et comprendre le potentiel de nouvelles négociations avec Israël, que les États-Unis ont encouragé dans toute la région.

Corridor économique

Il s'est également rendu en Arabie saoudite en juin, dans le cadre d'une initiative américaine visant à encourager la normalisation avec Israël.

Il a déclaré qu'il est «impératif» que le Liban «fasse preuve de civilité» afin que les entreprises internationales puissent opérer en toute sécurité dans le pays.

«Après dix ans de discussions sur les raisons pour lesquelles le Liban est le seul pays méditerranéen sans exploration gazière – et tout le monde avait l'impression de se répéter: “C'est parce que les entreprises multimilliardaires n'investissent pas dans des zones qui pourraient devenir des zones de guerre”.»

Mais Hochstein a insisté: «Nous pouvons régler le conflit. Aujourd'hui, la situation est sûre. Il y a déjà d'autres intérêts, il y a déjà des créations d'emplois et il y a déjà des investissements au Liban.

«Tel est le message. Le Liban n'a pas besoin d'être le cas économique désespéré qu'il est. J'utilise des mots durs, mais il faut que quelqu'un se réveille, et beaucoup de gens au Liban doivent se réveiller et dire: “C'est un désastre”. Si le programme des réformes est mis en œuvre, je pense que le Liban pourra aller très loin.»

Hochstein a été interrogé sur la récente signature d'un accord entre les États-Unis, l'UE et d'autres pays, dont l'Arabie saoudite, en vue de la création d'un corridor économique et numérique de la région indopacifique à l'Europe.

Il a indiqué: «Les ports de l'Inde seront reliés aux Émirats arabes unis, puis au nord via l'Arabie saoudite, et enfin à la Grèce par voie ferrée.»

Hochstein a fait l'éloge de la proposition, la jugeant très efficace et permettant de «faire acheminer les marchandises beaucoup plus rapidement» à travers le monde entier.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: 70 Palestiniens tués à Khan Younès selon le Hamas, des milliers fuient

Au moins 70 Palestiniens ont été tués et plus de 200 blessés dans des "attaques de l'occupation israélienne dans le gouvernorat de Khan Younès depuis ce matin et jusqu'à maintenant", a indiqué le ministère de la Santé du gouvernement dirigé par le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007. (AFP)
Au moins 70 Palestiniens ont été tués et plus de 200 blessés dans des "attaques de l'occupation israélienne dans le gouvernorat de Khan Younès depuis ce matin et jusqu'à maintenant", a indiqué le ministère de la Santé du gouvernement dirigé par le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007. (AFP)
Short Url
  • Au moins 70 Palestiniens ont été tués et plus de 200 blessés dans des "attaques de l'occupation israélienne dans le gouvernorat de Khan Younès depuis ce matin et jusqu'à maintenant"
  • Devant l'hôpital Nasser de Khan Younès où morts et blessés ont été transportés, des scènes déchirantes ont lieu sous le regard impuissant des soignants

TERRITOIRES PALESTINIENS: Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé lundi que 70 Palestiniens avaient été tués dans des opérations israéliennes à Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza, d'où des milliers de personnes ont fui dans la panique après un ordre d'évacuation militaire.

Alors que la guerre entre Israël et le Hamas palestinien ne connaît pas de répit, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est arrivé lundi à Washington où il doit prononcer mercredi un discours devant le Congrès.

Il doit également rencontrer Joe Biden jeudi, a indiqué lundi à l'AFP un haut responsable américain.

Le président des Etats-Unis s'est engagé lundi à "continuer à travailler pour mettre fin à la guerre à Gaza". Sa vice-présidente Kamala Harris, pressentie pour obtenir l'investiture du Parti démocrate à la présidentielle de novembre, rencontrera elle aussi Benjamin Netanyahu "cette semaine" à Washington, selon ses services.

En quittant Israël lundi, le Premier ministre israélien a estimé que sa visite était "très importante" à un moment de "grande incertitude politique", après la décision de Joe Biden de ne pas se représenter à l'élection de novembre.

Principal allié et soutien militaire d'Israël, l'administration Biden s'était agacée ces derniers mois des conséquences de la riposte israélienne à l'attaque menée le 7 octobre en Israël par le Hamas palestinien, qui a déclenché la guerre à Gaza, insistant sur la protection des civils et l'entrée de l'aide humanitaire.

Dans la bande de Gaza, dévastée et assiégée par Israël depuis plus de neuf mois, l'offensive israélienne se poursuit contre le mouvement islamiste Hamas et d'autres groupes palestiniens, notamment dans des régions dont l'armée avait annoncé auparavant avoir repris le contrôle.

Au moins 70 Palestiniens ont été tués et plus de 200 blessés dans des "attaques de l'occupation israélienne dans le gouvernorat de Khan Younès depuis ce matin et jusqu'à maintenant", a indiqué le ministère de la Santé du gouvernement dirigé par le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007.

Contactée par l'AFP, l'armée n'a pas réagi dans l'immédiat. Mais dans un communiqué, elle a affirmé que son aviation et ses chars "avaient bombardé et éliminé des terroristes dans la région".

