Le Nord doit écouter le Sud, déclare l'ancien président slovène Danilo Turk à Arab News

Danilo Turk est l'ancien président de la Slovénie et l'actuel président du Club de Madrid (Photo, Arab News).
Danilo Turk est l'ancien président de la Slovénie et l'actuel président du Club de Madrid (Photo, Arab News).
Short Url
Publié le Mardi 26 septembre 2023

Le Nord doit écouter le Sud, déclare l'ancien président slovène Danilo Turk à Arab News

  • L'impasse diplomatique entre l'Occident et la Russie au sujet de l'Ukraine est un obstacle majeur au progrès, selon M. Turk
  • Le président du Club de Madrid salue la prise de conscience par l'Arabie saoudite de «sa responsabilité mondiale croissante»

NEW YORK: Alors que le monde est confronté à des défis allant du développement durable au changement climatique en passant par les conflits, l'attention se porte de plus en plus sur l'évolution du multilatéralisme, sur le rôle des puissances émergentes et sur l'impératif de coopération sur des questions telles que les migrations et les droits de l'homme.

En marge de la 78e session de l'Assemblée générale des Nations unies, Danilo Turk, ancien président de la Slovénie et actuel président du Club de Madrid, une organisation regroupant d'anciens chefs d'État ou de gouvernement du monde entier, livre à Arab News son point de vue sur certaines des grandes questions du moment.  

L'ONU est un lieu de prédilection pour M. Turk, qui a été le premier ambassadeur de son pays auprès des Nations unies. C'est en tant que président du Club de Madrid qu'il effectue sa visite la plus récente.

Cette organisation, qui représente 126 anciens dirigeants de 73 pays, entretient des liens étroits avec les Nations unies, nombre de ses membres ayant servi d'envoyés spéciaux du secrétaire général de l'ONU.

Selon M. Turk, l'ONU est en pleine transformation, s'agrandit et se diversifie, impliquant non seulement les États membres, mais aussi un large éventail d'acteurs mondiaux. Selon lui, une visite à l'ONU aujourd'hui est révélatrice d'un monde complexe qui se rassemble et cherche des solutions aux défis mondiaux.

L'une des principales priorités de M. Turk et de Club de Madrid pour l'Assemblée générale des Nations unies est de mettre l'accent sur les objectifs de développement durable, en insistant particulièrement sur le développement social.

«Les objectifs de développement durable ne concernent pas seulement l'environnement, si je puis m'exprimer ainsi. Il s'agit de toute la transformation des sociétés, de nouveaux modèles de développement social. Nous devons commencer à en discuter très sérieusement», a-t-il déclaré.

Réunion de chefs d'État et de gouvernement au siège de l'ONU à New York (Photo, AFP).

Une déclaration politique solide sur les objectifs de développement durable adoptée la semaine dernière par les États membres a souligné la nécessité d'intensifier les efforts en vue du Sommet pour l'avenir de l'année prochaine et du Sommet social mondial de 2025.

Ces rencontres, conçues et promues par le Club de Madrid, dont le chef de l'ONU Antonio Guterres est membre, servent de plateformes vitales pour consolider les stratégies et les approches des modèles de développement, «en mesurant le développement social d'une manière plus complète, en donnant un espace approprié aux femmes pour qu'elles jouent un rôle à part entière dans le processus de développement social et en définissant plus clairement d'autres priorités».

M. Turk a décrit la conférence qui doit se tenir au Brésil en novembre comme une étape cruciale dans l'élaboration de cette approche. Le financement de ces efforts représente un défi, c'est pourquoi M. Turk a souligné la nécessité d'aligner les ressources financières sur les priorités du développement social.

«Les financements publics et privés devraient être combinés de manière novatrice», a-t-il affirmé. «Le financement privé devrait être renforcé. Mais d'un autre côté, les finances publiques doivent prendre davantage de risques que jusqu'à présent.»

