Tunisie: Le paradoxe sfaxien

Le Tunisien Yeft Benazzouz qui dirige une école de langues dans la capitale Tunis, donne un cours d'allemand le 1er février 2022. (AFP).
Le Tunisien Yeft Benazzouz qui dirige une école de langues dans la capitale Tunis, donne un cours d'allemand le 1er février 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 29 septembre 2023

Tunisie: Le paradoxe sfaxien

  • Sfax détient le record des succès au baccalauréat depuis pas moins de neuf années consécutives
  • Un rapport de l’Institut tunisien de la compétitivité et des études quantitatives révèle que 10% des jeunes âgés de 15 à 19 ans font partie de la catégorie «NEET» (Not in Education, Employment or Training)

TUNIS: Sfax, la capitale économique du sud du pays, compte à la fois le taux le plus élevé de réussite au baccalauréat et celui d’abandons scolaires. Ces records sont établis dans le paysage tunisien depuis si longtemps que les Tunisiens ont oublié à quand ils remontent.

En réalité, Sfax détient le record des succès au baccalauréat depuis pas moins de neuf années consécutives. En 2023, la capitale du sud du pays a occupé, une fois de plus, la première place dans le classement, avec un taux de réussite de 56,5% pour Sfax 1, suivie de Sfax 2 en deuxième place (51,31%) – des taux nettement supérieurs à celui du pays (36,38%). Le podium est complété par la ville de Sousse, avec un taux de 50,76%.

À quoi est due cette réussite? «Beaucoup attribuent ce succès à un mode de vie différent de celui des autres gouvernorats, et plus particulièrement au fait que Sfax ne dispose pas d'une large gamme d’activités de distraction», observe Lamia Louati Besbès, qui écarte néanmoins d’un revers de main cette idée largement répandue.

Pour cette professeure de français, ce record national des réussites au baccalauréat détenu par Sfax est le fruit «d'une culture qui donne beaucoup d'importance à l'enseignement». «À Sfax, les parents sont beaucoup plus disponibles pour accompagner leurs enfants dans leurs parcours. Par ailleurs, la notion du travail est bien ancrée, dès le jeune âge, si ce n'est dès l’enfance, dans l'esprit des Sfaxiens, qui se distinguent par leur sérieux et leur discipline. Très tôt, l’enfant commence à exercer de petits boulots pour gagner son argent de poche et être ainsi en mesure de subvenir à ses besoins et atteindre l’indépendance financière», explique-t-elle.

En somme, «l’éducation portant essentiellement sur le travail en tant qu’objectif primordial de la vie, les jeunes n’ont pas d’autre choix que de bosser et de réussir haut la main», ajoute Mme Louati Besbès.

Mais la médaille sfaxienne a un revers: le deuxième gouvernorat le plus peuplé (avec près de 950 000 habitants) après Tunis (qui compte un peu plus d’un million d’habitants) détient un autre record, celui des abandons scolaires. Dans le seul district de Sfax 2 – le gouvernement est divisé en deux sur les plans éducatif et électoral –, on compte 330 cas d’abandon scolaire dans le primaire et 1 150 dans le secondaire.

D’après Lamia Louati Besbès, l’interruption prématurée du cursus scolaire «est le résultat de la pauvreté qui touche une bonne partie des citoyens». «Les conditions familiales ne permettent pas à l'élève de poursuivre ses études parce qu'il a besoin de soutenir ses parents. En fait, il abandonne souvent ses études à leur demande pour développer une activité professionnelle. Ce phénomène est particulièrement observé chez les élèves dont les parents exercent de petits métiers comme celui de cordonnier, d’agriculteur, de menuisier, de forgeron, de maçon, etc.», souligne la professeure de français.  

Mais ce problème n’est pas le propre de Sfax. Il concerne toutes les régions du pays et tend même à s’aggraver sur le plan national au fil des ans. Jusqu’en 2021, le nombre d’élèves ayant arrêté leur scolarité était inférieur à 70 000. L’année suivante, il a atteint la barre des 100 000 et, depuis 2010, on estime à plus d’un million le nombre d’abandons scolaires.

Un rapport de l’Institut tunisien de la compétitivité et des études quantitatives (ITCEQ) datant d’avril 2022 met en exergue la gravité de ce phénomène. Il révèle qu’environ 5% des enfants sont encore dans le primaire, alors que le reste se trouve en dehors du système éducatif, bien que l’école soit obligatoire jusqu’à l’âge 16 ans en Tunisie. Le rapport souligne, par ailleurs, que 50 000 adolescents âgés de 11 à 14 ans ne sont pas scolarisés, contre 55 000 qui le sont, mais qui courent le risque de décrochage. Enfin, 10% des jeunes âgés de 15 à 19 ans, soit près de 93 000 individus, font partie de la catégorie «NEET» (Not in Education, Employment or Training), c’est-à-dire qu’ils sont non scolarisés, sans formation et sans emploi.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères se rend au Pakistan pour renforcer les liens économiques

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. (Photo fournie)
Short Url
  • Le prince Faisal préside une délégation de haut niveau chargée de se concerter sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre
  • Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan

ISLAMABAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, est arrivé au Pakistan aujourd’hui pour une visite de deux jours visant à renforcer la coopération économique bilatérale. Les médias locaux ont largement diffusé des images de son accueil par le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Ishaq Dar.