Devant l'hôpital Nasser de Khan Younès où morts et blessés ont été transportés, des scènes déchirantes ont lieu sous le regard impuissant des soignants: un homme brandit le cadavre d'un bébé en hurlant, une femme effondrée sous le chagrin se frappe la tête, des gens couverts de sang au regard hagard.


Cisjordanie: une offensive de l'armée israélienne fait cinq morts

Plusieurs responsables palestiniens ont indiqué à l'AFP que cinq Palestiniens parmi lesquels une mère et sa fille avaient été tués mardi lors d'un raid de l'armée israélienne sur un camp de réfugiés de Tulkarem, en Cisjordanie occupée. (AFP)
Plusieurs responsables palestiniens ont indiqué à l'AFP que cinq Palestiniens parmi lesquels une mère et sa fille avaient été tués mardi lors d'un raid de l'armée israélienne sur un camp de réfugiés de Tulkarem, en Cisjordanie occupée. (AFP)
Short Url
  • Parmi les victimes figurent une femme et sa fille qui travaillaient bénévolement pour des services de secours locaux
  • Le Croissant-Rouge palestinien avait fait savoir dès 02H00 mardi que ses équipes avaient pris en charge un homme blessé par balle. Il a ensuite indiqué avoir pris en charge puis transporté à l'hôpital trois femmes

TULKAREM: Plusieurs responsables palestiniens ont indiqué à l'AFP que cinq Palestiniens parmi lesquels une mère et sa fille avaient été tués mardi lors d'un raid de l'armée israélienne sur un camp de réfugiés de Tulkarem, en Cisjordanie occupée.

Les forces israéliennes ont investi ce camp au petit matin et tué cinq personnes, ont affirmé plusieurs sources au sein du camp de Tulkarem, ville située à l'extrémité ouest de la Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967.

Parmi les victimes figurent une femme et sa fille qui travaillaient bénévolement pour des services de secours locaux, a affirmé à l'AFP Faisal Salamah, un responsable de ce camp de réfugiés.

Selon cette source, l'armée israélienne, qui est entrée dans le camp "à la première heure" mardi, a aussi tué "trois jeunes".

L'armée israélienne n'a pas répondu dans l'immédiat aux sollicitations de l'AFP.

Le Croissant-Rouge palestinien avait fait savoir dès 02H00 mardi que ses équipes avaient pris en charge un homme blessé par balle. Il a ensuite indiqué avoir pris en charge puis transporté à l'hôpital trois femmes dont une "blessée à l'oeil par un éclat d'obus" dans le camp de Tulkarem.

L'agence officielle palestinienne Wafa a quant à elle évoqué une "attaque au drone" israélienne accompagnée d'une incursion de 25 véhicules militaires et de nombreux bulldozers, qui ont "pris d'assaut" le camp avant de commencer à le "détruire" et à le "vandaliser".

La guerre dans la bande de Gaza a entraîné une intensification des violences en Cisjordanie occupée.

Depuis le 7 octobre, au moins 579 Palestiniens y ont été tués par des soldats ou colons israéliens, selon les autorités palestiniennes. Au moins 16 Israéliens sont morts dans des attaques ou attentats palestiniens, d'après des données officielles israéliennes.


Lourdes peines de prison pour des Bangladais arrêtés aux Emirats

Short Url
  • L'agence de presse officielle émiratie WAM a indiqué que parmi les Bangladais arrêtés, trois ont été condamnés à la prison à vie, 53 autres à 10 ans de prison chacun et un à 11 ans
  • Les accusés condamnés lundi s'étaient "rassemblés et avaient incité à l'émeute dans plusieurs rues des Emirats arabes unis vendredi", a indiqué WAM

DUBAI: Les Emirats arabes unis ont prononcé des lourdes peines de prison, dont trois à vie, contre 57 Bangladais accusés d'avoir protesté contre leur gouvernement sur le territoire émirati, où les manifestations sont interdites, a rapporté lundi un média d'Etat.

L'agence de presse officielle émiratie WAM a indiqué que parmi les Bangladais arrêtés, trois ont été condamnés à la prison à vie, 53 autres à 10 ans de prison chacun et un à 11 ans.

Des manifestations ont lieu au Bangladesh pour protester contre un système de quotas pour les emplois de la fonction publique qui, selon ses critiques, profite aux partisans de la Première ministre Sheikh Hasina, qui dirige le pays depuis 15 ans.

Les marches ont dégénéré la semaine dernière en troubles qui ont fait plus de 163 morts. Plus de 500 personnes, dont certains dirigeants de l'opposition, ont été arrêtées à Dhaka depuis le début des violences, selon la police.

Les accusés condamnés lundi s'étaient "rassemblés et avaient incité à l'émeute dans plusieurs rues des Emirats arabes unis vendredi", a indiqué WAM, ajoutant qu'ils seraient expulsés une fois qu'ils auraient purgé leurs peines.

Les accusations font suite à une enquête expéditive qui a été ordonnée vendredi, et les peines ont été prononcées par un tribunal fédéral d'Abou Dhabi, selon WAM.

Les Emirats arabes unis sont une fédération de sept membres, peuplée principalement d'étrangers, dont beaucoup d'Asie du Sud, qui travaillent comme ouvriers.

Selon le ministère émirati des Affaires étrangères, les Bangladais constituent le troisième groupe d'expatriés dans le pays, après les Pakistanais et les Indiens.