Le thème principal de l'Assemblée générale de cette année est le multilatéralisme, un concept qui a suscité des débats sur sa viabilité et sa pertinence. Certains cercles diplomatiques de l'ONU répètent souvent qu'avec la prolifération des conflits et l'aggravation des inégalités, le système multilatéral est devenu dysfonctionnel, voire complètement obsolète, tandis que ses partisans continuent à défendre sa pertinence.

La conclusion du traité international pour la protection de la haute-mer (BBNJ), un ajout important à l'architecture internationale sur le droit de la mer, et l'inclusion des pertes et dommages dans l'accord de la COP27, qui vise à fournir une assistance financière aux nations les plus pauvres pour les aider à faire face aux risques liés au changement climatique, sont deux exemples de réussite qui démontrent que le multilatéralisme peut effectivement produire des résultats, selon ses défenseurs.

M. Turk reconnaît les «changements et transformations très importants» que connaît le paysage mondial. Il note que le monde n'est plus unipolaire. La période libérale unipolaire touchant à sa fin, un nouveau monde multipolaire prend forme, introduisant des complexités dans la dynamique mondiale.

« Le monde n'est plus sous la domination de la période libérale et unipolaire. Celle-ci a changé. Aujourd'hui, un nouveau monde multipolaire est en train d'émerger, et on ne sait pas encore très bien à quoi ressembleront les relations entre les nouveaux centres de pouvoir dans le monde. Bien sûr, ces nouveaux centres ont toujours existé, mais ils n'ont pas eu le rôle critique qu'ils assument aujourd'hui, dans le contexte des Brics, par exemple», a-t-il déclaré.

Alors que les relations entre ces nouveaux centres de pouvoir évoluent, une diplomatie patiente reste essentielle pour éviter les crises, a averti M. Turk.

«Nous devons être (très) patients car cela ne se fera pas du jour au lendemain. Mais nous devons aussi être attentifs, car les choses peuvent devenir incontrôlables», a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, les cadres multilatéraux, y compris les Nations unies, restent précieux parce qu'ils offrent un espace de rassemblement crucial pour les peuples du monde entier, a indiqué M. Turk.

«Les Nations unies sont un merveilleux lieu de rencontre, un lieu où tout le monde vient, un lieu où tout le monde peut se rencontrer, un lieu où des éclaircissements peuvent être apportés de manière informelle et discrète dans le bâtiment des Nations unies et ailleurs. C'est ce que la charte des Nations unies a demandé aux Nations unies d'être. Et c'est la fonction que les Nations unies remplissent.»

«Je ne suis donc pas excessivement pessimiste. Je suis inquiet, mais je ne suis pas pessimiste.»

Alors que les relations entre ces nouveaux centres de pouvoir évoluent, la diplomatie patiente reste la clé pour éviter les crises, estime M. Turk (Photo, AFP/AP).

L'Agenda 2030 pour le développement durable a marqué une étape importante en tant que première stratégie mondiale de développement entièrement négociée, officiellement adoptée à la fois par le Sud et le monde développé. Il a été largement célébré comme l'aube d'une nouvelle ère de collaboration en matière de développement.

Malgré des progrès significatifs en matière de développement à l'échelle mondiale, qui ont permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté absolue, les Nations unies affirment que l'inégalité entre les pays les plus riches et les plus pauvres se creuse, une anomalie qui a été particulièrement mise en évidence lors de l'Assemblée générale des Nations unies de cette année, où il est devenu évident que le Sud et le Nord abordent les questions en adoptant des positions diamétralement opposées.

Réfléchissant à la dynamique entre le monde développé et le monde en développement, M. Turk a déclaré: «Le problème est, comme il l'a toujours été, toute la question de la compréhension du développement.»

«Vous savez, les inégalités entre les États se creusent. La marge de manœuvre fiscale est réduite dans une grande partie du monde en développement. Le problème des migrations est devenu incontrôlable. Aucun de ces problèmes n'est nouveau. Ils ont tous existé auparavant. Ce qu'il faut maintenant, c'est une sorte d'effort renouvelé. Les Nations unies offrent (non seulement) un bon cadre institutionnel, mais aussi une plateforme pour la recherche de solutions», a-t-il ajouté.