La visite du ministre saoudien des Affaires étrangères intervient un peu plus d’une semaine après l’entretien du prince héritier, Mohammed ben Salmane, avec le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif à La Mecque. Cette visite réaffirme l’engagement du Royaume à mettre en œuvre rapidement un programme d’investissement d’une valeur de 5 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) qui avait été discuté précédemment.

À son arrivée à la base aérienne de Nur Khan, dans la ville de garnison de Rawalpindi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, qui préside une délégation de haut niveau comprenant plusieurs ministres de premier plan, a été accueilli par les responsables pakistanais.

«Une semaine après la visite du Premier ministre, Shehbaz Sharif, en Arabie saoudite (du 6 au 8 avril), une délégation saoudienne de haut niveau se rendra au Pakistan», annonce le ministère pakistanais de l’Information dans un communiqué.

«La délégation saoudienne se concertera sur les prochaines étapes du programme d’investissement et sur sa mise en œuvre», ajoute le communiqué, précisant que l’investissement prévu par l’Arabie saoudite dans le projet d’exploitation minière d’or et de cuivre de Reko Diq sera également discuté au cours de la visite.

Dimanche, les médias d’État pakistanais ont rapporté que l’Arabie saoudite pourrait investir 1 milliard de dollars dans un projet minier dans la province pakistanaise du Baloutchistan, dans le sud-ouest du pays. Il s’agit de l’une des plus grandes régions inexploitées en matière de cuivre et d’or au monde.

De même, Riyad souhaite investir dans l’agriculture, le commerce, l’énergie, les minéraux, les technologies de l’information, les transports et d’autres secteurs au Pakistan, selon le communiqué.

«Grâce à cette visite, la capacité d’exportation du Pakistan augmentera, des entreprises communes seront créées et de nouvelles possibilités se présenteront.»

La semaine dernière, le ministère pakistanais des Affaires étrangères a indiqué que la délégation saoudienne serait composée du ministre des Affaires étrangères, du ministre de l’Eau et de l’Agriculture, du ministre de l’Industrie et des Ressources minérales, du vice-ministre de l’Investissement, ainsi que de hauts responsables du ministère saoudien de l’Énergie.

La délégation saoudienne devrait se réunir avec le président pakistanais, le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères et d’autres ministres, ainsi qu’avec le chef de l’armée et les membres du comité supérieur du Conseil spécial de facilitation des investissements du Pakistan, créé l’année dernière pour superviser l’ensemble des financements étrangers.

 

 Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Le ministre saoudien des A.E. insiste sur l’importance de la coopération CCG-Asie centrale pour la stabilité régionale

Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal participe à la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Le prince Faisal s’est entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan
  • L’Arabie saoudite et l’Ouzbékistan signent un accord d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a souligné aujourd’hui l’importance de la promotion des intérêts des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et des États d’Asie centrale afin que les deux régions deviennent sûres, stables et prospères, dans l’espoir d’un avenir meilleur pour tous.

Le prince Faisal a pris la parole lors de la 2e réunion ministérielle du Dialogue stratégique CCG-Asie centrale à Tachkent, en Ouzbékistan.

Dans son discours, il a insisté sur l’importance de continuer à renforcer la coordination et la consultation entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur la base de valeurs, d’intérêts et de liens historiques communs, notant le développement important des relations au cours des dernières années.

Le prince Faisal a évoqué le large consensus entre les pays du CCG et les États d’Asie centrale sur l’importance de l’instauration de la paix, de la promotion des solutions négociées et du soutien de la sécurité, de la stabilité et du développement.

Il a mis l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts pour garantir les droits internationalement reconnus du peuple palestinien et pour instaurer la paix par la négociation, conformément à l’Initiative de paix arabe et aux principes du droit international.

Le ministre saoudien a par ailleurs salué les efforts actuellement déployés pour parvenir à la paix et à la stabilité dans la région, et il a insisté sur la nécessité de mettre en place un cessez-le-feu durable, de lever le blocus de la bande de Gaza et d’assurer l’acheminement de l’aide humanitaire et des secours.

Il a appelé à la cessation des déplacements forcés de Palestiniens et il a mis l’accent sur la nécessité pour la communauté internationle et le Conseil de sécurité de l’ONU de mettre un terme définitif à l’agression d’Israël contre le peuple palestinien.

Le prince Faisal s’est ensuite entretenu avec son homologue ouzbek, Bakhtiyor Saidov. Les deux ministres ont conclu un accord réciproque d’exemption de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et spéciaux.

Les deux parties ont tenu des pourparlers officiels au cours desquels elles ont discuté de stratégies visant à accroître la coopération, ainsi que des opportunités de renforcer les liens bilatéraux et multilatéraux sur des questions d’intérêt commun.

Aujourd’hui également, le Conseil ministériel du CCG a tenu une réunion extraordinaire à l’ambassade du Qatar à Tachkent sur l’escalade militaire au Moyen-Orient.

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, le Conseil s’est déclaré profondément préoccupé par l’escalade militaire dans la région et son impact négatif sur la sécurité et la stabilité.

Il a indiqué qu’il était crucial de freiner immédiatement l’escalade afin de maintenir la sécurité et la stabilité régionales, et il a ajouté que toutes les parties devaient régler leurs différends par la voie diplomatique, faire preuve de la plus grande retenue et épargner à la région et à ses habitants les dangers de la guerre.

Le Conseil ministériel du CCG a également appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à assumer ses responsabilités en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales, en particulier au Moyen-Orient, et à empêcher l’exacerbation de la crise dans cette région, qui aura de graves conséquences si elle s’étend.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com