Se référant au groupe du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud (Brics), M. Turk a indiqué: «Je suis très encouragé par l'émergence d'initiatives, par le fait que les Brics deviennent de plus en plus – je ne devrais pas dire assertifs – certainement plus imaginatifs...»

«En bref, l'ordre du jour n'est pas du tout nouveau. La configuration du pouvoir et du potentiel des nouveaux acteurs est là, et elle devra se refléter dans les solutions.»

EN BREF

  • Danilo Turk a salué la prise de conscience par l'Arabie saoudite de «sa responsabilité croissante et de sa responsabilité mondiale» comme étant «bonne pour le monde».
  • Le Club de Madrid est composé de 126 membres issus de 73 pays.

«Autrefois, nous avions le G77 et ce type de dialogue Nord-Sud, qui s'apparentait à un bloc. Aujourd'hui, ce dialogue est beaucoup plus diversifié, beaucoup plus inventif et beaucoup plus, je dirais, prometteur. Et le Nord doit écouter. Je pense que le problème est que le Nord n'a pas l'habitude d'écouter les messages qui viennent du Sud. Le Nord doit commencer à écouter.

Dans ce nouveau paysage politique mondial, M. Turk a souligné le rôle transformateur des puissances émergentes, dont l'Arabie saoudite.

Il a observé que le Royaume joue un rôle de plus en plus important non seulement au Moyen-Orient, mais aussi sur la scène internationale, en particulier dans le contexte du changement climatique.

«L'Arabie saoudite développe un très grand nombre de nouvelles politiques et un nouvel activisme au niveau mondial. C'est nouveau, et il n'est pas facile de développer un nouveau modèle basé sur la multipolarité», a-t-il déclaré.

Élaborant sur ce point, M. Turk a relevé que l'Arabie saoudite avait toujours été un acteur important dans le contexte du Moyen-Orient, mais qu'elle était désormais un acteur important dans le contexte mondial, «et c'est différent».

«En ce qui concerne le climat, par exemple, je pense que les pays qui ont bénéficié des prix élevés de l'énergie au cours de la période écoulée ont maintenant la possibilité d'investir les recettes de manière à contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable et à sauver la planète. Nous voyons donc que la responsabilité de l'Arabie saoudite est maintenant beaucoup plus grande parce que le pouvoir est beaucoup plus important.»

«Heureusement, l'Arabie saoudite semble être sur la voie d'assumer cette plus grande responsabilité. C'est une très bonne chose. Bien sûr, je ne peux pas parler au nom de l'Arabie saoudite et je ne peux pas parler des priorités fixées par l'Arabie saoudite, mais il est clair que l'Arabie saoudite est consciente de sa responsabilité croissante et de sa responsabilité mondiale. C'est une bonne chose pour le monde.»

L'Assemblée générale des Nations unies a examiné la mise en œuvre de l'agenda 2030 (Photo, AFP).

Au-delà de la région du Golfe, le Moyen-Orient reste en proie à des conflits complexes et persistants, qu'il s'agisse de la Syrie, du Yémen, du Soudan ou de la question israélo-palestinienne.

Pour M. Turk, trouver des solutions à ces conflits est une «question d'engagement». Il a salué les efforts tels que la réadmission de la Syrie au sein de la Ligue arabe, qui, selon lui, est le signe d'une approche positive par le biais d'un engagement diplomatique. La Ligue arabe «adopte désormais une approche active».

«Une fois encore, l'Arabie saoudite joue un rôle très important à cet égard. Il en va de même pour d'autres pays, dont l'Égypte et d'autres encore. Il existe donc des solutions qui pourraient être développées sur la base de ce qui a déjà été fait», a-t-il ajouté.

M. Turk a également salué les initiatives visant à mettre fin à la guerre au Yémen. «Il y a eu des initiatives très utiles, aidées (indirectement) par la Chine, par exemple, qui ont créé une nouvelle atmosphère politique», a-t-il indiqué.

«J'espère que les pays qui ont une influence dans la région, en particulier l'Arabie saoudite, saisiront cette opportunité pour rétablir la paix au Yémen.»

Bien que l'institution ait changé au fil des ans, il y a encore des domaines où la réforme de l'ONU est nécessaire, estime M. Turk (Photo, AFP).

Quant au conflit israélo-palestinien, pour M. Turk, «la Palestine est une situation très triste, vraiment très triste. Je le dis délibérément parce que nous aurions dû nous diriger vers une solution à deux États beaucoup plus vigoureusement et beaucoup plus tôt. Je ne pense pas qu'une véritable solution puisse ignorer les besoins légitimes de survie du peuple palestinien. Cet aspect doit être placé au centre des préoccupations».

«La communauté internationale devrait s'unir. Nous avons assisté à une sorte de diversification des points de vue concernant la Palestine, ce qui n'est pas une bonne chose. Nous devons maintenant trouver une solution. Une solution à deux États est le seul cadre, et cela est connu depuis 1948, qui peut produire une paix stable, durable et juste dans la région.»

«Mais comment y parvenir? Ce n'est pas clair. C'est peut-être plus difficile aujourd'hui qu'il y a vingt ans. Mais je pense qu'une prise de conscience et des initiatives dans ce sens seraient les bienvenues.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


USA: interception d'un «ballon» à haute altitude au-dessus de l'Utah

Le Pentagone vu du ciel à Washington, le 2 mars 2022 (Photo, AFP).
Le Pentagone vu du ciel à Washington, le 2 mars 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La FAA de son côté a également déterminé que le ballon ne présentait pas de danger pour l'aviation, toujours selon le NORAD
  • En février 2023, les Etats-Unis avaient repéré et abattu un énorme ballon blanc venu de Chine qui survolait une série de sites d'armement nucléaire top secrets

WASHINGTON: Un petit "ballon" flottant à haute altitude au-dessus de l'Utah (ouest des Etats-Unis) a été intercepté vendredi par l'armée de l'air américaine, mais a été jugé sans risque pour la sécurité nationale ni pour l'aviation, a annoncé l'agence militaire américano-canadienne, citée par les médias américains.

Le Commandement militaire de l'Espace aérien nord-américain (NORAD) a expliqué dans un communiqué, en coordination avec l'Agence américaine de l'Aviation (FAA), avoir "détecté un petit ballon à plus de 13 000 mètres d'altitude", selon CBS News.

"Le ballon a été intercepté par des avions de chasse du NORAD, qui ont déterminé qu'il n'était pas manoeuvrable et ne présentait pas de menace pour la sécurité nationale", a précisé le NORAD dans son commmuniqué.

La FAA de son côté a également déterminé que le ballon ne présentait pas de danger pour l'aviation, toujours selon le NORAD.

Le NORAD a toutefois précisé qu'il allait "continuer à le surveiller".

Selon CBS citant un responsable américain sous couvert d'anonymat, le ballon a une boîte cubique d'environ 60 cm de long suspendue de chaque côté.

En février 2023, les Etats-Unis avaient repéré et abattu un énorme ballon blanc venu de Chine qui survolait une série de sites d'armement nucléaire top secrets.

Pékin avait nié utiliser des ballons d'espionnage, et avait expliqué que celui abattu était destiné à des recherches météorologiques.

A la suite de cet événement, l'armée américaine avait ajusté ses critères pour que ses radars puissent détecter des objets plus petits.


Les Etats ouest-africains lèvent une grande partie des sanctions contre le Niger

Les drapeaux des pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) sont exposés à la session extraordinaire des chefs d'État à Abuja, au Nigéria, le 24 février 2024 (Photo, AFP).
Les drapeaux des pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) sont exposés à la session extraordinaire des chefs d'État à Abuja, au Nigéria, le 24 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • La Cedeao «a décidé de lever avec effet immédiat» les plus lourdes sanctions imposées au Niger
  • Les frontières et l'espace aérien nigérien seront rouverts, les transactions financières entre les pays de la Cedeao et le Niger  de nouveau autorisées, et les avoirs de l'Etat nigérien dégelés

ABUJA: Les chefs d'Etat des pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) réunis samedi à Abuja ont décidé la levée d'une grande partie des sanctions contre le Niger.

La Cedeao "a décidé de lever avec effet immédiat" les plus lourdes sanctions imposées au Niger depuis la prise du pouvoir à Niamey d'un régime militaire qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum en juillet, a annoncé Omar Alieu Touray, le président de la Commission de la Cedeao samedi après-midi.

Les frontières et l'espace aérien nigérien seront rouverts, les transactions financières entre les pays de la Cedeao et le Niger  de nouveau autorisées, et les avoirs de l'Etat nigérien dégelés, "pour des raisons humanitaires", a déclaré Omar Alieu Touray.

"Des sanctions individuelles et politiques restent en place", a-t-il ajouté sans donner plus de précisions.

Il a également réclamé "la libération immédiate" du président nigérien déchu Mohamed Bazoum, détenu avec son épouse par le régime militaire depuis sept mois.

Le Mali, le Burkina Faso et la Guinée, également dirigés par des régimes militaires et sous le coup de sanctions de la Cedeao, ne sont pas concernés par ces annonces.

«Revoir notre approche»

L'organisation régionale avait convoqué samedi un nouveau sommet extraordinaire afin de discuter de "la politique, la paix et la sécurité dans la République du Niger", a-t-elle annoncé la veille dans un communiqué, ainsi que "les récents développements dans la région".

"Nous devons revoir notre approche quant au retour de l'ordre constitutionnel chez quatre de nos pays membres", avait déclaré en introduction le président nigérian Bola Ahmed Tinubu qui assure la présidence de la Cedeao, en référence au Mali, au Burkina Faso, au Niger et à la Guinée.

Ces sanctions ont durement éprouvé ce pays sahélien où le taux de pauvreté extrême dépasse les 40% selon la Banque mondiale.

La Cedeao avait d'abord menacé le nouveau régime à Niamey d'une intervention militaire, avant de faire marche arrière.

Le Niger, le Mali et le Burkina Faso, qui ont notamment tourné le dos à la France et se sont rapprochés de la Russie, se sont regroupés au sein d'une Alliance des Etats du Sahel (AES).

Les trois pays ont annoncé en janvier leur intention de quitter la Cedeao.

Mi-février, le chef du régime militaire nigérien, le général Abdourahamane Tiani, a évoqué la possible création d'une monnaie commune avec le Burkina Faso et le Mali, comme une "étape de sortie" de la "colonisation".

L'annonce du retrait burkinabè, nigérien et malien de la Cedeao, suscite l'inquiétude de centaines de milliers de ressortissants de ces pays, particuliers ou commerçants.

La Cedeao garantit en effet aux citoyens des 15 pays membres de pouvoir voyager sans visa et de s'établir dans les pays membres pour y travailler ou y résider.

«Réconciliation»

La dernière réunion des membres de la Cedeao remonte au 9 février lorsqu'ils avaient appelé à la "réconciliation" avec les régimes militaires du Niger, du Mali et du Burkina Faso et les avaient exhortés à rester dans le bloc régional.

La Cedeao est également mise à l'épreuve par la crise politique que connaît le Sénégal depuis le report de l'élection présidentielle par le chef de l'Etat Macky Sall mais ce sujet n'a pas été mentionné samedi.

Le président sénégalais, qui n'avait pas assisté au précédent sommet, est cette fois-ci présent, deux jours après avoir annoncé qu'il achèverait son mandat à l'expiration de celui-ci le 2 avril mais sans avoir fixé de nouvelle date pour l'élection présidentielle.

Le scrutin devait initialement se tenir le 25 février mais le président Macky Sall l'a repoussé début février, plongeant le Sénégal dans l'une des pires crises politiques de son histoire post-indépendance, suscitant une vive préoccupation dans les rangs de la Cedeao.


Meloni à Kiev pour présider un G7 virtuel sur l'Ukraine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la première ministre italienne Giorgia Meloni échangent des documents officiels lors d'une cérémonie de signature à la suite de leurs entretiens à Kiev, le 2 anniversaire de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la première ministre italienne Giorgia Meloni échangent des documents officiels lors d'une cérémonie de signature à la suite de leurs entretiens à Kiev, le 2 anniversaire de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • La réunion du G7, actuellement présidé par l'Italie, devrait discuter de nouvelles sanctions contre Moscou deux ans après le début de l'invasion russe le 24 février 2022
  • Selon l'agence italienne AGI, Mme Meloni et M. Zelensky ouvriront la réunion à 16H00 GMT à la cathédrale Sainte-Sophie dans le centre de Kiev

ROME: La Première ministre italienne Giorgia Meloni est arrivée samedi en visite surprise à Kiev, où elle présidera en présence de Volodymyr Zelensky une réunion virtuelle du G7 qui devrait discuter de nouvelles sanctions contre Moscou.

La réunion du G7, actuellement présidé par l'Italie, devrait discuter de nouvelles sanctions contre Moscou deux ans après le début de l'invasion russe le 24 février 2022.

"L'Italie est présente (au côté de l'Ukraine, NDLR), je pense que ça se voit, elle est présente à plus forte raison maintenant comme présidente du G7. Nous continuons à garantir notre soutien", a déclaré Mme Meloni à la presse en marge d'une crémonie à l'aéroport militaire de Gostomel, près de Kiev, et théâtre d'une bataille clé avec les Russes dans les premiers jours de l'invasion.

"Nous croyons au futur européen de l'Ukraine", a-t-elle en outre affirmé par ailleurs dans un entretien publié samedi par le quotidien italien Il Giornale. "L'Italie a toujours soutenu le processus d'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne et nous sommes très satisfaits des progrès en cours dans cette direction".

Selon l'agence italienne AGI, Mme Meloni et M. Zelensky ouvriront la réunion à 16H00 GMT à la cathédrale Sainte-Sophie dans le centre de Kiev.

Sur des images vidéo transmises par le gouvernement, on voit Mme Meloni descendre du train samedi matin à la gare de Kiev et être accueillie par une délégation. Selon les médias italiens, Mme Meloni a voyagé en avion jusqu'en Pologne, où elle a ensuite pris un train pour se rendre en Ukraine.

Cette réunion est la première des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres du G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada) sous présidence italienne.

Accord Italie-Ukraine

Elle a été convoquée "à l'occasion du deuxième anniversaire de l'agression russe contre l'Ukraine", au moment où Kiev reconnaît vivre une situation "extrêmement difficile" pour ses forces, privées de munitions et d'aide américaine, avait précisé mardi le gouvernement italien lors de son annonce.

A l'issue de la réunion, qui devrait durer une heure et demie, une déclaration conjointe sur l'Ukraine devrait être adoptée, selon des sources diplomatiques italiennes.

Le ministre italien des Affaires étrangères Antonio Tajani a affirmé mardi que "les sanctions peuvent être durcies". "La Russie ressent fortement la poids des sanctions économiques", a-t-il justifié

Le G7 avait décidé en juillet 2023 la signature de contrats bilatéraux de sécurité avec l'Ukraine. Après Londres en janvier, Kiev a signé ce genre d'accord avec l'Allemagne et la France, et 25 autres Etats se sont joints à cette initiative, comme la Pologne.

Giorgia Meloni et Volodymyr Zelensky doivent signer un accord de ce type samedi. "Aujourd'hui nous signerons nos garanties de sécurité. Nous estimons que l'Ukraine combat aussi pour notre liberté et aussi pour notre intérêt national", a expliqué Mme Meloni à la presse.

Concrètement, ces accords de sécurité peuvent porter sur l'octroi d'équipements militaires, interopérables avec ceux de l'Otan, la formation des forces ukrainiennes et le renforcement de l'industrie de défense de l'Ukraine.